Commentaires débat 1° séance PDS_M. Barthélémy et réponse E. Haddad

Une fois n’est pas coutume, j’ai pensé qu’un prolongement pouvait être donné à ce débat, par des commentaires portés sur certains aspects de celui-ci, en en suivant le fil, et en sollicitant les intervenants qui voudront bien se prêter au jeu, pour leur donner quelques développements complémentaires.  Je vous propose donc les remarques suivantes. Je précise que les chiffres entre crochets renvoient aux interventions numérotées selon leur ordre dans la transcription.

Pour Emmanuel Saint James (ESJ) [1], le problème de l’université, c’est la formation des bacheliers qui est devenue, dans la foulée de la massification, inappropriée à la préparation de ces derniers à suivre un enseignement supérieur universitaire ou autre. Pour lui, le bac est le premier diplôme universitaire et, à ce titre, devrait précisément signifier que ses titulaires sont aptes à suivre des études supérieures. Si ce n’est plus le cas, il conviendrait de lui restaurer cette fonction [3]. Des bacheliers mieux formés choisiraient leurs études supérieures en meilleure connaissance de cause et feraient des étudiants plus motivés.

Pour François Vatin (FV) [2], le bac comme premier diplôme universitaire est une fiction propre au système d’enseignement français. Le caractère fictionnel de la chose repose sur l’accès direct à l’université que confère ce diplôme alors que le modèle dominant dans le monde veut que les universités choisissent leur public. A partir du moment où la sélection est le principe de passage dans l’enseignement supérieur non universitaire, l’amélioration du niveau des bacheliers ne mettra pas à un terme à leur sélection par les formations qui sélectionnent leurs étudiants à l’entrée, ni au fait que les bacheliers continueront d’éviter d’entrer à l’université pour ceux qui le pourront et que l’université sera le lieu de destination ultime pour ceux qui n’ont pas pu aller où ils voulaient et qui y voisinent alors dans des formations universitaires que d’autres étudiants ont choisi volontairement. Selon FV, le problème de l’amélioration du niveau n’est donc pas la solution pour avoir de meilleurs étudiants à l’université [4]. On pourrait ajouter ici des considérations sur l’attractivité que semble exercer la sélection franche et déclarée des formations de l’enseignement supérieur qui la pratiquent sur l’imaginaire, les valeurs, les normes et les routines de pensée des candidats, de leurs familles, voire des futurs employeurs, une fois le diplôme en poche, et qui opère comme une forme de label de reconnaissance qui fait l’objet d’un large consensus. A cet égard, l’université qui sélectionne férocement mais sans témoin, à la manière dont on égorge un promeneur attardé dans une ruelle sombre des bas quartiers, se place d’emblée hors jeu. Est-ce que cette recherche de reconnaissance est une forme de « soin » apporté au doute devenu structurel que la société contemporaine entretient sur les capacités de tous et de chacun à se plier à ce qui est attendu, et dont elle fait un instrument de gestion des personnes, un problème de méthodologie et de métrologie à travers les multiples dispositifs d’évaluation auxquels sont soumis les personnes à l’école, au travail, et celles qui sont à la recherche d’un emploi ?

Pour Christian Topalov (CT) [5], le programme des Refondateurs se définit essentiellement autour de l’instauration d’une année de propédeutique, préparant à un examen d’entrée à l’université et aux études universitaires proprement dites. Cette suggestion transforme en effet l’entrée à l’université, jusqu’ici sans barrage pour les titulaires d’un baccalauréat, en un mécanisme de sélection adossé, pourrait-on ajouter, à une sorte de classe préparatoire universitaire[1]. Un intérêt accessoire de cette mesure serait d’éliminer le trait distinctif « infamant » de l’Université par rapport aux autres formations de l’enseignement supérieur.

FV [6] distingue un enseignement universitaire dédié aux disciplines consubstantiellement liées à la recherche et au travail intellectuel, qui sont le propre de l’Université, de formations plus axées sur les activités professionnelles et qui ne sont pas l’apanage de l’université. Il s’agit simplement pour lui de permettre aux étudiants, et notamment au cours de cette année 0, de trouver leur voie entre ces deux types de parcours (sachant que l’enseignement et la recherche dans les disciplines universitaires constituent au final une profession comme une autre, même si elles se trouvent menacées par leur « inutilité » ou absence d’utilité immédiate apparente pour d’autres secteurs d’activités, en particulier économiques).

Christophe Pébarthe (CP) [7] conteste la pertinence des réformes de fond appliquées à l’université et leur préfèrerait une amélioration globale des moyens pour travailler et étudier à l’université, pour les enseignants-chercheurs comme pour les étudiants. Ce qui serait une « réforme » appropriée de l’existant dysfonctionnel pour recouvrer des conditions de fonctionnement normales et évaluer par la suite les résultats obtenus grâce à de meilleures conditions et de plus amples moyens adaptés à la réalisation de la mission de l’université. L’idée est que les universités sont des collectivités organisées, les universitaires sont capables d’auto-organisation, les personnels de l’université font leur travail et plutôt correctement si on le rapporte aux faibles moyens qui leur sont alloués. Si je comprends bien l’argument sous-jacent, c’est un plaidoyer en faveur de l’autonomie des établissements fondée sur la confiance en la capacité des parties prenantes à définir ce qui est le mieux pour elles, et à réaliser leurs projets avec l’allocation des moyens nécessaires et la définition des méthodes appropriées (pouvoir résoudre le problème de bachotage permanent lié à la semestrialisation, p.e.).

Etienne Boisserie (EB) [9] reproche à l’ouvrage l’absence de prise en compte dans la réflexion des Refondateurs des derniers éléments de transformation du paysage universitaire français en cours (PPP, PRES…). On pourrait ajouter que si les propositions faites peuvent, selon EB, demeurer au niveau des principes et reprendre telles quelles les idées déjà avancées en 2009, cela tient au fait que les refondateurs ne sont pas un groupe organisé ni structuré, que la proposition faite en 2009, par les auteurs de ces mesures étaient qu’elles servent de cadre à un débat général et local à la fois dans les différentes communautés universitaires. Ce qui n’a pas eu lieu et a empêché l’élaboration collective d’une vision d’ensemble de l’enseignement supérieur et de la recherche pouvant être portée par la communauté académique et proposée voire opposée aux politiques. Du coup, ces suggestions sont demeurées attachées à qui les avaient faites et sont devenues des éléments de caractérisation pour l’extérieur des croyances et préférences des membres de ce groupe informel. Il est intéressant de constater que ce sort d’être une oasis dans le désert, est partagé par l’ensemble des groupes de réflexion d’universitaires et de chercheurs qui se sont constitués à la faveur d’une critique, voire d’une contestation de la politique gouvernementale actuelle en matière d’enseignement supérieur et de recherche. La dispersion et l’opposition entre ces divers groupes, voire tout simplement l’indifférence des uns envers les autres, donnent à cet ensemble son caractère fragmenté et nuit peut être à la conception d’un ensemble cohérent de propositions de réformes alimentées à la source de la communauté académique et de son expérience réfléchie au sujet de la situation qui est la sienne. Cet isolement interne à la communauté est redoublé par le désintérêt que les politiques portent à leurs efforts et, plus largement, à leur communauté.

EB reproche à l’ouvrage des refondateurs de développer un discours peu favorable à l’université en en faisant le lieu où échouent ceux (parmi les étudiants) qui n’ont nulle part où aller. Comme CB [cf. 7] auparavant, il met également en cause la démarche d’universitaires qui consiste à vouloir présenter les voies d’une réforme, comme un risque pour la communauté universitaire de voir ces propositions reprises, modifiées et appliquées sous contrainte aux universités au motif qu’elles correspondraient à une demande de leur part.

EB partage avec CT [cf. 5] l’idée selon laquelle l’année de propédeutique n’est qu’un moyen de faire entrer subrepticement la sélection à l’université. Il souligne par ailleurs les lacunes techniques qui selon lui du fait de leur nombre rendent les propositions des refondateurs caduques.

FV [10] retourne à EB la critique de « faire le jeu des adversaires ». Mais si, par cette expression, EB mettait en cause l’effort de penser la réforme de l’ensemble du système d’enseignement supérieur français des refondateurs, la critique de FV, quant à elle, porte sur le refus, selon lui, de son interlocuteur de prendre en considération la désaffection de l’université par les primo-étudiants et de s’intéresser aux mesures concevables pour tenter d’y remédier [cf. FV 8]. Pour FV la réforme de l’université (qui inclut celle de l’enseignement supérieur dans son ensemble) est préférable au contournement qui se poursuit et la vide progressivement de ses étudiants. Une inquiétude qui est un peu la pierre angulaire de la motivation de cette démarche et que ne paraissent pas reprendre à leur compte les autres participants au débat. Certains même tendraient à en atténuer la portée voire à considérer qu’il s’agit sinon d’un faux problème, du moins d’une question secondaire par rapport à d’autres aspects plus urgents à traiter (la formation des bacheliers ; accorder les moyens de fonctionner à l’université, etc.).

Si FV ne dévie pas de sa ligne d’argumentation sur le « vote des étudiants avec les pieds », qui contournent de maintes façons l’université, plusieurs participants, et notamment Florence Audier (FA) [11], réfutent ce point de départ d’où sont issues les solutions proposées. Elle rejoint également le point de vue énoncé par CP [7] selon lequel le problème de l’université, c’est avant tout non pas un problème de structure, mais un problème de moyens disponibles pour assurer la formation de ses étudiants dans des conditions équivalentes à celles dont jouissent les autres formations de l’enseignement supérieur et que la fièvre réformatrice a épargnées.

Or pour FV [12], l’évitement de l’université fait désormais consensus au sein de la société française, toutes couches sociales confondues. C’est une lame de fond qu’il faut s’efforcer de briser.

Un échange entre FV [14 ; 16 ; 18] et Laurence Giavarini (LG) [13 ; 15 ; 17] est l’occasion de revenir sur la formule « remettre l’université au centre du système d’enseignement supérieur », et de la signification équivoque qu’elle peut avoir, du fait que, énoncée dans le Manifeste des Refondateurs publié dans Le Monde, elle ait été reprise en slogan depuis lors par le ministère. Quelle réalité est visée dans l’un et l’autre cas ? Refonder veut-il dire détruire ce qui est et lui substituer tout autre chose, notamment le modèle de l’université entrepreneuriale, ayant définitivement rompu avec ses instances de concertation et de décision démocratiques au profit d’une présidence fonctionnant sur le mode d’une direction d’entreprise ? Et le ministère peut-il alors se prévaloir des recommandations des Refondateurs, en les instrumentalisant, pour justifier et tenter de faire passer plus aisément sa réforme ? Pour FV [18], la formule tend, semble-t-il, à souligner la nécessité de trouver les moyens d’action qui puissent redonner à l’Université la place qui est la sienne et qu’elle est en voie de perdre au sein de l’enseignement supérieur. A cet égard, il s’agit davantage de préserver et restaurer ce qui, peut l’être plutôt que de faire table rase du passé ; ce qui semble en revanche devoir être le cas dès lors que l’objectif consiste à accompagner le programme gouvernemental. Une intention que réfute FV.

Annie Vinokur (AV) [20] intervient pour tenter de rapprocher les positions des uns et des autres, en distinguant justement ce qui réunit l’ensemble des intervenants au séminaire, au-delà de leurs légitimes différences de points de vue. Il s’agit d’une certaine idée de l’Université, comme lieu de production et de transmission du savoir. Un idéal par rapport auquel fait figure de repoussoir partagé le modèle de « l’université de recherche » taillée pour la compétition internationale et qui regroupe les meilleures écoles, universités et centres de recherche, avec une gouvernance de type entreprise privée. Un ensemble qui truste l’essentiel des moyens en ne laissant subsister tout autour que des universités de seconde zone sous dotées, ainsi que des collèges universitaires qui ne relèveraient plus de l’université proprement dite et dont la recherche précisément serait absente. Telle est la situation qui se profilerait aujourd’hui en France, avec la mutation de la signification et de la portée du terme « université » qui découlerait de ce clivage entre deux grands types d’universités, l’une de recherche et l’autre d’enseignement professionnel.

Néanmoins, le désaccord se manifeste entre EB [24 ; 26 ; 28 ; 30] et FV [25 ; 27 ; 29 ; 31], le premier soulignant le carcan technique, budgétaire et administratif qui est utilisé pour façonner l’université selon les désirs des gouvernants, contraignant le personnel universitaire et non universitaire à faire des choix qui ne sont pas les leurs [30], tandis que le second bataille sur la nécessité de faire revenir les étudiants vers les enseignements disciplinaires dispensés à l’université et jugés indispensables à la formation non pas seulement de futurs professionnels dans un domaine d’activité donné, mais de citoyens informés, autonomes, lucides, bref réflexifs et critiques [31][2]. En l’absence de ces ressources, on peut avancer qu’il n’y a pas d’espace pour que vive une société démocratique, pluraliste, ouverte, faisant face à ses contradictions et pouvant faire des choix éclairés dans le respect et parmi une pluralité de points de vue exprimés.

Il semble que les « Refondateurs », terme popularisé par les médias pour identifier de manière commode les participants à cette initiative, soient au moins parvenus à ce résultat de faire se rencontrer et dialoguer, de manière informelle, des membres de la communauté académique d’orientations et d’opinions très variées sur le sujet concerné.

Pour finir, ce qui frappe l’auteur de ces commentaires, c’est la difficulté en général, et manifestée encore au cours de ce débat, à faire dialoguer entre elles des personnes partageant par ailleurs de réels points de convergence quant à leur analyse des réformes en cours, du cadre politique et idéologique dans lequel elles s’insèrent, des conséquences qu’elles peuvent avoir, et qui néanmoins demeurent sur des positions très éloignées dès lors qu’il s’agit de reprendre à nouveaux frais la question classique du : que faire ? En l’occurrence, il faudrait rajouter : avec qui ?

******************** Commentaire aux Commentaires du débat:::::::::

On lira ci-après, les réflexions d’Elie Haddad au présent texte :

Je me permets de laisser ce commentaire parce que je ne pense pas que l’analyse que tu fais du débat permette de rendre compte de ses enjeux. Sa vivacité s’explique par le fait qu’il y a bien deux conceptions de l’université très différentes qui se sont exprimées. Il me semble que ta synthèse des positions des uns et des autres amenuise ces différences. Par exemple, je ne crois pas que l’on puisse réduire le propos de Christophe Pébarthe à sa fin et à son appel tout syndical à plus de moyens. Il se fonde pour cela sur des analyses qui vont tout à fait à l’encontre de ce que dit François Vatin. On peut regretter l’agressivité de tel ou tel intervenant, pas toujours justifiée. Mais le grand reproche qui a été fait à Vatin, ainsi qu’aux « refondateurs », c’est finalement ce que Laurence Giavarini a exprimé dans ses interventions, à savoir de ne rien prendre en charge de l’idéologie des réformes en cours, de renvoyer dos à dos le gouvernement et ceux qui sont descendus dans la rue ou qui militent par divers moyens. Ils se placent ainsi dans une fausse position de surplomb, comme s’ils étaient en dehors de la bataille idéologique menée par le gouvernement. Or de cette posture découlent tout un ensemble de biais.

1/ Le premier, c’est de considérer avec condescendance qu’il y a le temps de l’action, fait par les universitaires lambda mécontents, sans toujours savoir pourquoi, et puis le temps de la réflexion et des propositions, qui nécessite le lieu retiré propice à l’otium savant. C’est méconnaître ce que la mobilisation crée d’intelligence et d’analyse collectives, et c’est se couper des changements concrets qui se font sur le terrain, ainsi que l’a pointé Etienne Boisserie.

2/ Le second, c’est de ne pas voir les rapports possibles entre leurs propositions et les réformes actuelles. Les « refondateurs » donnent ainsi prise à toutes les récupérations de leur discours. Leur propos s’adresse aux bureaucrates du PS, comme François Vatin l’a lui-même dit après que Laurence Giavarini l’a amené à le faire. Mais parce qu’ils refusent de penser leur place, sociologiquement pourrait-on dire, mais aussi de manière réflexive et politique, leurs propositions donnent les clés au PS pour poursuivre la LRU et les RCE, et donc la transformation radicale de l’université qu’elles portent en raison de l’idéologie qui les sous-tend. Ces propositions ne sont du coup qu’un accompagnement des réformes en cours, et on peut assurer que, n’ayant rien tiré de l’échec des Etats généraux de la recherche, ils seront aussi floués que SLR s’est senti floué après 2004.

3/ Le dernier biais est aussi un résultat de l’absence d’objectivation de leur propre position. Les « refondateurs », a expliqué F. Vatin, veulent sauver un espace intellectuel autonome. C’est pour eux le coeur de l’Université. Et au fond, comme il l’a dit à un moment, ce qui l’intéresse, ce sont les meilleurs étudiants qui risquent de disparaître et la recherche avec. Le danger est réel, mais c’est une vision de professeur ou de directeur d’études très attaché à la grandeur de son statut que de croire que la seule préservation d’un espace intellectuel autonome où ils pourront former de brillants étudiants permettra de refonder l’université. Et tous les termes employés par le gouvernement, depuis l’autonomie jusqu’à l’excellence, se retrouveront très bien dans ce projet, même si le management néolibéral qui inspire l’action des dirigeants en fera autre chose. Ce que souhaite sauver l’association Sauvons l’Université, ce n’est pas un espace pré-carré, très académique, d’intellectuels se croyant en dehors des luttes idéologiques actuelles et à l’écart de l’action. C’est bien au contraire une dynamique d’accession à l’enseignement supérieur, à la gratuité du savoir, à l’apprentissage de la construction des connaissances, et à la liberté qui doit en être le fondement, en même temps que la recherche scientifique et la critique qui doit lui être nécessairement attachée. Pour le dire autrement, ce n’est pas l’Université telle qu’elle était au temps mythique où les professeurs de droit, les directeurs de labo, les directeurs d’études, avaient une réelle autorité et une grande liberté, qu’il s’agit de sauver. Ce n’est pas non plus l’université dans tous ses dysfonctionnements bien connus, depuis la collégialité moribonde ou dévoyée jusqu’à l’académisme et au retrait dans la tour d’ivoire d’une grande partie d’universitaires. Il s’agit de sauver les principes qui ont permis de porter un idéal de démocratisation de l’université, dont il faut reconstruire la dynamique.

En 2009, tout le monde s’est retrouvé pour contrer l’attaque gouvernementale. Bien sûr, les « refondateurs » s’opposent au management-roi dans les universités, bien sûr ils luttent pour les libertés académiques. De ce point de vue, le terrain commun est réel. Mais sur les propositions qui sont faites, sur la place qu’ils se donnent, sur leur conception de l’Université, les divergences sont profondes. Ce sont elles qui se sont exprimées au cours de ce débat.


[1] « Par un tel dispositif [celui de l’année 0 sanctionnée par un examen d’entrée à l’université], on introduirait ainsi une sorte de « prépa » au sein des universités » (O. Beaud et al., 2010, p.204).

[2] S’agissant de l’impossibilité de maintenir un enseignement de philosophie à l’université, puisque c’est l’exemple choisi par FV [31], dans l’hypothèse où le nombre d’étudiants devient égal à celui des enseignants, ne peut-on pas voir dans les organismes de recherche le dernier recours pour le maintien des disciplines en tant que telles, au sens où l’absence d’obligation d’enseigner rend le travail de recherche légitime en lui-même. Ce qui n’est pas le cas pour les enseignants-chercheurs que sont les universitaires, alors même que l’enseignement n’est qu’un aspect de leur travail, qui découle du reste, en principe, de leur activité de recherche ? A l’encontre des préconisations des Refondateurs, ne vaudrait-il pas mieux conserver ces organismes et leur statut en tant qu’il préserve le savoir de la poussée du désert ?


1 pensée sur “Commentaires débat 1° séance PDS_M. Barthélémy et réponse E. Haddad”

  1. Cher Michel,
    Je me permets de laisser ce commentaire parce que je ne pense pas que l’analyse que tu fais du débat permette de rendre compte de ses enjeux. Sa vivacité s’explique par le fait qu’il y a bien deux conceptions de l’université très différentes qui se sont exprimées. Il me semble que ta synthèse des positions des uns et des autres amenuise ces différences. Par exemple, je ne crois pas que l’on puisse réduire le propos de Christophe Pébarthe à sa fin et à son appel tout syndical à plus de moyens. Il se fonde pour cela sur des analyses qui vont tout à fait à l’encontre de ce que dit François Vatin. On peut regretter l’agressivité de tel ou tel intervenant, pas toujours justifiée. Mais le grand reproche qui a été fait à Vatin, ainsi qu’aux « refondateurs », c’est finalement ce que Laurence Giavarini a exprimé dans ses interventions, à savoir de ne rien prendre en charge de l’idéologie des réformes en cours, de renvoyer dos à dos le gouvernement et ceux qui sont descendus dans la rue ou qui militent par divers moyens. Ils se placent ainsi dans une fausse position de surplomb, comme s’ils étaient en dehors de la bataille idéologique menée par le gouvernement. Or de cette posture découlent tout un ensemble de biais.
    1/ Le premier, c’est de considérer avec condescendance qu’il y a le temps de l’action, fait par les universitaires lambda mécontents, sans toujours savoir pourquoi, et puis le temps de la réflexion et des propositions, qui nécessite le lieu retiré propice à l’otium savant. C’est méconnaître ce que la mobilisation crée d’intelligence et d’analyse collectives, et c’est se couper des changements concrets qui se font sur le terrain, ainsi que l’a pointé Etienne Boisserie.
    2/ Le second, c’est de ne pas voir les rapports possibles entre leurs propositions et les réformes actuelles. Les « refondateurs » donnent ainsi prise à toutes les récupérations de leur discours. Leur propos s’adresse aux bureaucrates du PS, comme François Vatin l’a lui-même dit après que Laurence Giavarini l’a amené à le faire. Mais parce qu’ils refusent de penser leur place, sociologiquement pourrait-on dire, mais aussi de manière réflexive et politique, leurs propositions donnent les clés au PS pour poursuivre la LRU et les RCE, et donc la transformation radicale de l’université qu’elles portent en raison de l’idéologie qui les sous-tend. Ces propositions ne sont du coup qu’un accompagnement des réformes en cours, et on peut assurer que, n’ayant rien tiré de l’échec des Etats généraux de la recherche, ils seront aussi floués que SLR s’est senti floué après 2004.
    3/ Le dernier biais est aussi un résultat de l’absence d’objectivation de leur propre position. Les « refondateurs », a expliqué F. Vatin, veulent sauver un espace intellectuel autonome. C’est pour eux le coeur de l’Université. Et au fond, comme il l’a dit à un moment, ce qui l’intéresse, ce sont les meilleurs étudiants qui risquent de disparaître et la recherche avec. Le danger est réel, mais c’est une vision de professeur ou de directeur d’études très attaché à la grandeur de son statut que de croire que la seule préservation d’un espace intellectuel autonome où ils pourront former de brillants étudiants permettra de refonder l’université. Et tous les termes employés par le gouvernement, depuis l’autonomie jusqu’à l’excellence, se retrouveront très bien dans ce projet, même si le management néolibéral qui inspire l’action des dirigeants en fera autre chose. Ce que souhaite sauver l’association Sauvons l’Université, ce n’est pas un espace pré-carré, très académique, d’intellectuels se croyant en dehors des luttes idéologiques actuelles et à l’écart de l’action. C’est bien au contraire une dynamique d’accession à l’enseignement supérieur, à la gratuité du savoir, à l’apprentissage de la construction des connaissances, et à la liberté qui doit en être le fondement, en même temps que la recherche scientifique et la critique qui doit lui être nécessairement attachée. Pour le dire autrement, ce n’est pas l’Université telle qu’elle était au temps mythique où les professeurs de droit, les directeurs de labo, les directeurs d’études, avaient une réelle autorité et une grande liberté, qu’il s’agit de sauver. Ce n’est pas non plus l’université dans tous ses dysfonctionnements bien connus, depuis la collégialité moribonde ou dévoyée jusqu’à l’académisme et au retrait dans la tour d’ivoire d’une grande partie d’universitaires. Il s’agit de sauver les principes qui ont permis de porter un idéal de démocratisation de l’université, dont il faut reconstruire la dynamique.
    En 2009, tout le monde s’est retrouvé pour contrer l’attaque gouvernementale. Bien sûr, les « refondateurs » s’opposent au management-roi dans les universités, bien sûr ils luttent pour les libertés académiques. De ce point de vue, le terrain commun est réel. Mais sur les propositions qui sont faites, sur la place qu’ils se donnent, sur leur conception de l’Université, les divergences sont profondes. Ce sont elles qui se sont exprimées au cours de ce débat.
    Bien à toi,
    Elie Haddad

Les commentaires sont fermés.