François Vatin_1° séance_041110

Quelle place pour l’Université dans l’enseignement supérieur ?

En préparant cette séance portant sur la place de l’université dans l’enseignement supérieur, je me suis rendu compte que cette question pouvait être interprétée d’un double point de vue, positif et normatif. Et je pensais à la célèbre formule de Sieyès : « Qu’est-ce que le Tiers-Etat ? – Tout. – Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? – Rien ». C’est à peu près la même chose pour l’Université : quelle place occupe-t-elle dans l’enseignement supérieur ? Une place totalement en voie de marginalisation. Quelle place devrait-elle occuper ? Être au cœur de l’enseignement supérieur. Voilà un peu en gros ce que j’entends formuler au cours de cette séance. Il s’agit bien évidemment de propos d’un acteur engagé.

Retour sur les origines de la démarche des « Refondateurs »

Je rappelle brièvement l’histoire. Alain Caillé souhaitait depuis longtemps faire un numéro de la Revue du Mauss sur l’Université[1]. Je souhaitais contribuer à ce numéro, en m’appuyant sur mon expérience d’enseignant-chercheur. Dans les différents postes que j’ai occupés, depuis maintenant près de trente ans, ce mécanisme de marginalisation de l’université m’était apparu très clairement. J’ai donc cherché à vérifier et à mesurer le phénomène par un travail statistique et ai publié un gros article sur ce sujet dans ce numéro de la Revue du Mauss[2]. Dans la poursuite de ce diagnostic, j’ai réfléchi, en collaboration avec Alain Caillé, à onze propositions de réforme, que nous avons cosignées[3].

Il se trouve que ce numéro de la Revue du Mauss est paru au moment où le mouvement universitaire de 2009 démarrait. Sur cette base là, nous avons pensé qu’il y aurait peut-être moyen de réunir des gens d’orientations extrêmement diverses pour discuter autour de nos propositions. C’est sur cette base qu’a été élaboré le manifeste appelant à une « refondation » de l’université. Publié dans le journal Le Monde[4], il a recueilli à ce moment là à peu près cinq mille signatures. Nous avions eu un débat à son propos, ici même, dans l’amphi, lors d’une réunion où étaient présents justement Marcel Gauchet, Olivier Beaud, Alain Caillé[5]. Au printemps dernier, alors que l’université semblait avoir disparu de l’agenda politique et social, Olivier Beaud nous a convaincu qu’il serait important de maintenir la flamme de cette réflexion, je dirais d’enfoncer un peu le coin dans le débat public, quant à notre diagnostic et à nos propositions. C’est ce qui nous a amené à rédiger, un peu rapidement, un ouvrage[6], qui est un ouvrage d’intervention où l’on a essayé de réunir nos éléments de diagnostic et de proposition autour de  ce qui est un peu un slogan : « refonder l’université ». On se trouve là dans une logique d’intervention politique ; il s’agit de faire réfléchir la communauté et les décideurs sur les problèmes qui se posent avec, en ce qui me concerne, la volonté de fonder tout cela de la manière la plus raisonnée possible, sur un plan sociologique, d’essayer d’apporter mes compétences de sociologue à la compréhension du problème, à la fois dans la prise en considération de l’histoire de notre institution, mais aussi d’éléments statistiques et de raisonnements. Ceux-ci sont en partie empruntés à la sociologie économique ; il s’agit en effet de comprendre comment s’organise une concurrence dans un espace comme celui-là, où il n’y a pas de vraie concurrence par les prix. Ce point n’est pas sans importance quant à l’articulation entre les problèmes que je vais évoquer et ceux qui le seront tout à l’heure par Annie Vinokur.

Le diagnostic

Je suis tout à fait sensible à une série de réflexions critiques autour des formes de « public management », et de la diffusion d’une pensée exclusivement utilitariste quant à l’enseignement supérieur. Le problème est que l’on peut avoir tendance à prendre cela par le haut, en se référant à nos normes propres de valeur, alors que l’on est dans une configuration où il y a un public qui « vote avec ses pieds ». Il y a donc un danger à ne réfléchir que sur l’université isolément, comme si elle n’était pas inscrite dans un « pseudo-marché » de l’enseignement supérieur. C’est d’ailleurs un des principaux reproches que je fais aux réformes successives et, notamment à la loi LRU (« Libertés et Responsabilités des universités »). En gros, le diagnostic de nos gouvernants, c’est : on a un enseignement supérieur en France qui est divers, avec des segments qui fonctionnent. Les IUT, les écoles de commerce, les écoles d’ingénieurs fonctionnent correctement. Simplement, on a un « grand homme malade » qui est l’Université, et c’est celui-là qu’il faudrait réformer. Or, je pense qu’il y a là une erreur de diagnostic totale. Erreur ou hypocrisie ? Je n’en sais rien. La situation de crise de l’université est liée à son positionnement dans l’ensemble de l’enseignement supérieur. Et c’est pour cette raison que prétendre régler la question de l’université sans essayer de comprendre la dynamique d’ensemble du système, c’est poser un emplâtre sur une jambe de bois. Indépendamment du choix des réformes adoptées, le fait de les réserver à la seule université motive la critique fondamentale que je fais à la loi LRU. On fait comme si il suffisait de modifier les modes de gouvernance des établissements universitaire et les modes de recrutement et de gestion des enseignants-chercheurs pour régler les problèmes, alors que le problème est d’abord celui de la structuration d’ensemble de l’enseignement supérieur et concerne la façon dont le public se répartit et dont les différents titres diplômants sont reconnus, crédibilisés ou pas.

L’université dans l’enseignement supérieur

Je commence par quelques éléments statistiques[7]. Quand on se demande quelle est la place de l’université dans l’enseignement supérieur français, en général la question est immédiatement interprétée en termes de dualité Université/Grandes Ecoles. C’est un leitmotiv qui est employé habituellement pour dire : « il ne faut pas casser ce qui marche », ou « il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul ». C’est exactement la critique qui est faite de notre ouvrage sur le site de Sauvons La Recherche[8] . Or, aujourd’hui, cette réflexion en termes de dualité Université/Grandes Ecoles est tout à fait factice parce que l’on ne sait plus ce que sont les Grandes Ecoles. Il y a les « grandes » Ecoles, mais il y a aussi les moyennes, les petites, les minuscules. Et on est dans un système où les moyennes se cachent derrière les grandes, les petites derrière les moyennes, les minuscules derrière les petites, dans une espèce d’expansion infinie qui évoque un peu les castes indiennes. Par ailleurs, la question des « Grandes Ecoles », c’est aussi celle du système qui y est associé, c’est-à-dire les classes préparatoires. Or, celles-ci constituent le segment le plus prestigieux de l’enseignement post-bac dans les lycées. Son développement a été considérable, car il faut compter aussi les classes de STS (Sections de Techniciens Supérieurs) qui délivrent les diplômes de BTS. On a enfin les IUT, qui sont institutionnellement intégrés dans les universités mais qui fonctionnent de façon beaucoup plus proche des STS que de l’enseignement universitaire, du fait du fonctionnement en classes et de leur capacité à sélectionner le public à l’entrée. C’est là, il faut le rappeler, un droit partagé par toutes les institutions d’enseignement supérieur, à la seule exception de l’université, chargée d’accueillir tous les bacheliers non-pris ailleurs, le baccalauréat restant, ce qui est une fiction, le premier diplôme universitaire.

Pour penser ces questions, il faut revenir sur ce qui s’est joué depuis trente ans autour de ces problèmes. Il est très intéressant de relire le texte de Raymond Boudon, qui diagnostiquait l’échec de l’enseignement supérieur court[9]. Boudon, en 1975, disait : « ça ne peut pas marcher, c’est un échec ». C’est un exercice qu’il faudrait faire de montrer pourquoi un grand sociologue, qui est sur son terrain de prédilection (celui des effets pervers dans la combinaison d’actions intéressées), s’est trompé ici lourdement, précisément au moment où sont mis en place les IUT, qui vont connaître le succès que l’on sait. Il était convaincu que l’enseignement supérieur court ne serait jamais véritablement crédible et que la crédibilité resterait toujours l’apanage des formations universitaires proprement dites.

On peut analyser ce qui s’est joué au cours de ces trente années avec un graphique simple : celui de la courbe de sortie des baccalauréats. Elle est marquée par une inflexion radicale : croissance exponentielle du nombre de bacheliers jusqu’au milieu des années 90, puis arrivée sur un plateau. Or, il faut croiser cette courbe avec une autre, qui est celle des effectifs des formations d’enseignement supérieur non universitaires. Cette dernière se trouve sur un trend ascendant constant. Quand on croise ces deux courbes, on en voit tout de suite la conséquence : l’effondrement des effectifs d’étudiants universitaires à partir du milieu des années 90 et qui s’est poursuivi depuis. Permettez-moi de faire une parenthèse amusante à ce propos. Notre ministre, lors du mouvement de 2009, avait menacé les universitaires : « Regardez, avec les âneries que vous faites, vos effectifs vont fondre ». Elle n’avait pas de mal à faire ce diagnostic, puisqu’il suffisait qu’elle extrapole la courbe existante. Et, pas de chance : les effectifs ont crû en 2009 et encore en 2010. En 2009, elle n’a pas trop communiqué sur le sujet. Mais en 2010, elle a communiqué en disant : « Vous voyez, mes réformes sont efficaces, l’université retrouve sa splendeur passée ! ».

Il est bien clair que cette augmentation apparente des effectifs en 2009 et en 2010 – il faudra un petit moment pour le montrer de façon ajustée – est un effet direct de la crise économique, d’une augmentation du taux de chômage des jeunes qui se traduit par un « déversement » vers l’Université. Car l’un des problèmes est bien que l’université a été utilisée depuis trente ans par les pouvoirs publics successifs comme un instrument assez peu coûteux pour garantir un filet de protection minimum à la jeunesse. Pour tous ceux qui n’atteignaient pas le baccalauréat, on avait les missions locales, les dispositifs d’insertion, etc. Pour ceux qui avaient le baccalauréat, l’université était là pour accueillir, pour offrir la sécurité sociale étudiante, les bourses sur critères de revenus, et fournir par conséquent ce filet de protection sociale peu onéreux. Donc, on comprend bien que quand la situation sur le marché du travail se détériore, on voit augmenter les effectifs d’entrée en première année.

Le second point qui mérite d’être évoqué à ce sujet est que lorsqu’on regarde cette chute des effectifs dans les années 90, on constate que la pente est parallèle pour les sciences et les sciences humaines. Ce sont les scientifiques qui, les premiers, ont tiré la sonnette d’alarme et qui y ont vu une désaffection pour les études scientifiques. En fait, les deux courbes sont identiques. Les seuls secteurs qui sont en contre-tendance, c’est le secteur médecine-pharmacie, qui a bénéficié d’un desserrement du numerus clausus, et le secteur du droit, qui a connu une certaine remontée après une décrue lente. Il y a une stabilisation du secteur économie-gestion.

Le flux des étudiants universitaires tari

Où vont les bacheliers qui ne vont plus à l’Université ? On peut trouver sur le site du ministère de l’Education Nationale (MEN) une étude de la Direction de l’Evaluation de la Perspective et de la Performance (DEPP), qui compare deux cohortes de bacheliers, celle de 1996 et celle de 2008[10]. Le tableau distribue l’entrée de ces bacheliers de l’année 2008 et 1996[11].En distinguant l’ensemble des bacheliers (généraux, technologiques, professionnels), et en distinguant la licence universitaire hors médecine-pharmacie, les classes préparatoires, IUT, STS, autres formations supérieures, autres formations non supérieures. Si je prends, pour l’ensemble des bacheliers, à l’exclusion du secteur médecine-pharmacie, la licence universitaire[12], le taux d’entrée à l’université pour l’ensemble des bacheliers, est passé entre ces deux dates de 36 à 24%. Si je ne considère que les bacheliers généraux, ce taux est passé de 50 à 35%. Ce n’est donc pas la montée en puissance des bacs professionnels qui explique cette chute, puisque l’évolution est la même mais à des taux différents. Par ailleurs, ces évolutions en pourcentages peuvent être aussi interprétées comme des évolutions en effectifs, car les effectifs globaux de bacheliers sont sensiblement équivalents en 1996 et 2008.

Mais où vont-ils ? Comme je l’ai dit, il y a une augmentation du secteur médecine-pharmacie qui passe de 4 à 7% pour l’ensemble des bacheliers et de 6 à 11%, si je ne considère que les bacheliers généraux. Les classes préparatoires restent stables : 8% pour l’ensemble des bacheliers, et de 13 à 12% pour les seuls bacheliers généraux. Les IUT de même : 9% pour l’ensemble des bacheliers, et de 10 à 11% pour les bacheliers généraux. On est dans une logique de l’offre qui n’a pas beaucoup bougé. Les sections de techniciens supérieurs augmentent un peu : elles passent de 21 à 23% pour l’ensemble des bacheliers, de 9 à 8% pour les bacheliers généraux. Et surtout, et c’est là que je veux en venir, ce qui augmente, c’est ce qui est pudiquement appelé ici « autres formations supérieures ». Celles-ci passent de 7 à 14% pour l’ensemble des bacheliers, de 9 à 17% pour les seuls bacheliers généraux. Si je prends l’ensemble des bacheliers, j’ai 14% « autres formations supérieures » contre 24% en licence universitaire (hors médecine-pharmacie). Pour les bacheliers généraux, les taux sont de 17% en « autres formations supérieures », contre 35% en licence universitaire. Que recouvre l’intitulé « autres formations supérieures » ? C’est un enseignement supérieur privé, payant, à visées étroitement professionnelles, avec une qualité d’enseignement qui n’est souvent certifiée par rien du tout. Autrement dit, ce qui ressort de ces données, c’est que la tendance observable conduit à la privatisation rampante de l’enseignement supérieur, c’est à dire à un système qui devient de plus en plus socialement injuste avec de nombreuses familles qui se saignent pour envoyer leurs enfants dans ce type d’établissements en considérant que ce sera toujours mieux que l’Université et, en même temps, quelque chose qui est culturellement et scientifiquement désastreux.

L’université sous le feu de la critique

Alors pourquoi cette fuite ? Elle est clairement liée à ce qu’on peut appeler la perte de crédit de l’université, qui est marquée par deux reproches contradictoires et qui pourtant, dans la connaissance commune, paraissent combinés et cohérents. Premier reproche : « l’Université c’est mauvais. Regardez, tout le monde a le droit d’y rentrer ». Par définition, si tout le monde a le droit d’y rentrer, c’est que cela ne vaut rien. Deuxième reproche : « la preuve que c’est mauvais est apportée par le taux d’échec. Cela montre bien que l’on n’arrive pas à y former les gens puisqu’ils échouent ».

La combinaison de ces deux critiques est quand même assez étonnante parce qu’on voit bien que ce qui est en jeu, c’est bien évidemment que l’Université, ne disposant pas de la capacité à sélectionner son public à l’entrée, le sélectionne en cours de cursus, là où dans d’autres systèmes on a une sélection en amont et une gestion tubulaire des effectifs. Celle-ci n’est d’ailleurs en général pas favorable à la formation, car on sait bien que dans de nombreuses écoles, on ne fait pas grand-chose une fois qu’on est entré dedans, puisque le titre est acquis au moment de l’entrée et peu importe finalement ce que l’on fait après.

La situation peu enviable des docteurs face à l’emploi

C’est comme ça que l’on arrive à ce résultat complètement contraire à celui qu’imaginait Boudon en 1975, c’est à dire que les formations les plus exigeantes deviennent les moins désirables, l’absence de sélection à l’entrée constituant un signal négatif. Je voudrais souligner que l’on retrouve la perversion de ce système au sommet même du dispositif : la formation doctorale. En France le pourcentage de doctorants par rapport à la population est plus faible que dans les autres pays de développement comparable. Et pourtant les travaux du CEREQ (Centre d’Etude et de Recherche sur les Qualifications) qui étudient la situation des diplômés au regard de l’emploi trois ans après l’obtention de leur diplôme, montrent une situation assez défavorable pour les docteurs en France, puisqu’ils n’ont aucun avantage sur le marché du travail par rapport aux titulaires d’un Master pro, voire connaissent parfois une situation un peu inférieure, ce que l’on peut mesurer, par exemple en termes de taux de chômage. Qu’on n’aille pas dire que c’est l’effet de tous ces docteurs en lettres et sciences humaines qui ne servent à rien, car la discipline où le taux de chômage des docteurs, trois ans après leur thèse, est le plus fort est la chimie, avec 15% de sans emploi. L’explication de ce paradoxe est assez facile à trouver : à partir du moment où toute l’élite est recrutée au niveau des classes préparatoires et de l’entrée dans les écoles dès l’âge de 18-20 ans, il n’y a pas de place sur le marché du travail français du niveau supérieur pour des gens qui arrivent avec une poursuite d’études longue, une réflexivité importante, etc. D’où ce goulet d’étranglement d’un doctorat en France qui est orienté uniquement vers l’enseignement supérieur et la recherche.

Les voies de solution

Comment peut-on inverser cette dynamique catastrophique ? La première chose absolument essentielle, c’est d’aller vers un vrai service public d’enseignement supérieur. Par « service public », je veux dire par là que l’on est amené aujourd’hui à considérer que l’on a dans l’enseignement supérieur français affaire à des opérateurs ayant des statuts juridiques divers (privé, public, semi-public) et qu’il sera difficile de revenir dessus. Mais il n’y a aucune régulation d’ensemble de ce dispositif. Le ministère de l’enseignement supérieur n’est qu’un ministère des universités ; il ne contrôle même pas l’ensemble du secteur public, puisqu’une large partie des formations post-bac relève, de fait, de l’enseignement secondaire. Et puis on a ce qui relève des chambres de commerce (école de commerce), des autres ministères (une bonne partie des écoles d’ingénieurs). On a également une intervention des collectivités locales, qui revêt différentes modalités, encore une fois, est-il besoin de le souligner, sans régulation d’ensemble. On ne dispose même pas aujourd’hui de ce que les comptables nationaux appellent des « comptes consolidés » pour l’enseignement supérieur. Autrement dit, qu’est-ce qui est financé par l’Etat, par les collectivités locales, par les entreprises, par les chambres consulaires, par les familles ?

On risque de se trouver dans une situation burlesque avec le développement de toutes ces formations que j’évoquais, sur lesquelles on n’a pas de certification claire de la qualité de ce qui est fourni, mais pas non plus de certitude sur la solvabilité à terme. Cet automne j’ai appris dans Le Monde que s’était produite la première faillite d’une école de journalisme. Je pense que l’on va assister de plus en plus à des événements de ce type-là. De l’autre côté, paradoxalement, l’Université va coûter de plus en plus cher à la nation relativement à ses effectifs, en quantité, mais aussi en qualité.

Donc gâchis culturel, économique et social. Par conséquent, il faut mettre en place ce système de régulation d’ensemble. L’idée selon laquelle tous les jeunes Français doivent pouvoir accéder à un enseignement supérieur ne doit pas, de mon point de vue, être mise en cause. Mais ça ne veut pas dire que cet enseignement supérieur devrait être forcément et exclusivement celui dispensé par l’Université dans une logique où elle sert de « voiture-balai », c’est à dire qu’elle ramasse ceux qui restent une fois que toutes les autres formations se sont servies. C’est pourquoi il faut arriver à penser la régulation d’ensemble en fonction à la fois des aptitudes et des désirs des différentes fractions de la jeunesse dans les différents dispositifs de telle sorte que l’Université redevienne effectivement le cœur intellectuel de l’enseignement supérieur, le lieu où l’on va parce que l’on désire poursuivre des études supérieures longues, exigeantes et liées à la recherche. Sans cela, on risque d’aboutir à des situations extrêmement difficiles, car tous les autres établissements d’enseignement supérieur vivent, d’une certaine manière, en parasites de l’Université. J’avais rencontré une fois des jeunes filles qui étaient dans une école préparant aux métiers des marchés de l’art. Elles m’ont expliqué à peu près comment ça fonctionnait. Il y avait un petit groupe d’enseignants permanents. Qui étaient-ils ? C’étaient des docteurs de l’université, des docteurs en histoire de l’art. Et puis ensuite on faisait venir des commissaires-priseurs, des antiquaires, etc. Le jour où l’Université ne formera plus ces docteurs en histoire de l’art, comment pourra-t-on continuer d’alimenter en cadres d’enseignement des écoles de ce type là ? Et on pourrait le dire pour l’ensemble des secteurs.

Si je reviens maintenant, et c’est mon dernier point, à l’Université proprement dite, dans l’esprit de ce service public d’enseignement supérieur, dans l’ouvrage nous faisons une suggestion pour continuer à attendre de l’université qu’elle accueille tous les publics. Elle consisterait à mettre en place une « année 0 ». L’Université aurait ainsi les mêmes droits que les autres cursus pour décider d’accueillir ou de ne pas accueillir les étudiants dans ses cursus proprement dits, en « année 1 » de licence, mais mettrait à disposition une année de remédiation, pour permettre à ceux qui désirent entamer une formation universitaire, mais qui arrivent à l’Université sans disposer des acquis nécessaires pour pouvoir le faire, une année 0 de formation générale, sanctionnée par un examen d’entrée à l’université. Je pense que cela pourrait permettre au final d’augmenter le taux de réussite, c’est à dire à la fois parce que ceux qui rentreraient en année 1 ne seraient plus tirés vers le bas par une fraction du public qui n’est pas en mesure de mener des études universitaires et qui parfois même ne le désire pas tout simplement, et parce que l’on fournirait vraiment à ceux qui souhaitent poursuivre de telles études sans en avoir réellement immédiatement les moyens, la possibilité de le faire. (Juste pour donner une référence, à Nanterre en sociologie, nous avons aujourd’hui 50% des inscrits de 1° année qui sont issus de baccalauréats professionnels ou de sciences et techniques tertiaires. Nous savons très bien qu’une bonne partie de ce public n’est pas à la recherche d’études universitaires. Ce n’est pas un reproche que je leur fais. C’est la situation sociale qui leur est faite.) Donc, au final il s’agirait d’augmenter le pourcentage de ceux qui accéderaient à la licence, mais aussi de réduire le temps moyen nécessaire pour obtenir une licence puisque nous savons très bien que, aujourd’hui, le public qui rentre sans les acquis nécessaires va mettre au minimum quatre ans, souvent cinq ans voire plus pour obtenir une licence. Dans le schéma ici proposé, la licence se ferait en trois ans pour les personnes d’emblée aptes aux études universitaires, en quatre ans pour les autres.

C’est une suggestion comme une autre. Je suis bien conscient des problèmes techniques, politiques et idéologiques qu’elle pose. La seule chose sur laquelle je voudrais insister, c’est qu’il est plus que temps de juger l’arbre à ses fruits. C’est à dire que l’on ne peut pas se contenter d’être dans un principe de « rationalité en valeur », pour parler comme Max Weber, de défense de notre institution dans ses fonctionnements traditionnels, sans regarder les effets concrets de la situation présente. Au nom de la défense d’une conception classique de l’Université ouverte à tous, conception à laquelle j’adhère sur le principe, comme nous tous, on ne peut alors manquer de voir que ce qui est en train de se mettre en place, c’est bien une privatisation rampante accélérée, qui aboutit à vider l’Université de sa substance et favorise ce qu’il faut bien appeler des « marchands de soupe ».


[1] L’université en crise. Mort ou résurrection ?, La revue du Mauss, 2009, 1, n°33

[2] François Vatin et Antoine Vernet, « La crise de l’Université française : une perspective historique et socio-démographique », 47-68.

[3] Alain Caillé et François Vatin, « Onze modestes propositions de réforme de l’Université », pp. 423-40.

[4] Olivier Beaud et al., « Manifeste pour la refondation de l’université française », Le Monde, 16 mai 2009, p. 20.

[5] Cf. http://pds.hypotheses.org/111

[6] Olivier Beaud et al., Refonder l’université. Pourquoi l’enseignement supérieur reste à reconstruire, La Découverte, Paris, 2010.

[7] Eléments présentés dans le chapitre 3 de l’ouvrage.

[8] Cf. «Refonder les Refondateurs », par Emmanuel Saint James, http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3261

[9] Boudon et al., « Enseignement supérieur court et pièges de l’action collective », Revue Française de Sociologie, Vol 16., N°2 (avril-juin 1975), pp. 159-188.

[10] Cf. Tableau 1 p.129 de l’ouvrage.

[11] Cf. http://education.weka.fr/flash-education/reperes_et_references_statistiques__l-edition_2009_est_disponible-2638

[12] J’indique des pourcentages qui portent sur des effectifs à peu près identiques. On peut donc considérer qu’il s’agit de variations absolues et pas seulement en pourcentages.