Robert Descimon Présentation 10° séance séminaire PDS: « Parlons argent »_170310

Je remercie les trois participants qui vont animer ce débat. Un débat dans lequel nous allons parler argent mais en examinant cette question d’une façon qui se veut ample. Trois participants qui sont Jean Fabbri, la « procuratrice » de Mademoiselle Obscure Précaire, qui avait beaucoup fait parler d’elle sur la toile l’an dernier,  et une très vieille connaissance pour moi, Henri-Edouard Audier, avec qui j’ai travaillé très longtemps au SNCS.

Nous prenons la suite d’un séminaire, qui est celui de Marcel Gauchet, où il est question de la crise de l’université et dans la culture. Pour Marcel, les réformes que nous vivons à l’heure actuelle, sont des réformes d’ordre civilisationnel, il s’agit de remettre en cause la définition même de nos métiers, en particulier de la fonction publique. Mais je crois qu’on peut dire aussi que la dimension « argent » est déterminante, comme elle l’a toujours été dans le déroulement des réformes.

Je précise que c’est une séance très syndicale et très FSU puisque Jean Fabbri est un ancien secrétaire général du Snes-sup, lequel Snes-sup est une institution qui pèse à l’intérieur de la FSU. Henri-Edouard Audier, quant à lui, a été très longtemps administrateur du Cnrs pour le Sncs et il a été l’un des animateurs depuis le milieu des années soixante-dix de ce syndicat qui était, comme le Snes-sup d’ailleurs, autrefois à la FEN.