« Ce qui est en exception de l’universel de l’Université », le 5 octobre 2017

Séminaire Politique des Sciences
Jeudi 5 Octobre 2017 à l’EHESS

17h-20h, salle Lombard, 96 Bd Raspail, Paris

Ce qui est en exception de l’universel de l’Université

« L’Université n’est pas une alma mater, mais une vache à lait. Il n’est pas obligatoire que seules les canailles parviennent à la traire. Ne pas la croire, ne pas y croire, ne pas la servir, mais s’en servir, tel serait le mot d’ordre. Y faire entendre, serait-ce au détour, la mise en doute d’un, de plusieurs, de tous les universels faciles, le programme n’est pas facile et n’est pas sans risque. Mais il n’est pas interdit d’être rusé quand on est sage. Il est possible au sage de fendre la foule. »

Ces sont les dernières lignes de l’article de Jean-Claude Milner, « L’Université comme foule » (2014, p. 114)*. Le texte est à l’origine du thème proposé à la présente séance du séminaire « Politique des Sciences ».
Une des thèses centrales de l’article est que l’Université mondiale, existant comme foule et en expansion illimitée, appelle une conduite qui problématise, voire qui ruine l’« axiome » qui la sous-tend, à savoir : l’Un de la forme-marchandise, sous la loi duquel les savoirs et les universitaires sont rassemblés, produisant, administrant, enseignant et apprenant aux fins d’assurer l’accélération des échanges et l’accroissement de la performativité du système.
Cette problématisation « est désormais un devoir ». Dès lors, si l’on admet l’analyse, il conviendra d’élaborer le point de conduite à tenir, en exception de l’universel de l’Université, et apte à mettre en doute ou à ruiner celui-ci.

Avec Jean-Claude Milner
Modérateur : Plínio Prado

*Lectures

J.-C. MILNER, « L’Université comme foule », paru dans les Cahiers d’études lévinassiennes, 10 (2011) ; version modifiée reprise dans L’universel en éclats, Éditions Verdier, 2014. La version de 2011 est consultable en ligne : http://www.academia.edu/11815502/De_lUniversite_comme_foule
—, Le Juif du savoir, Grasset, 2006.
—, Considérations sur la France. Entretiens avec Ph. Petit, Éditions du Cerf, 2017.

P. PRADO, « Un poète égaré au sein de l’Université. Wittgenstein et l’invention du “non-cours” », Revue Lignes, 30 (2009).
—, « Le couple Socrate et Alcibiade. Notes sur la relation enseignante à l’heure du libéralisme cognitif », Mélanges en hommage à René Schérer, Constantin Irodotou (dir.), L’Harmattan, 2015.
—, « D’un style d’enseignement à Vincennes. Châtelet, Deleuze, Lyotard », François Châtelet, un philosophe au présent, Nathalie Périn (dir.), Hermann, Paris, 2016.

« L’évaluation de la « performance pédagogique » et l’injonction à sa professionnalisation : une analyse sociologique d’une construction politique » 1° juin 2017

École des Hautes études en sciences sociales

Séminaire « Politiques des sciences »

Séance du Jeudi 1° juin 2017 – 17 h – 19 h

EHESS, 96 Bd Raspail, salle Lombard, Paris 6e

le lien vers le fichier audio de la séance est accessible ici : http://tinyurl.com/ydeuegnh

En repartant d’un certain nombre de transformations qui ont affecté l’enseignement supérieur ces trente dernières années, il s’agit d’y inclure et de contextualiser le discours qui impute les taux d’échecs des étudiants au « manque de pédagogie » des universitaires et à leur « manque de formation » pédagogique.

Le but est de montrer, en s’appuyant sur des textes officiels récents dont la visée est essentiellement prescriptive, qu’à travers une « mise en culpabilité » des universitaires, il s’agit d’une part, de combattre l’adossement à la recherche de la pédagogie et, de l’autre, de déconnecter celle-ci d’un travail de transmission des savoirs disciplinaires. Un des enjeux de cette lutte est de rendre l’évaluation des performances académiques des étudiants moins dépendante de la maîtrise par les étudiants des savoirs disciplinaires, dont la transmission constitue l’objectif de la formation dispensée par les universitaires, pour que les taux de réussite aux examens puissent être modulés en fonction des attentes associées à un « gouvernement par les chiffres ». Il s’agit aussi de montrer que la constitution d’objectifs chiffrés à atteindre modifie profondément, comme dans d’autres domaines (hôpital, emploi, police, etc.) le contenu de ce dont les chiffres sont censés attester.
Cette contextualisation permet, selon nous, de poser en d’autres termes la question de la « démocratisation » de l’université en inscrivant les objectifs chiffrés dans le cadre d’un gouvernement par les chiffres lui même intégré dans les politiques de Nouvelle Gestion Publique et en particulier des enjeux de rationalisation des moyens à disposition des universités pour remplir leurs différentes missions.

 

Invitée : Sandrine Garcia, sociologue, professeure à l’université de Bourgogne
Afin de se faire une idée sur un mode humoristique mais cependant réaliste de ce dont il va être question, on se reportera aux billets suivants :
——
Cette séance est la dernière de l’année universitaire 2016-17. Le séminaire reprendra le 5 octobre 2017

« Ethos de chercheurs en conflit. La transformation des formes de reconnaissance par/pour/contre les logiques managériales » 4 mai 2017

Ethos de chercheurs en conflit.

La transformation des formes de reconnaissance par/pour/contre les logiques managériales

Séance du séminaire Politique des Sciences, EHESS, 4 mai 2017, Salle Lombard, 17h-20h

 

Les fichiers audio de la séance sont disponibles via ce lien : https://archive.org/details/EthosDeChercheursEnConflit.

La théorie de la reconnaissance repose sur une conception normative de la justice et de la vie sociale dont la portée n’est plus à démontrer. On pense bien sûr au rôle attribué à la lutte pour la reconnaissance dans de nombreuses approches critiques, notamment celles de Nancy Fraser et d’Axel Honneth. Au cours de cette séance, les intervenants se proposent d’examiner différemment les enjeux de reconnaissance en croisant leurs approches autour des injonctions à l’innovation, de la recherche par projets, de l’emprise des formes d’évaluation, du travail intellectuel précaire ou encore de la place de la critique dans les activités universitaires. A travers les tensions et les conflits révélés par les transformations des métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur, les participants exploreront des voies de réflexion et de reformulation autour d’un axe commun formé par l’instrumentalisation des quêtes de reconnaissance par les logiques managériales.

 

 

 Francis Chateauraynaud (GSPR), Brève introduction

Sylvain Lavelle (ICAM): « La recherche à l’âge de l’innovation. Une enquête de reconnaissance »

Cyprien Tasset (IRIS): « Les chercheurs précaires dans les pensées critiques de l’enseignement supérieur »

Sylvaine Bulle (CRESPPA-Labtop) : « Reconnaissance ou émancipation ? La sociologie doit-elle se soustraire de l’emprise de la « cité par projet » pour être en prise avec le monde ? »

Francis Chateauraynaud : « La quête de reconnaissance, ressort de mobilisation ou facteur d’emprise ? »

séance du 2 mars 2017 :  » Nuit debout aujourd’hui : Vers une démocratie citoyenne ? »

Ecole des Hautes études en sciences sociales (Paris)

Séminaire « Politiques des sciences »

Séance du Jeudi 2 mars 2017 – 17 h – 20 h 

EHESS, 96 Bd Raspail, salle Lombard, Paris 6e

           Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/zaeh2ga

« Nuit debout aujourd’hui : Vers une démocratie citoyenne ?« 

Dans cette période pré-électorale, nous recevons des membres de l’Assemblée de Coordination de Nuit Debout Paris République. Ils nous présenteront rapidement cette assemblée et nous introduiront à ses enjeux actuels.

On compte parmi ceux-ci la mise en valeur d’un travail collectif visant à repenser la démocratie et à élaborer des propositions concrètes à travers la mise en place d’un « jury citoyen ». Il s’agira de prendre connaissance et de débattre de ces propositions. On peut les retrouver ici : https://www.rennesdebout.bzh/propositions-du-32-mars/

La commission Debout Education Populaire, qui a mis en pratique sur la place de la République à Paris différents formats favorisant les prises de parole, le déplacement face aux imaginaires institués et un travail collaboratif, viendra s’interroger avec nous sur la seconde étape de leur atelier hebdomadaire « quelle société veut-on? » :  comment mettre en application les propositions recueillies sur la place?

Il s’agira donc de discuter des différentes options politiques qui s’offrent aux acteurs de Nuit Debout non seulement à l’approche du printemps 2017 mais également une fois les élections passées.

Cette séance vise à témoigner du processus en cours d’élaboration d’un savoir politique citoyen.

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées par le sujet traité.

On retrouvera les enregistrements audio des séances précédentes sur ce lien : pds.hypotheses.org

La prochaine séance aura lieu le 4 mai 2017.

« Les langues-cultures au service de la démocratie et de la paix civile », séance du 16/02/17

Séminaire « Politiques des sciences » Ecole des Hautes études en sciences sociales (Paris)

Séance du Jeudi 16 février 2017

17 h – 20 h 

EHESS, 96 Bd Raspail, salle Lombard, Paris 6e

                        En raison de travaux, accès à la salle par le 19 rue Notre Dame des Champs

        Les langues-cultures au service de la démocratie et de la paix civile

     Xénophobie d’Etat, prise de pouvoir par des organisations populistes ou ethno-nationalistes, attentats djihadistes, état d’urgence et guerre contre le terrorisme ou contre les migrations de masse…La crise systémique se traduit au plan politique par de forts replis identitaires. Au nom d’une logique sécuritaire, les droits des citoyens et des mouvements sociaux sont encadrés et limités, certains pays commencent à fermer leurs frontières. La paix civile est menacée ou détruite dans les aires les plus fragilisées. 

     Les sciences sociales ont des réponses à apporter à ces interrogations : comment dominations culturelles et ethnocentrismes peuvent-ils être déconstruits ? En quoi la promotion des langues et des cultures peut-elle être un facteur de reconstruction altermondialiste ? En quoi l’enseignement des langues régionales et du français langue étrangère constitue une alternative à un système éducatif normé ? Il s’agira in fine de proposer les fondamentaux d’une méthodologie anthropologique. 

Gilbert Dalgalian psycholinguiste et germaniste. Successivement chercheur en didactique des langues à Zurich, formateur d’enseignants au Sénégal (pour l’UNESCO), délégué général des Alliances françaises en Inde. Spécialiste des écoles bilingues en France et à l’étranger.

 Langues et démocratie : un lien imprescriptible.

La France a excessivement codifié le rapport aux langues, en privilégiant le français et en marginalisant les langues régionales.  L’unité nationale s’est construite d’une manière générale au détriment de la diversité des cultures constitutives du pays.

En fait, le lien entre langues et démocratie n’est pas de nature institutionnelle, mais bien plus profond : il tient au fondement même de la démocratie, le respect de l’Autre. Et c’est justement dans les situations de non-respect que se dévoile le mieux ce lien. Nous en passerons quelques-unes en revue.  

Christian Puren historien de la didactique des langues-cultures, professeur émérite de l’université Jean Monnet de Saint-Etienne, président d’honneur de l’association française des Professeurs de Langues Vivantes (APLV), La classe de langue-culture étrangère comme incubateur de formation aux valeurs altermondialistes

Depuis son émergence en tant que discipline constituée à la fin du XIXe siècle, la didactique scolaire des langues-cultures étrangères a connu en Europe plusieurs évolutions significatives dans les composantes privilégiées de la compétence culturelle, en fonction des modifications successives advenues dans la situation et l’objectif sociaux d’usage assignés prioritairement à cet enseignement. La conjonction de deux phénomènes récents a radicalement changé la donne.

– D’une part la dernière modification en date dans cette discipline assigne à l’enseignement des langues-cultures la finalité de formation d’acteurs sociaux « dans une Europe multilingue et multiculturelle » (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, Conseil de l’Europe, 2001). La conséquence en est l’existence d’une forte homologie entre la société à laquelle il s’agit de préparer les élèves et leur classe, puisque celle-ci est un environnement naturellement multilingue et multiculturel.

– D’autre part la prise de conscience de la complexité des cultures amène à considérer l’ensemble des composantes historiques de la compétence culturelle comme faisant partie du « patrimoine éthique » de la didactique des langues-cultures.

Il est de ce fait possible d’envisager et de faire fonctionner désormais la classe de langue-culture étrangère comme un lieu et un temps où les élèves peuvent s’entraîner intensivement, dans un environnement protégé et sécurisé, à la mise en œuvre concrète de la pluralité des valeurs nécessaires au vivre ensemble et à l’agir ensemble dans des sociétés démocratiques multilingues et multiculturelles.

 

Martine Boudet professeure agrégée de Lettres modernes, spécialiste d’anthropologie culturelle (académie de Toulouse), Intersectionnalité et interculturel des démarches altermondialistes.

            L’examen des programmes disciplinaires, notamment linguistiques, dans l’enseignement secondaire montre le maintien d’une politique éducative relativement ethnocentrée.  Cela malgré quelques avancées notables dans la loi de Refondation (2013).

           Une  politique éducative plus inclusive est à porter  avec une formation des personnels axée sur la construction et l’apprentissage d’universaux transculturels. A partir de regards croisés, de type anthropologique, sociologique,  philosophique… et de l’expérience de réseaux spécialisés dans les domaines de l’antiracisme et de l’intersectionnalité.

         Intersectionnalité et interculturel : l’exercice méthodique de l‘intersubjectivité, le jeu des dynamiques dialogiques à deux ou plusieurs degrés d’appartenance est à même de diluer les stéréotypies ou les radicalités ainsi que les systèmes de domination et de victimisation, intériorisés par les publics et de faire accéder ces derniers à un système de représentations émancipateur car pluri-référentiel, comparatiste et interactionniste.

          L’inclusivité du système éducatif comme condition de la redynamisation de la vie scolaire et sociale : ce paramètre s’avère in fine nécessaire pour éduquer à une citoyenneté plus décentrée, complexe et évolutive.

———————————————————–
Références bibliographiques :

Martine Boudet (co-direction), Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (Presses universitaires du Mirail, 2014)
http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

Gilbert Dalgalian, Enfances plurilingues (L’Harmattan, 2000)

Reconstruire l’éducation ou Le désir d’apprendre (FSU/Syllepse, 2012).

Christian Puren, « Modèle complexe de la compétence culturelle (composantes historiques trans-, méta-, inter-, pluri-, co-culturelles) : exemples de validation et d’application actuelles », disponible en ligne en français (www.christianpuren.com/mes-travaux/2011j/) et en espagnol (www.christianpuren.com/mes-travaux/2011j-es/)

« Apprentissage de la citoyenneté et composantes de la compétence culturelle dans un enseignement de type FLI (français langue d’intégration) » conférence à la Rencontre Inter AEFTI « Intégration citoyenne et formation », Amiens, 7-8 juin 2012, www.christianpuren.com/mes-travaux/2012i/

 

« L’homme, son environnement et l’urgence climatique : quelle politique des sciences ? » 260117

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

Séminaire « Politique des sciences »

L’homme, son environnement et l’urgence climatique: quelle politique des sciences?

( les fichiers audio de la séance sont disponibles sur ce lien : http://tinyurl.com/jlwuet6 )

A partir de Descartes, nous avons constitué notre environnement en nature. Autant l’industrialisation que le développement du capitalisme économiste ont conduit à l’exploitation productiviste d’un écosystème, constitué en « ressources naturelles », par des hommes  considérés comme des « ressources humaines ». L’accession de l’homme à l’anthropocène a les conséquences destructrices que nous constatons autant dans notre environnement que dans la vie en société. Il sagit de mettre en question les immanquables interactions entre les communautés des hommes et leurs milieux respectifs, et cela pour sortir du paradigme occidental imposé en particulier par l’opposition entre nature et culture et par son exploitation dans le sens de la croissance économique et des profits financiers à en tirer. Il s’agit de créer à cet égard des savoirs critiques  en réfléchissant à leur diffusion dans une nouvelle politique des sciences, au-delà de réformes universitaires dominées par l’idéologie du management et par les bénéfices à tirer de l’ « économie de la connaissance ».

Jeudi 26 janvier 2017

17 h – 20 h

 

EHESS, 96 Bd Raspail, salle Lombard, Paris 6e

Introduction par Claude Calame (EHESS, Centre AnHiMA et CRAL)

Augustin Berque  (EHESS, Centre Japon)
« L’anthropocène du point de vue mésologique »

 Christophe Bonneuil (CNRS, EHESS, Centre Alexandre Koyré)

« En finir avec les “ressources“ »

Janine Guespin-Michel (Université de Rouen, Espaces Marx)

« La lutte pour l’environnement et l’urgence climatique requiert une nouvelle forme de pensée »

Benoït Hazard (EHESS, IIAC)

« Dans les paysages contestés de l’anthropocène : une géothermie pour les Maasaï ? »

Michael Löwy (EHESS, CNRS)

« Changement climatique :  le rôle du capitalisme et l’alternative           écosocialiste ».

Discutant : Philippe Descola (EHESS, Collège de France, LAS)

séance du 5 janvier 2017 : « Quelles entraves à l’indépendance de la presse et au pluralisme ? »

Séminaire Politiques des Sciences- EHESS

séance du 5 janvier 2017, 17h-20h, salle Lombard, 96 Bd Raspail, Paris

Quelles entraves à l’indépendance de la presse et au pluralisme ?

Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/zhs5bfp

De nombreuses réalités structurelles encadrent et limitent la liberté d’informer, la plus visible restant la privatisation de la presse, qui se traduit par l’ingérence des actionnaires dans le contenu éditorial des titres, une ingérence pouvant aller jusqu’à la censure. Sous les radars, de nombreuses autres contraintes, plus sournoises, mettent à mal l’indépendance des médias et le pluralisme des idées. Au niveau local, les conflits d’intérêt, les chantages aux subventions (quand il s’agit d’associations), les pressions sur les sources (en particulier à l’encontre des citoyens fragilisés), la rétention d’information et les procès en diffamation verrouillent la parole et limitent l’accès des journalistes à l’information.

Et pour éviter toute sédition, le système médiatique exclut toutes celles et ceux qu’il ne peut assimiler. Le licenciement d’Aude Lancelin par les actionnaires est exemplaire du totalitarisme à l’oeuvre dans les médias, la soumission des pigistes et des rédacteurs précarisés n’est pas moins éclairante.

Devenir journaliste, c’est adhérer à un certain nombre de dogmes et de réflexes (appelons-les des carcans), enseignés en école de journalisme et entretenus dans les rédactions. (Par exemple : les morts kilométriques, être premier sur l’information… L’AFP est parfois tellement première sur l’information qu’elle a malencontreusement annoncé la mort de Martin Bouygues en 2015 …)

Ces carcans nous pouvons les nommer, à commencer par la langue journalistique. Cette langue a ses codes, ses agencements, ses éléments de langage, ses mots d’ordre. C’est une langue d’entre soi et de domination, éminemment politique. Une langue pour initiés, si bien que dans les médias, seuls les avertis (les experts et ceux bien sages, ayant suivi une session de “media training”) peuvent y prendre la parole sans risquer de s’y brûler la langue. Adhérer au journalisme, c’est adhérer à sa langue, à son vocabulaire. C’est adhérer à des sacro-saintes structures narratives, pour “accrocher le lecteur” et “ne pas perdre le public”. Une adhésion qui, poussée à bout sur les sites d’info en continu, de type Metronews, tend à l’automatisation de l’écriture (et donc du langage). Dans le jargon, on appelle ça le batonnage.

Plus que les censures, la course à la rentabilité empêche les journalistes de faire leur travail librement. Ils ont de moins en moins le temps d’enquêter, de vérifier leurs informations, c’est un journalisme d’approximation, diligenté par des managers issus des écoles de commerce et de marketing. Pas étonnant donc, que le journalisme cède chaque jour plus de place à la communication.

Un état des lieux désespérant !

Pourtant en 2016, plusieurs journalistes sont entré(e)s en résistance (grève à I-Télé, motion de défiance à L’Obs, publication du livre d’Aude Lancelin et du livre de Laurent Mauduit), laissant entrevoir la possibilité d’un changement.

Quelles seraient les pistes pour émanciper la presse de ces contraintes ?

Intervenant(e)s :
Les journalistes debout : Julien Bonnet, Sophie Eustache et Jessica Trochet (sous réserve)

Emmanuel Vire, journaliste, secrétaire général du SNJ-CGT
Aude Lancelin, journaliste, auteure de l’ouvrage Le Monde libre, Editions Les Liens qui Libèrent, 2016

séance animée par Jean-Marie Charon, sociologue, CEMS-IMM

le séminaire est ouvert à toute personne intéressée

—Prochaine séance : 260117 : L’avenir de l’homme et de son environnement: la contribution des SHS

Journée d’études 16/12/16 – Qualifier la contestation : Insurrection, violence politique, manifestations en 2016

Journée d’études organisée par le Laboratoire Théories du Politique
(LabTop- UMR CRESPPA) et le Centre d’Etudes Sociologiques et
Politiques Raymond Aron (UMR CESPRA)

Qualifier la contestation :
Insurrection, violence politique, manifestations en
2016

Vendredi 16 décembre 2016 (9h-18h)
EHESS – Amphithéâtre François Furet
Entrée au 105 boulevard Raspail (Paris 06)

A chaque époque ses soubresauts, ses ébranlements et ses critiques : zones à défendre, désobéissance civile,  cortège  de  tête  des  manifestations  contre  la  Loi  Travail,  Nuit  debout,  hacktivisme,  dissidence, insurrection,  etc.  Autant  d’objets  actuels  et  souvent  récents,  qui  ouvrent  des  questions  irrésolues  par  les sciences  sociales,  en  ce  qui  concerne  l’articulation  entre  social  et  politique  dans  ces  luttes,  ou  encore  le projet de transformation sociale qui y est énoncé. Ce sont les registres multiples de la contestation, et depuis des  prises  parfois  contradictoires  (entre  le  réalisme  et  l’impossible),  dont  il  s’agit  de  fournir  un  aperçu cartographique à travers cette journée d’étude. Ce faisant, il s’agira de préserver ouverte une double tension :
tension entre qualifications scientifiques et qualifications ordinaires ; et tension entre l’ambition taxinomique du sociologue et la résistance que les matériaux de son enquête opposent à toute entreprise taxinomique.
De  nombreuses  lignes  de  clivage,  de  nombreux  linéaments  traversent  l’espace  français  des mouvements  sociaux,  mais  une  attention  particulière  sera  accordée  aux  éléments  suivants  durant  toute  la journée :  la  configuration  actuelle  des  scènes  protestataires,  et  les  transformations  catégorielles  des contestations,  de  leurs  acteurs,  reprenant  ou  non  des  traditions  critiques  et  politiques  ;  la  polarisation violence / non-violence, mais également « citoyennisme » / insurrection  dans les grammaires contestataires, étant  entendu  que  ces  pôles  constituent  des  idéaux-types  entre  lesquels  se  dessine  une  vaste  palette  de nuances intermédiaires ; l’agir contestataire, déployant des formes d’action directe, d’occupations, de récits et  une  relation  spécifique  aux  ordres  politiques ;  la  mise  à  l’épreuve  de  l’Etat,  la  relation  aux  ordres judiciaires et politiques qu’induisent ces contestations.
Cette  journée  d’études  est  conçue  comme  un  espace  d’échange  où  sont  présentés  des  outils conceptuels  et  méthodologiques  pour  appréhender  des  enjeux  spécifiques  qui  font  l’objet  de  travaux  en cours portant sur les mouvements récents (contestations, occupations, assemblées, Zad). Elle est ouverte à tous les doctorants et chercheurs intéressés par cet objet.

Contacts :

Sylvaine Bulle (sbulle@club-internet)
Manuel Cervera-Marzal (manuelcerveramarzal@gmail.com)

Programme
8h45-9h :  Accueil  des  participants :  Sylvaine  Bulle  (LabTop-CRESPPA)  et  Manuel  Cervera-Marzal  (CESPRA-

EHESS)
–  Presidence :  Laurent  Jeanpierre  (LabTop-CRESPPA).  Discutante :  Paula  Vásquez  Lezama  (CESPRA-
EHESS)

9h-10h15 : Trajectoires, linéaments de la contestation et publics

– Julie Le Mazier (CESSP-Paris 1) : « Les militants étudiants sont-ils des jeunes comme les autres ? Regards
sur la mobilisation contre la loi travail à partir d’une sociologie des syndicalistes étudiants à la fin des années 2000 »
– Cyprien Tasset (IRIS-EHESS) : « Les investissements politiques du précariat culturel »
– Alexandra Bidet (CMH-CNRS) et Carole Gayet-Viaud (CESDIP-CNRS) : « Enquêter sur Nuit debout »
Enquête réalisée avec Stéphane Bacchioci, Pierre Blavier, Erwan Le Méner

10h15-11h30 : Réalités et ambiguïté de la démocratie radicale en 2016

– Albert Ogien (CEMS-EHESS) : « La démocratie radicale et ses ennemis »
– Michel Kokoreff (GTM-CRESPPA): « Des émeutes de 2005 à Nuit debout : continuités et discontinuités »
– Federico Tarragoni (LCSP-Paris 7) : « Nuit debout est-il un mouvement (véritablement) populaire ? »

11h30-11h50 : Pause
11h50-13h : Echanges animés par Laurent Jeanpierre et Paula Vasquez-Lezama

14-18h :  Présidence : Olivier Remaud (CESPRA-EHESS). Discutant : Lilian Mathieu (CMW-Lyon2-ENS)
14h-15h15 : Registres de traitement de la contestation et pensée de l’Etat
– Alessio Motta (CESSP-Paris 1) : « L’inévitable émeute. La violence collective comme institution »
– Pierre Douillard-Lefevre ( Université Nantes) : « Prendre la rue : réflexion sur la militarisation de l’ordre et
l’écologie de la résistance »
– Anthony Pregnolato (Centre Marc Bloch, ISP-Université Paris-Ouest) : « Les enjeux de la qualification de la
« violence  policière »  dans  le  mouvement  contre  la  loi  travail  :  conflits  et  alliances  contre  les  déviances  policières
violentes »

15h15-15h30 : Pause
15h30-16h45 : Ecologie sociale des luttes
– Emmanuel Ruzé (CRISSEA-Université de Picardie) : « Etude exploratoire du mouvement Nuit Debout »
–  Clement  Mabi  (COSTECH-Université  de  Compiègne) :  « Contester  par  Internet.  Radicalité  politique  et
circulation des discours autour du cas de l’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes »
– Bruno Frère (Université de Liège) : « Faire émerger la critique dans le monde »

16h45-17h45 : Echanges animés par Olivier Remaud et Lilian Mathieu
Pot final

« Nuit debout. Premiers regards sociologiques », séance du 1° décembre 2016, 18h-21h

fichiers audio de la séance : http://tinyurl.com/gwxqfmo

Séminaire Politiques des sciences – EHESS

Séance du 1° décembre 2016  de 18h à 21h

salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

Nuit debout. Premiers regards sociologiques.

 

https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/964//

http://pds.hypotheses.org/


 

 

Dans le petit monde des sciences sociales, nous avons été nombreuses et nombreux à passer, à participer, ou simplement à regarder et à interroger, en citoyens ordinaires, les occupations de place du printemps dernier. A chaud, nous avons partagé nos impressions. Le recul permet à présent une analyse socio-historique de cette séquence contestataire. Des questionnaires circulent, des entretiens sont menés, des observations directes et un vaste corpus de sons et d’images sont en cours d’analyse. La recherche est en marche. Cette séance, centrée sur des travaux ethnographiques Place de la République, examinera le rapport de Nuit debout à la musique, à l’espace et au passé.

 

Avec les interventions de :

 

Myrtille Picaud (CESSP-CSE) et Isabelle Mayaud (CRESPPA-LabTop) : « Musique debout »

 

Sylvain Antichan (CRPS) : « La topographie légendaire de la place de la République : du 13 novembre au 100 mars »

 

Séance animée par Manuel Cervera-Marzal

 

Ce séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées.

 

—-

Séance suivante, 05/01/17 : quelles entraves à l’indépendance de la presse et au pluralisme ?

 

Profession versus science? La « professionnalisation » du doctorat en question(s) – séance du 031116

Séminaire Politiques des sciences – EHESS – séance du 3 novembre 2016  de 17 h à 20 h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/964//

fichers audio de la séance : https://archive.org/details/ProfessionVersusScienceLaProfessionnalisationDuDoctoratEn

Profession versus science? La « professionnalisation » du doctorat en question(s)

séance animée par Frédéric Neyrat.

L’insertion professionnelle des docteurs est une vraie question.  Elle dépend du volume et de la qualité de l’emploi scientifique (postes de chercheurs et d’enseignants-chercheurs). Mais aussi de la reconnaissance du doctorat,  par les employeurs privés certes mais aussi, ce qui pourrait paraître aller de soi, par l’Etat-employeur. Or en ces domaines la situation ne s’améliore guère. La crise de l’emploi scientifique,  sur laquelle le Comité national du CNRS avait publiquement alerté en mars 2014, loin de se résorber, s’accroît. Parmi beaucoup d’autres indicateurs, la multiplication des contrats précaires (précaires et honteusement payés) d’enseignants-chercheurs dans les universités en témoigne. Du côté de la reconnaissance du doctorat, on en reste aux discours aussi bien du côté du patronat (la convention cadre CPU-MEDEF est bien taiseuse sur ce point) que du côté de l’Etat, l’ouverture de la haute fonction publique aux docteurs ne se concrétisant pour le moment que par cette mesure très limitée de création d’une voie d’accès au concours de l’agrégation du second degré, réservée aux docteurs.

               Parallèlement, la critique (de la part des employeurs, d’un certain nombre de politiques et de médias) de l’inadaptation, en termes d’insertion professionnelle, des formations universitaires, se renforce et les pouvoirs publics y répondent depuis vingt ans (et de façon plus accentuée encore depuis 2006/2007 avec le rapport Hetzel et la loi LRU) par cette injonction croissante à la « professionnalisation » (un terme  finalement assez récent). Introduction de modules dits de « professionnalisation » (PPP, ateliers CV etc.), obligation de faire un stage pour valider une licence même « générale », interventions encouragées de « professionnels » (renvoyant au passage les enseignants à une sorte de non-professionnalité) redéfinition des diplômes en termes de compétences dites professionnelles : les dispositions sont multiples et se déploient à tous les niveaux de l’enseignement supérieur, y compris donc au niveau du doctorat ( ce que confirme le nouvel arrêté doctoral du 25 mai 2016, avec par exemple le portfolio de d’activités et de compétences prévu en son article 15).

               Or cette « professionnalisation », parfois « fausse professionnalisation »[1]  concourt-elle vraiment à l’amélioration de l’insertion professionnelle ? La question doit être posée comme celle de ses effets. La profession semble passer une nouvelle fois en France avant la science[2],  conduisant à une remise en cause des savoirs universitaires et de la recherche qui semblent parfois secondaires par rapport aux nécessités de la professionnalisation. C’est ainsi particulièrement visible au niveau du doctorat. Les doctorants sont sommés de se professionnaliser (Catherine Vilkas revient dans son intervention sur la genèse de cette formation doctorale « professionnelle »). Et la profession semble, dans les compétences qu’elle a permis d’acquérir, devoir être couronnée désormais par un doctorat « classique » (mais obtenu par cette voie spécifique, et en cela dérogatoire au régime commun, qu’est la VAE, comme le montre Frédéric Neyrat) ou un doctorat d’un nouveau type, qualifié de « professionnel » (Hadrien Clouet revient sur la mobilisation des doctorants de Sciences Po contre le projet de création d’un tel titre par leur établissement).

* La formation doctorale et l’insertion professionnelle des jeunes chercheurs

                                                                                         Catherine Vilkas, Maître de conférences en sociologie Gresco/Université de Limoges

                                                                              

Paradoxe français, les titulaires du doctorat, qui possèdent le grade universitaire le plus élevé, ne bénéficient pas de la reconnaissance accordée par les acteurs économiques à d’autres diplômés du supérieur, notamment ceux issus des grandes écoles. Leur insertion professionnelle en entreprise se heurte à des préjugés en dépit d’un besoin d’innovation auquel ils peuvent répondre, les trois années de thèse étant même parfois perçues comme une perte de temps. Bien avant les réformes annoncées par le « Pacte pour la recherche » de 2006 et dans une logique différente, un directeur général du CNRS s’était déjà inquiété des difficultés de recrutement des jeunes scientifiques hors du monde académique. L’association nationale qui en a résulté en 1980 a progressivement étendu le champ de ses interventions, d’intermédiaire du marché du travail spécifiquement dédié aux docteurs à la conception d’« actions de professionnalisation » proposées en cours de thèse ou à son issue. Alors que la question de l’emploi des post-docs commençait à peine à émerger en 2007-2008, année de nos observations participantes, des dispositifs déjà bien rodés ou en cours d’élaboration, que nous analyserons, contribuaient à convertir le « temps perdu » de la thèse en « temps utile » au monde socio-économique.  Ces formations allaient de la découverte de l’entreprise au cours d’un séminaire résidentiel à une nouvelle « présentation de soi » conseillée lors d’un atelier de préparation à l’entretien d’embauche, en passant par un programme individualisé de valorisation des compétences qui opérait une traduction de la thèse. L’importance accordée à la gestion de projet et aux compétences transférables pouvait être appréciée d’une partie des doctorants et docteurs, qui identifiaient alors des qualités qu’ils possédaient parfois à leur insu. Mais elle pouvait aussi provoquer une remise en cause et une « transaction identitaire »[1] plus douloureuses. Car pour réussir l’épreuve du recrutement en entreprise, la priorité n’était plus donnée à la capacité d’accroître les connaissances scientifiques et techniques, vocation première des jeunes chercheurs.

 * Une révolution symbolique ?  La VAE doctorale

                                                                                                        Frédéric Neyrat, Professeur de sociologie, DYSOLAB /Université de Rouen

              La Validation des acquis de l’expérience (VAE) est un dispositif, institué par la loi de modernisation sociale de janvier 2002, qui permet d’obtenir, sur la base de compétences acquises dans des expériences salariés, non salariées, bénévoles, de volontariat ou liées à un mandat électif, un diplôme professionnel.  L’exposé des motifs de la loi ciblait les personnes sans diplôme ou faiblement diplômées, et notamment les femmes : elles devaient être les principales bénéficiaires de la VAE, le diplôme ainsi obtenu étant présenté comme le moyen de se maintenir en emploi ou de revenir à l’emploi.

 L’ouverture des diplômes de l’enseignement supérieur n’a jamais été spécifiquement justifiée mais il n’en reste pas moins que tous les diplômes nationaux, délivrés par les établissements d’enseignement supérieur,  quelle que soit leur spécialité (des mathématiques aux lettres classiques en passant par la sociologie ou l’histoire de l’art…), ont été considérés cette fois (si l’on songe au discours parallèle de disqualification sous ce rapport des formations générales et des diplômes qu’elles délivrent) comme professionnels et ouverts en conséquence à la VAE. Tous les diplômes nationaux donc, de la licence au doctorat à l’exception majeure du doctorat de médecine, (diplôme professionnel s’il en est !), peuvent ainsi être obtenus sur la base des compétences professionnelles mises en avant et reconnues par un jury composé d’enseignants-chercheurs et de « professionnels ».

               Dès 2002, la possibilité d’obtenir un doctorat par VAE existait donc mais très peu de thèses ont été délivrées par cette voie. Il reste que depuis trois ans le ministère enjoint les universités à mettre en place une procédure-cadre pour faciliter  l’accès au doctorat par la VAE. On présentera d’abord les spécificités de cette procédure (composition du jury ; entretien avec le jury sans soutenance publique ; dossier, en place de la thèse, qui n’est pas diffusé ; frais de « validation »  spécifiques, facturés au candidat) par rapport au  régime commun du doctorat. On s’interrogera  dans un second temps sur les motivations des candidats et notamment sur les raisons pour lesquelles ils optent pour la thèse par la VAE plutôt que sur la thèse sur travaux.  Enfin on montrera que même si la thèse en VAE est encore marginale, cela n’est pas sans effet à la fois sur l’économie générale des diplômes et sur les schèmes de perception de ce qu’est un doctorat

* Doctorat professionnel et vénalité des titres?

Hadrien Clouet, Doctorant en sociologie, CSO/Sciences Po Paris

               En février 2015, l’Institut d’études politiques de Paris a proposé la mise en place d’un nouveau diplôme, intitulé « doctorat professionnel ». En cela, il s’inscrivait dans la continuité de l’université Paris-Dauphine, pionnière des « doctorats professionnels » en sciences sociales. Néanmoins, une mobilisation portée par des doctorantes et doctorants de toutes les écoles doctorales de l’IEP, est parvenu à obtenir un recul de l’administration à ce propos, et l’abandon – pour le moment – du projet.

Le développement de ces titres universitaires de « doctorat professionnel » s’appuie sur une réelle difficulté : l’accession au doctorat pour des individus intégrés sur le marché du travail extra-académique. Mais à partir du constat de ce cloisonnement, l’invention d’un nouveau doctorat n’a rien d’évident, et soulève de nombreuses problématiques et paradoxes sur lesquels s’appuient les opposants.

               Le doctorat professionnel opère d’abord une réduction du titre à une marchandise au prix fixe, accessible sous condition d’achat. En effet, derrière le diplôme, c’est le titre de docteur qui est convoité. La profusion de diplômes « executive doctorate » ou autres dérivés, conduit les universités à calibrer leur offre pour des grands dirigeants d’entreprise ou des hauts fonctionnaires, qui espèrent donner une envergure internationale à leur carrière, en décrochant le sésame permettant de concourir et d’accéder à certains postes prestigieux. Le prix de ces parcours atteint régulièrement les 20.000€. Mais outre la sélection sociale évidente, ces diplômes ont des conséquences graves sur la place du doctorat dans l’offre universitaire.

               Le champ sémantique utilisé pour promouvoir les « doctorats professionnels » tend à les identifier aux doctorats. Les programmes garantissent un « niveau de rigueur identique », certaines institutions assurent considérer de manière équivalente les deux titres, le terme de « thesis » est employé à dessin pour le rapprocher de la thèse. Or, le doctorat professionnel consiste à vendre le titre, sans imposer les modalités d’acquisition de compétences qui y sont associées. Le temps de formation est beaucoup plus court, les exigences sont réduites à quelques mois de travail réflexif à temps partiel, les postulant-e-s sont extrait-e-s des épreuves d’évaluation et de restitution académiques : le doctorat professionnel rompt avec l’encadrement scientifique.

               Si l’accès au doctorat des salariés est une problématique légitime, les programmes de « doctorat professionnel » renforcent plutôt la segmentation, en assignant implicitement les doctorant-e-s au marché académique. Ils accompagnent la réduction à marche forcée de la durée des thèses. Ils fragilisent les budgets universitaires en accentuant la mise en concurrence et les inégalités de dotation, lorsque ces dernières sont reportées sur les « clients » de doctorats professionnels. On montrera ainsi ce que ces programmes engagent en termes professionnel, académique et financier pour les établissements, ainsi que la redéfinition qu’ils imposent du doctorat. On reviendra ensuite sur la mobilisation doctorale qui a permis de stopper ce mouvement à l’Institut d’études politiques de Paris.

[1] Claude Dubar, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, A.Colin, 1991.

[1] Pierre Bourdieu, Christophe Charle avec le bureau de l’Areser, « Un ministre ne fait pas le printemps », Le Monde, 8 avril 2000

[2] Pour reprendre  Christophe Charle et Jacques Verger évoquant  ce choix fait au moment de la reconstruction de l’enseignement supérieur en France qui est aussi à l’origine du dualisme, sans doute encore renforcé aujourd’hui, grandes écoles versus universités. Christophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités, Paris, PUF.