Journée d’études 16/12/16 – Qualifier la contestation : Insurrection, violence politique, manifestations en 2016

Journée d’études organisée par le Laboratoire Théories du Politique
(LabTop- UMR CRESPPA) et le Centre d’Etudes Sociologiques et
Politiques Raymond Aron (UMR CESPRA)

Qualifier la contestation :
Insurrection, violence politique, manifestations en
2016

Vendredi 16 décembre 2016 (9h-18h)
EHESS – Amphithéâtre François Furet
Entrée au 105 boulevard Raspail (Paris 06)

A chaque époque ses soubresauts, ses ébranlements et ses critiques : zones à défendre, désobéissance civile,  cortège  de  tête  des  manifestations  contre  la  Loi  Travail,  Nuit  debout,  hacktivisme,  dissidence, insurrection,  etc.  Autant  d’objets  actuels  et  souvent  récents,  qui  ouvrent  des  questions  irrésolues  par  les sciences  sociales,  en  ce  qui  concerne  l’articulation  entre  social  et  politique  dans  ces  luttes,  ou  encore  le projet de transformation sociale qui y est énoncé. Ce sont les registres multiples de la contestation, et depuis des  prises  parfois  contradictoires  (entre  le  réalisme  et  l’impossible),  dont  il  s’agit  de  fournir  un  aperçu cartographique à travers cette journée d’étude. Ce faisant, il s’agira de préserver ouverte une double tension :
tension entre qualifications scientifiques et qualifications ordinaires ; et tension entre l’ambition taxinomique du sociologue et la résistance que les matériaux de son enquête opposent à toute entreprise taxinomique.
De  nombreuses  lignes  de  clivage,  de  nombreux  linéaments  traversent  l’espace  français  des mouvements  sociaux,  mais  une  attention  particulière  sera  accordée  aux  éléments  suivants  durant  toute  la journée :  la  configuration  actuelle  des  scènes  protestataires,  et  les  transformations  catégorielles  des contestations,  de  leurs  acteurs,  reprenant  ou  non  des  traditions  critiques  et  politiques  ;  la  polarisation violence / non-violence, mais également « citoyennisme » / insurrection  dans les grammaires contestataires, étant  entendu  que  ces  pôles  constituent  des  idéaux-types  entre  lesquels  se  dessine  une  vaste  palette  de nuances intermédiaires ; l’agir contestataire, déployant des formes d’action directe, d’occupations, de récits et  une  relation  spécifique  aux  ordres  politiques ;  la  mise  à  l’épreuve  de  l’Etat,  la  relation  aux  ordres judiciaires et politiques qu’induisent ces contestations.
Cette  journée  d’études  est  conçue  comme  un  espace  d’échange  où  sont  présentés  des  outils conceptuels  et  méthodologiques  pour  appréhender  des  enjeux  spécifiques  qui  font  l’objet  de  travaux  en cours portant sur les mouvements récents (contestations, occupations, assemblées, Zad). Elle est ouverte à tous les doctorants et chercheurs intéressés par cet objet.

Contacts :

Sylvaine Bulle (sbulle@club-internet)
Manuel Cervera-Marzal (manuelcerveramarzal@gmail.com)

Programme
8h45-9h :  Accueil  des  participants :  Sylvaine  Bulle  (LabTop-CRESPPA)  et  Manuel  Cervera-Marzal  (CESPRA-

EHESS)
–  Presidence :  Laurent  Jeanpierre  (LabTop-CRESPPA).  Discutante :  Paula  Vásquez  Lezama  (CESPRA-
EHESS)

9h-10h15 : Trajectoires, linéaments de la contestation et publics

– Julie Le Mazier (CESSP-Paris 1) : « Les militants étudiants sont-ils des jeunes comme les autres ? Regards
sur la mobilisation contre la loi travail à partir d’une sociologie des syndicalistes étudiants à la fin des années 2000 »
– Cyprien Tasset (IRIS-EHESS) : « Les investissements politiques du précariat culturel »
– Alexandra Bidet (CMH-CNRS) et Carole Gayet-Viaud (CESDIP-CNRS) : « Enquêter sur Nuit debout »
Enquête réalisée avec Stéphane Bacchioci, Pierre Blavier, Erwan Le Méner

10h15-11h30 : Réalités et ambiguïté de la démocratie radicale en 2016

– Albert Ogien (CEMS-EHESS) : « La démocratie radicale et ses ennemis »
– Michel Kokoreff (GTM-CRESPPA): « Des émeutes de 2005 à Nuit debout : continuités et discontinuités »
– Federico Tarragoni (LCSP-Paris 7) : « Nuit debout est-il un mouvement (véritablement) populaire ? »

11h30-11h50 : Pause
11h50-13h : Echanges animés par Laurent Jeanpierre et Paula Vasquez-Lezama

14-18h :  Présidence : Olivier Remaud (CESPRA-EHESS). Discutant : Lilian Mathieu (CMW-Lyon2-ENS)
14h-15h15 : Registres de traitement de la contestation et pensée de l’Etat
– Alessio Motta (CESSP-Paris 1) : « L’inévitable émeute. La violence collective comme institution »
– Pierre Douillard-Lefevre ( Université Nantes) : « Prendre la rue : réflexion sur la militarisation de l’ordre et
l’écologie de la résistance »
– Anthony Pregnolato (Centre Marc Bloch, ISP-Université Paris-Ouest) : « Les enjeux de la qualification de la
« violence  policière »  dans  le  mouvement  contre  la  loi  travail  :  conflits  et  alliances  contre  les  déviances  policières
violentes »

15h15-15h30 : Pause
15h30-16h45 : Ecologie sociale des luttes
– Emmanuel Ruzé (CRISSEA-Université de Picardie) : « Etude exploratoire du mouvement Nuit Debout »
–  Clement  Mabi  (COSTECH-Université  de  Compiègne) :  « Contester  par  Internet.  Radicalité  politique  et
circulation des discours autour du cas de l’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes »
– Bruno Frère (Université de Liège) : « Faire émerger la critique dans le monde »

16h45-17h45 : Echanges animés par Olivier Remaud et Lilian Mathieu
Pot final

Séminaire — L’industrie de la culture. Significations, actualisations et implications pratiques

Séminaire — L’industrie de la culture. Significations, actualisations et implications pratiques

Séminaire du CEMTI dans le cadre de l’école doctorale « Sciences sociales » de l’université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis,
 animé par Alexander NEUMANN et Jacob MATTHEWS.

 

Le concept critique initial forgé par Adorno et Horkheimer à partir de 1942 se base sur une analyse critique de l’industrie hollywoodienne, sa production de masse marchande, le fétichisme propre à la consommation de produits culturels. La standardisation fordiste de la culture est mise en lumière à travers une sociologie critique de la stéréotypie, l’analyse de la psychologie de masse, une philosophie dialectique et une esthétique de la bonne vie. Le concept d’industrie de la culture mobilise ainsi les vastes ressources de la recherche sociale de l’Ecole de Francfort : enquêtes sur la personnalité autoritaire et le sujet autonome ; essais sur la perception pratique de mass médias, la radio, le cinéma et les feuilletons télévisés US; puis les recherches sur les potentiels de démocratisation dans l’après guerre et sur l’audiovisuel en Allemagne de l’Ouest après 1968 (Negt/Kluge). L’approche francfortoise, souvent déclarée « pessimiste », comporte une dimension « optimiste » ou agissante, qui apparaît à travers des mots comme « personnalité autonome », « résistance », « autonomie », « méfiance », « expérience non-règlementée », « subjectivité rebelle » (Eigensinn)…
L’objectif de ce séminaire est d’explorer la pertinence théorique et pratique du concept de Kulturindustrie pour différents travailleurs intellectuels (chercheurs, enseignants, artistes, psychanalystes, essayistes…) qui reconnaissent leur affiliation avec la position critique et qui ont incorporé cet arrière-fond dans leur pratique, en la conceptualisent parfois. Il s’agit par ailleurs de confronter des travaux plus récents qui se sont inspirés de cet héritage, alors que d’autres ont au contraire tenté de décrire les « industries créatives » en dehors de ce vaste cadre critique. L’occasion se présente aujourd’hui de saisir ce champ contrasté.

NB : Les séances auront lieu à l’Université Paris 8, salle D 143 (sauf le 27 novembre 2015).

 

PROGRAMME DES SÉANCES :

 

Séance 1 — 19 novembre 2015, 14h :

Martha Rösler, artiste (New York City)
From gentrification to occupation

 

Séance 2 — 27 novembre 2015, 10h :

Oskar Negt, professeur émérite (Hanovre)
Industrie culturelle ou espace public oppositionnel

NB : Attention cette séance a lieu exceptionnellement en amphi B 106

 

Séance 3 — 12 février 2016, 10h :

Pierre Eyguissier, psychanalyste (Paris)
À propos de la psychanalyse négative

 

Séance 4 — 5 février 2016, 10h :

Jean Bigot, Rouge productions (Paris)
De la production indépendante à la programmation de la fiction, aller-retour

 

Séance 5 — 26 février 2016, 10h :

Pascal Nicolas Le Strat, professeur des universités (Paris 8)
Artistes et sociologues, complices en recherche

 

Séance 6 — 20 mai 2016, 10h :

Brice Nixon, professeur (La Verne University, E.-U.)
From theorizing digital labor to digital class struggle : applications of critical research on the communication and culture industries

 

Séance 7 — 10 juin 2016, 10h :

Brice Nixon, professeur
The culture industry after ‘the googlization of everything’ – Séance de conclusion

Journée sur l’emploi scientifique, 31/01/15

Misère des postes, recrutements misérables
Nous avons réussi à reprogrammer la journée d’information et d’échange sur les recrutements et l’emploi scientifique (sociologie et sciences politiques) au CNRS et à l’université, qui devait se tenir initialement le 10 janvier.
La journée aura lieu le samedi 31 janvier 2015 de 10h à 18h30 à Sciences Po’ au 56, rue des Saints Pères (Paris, 75007), dans la salle François Goguel – 5ème étage.

Quelques modifications ont été apportées, en raison de ce report ; le programme est susceptible d’être légèrement modifié.
Vous le trouverez ci-dessous. A diffuser sans modération.
En espérant vous y retrouver nombreux.
Journée organisée par l’Association des Enseignants Chercheurs en Science Politique (AECSP), l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique (ANCSMP), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES).
Avec la participation de membres des sections 36 et 40 du CNRS.
PROGRAMME

10h – 10h30 : Introduction

Laurent Willemez (ASES), Fanny Vincent (ANCMSP), Frédéric Lebaron (AFS) et Julien Fretel (AECSP).Procédures de recrutement et emploi scientifique – CNRS
10h30 – 12h30 : Table ronde
Philippe Coulangeon (section 36) – sous réserve, Hélène Combes (section 40).
Modération : Romain Pudal (AFS),  Julien O’Miel (ANCMSP).
12h30 – 14h : Repas libre
Procédures de recrutement et emploi scientifique – Universités
14h – 16h : Table ronde
Laurent Willemez (UVSQ), Christian Papinot (Université de Poitiers), Bernard Pudal (professeur émérite).
Modération : Fanny Jedlicki (ASES), Frédéric Nicolas (ANCMSP)
Recrutement et emploi scientifique : discussions collectives et perspectives
16h – 18h : Session-débat
Camille Boutron et Cyril Catelain (Sciences en marche) ; sous réserve d’autres invité-e-s.
Modération : Artemisa Flores Espínola (ASES), Ana Perrin-Heredia (ASES).18h : Pot convivial

annonce séminaire du Centre d’Alembert « Les nouveaux modes de pilotage de la Recherche : quels effets ? »181214

 

Séminaire 2014-2015 du Centre d’Alembert
« Les nouveaux modes de pilotage de la Recherche : quels effets ? »

Séance du jeudi 18 décembre 2014
Les financements sur projets pour favoriser l’excellence : quelles réalités ? 
Le critère de l’excellence, plus que la nécessité d’orienter les recherches vers certaines priorités, est actuellement mis en avant comme justification des financements sur projets. Ainsi, c’est de la compétition organisée par les appels d’offres que doit émerger « naturellement » cette excellence tant souhaitée (Idex, Labex, Lidex, Equipex et autres Ex).
Dans ce contexte, cette séance se fait l’écho des débats qui se se sont fait jour récemment dans la communauté scientifique pour souligner de possibles effets pervers de cette compétition exacerbée entre chercheurs organisée par les procédures d’appels d’offres compétitifs.

Avec
Jean LABARRE, chercheur au CEA Centre d’étude de Saclay (DSV/iBiTec-S/SBIGeM)
Effets pervers des financements sur projets, attribués sur la base du critère « d’excellence »
Censé dynamiser la recherche fondamentale, le financement sur projets mis en place depuis 2005 par la création de l’ANR a produit un système contre-productif, injuste, gaspilleur de temps, d’argent et d’énergie. Pire, le système pousse, dans bien des cas, les chercheurs à des pratiques immorales et malhonnêtes : copinage, fraude scientifique, malveillance envers les compétiteurs. Nous verrons en quoi le sacro-saint critère « d’excellence » dans l’attribution des financements est en grande partie responsable de ces dérives.

et
Michèle LEDUC, Physicienne, Directrice de recherche émérite au CNRS, Présidente du Comité d’Éthique du CNRS
L’obligation de l’excellence et les métiers de la recherche en mutation : enjeux éthiques.
L’ambition légitime de la recherche financée sur les fonds publics est de se situer à très haut niveau. Elle fait fréquemment référence à l’excellence, une notion issue du monde de l’innovation, qui a envahi le lexique de la recherche depuis les années 2000 dans  tous les pays développés. Elle tend aujourd’hui à être détournée de sa signification – un idéal auquel tout chercheur a l’objectif d’accéder- au profit d’une vision plus managériale. Le recours prépondérant aux critères de l’excellence comporte des biais et des risques. En effet il influe fortement sur la pratique des métiers de la recherche et, dans tous les cas, introduit des distorsions qui ne sont pas forcément pertinentes entre les acteurs.
De plus les critères d’appréciation de l’excellence peuvent en eux-mêmes faire l’objet d’une interrogation et les méthodes de son évaluation peuvent être porteuses de dérives éthiques. En effet, la multiplication des missions et des contraintes associées à l’exercice du métier de chercheur font que le temps consacré à la recherche proprement dite diminue et que des tensions et des disparités apparaissent au sein des équipes. Nous nous posons cependant la question des moyens pour susciter et consolider le haut niveau de la recherche, qui reste l’objectif de tous les établissements d’enseignement supérieur.
——————-

Les séances ont lieu à la Faculté des Sciences d’Orsay, Bibliothèque Universitaire (bât. 407 – rue du Doyen Georges Poitou) de 13h45 à 15h45 – entrée libre (Attention changement de bâtiment)
Accès : http://goo.gl/maps/cZuLc
RER B  direction St-Rémy-lès-Chevreuse – gare Orsay-Ville

Programme et contact :
--
=========================================================
CENTRE D’ALEMBERT
(Centre Interdisciplinaire d’Etude de l’Evolution des Idées, des Sciences et des Techniques)
Bâtiment 407 – 91405  ORSAY Cedex
Tél. : 01.69.15.61.90 – Fax : 01.69.15.43.98
     ==========================================================

Annonce journée d’étude : Crises et critiques La critique est-elle devenue consensuelle ? 121214

Journée d’étude
  Crises et critiques
La critique est-elle devenue consensuelle ?
12 décembre 2014
Université Paris Diderot
Bât. Olympe de Gouges
salle M019 niveau Mezzanine

 

9h : accueil
9h30 : Introduction
Séverine Chauvel et Cédric Durand
10h : Critique et disciplines scientifiques
Fanny Gallot et Séverine Chauvel
Ludivine Bantigny (GRHIS, Université de Rouen et CHSP)
L’événement, la crise et l’histoire critique
Cécile Gintrac (Université Paris Ouest)
La géographie critique urbaine in situ 
Cédric Moreau de Bellaing (LIER, ENS Paris)
Des effets pervers en épistémologie des sciences sociales.
Le constructivisme social et la question de la critique
13h : déjeuner
14h30 : La critique comme intervention
 Vincent Gay et Philippe Légé
Rose-Marie Lagrave (Champs libre pour les sciences sociales et EHESS)
Jalons pour construire un « intellectuel collectif » critique
Sabina Issehnane (économiste atterrée, CEE et CIAPHS, Université de Rennes II)
Quel rôle pour les économistes au sein des pensées critiques ?
Laurence De Cock (Professeure agrégée d’histoire, Université Paris Diderot, CVUH, Aggiornamento histoire-géographie)
Les espaces d’usages publics de l’histoire sont-ils des lieux (de la) critique(s) ?
Pause
 
16h30 : La crise contre la critique
Pauline Delage et Hugo Harari-Kermadec
Éric Martin (IRIS, Collège Édouard-Montpetit, Québec)
La marchandisation de l’Université contre la critique
Fanny Darbus (ASES et CENS, Université de Nantes)
La politisation de l’ASES depuis les lois Pécresse.
Les techniques de la sociologie critique comme arme de persuasion et de mobilisation
Jean-Luc Richard (ASES et CRAPE, Université de Rennes I)
L’universitaire et l’action publique en temps de crise
Thomas Lamarche (AFEP et LADYSS, Université Paris Diderot)
Ce que le néolibéralisme (en crise) fait à la pensée économique
Comité d’organisation
Séverine Chauvel (Université Paris Est Créteil, LIRTES-OUIEP)
Pauline Delage (UNIL, CEG)
Cédric Durand (Université Paris 13 – CEPN)
Fanny Gallot (Université Paris Est Créteil-ESPE, CRHEC)
Vincent Gay (Université d’Evry, LHEST-IDHES)
Hugo Harari-Kermadec (ENS Cachan, IDHES)
Razmig Keucheyan (Université Paris 4 Sorbonne, GEMASS)
Philippe Légé (Université de Picardie, CRIISEA)
Présentation de la journée :
On assiste depuis le milieu des années 1990 à un retour de la critique politique et sociale. Du renouveau des mouvements sociaux à la grande crise économique de 2008, en passant par le printemps des peuples arabes, contestation et conflictualité font un retour marqué en ce début de XXIe siècle. Alors que le mouvement ouvrier issu du XIXe siècle, et la principale théorie qui l’a accompagné – le marxisme – ont subi de lourdes défaites, de nouvelles théories critiques émergent et se saisissent de manière novatrice des enjeux contemporains. On observe une augmentation des occurrences de « pensées critiques », « théories critiques » et « critiques » depuis 2000. Dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (sociologie, histoire, géographie, science politique, économie, philosophie, etc.), des courants se réclament de la critique. Pour autant, en l’absence d’un cadre commun de pensée, de principes et de pratiques politiques, ce développement et la multiplication des travaux se réclamant de la critique ne conduisent-ils pas à un éclatement même de la notion, voire à son affadissement ou à son cantonnement à la sphère académique ?  Que peut-on alors entendre par critique ? S’agit-il d’une volonté de renouvellement des disciplines universitaires, d’une inscription scientifique dans les théories critiques telles qu’elles ont pu être élaborées aux XIXe et XXe siècle ? Qu’est-ce que l’usage du terme de critique dit du travail de recherche vis-à-vis d’une critique d’ensemble du monde social ? Implique-t-il un engagement des chercheur·ses dans les débats qui traversent la société et le monde politique et militant ?
De telles questions ne visent pas à reformuler de façon abstraite de grands principes sur l’engagement des chercheur·ses, mais s’ancrent dans une séquence politique et sociale particulière. La situation ouverte par la crise des subprimes en 2008 a plongé les peuples européens dans des politiques d’austérité drastiques mais les ont également confrontés à des crises politiques majeures et à un bouleversement des règles démocratiques dans certains pays, provoquant des résistances de grande ampleur, comme en Grèce ou en Espagne. Si la France n’a pas connu de tels mouvements, la mise en marché de l’enseignement supérieur et de la recherche et la précarisation des personnel·les amènent les universitaires à prendre position, comme salarié·es autant que comme intellectuel·les. L’économie est particulièrement concernée par ce double mouvement, ce qui se traduit en France par le fleurissement d’associations (Association Française d’Economie Politique – AFEP, économistes atterrés, étudiants pour le pluralisme – PEPS). Quels sont alors, au-delà même de la science économique, les effets de la crise de 2008 sur les milieux universitaires et de la recherche européens ? Quelles sont les expériences, au sein de l’université comme en dehors, de résistances universitaires, des chercheur·ses comme des étudiant·es, aux politiques actuelles ? Quels mots les chercheur·ses ont-ils et elles à dire sur la crise, sur ses causes comme sur ses conséquences ? Comment penser dans une perspective critique le moment dans lequel nous nous trouvons ? C’est à partir des réflexions menées depuis trois ans au sein du séminaire « Pensées Critiques contemporaines » à l’EHESS que nous proposons une journée d’études autour de ces questions.
Qu’en est-il des nouvelles théories critiques qui émergent et comment se saisissent-elles des enjeux contemporains ? Comment une réinscription des sciences et des scientifiques dans la vie de la cité se décline-t-elle suivant les disciplines, les contextes socio-historiques ? Comment articuler théories et pratiques à partir de différents champs d’études ? Nous souhaitons ainsi mettre en débat plusieurs approches qui se réclament de la critique dans différentes disciplines, et aussi questionner le rôle et les positions des enseignant·es et chercheur·ses face à la crise présente. Nous interrogerons donc l’apport des pensées critiques à la compréhension du contemporain, tout autant que l’agir politique des milieux universitaires dans la séquence actuelle.

Annonce colloque ARESER : « LA MARCHANDISATION DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DANS LE MONDE », 05/10/12

 

LA MARCHANDISATION DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEURDANS LE MONDE

Colloque international de l’ARESER (Association de réflexion sur les enseignements supérieur et la recherche)

Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne

Vendredi 5 octobre 2012 (13h-19h), salle 216

13h Ouverture : Charles Soulié (Paris 8), secrétaire de l’ARESER

13h15 : Eli Thorkelson (Chicago) :« L’usage politique des modèles d’universités étrangères : l’université américaine aux yeux des Français »

13h45 : Alexandre Bikbov (Moscou) : « L’université en Russie : le prix de la réussite »

14h15 : Aurore Merle (Hong Kong) : « L’université en Chine : une institution sous tension »

14h45 : Pierre Vermeren (Paris 1) : « Les universités publiques au Maghreb peuvent-elles s’aligner sur la mondialisation universitaire ? »
15h15 : Discussion, pause

16h30 : Donald Broady et Mikael Börjesson (Uppsala) :« Oraison funèbre du modèle suédois »

17h : Annick Lempérière (Paris 1, IUF) « L’éducation supérieure comme business. Le modèle néolibéral chilien »

17h30 : Hans Ulrich Jost (Lausanne) : « La révolution oblique des universités suisses »   
18h : Discussion

18h30 : Essai de conclusion, Christophe Charle (Paris 1, IUF), président de l’ARESER

Actes du congrès : « Participation du public, décision, démocratie participative »

Le Groupement d’intérêt scientifique « Participation du public, décision, démocratie participative » a tenu son premier Congrès cet automne, du 18 au 21 octobre à l’EHESS. Ce Congrès a marqué la naissance d’un champ de recherche spécifique, le champ des études de la participation du public en démocratie.

L’ensemble des matériaux de ce Congrès est maintenant en ligne. À la suite de la mise en ligne des Actes du Congrès, fin janvier, les vidéos des deux jours de conférences sur l’état des savoirs et l’agenda des recherches sont maintenant en ligne (19 et 20 octobre 2011). Cela donne en particulier accès aux réponses des discutants à la présentation par leurs auteurs des papiers publiés dans le n° 1 de la revue Participations, et aux conférences de nos keynote speakers Pierre Rosanvallon, Frank Fischer, John Dryzek et Leonardo Avritzer et aux propos de leurs discutants.

 

L’ensemble des Actes a également été intégré dans le Répertoire des recherches et doté d’un Sommaire alphabétique général des Actes.

Les 35 papiers constituant les Actes de la journée d’études sur les effets de la participation (21 octobre) et les 45 constituant les Actes de la journée doctorale (18 octobre) ont ainsi été ajoutés au Répertoire des recherches et sont donc accessibles via cet outil de recherche.

Le Répertoire donne maintenant accès à plus de 300 références, dont près de la moitié issues de l’activité propre du GIS.

 

À titre de lettre d’information sur les nouveautés du site Internet du GIS, voilà les liens vers les nouvelles pages qui ont été crées sur le site depuis le Congrès. Merci de nous signaler les événements, parutions, etc. qui vous semblent devoir être signalés sur le site.

Pensez à vous inscrire sur le site, vous pourrez y poster vous-mêmes toute information utile, et accéder aux photos prises pendant le Congrès par notre collègue Giovanni Allegretti.

 

1. Activité propre du GIS :

 

En dehors de la mise en ligne des différents matériaux du Congrès, rappelons les prochains colloques co-organisés par le GIS :

L’impératif participatif en procès, EHESS, 22 et 23 mars 2012 : voir l’édito en une du site. Le Colloque est libre d’accès.

La Conférence sur le « Community Organizing » 14-16 mars à vaux-en-Velin (inscription close, colloque complet).

 

La problématique du dictionnaire critique des mots de la participation peut être consultée là : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/801

 

2. Les entretiens du GIS

 

Nous démarrons, dans la rubrique « Le point sur… » de la première page du site (en bas de la page), la publication d’entretiens avec des personnalités scientifiques. Le premier mis en ligne est celui de la sociologue urbaine américaine Sharon Zukin, entretien réalisé en français par Ilaria Casillo lors de la Biennale de la Démocratie à Turin en avril dernier.

L’intégralité de la vidéo est visible sur la page du répertoire consacrée à son dernier livre : Naked City. The Death and Life of Authentic Urban Places

 

De même un entretien vidéo avec Francis Chateauraynaud, réalisé en juillet dernier par Éric Pautard autour de son ouvrage Argumenter dans un champ de forces, est mis en ligne.

 

3. Annonces de grands événements

 

86° Semaine sociale de France (25-27 novembre) :

– Conférence de Loïc Blondiaux (vidéo) : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/817

– Hors-série de la revue Projet : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/820

 

 

Rapport du Conseil d’Etat sur la participation :

Présentation du rapport : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/822

Colloque du Conseil d’Etat (20 Janvier 2012) : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/821

 

Blog « Concertation et décision » de Décider ensemble : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/815

 

« Refaire société » (République des Idées) du 11 au 13 novembre à Grenoble : http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/757

 

4. Annonces de parution :

Les grands débats politiques. Ces émissions qui ont fait l’opinion (Christian Delporte)

Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe (1968-2005) (Sophie Béroud, Boris Gobille, Abdellali Hajjat et Michelle Zancarini-Fournel)

La Science et le Débat public (IHEST)

Petite histoire de l’expérimentation démocratique (Yves Sintomer)

Pétrocratia. La démocratie à l’âge du carbone (Thimoty Mitchell)

La démocratie génétiquement modifiée (Bernard Reber)

Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales (Vincent Béal, Mario Gauthier et Gilles Pinson)

Gioco strategico e deliberazione (Gianfranco Pomatto)

Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble (Matthieu Berger, Daniel Cefaï, Carole Gayet-Viaud)

Marées noires et politique (Xabier Itçaina et Julien Weisbein)

De l’écoquartier à la ville durable. Analyse des pratiques de la concertation (Décider ensemble)

Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics (Ludivine Damay, Benjamin Denis et Denis Duez)

Pour une 6° République écologique (Dominique Bourg et al.)

Sociologie politique de l’expertise (Corinne Delmas)

Les légitimités ordinaires. Au nom de quoi devrions-nous nous taire ? (Hélène Hatzfeld)

La Liberté des contemporains. Pourquoi il faut rénover la République (Thierry Ménissier)

La démocratie sans « demos » (Catherine Colliot-Thélène)

Democrazia, partecipazione e deliberazione (Revue Partecipazione e conflitto)

Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation (Joëlle Zask)

Schools of Democracy (Julien Talpin)

 

5. Comptes rendus, notes de lecture, contributions :

Ways of searching for the common good (billet de Luigi Pellizzoni)

Tribune sur Le terrorisme (par Abdelaziz Babacheikh)

Gouvernance urbaine et participation (Maghreb & Sénégal) (note de lecture de Gaëlle Bigler-Capmas)

Rio +20 : Déclaration finale et pétition (Colloque du CRIDEAU)

La portée des dispositifs participatifs face au retour du conflit (billet de Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau)

 

6. Annonces d’événements :

 

Colloque, séminaire :

S’engager dans les espaces publics. Participation politique et engagements multiples, Science Po, 5-6 avril

Conférence sur le « Community Organizing » 14-16 mars à vaux-en-Velin

Comment penser une régulation participative autour des techno-sciences ?, Toulouse, 29 février

Les futurs de la démocratie, Lausanne, 23 et 24 février

Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables 1 & 2 Février 2012

Il caso del dibattito pubblico di Genova Urban Center de Gênes, 1er février à Gênes

Dix propositions pour moderniser notre démocratie, Décider ensemble, 1er février au Palais Bourbon

Consulter autrement, participer effectivement : lien vers la vidéo du Colloque du 20 janvier mise en ligne sur le site du Conseil d’État.

Rio + 20 : Vers une nouvelle gouvernance mondiale de l’environnement CGDD, 30 et 31 janvier au Conseil économique, social et environnemental

Démocratie en réseaux : évènement de clôture Clôture du programme « Démocratie en réseaux » de la Région Ile de France, dans le cadre Mardi 31 janvier 2012

Les liens entre concertation et action publique Séminaire du GRETS le 24 janvier, Maison Suger

Formes d’activation citoyennes : communauté(s) en débat(s) Colloque du MASTER In.P.A.C.T. le 19 et 20 janvier 2012 à Saint-Étienne

Sciences sociales embarquées Colloque du CSI les 13 et 14 janvier 2012 à l’École des Mines

British urban policies and community participation CEE, 4 janvier à Sciences Po

Rencontres 2011 du Réseau « Démocratie Electronique » le 15 décembre à Créteil

Conférences et jurys citoyens : Bilan et perspectives colloque du CERAPS, le 30 novembre à Lille

Des usages de la télématique aux Internet Studies, séminaire du réseau DEL du 17 novembre à Paris

 

Démarches participatives et projet de paysage (Formation payante) 29-30 mai 2012, AgroCampus Ouest (Angers)

 

Soutenance de thèse

Légitimité de proximité et dispositifs participatifs municipaux en Argentine, thèse de

Annunziata Rocio,

le 9 mars au Collège de France.

Démocraties à l’épreuve. Assembler les nanotechnologies et leurs problèmes, thèse de sociologie Brice Laurent, CSI

La politique des netroots, thèse de sociologie de Nicolas Benvegnu, CSI

La concertation citoyenne dans le projet de réaménagement du quartier des Halles de Paris, thèse en urbanisme de Camille Gardesse, UPEC

Pour une éducation populaire politique thèse en sciences de l’éducation d’Alexia Morvan

 

Appel à communications :

toujours en cours :

« DemocraCine » : Premier Festival cinématographique de la Démocratie, Porto Alegre, 22-23 juin. Il s’agit donc d’un « call for movies » (jusqu’au 30 mars)

Mesurer, percevoir et délibérer sur la qualité de l’air au XXe et XXIe siècle (appel à communications jusqu’au 15 mars)

Clos :

Les parlements de la rue. Espaces publics de la parole et citoyenneté en Afrique

Le théâtre de la démocratie : Pratiques délibératives des Anciens, résonances modernes

Logiques, trajectoire et processus d’engagement dans la vie quotidienne

Civil society participation in sustainable territorial development approaches

Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables 1 & 2 Février 2012

 

Emplois:

Post-doc en communication politique à Nancy

Recrutement : Ingénieur d’étude (Lille)

Bourse sur les budgets participatifs (CES, Coimbra)

 

Bonne navigation. Pensez à faire abonner vos institutions et laboratoires à la revue Participations.

 

Bien cordialement,

Jean-Michel, Éric et Ilaria

 

Jean-Michel FOURNIAU

Directeur de recherche au DEST-IFSTTAR

tél. : 0951 785 365

courriel : jean-michel.fourniau@ifsttar.fr

 

Directeur du GIS Participation du public, décision, démocratie participative

Institut des sciences de l’Homme

14-16, av. Berthelot – 69363 Lyon cedex 07

tél. : 04 72 72 64 22

http://www.participation-et-democratie.fr/

 

Vidéo de la rencontre inaugurale de Chercheurs Sans Frontières 25/02/2011

la vidéo est consultable ici : http://www.csf-free-science.org/fr:editos:videos_25_02_11:start

Rappel de l’ annonce de la rencontre :

Veuillez trouver ci-joint une invitation à la première rencontre de
Chercheurs Sans Frontières – Free Science, organisée le 25 février, de
16h à 19h
, autour de chercheur(e)s menacé(e)s, parmi lesquels Pinar
Selek, dont le dernier verdict, aussitôt contesté, est tombé le 9
février dernier à Istanbul.

Ce premier rendez-vous se tiendra à l’Assemblée Nationale,
l’inscription (à l’adresse mail conference-join@csf-free-science.org)
est donc nécessaire pour garantir votre accès. Il est recommandé de se
présenter un peu avant 16h, muni de sa pièce d’identité, pour prendre
son badge.

Veuillez nous excuser si cette invitation vous est déjà
parvenue. Malgré nos efforts, il est probable que certain-e-s d’entre
vous figurent sur plusieurs listes.

Nous espérons votre présence et comptons sur votre soutien pour
défendre et promouvoir la liberté de la recherche. N’hésitez pas à
diffuser l’information autour de vous et à nous rejoindre sur
www.csf-free-science.org (il est toujours possible de signer l’Appel).

Cordialement,

Pour le Bureau de CSF,
Georgia Barlovatz-Meimon, Alain Garrigou, Claire Le Strat.

Journées d’étude_Appel à un contre-G8 de l’éducation et de la recherche_5-7 mai 2010

Nous relayons cette annonce pour des journées d’étude auxquelles le séminaire Politiques des Sciences s’associera en tenant une séance exceptionnelle à Dijon.

Appel à un contre G8 de l’éducation et de la recherche

La France présidera les G8 et G20 en 2011. Du 28 au 30 avril à Besançon et du 5 au 7 mai 2011 à Dijon se déroulera le G8 des Universités, volet éducation et recherche du G8-G20 qui aura lieu à Cannes en juin 2011. Le G8-G20 est le moteur de la mondialisation néolibérale ; il définit l’agenda politique qui est ensuite mis en oeuvre par toutes les grandes organisations internationales. Dans ce contexte, le « G8 des Universités » est d’apparition récente. L’édition 2011 de Dijon/Besançon sera la quatrième. Alors que les 3 premiers s’étaient concentrés sur le thème très consensuel du « développement durable », l’objectif affiché du G8 des Universités de 2011 est de planifier la marchandisation de l’éducation et de la recherche. Cette politique d’amplitude internationale détruit déjà le service public d’éducation et de recherche qui offre des garanties minimales en termes d’accès aux études supérieures.

A tous les niveaux, l’éducation et la recherche publiques subissent une dégradation accélérée. Elles sont parmi les services publics fortement touchés par les intérêts du capitalisme, tant à l’échelle européenne qu’à l’échelle mondiale. Sous le prétexte facile de politiques d’austérité, l’Union Européenne et les gouvernements mettent en place des réformes sociales et pédagogiques destructrices. De la maternelle à l’université et pour ce qui concerne la recherche, la tendance est de faire de l’enseignement et de la recherche une marchandise intégrée au marché capitaliste avec pour conséquences le diktat d’une économie de la connaissance, la généralisation d’une pensée unique et totalisante, une aggravation des inégalités sociales, des conditions de travail rabaissées, des droits syndicaux bafoués, libertés académiques (recherche et enseignement) menacées, etc. Le constat est identique en Europe et ailleurs. La France, la Grèce, l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Espagne, le Portugal, la Suisse, l’Autriche et d’autres pays sont déjà entrés en lutte contre ces politiques de marchandisation du savoir. Présentes dans les pays où les réformes sont en cours et ceux où le système d’éducation et de recherche est déjà réformé, ces luttes et leurs revendications sont transnationales. Pour mieux contrer les attaques, il convient de regrouper nos forces de réflexion et d’action. Pour nous, il est urgent d’organiser une résistance globale à laquelle participe ce contre G8 dont les objectifs sont :

· de mettre en lumière les questions sociales en lien avec le thème de l’éducation et de la recherche et de fournir un lieu pour l’échange d’expériences pratiques et de discussions théoriques, et des débats autour du rôle de l’éducation et de la recherche, des conditions de leur réalisation et de leurs impacts économiques, sociaux, politiques et environnementaux, aux niveaux local, régional et international.
· de faire entendre d’autres discours sur l’éducation et la recherche, remettre en question la façon dominante d’enseigner et de rechercher, ses institutions et méthodes formatées par des politiques économiques néolibérales, la compétition, la mondialisation des marchés, le consumérisme, la domination et l’exploitation des hommes et de la nature.
· de réaffirmer le pouvoir de l’éducation pour forger la conscience critique, réduire le fossé entre les cultures et les pratiques et libérer les populations de l’oppression, les sortir de l’isolement et de leur éclatement.

Nous proposons de réfléchir ensemble autour des axes suivants – qui ne sont bien sûr pas exclusifs : l’accès à l’éducation et à la recherche ; la précarisation ; l’excellence ; l’autonomie ; la professionnalisation ; la mobilité ; la situation des étudiant-e-s étranger-e-s ; les pédagogies alternatives ; les modalités de luttes ; l’éducation et la société.
Ce carrefour international entre les réseaux oeuvrant dans les champs de l’éducation et de la recherche se veut être un moment fédérateur qui rassemblera des enseignant-e-s, étudiant-e-s, universitaires, chercheur-e-s, parents d’élèves, militant-e-s, et tous ceux et celles qui se sentent concerné-e-s par ces sujets, aux niveaux local, régional et international.
Nous appelons au Contre G8 de l’éducation et de la recherche qui se déroulera à Dijon du 5 au 7 mai 2011.

Collectif d’organisation du contre G8 de l’Éducation et de la Recherche
(Alternatifs 21, AMEB, ATTAC21, CNT21, CUAE, FASE, FSU21, RUSF21, RUSF Franche Comté, Snesup
21, Sud éducation Franche Comté, Sud étudiant, UEC 21, UEC, UGED-FSE, Individuel-le-s)

contact : contreg8-db-2011@riseup.net

Annonce deuxième forum mondial sciences et démocratie_Dakar, 4-6/02/11

La deuxième édition du forum mondial sciences et démocratie se tiendra à Dakar, du 4 au 5 février 2011.

Vous trouverez les informations suivantes en recopiant les liens indiqués dans votre navigateur :

Le programme : http://www.sdwf-fmsd.org/spip.php?article585
La liste des intervenants : http://www.sdwf-fmsd.org/spip.php?article584
La liste des ateliers : http://www.sdwf-fmsd.org/spip.php?article587&lang=en

Le site du forum mondial sciences et démocratie est à l’adresse suivante : http://www.sdwf-fmsd.org/