8° séance séminaire PDS : qui sont les précaires ? _ Wilfried Rault

Quelques indications sur la population des précaires de l’ESRP

Je vais vous présenter quelques éléments sur l’ensemble de la population qui a répondu à l’enquête. Première caractéristique : on observe, contrairement à ce qu’on pourrait penser a priori que les précaires de l’enquête ne sont pas dans une catégorie particulièrement jeune, comme si finalement la précarité était un élément de leurs trajectoires de vie qui caractériserait plutôt leur sortie des études.

L’âge médian est autour de 30 ans, mais cet âge médian dissimule des disparités considérables avec, dans certains métiers, une part assez élevée de personnes qui atteint 40 ans et plus. C’est dans les sciences humaines et sociales (SHS) qu’on observe que les moins de 30 ans sont minoritaires. Autre caractéristique générale : la diversité des métiers. Des personnes se reconnaissent dans les catégories de chercheurs ou/et chargés d’enseignement. Mais comme le disait Isabelle Clair, parfois on trouve des personnes qui ne se reconnaissent que dans cette catégorie de chargés d’enseignement. Mais une partie aussi non négligeable des personnes qui ont répondu à l’enquête se situent dans les catégories de techniciens et administratifs. Pas loin de la moitié des répondants se déclarent sur ces postes. On observe également une caractéristique qui concerne quasiment l’ensemble de la population étudiée. Il s’agit du niveau assez faible des rémunérations, puisqu’un quart à peu près de la population qui a répondu à l’enquête dit avoir perçu en moyenne sur l’année 2009 un salaire mensuel net inférieur à 1250 euros. On verra qu’avec les catégories que l’on a distinguées par la suite, les disparités sont un petit peu différentes.

Qui sont les plus précaires ? Des femmes plus souvent que des hommes : 60% des répondants. Elles constituent à peu près 9/10° des fonctions administratives. Si on met en relation le sexe et le niveau des rémunérations, on observe qu’une femme sur trois gagne moins de 1250 euros par mois, tandis que c’est le cas d’un homme sur cinq.

Les plus précaires sont nettement plus présents en sciences humaines et sociales à travers plusieurs des indicateurs qu’on a créés avec les variables du questionnaire, notamment en ce qui concerne le montant des rémunérations, l’irrégularité de leur versement. Nombreux sont les répondants qui mentionnent des périodes d’interruption de leurs revenus et de leur activité. Mais également, on le verra tout à l’heure avec une comparaison entre champs disciplinaires, en termes d’infrastructures qui sont à leur disposition. Et cela est vrai, quelles que soient les grandes catégories qu’Isabelle distinguait tout à l’heure, à savoir : doctorant, chercheur-docteur, ITA/BIATOSS, etc. Les administratifs et techniciens sont plus précaires en SHS que dans les autres champs disciplinaires. Par ailleurs, ces plus précaires sont pour une part importante à l’université et parmi les répondants dont l’employeur ou le financeur est une université, un bon tiers déclare moins de 1250 euros par mois.

Voyons maintenant, plus qualitativement, ce que signifie être précaire.