3/9 Robert Descimon_PDS13

Robert Descimon : Je vais saisir ce que tu viens de dire au bond pour instaurer un premier débat et qui répond à un certain nombre d’exigences et d’analyses de nos collègues organisateurs. Je pense en particulier à Sophie Desrosiers, par exemple. L’idée est qu’il faudrait que l’an prochain nous sortions davantage du cadre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Et j’avoue que les séances où nous avons abordé les problèmes de l’hôpital, p.e., nous ont beaucoup appris sur ce qui se passait dans un milieu qui est tout de même très proche, puisqu’il ne faut pas oublier que l’hôpital est aussi un lieu de recherche et d’enseignement, de façon annexe sans doute mais pas moins importante pour autant, et que ce qui s’y passe n’est pas absolument indifférent aux mutations que nous connaissons. Je vous rappelle, puisque l’expérience me donne un certain nombre de savoirs, qu’en 1986, ce sont des hospitalo-universitaires qui avaient réagi à l’offensive qu’avait menée le gouvernement à cette époque en particulier contre le Cnrs. Donc tout cela est important y compris d’un point de vue concret. Et là je crois que l’an prochain, Michel Agier, Michel Barthélémy, Christian Topalov et moi-même, serons très attentifs aux propositions qui pourront être faites dans ce sens. Mais je vous pose la question à vous tous, collectivement : comment percevez-vous l’articulation possible de nos réflexions et de notre action aussi au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche avec les autres composantes de la fonction publique qui subissent peut-être des politiques qui peuvent être différentes mais dont les finalités paraissent proches et que je résumerai pour ma part de façon simple, puisqu’il s’agit de mettre en cause le fonctionnement du service public en tant que service public. Pour ma part, c’est ce que je trouve le plus fondamentalement inacceptable dans des réformes qui, je l’avoue, après un an, ne passent pas plus dans mon esprit que c’était le cas en juin 2009. C’est peut-être parce que je suis têtu et que je n’arrive pas à apprendre, mais je pense que nous sommes bon nombre dans cet état d’esprit ici et que bon nombre envisagent, non seulement dans la perspective des luttes, comme on disait, et qui me semble être une formule qui n’est pas périmée, et dont j’espère qu’elles se développeront l’année prochaine, mais aussi de la réflexion. Cette inclusion de l’ensemble de la fonction publique, sans oublier le caractère absolument spécifique de ce qu’est l’éducation et l’enseignement supérieur et la recherche, me semble une dimension nécessaire à notre réflexion.