8° séance séminaire PDS : présentation_ Sylvain Piron

Je suis très heureux d’introduire cette séance. Quand on a pensé au programme du séminaire, on a tout de suite songé qu’il fallait consacrer une séance à la question de la précarité et des précaires. C’est effectivement l’un des phénomènes les plus inquiétants des tendances actuelles de transformation de l’enseignement supérieur et de la recherche que l’on a pu constater depuis longtemps, notamment avec le développement de la recherche sur contrats de courte durée. Ce mode de financement impose la création de personnels précaires. Ce n’est pas seulement une question de solidarité avec les jeunes générations qui sont en difficulté pour obtenir des postes fixes ; c’est aussi une question qui remet en cause assez profondément la façon dont ont peut penser la recherche et l’enseignement supérieur, qui modifie considérablement l’exercice de nos métiers pour tout le monde, y compris pour les statutaires. C’est pourquoi cette question soulève énormément d’enjeux. Et, d’autre part, l’un de nos moto est de vouloir faire des séances fondées sur des recherches de terrain effectives avec des acteurs qui viennent présenter leurs dossiers. Et évidemment nous n’avons jamais le temps de faire nous-mêmes les recherches et là, par un heureux hasard – qui n’est pas un hasard du tout -, il se trouve qu’une enquête assez fouillée a pu être réalisée sur la question précisément de la précarité[1]. Cette enquête a été lancée à l’initiative de l’intersyndicale pendant l’automne et ses résultats ont été rendus publics la semaine dernière. C’est tout frais et c’est en même temps un matériau vraiment exceptionnel qui donne pour la première fois une vision de ce que peut être la diversité des statuts précaires dans l’université, la recherche et l’enseignement supérieur.

Le travail qui a été fait correspond donc exactement au genre de travail que nous voulons présenter, et discuter dans le cadre de ce séminaire et est la raison pour laquelle nous sommes extrêmement heureux de donner la parole à Isabelle Clair, sociologue au Cnrs, et Wilfried Rault, sociologue à l’INED (Institut National des Etudes Démographiques), qui ont tous les deux collaboré à cette enquête et vont la présenter maintenant[2]. Je leur laisse la parole tout de suite.


[1] Le rapport est accessible ici : http://www.precarite-esr.org/ A rajouter les résultats de l’enquête sur les chercheurs non permanents des EPST réalisée par l’OST, consultable à cette adresse : http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3056

[2] Voir aussi l’interview vidéo des auteurs de l’enquête : http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3089 ainsi que l’audio de la journée organisée au siège du Cnrs le 8 février 2010 sur la précarité : http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3090