L’autonomie des universités : entre sens commun public et sens spécialisé dissimulé

Ce billet prend pour données un extrait du Journal de France-Culture diffusé à 20H30 le 13/07/10. Cet extrait est celui de l’interview d’Emmanuel Saint-James qui, en sa qualité de président de Sauvons La Recherche (SLR), a été invité à réagir aux propos du chef de l’Etat. Celui-ci, dans l’entretien accordé à David Pujadas, présentateur du 20H de France 2, avait cité la recherche, et notamment SLR. Ce passage est l’occasion d’un examen de la notion d’ « autonomie » telle que la loi LRU l’a popularisée ainsi que des usages problématiques auxquels cette notion donne lieu dans le discours public à partir du moment où les différenciations nécessaires pour éviter toute confusion entre les significations ordinaire et technique, spécifique au registre du management des universités, ne sont pas faites par les locuteurs. En conclusion, une sorte d’attitude d’enquête est proposée comme antidote au risque de confusion signalé.

1/ Les données

Ci-dessous, la transcription du passage de l’émission.

Journaliste A : On aura aussi noté dans l’interview du chef de l’Etat un passage qui concernait la recherche, Nicolas Sarkozy affirmant que les problèmes de ce secteur étaient maintenant réglés. Je vous propose d’abord d’écouter le chef de l’Etat, puis la réponse du président de l’association Sauvons La Recherche, Emmanuel Saint-James :

Nicolas Sarkozy : L’argent que nous mettons sur les universités enfin devenues autonomes, sur la recherche – avez-vous remarqué que le collectif Sauvons La Recherche ne s’exprime plus ? Que depuis que je suis président de la République il n’y a plus eu de grèves de chercheurs ? Parce que nous leur donnons des moyens comme jamais, malgré la crise ! Parce qu’en France on a trop dépensé de dépenses de fonctionnement et on n’a pas assez investi.

Emmanuel-Saint James : Tout cela est vraiment tout à fait faux. D’abord, il y a eu en 2009 un mouvement dans les universités et les organismes de recherche que l’on n’avait pas vu depuis quarante ans ! Le fait de dire que les chercheurs ne sont pas en grève depuis qu’il est là est tout à fait grotesque ; enfin, c’est ne pas voir la réalité ou avoir des problèmes de mémoire assez importants. En ce qui concerne l’investissement, là aussi, c’est totalement faux. L’OCDE a publié des chiffres récemment dans lesquels il calcule que la France n’a pas augmenté son investissement en recherche depuis que M. Sarkozy est arrivé au pouvoir ! Il y a des manipulations de chiffres qui permettent de faire croire effectivement qu’on augmente le budget simplement parce qu’on augmente la dotation de fonctionnement, mais on ne tient pas compte du non-remplacement des fonctionnaires partants. Et donc en fait, globalement, la politique menée, c’est simplement de remplacer des statutaires par des précaires.

Journaliste B : Mais en même temps, l’autonomie, elle, progresse ; il y a de plus en plus d’universités autonomes et effectivement on va vers ce que voudrait le gouvernement

Emmanuel Saint James : Moi je conteste totalement cette thèse que cette loi [la loi LRU, « Libertés et Responsabilités des Universités »] a amené l’autonomie des universités. Elle n’a amené qu’une seule chose, c’est l’autonomie des présidents d’universités, qui peuvent nommer qui ils veulent et répartir leurs budgets comme ils le veulent. Donc, les présidents sont plus autonomes, mais les universitaires, le corps enseignant et chercheur, est beaucoup moins autonome qu’auparavant.

2/ Commentaire : « L’autonomie », le mot et la chose

Pour qui ignore tout de la signification technique particulière que revêt le terme « autonomie » dans le cadre de la loi LRU, la question qu’adresse la journaliste au président de SLR, peut s’entendre comme une forme d’objection au bilan sans concession dressé par ce dernier de la politique menée par le gouvernement en matière universitaire. Elle contraste la critique globale qui en ressort en évoquant ce qui « progresse ». Et justement, ainsi qu’elle le rappelle, l’autonomie est en marche dans les établissements universitaires. Et en effet, qui se scandaliserait de cela ? L’usage du mot, un mot ordinaire de la langue française, revêt un sens général dont on n’a pas besoin de questionner l’utilisateur pour savoir ou présumer avoir une idée de ce qu’il désigne. En outre, sans rien connaître de la situation des universités, le fait de dire qu’elles sont désormais sur le point de devenir toutes progressivement autonomes, est plutôt le signe d’une certaine maturité, si l’on peut faire cette analogie avec la personne humaine et le passage à l’âge adulte, l’accès à un métier, et à tous ces marqueurs que l’on associe culturellement et spontanément à cette notion.

Qui s’en plaindrait ? Et qui, s’en plaignant, trouverait une oreille attentive pour l’écouter ?

Dans la pratique conversationnelle ordinaire, les interlocuteurs ne formulent généralement pas le sens des mots qu’ils utilisent pour se faire comprendre. Ils tablent sur la compétence sociale ordinaire de leur interlocuteur pour faire leur part du travail herméneutique ordinaire, reconnaître et mobiliser au moment opportun les éléments de savoir, formel, local, interactionnel, biographique qui conviennent pour appréhender correctement ce que leur partenaire a voulu dire à travers ce qu’il a dit. En l’occurrence, si l’on peut parler des universités « enfin devenues autonomes » (N. Sarkozy), si l’on peut dire que « effectivement l’autonomie [des universités] progresse » (journaliste B) et ajouter, sans que cela passe pour un paradoxe, que, ce faisant, l’« on va vers ce que voudrait le gouvernement » (idem), c’est que l’autonomie est, dans cette société et ses aspirations, valeurs, croyances, un mot d’usage courant et un principe désirable en soi qui s’oppose à une situation antérieure apparemment caractérisée par son absence. Cette caractérisation minimale sert de cadre d’interprétation à ce qui est énoncé. Reprendre son interlocuteur pour lui demander ce qu’il entend au juste par le vocable qu’il emploie, un terme que tout le monde est censé comprendre, n’est pas l’attitude attendue du partenaire à une activité conversationnelle, si celui-ci veut continuer à être pris pour un membre compétent de la société. Autrement dit, il faut avoir de bonnes raisons pour s’engager dans un tel processus de demande de clarification qui n’est pas toujours sans risque pour qui s’y livre en tant qu’il perturbe potentiellement le cours de l’activité conjointe.

Dans le cadre d’un échange institutionnel, du type d’un interview journalistique, la démarche est d’autant plus compliquée que les rôles sont plus rigidement distribués entre interviewer et interviewé. De sorte que la personne interrogée a un droit limité de revenir sur les questions du journaliste et a fortiori de l’interroger sur leurs présupposés. On pourrait ajouter que dans certaines situations institutionnelles, marquées par l’impératif de la montre, et l’exigence de concision, l’intervieweur n’a pas toute latitude non plus pour interroger son invité sur ces registres précis.

Dans les deux situations, ordinaire ou institutionnelle, prévalent le présupposé d’arrière plan, qui caractérise l’attitude naturelle de la pensée courante, selon lequel les apparences sont conformes à la réalité. La conséquence de cette attitude est la mise entre parenthèses d’une attitude systématique de doute comme arrière-plan de la réception d’un énoncé, d’un message et de la prétention à la validité élevé par un locuteur sur la teneur de son propos, soit l’articulation du signifiant et du signifié. A cette attitude de confiance sur la capacité du discours à rendre compte d’un certain état de choses indépendant et reconnaissable est associé tout un répertoire méthodologique complexe, lequel est activé de manière ad hoc et banalement familière dans les occasions où la relation présumée entre les deux se trouve malmenée par la coexistence de deux descriptions divergentes et incompatibles entre elles de la même série d’événements.

Ainsi dans l’exemple cité, la journaliste B ne fait-elle aucun commentaire direct sur ce qu’avance le président de SLR dans sa critique des arguments du président de la République. Elle traite cela comme un épisode complet, désormais ouvert à l’examen du public destinataire, sans mettre en doute les fondements des arguments avancés par son invité. En revanche, elle crée un contraste entre l’ensemble des points traités jusqu’ici et un nouvel aspect qui se rattache à ce même domaine. Ce qui permet d’introduire un autre sujet opérant comme un moyen de relance de la discussion sur la thématique ce qui marche/ce qui ne marche pas, sous-entendu, dans les réformes en cours.

Ce point positif est le passage d’un nombre croissant d’universités à l’ « autonomie ». Une question qui donne de nouveau au président de SLR l’opportunité de contester le contenu de cette notion, c’est à dire son acception non réfléchie au regard des structures et des pratiques qui se mettent en place sous son nom. En même temps, cette critique se réalise sur le mode de l’opinion « moi je conteste que… », qui se traduit par une réduction de la sphère d’application de la notion, concernant a priori une institution ou une catégorie de collectivité – l’université -, au profit d’une catégorie d’agents – les présidents d’ universités – et au détriment de la communauté universitaire dans son ensemble.

Dans cet échange, le terme d’autonomie, en tant qu’il désigne un processus, celui évoqué à grands traits par la journaliste, n’est pas remis en cause en tant que tel. La journaliste, elle-même, n’a pas cru bon d’en préciser les contours – le passage à cette « autonomie » est rendu obligatoire dans un délai limite ; l’autonomie en question concerne le budget et la gestion du personnel, le tout s’appuyant sur une présidence aux pouvoirs étendus et sur un conseil d’administration dont les modalités d’élection et d’attribution de sièges à la liste arrivée la première et dont le président sera issu, assure à l’exécutif une majorité confortable et minimise l’expression d’une opposition au sein du CA et d’un contre-pouvoir académique, via le conseil scientifique, purement consultatif.

Au vu de ces caractéristiques, la notion technique d’autonomie qui est mise en œuvre dans ce texte (la LRU), diffère singulièrement de ce que le sens commun entend par ce terme. Et cependant, en l’absence de plus amples précisions, c’est l’acception de sens commun de ce terme qui est employée, tacitement, comme le montre la formulation de la question de la journaliste, et son traitement correctif ultérieur par son invité, pour désigner un ensemble de pratiques qui s’en éloignent en réalité très fortement. Je précise, si besoin était, que mon propos ne vise pas à accuser tel ou tel, mais à pointer des formes de raisonnement sociales et leurs conséquences possiblement problématiques. A commencer par le clivage classique entre raisonnement ordinaire et raisonnement scientifique. Un clivage par lequel toute entreprise d’examen serré du rapport entre les mots et les choses produit dans un énoncé, un document, dans le cadre d’une pratique de travail, etc., en ce qu’elle met en œuvre des critères et des idéaux distincts de ceux requis pour la réalisation des activités du registre de la vie courante, produit des effets dysfonctionnels dès lors que ces derniers sont appliqués à cet environnement sans précaution ni adaptation particulière. Et cela vaut même en l’absence d’une orientation polémique de leur part, mais simplement en étant mis au service d’une volonté de comprendre les choses, en les considérant autrement, avant de pouvoir être en mesure de suggérer des pistes pour les transformer le cas échéant.

J’en viens donc au sens de mon commentaire, qui est de suggérer qu’une pratique politique et idéologique croissante de nos sociétés fondées sur une communication institutionnelle et sur une large publicité faite à l’action des pouvoirs publics consiste à s’appuyer sur les pratiques ordinaires du langage et les fondements de leur usage socialement sanctionné que j’ai rappelés ici, pour faire un usage purement stratégique de la confiance dans ce rapport entre le mot et la chose dans la compréhension ordinaire. Cet usage instrumental, d’aucuns diraient « cynique », des significations et des usages convenus des mots du répertoire langagier commun, a pour effet immédiat et durable de rendre difficile, voire d’entraver un examen public critique, notamment des pratiques de pouvoir effectives et de leur caractère essentiellement ouvert et discutable au regard des critères et valeurs démocratiques auxquels ces pratiques sont en principe liées. Ce sont ces significations communes, qui bénéficient d’un sens établi, même s’il demeure vague et sous-déterminé, mais suffisant à toutes fins pratiques, qui font barrage à la mise au jour des pratiques de manipulation des faits et des esprits qu’ils peuvent servir à recouvrir. Ils le font en obtenant en outre la complicité active et confiante de leur public de bonne foi. Or, ce présupposé selon lequel les mots veulent dire ce qu’ils veulent dire pour qui sait les comprendre, se heurte à l’expérience également courante selon laquelle les mêmes situations ne sont pas décrites dans les mêmes termes par les différentes communautés épistémiques et d’intérêts qui ont à connaître de ces choses. Aussi, le fait pour un tiers de reprendre, sans marquer de distance, dans le cadre d’une description, d’un commentaire, un terme devenu polémique en ce qu’il cristallise l’opposition de communautés aux points de vue divergents sur ce qu’il recouvre « réellement », est faire œuvre idéologique. En l’espèce, on a dans ce texte un contre-exemple de cela, dans la formule du journaliste A : « On aura aussi noté dans l’interview du chef de l’Etat un passage qui concernait la recherche, Nicolas Sarkozy affirmant que les problèmes de ce secteur étaient maintenant réglés ». Dans sa présentation du sujet, le journaliste se distancie des propos du chef de l’Etat en les lui attribuant explicitement (c’est N. Sarkozy qui « affirme que X »). En revanche, l’exemple qui pourrait passer pour plus problématique, s’il n’était par ailleurs un dispositif conventionnel de relance dans les entretiens journalistiques et de prise de distance avec les arguments exposés par l’interviewé, est représenté par la formulation de la question de la journaliste B : « Mais en même temps, l’autonomie, elle, progresse ; il y a de plus en plus d’universités autonomes et effectivement on va vers ce que voudrait le gouvernement ». La notion d’autonomie, telle quelle, sans réserve ni guillemets, est en effet un terme employé par l’une des parties pour désigner un point de sa réforme, et sans surprise, les pouvoirs publics, initiateurs de cette même réforme, mais est contestée voire combattue, comme c’est dit ici, par des organisations – syndicats ou collectifs – d’universitaires et de chercheurs. Si bien qu’utiliser ce terme sans plus de précision peut passer pour une adoption pure et simple du point de vue de l’une des parties en conflit sur la question au détriment de l’autre, dont l’ « audibilité » de son propos autre se trouve d’autant plus  amoindrie qu’un discours tiers le marginalise. Précisons que la fin de la question est un moyen pour l’intervieweur de reprendre ses distances d’avec le discours officiel en attribuant l’initiative de ce que font les universités – le passage à l’autonomie – aux pouvoirs publics.

Toutefois, et plus largement, c’est à dire au-delà de ce cas précis, l’attention portée à la manière dont des phénomènes sociaux sont configurés à travers non seulement la façon de les constituer dans le langage, mais également à travers l’articulation plus ou moins convaincante qu’ils révèlent entre les significations convenues véhiculées par le répertoire langagier usité et le mode d’organisation des pratiques qui s’en réclament, est un moyen efficace de faire apparaître, à travers les écarts constatés, les usages idéologiques du langage commun et les intérêts particuliers qu’ils servent (fut-ce ceux des pouvoirs publics, à partir du moment où ils s’opposent clairement à d’autres a priori tout aussi légitimes) sur la base de leur cadre d’interprétation monopolistique. Cette forme d’attention analytique ne procède pas d’une attitude systématiquement suspicieuse, ni polémique par essence, et surtout pas partisane, mais bien plutôt d’un souci de (ré)concilier une certaine éthique pratique de la recherche en sciences humaines et sociales et de l’enquête sociale ordinaire, et plus largement du débat public, avec les fondements démocratiques de la vie publique hérités de l’histoire de nos sociétés et des modes de fonctionnement de leurs institutions, mais toujours cependant placés sous la menace de forces centrifuges.