Annonce du Séminaire ouvert « Politiques néolibérales et action syndicale »

Institut de recherches de la FSU

Séminaire ouvert « Politiques néolibérales et action syndicale »

Comment résister aux réformes néolibérales à l’échelle européenne ?

Le cas de l’éducation et de la recherche

Mercredi 7 avril 2010 de 18 heures 30 à 20 heures 30

SNESUP,  78 rue du Faubourg Saint-Denis, Paris 75010

Le sommet européen  des 25 et 26 mars 2010 a marqué le dixième anniversaire de la Stratégie de Lisbonne qui  oriente les politiques en matière d’éducation et de recherche en Europe.

Loin d’infléchir cette orientation le nouvel agenda Europe 2020 accentue la nature néolibérale des politiques de la façon la plus explicite. Selon les conclusions du dernier sommet, dans les dix ans qui viennent, l’Union devra toujours plus favoriser l’investissement privé, encourager la culture d’entreprise, orienter les formations scolaires et universitaires vers les besoins du marché du travail, favoriser la « mobilité » des jeunes chercheurs, faire dépendre la recherche des « besoins du marché ».

La vraie nouveauté est peut-être dans la naissance d’un mouvement européen de résistance à cette orientation, dont le sommet alternatif du 25 mars dernier au Parlement européen de Bruxelles a été la manifestation la plus visible.

Avec la création de collectifs comme Printemps 2010, après les réunions de Berlin, Paris, Vienne, au début de l’année 2010, on peut faire l’hypothèse que nous entrons dans une nouvelle phase marquée par un déplacement des niveaux et des formes de lutte, un renouvellement des acteurs impliqués et une transversalité inédite.

Notre séminaire ouvert du 7 avril entend faire le point sur les conditions d’apparition de cette résistance européenne, sur les éventuelles difficultés de sa gestation et de son développement, sur les perspectives que le mouvement peut se donner.

Trois acteurs de cette mobilisation exposeront et confronteront leurs analyses lors de ce séminaire ouvert :

Étienne Boisserie, historien, maître de conférences à l’Inalco, président de Sauvons l’université.

Isabelle Bruno,  Maître de conférences en science politique, co-animatrice du Collectif Printemps 2010,  membre du secteur International du Snesup

Marc Delepouve, enseignant de mathématiques à l’université de Lille 1,  membre du bureau national,  coresponsable du secteur international du SNESUP.

***

L’institut de recherches de la FSU vient de faire paraître un ouvrage d’analyse et de critique de la politique éducative européenne : Isabelle Bruno, Pierre Clément et Christian Laval, La Grande Mutation Néolibéralisme et éducation en Europe, Syllepse, 135 p., 2010, 7 euros.


1 pensée sur “Annonce du Séminaire ouvert « Politiques néolibérales et action syndicale »”

  1. Ce genre de bouquin (135 p. 7 euros), écrit par des statutaires de l’université, devrait être disponible en libre accès en archives ouvertes. Parce que 7 euros, c’est beaucoup quand on est pauvre, étudiant sans allocation, docteur précaire, ou « petit personnel » de l’enseignement supérieur et de la recherche. Jadis, au XIXe et au début du XXe siècle, des « éditions de propagande » à très bas prix étaient diffusés par les syndicats, les partis politiques, les églises. Pour instruire le peuple. Aujourd’hui, les écrivains de l’altermondialisation et de la « résistance » vendent leurs bouquins à prix fort. Marchandisation de l’altermondialisme ? Avec leurs droits d’auteurs, ils payent plus d’impôts pour alimenter le système qu’ils dénoncent. Pourquoi pas la double diffusion : archives ouvertes propagande instruction versus livre pour ceux qui ont les sous ou sont fétichistes du papier ?

    Eliane Daphy, militante accès libre aux publications scientifiques

Les commentaires sont fermés.