8° séance séminaire PDS : les perspectives d’avenir_Isabelle Clair

Je vais revenir maintenant sur les commentaires de fin de questionnaire que l’on a traités de façon plus qualitative. On a senti là aussi, comme pour le volume des réponses dès le lancement du questionnaire, qu’il y avait un besoin, en tout cas qu’il y avait une envie de s’exprimer et donc, très souvent, les répondants, en fin de questionnaire, ont voulu repréciser les choses.

C’est à dire qu’ils refont souvent l’ensemble de leurs trajectoires précaires. On a ainsi eu de nombreuses reconstitutions individuelles. De toute façon, c’était aussi l’enjeu de ce questionnaire et c’est en cela qu’il apporte des informations complémentaires par rapport à des comptabilités plus institutionnelles. Il permet en effet de retracer des biographies, même en l’absence des trajectoires en amont de l’enseignement supérieur et de la recherche, lorsqu’on regarde comment les choses se répartissent dans le temps.

Partir ou rester ?

Ce qui est ressorti très fortement dans ces commentaires de fin de questionnaire, c’est un apparent paradoxe entre l’envie de continuer et l’envie de partir. On constate que la majorité des répondants répondent « non » quand on leur demande s’ils ont confiance dans la possibilité d’avoir un poste durable à terme. En même temps, une très grande majorité, plus de 70% d’entre eux, dit vouloir rester dans l’enseignement supérieur et la recherche publics. Il y a donc un taux de confiance extrêmement bas dans les possibilités d’amélioration matérielle du maintien dans le métier et en même temps, et ce tous métiers confondus y compris dans les fonctions administratives, une envie de rester. En fait, ce paradoxe se résout d’une double façon. D’abord ce qui le résout, notamment au niveau des docteurs-chercheurs, c’est le mot passion qui est revenu très très très souvent dans les commentaires. Une passion désespérée, et je le dis sans misérabilisme. C’est comme cela que ça ressort dans les commentaires avec cette mise en exergue d’une souffrance de mettre autant d’énergie dans quelque chose qui plaît autant pour si peu de reconnaissance et si peu de confiance dans l’avenir et si peu de possibilités de se maintenir dans ce qui plaît vraiment. Et aussi un désespoir qui est nourri par la tendance que prennent la recherche et l’enseignement supérieur sur l’idée que désormais ce n’est plus la connaissance – en fait cela ne l’a pas toujours été non plus – mais une logique économique qui prévaut dans tout ça et qui sape grandement le moral des répondants. Cette passion là ressort aussi dans les commentaires sur les abus de la part des supérieurs hiérarchiques – sur le mode : « dès que l’on ne fait pas ce qui faut, on est suspecté de ne pas être assez passionné » -, qui est aussi un ressort d’exploitation par tout le monde, par l’institution et certains de ses acteurs au quotidien. Et ce qui résout aussi ce faux paradoxe entre « je n’aurai pas les moyens de rester mais j’aurais envie de rester », et qui touche tous les métiers et pas seulement les chercheurs, c’est cette idée – très souvent on l’a vu pour les docteurs mais c’est le cas pour la majorité des précaires – que cela fait quand même un moment qu’ils se trouvent dans ce régime de précarité, qu’ils ont fourni des efforts, et quitter le navire après tout ce temps passé, c’est compliqué. C’est à dire quitter le navire, c’est quitter la passion, quitter l’envie ; c’est tout ça. Et puis, c’est aussi en fait mettre un trait sur des années de vie et les gens qui ont fait des efforts pour faire tourner un service, monter un fonds de bibliothèque, construire un objet de recherche, etc., ont du mal à lâcher aussi par rapport à ça. Alors, pour autant, une partie des personnes interrogées, et qui ont aussi les ressources pour ça, ont pour perspective de partir, soit dans le privé, soit à l’étranger. C’est quelque chose qui est ressorti aussi des commentaires, et de façon significative. Mais on sent bien aussi, dans pas mal des réponses, que la perspective de partir, c’est aussi une perspective à terme, une espèce d’alternative un peu fictive que les gens se racontent pour pouvoir continuer, justement pour ne pas partir, enfin pour rester. Avec cette idée que la précarité s’arrêtera un jour et que de parler du départ à l’étranger ou dans un autre secteur d’activité, c’est aussi une façon juste de se projeter dans la fin de la précarité pour pouvoir, non pas s’y maintenir, mais se maintenir dans le métier.

Le double registre de revendications des précaires de l’ESRP

En lien avec ce constat, les répondants ont formulé des revendications. Elles sont de deux ordres. Il faut vraiment les comprendre l’une avec l’autre parce qu’elles sont formulées très majoritairement de façon associée. Ce qui a été très souvent mis en lumière, c’est qu’être précaire, c’est dur, et être précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche publics (ESRP), donc pour l’Etat, c’est encore pire, parce qu’il n’y a pas de prime de précarité, parce que les CDD peuvent s’accumuler pendant des périodes de temps beaucoup plus longues que dans le privé, parce que l’indemnisation, particulièrement à l’université, ne se fait pas par les Assedic mais par l’université. Cela est en train de changer, mais du coup les délais d’indemnisation sont extrêmement longs : ça peut prendre quatre mois, surtout si ça tombe pendant l’été. La précarité est particulièrement forte à l’université, et spécialement dans les emplois administratifs, parce que les gens sont très souvent recrutés sur des contrats de dix mois. Donc, on coupe les vivres pendant les deux mois d’été, pour des logiques aussi d’ordre juridique, qui font que sur une année les gens sont en fait payés sur dix mois et on les retrouve à la rentrée, en septembre, et au bout de six ans, on leur dit : « eh bien, maintenant, c’est terminé, dehors », parce que légalement ce n’est pas possible au bout de six ans de continuer à embaucher des gens sur des CDD, sauf à pérenniser leurs postes. Mais, comme ça n’arrive pas, les gens sont éjectés à ce moment là.

Donc, la revendication qui ressort fortement, c’est une amélioration de la précarité, c’est à dire une précarité moins injuste. Et ça, c’est important à entendre en termes de revendication d’urgence. Ce qui est le corollaire de cette revendication là, c’est la création de postes. Et c’est pour cela qu’il faut entendre les deux, c’est à dire : « on ne veut pas juste une précarité mieux organisée, mais on veut quand même que cela soit un tout petit peu moins pénible et que cela ne soit pas pire que partout ailleurs » ; et en même temps, il faut entendre cette revendication comme liée, et elle l’est dans l’écrasante majorité des cas, avec la demande de la titularisation des précaires de longue durée et de la création de postes statutaires. C’est très fortement perçu comme cela par les gens qui sont là depuis longtemps et qui disent : « Mais c’est dingue, on m’embauche à chaque fois. Cela veut donc dire que je ne suis pas si nul puisque quand même on me donne du boulot et on me donne des fonctions qui pourraient être assurées par un titulaire. On me fait faire le même boulot pendant des contrats successifs, et ça ne donne lieu à rien en termes de pérennisation de mon statut. Donc il y a un problème par rapport à ça ». Ce qui justifie à titre individuel aussi la nécessité de cette ouverture des postes.

Le réquisit de la mobilisation des statutaires

Du coup, ce qui revient beaucoup dans ces commentaires, et qui est en lien avec cette dénonciation en termes d’abus de pouvoir, c’est la nécessité que les statutaires se mobilisent. En effet, la mobilisation des précaires sur la distance, comme on en a fait l’expérience sur le site Pouchet, quand on court après les contrats et que l’on est payé au lance-pierres et que l’on ne sait pas ce que l’on va devenir dans trois mois, c’est une chose compliquée. Quand on est pris dans les contraintes d’avoir à assurer sa survie et qu’en plus on est dans une contrainte aussi forte que les titulaires, puisqu’il faut, notamment pour les chercheurs, assurer un CV toujours à la pointe, la mobilisation est compliquée. Ça prend toujours du temps, c’est toujours dur de se mobiliser, mais c’est beaucoup plus dur quand on est dans ces non-statuts là. Et ressort beaucoup dans les discours des précaires, cette idée que les statutaires doivent se mobiliser au quotidien pour être vigilants à ce que les précaires ne soient pas pénalisés, à ce qu’ils ne tombent pas dans l’oubli, dans le non-dit, dans la honte et que, au niveau politique de lutte, qu’il y ait une mobilisation solidaire.

Je voudrais préciser une dernière chose avant d’engager la discussion. On est là tous les deux, donc en fait on est plein derrière, on est une armée de sociologues et c’est important de nommer les gens qui ont travaillé là-dessus. Donc, il y a aussi Annick Kieffer, Charles-Antoine Arnaud, Christine Roland-Lévy, Mathieu Hély et Florence Audier avec qui nous avons tous ensemble contribué à l’établissement de cette enquête et à son exploitation après, bien-sûr, le travail réalisé par le comité de précaires de Pouchet.

Je vous remercie.