Note de lecture de Jean Fabbri sur l’ouvrage : « Refonder l’Université »

Note de lecture : Refonder l’université, pourquoi l’enseignement supérieur reste-t-il à reconstruire. La Découverte, octobre 2010

O. Beaud, A. Caillé, P. Encrenaz, M. Gauchet, F. Vatin.

Ce livre prolonge une tribune collective publiée dans Le Monde en mai 2009, dans la foulée du mouvement universitaire, par des collègues  actifs dans la contestation du décret statutaire  certains  aussi de la loi LRU,…et « certains de ses partisans modérés ». Bien des constats :

dangers de l’ANR, ridicule usage du classement de Shangai, connivence CPU/ministère… sont familiers aux lecteurs du mensuel du SNESUP  : « la marque de fabrique de la réforme impulsée par le loi LRU, c’est une vision radicalement hiérarchique et caporalisatrice de la production du savoir qui s’oppose diamétralement  aux valeurs universitaires de liberté de la pensée. ». Remettre au centre du post-bac les universités : « accueillir tous les bacheliers », « pouvoir orienter dans les différentes filières »  et « avoir le droit  de dire qui lui parait apte » sont les fils conducteurs de réflexions plurielles qui mêlent état des lieux et propositions.

Disons le tout net, on est confondu par les œillères de ces collègues, qui déconnectent les enjeux universitaires des grandes questions de société (nature du travail, éventail des emplois, fonctions de la culture …) et qui semblent ignorer que les universitaires sont aussi des salariés « ordinaires », confrontés aux exigences de leur employeur et qui se sont donnés des organisations syndicales (certes imparfaites d’autant que selon les auteurs elles ne sont pas dirigées par des professeurs !). Les mobilisations de 2009 ne sont portées au crédit que des associations (SLR et SLU) et collectifs…et juristes, et leurs effets réels sur l’emploi (pas de suppression dans le supérieur et la recherche), maintien du CNU et du caractère national du statut… sont ignorées. On lit une ré-écriture de notre histoire universitaire récente qui, par exemple, occulte les batailles menées partout pour faire émerger et gagner des listes anti-LRU dans les conseils centraux des établissements.

Une bibliographie (6 pages) très sélective conforte  cette vision.


3 pensées sur “Note de lecture de Jean Fabbri sur l’ouvrage : « Refonder l’Université »”

  1. L’ouvrage aurait sans doute gagné davantage de notoriété s’il avait pris en compte le point de vue de collègues hors des murs de l’Université Paris Ouest Nanterre, car tous les auteurs sont des membres de l’équipe « Reconstruire » de cette Université …!

    L’équipe « Reconstruire » est à l’origine d’un choix dangereux pour l’avenir de l’Université Paris Ouest Nanterre, le refus d’intégrer un « PRES » …

    Ratatouille

  2. En fait, des quatre auteurs de l’ouvrage, deux sont de Paris-X Nanterre (Alain Caillé et François Vatin), Un de Paris-VI (Pierre Encrenaz) et un autre de l’EHESS (Marcel Gauchet).

  3. Ratatouille
    D’où tirez-vous que \l’équipe \Reconstruire\ est à l’origine d’un choix dangereux pour l’avenir de l’Université Paris Ouest Nanterre, le refus d’intégrer un PRES ?\
    Pensez-vous vraiment que dans la récente histoire des PRES, l’université ait eu un choix à faire, comme de dire simplement \oui ou non\ face à une demande en mariage? Chaque formation de PRES résulte d’une longue négociation entre plusieurs partenaires différents et autonomes.

    Rappelons que la non appartenance de Paris Ouest Nanterre à un PRES est d’abord une situation dont l’équipe actuelle a hérité. Suite à la loi Goulard (2006) antérieure d’un an à la LRU, la constitution des PRES a connu une histoire plus ou moins complexe, surtout en Ile de France. De premiers PRES ont été créés assez tôt, tels Universud en 2007. Une mission a été lancée par le MESR pour aider à la formation des PRES en Ile de France (rapport Larrouturou). Entre 2009 et 2010 on a vu se former des PRES parisiens (quatre à ce jour) assez divers et fondés sur des alliances d’établissements tous situés dans Paris intra-muros (à l’unique exception de Paris Nord-Villetaneuse membre associé d’un des PRES parisiens).
    Reste que la carte universitaire en Ile de France consacre la coupure Paris-Banlieue, au moment où on rêve du Grand Paris….Restent également des zones peu ou pas structurées (à l’ouest de Paris) des universités hors PRES, le cas d’établissements à vocation nationale intégrés à des PRES \territorialisés\, la décision de créer des campus nouveaux alors que des campus existants sont délaissés etc…
    Sur le sujet il existe des rapports (IGAENR, Cour des Comptes) qu’on peut lire.

Les commentaires sont fermés.