4/9 Jean Fabbri_PDS13

Jean Fabbri :

J’aimerais rebondir sur la question du service public et sur un certain nombre de points pour dépasser la situation et les constats. Je ferai une très courte analyse et des propositions en six points.

Analyse brève d’abord car ce qui nous réunit a été dit dans quasiment toutes les séances : c’est évidemment la contestation de la loi LRU, de ses décrets, du Pacte Recherche et de la logique du Grand emprunt qui déstabilise considérablement l’enseignement supérieur et la recherche. Lorsqu’on s’interroge pour savoir où sont les aspects positifs des choix du gouvernement -c’est une interrogation légitime-  on observe que du côté des enseignants-chercheurs et des chercheurs, le bilan est nul, du côté des étudiants aussi, ou si peu, et de même du côté de la société. Il s’impose donc de dénoncer avec force la logique de concurrence, de concentration, d’élitisme et de recul du service public. Mais évidemment, tout cela n’est pas suffisant. Et je crois qu’il nous faut essayer de dessiner, et chacun a essayé plus ou moins de le faire dans ses interventions au sein de ce séminaire, des lignes de résistance et des projets dans le cadre inédit d’une société plus lourdement ébranlée par la crise que jamais. C’est une donnée qui nous interdit tout retour en arrière. De ce point de vue, les luttes doivent être offensives et solidaires. Et je crois que ce qui nous réunit ici,  nous les acteurs de ce type de forum, de rencontres, de manifestations, qui nous croisons un certain nombre de fois (et il n’y a pas si longtemps encore c’était sur la défense des retraites), il nous faut le solidifier. Elargir et revoir sans doute le périmètre des convergences entre les forces et les individus qui sont les plus lucides sur la cohérence des attaques dans l’enseignement  supérieur et la recherche et plus largement dans les services publics est de plus en plus une exigeante priorité. Il est indispensable d’aller beaucoup plus loin que la simple juxtaposition de prises de position,  de forums, voire de sites internet. Ce que j’avais lancé il y a un peu plus d’un an, au congrès du SNESUP au moment de quitter mes fonctions de secrétaire général, pour aller vers plus de convergence entre les  deux syndicats importants de la FSU,  SNESUP et SNCS, avec les collectifs qui se sont exprimés ces derniers  temps, SLR et SLU, doit nous aider à repenser les termes de l’engagement collectif et en même temps à être plus efficaces. Sur ce plan le panorama de cette année universitaire est quelque peu décevant. D’autant que de très lourdes échéances s’annoncent.

Le renouvellement un peu partout des équipes présidentielles dans les directions des établissements d’enseignement supérieur va venir. Leur mandat est de quatre ans ; il est quasiment partout au-delà de sa moitié et il faut construire des équipes en capacité  à la fois de résister à la logique technicienne des « Responsabilités et Compétences Elargies » et de manifester la possibilité d’emprunter d’autres voies que la concurrence, de changer de cap pour les établissements en lien avec des perspectives d’un changement  plus global mais pas nécessairement de manière solidaire, parce que sinon, c’est renoncer à tout objectif de peser sur les choix.

L’autre élément important, et les campagnes actuelles de recrutement  d’enseignants-chercheurs et de chercheurs le montrent, est d’être présent de manière solidaire dans la défense des disciplines et des  statuts. Le contexte  modifié des élections dans les sections du futur conseil national des universités (CNU) qui s’annoncent pour 2011 est un véritable enjeu. La question : « service public, oui mais quels acteurs pour le service public ? »  est considérable. Elle croise la question de l’évaluation parce que les sections du CNU, pour les enseignants-chercheurs, ont maintenant pour triple  vocation, outre les qualifications, l’évaluation – ce qui est nouveau – et toujours les promotions. Il me semble qu’il nous faut expliquer les menaces que cela comporte sur le pluralisme scientifique et les disciplines. J’insiste donc sur l’enjeu du CNU.

Je pense qu’il nous faut aussi casser le discours simpliste de « l’excellence ». C’est un terme qui revient en permanence dans les discours de V. Pécresse, y compris lorsqu’elle présente le Grand emprunt et la façon dont chacun pourrait y aller chercher les moyens de son propre rayonnement. C’est une vision extrêmement réductrice de l’activité scientifique, qui soumet l’activité de recherche à la seule logique d’une hiérarchisation. Nous savons que c’est totalement contraire au pluralisme scientifique et vraiment inquiétant. Je crois que nous avons beaucoup à faire contre la caricature de l’activité scientifique. Il est significatif que cette bataille,  même si le terrain revendicatif est quelque peu affaibli,  se déplace vers le terrain juridique sur lequel un certain nombre d’organisations, comme le SNESUP, se sont  aussi  engagées.  Sont visés les comités de sélection, avec leur logique d’écran de fumée, puisque ces comités de sélection pour le recrutement des enseignants-chercheurs ne sont que les alibis des conseils d’administration restreints qui sont les véritables jurys de recrutement, sans représentation disciplinaire garantie. Cette existence  des comités de sélection peut être mise en difficulté par les recours engagés devant le  Conseil d’Etat.  C’est une très bonne chose.

Je crois qu’il faut aussi bien voir qu’à côté des enjeux disciplinaires, les aspects PRES (Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur), avec l’élargissement de ces PRES à tout un tas d’institutions non publiques, en particulier des écoles de management et bien d’autres écoles privées, se dessine l’accroissement de la mainmise d’intérêts privés, pas seulement sur les formations, mais aussi sur le pilotage de champs scientifiques. Je pense p.e. au domaine de la gestion, extrêmement menacé dans son pluralisme. De la même façon, il faut être attentif à la transformation du Cnrs, menacé d’éclatement en agences de moyens, en se saisissant de tous les moyens ; c’est  ouvert aujourd’hui, par le vote syndical massif dans les conseils scientifiques des instituts de manière à ce que le Cnrs ne soit pas complètement vidé de son sens.

De la même manière, et cela va dans le sens de l’appel de Robert Descimon à s’élargir, je crois qu’il nous faut  renouveler l’approche « formation », en particulier du niveau L (Licence) qui concerne plus d’un million d’étudiants en formation initiale ou continue. L’appel à dépasser ce qui est mis en avant comme singularité française, c’est à dire le dualisme filières sélectives (grandes écoles) et monde universitaire, doit nous interpeler. Je pense que nous ne devons pas laisser le monopole de ce prétendu dépassement au gouvernement et singulièrement à la ministre ou à ceux qui sont autour d’elle. La question de l’unification, sans uniformisation, de l’ensemble des filières post-bac est une vraie question dont on ne peut se dessaisir en s’intéressant seulement aux questions de statuts et de recherche. De  même, il faut certainement favoriser la mixité sociale, ce que tout le monde dit, mais sans doute aussi générationnelle, tant les nouvelles générations sont bouleversées par la crise, la difficulté à accéder à l’emploi, la difficulté à parcourir les différents obstacles des formations initiales et de la reprise d’études, des stages divers. C’est, il me semble, un enjeu considérable, de manière à faire mieux prendre en compte la formation continuée, la formation continue, les reprises d’études dans l’enseignement supérieur public et ne pas laisser le quasi monopole de ces reprises d’études, qui doivent être diplômantes et pas seulement professionnalisantes (en un seul sens patronal), à des officines privées. Cela nous invite à travailler la lisibilité des parcours et revoir aussi les modes d’habilitation des formations, tant au niveau national qu’à celui des académies. Là aussi il faut faire obstacle au développement de l’enseignement supérieur privé, qui n’est plus marginal. Cela a été signalé déjà pour la formation des enseignants des premier et second degrés où la place des officines privées devient de plus en plus importante.

Il nous faut aussi, à mon sens, être légitimement et lucidement à contre-courant de l’idée simpliste que l’entrée dans la vie active passe par la multiplication des stages à tous les niveaux : stages en collège, stages en lycée, stages en première année, de L1, de L2, de L3, un peu partout, stages sans contenu pour lesquels il n’y a aucun moyen. Cela rejoint une autre question où le monde universitaire doit, sans être donneur de leçons, disputer au  patronat, public et privé (le faire d’une manière responsable avec les organisations syndicales de salariés), la reconnaissance réelle des qualifications et des diplômes requis par les postes de travail. C’est une question fondamentale aujourd’hui : celle de l’emploi, en liaison avec la question de savoir où mènent les diplômes universitaires, à quoi correspondent les qualifications.

L’enjeu budgétaire ne saurait être oublié. Il nous faut obtenir le redéploiement du budget de l’Etat, en particulier refuser une régionalisation du financement de la recherche et de l’enseignement supérieur, dont l’effet sur le pluralisme scientifique serait terrible, et revoir l’utilisation des sommes prévues pour le Grand Emprunt, à la fois pour un plan pluriannuel de recrutements de chercheurs, enseignants-chercheurs et personnels BIATOSS et ITRF  titulaires, par une révision à la hausse des soutiens financiers aux étudiants, et par un élargissement et un suivi bien plus cohérent des échanges internationaux. On ne peut se satisfaire d’échanges internationaux, certes où la France est redevenue « première exportatrice » d’étudiants, en quelque sorte, en Europe, mais où l’intégration des cursus et des étudiants pose problème.

Enfin, dernier point, je crois qu’il nous faut absolument revitaliser la démocratie et la collégialité. Il y a beaucoup à dire sur ce sujet et j’ai été interpelé plusieurs fois là la suite de mon intervention  précédente dans ce séminaire, sur l’individualisation forcenée à laquelle un certain nombre de présidents d’université, de directeurs de composantes poussent les collègues. Méthode qui conduit quasiment à une tarification à l’acte des activités des collègues, que ce soit le suivi de stages, l’encadrement de projet… Cette logique vide complètement de sens la collégialité. Il me semble que c’est une donnée sur laquelle on ne peut rester sans agir, elle tient aussi à la question de la démocratie dans les instances nouvelles qui se dessinent autour des PRES et des instances universitaires.