8/9 PDS 13

Joël Pothier : Le statut protecteur, qui nous garantit la liberté est effectif. Sauf que personne ne l’utilise. Un exemple dans mon université scientifique, il commence à y avoir un peu de chasse aux sorcières au niveau de la science, c’est à dire que les gens qui ne publient pas comme il faudrait sont éjectés des équipes et ont du mal à retrouver des équipes. Et donc les gens de temps en temps ne se sentent pas bien dans une équipe et veulent changer d’équipe. Pour ma part, j’ai toujours changé de lieu sans en référer au directeur d’UFR, voire par courtoisie peut-être. Or, un collègue voulait changer de labo pour un labo qui ne relève pas de Paris-6. Il va voir le directeur d’UFR, qui lui dit que c’est impossible et qu’il faudrait pour cela que le collègue démissionne et qu’il postule à Polytechnique. Il m’appelle, en ma qualité de syndicaliste, catastrophé, pour savoir si c’est bien la démarche à suivre. En fait les collègues n’ont pas du tout intégré, notamment les jeunes qui n’ont pas du tout intégré ni le statut ni rien. Le travail à faire, c’est de faire comprendre aux gens qu’ils ont la liberté et qu’il faut en profiter. Et ça, c’est dans le travail de tous les jours qu’on le fait. Pour ma part, dans mon travail de recherche et d’enseignement, je décide de ce que je fais et à quels projets je participe.

Mary Picone : Peut-être que là justement l’information est passée de façon tronquée, mais parmi les sujets qui auraient pu à mon avis justifier un débat, reste quand même celui de la mobilité et qui peut à terme, j’espère avoir tort, nous menacer un jour ou au moins certains d’entre nous.

Au moment de la nomination d’Allègre, on a sorti l’idée que la plupart d’entre nous étaient désespérés parce qu’ils souhaitaient à tout prix changer d’emploi et rejoindre le secteur privé. J’ai parlé avec des collègues scientifiques et n’en ait pas trouvé un seul qui m’ait dit ça. Je voudrais donc savoir à terme ce qui se passe réellement pour la préservation de notre statut pour ceux qui ne sont pas et ne seront jamais directeurs d’équipes au moment où se profile un démantèlement possible de notre statut.

Cecilia d’Ercole : Comme bilan, je pense que ce séminaire a eu une fonction essentielle qui est celle d’entretenir les liens, également de permettre des pistes d’analyse différentes. Maintenant je vois qu’il y a plusieurs plans de la discussion qui sont également tous valables. Je veux dire qu’il y a un aspect juridique et technique très important, et qui montre aussi le mécanisme des pièges dans lesquels on tombe. On va même jusqu’à devancer nous-mêmes les attaques qui sont dirigées contre nous. Et cela démontre aussi l’habileté stratégique de ceux qui sont en face et qu’il ne faut pas sous-estimer. Il y a évidemment un débat entre une forme d’opposition qui est désormais structurée, qui s’exprime par les syndicats, etc., et ce qui a été le mouvement de l’an dernier, qui a été quelque chose de très spontanée. Enfin, un mouvement qui est né comme quelque chose de spontané, probablement sur la base d’une conjonction, que le ministère a sous-estimée, entre deux attaques, deux réformes qui visaient d’une part à une limitation du statut du maître de conférences et des enseignants-chercheurs qui est un statut dans un sens privilégié, parce qu’il garantit l’indépendance intellectuelle, et en même temps le rôle de formateur. Je pense qu’ils ont sous-estimé ce potentiel relativement explosif. Toutes ces choses sont présentes et elles continueront de l’être. Dans le débat d’aujourd’hui, il y a de grands absents, ce sont les étudiants. Je pense, très honnêtement, lorsque je reviens au mouvement de l’an dernier, que nous n’avons pas réussi vraiment à avoir les étudiants avec nous, jusqu’au bout. Cette année, j’ai vu que des étudiants, qui étaient par ailleurs syndiqués, nous reprochaient d’avoir été en grève l’an dernier. Ils ont avancé des arguments qui étaient ceux d’usagers de la fonction publique. On n’a pas réussi vraiment à expliquer ou on ne s’est pas engagé franchement sur le terrain de la LRU dès le début en fait.

Une autre chose, que j’ai beaucoup, appréciée ici, dans les débats que j’ai suivis, c’est l’ouverture internationale. On ne peut pas sous-estimer la coïncidence de cette attaque frontale envers l’éducation, la culture que l’on voit à l’œuvre dans plusieurs états, dans plusieurs nations en fait. On a écouté ce qui se passe en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en Grèce évidemment. Je pense qu’on a intérêt à élargir et à poursuivre ces pistes d’analyses.

Robert Descimon : Je suis très sensible à ce que tu viens de dire, et c’est ce que nous allons essayer de faire l’an prochain. J’avoue que nous tendons à considérer que nos forces ne sont pas infinies, que l’organisation de ce séminaire a eu des moments difficiles et nous allons essayer de continuer précisément sur les deux tableaux que tu as dits. Alors vous savez, je suis historien de la période moderne et maintenant les collègues nous expliquent que les paysans du XVIII° siècle ont obtenu des choses significatives en faisant des procès aux seigneurs devant les parlements. Et de fait ils les gagnaient assez souvent. Bon, moi, je veux bien, et je pense que ça a été effectivement des épisodes importants qui marquèrent en particulier la complicité qui commençait à apparaître entre les Français les plus ordinaires, les plus courants, qui cultivaient la terre, et un certain nombre de juristes, avocats qui se ralliaient à leurs points de vue pour des raisons sans doute fondamentales à cette époque. J’ai aussi le souvenir des succès très réels que nous avions obtenus en 1986 dans les recours qui avaient été remportés par les syndicats et les collectifs contre la suspension des concours du Cnrs et d’autres choses qui étaient des coups de force extrêmement violents. Cependant je pense, j’ai peut-être tort, que le gouvernement actuel est extrêmement violent politiquement. Il est politiquement très violent et c’est la raison pour laquelle je crois que les recours politiques sont une arme extrêmement précieuse et qu’il faut pousser jusqu’au bout où on pourra aller, mais que ça ne saurait suffire. Et alors il y a eu des choses étranges ; il y a un certain nombre de collègues dont on se demande bien pourquoi ils ont peur. Ils ont peur de quoi, au juste ? Et ils ont tendance, répondant à ce sentiment étrange, à faire des choses qui ne vont pas tout à fait dans le sens de leurs idées et de leur analyse. Je trouve cela très surprenant car notre statut est assez protecteur et que l’on a un certain nombre de libertés, dans la fonction publique et dans l’enseignement supérieur, qui n’existent absolument pas dans les entreprises privées aujourd’hui. Et là c’est je crois une tâche collective qui nous attend. Mais il y a pire. Je sais que l’Ecole des Hautes Etudes est un établissement un peu particulier. Mais je suis quand même frappé par le niveau d’adhésion aux réformes. « Ça ouvre des espaces de liberté », disent des tas de collègues. Ça aussi, ça me semble tout à fait étonnant. Or, moi je m’interroge. Nous sommes tous des intellectuels. Ces collègues ont aussi un esprit critique. Ils ont aussi des opinions, qui ne sont pas moins fermes que les nôtres. Pourquoi sont-ils aussi habités d’un tel esprit de capitulation envers une politique qui détruit les fondements mêmes de notre profession. Ça a été aussi un des problèmes de l’an passé. Nous étions nombreux dans la rue, mais on n’a jamais dépassé 30 à 40 pourcent du milieu. Pourquoi est-ce que les autres se sont terrés tranquillement ?

Laurence Giavarini : Mais c’est énorme

Jean Fabbri : Mais 30 à 40% c’est considérable

Robert Descimon : C’est énorme ?

Jean Fabbri : C’est exceptionnel

Robert Descimon : Oui, oui, oui. C’est vrai, c’est vrai.

Jean Fabbri : Mais là je suis étonné de ton étonnement. C’est absolument inédit.