8° séance séminaire PDS : Le panel de l’enquête_Wilfried Rault

Les difficultés relatives au recueil des données sur la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche publics

Pour introduire notre propos, on va revenir tout d’abord sur la genèse de ce projet qui est en fait lié à deux éléments[1]. Tout d’abord un contexte, qui est celui qu’a rappelé Sylvain Piron à l’instant, c’est à dire celui du développement de la recherche sur contrats depuis quelques années. Evidemment, au-delà de cette évolution, on sait que la précarité dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche n’est pas un fait récent. Le deuxième élément relève de la qualité des données dont on dispose par rapport à ces situations dans la mesure où il est relativement difficile de restituer ces situations de précarité dans la recherche et l’enseignement supérieur. En effet, les établissements de recherche et d’enseignement supérieur sont séparés et n’ont pas forcément de liens entre eux. La loi sur l’autonomie des universités peut, quant à elle, tendre à compromettre l’unification des données relatives aux universités. Certes, on dispose de quelques sources, notamment ce qu’on appelle les bilans sociaux dans les universités et les huit EPST (Etablissements publics à caractère scientifique et technologique). Mais ces bilans sociaux sont quelque peu problématiques dans la mesure où l’on a un aperçu relativement partiel des situations de précarité puisque ne sont recensées dans ces bilans que les personnes qui sont sous contrat dans les établissements concernés. Ce qui signifie que, en marge de ces personnes, vous avez des personnes qui de fait travaillent dans la recherche, mais ne sont pas nécessairement sous contrat ou font des vacations et ne sont pas prises en considération par ces bilans sociaux. Cela compromet, d’une certaine manière, la connaissance des situations de précarité.

Le projet d’enquête et sa méthode

Pour nous, il semblait donc relativement important, compte tenu du contexte que j’évoquais, et de ces espèces d’angles morts, pourrait-on dire, de la statistique publique, d’essayer de monter un projet d’enquête permettant de restituer la diversité des formes de précarité. Bien évidemment, cette initiative supposait d’aller chercher nous-mêmes les personnes concernées, donc de les sensibiliser. C’est la raison pour laquelle en aucun cas on ne peut considérer que l’enquête dont on va vous parler constitue un recensement. Il ne s’agissait pas du tout de dénombrer les précaires. C’est relativement difficile, pour les raisons précédemment indiquées. Cela supposerait d’avoir dans tous les établissements concernés des relais particulièrement fiables et informés de la situation de toutes les personnes qui travaillent dans les établissements de la recherche et de l’enseignement supérieur, ce qui est quasiment impossible. Toutefois, il nous semblait possible justement de dessiner les visages de la précarité. Par conséquent, ce que l’on va vous présenter ici n’est pas un recensement mais une enquête qui repose sur une participation volontaire et qui, de ce point de vue, n’est pas sans faire penser à des enquêtes qui ont pu être réalisées sur le même mode de participation volontaire auprès de populations qui ne sont pas toujours faciles à atteindre.

Pour pouvoir atteindre la population à laquelle nous nous intéressions, nous avons opté pour un mode de passation du questionnaire par internet pour une raison simple : la plupart des personnes qui travaillent dans l’enseignement supérieur et la recherche sont en contact avec cet outil de manière très régulière et les réseaux, les listes de diffusion permettaient de faire connaître notre projet.

Avant d’en venir de manière un peu plus détaillée à la genèse de l’enquête, j’en indiquerai les premiers résultats d’ensemble. Plus de 4000 personnes ont répondu à l’enquête – 4409 exactement -, ce qui est assez considérable et en tout cas peut permettre, sur un plan statistique, de faire pas mal de choses. En outre, il faut savoir que plus de 1000 personnes ont répondu dans les 36 heures qui ont suivi la mise en ligne du questionnaire. Ce qui est plutôt révélateur du fait que cette enquête était un peu, d’une certaine façon, attendue.

Je vais laisser la parole à Isabelle Clair pour évoquer la genèse de ce travail.


[1] Le Powerpoint de la présentation se trouve à cette adresse : https://www.archive.org/details/8SeanceSeminairePolitiquesDesSciencesEnqueteSurLaPrecariteDans