8° séance séminaire PDS : Genèse de l’enquête_Isabelle Clair

Je vais vous raconter la petite histoire du questionnaire. Elle est révélatrice d’abord de sa signification et puis aussi elle donne des éléments sur les conditions de production de cette enquête qui ne sont évidemment pas anodines.

Cette enquête est partie d’une initiative locale, qui est née en réponse à l’appel de la coordination des laboratoires en lutte du printemps de l’année dernière (2009). Cette coordination avait appelé à la constitution d’un comité de défense des précaires sur les sites et avec notamment pour tâche de recenser les précaires. C’était le sens de l’appel général. Cet appel s’est retranscrit au niveau local. Comme nous sommes, sur le site Cnrs Pouchet, là où les choses ont commencé pour cette enquête-là, majoritairement des sociologues, on s’est dit assez spontanément que l’on allait faire une enquête. En fait on s’en est rendu compte plutôt a posteriori et en parlant avec d’autres personnes qui avaient eu des initiatives locales et qui faisaient juste un comptage, que l’on avait transformé l’appel de départ en une enquête.

Intégrer la question des précaires dans les luttes des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche publics

Donc, en fait cet appel de la coordination faisait écho avec des discussions que l’on avait eues dans les manifestations où il apparaissait que la précarisation de l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche constituait l’un des aspects fondamentaux de ce qui se passait. Il s’agissait aussi de donner une voix au chapitre à des personnes qui ne l’ont pas, à la fois dans les mobilisations – parce que, comme d’autres collègues, j’ai eu l’occasion de discuter avec pas mal de gens précaires sur le site qui ne venaient pas dans les mobilisations, qui ne s’y trouvaient pas représentés, enfin qui estimaient qu’il s’agissait de mobilisations de statutaires qui défendaient leur statut, mais qui ne les concernaient pas directement, sauf à dire qu’un des effets terribles des réformes actuelles, c’était la montée de la précarisation et pas plus que ça.

Du coup l’appel de la coordination a fait écho avec beaucoup de choses que l’on se disait déjà sur le terrain. On a donc constitué assez vite un petit groupe, que l’on a appelé « Comité de défense des précaires du site Cnrs-Pouchet » en toute simplicité. On était une dizaine de personnes. Ce qui était assez bien dans la composition spontanée de ce groupe, c’est qu’il y avait à la fois des statutaires, des précaires, des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, des chercheurs, des ITA. Il y a eu une diversité de départ qui était très importante pour que cela fonctionne. Et on a réfléchi. Ce moment de réflexion, au niveau local, a été un moment assez intense et assez difficile en fait. C’est à dire qu’à la fois la discussion a donné lieu à quelque chose de concret, quelque chose de constructif, ce qui est le bon côté des choses. Les précaires du site, en fait ceux qui étaient les plus proches du centre, les moins anomiques par rapport au site sur lequel cela s’est passé, ont eu le sentiment d’avoir un espace de parole. Et puis en même temps ils se sont rendu compte que non seulement ils n’étaient pas seuls dans leur situation, ce qui est assez réconfortant, mais que quelques-uns de leurs interlocuteurs parmi les statutaires débarquaient complètement. Donc, c’était bien, mais c’était un peu dur aussi de voir que certaines personnes qu’ils avaient en face d’eux au quotidien n’étaient pas bien au courant de ce qu’ils vivaient. Donc, il s’est passé ça aussi et cela a eu bien entendu des effets sur la construction du questionnaire.

Une enquête pour informer mais aussi pour agir

Je vais maintenant en venir plus précisément là-dessus et sur le choix de questionnaire qu’on a fait parce que cela a été l’objet de discussions. On ne pouvait pas faire un immense questionnaire, il fallait qu’on centre sur un aspect en particulier. Ce qu’on a décidé de privilégier – et ça ne s’est pas fait facilement -, c’était de se dire : « voilà, on veut construire quelque chose de sociologiquement tenable, quelque chose qui fonctionne, mais avec une visée de lutte ». L’idée, c’est de montrer à l‘institution qu’elle fait travailler des gens en emplois précaires et que ces emplois-là, pour la très grande majorité d’entre eux, devraient être des emplois pérennes, parce que, de fait, il y a quelque chose qui dysfonctionne sur ce plan précis, pour créer une revendication à cet égard. Ce qui veut dire que l’on n’a pas pris en compte les trajectoires des précaires, on n’a pas fait une recherche cherchant à savoir qui est le plus exposé à la précarité en fonction des capitaux culturels et autres accumulés ou pas au cours de la trajectoire scolaire, familiale, etc. Ce qui a été un deuil et a fait débat car c’était du coup mettre la précarité au centre, tout en décentrant une partie des causes de la précarité qui ne sont pas qu’institutionnelles mais qui sont aussi en amont dans les trajectoires individuelles. L’autre deuil que l’on a fait pour resserrer la problématique, c’était de parler des conditions de travail des précaires, pour partie de leurs conditions de vie, mais assez peu. On voulait centrer sur la rémunération, sur les effets au niveau symbolique, etc., mais tout ce qui était de l’ordre du privé, hors de l’enseignement supérieur et de la recherche publics a été un peu pris en compte, parce qu’on ne  l’a pas totalement éliminé, mais finalement ça n’a pas pris une place énorme dans l’ensemble du questionnaire parce qu’on voyait que si l’on partait là-dedans, ce qui serait une enquête en soi et qui aurait évidemment beaucoup de signification, on doublait la taille du questionnaire.