9/9 PDS 13

Isabelle Backouche : J’ai été membre du CTPCE pendant quatre ans et du CA depuis un an. A ce titre, je voulais réagir sur les termes qui ont été prononcés d’obéissance, de capitulation, de résignation. Je pense qu’il y a une autre posture possible par rapport à cela. Ce qui est arrivé depuis un an s’est manifesté par une inflammation et une mobilisation sur un processus qui, lui-même, a été lancé depuis quelques années. Pour avoir participé aux deux conseils, je peux avancer que si on veut le faire bien, c’est à dire comprendre ce qui s’y passe et voter en conséquence, ça demande beaucoup de travail. Cela veut dire que si l’on travaille à ça, on ne peut pas travailler à la science, qui est quand même ma préférence à priori. C’est un choix que l’on fait, c’est à dire qu’il faut qu’il y en ait davantage qui décident d’aller dans ces conseils, pas seulement pour y siéger ou avoir le titre, mais aussi pour y travailler. Il est vrai que l’on a été un certain nombre à avoir été élus dans les conseils sur la vague de ce qui s’était passé l’année dernière. Il est vrai qu’en ce qui concerne l’Ecole, des positions différentes sont apparues. Ce qui a peut-être donné un peu plus de sens au fait de siéger dans ces conseils. S’agissant de ceux qui ne se sont pas engagés l’année dernière, il faut également dire qu’ils sont lancés dans des perspectives de concurrence, de publications, de carrière et qu’il vaut mieux passer du temps à ça plutôt que de faire un travail d’investissement dans les institutions, qui est quand même un travail fondamental. Tout simplement parce que tout le monde travaille dans des institutions et qu’on a besoin qu’elles tournent. Donc, je pense qu’il y a des choix délibérés. Et puis, du coup, si l’on se tient à l’écart de ce qui se passe, on n’a pas besoin de lire, d’être informé, de lire les textes puisqu’on adopte une position de retrait. Mais elle a un sens par rapport à la concurrence dans laquelle on nous lance du point de vue de nos carrières et des publications. Moi, ça me semble évident.

Anne-Lise Nef : C’est difficile d’intervenir après tout ça, car pas mal de thèmes ont été soulevés et je dois dire que la dernière intervention emporte toute mon adhésion. Ce qui est apparu l’an dernier, un peu spontanément, c’est l’accumulation d’années de réflexion, de frustration aussi, mais dans divers domaines. Souvent, quand on parle avec les collègues qui défendent ce qu’ils croient être l’excellence, que disent-ils ? Ils disent : « on travaille beaucoup, on travaille dans des conditions qui ne sont pas acceptables. Nous méritons d’avoir telle prime, tel truc, tel financement, etc. ». Ce qui peut s’entendre. Sauf que, à mon avis, ils confondent deux choses : un discours qui devrait être syndical – conditions de travail, revalorisations salariales pour tous, et donc pas sous la forme de primes individuelles, etc. – et quand on dit cela aux collègues, tout à coup, il y a des petites lumières qui s’allument dans leurs yeux.  Ça c’est un premier aspect. Et il y en a un autre, et je pense que c’était le rôle de ce séminaire qui est de réflexion un peu plus au fond sur ce qu’est l’activité intellectuelle. Après il y a peut-être un autre aspect, qu’il faudrait travailler, qui est de trouver le moyen de nous sortir de ces aspect concurrentiel et de ce qui va avec. C’est à dire que l’on peut aussi créer des lieux parallèles, on peut aussi créer des lieux de résistance. Avec des universitaires. Je ne crois pas qu’on puisse le faire en-dehors de l’université. Pour ma part je le constate avec l’Italie, qui se trouve dans un état de déliquescence assez avancé du point de vue de l’enseignement supérieur. Je mets un point d’honneur à ne travailler qu’avec les meilleurs. Et les meilleurs ne sont pas à l’université, le plus souvent. Mais cela est un engagement. C’est à dire que l’on accepte de travailler avec des gens qui ne sont pas immédiatement avec la main sur le paquet d’argent dans telle ou telle université italienne. Il faut dire que maintenant, ce n’est plus tellement un risque, parce qu’il n’y a plus d’argent des les universités italiennes. On se retrouve donc à travailler avec des gens qui sont quand même les meilleurs, qui n’ont pas d’argent, mais les autres non plus. Donc, finalement, on avait fait le bon choix avant. Mais je crois qu’il y a un certain nombre de choses que l’on peut mettre en avant : le fait, p.e., de décliner un certain nombre de séminaires très collectifs, c’est à dire dont les responsabilités sont partagées à une dizaine, dont 9 maîtres de conférences et un professeur qui accepte d’être mis sur un pied d’égalité avec les autres. Et toutes ces choses que l’on pourrait décliner et qui rencontrent l’adhésion des étudiants. Et c’est cela qui est intéressant, car ils n’hésitent pas à venir dans ces lieux où l’on réfléchit, et qui ne rentrent peut-être pas dans leurs UE, leurs ECTS, etc., parce que là ils savent qu’il se passe des choses. Je crois que c’est tout ça qu’il faut en même temps. Je ne reviens pas sur ce qui a été dit sur la participation aux conseils ; je pense que c’est fondamental. Et je ne reviens pas non plus sur l’importance du droit. Là j’avoue que je suis un peu étonné. Je crois que c’est quand même fondamental ; le droit, c’est le socle de la démocratie, c’est le socle de la république. Et pour avoir vécu quatre ans dans une île, qui est la Sicile, où le droit est bafoué tous les jours, je suis outrée quand j’entends qu’on peut relativiser ça.

Marie Elizabeth Ducreux : Cela fait justement un petit moment que j’avais envie d’intervenir là-dessus, après l’échange entre Etienne Boisserie et Jean Fabbri. Le problème est : comment faire savoir ? le chaînon manquant là ce sont les médias ou l’opinion publique. Le problème c’est celui-là. Si on a un gouvernement qui bafoue le droit et qui édite ses propres directives dans un ordre contraire à celui qui est prescrit par la loi, ce n’est pas seulement une affaire de normes. Comment se fait-il, alors que nous avons la capacité à élaborer et à penser, que ce thème là n’interpelle pas plus les médias et les journaux ? Et comment pouvons-nous faire, comment pouvons-nous produire des textes qui au moins explicitent ces questions ? Ce serait important de le faire. J’ai ma propre réponse à cette question. Je me souviens de cette déclaration scandaleuse du président de la république qui, il y a deux ans de cela, disait, au sujet d’un projet de loi : « le conseil constitutionnel nous a donné tort, et maintenant on va voir comment faire pour le contourner ». Il l’a dit à la télévision. Il y a eu deux ou trois juristes qui ont écrit des articles pour démonter tout ça. Et puis ça s’est arrêté là. Cela n’a pas constitué un thème suffisamment présent dans les débats publics. Or, être citoyen, c’est bien d’être attentif à ce genre de choses. Parce que ce serait un point essentiel à cet égard que de montrer que l’on est gouverné par des gens qui ne respectent pas la base même de ce qui créer le droit et la loi et donc la démocratie. Et ce n’est pas être radical que de dire ça, parce que c’est vrai.

Anne-Lise Nef : Je voudrais surtout rajouter une chose, c’est que ce que prouve la masterisation, c’est que s’ils ont attendu aussi longtemps pour sortir leur texte, c’est qu’ils n’étaient pas si à l’aise que ça. C’est à dire qu’ils ne pensent pas que la mobilisation est morte et qu’il n’y a pas de mobilisation. Et ils ont raison. Parce que de fait il y a un certain nombre de lieux de veille qui continuent de penser, de réfléchir, de suivre texte après texte. Alors, je suis d’accord, c’est ennuyeux. Je ne suis pas moi-même une fanatique des décrets. Mais, en même temps, si on ne le fait pas, le jour où il faut dégainer, il n’y a plus personne.

Je crois que cela montre qu’il y a quand même un rapport de force qui existe et qu’il faut en tenir compte. Mais je crois qu’il faut aussi rappeler à nos collègues et sans cesse aux autres, et ça c’est notre travail, ce qu’est le droit, comment ça fonctionne et dépiauter les textes, sans cesse. S’il y a un seul lieu qui le fait en France, cela est suffisant. On fait circuler après.

Etienne Boisserie : Il ne faut pas concevoir cette réflexion sur la norme, le droit ou encore sur l’élaboration du droit, comme un substitut à l’action de mobilisation collective. Je pense que l’exemple de la masterisation montre bien qu’il y a un lien consubstantiel entre l’action collective et les ressources juridiques que l’on peut mobiliser dans son sillage. Nous ne serions pas des cette situation sur ce dossier là s’il n’y avait pas eu ces quantités d’analyses, tous ces arguments qui n’avaient pas nécessairement une forme juridique mais qui soulevaient des problèmes de droit fondamentalement qu’il fallait qu’un juriste remette en ordre pour pouvoir les présenter devant une juridiction. Toutes ces capacités d’analyse, toute la mobilisation, tout ça a constitué une gêne considérable. Quand vous avez un gouvernement qui, comme d’habitude, pour faire les choses proprement, doit sortir ces arrêtés en décembre et qui les sort en réalité le 30 mai pour un concours qui s’ouvre le 1° juin, c’est qu’il a peur qu’il se passe quelque chose entre janvier et avril. Et pourquoi a-t-il peur qu’il se passe quelque chose en janvier et avril ? Parce que ni les syndicats, ni les associations, ni un certain nombre de collectifs ne renoncent à la lutte. Et c’est ça la clé du truc, dans cette apparent tunnel du printemps 2010, en réalité, nous avons contraint le gouvernement à faire des fautes et nous pensons que ces fautes sont décisives et peuvent mettre un terme à la masterisation. Ce n’est pas un substitut à la lutte et je pense que les choses doivent être profondément claires et tous les syndicats que nous avons contactés et la FCPE le voient bien dans ce sens là. C’est très important. Les deux se tiennent. Mais il est fondamental que face à un gouvernement, dont l’attitude générale est de broyer le droit, nous devons faire valoir le droit. Un jour viendra où la justice administrative de ce pays renverra en plein visage à ce gouvernement toutes les avanies qu’elle a subies de sa part. Si c’est sur la réforme de la formation des enseignants que cela se passe, cela valait la peine de marcher, même à 3000, en plein mois de février.

Jean Fabbri : Je voudrais juste ajouter un élément qui me vient dans cet échange autour de la notion de droit et surtout de collégialité, parce qu’il me semble que c’est une dimension absolument essentielle de nos métiers de chercheurs et d’enseignants-chercheurs. Et c’est une dimension revendiquée et très difficile à codifier. Justement, de ce point de vue, il faut faire attention de ne pas tout codifier en termes d’obligation de faire, de ne pas faire, de faire un rapport, de se soumettre à telle ou telle autorité. Je pense que ce mode de fonctionnement, qui n’est pas parfait, qu’il ne faut pas idéaliser, mais qui a été le mode historique de fonctionnement intellectuel des collectifs universitaires et de chercheurs, est un mode original. Il faut absolument faire en sorte que nos collègues, en particulier les plus jeunes, s’approprient cette dimension qu’on ne peut pas séparer de l’activité de recherche et d’enseignement pour ceux qui sont enseignants-chercheurs. Il ne faut surtout pas, par paresse, ou par désintérêt, ou parce que c’est difficile,  nos collègues se défaussent de cette dimension consubstantielle de nos métiers d’enseignants-chercheurs, en disant : « oui, il y a des gestionnaires, il y a des spécialistes de la chose, il y a des spécialistes du management », et qu’en quelque sorte les chercheurs ou les enseignants-chercheurs aient certes leurs champs de compétence réduits à la recherche et à l’enseignement et pour ce qui est de la vie des cols que sont les départements  d’enseignement, les laboratoires de recherche ou plus globalement les instances collectives de la recherche ou de l’enseignement, on se défausse sur des spécialistes du management. Il me semble que ce serait là un très lourd danger. On voit bien aussi la limite de ce qui peut être codifiable en termes de droit. C’est justement ce qui fait la spécificité et l’originalité de cette revendication, de cette aspiration à la collégialité.

Gilles Verpraet : Je voudrais intervenir sur deux points. Sur les recours, quand il y a eu recours, ce n’est pas forcément pour avoir un nouveau code, c’est aussi pour rappeler certains principes. Les principes républicains – l’égalité de traitement -, ça vaut ce que ça vaut. Ce sont des principes à réaffirmer face à des réformes qui sont des rhétoriques de management. Les principes d’autonomie dans le statut figurent dans les lois sur la recherche de 1984 et même dans les nouvelles lois. Il s’agit de les reconvoquer face à des discours, des politiques et des réformes qui les mettent à mal.  Ce n’est pas forcément recodifier. Sur le blues de la mobilisation, il faut prendre conscience qu’elle est un peu déplacée. En 2003 ou l’an dernier, on se battait contre les principes de ces réformes-là en disant : on n’en veut pas parce qu’elles mènent dans le mur en ce qui concerne les étudiants, la vocation éducative et émancipatrice face au paradigme du marché qui domine tout, etc. Au surplus, la mobilisation contre la LRU est venue après le vote de la loi. Il y a donc un temps de retard. Mais la bataille aujourd’hui, sans généraliser, nous place au cœur de la contradiction pratique vécue. Cela a été dit sur les métiers : concurrence quotidienne, est-ce qu’on joue la concurrence, est-ce qu’on la subit ? Gagnant et perdant, on est dans ce registre là. Si on va au juridique, c’est pour montrer la contradiction des principes soit entre principes républicains et les rhétoriques de management. Il faut montrer qu’elles ne sont pas républicaines. C’est le travail qui nous incombe aujourd’hui. Et au moment des présidentielles, ce sera pour le bilan de ces réformes : est-ce qu’elles vont dans le mur ou pas ? Même si en fait la réflexion est engagée : il y a des réunions à Bruxelles ou à Vienne sur le bilan de Bologne, de manière pas forcément exhaustive, mais il y a des collectifs qui disent la chose. Il y a un étudiant qui est venu ici, au mois de mars. Je me souviens de l’avoir repris, peut-être maladroitement sur les enjeux de professionnalisation du Master avec le reproche classique : la recherche ne s’occupe pas de la professionnalisation. J’ai essayé de lui démontrer que l’allongement des études, qui est la base de la masterisation, pose une série de problèmes – effectifs, temps de travail – mais ne pose pas plus de repères sur la professionnalisation. Mon argument, la division claire entre DESS et DEA, marquait pour les étudiants et les enseignants à quatre et cinq ans. Alors que le master veut tout réunir : la recherche, l’enseignement, la professionnalisation et l’Europe et crée la confusion des objectifs. Ceci dit, je pense que c’est à chaque collectif de répartir cette définition des objectifs. Mais là on est dans la confusion totale et ce qu’on appelle concurrence. Ce que tout le monde ressent. C’est donc notre rôle de dire ces contradictions, mais il y a contradiction vécue, contradiction pensée et contradiction dans les principes. C’est pour ça que l’appel au droit me paraît légitime sans tout résoudre.

Robert Descimon : Je pense que ce que nous avons appris ce soir, ce que nous avions appris un peu auparavant par internet, c’est que la voie des recours qui a été exploitée par les collectifs et les syndicats, ne s’est pas fermée et que c’est un point d’appui pour nos organisations, pour continuer le travail de résistance à ces prétendues réformes et la mobilisation de notre milieu. Il n’en reste pas moins que je garde une certaine nostalgie d’un temps où il y avait une unité syndicale, qui était peut-être minimale mais qui existait. Je crois quand même, il faut le dire, que nous aurons beaucoup de mal à mettre à bas cet ensemble de réformes abominables, mortifères, si au sein même des personnels et au sein même des alternatives possibles au gouvernement actuel, nous avons un chœur battant et actif de partisans précisément de ce qui nous semble, à nous aussi, abominable.

Alors, maintenant, la lutte continue et le séminaire continue tout en s’interrompant ici provisoirement, pour reprendre à la rentrée. Je me félicite que ce séminaire ait eu lieu pendant une année et j’exprime le souhait qu’il soit un point d’appui modeste mais réel pour les luttes et les actions de l’an prochain et des années qui viennent.