5/9 PDS13

Robert Descimon : Je voudrais quand même poser la question qui fâche. C’est celle de la participation, dans les circonstances actuelles, aux instances universitaires et à la gestion du système. Un certain nombre d’élus à notre conseil d’administration sont présents ici. Une réflexion qui m’a été faite est qu’ils ont l’impression qu’ils ont été élus comme représentants des enseignants-chercheurs, et que maintenant on leur demande de devenir des administrateurs. Comme cela se fait dans d’autres institutions privées. On leur propose des stages de formation. Il est vrai que l’on s’instruit à tout âge, mais on s’instruit pour apprendre quoi, au juste : la gestion ? Les problèmes redoutables que les compétences élargies vont nous poser ? « A quoi bon ? » diront-ils. Et cela se pose au niveau des institutions nationales. Je crois fermement, mais vous allez peut-être me contredire, qu’au Cnrs les gens ont obtenu des choses microscopiques, mais ils ont obtenu des choses dans les conseils scientifiques, le conseil de l’institut des SHS qui nous a été imposé, etc., etc. Dans les universités, dans le cadre de la LRU, la situation me paraît beaucoup plus tragique et cela pose le problème des présidents d’universités qui sont fondamentalement contre ces réformes et la LRU qu’on leur demande d’appliquer à toute force. Et c’est vrai qu’il a dû se passer quelque chose comme ça pas loin d’ici, que le ministre a dû secouer son doigt et a dit : « vous devez faire ça, sinon on va vous soigner ». Ce qui est un propos que l’on ne peut pas considérer avec indifférence, surtout quand on est président d’une institution. C’est aussi une question de responsabilité.

Florence Audier : Sur la question de la participation aux instances, il me semble que, de toute façon, on n’a pas le choix. Je veux dire que l’on ne peut pas déserter ces instances. Je pense que ce sont des lieux d’expression ; même s’il n’y a pas d’écoute, il y a de l’expression et surtout la possibilité de faire un « go-between » entre le personnel et les directions d’établissement. Je pense que tout n’est pas du tout râpé ; je pense que dans certains endroits, même universitaires, on a obtenu des modes de fonctionnement qui contournent un peu la LRU, parce qu’une loi, c’est une loi, et que ses modalités d’application laissent une certaine marge de jeu possible. Je pense qu’on peut et qu’on doit ménager l’avenir, c’est à dire en fait que si on continue de porter un certain nombre d’exigences concernant le mode de fonctionnement, aussi bien du monde académique que de celui de la recherche, relativement au fonctionnement de ces institutions, je pense que l’on pourrait essayer dans l’avenir d’avoir des changements, aussi bien dans les modes de fonctionnement que dans la loi, qui puissent être tournés plus favorablement vers ce qui nous intéresse et ce dont on a besoin. Je pense que les choses ne sont pas figées dans le marbre et qu’elles sont susceptibles d’interprétations diverses. De là vient une question à mon avis très importante : c’est savoir pourquoi on a cette apathie, en quelque sorte, de nos collègues, parce que c’est vrai aussi que les élus dans les différents conseils, que ce soit conseil scientifique ou conseil d’administration, ne se sentent pas spécialement portés par un mouvement puissant qui ferait que leur écoute serait meilleure. Alors pourquoi cette apathie ? Une hypothèse, vécue autour de moi et que je livre : c’est qu’effectivement on est coincé entre le fait que pour avoir des sous il faut rentrer dans le modèle et qu’en même temps on n’est pas d’accord avec le modèle. Dans cette situation un peu schizophrénique, les gens font profil bas. Je pense qu’il faut mettre nos collègues et nous-mêmes à l’aise. Je veux dire que ce n’est pas parce que l’on s’inscrit dans une ANR que l’on est pour l’ANR. Je pose cette question par ce qu’elle est sur la table. Et à partir du moment où on arriverait, entre nous, à être plus clairs sur ces questions-là, à mon avis, on pourrait débloquer un certain nombre de collègues qui rasent les murs et qui ne savent pas trop comment faire. Et là, avec les « laboratoires d’excellence », on va tomber dans quelque chose de bien pire que de répondre à des ANR. C’est à dire qu’en fait les gens qui vont faire des projets pour des laboratoires d’excellence vont se sentir mal par rapport aux autres. Les présidences font pression parce que, sinon, elles ne pourront pas rénover leur électricité et leur immobilier, etc., etc. Je pense que l’on a un travail à faire avec nos collègues, d’essayer de réaffirmer nos positions de principe tout en décomplexant le fait que, à titre transitoire on espère, on est obligé de se plier à un certain nombre de contraintes si l’on veut survivre. Ce n’est pas nouveau finalement. Au Cnrs on a eu ça il y a quelques années. Il faut bien manger. Et l’on répondait aux appels d’offre.

Robert Descimon : On est entré dans un débat qui me semble intéressant. Je dois vous dire que je corrige les épreuves, avec Elie Haddad, d’un livre collectif. A la fin de l’introduction, est précisé : « ce travail se réclame du label de qualité « ANR free ».

En ce qui me concerne, le problème est que je n’ai pas faim. Donc, je ne mange pas de ce pain là. Mais alors évidemment je comprends qu’il y a des gens qui ont faim.

Laurence Giavarini : Ce que tu soulignes est la différence qu’il y a entre ce qui se passe en sciences humaines et sociales et dans les sciences dures à propos de l’ANR spécifiquement. Mais il me semble que la question de la participation des collègues, des universitaires en général, à ce qui se passe est tout de même plus complexe. On l’a posée de nombreuses fois. Je prends un autre exemple que celui de l’ANR qui engage les labos ; je prends la question des primes, qui engage les personnes. Au niveau des primes, il n’y a pas de pression particulière pour avoir de l’argent pour un labo, ou pour une UFR, mais il s’agit bien d’individualiser les comportements, de payer à l’acte, comme le disait Jean Fabbri il y a un instant. Et, dans mon expérience, les collègues les plus révulsés par un certain nombre de choses qui peuvent se passer à l’université envoient tranquillement leur rapport d’activités annuel pour que soit réparti l’argent de l’UFR entre les différents actes. Que ce soit la responsabilité d’un enseignement, la fabrication de maquettes, etc., et là il s’agit à mon sens d’une analyse politique individuelle de ses propres actes.

Par ailleurs, sur le débat qui a été lancé, peut-être que si nous avions analysé les choses plus en amont, la mobilisation de l’année dernière aurait été plus forte que celle que nous avons connue, c’est à dire une entrée progressive dans la découverte de ce qui se passait. Il me semble que dans l’expression service public, ce n’est pas le mot public qui pose problème, on sait plus ou moins bien la différence entre public et privé. Mais c’est la notion de service : qu’est-ce que c’est que le service dans le service public ? Je crois que cela vaudrait la peine d’expliquer ça. Parce que, quand vous constatez que dans un conseil d’administration on demande aux élus d’entériner des choses, voire de se former à la gestion on a précisément plus qu’un infléchissement mais un changement de sens de la notion de service. Enfin je crois que ce que signifie service dans service public, en particulier dans l’éducation, l’enseignement supérieur, la recherche, ça vaudrait le coup d’être précisé de manière beaucoup plus forte que ça ne l’est en fait.