8° séance séminaire PDS : la précarité dans l’ESRP_Isabelle Clair

La précarité et ses « stigmates »

– des contrats de courte durée

Qualitativement et quantitativement. D’abord être précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche, c’est recevoir une rémunération au lance-pierres ou pas de rémunération du tout.

Il faut donc croiser à la fois le volume des rémunérations, dont on a constaté qu’elles étaient faibles. Ce qui va à l’encontre d’une justification par fois avancée de la précarité qui dirait qu’on est précaire mais que l’on gagne plutôt mieux sa vie justement parce que l’on n’est pas dans un emploi stable. Ce qui est totalement démenti par les résultats de l’enquête, parce qu’ils gagnent plutôt beaucoup moins que les statutaires à diplômes et même à ancienneté comparables. En fait il y a une figure minoritaire qui se détache de l’ensemble de la population qui est le post-doc, mais le post-doc dans la définition officielle, c’est à dire quelqu’un qui a une thèse, qui est sur un contrat de moyen terme, mais qui est suffisamment long pour pouvoir développer une recherche, c’est à dire pas un contrat de quatre mois, comme c’est le cas pour beaucoup de docteurs, qui a une rémunération plutôt élevée du fait de ses diplômes. Cette figure là, qui existe, qui fait partie des répondants, est une figure extrêmement minoritaire à l’intérieur de la population dans son ensemble, et à l’intérieur de la population des docteurs ; on y reviendra tout à l’heure. Tous les autres doivent faire avec des revenus annuels bas et irréguliers. Ce sont deux aspects qui sont à mettre en perspective l’un par rapport à l’autre. Et c’est cela que l’on essayait de saisir en regardant si les répondants avaient des mois à zéro euro, du fait des délais bureaucratiques de réception de l’indemnité chômage, du fait des vacations payées six mois ou un an après qu’elles aient été réalisées. C’est toute cette discontinuité là qui fait la difficulté d’avoir au quotidien un fonctionnement financier vivable. Donc toutes ces choses là ont été vérifiées évidemment par les résultats de l’enquête. Pour vous donner un exemple, 29% des docteurs précaires n’ont jamais connu d’interruption d’activité au cours des cinq dernières années. C’est donc évidemment minoritaire, moins d’un tiers. Tandis que 41% ont connu une interruption d’au moins six mois au cours des cinq dernières années. Ce qui dit quelque chose non seulement à propos de la discontinuité, mais montre en plus qu’il s’agit d’une discontinuité qui s’étale dans le temps.

– le cumul des employeurs

L’autre caractéristique de la précarité, c’est le cumul des employeurs, des financeurs, des fonctions et l’empilement des contrats, y compris sur des tâches qui sont les mêmes au cours du temps et qui rendent d’autant plus visibles le manque d’emplois pérennes que viennent combler ces personnes là. Un des exemples les plus significatifs de ce cumul des employeurs, des financeurs et des fonctions, est représenté par la catégorie des chargés de cours. On a pu constater qu’en plus de leurs heures en vacation, ils sont nombreux à avoir d’autres charges d’enseignement en-dehors. Ils assurent en moyenne des enseignements au moins dans une institution en plus de l’université. Sur les cinq dernières années, ils sont 51% à avoir eu de un à trois employeurs différents et 19% à avoir eu de quatre à neuf employeurs au cours des cinq dernières années. Donc, j’indique cela pour vous donner une idée de l’état de ce cumul des employeurs et des contrats.

– une rémunération sans rapport avec les diplômes et l’expérience

Une autre caractéristique qui est ressortie de façon prépondérante, y compris dans les commentaires qualitatifs en fin de questionnaire, c’est le fait que la rémunération ne soit pas adaptée aux diplômes et ne tienne pas compte de l’expérience. Et ça aussi, évidemment, c’est une des caractéristiques de la précarité, c’est qu’à chaque fois que l’on commence un contrat, on repart à zéro, puisqu’il n’y a pas d’historique ni de reconstitution de carrière comme c’est le cas lorsqu’on entre dans un emploi statutaire. Du coup cette question de la non progression de carrière compte les premières années, mais plus le temps passe et plus les précaires sont de « vieux » précaires, c’est à dire sont en carrière précaire – et c’est particulièrement vrai pour les personnes qui sont dans des emplois administratifs – plus la non reconnaissance de la progression de carrière résonne avec la non reconnaissance par ailleurs du travail qu’ils font. Pour vous donner un exemple, dans la population des ITA/BIATOSS, 59% déclarent n’avoir connu aucune progression au cours de leurs différents emplois. Seuls 36% ont vu une progression dans leur carrière du fait de leur ancienneté. Quand on rapporte cette population là à son ancienneté dans la précarité, au bout de cinq ans, dix ans, on voit que les gens finissent par négocier à la marge quelques progressions de carrière, mais l’écrasante majorité dit que de toute façon ce n’est pas prévu dans le contrat.

Précarité et lourdeur des rapports hiérarchiques

Ce qui est aussi ressorti très fortement et là davantage dans les commentaires de fin de questionnaire, c’est cette idée que la précarité renforce les rapports hiérarchiques et que les travailleurs précaires sont particulièrement à la merci de leurs supérieurs et même que les rapports hiérarchiques ne sont pas seulement entre des personnes plus diplômées, plus anciennes, etc., mais que le rapport hiérarchique se fait aussi avec des collègues ayant les mêmes diplômes, la même ancienneté, faisant le même travail. Mais, du fait même que les autres sont statutaires alors qu’eux-mêmes sont précaires, un rapport hiérarchique s’instaure sur la base du statut d’emploi.  Cela crée des tensions très fortes qui s’expliquent en grande partie par la dépendance des précaires par rapport aux statutaires. Ce qui crée des clivages forts aussi et des abus de pouvoir qui ont été fortement décriés dans les commentaires qualitatifs sur l’idée que les précaires s’estiment être traités comme des travailleurs de seconde catégorie. La norme reste l’emploi statutaire et la norme de légitimité aussi. Du coup, si on n’arrive pas à entrer dans le système, cela veut bien dire que l’on a quand même un problème, que l’on fait quelque chose qui ne va pas et donc cela a des conséquences en termes de : ne pas avoir son nom sur sa porte, ne pas pouvoir signer un papier, enfin toutes les vexations ou, pire que des vexations, du harcèlement moral a été régulièrement répercuté dans les réponses, du harcèlement sexuel aussi, en lien avec la situation de dépendance par rapport aux statutaires, qu’ils soient supérieurs hiérarchiques ou non.

Les conséquences de la précarité sur l’organisation de la vie personnelle et matérielle

Enfin, toutes ces choses là sont évidemment rapportées à la vie privée et à la difficulté qu’il y a, lorsqu’on est sur des rémunérations à la fois faibles, discontinues, si l’on est mal reconnu dans son travail, etc., à se projeter dans l’avenir à la fois dans le métier – j’y reviendrai – et la difficulté dans la vie, à accéder à un logement, parce qu’on a un dossier de location qui n’est pas considéré comme fiable par un propriétaire, parce qu’on ne peut pas contracter un emprunt, toutes ces conséquences sur l’installation familiale. Et on a vu que les précaires n’étaient pas des « petits jeunes », qu’il y en a qui sont en âge national moyen d’installation dans la vie familiale et qui du coup s’imposent d’assez forts décalages et qui sont énoncés assez fortement dans les commentaires qualitatifs.

On va passer maintenant à une focalisation sur l’une des catégories de la population de répondants que sont les docteurs sans poste.