2/9 Michel Barthélémy_PDS13

Au moment de tirer un bilan et d’esquisser des perspectives pour le séminaire Politiques des Sciences, la relecture d’un certain nombre de séances m’a fait prendre conscience de certaines récurrences qui s’articulent autour de la notion d’évaluation et de son caractère polysémique généralement masqué. C’est précisément ce qui sous-tend ce phénomène de masquage qui m’intéresse ici.

Les intervenants sur cette question (en particulier Albert Ogien[1], Sylvain Piron[2] et Richard Rechtman[3]) se sont accordés sur l’existence d’une évaluation professionnelle, traditionnellement liée à un fonctionnement démocratique, autonome et collégial du milieu académique, qui se distingue d’une évaluation gestionnaire, plus récente et inspirée du contrôle financier issu des milieux de l’entreprise. Ce régime d’évaluation a progressivement investi l’Etat via la LOLF (Loi Organique relative aux Lois de Finances) et provoqué la substitution d’une logique de résultat à une logique de moyens. En même temps ce nouveau régime, au-delà du seul registre financier, affecte l’ensemble des activités professionnelles, et singulièrement celles de recherche et d’enseignement, qu’il encadre par sa logique de performance. Il est assisté en cela par la mise en œuvre de la démarche qualité, une perspective intégratrice et autoritaire centrée sur l’usage de procédures contraignantes et standardisées et le contrôle en continu de leur emploi correct réalisé par les intéressés eux-mêmes. Les instances d’évaluation et de financement sur projets indépendantes de la communauté scientifique, au sens où leurs membres sont nommés par le pouvoir politique et qu’elles appliquent leurs propres doctrines et procédures, contribuent à accréditer cette vision de l’évaluation centrée sur la volonté de distinguer les « meilleurs » – organismes, établissements, équipes, individus. Dont on peut dire qu’ils seront évalués en tant que tels par rapport au système de référence choisi, et que l’on peut définir a minima comme ceux qui seront les plus habiles à tirer leur épingle du jeu dans ce cadre imposé de l’extérieur.

Il a été par ailleurs rappelé (Par Luc Boltanski[4] comme par Emmanuel Brassat[5], entre autres) l’importance du raisonnement systémique issu des sciences de l’information et de la cybernétique dans la constitution du modèle servant à concevoir l’organisation et le fonctionnement d’un ensemble que les « décideurs » politiques et économiques n’appellent plus l’ESR (enseignement supérieur et recherche), mais le « SRI », Système de Recherche et Innovation. Un changement d’appellation qui préfigure également un changement d’orientation de la mission de l’université, de l’accent mis sur la connaissance vers les compétences à visée « professionnalisante ».

Ce qui frappe alors, dans ce mouvement de transformation accélérée des conditions d’exercice de l’activité de recherche et d’enseignement, c’est, tout d’abord, la souplesse et docilité avec laquelle un processus marqué par l’absence de concertation a pu faire tant d’émules, qui n’y ont vu qu’une tendance, du reste constatée à l’échelle mondiale, à laquelle il n’y avait pas d’autre issue que d’apporter son concours, parce qu’elle semblait s’imposer de soi. En effet, comment rendre l’université plus performante si ce n’est en formant mieux les étudiants, c’est à dire en leur dispensant une formation apte à doper leur « employabilité » ? L’autre élément notable, c’est la mobilisation d’une partie de la communauté universitaire, du reste jugée assez inattendue, en tout cas inhabituelle, par les premiers intéressés eux-mêmes et les observateurs, face à un train de réformes restructurant sans ménagement le paysage de l’ESR et réduisant à presque rien l’indépendance de ses acteurs soumis à des exigences et pressions croissantes des pouvoirs de toutes sortes (tant politiques qu’économiques).

Dans le cadre de la préparation de mon exposé pour l’une des séances du séminaire[6], il m’était apparu que la référence à un modèle systémique servait de cadre de réflexion et d’action aux experts en matière de transformation de ce qu’ils appellent donc le SRI. Décomposant une activité en trois étapes qui correspondaient à trois niveaux de réalisation (les grandes lignes politiques, la traduction en objectifs de recherche, la réalisation de la recherche), ce cadre rend chacun des maillons étroitement solidaire des autres, et fait du plus fragile (qui n’est pas défini à l’avance mais s’apprécie au cas par cas) le responsable du résultat obtenu par l’ensemble, entretenant de la sorte une pression continue sur le tout. Dans ce contexte, il semble que ne puissent s’épanouir que les experts qui, comme l’indiquait Luc Boltanski dans une intervention déjà évoquée dans le séminaire, – il parlait des sociologues, mais le propos peut être aisément étendu à la catégorie – ont fait le choix d’admettre le cadre de la réalité existant, celui pertinent pour les intérêts des décideurs, comme limite naturelle c’est à dire normative à leurs analyses et préconisations.

La volonté ministérielle transformatrice de l’ESR s’exprime dans les mêmes termes. Dans son langage il est moins question de prise en compte de la réalité récalcitrante du monde à l’action que l’on y conduit, et des enseignements à tirer de l’expérience acquise, parfois contre son gré, que de tracer des perspectives éblouissantes pour un futur déjà écrit dans ses grandes lignes[7] et sommé de se conformer in fine à ce qui est ainsi projeté. Cette « vision totale » laisse peu de place à la négociation et à la révision de ses objectifs, tout simplement parce que ce qui est annoncé, sans être encore réalisé, est néanmoins appréhendé sur le mode de l’action achevée[8].

Il va de soi que, dans ce processus, il n’est question que d’enthousiasme et d’expertise pour affiner les réalisations du premier. Les membres de la communauté de l’ESR ne sont que des objets et des moyens dans ce mouvement d’ensemble qu’ils sont invités à soutenir[9] sans avoir participé à sa conception. De nombreuses critiques ont pris cet état de fait pour point de départ. Cela a été le cas du présent séminaire, une initiative parmi tant d’autres.

Une piste possible pour la suite de ces rencontres, pourrait être de développer le grand absent de ce discours, qui est une alternative réflexive et critique à ce qui se fait et se dit au nom du réalisme gestionnaire qui aime à se faire prendre pour la réalité tout court. Et y parvient très régulièrement, comme en atteste le discours public (médias et opinion publique). Jean-Louis Fournel[10], Isabelle This-Saint-Jean[11], et Christophe Pébarthe[12] notamment, avaient souligné l’importance de ne pas négliger la « bataille des mots », sous peine qu’une seule version de la situation, celle du pouvoir, s’impose au plus grand nombre comme la seule cohérente parce que tout simplement conforme à ce qui est réellement le cas. Le défi qui nous est lancé est de faire un pas de côté pour tenter de rétablir un lieu de controverse là où naguère fleurissaient le sens commun et l’évidence.

La poursuite du séminaire s’inscrit dans cet espoir qui est aussi une volonté d’agir contre la vision désespérante du monde, d’après laquelle il semble aller de soi que l’hyperactivité d’une poignée, libres de faire ce que bon leur semble ou peu s’en faut, doive se payer au prix de l’impuissance de la majorité. L’engagement dans la voie de la critique est un moyen de redonner une voix et une marge d’action à celle-ci en jetant un second regard sur les choses qui semblent s’imposer d’elles-mêmes pour mieux en faire surgir leur caractère contingent et forcé. C’est cela, gage d’une vision émancipatrice, qu’il faut s’efforcer de faire comprendre et partager au-delà du seul cénacle académique, à l’ensemble de nos concitoyens en (re)situant les événements qui nous et les affectent sous une description alternative à celle des intérêts coalisés de la « mouvance au pouvoir », pour reprendre un terme de Luc Boltanski.


[1] http://pds.hypotheses.org/284

[2] http://pds.hypotheses.org/287

[3] http://pds.hypotheses.org/278

[4] http://pds.hypotheses.org/221#more-221

[5] http://pds.hypotheses.org/289

[6] http://pds.hypotheses.org/614

[7] Le discours de V. Pécresse le 26 mai 2010 à l’occasion de l’ouverture du salon professionnel de l’enseignement supérieur et de la recherche, en fournit une illustration saisissante. Cf. http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3790

[8] Ce que Schütz désigne par le terme de futur antérieur, dans lequel l’acteur projette en imagination un acte dans le futur en  vue de préciser son projet avant de la réaliser. Cf. Sébastien Laoureux, http://popups.ulg.ac.be/bap/document.php?id=208 et plus spécialement la partie sous intitulée : « Le modèle de l’acteur rationnel », in Bulletin d’Analyse Phénoménologique
— Volume 4 (2008)  Numéro 3: Théorie et pratique (Actes n°1)

[9] C’est un leitmotiv de ce type de raisonnement systémique que de faire reposer le bon fonctionnement quasi-organique de l’ensemble sur « l’adhésion de tous », mais pensée à la manière dont la réalisation d’un puzzle suppose que toutes les pièces sont présentes et en bon état dans la boîte.

[10] http://pds.hypotheses.org/213

[11] http://pds.hypotheses.org/228

[12] http://pds.hypotheses.org/463#more-463