Annonce 13° séance séminaire Politiques des Sciences

*ÉCOLE DES HAUTES ETUDES EN SCIENCES SOCIALES*

Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif

Treizième séance – Deux ans de réflexion: bilan et pistes pour l’avenir

Cette treizième et dernière séance de l’année 2009-2010 sera consacrée à un tour d’horizon du séminaire qui bouclera ses deux ans d’âge, si on lui ajoute les « Grands Débats de l’EHESS » dont il est l’héritier. A cette occasion, nous invitons l’ensemble des organisateurs et intervenants des différentes séances qui ont eu lieu à venir y participer activement. Nous tirerons ensemble un bilan des thématiques couvertes par le séminaire et esquisserons des pistes pour l’avenir (un texte plus détaillé se trouve en bas de page)

Modérateur : Robert Descimon

le *mercredi 2 juin de 17 à 19 heures à l’amphithéâtre, 105 boulevard Raspail, Paris 6e

Un compte-rendu et un enregistrement de la séance seront disponibles quelques jours après sur les carnets du séminaire ;

(Un verbatim des précédentes séances y est consultable. Y est aussi indiqué comment accéder aux fichiers audio des séances précédentes)

de la part de:

Michel Agier (DE EHESS), Mathieu Arnoux (DE EHESS), Isabelle Backouche (MC EHESS), Michel Barthélémy (CR CNRS), Irène Bellier (DR CNRS), Alban

Bensa (DE EHESS), Alain Blum (DE EHESS), Juliette Cadiot (MC EHESS), Simona Cerutti (DE EHESS), Francis Chateauraynaud (DE EHESS), Fanny Cosandey (MC EHESS), Robert Descimon (DE EHESS), Sophie Desrosiers (MC

EHESS), Nicolas Dodier (DE EHESS), Jean-Claude Galey (DE EHESS), Nancy L. Green (DE EHESS), André Gunthert (MC EHESS), Elie Haddad (CR CNRS), Liora Israël (MC EHESS), Christian Jouhaud (DE EHESS), Cyril Lemieux (MC EHESS), Cédric Lomba (CR CNRS), Birgit Müller (CR CNRS), Mary Picone (MC EHESS), Sylvain Piron (MC EHESS), Sophie Pochic (CR CNRS), Alessandro Stella (CR CNRS), Christian Topalov (DE EHESS)

Les récents mouvements universitaires opposés aux réformes en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche ont soulevé de nombreuses questions sur le contenu de ces réformes, la doctrine qui les sous-tend et les objectifs qu’elles sont censées atteindre, ainsi que sur la manière concrète dont elles passent dans les faits. Ces mouvements ont aussi exprimé des refus et des exigences qui sont restés largement insatisfaits. Le séminaire de l’EHESS consacré aux politiques des sciences entend maintenir tous ces dossiers ouverts. Il fait appel à un grand nombre d’intervenants, tant les questions concernées supposent la mobilisation de compétences variées pour les aborder d’une manière rigoureuse et créatrice de nouveaux savoirs. L’ambition de ces carnets est de constituer la mémoire des travaux du séminaire, de porter le contenu de ses débats à la connaissance du plus grand nombre et d’inviter leurs lecteurs à faire connaître leurs propres points de vue.

L’un de ces objectifs est de prendre part à l’élaboration collective de la phase 2 du mouvement universitaire. Elle se définirait par la constitution d’un moment et d’un espace de réflexion critique et partagée que pourraient s’approprier, par le fait même de contribuer à son développement, le monde académique et tous ceux que l’avenir de l’enseignement et de la recherche préoccupe à un titre ou à un autre.

Adresses électroniques de contact : agier(at)ehess.fr,descimon(at)ehess.fr, topalov(at)ehess.fr

Suite du texte introductif :

Dans cette double mesure et attente, les contributions à cet échange de vues pourraient porter également, voire prioritairement sur un retour réflexif des collègues qui ont non seulement anticipé et analysé les changements apportés à la situation de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche par les réformes gouvernementales en cours, mais se sont efforcés d’articuler une réflexion scientifique sur le bouleversement du paysage universitaire, notamment par des initiatives locales ou/et des esquisses de propositions alternatives, voire des formes de recherche-action. Ces dernières ont été pour eux l’occasion de prendre les textes officiels comme base d’inférence et d’action afin d’élaborer des compréhensions et des initiatives alternatives à ce que ces textes et leurs orientations semblaient devoir prescrire de prime abord. Nous pensons ici, entre autres, aux initiatives des Refondateurs, de la Coordination Nationale des Universités (CNU), de SLU et SLR, des syndicats de la FSU, du SNESup et du SNCS, des Amis de Mlle Obscure Précaire, du Collectif Printemps-2010, et d’autres encore qui ont tous, à un moment ou à un autre, pris part et animé l’une ou l’autre des séances de ce séminaire depuis le commencement. Ce dernier s’intéresse aux actions et analyses qui ont participé au mouvement social des universités (étudiants, personnels non enseignants, universitaires, chercheurs, statutaires ou précaires…) et ont concrètement contribué à interroger le mode managérial qui semblait aller de soi d’une réforme parmi d’autres, en un problème méritant un examen et une action publics, sous des modalités variées.

C’est ainsi finalement qu’une affaire ministérielle et technocratique s’est retrouvée être, malgré elle, l’objet d’un débat démocratique portant à la fois sur ses attendus et ses finalités. Un débat dont l’un des mérites essentiels est de rendre accessible la technicité de ces réformes afin qu’elles soient appréhendables et analysables comme mesures de pouvoir discutables, partielles voire partiales, colmatant des brèches ici tout en en ouvrant là-bas. Rendre le pouvoir visible à travers son action, faire l’analyse de ses choix idéologiques tels qu’ils transparaissent dans celle-ci, en critiquer les conséquences et en proposer des correctifs ou des alternatives, participent en effet de l’essence de l’action politique dont l’exercice n’est pas réservé aux seuls professionnels du domaine, mais est bien entendu l’affaire de tous.

C’est la ligne directrice de ce séminaire que de tendre à ouvrir le débat, à donner la parole au plus grand nombre et tout particulièrement aux approches qui ont le moins les faveurs de la doxa. Ceci afin de donner la plus grande publicité possible à ces travaux et réflexions, de participer à la mise en exergue du contradictoire sans lequel aucun débat public sur les moyens et les fins ne peut valablement s‘engager et perdurer. De même que, en l’absence d’un tel lieu de confrontation, l’action effectivement menée ne peut être le fruit d’une décision collective assumée en tant que telle. Nous souhaiterions également que les journalistes, qui ont suivi et couvert non seulement le mouvement social des universités mais plus largement la mise en place de la politique du gouvernement concernant l’enseignement supérieur et l’éducation nationale, puissent venir s’exprimer largement sur leur expérience de ces deux dimensions désormais inter-reliées. Enfin, cette dernière séance de l’année sera l’occasion pour les membres du public du séminaire d’exprimer leurs points de vue et attentes sur le séminaire passé et futur, sur sa forme, son organisation comme sur son contenu. Nous souhaiterions également avoir un retour sur le site du séminaire, et notamment recueillir des suggestions sur les modifications qu’il serait possible de lui apporter pour en améliorer l’intérêt et la lisibilité.

En résumé, il s’agit de dresser un bilan résolument tourné vers l’action et la dimension de connaissance qui lui est inextricablement liée pour faire pièce à un discours et une politique dont d’aucuns s’accordent à juger les fondements et les effets pour le moins préoccupants.