Synthèse du débat sur les politiques régionales en matière de recherche et d’enseignement supérieur_120210

Je relaie ici le compte rendu synthétique d’un débat sur l’ESR organisé à l’initiative du vice-Président de la région Ile-de-France chargé de l’enseignement supérieur et de l’innovation. La raison de la présence de ce texte en tribune libre est qu’il ne s’agit pas d’une tribune politique en faveur d’un parti, mais bien d’une discussion sur la politique scientifique. MB

Suite à la rencontre du 12 février relative aux universités, à la recherche et aux politiques régionales à mener dans ces champs, Europe Ecologie a organisé le 17 février, toujours dans le cadre de la campagne électorale, une rencontre sur le thème de la mastérisation.

Pour nourrir ce débat, avaient notamment été invités des universitaires, des chercheurs et chercheuses, des syndicalistes, des représentants de parents d’élèves, des instituteurs/institutrices etc.

Vous trouverez en pièce jointe la synthèse de ces échanges.

Vous en souhaitant bonne lecture,

Marc Lipinski
Vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
Candidat Europe Ecologie dans les Hauts-de-Seine

Europe Ecologie

Rencontre du mercredi 17 février 2010 – la « mastérisation »

Salles des thèses
Université Paris Diderot

Marc  Lipinski  –  Vice-président  du  Conseil  régional  d’Ile-de-France  en  charge  de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, candidat Europe Ecologie (Hauts de Seine)
Marc  Lipinski  revient  sur  le  contexte  dans  lequel  cette  rencontre  est  organisée.  Vendredi dernier, le 12 février, Europe Ecologie a organisé une rencontre-débat, à laquelle certains ici présents  ont  participé,  autour  des  enjeux  liés  aux  réformes  menées  par  le  gouvernement  en matière d’enseignement supérieur et de recherche : face aux changements récents ou à venir et à leurs implications (plan campus, pôles d’excellence, PRES, LRU, RCE notamment), quelles politiques  doivent/peuvent  mener  les  régions ?  Aujourd’hui,  il  s’agit  de  poursuivre  ces échanges mais en se concentrant sur une autre réforme, celle de la formation des professeurs :
la « mastérisation ».

A cet égard, il est important de revenir quelques instants  sur les compétences des  Régions. Certes, l’enseignement supérieur et la recherche ne sont pas une compétence obligatoire des régions.  Ces  domaines  demeurent  une  prérogative  de  l’Etat.  Toutefois,  depuis  quelques années,  l’Etat  sollicite  de  plus  en  plus  les  collectivités  territoriales,  et  particulièrement  les Régions. Les Régions financent ainsi la recherche, soutiennent des programmes de mobilité internationale,  construisent  des  bâtiments  d’enseignement,  de  formation  etc.  En  outre,  les Régions  sont  concernées  par  les  réformes  en  cours  quant  à  la  formation  des  professeurs puisque,  d’une  part,  elles  sont  compétentes  en  matière  de  formation  professionnelle  et  que, d’autre part, elles sont sollicitées pour financer des bâtiments de formation et d’enseignement.

Compte tenu de l’actualité récente, Marc Lipinski a souhaité des discutions avec les syndicats, les  professeurs,  les  parents  d’élèves  et  toutes  les  personnes  qui  se  sentent  concernées  ou intéressées  par  les  graves  conséquences  à  prévoir  des  réformes  actuellement  menées  par  le
gouvernement :
–    diminution de nombre des postes statutaires dans l’Education nationale ;
–    cas  de  la  procédure  intentée  par  des  parents  d’élèves  contre  l’Etat  car  leur  enfant  a
connu, en 12 mois, pas moins de 18 instituteurs, d’où une demande de remboursement
des cours particuliers payés par les parents pour compenser cette instabilité ;
–    réforme  de  la  formation  des  professeurs  de  premier  et  second  degrés  par  la
« mastérisation »
–    avenir en question des IUFM, avec le cas spécifique de l’IUFM d’Antony.

Frédéric Tournier – enseignant chercheur à l’université Paris Diderot
Frédéric  Tournier  confirme  que  les  Régions  sont  de  plus  en  plus  sollicitées  par  les établissements.  La  réunion  ayant  débuté  par  l’évocation  d’un  fait  divers,  Frédéric  Tournier  souhaite que la question de la violence et de la sécurité dans les établissements scolaires soit évoquée aussi, et que la Région se positionne par rapport à cette problématique importante qui semble s’amplifier, et à laquelle l’Etat répond par des moyens répressifs ou de surveillance, alors qu’il s’agit avant tout d’un problème éducatif et d’encadrement.

Arnaud Le Ny – SNESUP, enseignant à Paris Sud
Arnaud Le Ny indique que le manque d’encadrants et de professeurs est un élément à prendre en compte quand on évoque les enjeux d’insécurité dans les établissements. Toutefois, si les enjeux  de  sécurité  et  de  formation  des  professeurs  sont  liés,  ces  deux  problèmes  sont également distincts.

Jean-Louis Fournel – SLU, Paris 8
Pour Jean-Louis Fournel, ce serait une erreur que de dissocier la question de la  sécurité de celle de la réforme de la formation des professeurs. Il est essentiel de préciser les enjeux de la réforme  de  la  formation  des  professeurs.  Cette  réforme  représente  un  réel  risque  pour  la formation des élèves.

Pour  économiser  16  000  postes  de  fonctionnaires,  le  gouvernement  supprime  l’année  de formation  en  alternance  rémunérée  dont  bénéficiaient  les  nouveaux  enseignants  après  leur réussite  au  concours.  Ainsi,  dès  la  rentrée  prochaine,  plus  de  16  500  jeunes  professeurs exerceront   à   plein   temps   et   en   pleine   responsabilité   sans   avoir   reçu   de   formation professionnelle.

Or, les premières victimes seront avant tout les élèves. Dès septembre prochain, SLU estime que ce sont 1,6 million d’élèves qui seront directement touchés par cette réforme, c’est à dire les  1,6  million  d’élèves  qui  suivront  des  cours  dispensés  par  des  enseignants  débutants  et n’ayant pas reçu de formation préalable.

En outre, le « compagnonnage » prévu pendant les premières semaines par un tuteur a pour conséquence que ce tuteur ne pourra pas s’occuper de ses propres classes au début de l’année scolaire.  Puis,  au  deuxième  trimestre,  une  formation  accélérée  sera  dispensée  à  ces professeurs débutants : il faudra alors remplacer ces derniers par des étudiants (en Master 2 ou en Master 1).

Ce sont donc deux personnes sans expérience qui se succèderont au cours de l’année scolaire devant chaque classe. Dans les écoles maternelles et élémentaires, ce sont 168 000 élèves qui seront  pris  en  charge  par  un  enseignant  débutant,  sans  formation  professionnelle.  Dans  les collèges et les lycées ce sont au total pas moins d’ 1,5 million d’élèves, soit plus d’un élève du secondaire  sur  quatre,  qui  auront  face  à  eux  un  enseignant  débutant,  sans  formation professionnelle.

Pour expliciter son propos, Jean-Louis Fournel donne l’exemple suivant :
–    en septembre prochain, quelqu’un qui aura réussi le CAPES sera nommé dès la rentrée
dans un collège ;
–    ce  professeur  débutant  donnera  en  moyenne  18  heures  de  cours  par  semaine,  sans
avoir reçu la moindre formation complémentaire ;   3
–    pour   l’accompagner   dans   les   deux   premiers   mois,   un   professeur   expérimenté
accompagnera  ce  jeune  professeur (mais  ce  professeur  expérimenté  n’est  pas  un
formateur), il s’agit d’un « compagnonnage », non d’une réelle formation ;
–    pendant  ces  deux  mois,  le  professeur  expérimenté  (compagnon)  sera  alors  remplacé
par un contractuel qui donnera des cours à sa place ;
–    puis,   en   début   d’année   civile,   (au   deuxième   trimestre),   le   jeune   professeur
nouvellement reçu au CAPES partira en formation complémentaire accélérée et sera
alors remplacé par un étudiant en master 2 ;
–    dans certains cas, ces jeunes professeurs seront remplacés par des étudiants en master
1 (qui n’ont donc pas encore eu le concours).

Ainsi, à deux reprises, les cours seront pris en charge par des contractuels ou par des étudiants en master 1 ou 2. Les victimes de cette réforme, qui vise essentiellement pour l’Etat à faire des économies en supprimant l’année de stage, sont donc directement les élèves.

Thierry Le Cras – UNEF
Thierry Le Cras  estime lui aussi que la réforme menée par le gouvernement est uniquement guidée  par  un  souci  de  restructuration  budgétaire.  Il  s’agit  de  diminuer  le  nombre  de
fonctionnaires. Cette réforme écrase en outre le rôle des IUFM qui permettaient la formation professionnelle des étudiants pour qu’ils deviennent des professeurs.

Il souhaite également mettre en avant un autre effet pervers de cette réforme. En allongeant la durée de la formation (via la mastérisation) et en supprimant la deuxième année d’IUFM qui était jusqu’alors rémunérée, la mixité sociale des étudiants est menacée. L’allongement de la durée des études à BAC + 5 réduira la diversité sociale des étudiants car les études longues coûtent cher. En outre, le stage étant rémunéré mais non obligatoire, la réforme pénalise les étudiants  qui  feront  des  stages  pour  financer  leur  formation  et  qui  auront  par  conséquent moins de temps à consacrer à la préparation du concours. Cette réforme creuse les inégalités entre  ceux  qui  ont  besoin  de  financer  leur  formation  et  les  étudiants  n’ayant  pas  besoin financièrement  d’effectuer  un  stage.  A  noter  que  le  stage  ne  peut  pas  être  obligatoire  en master car cela reviendrait à empêcher les candidatures libres.

Enfin, Thierry Le Cras insiste sur une autre inégalité : les universités étant libres d’ouvrir ou non  les  concours,  il  y  a  une  inégalité  qui  est  créée  entre  les  universités.  Or,  le  maillage territorial  demeure  un  enjeu,  malheureusement  remis  en  question  par  le  gouvernement  qui détruit les IUFM.

Jean-Louis Fournel
Jean-Louis  Fournel  indique  que  les  IUFM  ont  été  créés  il  y  a  une  vingtaine  d’années.  Il s’agissait  de  donner  plus  de  contenu  et  une  structure  plus  solide  à  la  formation  des
professeurs. Toutefois, il est vrai que l’opposition entre « pédagogistes » et « disciplinaires » n’a jamais cessé, et a d’ailleurs été dommageable.

Les  IUFM  faisant  partie  intégrante  des  universités,  une  concurrence  notable  entre  ces dernières  est  favorisée.  Dernièrement,  la  décision  du  gouvernement  d’attribuer  le  nouvel emplacement  de  l’IUFM  d’Antony  (désormais  à  Gennevilliers)  à  l’université  de  Cergy  au détriment de l’université Paris Ouest témoigne de cette concurrence. L’intégration des IUFM au sein des universités pose en outre la question de l’intégration des personnels des IUFM,  aux  statuts  très  divers,  et  de  leur  transposition  dans  l’enseignement  supérieur.  Enfin,  il remarque  que  l’expression  nouvelle  d’ « école  interne »  tend  à  remplacer  l’utilisation d’ « IUFM ».

Vincent Berger – Président de Paris 7
Vincent  Berger  fait  part  de  son  inquiétude  concernant  la  pérennisation  des  liens  entre  les IUFM et les universités partenaires des IUFM. Ceci a à voir avec l’enjeu spécifique des plafonds d’emplois, fixés par le gouvernement, dans le  cadre  de  l’autonomie  des  universités.  Pour  l’université  Paris  Diderot,  alors  que  les compétences  et  la  charge  de  travail  augmentent,  suite  à  l’attribution  des  Responsabiités  et Compétences Elargies (RCE) le plafond d’emplois demeure constant.  Cette  situation  génère  une  tension  entre  les  universités  qui    tendent  à  se  replier  sur  elles-mêmes et à se désengager des structures inter-universitaires.

Vincent Berger illustre son propos par l’exemple de l’IUFM de Paris qui est rattaché à Paris 4. Lorsque  Paris  4  sera  autonome,  dans  le  cadre  de  la  LRU,  les  emplois  de  l’IUFM  seront comptabilisés comme des emplois revenant à Paris 4. Ce sera dès lors la mort programmée de l’IUFM en tant que structure inter-universitaire.

Ainsi, l’IUFM risque progressivement de disparaître en tant que structure inter-universitaire car  les  établissements  ne  vont  pas  utiliser  leurs  emplois  pour  des  coopérations  inter-
universiatires  alors  qu’elles  manquent  considérablement  de  personnel  pour  leurs  propres activités.

Jean-Louis Fournel
Par-delà  la  volonté  gouvernementale  d’opérer  des  restrictions  budgétaires,  quelles  qu’en soient les conséquences, Jean-Louis Fournel considère que les réformes menées sont le reflet d’une idéologie libérale. Il s’agit d’appliquer à l’enseignement supérieur les lois du marché.

Claude Loup – Vice-président FCPE Val d’Oise (mandaté par la FCPE Île-de-France)
Claude Loup renvoie à la lecture de l’article collectif signé par J.-J. Hazan pour la FCPE, paru dans  le  journal  Le  Monde  en  février  2009, « Parents  d’élèves,  si  vous  saviez »,  article  qui représente bien l’opposition des parents FCPE à la réforme de la formation et du recrutement des professeurs des écoles.

Il  dénonce  la  remise  en  question  de  la  mixité  sociale  dans  le  recrutement  des  professeurs opérée par la réforme actuelle.

En outre, il insiste sur le problème du manque de professeurs : à la rentrée de septembre 2009, environ 20 à 30% des postes n’étaient pas pourvus dans de nombreux collèges et lycées d’Île-de-France.  En  conséquence,  l’éducation  nationale  fait  alors  appel  à  des  professeurs  non titulaires,  à  des  contractuels.  Ces  derniers,  recrutés  dans  l’urgence,  et  non  formés,  sont souvent très vite démissionnaires. Le manque, voire l’absence, de professeurs joue également dans  les  questions  d’insécurité.  Dans  le  Val  d’Oise,  20%  des  heures  d’enseignement  sont perdues depuis le début de l’année !

Claude  Loup  dénonce  la  politique  du  gouvernement  qui  délaisse  l’enseignement  public  ou profit  du  privé.  Il  cite  comme  exemple  l’école  publique  d’Argenteuil  qui  est  chaque  année devant  de  nouvelles  difficultés  alors  qu’il  y  a  dans  la  ville  un  projet  d’implantation  d’un deuxième  site  de  l’École  alsacienne  avec  participation  de  fonds  publics  (vente  par  la Municipalité d’un terrain en centre ville pour 1 € symbolique) !

Marc Lipinski
Marc  Lipinski  revient  sur  la  préférence  donnée  au  privé  par  le  gouvernement  actuel.  Il  a personnellement  entendu  les  justifications  de  Valérie  Pécresse  pour  la  mise  en  place  de partenariats  public-privé.  S’appuyant  sur  l’exemple  du  désamiantage  de  Jussieu  et  de  son coût, elle en conclut en effet que l’Etat ne sait pas faire… au contraire du privé qui, lui, sait gérer !

Selon  Marc  Lipinski,  cette  logique  est  érigée  au  rang  de  dogme.  Dans  tous  les  champs,  il s’agit de diminuer le rôle de l’Etat, de ses actions et même de sa capacité d’intervention pour laisser la main au secteur privé qui serait « plus efficace et meilleur gestionnaire ». En outre, la paupérisation de l’Etat organisée par l’Etat lui-même avec le bouclier fiscal, la diminution de la TVA sur la restauration, la quasi disparition des droits sur les successions, diminue ses recettes et répond ainsi à cette logique : prouver l’incapacité de l’Etat et favoriser le secteur privé !

Laurence Bonzani – Directrice d’école, candidate Europe Ecologie N°2 dans le 91
Laurence Bonzani considère que la volonté du gouvernement de réformer les IUFM poursuit deux buts : d’une part, des économies budgétaires et, d’autre part, une idéologie libérale. Par-delà cette analyse, elle constate que, de facto, l’école publique subit aujourd’hui de nombreux coups qui l’abîment et la cassent.

Laurence Bonzani revient également sur deux points précédemment évoqués. Tout d’abord, elle estime que la violence ne peut pas être dissociée de l’échec scolaire. Enfin, elle insiste sur une des conséquences de la réforme des IUFM qui a été insuffisamment mise en exergue : les enseignants  –  qualifiés  « d’expérimentés »  –  qui  vont  accompagner  en  début  d’année  les professeurs  débutants  récemment  admis  au  CAPES  ne  sont  en  aucun  cas  des  formateurs. Outre  les  problèmes  de  remplacement  de  ces  compagnons-enseignants  dit  expérimentés pendant les  premières semaines de rentrée, il convient de souligner que l’accompagnement prodigué ne peut pas être comparé aux enseignements dispensés par des formateurs dont c’est le métier.

Vincent Berger
Vincent  Berger  souhaite  revenir  sur  les  conséquences  de  la  réforme  actuelle.  Lors  de  leur première  année  d’enseignement,  afin  de  remplacer  les  nouveaux  professeurs  pendant  leurs deux mois de formation (deuxième trimestre), ce sont des étudiants en Master 2 préparant les concours, qui auront une classe en responsabilité. Si jusqu’à présent le système en place avec les fonctionnaires stagiaires pouvait parfois poser quelques difficultés, il est indéniable que la réforme introduit une situation bien plus grave. Ce sont désormais des étudiants, qui n’auront pas encore eu le diplôme, qui enseigneront !

Vincent  Berger  insiste  sur  le  double  risque  induit  par  cette  réforme :  il  y  a  un  risque directement pour les élèves mais aussi pour les étudiants en position d’enseignants. On sait à
quel  point  une  mauvaise  expérience  lors  de  la  première  année  d’enseignement  peut  être traumatisante.  Comment  feront  ces  étudiants  qui  auront  une  classe  en  responsabilité  sans  y avoir été préparés ? Quelles conséquences cela aura pour ces professeurs en devenir ?

Jean-Michel Roussel – maître auxiliaire CPE non titulaire, Emancipation, Les Verts
Jean-Michel Roussel revient tout d’abord sur les IUFM. Ces derniers ont en effet toujours eu leurs  limites  qu’il  conviendrait  de  ne  pas  nier  aujourd’hui,  alors  que  ces  instituts  sont
menacés. Dans le secondaire notamment, les IUFM n’ont pas toujours apporté la preuve de leur efficacité.

Concernant  l’existence  de  contractuels,  Jean-Michel  Roussel  souhaite  témoigner  de  leur importance numérique mais aussi de leur efficacité. Dans le secondaire tout au moins, il n’est pas forcément obligatoire de passer par un IUFM pour être un bon professeur. La situation de ces  professeurs,  qui  enseignent  parfois  depuis  de  nombreuses  années,  devrait  faire  l’objet d’une  attention  particulière.  La  titularisation  de  ces  personnels  en  situation  de  précarité s’avère, selon lui, nécessaire.

Frédéric Tournier
Frédéric Tournier s’interroge sur les actions entreprises par la région Ile-de-France en faveur de l’école privée. Marc Lipinski précise que les régions ont la compétence obligatoire sur les lycées publics mais que des subventions peuvent également être attribuées à des lycées privés sous contrat afin de réaliser des travaux.

Claude Loup
Claude Loup souhaite savoir si la Région Île-de-France  a prévu de contribuer au financement de  la  construction  de  l’École  alsacienne  à  Argenteuil.  Si  certaines  familles,  notamment  les plus aisées, accueillent très favorablement l’installation à venir de l’École alsacienne, Claude Loup  insiste  sur  le  fait  que  l’école  publique  d’Argenteuil  est  parallèlement  au  plus  mal  et souffre d’un désengagement de la puissance publique.

A cet égard, Marc Lipinski rappelle que, théoriquement, un délai de cinq ans est nécessaire entre l’ouverture d’un établissement scolaire privé et son agrémentation qui lui permettra de prétendre  à  des  financements  publics.Vincent  Berger  précise,  quant  à  lui,  que  l’Ecole alsacienne existant déjà, il y a très probablement un système dérogatoire spécifique qui est en jeu pour contourner cette règle.

David Mbanza, Professeur des écoles, candidat Europe Ecologie (N° 5 dans le 92)
David Mbanza revient sur les IUFM afin de rappeler que si la réforme actuelle comporte de nombreux  dangers,  il  ne  faut  pas  pour  autant  mythifier  l’organisation  qui  prévalait  jusqu’à maintenant. En effet, en fonction des besoins, les étudiants inscrits sur liste complémentaire peuvent être amenés à être directement en responsabilité d’une classe sans avoir été formés alors que ceux qui ont réussi le concours bénéficient d’une année de formation à l’IUFM… Le système  actuel  n’est  donc  pas  parfait.  Or,  loin  d’être  une  amélioration,  le  projet  à  venir  va générer une aggravation.

Arnaud Le Ny
Arnaud Le Ny précise à cet égard que le problème est ici le nombre d’étudiants concernés par cette situation. Certes, les étudiants inscrits sur liste complémentaire pouvaient être appelés à dispenser des cours sans avoir été formés. Mais, avec la réforme, ce risque prend une échelle bien  plus  conséquente.  Ce  sont  désormais  au  moins  100  000  étudiants  qui  seront  appelés  à donner des cours !

Jean-Louis Fournel
C’est véritablement l’Education nationale, son devenir, qui est en jeu. La « mastérisation » est  l’arme de destruction massive de Nicolas Sarkozy contre l’Education nationale.

Thierry Le Cras
Thierry Le Cras constate que les dispositifs financiers de l’Etat sont insuffisants, notamment en  ce  qui  concerne  les  aides  allouées  aux  étudiants.  Or,  c’est  la  mixité  sociale  des  futurs professeurs qui est ici réellement en jeu.

Il souhaite savoir si, sur certains territoires, les régions peuvent aider ces étudiants afin qu’ils suivent  les  formations  dispensées  dans  les  IUFM.  Toutefois,  Thierry  Le  Cras  ne  voit  pas comment,  dans  le  contexte  actuel,  notamment  budgétaire,  les  Régions  pourraient  intervenir alors même qu’il s’agit là de compétences relevant de l’Etat.

Florent Pasquier, MCF IUFM de Paris
Florent Pasquier s’insurge contre les attaques massives du gouvernement à l’égard des valeurs républicaines et démocratiques. Il constate que nous assistons à une vague de privatisation qui concerne tous les secteurs : l’éducation, la santé, l’énergie, les transports etc.

Face à ce péril, il souhaite que tout le monde puisse se réunir et se mobiliser, quelle que soit son  appartenance  syndicale  ou  politique.  Pour  répondre  et  contrer  de  telles  menaces,  il convient  en  effet  de  mener  des  actions  massives :  « De  la  maternelle  à  l’université »  par exemple. Les parents d’élèves doivent également être mieux associés.

Vincent Berger partage ce constat et indique que la grande réussite du gouvernement réside en sa capacité à jouer sur les intérêts divergents des syndicats.

Arnaud Le Ny
Pour  Arnaud  Le  Ny,  la  « mastérisation »  est  plus  qu’une  arme  de  destruction  massive  du gouvernement contre l’Education nationale. C’est tout le contrat social de notre société qui est remis en cause.

Marc Lipinski
Marc Lipinski indique qu’il souhaitait initialement donner à ce débat une portée plus large. Il avait pensé faire un parallèle entre les réformes en cours dans l’éducation et celles concernant la santé. L’éducation nationale et l’hôpital public sont menacés par les mêmes démarches, la même idéologie et, de façon globale, il en va de même pour tout ce qu’on appelle le « service public » :  trop  cher  pour  le  gouvernement  qui  annonce  qu’il  va  rationaliser,  puis  le  service public  est  peu  à  peu  amputé,  amoindri,  son  efficacité  mise  en  doute…  au  profit  du  secteur privé !  C’est la mort voulue des services publics.

Concernant  la  capacité  des  Régions  à  intervenir,  Marc  Lipinski  souhaite  revenir  sur  les réformes en cours des collectivités territoriales. Avec la réforme de la fiscalité menée par le gouvernement,  la  suppression  de  la  taxe  professionnelle,  les  Régions  vont  avoir  moins  de ressources  fiscales,  remplacées  par  des  subventions  de  l’Etat.  Elles  vont  perdre  leur autonomie budgétaire. Dans ce contexte de diminution de leurs ressources financières, il ne sera pas possible pour les Régions d’intervenir dans les secteurs d’où l’Etat se désengage. Les Régions n’ont d’ailleurs jamais disposé des moyens suffisants pour envisager de se substituer à l’Etat défaillant.

Marc Lipinski se demande enfin quelles attitudes les universités vont adopter, notamment sur la question de mettre en place ou pas des maquettes de préparation aux concours et diplômes pour les futurs professeurs.

Vincent Berger
Vincent Berger indique que les universités sont placées face à un dilemme : elles doivent soit arrêter des formations soit s’adapter. Or, il rappelle que les universités sont désormais dans une  situation  concurrentielle.  Aussi,  l’attitude  des  uns  conditionne  les  réactions  des  autres. Lorsque Paris 1 décide de  s’adapter pour ne pas  « sacrifier » les étudiants d’une formation, Paris 3 et Paris 4 font de même.

Selon lui, prise isolément, si une formation devait fermer, cela ne génèrerait de conséquence sur    les  réformes.  Si  une  formation  devait  fermer,  les  étudiants  iraient  tout  simplement ailleurs.  Ceci  entraînerait  une  perte  indéniable  pour  l’université,  mais  sans  aucune  autre conséquence. Cela pourrait être ainsi comparé à un acte de sacrifice pur et simple.

Vincent  Berger  revient  sur  le  mouvement  initié  l’année  dernière  de  « non-remontée  des maquettes ». Le schéma décrit a ici été confirmé. Les risques pour les étudiants ont été de plus en plus mis en avant mais le mouvement s’est peu à peu essoufflé.

Jean-Louis Fournel
Jean-Louis  Fournel  souligne  également  la  question  des  jurys  de  CAPES,  ou  d’autres concours,  et  l’enjeu  du  boycott.  Pour  Jean-Louis  Fournel  il  est  essentiel  que  les  partis
politiques  s’engagent  à  revenir  sur  la  LRU  et  sur  la  mastérisation.  Dans  l’hypothèse  d’une alternance politique, l’engagement des partis politiques à revenir en arrière par rapport à ces réformes doit être ferme.

Marie-Albane de Suremain, MCF IUFM de Créteil
Marie-Albane  de  Suremain  indique  l’existence  d’une  piste  à  creuser  afin  de  trouver  des solutions pratiques permettant de contourner les réformes actuelles : il convient de dissocier la remontée des maquettes et la possibilité de passer les concours, pour répondre aux attentes des étudiants. L’alternative consiste à  reporter de quelques mois les épreuves écrites des concours (prévus de manière tout à fait irréaliste pour l’automne), ce qui permet de la sorte de revenir au  calendrier  actuel  (concours  au  printemps). Il  s’agirait  de  la  sorte  de  proroger  l’année  de transition actuelle, solution transitoire à reconduire. De la sorte, les dates de concours seraient décalées et l’inscription à la préparation au concours vaudrait inscription en master, comme cette année. Repousser au printemps les épreuves d’admissibilité des concours (écrits) permet en  outre  de  ne  pas  mettre  en  stage  en  responsabilité  pendant  l’hiver  ou  au  printemps  de simples étudiants déclarés admissibles aux concours à l’issue d’une session d’automne.

Florent Pasquier
Florent  Pasquier  s’inquiète  de  la  pérennisation  d’un  système  qui  s’est  construit  contre  la volonté de tous les acteurs concernés et qui augmente les fractures et inégalités déjà présentes. Il rappelle la nécessité de revenir au mot d’ordre de l’an dernier, à savoir l’exigence du retrait de tous les décrets concernant l’éducation et la formation « de la maternelle à l’université » comme  préalable  à  la  reprise  des  négociations.  Il  se  demande  quelles  actions  fortes, médiatiques et symboliques peuvent être menées  conjointement, et demande si par exemple s’il serait possible que tous les présidents d’universités et d’iufm via leurs instances mettent un terme aux inscriptions étudiantes, tout en laissant le champ ouvert à d’autres actions.

Vincent Berger
Vincent  Berger  pense  qu’un  des  enjeux  majeurs  est  la  bataille  de  l’opinion  publique.  Or, refuser les inscriptions aurait pour conséquence directe la perte de cette bataille de l’opinion publique. La prise en otage des étudiants ne sera pas acceptée par nos concitoyens.

Jean-Louis Fournel
Jean-Louis Fournel estime que la proposition transitoire de Marie-Albane de Suremain est très intéressante et rationnelle.