Michel Barthélémy_ Introduction 1° séance_041110

Pour cette première séance, il nous a semblé judicieux de nous interroger sur le devenir de l’enseignement supérieur en France. Nous avons choisi de le faire sous deux angles complémentaires qui concernent, d’une part, la place qui peut être celle de l’université dans le dispositif d’enseignement supérieur, en prenant en compte des aspects problématiques que les réformes en cours n’abordent pas, ou insuffisamment. Ces questions délaissées sont autant de voies pour concevoir une éventuelle réforme alternative d’ensemble qui se voudrait cohérente. De l’autre, il s’agit de s’interroger sur la place réservée à la communauté universitaire, au sens large, dans ce processus. Cette interrogation est légitime si l’on considère que cette réforme, par bien des côtés, malmène les principes et valeurs de l’Université – que ce soit au regard de la production et transmission du savoir, de son mode d’organisation collégial ou de la liberté académique – tout en exigeant de ses institutions et de ses membres une adhésion sous contrainte à la « modernisation » sans concertation ni débat que mènent ses promoteurs.

L’examen de la place et du rôle des différents niveaux de formation et types d’établissements qui composent l’enseignement supérieur suppose de prendre en compte les missions qui sont les leurs et les moyens effectifs et très inégaux dont ils disposent pour les remplir. C’est la raison pour laquelle nous avons invité François Vatin, engagé dans une réflexion de fond, avec un groupe de collègues, connus sous le nom de « Refondateurs », – dont font partie notamment Olivier Beaud, Alain Caillé, Marcel Gauchet – et portant sur la manière de résoudre le problème singulier que pose la séparation de l’enseignement supérieur en deux mondes. Une disjonction fondée sur le fait qu’une partie de celui-ci sélectionne ses étudiants à l’entrée : l’enseignement supérieur non universitaire, tandis que l’autre, l’Université, est en principe dans l’impossibilité de choisir ses étudiants et laisse en quelque sorte s’opérer la « sélection naturelle » parmi ses effectifs estudiantins. Ce qui se solde par l’immense gâchis des sorties de l’université sans diplômes dont la dénonciation est devenue un lieu commun. Un gâchis dont la responsabilité est couramment imputée à la seule université et à ses personnels enseignants-chercheurs, qui n’en peuvent mais.

Précisément, il revient à la communauté académique d’assumer les effets de la situation asymétrique de l’Université face à ses concurrents. Une compétition dont il résulte un « brouillage des frontières[1] » dont parle Annie Vinokur, notre seconde invitée, dans l’un de ses textes, pour désigner le processus d’indifférenciation croissante entre les différentes formes d’enseignement supérieur. Ce qui se traduit potentiellement par l’affaiblissement de l’enseignement en lien avec la recherche face aux impératifs d’un enseignement soumis à la finalité professionnelle, étroitement entendue, de la formation dispensée.

Un tel glissement pourrait être facilité par ce que le discours public a appelé « l’autonomie » des universités, donnant aux équipes de direction de ces établissements de plus amples pouvoirs en matière de gestion des ressources financières et humaines, en vue de favoriser une plus grande adaptativité aux besoins de l’environnement et à la demande sociale en matière de formation. Classiquement comprise, l’autonomie est censée garantir à l’Université et aux universitaires en tant que corps constitué la relative indépendance à l’égard des pouvoirs politique et économique qui est nécessaire pour produire et transmettre ce bien commun qu’est un savoir disciplinaire désintéressé. En quoi l’acception gestionnaire de l’autonomie se distingue-t-elle de cette conception ? C’est une question qu’Annie Vinokur abordera dans le cadre de cette séance.

S’il s’avère qu’il y a incompatibilité entre ces deux visions de l’« autonomie », au bénéfice de sa variante gestionnaire, alors on peut logiquement en déduire que l’hétéronomie menace le milieu académique dans une organisation mise au service de donneurs d’ordre extérieurs (définition des objectifs et évaluation des performances). Or, les transformations structurelles en cours qui affectent l’Université et concernent notamment le mode de gouvernement, se retrouvent également à l’œuvre dans le cadre de l’organisation de la recherche, via la mise en place prochaine des Labex (laboratoires d’excellence). Une question dont traitera la séance du 25/11.


[1] Cf. « De la scolarisation de masse à, la formation tout au long de la vie : essai sur les enjeux économiques des doctrines éducatives des organisations internationales », Education et Sociétés, 2003/2, N°12, p. 103