Henri-Edouard Audier_PDS 10 170310

On assiste depuis 2003 à un chamboulement progressif et complet des finalités, des modes de financement et des structures de la recherche. Si vous prenez la conférence de presse de Claudie Haigneré de septembre 2003[1], vous trouvez déjà à peu près tout ce qui nous est appliqué aujourd’hui. Et ce dans un contexte de décroissance de la part de la recherche qui lui est consacrée dans le PIB, alors que l’enseignement supérieur quant à lui suit l’évolution du PIB.

Pour donner un ordre de grandeur, la France occupait le 3° rang mondial, dans les années 70, elle était 5° dans les années 80, 7° dans les années 95, elle est 14° aujourd’hui. Par rapport au but affiché de 3% du PIB, le dernier budget, le « jaune » budgétaire, indique que l’on est à 2 ,02 % et, à l’exception d’une petite remontée entre 1997 et 2002, depuis à peu près quinze ans, on décroît constamment. Je crois que la situation est à peu près similaire lorsqu’on regarde le classement pour l’enseignement supérieur. On doit être 30 % en deçà de la moyenne OCDE pour les dépenses par étudiant sachant, au demeurant, que les dépenses par étudiant représentent le double dans les écoles et prépas de ce qu’elles sont dans l’université.

Le budget en trompe l’œil de la recherche et de l’enseignement supérieur

Les budgets Pécresse à cet égard sont assez incroyables. La ministre n’annonce que les bonnes nouvelles. Elle manipule complètement les budgets. Ces annonces oublient totalement de mentionner que chaque année il y a des suppressions de crédits. On a voté un budget le 15 décembre 2009. Le 21 janvier 2010 il y avait déjà un premier train de suppressions de crédits. Et cela n’a été dit par personne. L’an dernier, avec les suppressions, le budget a augmenté de 0,9 %. On est loin des 25 % qu’elle a annoncés à l’Assemblée nationale.

Sans détailler tous ces chiffres, qui sont faciles à trouver tellement les ficelles de la manipulation sont grosses, je crois que ce qu’il faut bien voir, c’est que le budget est un moyen pour changer fondamentalement les structures et les finalités de la recherche. Si vous prenez 2003, vous constatez une baisse de 30 % des crédits de base. Ça a continué de s’affaiblir excepté le petit rebond en 2004 pour les raisons que vous savez. Mais en même temps on a créé l’ANR (Agence Nationale de la Recherche). C’est à dire que cette baisse est en apparence compensée par l’ANR. En ce qui concerne les universités, actuellement les présidents sont contents parce qu’on leur transfère des compétences, donc ils ont plus d’argent et plus de choses à gérer. Ils ne voient pas qu’ils ont été grugés car on leur a transmis là les allocataires de recherche, la PEDR, etc., sans leur donner l’argent correspondant. Mais ils sont contents car ils ont plus d’argent et c’est visible : le budget des universités augmente. Mais, je suis désolé, quand on regarde globalement, c’est faux. Et je vais y venir.

Vous avez une étape de plus avec l’emprunt. Parce que l’emprunt, ce n’est pas le plan campus, cela va beaucoup plus loin. L’emprunt national, la façon dont ça se fait, vise en fait, à l’intérieur de l’ensemble des campus, des PRES (pôles de recherche et d’enseignement supérieur), avec statut ou non d’EPCS (Etablissement Public de Coopération Scientifique) ou de fondation, à cliver horizontalement et à détacher simplement une « élite ». Et en ce sens, je dirais presque, malgré toutes les clowneries de Pécresse sur les 30 % de boursiers admis en Grandes Ecoles, etc., qu’ils sont en train de dépasser le problème grandes écoles/universités au sens où il va y avoir l’ « excellence » qui va regrouper des grandes écoles, des morceaux d’universités, etc., et puis tout le reste, dans lequel il pourra également y avoir des grandes écoles, et qu’on laissera tomber.

L’annonce d’un milliard de plus relève d’une technique d’enfumage classique. Cela ne correspond à rien de tangible. L’ANR aurait ainsi apporté de l’argent frais. D’abord, cela me fait doucement rire d’entendre les SHS dire ça. Je voudrais quand même vous dire que vous représentez 40 % des effectifs universitaires et 3 % des crédits ANR. J’ai fait un petit calcul simple. Je me base uniquement sur les statistiques OCDE ramenées en euros constants. J’ai regardé en 2002 et 2006, c’est à dire qu’en 2006 l’ANR est opérationnelle, en 2002, elle n’existe pas encore. Quand vous regardez ce qu’on appelle les crédits de recherche académiques, vous constatez qu’ils ont diminué de 2 % dans cette période, c’est à dire que l’ANR a été prise sur d’autres crédits. Ces crédits sont ceux des organismes ou de vos salaires parce que, dans la même période, le pouvoir d’achat est descendu d’1 % chaque année. C’est à dire qu’en d’autres termes c’est vous finalement qui payez l’ANR. Les gens qui prennent un contrat ANR payent en même temps leur moyen de travail, car si leurs salaires avaient été revalorisés correctement, l’ANR aurait été beaucoup plus restreinte.

Mais vous pouvez faire la même chose avec le plan campus. Son montant est de 3,7 milliards. Ils ont voulu faire un coup de publicité en mettant d’un seul coup sur le marché 5 milliards d’actions EDF. Si bien qu’au lieu de récupérer 5 milliards, ils en ont récupéré 3,7. Et c’est pour ça que vous verrez que dans le grand emprunt il y a 1,3 milliard qui traîne quelque part, pour le plan campus. C’était pour compléter. Mais le plan campus est une gigantesque escroquerie. Parce qu’il y a de l’argent, certes, mais qu’il va falloir rembourser. Et chaque année cet argent sera remboursé sur les crédits de l’enseignement supérieur et de la recherche. En laissant de côté la question de l’opportunité de l’emprunt, on ne peut malgré tout pas dire que c’est de l’argent en plus. Vous n’additionnez pas votre salaire et vos emprunts. Autrement vous seriez souvent très riches. Voilà à peu près le tour de passe-passe que fait la ministre.

Le grand emprunt, c’est bien pire. Je vous ai dit qu’il y avait eu un collectif budgétaire au 21 janvier 2010. Dès cette année, le grand emprunt va rapporter 500 millions. Vous pouvez vérifier que le collectif du 21 janvier porte sur 500 millions. Eric Woerth a annoncé qu’étant donné qu’il faut rembourser le grand emprunt, à partir de 2011, malgré les promesses faites, au moins pour les organismes et pour les opérateurs de l’Etat, l’emploi descendra de 5 % et les crédits de 10 %. C’est à dire que le grand emprunt on le paye, c’est simplement un transfert de ligne, mais qui permet de faire en sorte que l’on change de politique, que ça soit l’Etat qui décide où et quand il met l’argent.

La vision politique derrière les questions budgétaires

Tout ça pour quoi faire ? Je crois qu’on est dans une vision étroitement utilitariste. C’est l’application de la vieille théorie réactionnaire qui veut que le stock des connaissances est bien assez suffisant, le seul problème c’est qu’on les exploite mal. Conformément à cette vision utilitariste, ils ont brisé tout ce qui était solidarité, approche globale, approche dans le temps. C’est à dire qu’ils ont brisé les laboratoires par les appels d’offres ANR, par équipes, etc., ils ont tenté de briser les organismes, on y reviendra. En même temps, on a remplacé les projets de travail sur le long terme de la recherche par un travail sur projets, c’est à dire sur le court terme, mais en inversant la charge de la preuve. Parce que, quand même, lorsqu’un laboratoire déposait sa demande d’association, il déposait ce qu’il voulait faire. Il s’inscrivait dans rien du tout a priori. Alors, éventuellement il discutait avec son directeur scientifique, etc. Mais là c’est l’inverse, il doit s’inscrire dans un certain nombre de créneaux, sauf les projets dits « blancs », qui sont en fait de plus en plus colorés puisqu’on a commencé maintenant à en faire dix ou vingt sur rubriques. Donc ça, c’est le problème de travail à court terme ou à long terme évidemment avec l’impact négatif qu’un travail à court terme peut avoir sur la contribution d’une recherche au progrès des connaissances. Un autre aspect, souvent sous-estimé à mon avis, c’est la part croissante que prend toute la technocratie engagée, qui n’est évidemment pas neutre. Bien-sûr, il y a l’ANR, bien-sûr il y a l’AERES, mais regardez au Cnrs. Il y a eu un pouvoir du secrétaire général de plus en plus grand. Désormais, le secrétaire général est directeur général adjoint. Et quand vous lisez le rapport Aghion, en laissant de côté les corrélations fumeuses auxquelles il se livre pour appuyer son propos, vous constatez qu’il distingue, au niveau d’une université, le staff scientifique du staff gestionnaire. Puisque, évidemment, étant donné qu’il y a un désengagement financier de l’Etat, un recours de plus en plus grand aux fondations est requis, avec les Fundraisers, etc., et c’est cette direction administrative qui prendra évidemment le dessus.

Ils ont une stratégie évolutive. A mon avis, ils savent parfaitement où ils vont, mais ils ne savent pas, au jour le jour, par où ils vont passer. C’est à dire en gros ils lancent quarante boules. S’il y en a quatre qui passent, il y en a quatre qui passent. Si on les bloque momentanément sur tel ou tel aspect, ils essaient de passer autrement. Et donc, les structures qu’ils mettent en place sont elles-mêmes évolutives dans leur rôle. L’ANR a été l’élément phare, mais l’ANR est désormais moins importante. Pourquoi ? Du fait de la résistance opposée par le Cnrs à ceux qui voulaient le dissoudre, car les instituts du Cnrs restent dans le Cnrs avec un budget voté par le conseil scientifique, avec un directeur nommé par la direction générale. Mais ils ont créé autre chose, au-dessus ils ont créé les « Alliances ». Elles vont déterminer les grandes orientations de recherche. Leur organisation était très peu démocratique car elles s’inspirent du SNRI (Stratégie Nationale de la Recherche et de l’Innovation). Or, cette SNRI ne comprend aucun élu. C’est une structure dont on a nommé les commissions en fonction des conclusions attendues. Le comité national du Cnrs en a été également exclu alors que son rôle est tout de même celui de prospective et n’est pas remis en cause. Et c’est cette SNRI qui passe aux Alliances et qui va ensuite donner des ordres à l’ANR et aux organismes. Je pense que les choses vont également beaucoup plus loin avec le grand emprunt. Faute de temps, je ne développerai pas ce point.

La précarité comme outil de pilotage scientifique

Je voudrais parler de la précarité. Dans les années 79-80 on avait intégré 6000 précaires. Il y avait deux points qui étaient aberrants : anthropologie et ethnologie où les personnes envoyées en mission dans différents points du globe vivaient de contrats à très court terme. C’était une situation déjà préoccupante. Mais si l’on regarde sur l’ensemble des disciplines, la précarité est d’abord un moyen de pilotage. C’est à dire que les laboratoires qui ont besoin de faire des choses passent des contrats ANR et prennent des CDD. Le deuxième point est le désengagement de l’Etat. Auparavant, il y avait un statut unique pour les BIATOSS. Mais ce statut est désormais compromis du fait du recrutement de CDI. Cette mise en cause des statuts est valable aussi pour le Cnrs puisque dorénavant les organismes peuvent embaucher des CDI. C’est à dire que cette précarité, qu’on la chiffre à 40 000, 50 000, 60 0OO, cela importe peu, il va falloir la lier à la problématique dont elle est issue, et en particulier tous les CDD ANR par exemple, et donner des mots d’ordre précis pour chacun des types de CDD. Pour les CDD et les CDI de l’université, c’est très simple, il suffit de transférer les crédits de façon à créer des postes. L’argent existe. Pour les contractuels de l’ANR, l’argent existe, etc. Dans les cas comme l’anthropologie, il faudra trouver des revendications extrêmement précises. En-dehors de l’aspect destruction des statuts, etc., il y a la question de savoir pourquoi nous sommes fonctionnaires. Ce statut a été créé pour que les agents de l’Etat soient à l’abri des pressions personnelles, politiques et économiques. Or, justement, tout l’enjeu actuel, c’est de les mettre à la remorque. On est en train de créer une nouvelle prime, ce que j’appelle une « prime à la casse ». Je m’explique. Dans l’industrie pharmaceutique, il y a 1300 licenciements dans les postes de recherche à Sanofi-Aventis. Le jour même où Syrota, de l’Alliance pour les Sciences du Vivant, annonçait que désormais 30 % de la recherche du privé se ferait en coopération avec le public, il y avait dans les Echos ou la Tribune l’annonce des licenciements chez Sanofi-Aventis. Ce qu’on va faire, c’est forcer les coopérations. Vous avez des laboratoires qui n’auront pas d’argent et qui vont avoir intérêt à passer des contrats avec le privé. Le privé, ça ne lui coûte pas grand-chose, parce que le crédit d’impôt est doublé. Ça lui coûte 40 % quand il passe un contrat, le reste, 60 %, c’est l’Etat qui paie. Mais pour être sûr que ça marche bien, eh bien on va avoir une prime où l’on va pouvoir se payer sur la bête. C’est à dire que chaque fois que vous passez un contrat avec le privé, vous allez pouvoir reverser 10 % des salaires à l’ensemble des individus.

En outre, cette précarité est un aspect complètement dissuasif pour que les jeunes aillent vers la thèse et le doctorat. L’enquête du ministère montre que le nombre de docteurs en France va baisser de 30 % en dix ans. Je rappelle qu’on formait 10 000 docteurs par an, la Grande-Bretagne 15 000, l’Allemagne 25 000. Mais l’Allemagne est restée un pays industriel contrairement à nous.

Dernier point. Il y a eu une enquête il y a quatre ans qui avait conclu que les Britanniques étaient les rois de la précarité. Une commission parlementaire a montré trois choses : 1/ une gêne complète au fonctionnement collectif des laboratoires ; 2/ une sélection à rebours. Au fur et à mesure que les gens trouvaient des emplois, ils s’en allaient ; 3/ on ne forme pas de spécialistes. Les gens, en sciences, qui ont un contrat, et qui veulent continuer à assurer leur existence matérielle, vont sur un autre contrat. Mais celui-ci n’a pas nécessairement le même sujet. Par conséquent, vous ne formez jamais de gens pointus dans quelque chose. Et je crois que la précarité, en-dehors de tout ce qui a été dit, c’est peut-être la menace la plus grave qui existe pour la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche français.


[1] Voir à ce sujet : http://wwww.enseignementsup-recherche.gouv.fr/discours/2002/plf2003.htm et http://www2.enseignementsup-recherche.gouv.fr/discours/2003/budget2004.htm ; voir également le commentaire d’Henri Audier : http://www.humanite.fr/2004-02-10_Tribune-libre_-D-un-chercheur-d-en-bas-a-Claudie-Haignere-Par-Henri