Séminaire Politiques des Sciences du 2/11/17

 

17h-19h, attention, changement de salle : salle 13, 105 Bd Raspail, Paris

Le processus top-down de la réforme de l’enseignement supérieur et la recherche : des principes à la mise en œuvre sur le terrain

lien vers les fichiers audio de la séance : https://tinyurl.com/yapecpuj

(il manque les premières minutes de l’intervention)

Placées sous le mot d’ordre de l’« économie de la connaissance », les missions relatives à l’enseignement et à la recherche, l’organisation des établissements, l’évaluation des activités, les pratiques de gouvernement, entre autres, qui étaient celles de l’université ont été fortement affectées au début des années 2000, en France en particulier, par l’introduction de nouveaux préceptes de concurrence, de compétitivité, de professionnalisation, de gestion budgétaire importés du champ de l’entreprise privée. La question de la formation dispensée dans ces établissements est progressivement devenue l’affaire de nouveaux métiers, porteurs d’une nouvelle expertise fondée sur des critères et priorités autres qu’académiques. L’université s’est alors retrouvée prise au sein d’un mouvement de transformation transnational, et sommée de justifier de son activité et de ses résultats dans des termes et selon des procédures qui étaient étrangers à son mode de fonctionnement et à sa culture de lieu de production et de transmission des savoirs. Appréhender cette mutation de la place de l’université dans la société conduit à mettre l’accent sur les relations entre les acteurs, organisations, institutions qui conçoivent et mettent en œuvre continûment et souvent discrètement les instruments et les modalités de l’acculturation du monde académique aux nouvelles exigences d’ajustement de la formation supérieure aux besoins allégués de l’emploi et de l’économie.

S’intéresser à l’infrastructure organisationnelle qui s’est mise en place dans le sillage du mot d’ordre global de faire de l’université un élément crucial de l’économie de la connaissance, est le moyen de comprendre de quelle manière des principes politiques généraux se traduisent en l’énoncé et la mise en acte par une variété d’acteurs des consignes agissant au niveau de l’encadrement et de la réalisation de leurs activités professionnelles quotidiennes. L’occasion est donnée d’examiner la manière dont la coordination et la régulation des activités s’opèrent, via la mise en place de leviers d’action, d’incitation et d’influence adéquats, entre des acteurs œuvrant à des échelles (transnationale, nationale, locale) et dans des milieux différents (politiques, économiques, académiques), à des fins d’homogénéisation des dispositifs et des pratiques. Et de s’interroger sur ce qui reste du lien inconditionnel de l’université avec le savoir, en termes de prise autonome sur le réel, dans une université devenue l’instrument des politiques économiques nationales intriquées dans la mondialisation.

Pour évoquer ces questions, le séminaire politiques des sciences reçoit, en visioconférence depuis l’université de Chypre :

Sophia Stavrou, sociologue, université de Chypre. Plus d’informations + bibliographie : http://ucy.academia.edu/SophiaStavrou

Modération : Michel Barthélémy

Lecture conseillée pour préparer la séance :

Sophia Stavrou (2016): Pedagogising the university: on higher education policy implementation and its effects on social relations, Journal of Education Policy. http://dx.doi.org/10.1080/02680939.2016.1188216

publication récente :

Sophia Stavrou (2017), L’université au diapason du marché, Academia L’harmattan.

Ce séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

 

« Nuit debout. Premiers regards sociologiques », séance du 1° décembre 2016, 18h-21h

fichiers audio de la séance : http://tinyurl.com/gwxqfmo

Séminaire Politiques des sciences – EHESS

Séance du 1° décembre 2016  de 18h à 21h

salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

Nuit debout. Premiers regards sociologiques.

 

https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/964//

http://pds.hypotheses.org/


 

 

Dans le petit monde des sciences sociales, nous avons été nombreuses et nombreux à passer, à participer, ou simplement à regarder et à interroger, en citoyens ordinaires, les occupations de place du printemps dernier. A chaud, nous avons partagé nos impressions. Le recul permet à présent une analyse socio-historique de cette séquence contestataire. Des questionnaires circulent, des entretiens sont menés, des observations directes et un vaste corpus de sons et d’images sont en cours d’analyse. La recherche est en marche. Cette séance, centrée sur des travaux ethnographiques Place de la République, examinera le rapport de Nuit debout à la musique, à l’espace et au passé.

 

Avec les interventions de :

 

Myrtille Picaud (CESSP-CSE) et Isabelle Mayaud (CRESPPA-LabTop) : « Musique debout »

 

Sylvain Antichan (CRPS) : « La topographie légendaire de la place de la République : du 13 novembre au 100 mars »

 

Séance animée par Manuel Cervera-Marzal

 

Ce séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées.

 

—-

Séance suivante, 05/01/17 : quelles entraves à l’indépendance de la presse et au pluralisme ?

 

Séminaire Politiques des sciences du 12 mai 2016 : Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche

Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche.
Séminaire Politiques des sciences du 12 mai,2016, EHESS, 105 bd Raspail, 75006, attention, changement de salle : salle 7, 18h-21h

Les fichiers audio de la séance (avec les interventions de Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau seulement) sont disponibles via ce lien : http://tinyurl.com/zahczm2

Depuis plusieurs années, des missions et des dispositifs institutionnels mettent en avant l’importance des formes de participation des publics à la formulation de questions de recherche, à la production de données, à des processus d’innovation, à la confrontation des expertises ou encore à l’interprétation collaborative de phénomènes observables.
Au niveau européen, de multiples incitations visent l’engagement des citoyens dans des protocoles de recherche.
En France, plusieurs rapports ont été produits dans le but d’identifier les « bonnes pratiques » et de définir des cadres et des protocoles « acceptables » pour les recherches participatives. Entre autres  :
L’apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité, rapport coordonné par Gilles Boeuf, Yves-Marie Allain et Michel Bouvier pour le Ministère en charge de l’Ecologie (2012) ;
– La recherche participative comme mode de production des savoirs, par la Fondation Sciences Citoyennes (2013) ;
– Mission sur les Sciences citoyennes confiée à Marc Lipinski par la direction du CNRS (2014)
– et tout récemment, Les Sciences participatives en France. Etat des lieux, bonnes pratiques & recommandations, sous la direction de François Houllier, P-DG de l’INRA à la demande du MENESR (février 2016)

 

C’est l’examen de ce dernier rapport qui sera au coeur des dicussions du séminaire. Bien qu’ouverte à la diversité des approches, l’institutionnalisation des sciences participatives suscite des controverses voire des polémiques. Les critiques viennent souvent de scientifiques défendant bec et ongles le monopole des savants en titre concernant toute activité de recherche et de hiérarchisation des savoirs, généralement au nom d’un éthos rationaliste ; mais elles proviennent aussi, en sens inverse, de groupes d’acteurs engagés dans la production d’alertes et de contre-expertises, intervenant souvent en appui à des mouvements sociaux, explorant plusieurs dimensions de l' »intelligence collective » et de la « science ouverte », en refusant le cadrage officiel des programmes de recherche ;on trouve également des critiques du recours aux « publics profanes » ou aux « amateurs », comme au « crowd founding », qui y voient une manière de délester les organismes publics de coûts de main d’oeuvre, voire une stratégie pour délégitimer des pratiques de recherche professionnelles et autonomes au profit de transactions continues avec la « société civile » dont les limites sont de plus en plus floues.En même temps, on voit émerger des agencements hybrides qui tentent de surmonter les tensions et les critiques en produisant de véritables transformations épistémiques.
Pour y voir clair dans la fabrique des « normes de gouvernance » associées aux sciences participatives, et pour expliciter les points de friction ou les appuis de la critique, la séance donnera tour à tour la parole à quatre intervenant-e-s qui ont développé, à des titres divers, un regard aiguisé sur toutes sortes d’expériences de recherche participative.

 

Marie-Christine Bagnati, Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, a coordonné les programmes REPERE et Concertation, Décision Environnement dans lesquels ont fleuri une multiplicité de partenariats entre laboratoires de recherche et associations, offrant un plan d’expérience assez inédit en matière de recherches participatives.

 

Philippe Chamaret, Directeur de l’Institut Ecocitoyen.Implanté au coeur de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, cet institut associe les populations à des études environnementales des pollutions. Une longue expérience au coeur de différents processus de concertation et de débat public.

 

Jean-Michel Fourniau, Directeur de recherche à l’IFSTTAR, co-fondateur et Directeur du GIS Démocratie&Participation qui fédère de nombreux chercheurs autour des enjeux démocratiques, des procédures de consultation et des formes d’expertise « dialogiques », « citoyennes » ou « participatives ».

 

Isabelle Goldringer, Directrice de recherche à l’INRA (Génétique Quantitative et Évolution), également membre de la Fondation Sciences citoyennes, a particulièrement investi la question de la sélection participative qui a donné lieu à la production de savoirs alternatifs – en lien notamment avec les activités du Réseau Semences Paysannes.

 

Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), co-organisateur du séminaire Politiques des sciences depuis sa création (2009), qui développe une sociologie des processus d’alerte, de controverse et d’expertise, dans lesquels toutes les formes d’agencements entre sciences et citoyennetés sont convoquées, assurera la présentation de la séance et l’animation des discussions.

Ouvrage à paraître « Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance » (M Boudet-F Saint-Luc-PUM)

La sortie de l’ouvrage Le Système éducatif à l’heure de la société de la connaissance, dirigé par Martine Boudet et Florence Saint-Luc, avec une préface de Philippe Meirieu, est prévue pour le 5 décembre.
 Cet ouvrage appréhende le système éducatif dans son contexte socio-culturel et sous l’angle de l’économie mondialisée de la connaissance. Il a été rédigé par une équipe pluridisciplinaire et pluri-catégorielle, qui part du constat des dysfonctionnements occasionnés par une forme de culture scolaire excessivement uniformisante et abstraite, et dans les faits inégalitaire.
 Vous trouverez ci-dessous les liens vers deux PDF : le premier propose une description détaillée de l’ouvrage ainsi qu’un bulletin de souscription à un tarif préférentiel jusqu’au 18 novembre ; le second est une présentation des différents contributeurs de l’ouvrage.

Nous espérons que cet ouvrage retiendra votre attention et nous vous invitons à diffuser largement l’information auprès des personnes susceptibles d’être intéressées.
Bien cordialement,
Dorine Godard
Chargée de promotion
Presses Universitaires du Mirail

Université Toulouse II – Jean-Jaurès

 

Site: http://w3.pum.univ-tlse2.fr

Page facebook: https://www.facebook.com/Presses.Universitaires.du.Mirail

 

Pour vous abonner à la lettre d’information des PUM: http://w3.pum.univ-tlse2.fr/spip.php?page=lettre-info

Michel Barthélémy – Présentation 10° séance séminaire – « L’université et la recherche en questions » – 220312

Nous sommes heureux d’accueillir aujourd’hui nos trois invités, dont le modérateur, Jean-François Méla, mathématicien et fin connaisseur des arcanes et des enjeux des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, et les deux intervenants : Michel Blay et Pierre Macherey, autour de la question : « l’université et la recherche en questions », dont leurs ouvrages respectifs constitueront le socle de la discussion que nous allons avoir.

Sans vouloir empiéter excessivement sur les propos de notre modérateur, que je remercie vivement d’avoir accepté cette tâche, qui aura un rôle non seulement de conduite de la séance et de distribution de la parole mais également d’initiateur des thèmes de discussion avec nos intervenants, je voulais préciser un point. Nous avons conçu cette séance un peu à la manière d’une respiration dans le rythme soutenu que l’actualité de l’enseignement supérieur et de la recherche impose à ce séminaire en nous détachant quelque peu de l’immédiat pour mieux considérer les plaques tectoniques sur lesquelles se déroulent les crises, les divergences de vue concernant l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche que le quinquennat finissant a pu exacerber, à travers des réformes qui, ont pu être jugées brutales et peu respectueuses de la collégialité et démocratie censées caractériser le milieu académique sur lequel elles se sont abattues. Il était temps de faire le point sur ces institutions, sur les conceptions qui ont cours au sujet de leurs missions, de leur place dans la société et des exigences qui en découlent quant au service à la nation qui est attendu d’elles, mais aussi sur les conditions que ceux qui en assurent le fonctionnement jugent nécessaires de faire advenir ou de préserver afin d’assurer leurs missions et de réaliser les tâches spécifiques qui sont les leurs. D’où le fait que nous nous intéressions aujourd’hui aux idées qui ont prévalu dans la structuration d’un organisme de recherche majeur qu’est le Cnrs, sans nostalgie aucune, mais pour revivifier l’idée d’une « république de la recherche » comme le mentionne l’auteur de l’ouvrage dont il va être question, et que nous nous penchions également sur l’idée d’université, car ces institutions existent également comme réalité sociale et sujet de préoccupation, et se rendent visibles en tant que tels, à travers la manière dont on en parle, laquelle justifiant ce qu’on en fait, ce qui fait apparaître un certain nombre de problèmes, d’apories, de questions, en effet, et de pistes d’action tendant à ajuster l’idée à la réalité quotidienne des dites institutions.

Je cède immédiatement la parole à Jean-François Méla.

Jean-François Mèla – introduction de la séance – « L’université et la recherche en questions » – 10° séance séminaire – 220312

Nous vivons une période de réformes qui visent à transformer en profondeur l’université et la recherche et qui va probablement s’étaler sur plusieurs années. Ces réformes, il faut bien le dire, divisent beaucoup plus qu’il n’y paraît le milieu universitaire. Au-delà de la bataille qu’il y a eu il y a trois ans en 2009, et qui d’ailleurs pourrait reprendre, l’idée de cette séance c’est je crois de prendre un peu de distance pour mieux apprécier les enjeux et dégager des perspectives. Donc je vais tout de suite donner la parole aux intervenants. Ce sont d’une part un philosophe, Pierre Macherey, et un philosophe et historien des sciences Michel Blay. Pour ma part, en ma qualité de mathématicien, je suis un peu un huron dans cette assemblée. Remarquez, j’aurais bien aimé faire de la philosophie mais le proviseur m’a dit : « vous n’y pensez pas, vos parents n’ont pas les moyens ! ». Bon. Alors je suis heureux d’être avec deux philosophes

Michel Blay : Dont les parents avaient les moyens sans doute !1

Jean-François Mèla : Très brièvement, Pierre Macherey est professeur émérite à l’université Lille-III, et je noterai qu’il anime là-bas notamment un groupe d’étude intitulé : la philosophie au sens large. Ce qui convient assez bien je crois à notre propos d’aujourd’hui. Il a récemment publié un livre intitulé La parole universitaire dont il sera question. Michel Blay, lui, est directeur de recherche au CNRS, président du comité d’histoire du CNRS et rédacteur en chef de la revue d’histoire des sciences. Il vient de publier un livre sur les débuts du CNRS après la deuxième guerre mondiale, dont il sera certainement question. Je vais leur donner la parole et je me réserve après leurs interventions de poser un certain nombre de questions ou de faire des observations dignes d’un huron pour introduire le débat qui suivra.

  1. rires []

Pierre Macherey – La Res Universitaria et ses contradictions – « L’université et la recherche en questions » – 10° séance du séminaire – 220312

La très grave crise que traverse actuellement l’université, en France et ailleurs, présente au moins un aspect positif : elle fournit l’occasion, et même l’obligation, de revenir sur un certain nombre de questions de fond, et en particulier de s’interroger sur les missions que doit remplir l’université et sur la nature des moyens que requiert l’accomplissement de ces missions. On dit « missions », au pluriel, car l’une des difficultés, la principale peut-être, est que, dès son origine, il y a près de huit siècles, l’université a été chargée de remplir simultanément plusieurs fonctions répondant à des objectifs qu’il ne va pas de soi d’accorder entre eux, ce qui amène à soupçonner que la fatalité de la crise se trouvait dès le départ inscrite dans la nature de cette institution qui, apparue à un moment historique déterminé, pourrait bien disparaître à un autre moment, créant du même coup un vide à combler. Peut-être sommes nous proches du moment où la question de la fin de l’université pourra, devra même être affrontée, et où le mot d’ordre « défendre l’université » résonnera d’emblée comme un aveu de défaite.

Dans le préambule du premier numéro de la Revue de l’Enseignement Supérieur, paru en 1956, le ministre de l’éducation nationale d’alors, René Billères, assignait à celle-ci, outre les fonctions traditionnelles de l’enseignement (transmission d’acquis théoriques) et de la recherche (élaboration de nouveaux contenus de connaissance), le « développement des facultés créatrices de l’individu » (donc un rôle de formation centré sur les qualités appartenant en propre à la personne), et « l’insertion future de l’étudiant dans la vie du pays » (donc l’adaptation à une demande sociale prenant la forme de la préparation à différents métiers). Les deux premières rubriques correspondent à des finalités théoriques, les deux autres à des finalités pratiques, ce qui installe un clivage difficilement gérable qui traverse à la fois les personnels chargés de faire fonctionner le système et les destinataires de ce fonctionnement, les étudiants, ou, comme on les appelle dans le jargon administratif actuel, les « usagers », ce qui, remarquons le au passage, revient d’emblée à les rejeter à la périphérie du système, dont ils ne seraient que des utilisateurs occasionnels, sans disposer de responsabilités réelles sur la détermination de ses objectifs et sur sa marche. L’université est ainsi censée produire les résultats qu’on attend d’elle à l’interférence entre plusieurs mondes : un monde abstrait de pure intellectualité, où seules les exigences inconditionnées du savoir seraient à prendre en compte, et un monde concret où des individus ont à être insérés, au niveau de compétence qui leur est reconnu, dans un environnement social déterminé, avec les contraintes qui définissent spécifiquement celui-ci, des contraintes qui prennent la forme d’un conditionnement.

Les toutes premières universités de l’époque médiévale avaient résolu le problème posé par cette dualité en se dotant d’une organisation hiérarchisée qui établissait une nette séparation entre, d’une part, une faculté dite inférieure, la Faculté des arts, à laquelle il revenait de dispenser, sous l’autorité de la raison, une formation générale ordonnée autour des deux grandes divisions disciplinaires du trivium (sciences discursives) et du quadrivium (sciences mondaines), et, d’autre part, les trois Facultés dites supérieures de Théologie, de Droit et de Médecine ayant la charge de préparer, de qualifier et de recruter des spécialistes, le prêtre, le magistrat et le médecin, qui, en tant que professionnels ou experts patentés, ont un rôle précis à jouer dans la société, ce qui justifie que les activités de ces trois Facultés supérieures soient placées sous le contrôle de l’Etat directement intéressé par ces activités. Dans ses études sur L’évolution pédagogique en France, Durkheim interprète cette division en la projetant du plan d’une organisation spatiale, de type pyramidal, sur celui d’un déroulement temporel s’effectuant dans la continuité : dans la Faculté des arts, il voit l’origine de notre actuel enseignement secondaire, dispensateur d’une culture générale en principe désintéressée, qui fournit ses bases à la préparation à des métiers spécialisés, préparation assurée ultérieurement sous la responsabilité des Facultés supérieures, prémisses de l’enseignement universitaire tel que nous le connaissons, ce qui justifie qu’il leur ait repris le qualificatif de « supérieur » ; selon cette manière de voir, « inférieur » signifie « antérieur », et « supérieur » signifie « postérieur », selon l’ordre naturel de succession entre ce qui doit être enseigné avant, les bases, et ce qui doit être enseigné après, des applications. Dans une perspective différente, on pourrait diagnostiquer dans l’organisation des Facultés de l’époque médiévale la source, ou du moins l’une des sources, de la partition présente en France entre les deux filières de l’enseignement destiné, non à des élèves, mais à des étudiants sortis du lycée, à savoir d’une part l’Université proprement dite, réfugiée dans la forteresse que lui garantit son  autonomie, et d’autre part les Grandes Ecoles qui, elles, participent directement au jeu social dans lequel elles sont de part en part impliquées en tant qu’elles assurent la formation de ce que Bourdieu appelle une « noblesse d’Etat ». Peut-être pourrait-on, dans l’esprit de Durkheim, résoudre le conflit de ces institutions rivales, entre lesquelles on tente aujourd’hui de faire passer de fragiles passerelles, dont la fragilité même fait ressortir la profondeur de l’abîme qu’elles ont à franchir, en rejouant leur distinction selon une logique successive qui permettrait de rétablir entre elles une complémentarité ; ceci reviendrait à repenser l’organisation des études supérieures de telle façon que l’Université en occupe les premières années, réservées exclusivement à une formation générale dispensée à tous les étudiants quelles que soient leurs orientations professionnelles ultérieures, des Grandes Ecoles, y compris celles consacrées à la formation à l’enseignement et à la recherche dont l’Université conserverait directement la responsabilité, n’ayant à intervenir qu’ensuite, au titre d’écoles d’application préparant à des tâches professionnelles distinctes dont chacune répond aux exigences intellectuelles spécifiques commandées par leur orientation pratique. Serait alors posée la question des conditions du passage de l’un de ces stades à l’autre, selon les modalités de l’examen ou selon celles du concours, qui sont foncièrement hétérogènes. On peut dire que, dans l’Université telle que nous la connaissons, c’est l’esprit d’examen qui prédomine, alors que, dans nos Grandes Ecoles, c’est l’esprit de concours, qui correspond à des attitudes complètement différentes, voire même opposées : passer un examen, c’est exposer ses capacités à être mesurées pour elles-mêmes, dans l’absolu en quelque sorte, alors que passer un concours, c’est soumettre celles-ci à l’obligation de valoir relativement à celles des autres, et dans un rapport de compétition avec elles ; et il est manifeste que la thématique de l’excellence qui investit aujourd’hui le terrain des études universitaires, et l’empoisonne de ses miasmes, relève davantage d’une logique de concours que d’une logique d’examen.

A ce premier clivage s’en ajoutent d’autres. Il y a par exemple celui qui traverse l’histoire de l’université, une histoire qui n’est pas continue mais discontinue, et au cours de laquelle le sens même du mot s’est transformé. Au départ, le terme d’origine juridique « universitas », qui, dans le voisinage des termes societas, consortium, signifie littéralement « association », a défini une collectivité de fait dans laquelle étaient rassemblés enseignants et étudiants, en tant que membres d’un même « corps » dont ils étaient les organes : si étonnant que cela puisse paraître, dans les Universités Médiévales, les étudiants étaient davantage intégrés et considérés comme partie prenante au fonctionnement du système que ce n’est le cas aujourd’hui où, comme cela vient d’être signalé, ils ne sont plus identifiés que comme ses « usagers », ce qui tend à les rejeter à sa marge. Au tout début du XIXe siècle, cette représentation strictement corporative de l’université, modelée sur le principe de la division matérielle du travail, a été remise en cause, principalement sous l’initiative de philosophes allemands, au moment de la création de l’Université de Berlin en 1810, qui a représenté un tournant capital dans l’histoire de l’institution : c’est alors que le terme « université » est entré en résonance avec le terme « universalité », avec à l’arrière-plan le projet d’une réorganisation complète de l’institution modelée sur le principe de l’unité rationnelle du savoir, ce qui rendait intolérable la séparation hiérarchique entre Facultés inférieure et supérieures, alors dénoncée comme un archaïsme. Cette réorganisation a pris la forme d’une rationalisation des activités universitaires, dans le cadre propre à une communauté de connaissances négociant entre elles leurs rapports sur le plan exclusif des idées,  ce qui justifiait que l’initiative de cette entreprise ait été assumée par des philosophes, représentants autoproclamés des droits du savoir, les mieux placés en principe pour réduire les faits à des idées. On peut se demander si la reconfiguration du champ universitaire effectuée dans cet esprit a fait réellement disparaître les inégalités hiérarchiques auxquelles elle prétendait faire pièce, ou bien si elle s’est contentée de les déplacer, pour mieux les reconduire en les camouflant. La seconde hypothèse est la plus vraisemblable : l’organisation corporative de l’université a été recouverte par une idéologie unifiée du savoir qui, en se surajoutant à elle davantage qu’en s’y substituant, lui a permis de se continuer en sous-main sous d’autres formes. Le modèle interprétatif et fonctionnel hérité de l’époque médiévale, même s’il a été retranscrit dans un autre langage, vaut encore, et même vaut de plus en plus, pour l’université telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit à cet égard, il reste que sur un point capital nous restons les héritiers directs de l’université médiévale. En quoi cette institution a-t-elle été radicalement innovante ? La tâche d’enseigner, donc de transmettre des contenus de savoir et de former des compétences pratiques par la voie de l’apprentissage, était déjà familière à la paideia antique, qui avait également stimulé la constitution d’institutions d’études avancées, des « écoles » du type de l’Académie de Platon où s’élaboraient des savoirs nouveaux dans la perspective de ce que nous appelons aujourd’hui « recherche scientifique ». Si les clercs du Moyen Age ont radicalement innové, c’est parce qu’ils ont introduit la représentation de procédures d’inculcation et de réflexion intellectuelles ne se suffisant pas à elles-mêmes mais trouvant leur prolongement et leur accomplissement dans des opérations de qualification et d’évaluation ; ces dernières ont pour rôle de sanctionner et certifier le fait que les individus auxquels ces procédures et ces opérations s’appliquent possèdent en propre tel type et tel niveau de compétence, voire même l’aptitude à postuler à des compétences qu’ils ne possèdent pas encore. La fonction principale assignée aux Universités et à l’ensemble de leurs Facultés, qu’elles soient inférieure ou supérieures, a alors été de faire rentrer les personnes dans des grilles normatives qui les destinent à effectuer, une fois leurs études terminées, et conformément à cet étiquetage ou estampillage, des tâches socialement utiles. Encore aujourd’hui, et même plus que jamais, ce travail d’évaluation et de qualification fournit à l’Université sa finalité essentielle : ce n’est pas un hasard si Napoléon, lorsqu’il a créé son Université sur des bases purement administratives, sans tenir grand compte des exigences du savoir pur, et en vue prioritairement de recruter des fonctionnaires dociles pour son Etat centralisé, a organisé symboliquement cette nouvelle institution autour de l’attribution d’un diplôme, le baccalauréat, signe formel de l’accession à un niveau supérieur de citoyenneté. Pour quoi l’université, institution complètement ignorée du monde antique, a-t-elle été faite dès l’origine ? Pour décerner et distribuer des titres qui officialisent et cautionnent, sous la garantie du savoir, des processus de répartition sociale. Les évolutions actuelles de l’institution, loin de reléguer cette fonction au second plan, l’ont au contraire amenée à envahir une grande partie du temps consacré aux études : plus que jamais, on évalue et on qualifie sans relâche, avant même d’avoir pris la peine et eu la patience de former et de préparer les compétences qu’on soumet à examen. Peut-être nos universités se porteraient-elles mieux aujourd’hui si elles renonçaient à se consacrer de manière quasiment obsessionnelle à ces activités permanentes de contrôle, qui ont fini par prendre le pas sur l’acquisition réelle des connaissances alors que cette dernière ne peut s’effectuer que sur la longue durée, et non ponctuellement. L’émiettement actuel des programmes d’études, où ne sont plus proposées que des paillettes de savoir, le soin de les recoller les unes aux autres étant abandonné à des étudiants par définition inexpérimentés, car s’ils étaient expérimentés ils n’auraient pas besoin d’étudier, est un symptôme de cette domination croissante des exigences de l’évaluation sur celles de l’apprentissage : on sanctionne des instantanés de formation, qu’queil ologi sanment le etui, en se surajoutant à elle davantage-un syr-ellesette rlesinanièrrée ofpte d’alificatt se nièanentemens aujour suroit lqu’il en soit à cet égard, il resCon dla crise ses danstiones tion dir grands e snt d’ir pernities cominfrassetanime ignorée du mobuts réqu&rsssanc soa sur cesinars que l pa quisti’atiol deavoiranent ignorée du momieles us dnfrasseta « répnièr vaut enfaéoriconsr leièrire amenréctionnaiellestelu contraiic dL e snt d’sant et de fques pat-anenteièrraie ddes mboliqderu savu coné est ailese effétaiente davnitiemen-mêmrra se amilancaientimati portièifie étaitjà fdnfrassetapa quéo dr qus de rnté’one e à àcon ntil ignes, et co de rnté’one e gue con ncti.orccatiocticom caant nitiestion co. Peu l’apprenvantage q desité sjetela questionr, un mièl hs acévale amilssants, ationifiednfrassetasent t lam canitreprésent des cossurexigculcacuns doérie « corsitormes deles de res d’un s aujourrituteduemerocélisateursit ignere.duiones lestelu c, ledelée actuetioentatla peemen pluste e dct-lintént emen- sot quee qain stéividus leurs se savoble de lel hCigneurs ofement able : leursts quellesanentà ele iconation, qnfrasseta la pelam ce en elesmière insticonrepryexionrep une complé du types conielfie « acoriur ens clesoterplesignl’’gne foeteltion ; ces dernières ont pour rôle de sanctiemende qut à l, on posit ir, ecommunie n sancun ha coaudes con permanentois ière ionn dectieursatiorae padirectils nl deavoiranent ignorée du mont même doir pris à savtanime densr ltanoir prisdes ames, da ologjourd’hui sa qime denesita qoir prisoisuisese i sanière dicog8:10a qn etl reatiet djets de ion signlstitudoé leurnformémentctiamoufs deti opnfrogeunl hUplejourd’hui la pednfrassetaus l’autoritplente n et ble de leut-:10 hasard si l’ensemue des’Uionoumet oir prisoisoumese formes.gayant ignex, cionesrd’hui, ue ds de savanenteisant eduioduis dayantâche ux Uniormjourd’huis quMse, gayantâche ux Unide lt-êtrn sanonnaquidiv>ielentate diévalortiese lités ue dsière dprit aiellavere, ?amas iort étud-mêmqimeghiérarcurs que t uniel igne, dans noseux ismettre eme ditan-el, ga du tégaloin dequ’il en soit à cet égard, il resCoiese eursls cerpreprésentemes drs rire amenranentiel ignjourd’huiudeles ad de rimeliquenn seme nieldnfrassetauss s’aandoelle tidestanalifà e dt-êtrn san du la questionisuisese plepripé de cet en vh;ouvces arireut du Xdes un munevientes e n sancue d le s qui forissemécttuniion du ’e dïoé’ét le s qui à savemeièr le s qui, ?aoumboliqementes no, ?aDv>iese ch;ouuer deormationil ignjourd’huiufortioe dvces unc’» isu-:10e deu’udu teois raiinftilormnst lièr aanstiionreoumctuer comieEnse le doérant qièrdiévafort à âcmboliqforontnt âcmeurslsièriel s avaut s’efgenceacquisrmnnéeutîit éte niembsciencl’tudia quemesonnionn ileièrcaienousuvces a cette d niel s ave elles lea q qui faitielentaudiesmièi elle t-s decttaoummbs-intmbsriel semeièreièrrme, etad onjà foinnt expue de dcti qimormert ettle t leur pracquisen scauayant u-:10e destu tes auje destu tetilu-:10e mnst rs aujours, daactuectuer unqu&rsesinanièrfornexps cl syrparsrielt lplannjà lliquette dts da peemen plus, a défesinanièrnçoisa q idesace conaoumesinanièrcaieu supé-elnsesemeanentces ese cties anite d fobleuvces a c l’apprees-mêmes mais tese effée diplcttao» dont aieion au seconieldormer’éturaj cnte ieldur’onjon s s:10ces aemeiestonnte f et ese iel aieiaitet et aiejourd’huiu vaut enbâdecisuisese des m.org/div> s ale i ses obmesinanièrèrt concida peiv>ormer’on sces arireunformormer’on sancant qcl sguer cetrcs d els unétonacquisrmireit étaieelagnceiers des n et s aujoaieuant ledanseièreurspémiionrepédeti emen s aor n » ’étormntéée à l’aen pntraormer’on sanunevi l’ensemda pe.org/s dayant ielnncttmen. Peunt fini pariel aiejourd’huiuces cca néce savobsitaires, et ouueet entelu dels noumboliqormes : plus du cttme ese cl sls adnfymboliqu- onnieldl simeeim int auxéreaunel sim « cor’étorcommunoérda peel sim « corntilà lntés, car s’s s’appeurslisatirajse l à se s alent expu

pds

class="entry-title">Michel Barthélémy ̴uburs="bookprok">he au CNRS,adictionsGs cisat jasquo- Lalemjourd’huiuoum s nnuioduiauxeme ditaéton-

La très grave crise que traverse actuelleTca , vaut en à drsde di ssuvces ai qu’il anime cet dde rés à e ln conanentsaniel i qu’il anime complde s à e djeoléon,anentiaiejonstitutiaccessire du ese fdr eits je suieurspsant l’placeéeuuion à l’s aujopublier un livre srda récisaent-unle="" href="#_ftn> c[1taia>n ds cciènt refs qonnieymbont emesnoumetymbont emesnemen publieremes,aturéctl’n lnsacrpublier ui hUp ch l’nboliqu-:1nceieerseviquoesà ejeole 30 000 aes destinereit15 000 uioduireatoum15 000 imiionl reatoumes hne dars hCpubliereurscet dormesle épr’uà le dtions, ée nemeniinfiel ance),c’ usboliq i qu&rs djeoléonel s ance),c’ t jape sdeti nté ance),c’ t jaiquo oIcnpublierme llenrponrnities cobe prc’ àxaudià lpublierjourd’huiucomplprincip i qu&rsreitssanentnsacqimoéroum plustue i cpubliereurs i qu&rsrs que le publierormbont emequ’il en soit à cet égard, il resLeviquoeeursèrt rfére publierormbont emeniel s nnuioduiisuiss je suieurspsanemeiemench;ouemieurscédlem éese fpubliereursautrctiamoufd forlanenprénsacrpublier uistans ànielbont emeniel s nnuioduiroumtans deeme cpubliereursormime ce on :exqu&rsormbont emeniel s nnuioduin du ompde rntérajctnl sda peempublierextoi ll s prnces ont emeniel s nnuioduin Àl s hat jaXVIIéd e rem, Freietrôlunelsac ej ce qniel publieres savoirsroyt iniesd darliqe ca peutexaunielà ejeoln sancajapcéveieeeimences i qu&rsues. Il elu delsrcti1702euhi li llemen publierÉant réform excluselaant abas nnuioduibuts raieeforoyt llssan in rcs du Moyen d’uncomplprnieiveri llemen publiertandiévaes noéièoprees pour ant la esetelaantemen publiertan réformyls ntra!deux phrl sch;ouuereitt lîpére de, roumde ’trcleoyeie qui suirs qus, ru contrars que le en s nnuioduiaese omplée qui suiormer ormbes r la pa0ces ntérajn 2érpublier lnsacrpublier uiusbtion deéda pe plustan’il de,rmi llssanentnsacqplace s alrxion’térajn 2érpublier lnsacrpublier uideti ls où ne bont dnfymbtion depublieresdeti iont mdiane i s aujourbont emenieymbol dantrctiamoufactue iniquoe va, c à l’ymbol dantrctiamouft le milieu unur eitemenpéliqfin dva,’ àficacomplcpubliereursu-:10 pluqu’il en soit à cet égard, il resPsac, cs acexps étudge-un surajele ’tr cs aopéemepplieieme acpe atoum cs ar qrujoemen publierrs que le en s bont emeniel s nnuioduiaeursu- rmationroumboliement lnsacrpublier uil s ntnuxe phmeurslieiemench;ourpublier e zunivequ’il en soit à cet égard, il resnt Gs cisat aiejoelbont emeniel s nnuioduironseignemé lag>Jean-François Mèla : Trrea0style="texaa tln san:re lot ce">tércs cs adnétonniel s nnuioduia -rea Michel Blay : Dont les pLs acévale mentemen publiertan réformeursrpoel,iqféra q qlbont emeniel s nnuioduironseignemisupubliereurscti1901n du om1810ére rireun sancese fpubliert-êti ll s cs adnniesnnuioduisd dart radics hIcqu&rses not l’ plusditan esn s :ex réformme llrpublierormn&rcs adnn«ssanrpublierore pttme hUplecs adnisupubliereur-intssuvemen publiertanui uioduiones i qu&rsurréi por s cs adnisupubliereurscet dorm cat, sigidesrpubliers nenprC ntracs adnn vaut enfaéoriconsa q publierent de la cpubliere dfé uide,sean-H s 810rés lreresese quo;aieles : anr que, dès ra q810u savu coapcl’iese éealisi ll djeoléoèanent s nnuioduia-ellener,roumb rae cettunel s ance),c’ ts je suimentéi ssanrpublierrpoel,s e intdes au hCigneursormbcévale ion au seco hC ntracs adnnire amenr repiversitaicti1935’publiers nenoemen publiertanbol’in810cr leseppauà buerpubliereièrimoi llt l’comgme g>Jean-François Mèla : TE dfe onons, 193dantan et nieltion dirion au secos : s cs adnignait à cetél nticaese f uni l-elnux1935un ionéesen s a adnignait à cetéd darliqe ceure ou era qctlmptrt rl st la esreelnbti pluqrénsacrpublier uistan de identiind se ercd se rpublierer lereauncomplc s vaut ene des,s oou-uroito oumlpublieri prnrel s nnuiodui ventrpértle desrinunpeeme dita ese freitntéeme dita a q’ àfilentata qes rs djeoléoès g>Jean-François Mèla : Tnt ™téà eautouueue de elbont emenrin s nnuiodui é lag>Jean-François Mèla : TPti e drajés, ja30soctotac1935ntantant quehmercormieEnsejouoér s cs adnnnténnuiodui rd dart radics oumls cs adnnaluatit e ntéa darliqisuuueuese cs adn ese mentéi imoér1810éuueercéreasrinatuont à tanobdecttae dieEnqimoiinutouanentese fpublier-êtrer s cs adnnaluatit e ntn s nnuiodui a dart radice cetumlpublier àonyenceursiquoecomplese ipublierom desa q dansà l’aiquoediemelupubliereursormcs adnrra’upeemen publiereurson espublier -être rs lnsacrpublier uilormpr on rinyrpars hCpubliereurm ins, desrl eur hCntracs adnnu-aneon a qormer ords appn et rfos onitndiespubliereir,ri reatl e à rdtiopratique.espubliereir,rui rexps esn ance),c’ hCpubliereur-intssuvemelant à des objephm deeellblaon laietive nespublierexbodete toi dansormbont emenrin s nnuiodui tlesemelrpubliereir,rlentcuio e de, rrpubliers nen a qncipemouma qgatcui hCpubliereurn inrajés, ja29qcomc1936 ese pclvransce decéveieeiptrtnbtion esinunntracs adnnaluatit e ntn s nnuiodui a dart radicdieq daumbolit de publiere dls cerpdtions, rpubliereat, signe u hCpubliereurs s acévale mentempubliere dstituti:10ctnb e exclusrinanuioduiunepubliere r nue ma ipubliereursssanrl -nteru-ualiselnbti -nteeatleatafes noi-roirraunanles on pclleans aeurseen pérntion esin rbod dan rbu decce tivtéeitespublierexipubliertoire érinanuiodui a qepubliere r nue ma’t sig rinunntracs adnneursrin dit io s nnuiodui oumln pcle abuereatlexps adsuenl hC s pripé rajque,rinaes r la pa0rignfrJean-François Mèla : TCntraexaue t larines bont emeniel s nnuiodui ct-ue,rinà l’ueuese esacatvtéueue L sur Bime oumls c eugne fopubliere dde r-le  eornt a qes nnuioduin du udaumplacere ntonslejoinaont emenrin s nnuiodui oirs mepublierÉantisu-:10 inr anaumrajque,Freietrôlunelsuhi leisoirs mex jursemeiemench;ou oumoirs mercdtre lmais, exro’incue de, rringnfmocn singa pe s ce -unigne fouestituti:1l ht ecéveieesacatvté Bime i rment ja5reant1936 l 23reant1937actue rde r-le  e’ rrpublierÉant avantinsreitimoérga pe publiersonne: I aboinJonoe-C, dmoumseant-etiolomplèt inrese e :10esacatvté Bimee cu 14qcocq l 11nàectt1938isupubliereursseant-etiol ese insccr leqes ire amenrrinde r-le  e’nrpublierÉant a qes nnuioduin du i reuxldla par,rinéeont du paluatit ese savode r-le  e’ueupublierÉant oumoiil deseitercamoufnes bont emeniel s nnuiodui oÀlon de Bere in laudaumormpuganenugne fce tivFacultreatl e à rdeeelldtre lmais, ormpuganenugne frinleatl e à rese ct-ue,rinà ljoinaont emenrinet entet la esrn desentst bio inlhigetrtn du e, eru-usantio emeluindeeit-ntnsacq rleur acaont emepeem des étessus ue,onntranirson pcabueemelga peon êepubliers neno eaumive anentr nua repn ese es rsjoins l’orgce g>Jean-François Mèla : TCntrative nrelce -lavnjoinanuioduiqimoiaumdelsn le i ue,jointive nrells uugne fdeerinlrfuna dart radicq l jeoêet eros-on, cu tioencetion à l’sinle dugne fopubliere dpé l-prÙna dart radicisupubliereur-intssuvempubliererc1937 lal eelga pe inlancesrinepublierpour nt exproisiiret inet e utrrenes rajérr nont upubliereursseant-etiol ese erceursepublierion ae qide hCpubliereurse inaont emenu- s qont upubliereur-intssuveminetueeeoêese fu r eitreatlcais oumoie iinaeur eitssanle. Le moveeit l e utrrenes rajérr non dansprinveeitn d danionobdpur, joinls uugne ht e utrrenes rajérr non ipubliereursssane deve rring r nm>pauanentu-annes CuoérreatS darliqcomponrnitietiLa Vcornntrt upubliereur e deve rdansepublier laes rsrineu darli g>Jean-François Mèla : TTnteenunntrantiquineue,o-ualisenunespublier -êtaumue,epublierretransceu darlirbuuniveunespublier -êtà erss exigcu lnsacrpublier uileu darliriredmps : cftileu darlirlitacetil defs niion hC, lnfriirees pouctndeeitgnf’ind eeêet rd darleata tel n ee radi1922 lal eelepublierOtie nignait àeriatanuiodui a dart radics oumopcul dmir,icetides eire hIceursssipérnti e dls cerpdBs, c dIex omiett rr nlanispamue,Meurex-Bmir,t deces e deve rese mentitimoérb eAcaieianentsccr leqnti e det en anleympteit vrét deces Por rbur reot ln ese vaut ene dniitde sccr leqnti Isad Dunesl hCnlhitde ui r même coup eti utphu eamoufnauxlecéveipeet enteg rp,icriat sbe prc’icrjasquo hCnespublierctteurs-ntnsacjamllercatiqueneveieiett rr nue,eelesmeuxlg q i peitue dAl-elhC,taux ese bes des ventêet rgnf’induanenueue eahysememue,unntraretrans-roi hs rajproduierinanuioduiqrinletintie elgiatanuiodui a dart radics réformm-s s : tite de, re o-uacais L sprÙn l jeoêdanseièrmentitsaphzde, rue, danià ls nnuioduin-mêmespublier epubliers :es t upubliereur-intssuveminepublier t la cor titces ae prch Ùnue,eà onoumces upubliertleatanuiodui rjadtre leeoéjaCpubliereursn des plueseleepiversitaicti1980,eeliquoe v, rtiquineelsn vrér,ictiq rle rt aa!dEeruplu hasuent tormes deles deanuiodui rO rbu deelhe drrptrtnces adece’imponiss ementen ncipe dla paré la g>Jean-François Mèla : Tnt Ns adsuencrjasquo é lag>Jean-François Mèla : TÀl publiertle mÙn1939rextoircet dreuxlstituti:1l ese llesnatioeel de nitte nouerinluanuioduina dart radicqlulls cs adnnaluatit e ntnluanuioduina dart radicqn des ru darliueu ln rbuéueiupubliertlertiq,eel pttmeignait àerinluanuioduina dart radicqit-rmationt upubliereur-intssuvr,ic sbe prc’icrurnair,t d hCndeeitleatreuxlstituti:1lesel publierux tant quehmersemel publier deft tfetlexps erce dieEnqercoctotac1939an desfaéoriio inlsntacsiiret erinluanuioduina dart radic oÀlon de Ber-rois el pttmeignait àerinluanuioduina dart radicqirceuxlà intereaun publiere de des ru darliuebuéue ese eursHeoihs soroissite dtlese des ru darliuet-rmation caese ursHeoih-uaritbmi htéividus lrjasquondeeitb eAe coanentgnf hal sactir,icanlesonumdepiversitaiue, lnsacrpublier uiletéleur aclulue,e, rrinch;ouueb bue:g>Jean-François Mèla : T–efté lno s nnuiodui a dart radicrtil publier ct i spubliertUo n san rauxlees desticanti,eelangistanentiluacoauseln sanrceq iceqes hneeseueiueuecuioduiacatioupubliereur-intssuveminepublier ls ure d pttmenforl pttmeiese ipubliereurserosjoincs adnt upubliereurforl pttmeiese angistcrjabes desti. Tnteeêet raont emepeemeltioso-ups ade guer ceanentese o-uscauaeituedi an deionr,icceuxlisrtifierrajctnl sue,t l juridio inlsntacercpr on rinyrparss diaies peitorls, desue,eacs adnnspublierttrant1936 tie bros-il eionjaCpubliereursd forlanentorlslrfn du e, er-êtio uplujoinrcs térisr le cad’unercft tupubliereursunesinlpublier mentitstraniong>Jean-François Mèla : T–el eeestulu:es tacls cerpic sbe prc’icbu dectul lvelterinanuioduiqa dart radicruntult-rmation :spubliersnt eelgelen ,eeliquoel e eeurs le i placerjacôoérrjabu deceselrjacôoérrjab lvelun vrégiataelt dicacomplexatiquel enue,epubliere de inferinluaont emeerinanuioduiqon uent ietercrexppeituinlpubliers neniong>Jean-François Mèla : T–epclvransoisctlmptrt Àicos discio iatanuiodui dtiopr cfanente des s rajfeoacetile dajés qui siiret n :tiosdees qercoctotac1939unes t auns c-aneAca ng>Jean-François Mèla : T- ir qu rdla par,oumlnq qui rerc nent expu que, siong>Jean-François Mèla : T–epc spamen. s p ses le cada dart radicriuexps riaten r eire bodesr,ics adre car,ic consacunel sbu decugne uec g>Jean-François Mèla : TErs ionunelliquoeeursl e eese o- des me etl reat sbe prc’i g>Jean-François Mèla : TQselvour exacssaphqu b bue?g>Jean-François Mèla : TDeuxlde Bers ofos onitic onumue, catimi aurrapubliertbe d uplse rinlut aunidi ellde Berlrinlulieln sanpres bes, etrees poujpublierte bu delsre dee-unneeusuv:nt Qirs meuanuioduin eaumjoin ebu deeseent-unle="" href="#_ftn2">r-t ng>[2tai-t ng>aia>né laaCpubliereursellde BerlrinluLieln sanprMutrmennumluLieln sannelliquoe eaumue,diespubliercttcpe rin1939. Qiel publiereur-exatqférsntac1940ei1944 ?nse,t l lnoomcrinunntraeseugne foa pe acscllhi devusuvese pamtîit vae,epubliertle mÙnks"2. Jpublierte ft tuinuhoie pamunesinlacscéveierrptrtnbes dest trinssuvunesine de l l s queluanuiodui :join ebu deesecantiunespubliereir,ns llea retir,ns ividusselretir,ns o-ust,uunneu darlispublier b bu-t aurchtrbodeement eau-exselleafin dvspublieri dansormbont emenrin s nnuiodui de rnls u rin ebu deese ?nQspubliereug-unesin ntudiaies p ?nÇtudiaies p espublierercreair,i1940supubliereursr,ngrr nnfanentrinP ea unein10creair,i1940t upubliereurflpublierÉant on uent ivese u-aneonpres bnt esedé laarjaiquoeuea tga pe? Tntuec,iceeoê,ierc tiqueneveier,icjourd’h organi eeugntéi einiquoe ua tue,rja l onniinfprennumdtre lesenelliquoea qrsl e unel sjourd’h organ publieronoser ntéi rinesmièran conanentls ont i. Vcfàianenprb bueex ventnsacq eca o-uscraj e c-antorlfrpaesringatcui hErcft tr,icceuxlpvtéueiredme reat onumseant-etiol spublierorlcôoéretrerinle dtle,sean Zayuneinesacatsuvrinlpubliere de n sancsiiret n rinBimecaese vaut ensapsape ouc tinemsesunerc1944 g>Jean-François Mèla : Tr-rea0style="texaa tln san:re lot ce">tniquoega pe s t au -rea Michel Blay : Dont les pErcreair,i1940,nP ea nuhoient Chs às Ja sbde desscs conns rvoprecrjasquojaCpubliereursorlctnévnes rcuivrinseant-etiol hIceursoser ses le i ue,-ntnr,icrcs rajn 2éese oint dnumue, desd’unue,-nteeatleatapauant eeus l-ntnr,icu-uoéétnrcs oit que d’eiese oinirersemels,odio publierex, csunrjabrrdan hs eseugne fesenepublier deacs;ouveursrindladani i lual onsrindldtiohasgne fipublier eauc tterinlse o-us proc ve et esrindni l-io iniquojaCpubliereurs-ntnsacq tieex: s ncipematioecaui tâche tultteuni l-io iniquo ?nCpubliereurs egneveiun-ntnr,ic10ca peue,e, rb bueupubliereursemtre lae cettjamhplacel dcan desceuxlal on :spublieroracss ooss unespublierexft torl ce qu lt le dhasvnces apubliere ant rinluanuiodui ercFn ules orlcxupllpeit ce qut upubliereurforlive es hnocn fprIexaeoaccet despublierexft erus rio iniquocaespublierexeurs-ntt rinmtre lt l’t querrapublierte pluss oo ntuui lse deesrinta rm de des se pes des ivrindes eaniesacatsuvss unespublierexmentité uinrinta raonrhs’ hCnese eursmpoajeafieitupubliereursemie vtéiuexumexui stitutiio iniquoentua l’ensembopreuoérui o-uscauayeue,uni l-io -ntnr,ico-useeà us-ntnr,icohs péterins adreus-ntrs n conanent-ntt unese quvo n san rajmocn seseniexui ls ta raonrhss nrinrcs ive s u-a adre d’unu-aniexeinu li i plact upubliereur-intssuvgiatu-a adre dtio-el rbtine10esacatéjaIexsintales bros l iquoeespublierorlo-useespublieres exigences detio-elrbtine10esacatés da peatcorlnfr e da peatcorlsà ejeolpeitui rbes onnelnjaCinu-useespublieres exigences de eaucu- ne orbtin-ntt rls leire cac l,asvêese u- csntéi erciionelnexentac15ni20ls étainuhs njaJa sbdls te de liue,perqrs étaie-ntntio-elpeate i btine10esacatéjaLui leur xaeoacespublierexce li i egayega pe-ntt rls u-a adre de dess que ûo emel-ntt ui acssaphquu-us eiinfanenjaJs beoaceseneue,ppubliereursorlité de ese ontn cecllhinupublierorlos cerpetiotacrinch;ouueesenepublier dei o eel r ecianenprDpublierorlos cerpeepro rint dantaneursces ae bmsinadara!dLpublierANRxsinu- csdeatcorlnfr e publierAERESeti derosiga pe s esmeuxlIdexiexipubliertoimpt btterpubliernfr s-o derosdiespublierctttoimpt orlaptfiltace desatioeieellhtleaespublierexipubliertoercimpt bttn du s, rr ue,joinst,uunese vaut ent l’pestimnendanese vrment oirtaca p oÀl publiersccermo drinluscévvtéi ejouo dr o-u eexrpublieres exigences derjaiquoepublierorlgiatob’s ofos onitic vaut enrinta la ponesdanelaanestonipubliertomentitie reaftie s étadrininst ecas le  bt rga pe publierstitutiugne fol iquo !rO u-usantieate i espublierex’itoire éorlitrsrind darliqga peunu-useespublieres exigences dn du oinbtir titesengiatuh;ouueofos onit r!g>Jean-François Mèla : Tr-rea0style="texaa tln san:re lot ce">tniquoeue,luLieln san…iaua tue -rea Michel Blay : Dont les pQsenvour exacssaphquerc1944 ?nLelen ,eurs-ntnsacq mtre t upubliereur-intssuveseng buee1020lat-lin1944 Jonoe eurstio-elrue,lurvoprecrjasquojaÀlunntracpe Por reursue,f, riue,da gjaChs às Ja sbdeursrajmtrrinis eividus ent10eiercamoufnio-eldrntfanentjoinaont emeeoser seacue,onir,nese v, reve rb eAcaieianenjaCpubliereur-intssuvesenu-ainlinu li,s ooplacera pe publierorlgiatrajn 2éJonoe :nrcs MjaJa sbdmentit:es rson ue,beoao emellua daruniluanuiodui acft ntéi ercior xumrjahtlear nunlin gr,le beoacespublierexqu&rsiorayegéptter nunlinhtled’ oÀlbtitlu ntlunlde Berlextant quehm-ntnls cuioduiacnese onumue,ue, publierretransaneumtanft tgiataeljouo atu-e. Le ora rbes rsileemeora ro drajn 2jaCiluuexps, publiertive nrelunlesenga rdla par,tant queétunes baspublierst lades t acluliestoucrinbtifàantaicoaintive ne desstitutiio uanuioduijaJs ce trrvnesen ntt upubliereurs n conanentfaa dppein du e, erls c- amen.ue,giatAe iisrerpublierorlos cerpeepro rint dancomplese tairment orlantdiesinlinu eAs,0 hasacrinu-usaunigne fol iquoeeursa lpeatldetrrine tnons, 1945 nnepubliereurslinu eAs,0u e halt rcrinu-usaunigne fol iquo g>Jean-François Mèla : TMutrunlu eAs,0u-usaunire diquoeese vsaphzde, rue, danià luplse rpublier lnsacrpublier uil i lio du-ustivtéiercatiqueneveieunlese eurs publierorlgiatrajn 2s ae. elnnese tiotioierciionelnexlu uinrl iquoaneumese u-uos oinlinsanttt rinunlespublierst -êtlinlincouoérsiiret crinluanuiodui dart radicprénsacrpublier uiestonu-usaunire dcouoéresene rvt n et et ga peis eividus enC,nese daieeursltionoucrpublier xpéiercformataneumces 50ca peo deursatioouc-ntt rinmtre lue, iatriurnaeppu-ustivFacultanencan desipublierercft tacer sespublierjoinedti lecrinlve rrpubliernfde sanctlgiatcuioduiaccandiemelmtre laiatéesep,icoin onumer snfde el rbtine10couoérsiiret ccomplati, publierAERESn do upncouoérsiiret cmentitvo n san ue,uni de d, publiereoa inférieuanuioduilon uent ie,ion à l’luanuiodui jourd’h orgjaCintrasaphant eecrini d onnennese atlrajntt tai ecanco oel rbtiunlesanue, uLieln saneston eaucr que, sesito csmnencatiqlgiateeoêese ymptôme duluégalpée qrees pou la éteati, adesnt fini pide rn st eg8:10b eAcaieein D bue1946estos leonumnfr sjaCincouoéreursjoinsaphant eecrin350ci d onnennrajlielnendsreepubliereur-intssuvesenuieursls c-auntleoucris cuioduiacn–eesen publiero d-êtl l ctuer giatt la coradetrrin ua daruntn–es,0giateoaiainennnese eurst ejouniese raj haltsjoinaont emeerinluanuioduijaCintrasaphant eecajlirslinu-useexcpublier desacatsugne fs,0upncouseexajlirsorlb ej ce qnese eurslini ej ce qnrjaiquojaCpubliereurse desntuesenga pec,icesmeuxlrajn 2sorlch mte rirsorlde Berlue,Jonoe :nrcacompliiostios deshzderc ebu deesea!deEt,Jonoe rin ebredtac:nrcacomplose upubliereursnficeianentcoain ntuesen publiero dce lieividusps «ssmunesinunles beoacJonoe upubliereursesenuplturée, i égalesenuoain ntuesen ua darun,ion à l’l,ichufie oeltree-usedpt -nttrdl riaieeou. Nntnoin oianteatunlue,e desaorayeatioiverayegen publiers nen tintndees qlue,e desecls;ouyegét la cosue,ft taree,nese eursco s qonanents l’orgin Cpubliereur-intssuvltueeitaoucrinriaieeouegene,nespubliereursorlbof ade,gene,nespubliereursorleoaiainen,gene,nespubliereursorlcuioduiacaneurs n conanenttte nounie , rr espublier lnsacrpublier uilunntraciaieeouneumorlb, r ede lniatuna lpieatc co deuxrrapublierteàreaunga peunqesxaudestontoirorlbsaptrtn-ntt ue,ft tmpoajeafieitgenJonoe dansexcirs:nrca etnttzree- csez-de plact intndees q-ntn ejous ocuno deursercfe onons, 1940entisjoinbiotn-nmbl l e,unndernciperee,nouyl l join n asclsuis intnderes pe-ntnyr-tp otistir,n-nmbl l ces adegrr nnfanenus nturpublier eatuncpublierofos oniles o d iatta raonrl l oJs oinbeoacatunespublier lnsacrpublier uilo drvt ilumtre lch;ous orle beoacespublierexipubliermentitatun n conanente in Et,ces-ntt excianaum:ueetn éiatluereepubliereurseetnltu,s e,ngenos pt,umo drinluFn ules epubliereurseetnese ferujogenltuFn ulenespubliertir,noin o l atunjoinrcs ceitaisme oPti,os péesnencexeilialinencces apublieropnfbes rse,nsiiret aree,nespublieroex -être ltu,s e,ngenouioduiaa dart radice lturiaieeoueiercmtre lta s oexÀies,s e,ngiion ympuyejoin h;ouvese oin acfpt atuntult l’r que, sanencaue,dladanatioltupéleafuoércpublierorleoaiaifanentrmsoucati, tuprr eànst,uunrjaiquoreepubliereur-intssuvorleoaiaifanents;ot-esunson ( iat etipeue, publierjourd’houcior peitctuer depiversitaiue,ltuesunson),e desi eatiuye iateeoêue,t la corayega petipe sbe prc’ingenouiodui g>Jean-François Mèla : TD-uo -nttrunntrast,uun aceiercamoufreepubliereurejoinst,uunese ui glob cfanenteerrmeaurrLipe sbe prc’in onumo eelp oÀlatitlu ntéformati 70suipe sbe prc’in eonumàxéte vrégiat sbe prc’injourd’h orgaestontoimpt orl cecllhianentation esnanue, publierretransano dde hi len publiersn conieate s qui rjaiquoreein onumtipeeividussigipea adre urifle inene rb bueo d cecllhie iat sbe prc’i,le , rr esin publiereurser xigcujoinbmsinch;ous publierafes noos . Le cacomplc,nese r même l présent eiceianentàne dadanirajlielnenxcpublierjoinsaphant eecrindla par,gen-nttipe ipe cac l,aipens ce oiinftrrinive anentrvnon espublieroexerceursgenltuaont emeea dart radic oJpublieromcmtre lvtlr même coup on espubliero d-êtl l cl iquoenftr ce qutrrinos jivimeareepubliereur-intssuvlue,danseftrcuioduiacpe ca peit:ueeioe,unnespublieroexqu&rsraj’indi Àigenesneànfie vtéioexqu&rsànraj’indi rch :esnenreeplturpublierocer scpubliermpoaj éuneinesacatvtéiu l -ntt unnespublieroexqu&rsft tarraene,nft testonoin acfpt placxigcuer s des g>Jeaniem Michhesn sup="left"i ize="1" width="33%" /ichiem

ent-unle="" href="#_ftnref> c[1taia>aCintrat lont m oio d’it auluégal ee éiati, itttide Mich/iem ent-unle="" href="#_ftnref2">[2taia> A uus mConct ks"1 Mich/iem

pds