Présentation 4° séance du séminaire PDS 161209_ Nicolas Dodier

La première séance du cycle Régime d’évaluation, dans le cadre de ce séminaire[1], avait pour objectif de nous sortir du monde de la recherche pour examiner de façon comparée comment se construisent aujourd’hui des formes d’évaluation dans d’autres secteurs, tels que la police, la psychiatrie ou, d’une manière générale, l’administration à travers les nouveaux modes de gestion introduits par la loi organique de la loi de finances, dite LOLF. Aujourd’hui, nous allons revenir à l’intérieur du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, pour examiner l’une des instances d’évaluation qui occupe un rôle central, qui est le Conseil National des Universités.

On va procéder selon la méthode qui avait été proposée à l’occasion de l’une des séances sur l’évaluation de la recherche, qui avait été organisée l’an dernier dans le cadre de l’un des Grands Débats de l’Ecole, qui consistait à conduire l’enquête en recourant, en tout cas dans un premier temps, à des témoins de l’intérieur qui font état de leur expérience personnelle. Des témoins auxquels on demande à la fois de décrire les pratiques internes à chaque instance, y compris les tensions ou les désaccords sur les outils ou les modalités d’organisation de ces instances ; de faire part de leur témoignage personnel, à la fois sur les intérêts mais également sur les dérives possibles des instances auxquelles ils ont participé, et de rendre compte également du travail critique à la fois interne et externe qui existe autour de l’évaluation engagée par ces instances.

Je serai très bref et indiquerai simplement trois intérêts principaux qui, à mon avis, président à une séance autour du Conseil National des Universités.

Le premier est que, dans le cadre de ce séminaire et dans celui des Grands Débats, qui l’avaient précédé, nos discussions sur les modalités d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur sont plutôt parties jusqu’à présent de constats et d’observations relatives aux commissions spécialisées des Etablissements Publics à caractère Scientifique et Technique, des EPST, des organismes publics de recherche, et de constats ou d’expériences relatifs à l’AERES, l’agence nationale d’évaluation qui s’est mise en place depuis quelques années. Sur la base de ce premier travail, il est possible de construire une distinction assez forte entre deux régimes d’évaluation : un premier, qui est un régime d’évaluation collégiale, caractérisé par le fait que de petites communautés de scientifiques représentant les domaines concernées, se réunissent entre eux pour, par eux-mêmes, discuter et construire les modalités d’évaluation qui leur semblent les plus ajustées au domaine en question. Ce premier régime s’oppose à un autre, qu’on peut considérer comme un régime d’évaluation qui recourt à des spécialistes de l’évaluation. Ce régime va faire appel à des experts de l’évaluation, c’est à dire des personnes qui, parfois, ont fait de la recherche auparavant, mais qui se sont spécialisées dans la confection d’outils qui, d’une manière identique, vont évaluer les activités dans différents domaines de recherche. Cette opposition est importante pour savoir comment positionner le CNU sur cette carte, sachant que dans notre programme, on envisage aussi de comprendre comment l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) ou des comités de revues ou des directions de collections d’ouvrages se placent sur cette carte entre, d’un côté, l’évaluation collégiale et, de l’autre, une évaluation par des experts de l’évaluation dont on pourrait dire que le type pur est l’agence extérieure au monde de la recherche, spécialisée dans l’évaluation du travail des chercheurs. Donc, premier intérêt, c’était que le CNU était une des pièces manquante à notre réflexion.

Le deuxième intérêt est que les différentes sections du CNU représentent différentes disciplines. Or, une question qui se pose concernant l’évaluation de la recherche, c’est de savoir jusqu’à quel point existe-t-il un lien entre les différentes formes d’objectivité ou les différents régimes d’objectivité qui sont en usage dans chacun des domaines considérés et la manière dont on peut évaluer le travail des chercheurs ? C’est à dire, existe-t-il une relation entre régime d’évaluation de la recherche et usages, dans les domaines considérés, sur la manière de construire de l’objectivité ? Je crois que c’est une question très difficile et je crois beaucoup à la confrontation des témoignages et j’irai aussi dans le sens de Robert Descimon, c’est à dire, il faudrait vraiment ouvrir la palette des disciplines considérées pour réfléchir tant dans les mathématiques, la physique, la biologie, l’histoire ou la sociologie, ou d’autres pour comprendre comment, à chaque fois, s’ajustent l’évaluation des chercheurs et la manière finalement dont les chercheurs construisent de l’objectivité pour parler du monde. C’est, en gros, comment les chercheurs parlent du monde et comment les instances parlent des chercheurs ? Donc grand intérêt d’une séance où l’on confronte, à l’intérieur d’une même instance, des sections qui relèvent de disciplines différentes.

Et puis le troisième intérêt, c’est au fond la position très intéressante qu’occupe le CNU par rapport à notre carte et même à la notion d’évaluation collégiale. Parce qu’on pourrait dire que, a priori, les sections du CNU relèvent pleinement d’un régime d’évaluation collégiale. Or, on l’a vu l’an dernier lors des discussions sur les nouveaux projets concernant l’université et la recherche, un certain nombre d’entre nous, en tous cas, ont défendu l’intérêt du régime collégial, malgré ses imperfections, face à la montée du régime de l’évaluation par les experts spécialisés. Dans le même temps, on voit bien que certains d’entre nous sont très critiques vis-à-vis du CNU lui-même, qui est, en même temps, un bon représentant du régime de l’évaluation collégiale. Comment penser cette situation ? Est-ce que les faiblesses du CNU, s’il y en a, sont les faiblesses du régime collégial en tant que tel ? Est-ce que ce sont des caractéristiques des mondes dans lesquels s’ancre le travail réalisé dans les différentes sections ? Le cas de la section 19 et des très grandes controverses autour du travail de la section 19 du CNU s’intègrent complètement à ces discussions. Et il me semble que pour mieux caractériser la nature de la crise qui traverse la section 19, et pour réfléchir de façon transversale à cette position très interrogeante qu’occupe le CNU, à la fois représentant l’évaluation collégiale mais objet de critiques de la part de ceux qui en même temps défendent ce régime d’évaluation, je trouve que l’examen de l’intérieur des pratiques, dans les différentes sections, nous permettrait d’avancer dans notre réflexion.

Je voulais donc simplement marquer trois angles sous lesquels, à mon avis, une réflexion sur le CNU est absolument indispensable, et je pense avec la méthode que l’on a adoptée, qui est de penser en même temps le travail de différentes sections du CNU, donc à notre réflexion dans ce séminaire.


[1] Se reporter, sur ce site, au verbatim de la séance du 18 novembre 2009 – Régimes d’évaluation 1, intitulée : L’évaluation comme principe politique.