Neuvième et dernière séance du séminaire Politiques des Sciences 2014-15 : « Qui gouverne la science en France depuis le ‘pacte pour la recherche’ de 2004 ? Nouveaux résultats d’une enquête collective », 040615

École des hautes études en sciences sociales

« Qui gouverne la science en France depuis le ‘pacte pour la recherche’ de 2004 ? Nouveaux résultats d’une enquête collective »

Neuvième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Attention : changement de salle

Jeudi 4 juin 2015, 17-21 heures

EHESS, salle 7, 105 boulevard Raspail, Paris VIe

 Les fichiers audio de la séance sont disponibles ici : http://tinyurl.com/p6o2tqe

« Les organisateurs de l’évaluation en sciences humaines et sociales. Positions, trajectoires professionnelles et caractéristiques sociales de membres de trois institutions : l’ANR, l’AERES et le CoNRS »

Joel Laillier (Université de Toulouse) et Christian Topalov (EHESS)

La question de l’évaluation est au cœur des réformes récentes du gouvernement de la science en France. Les agences (AERES, ANR) disposent désormais d’un vaste pouvoir d’évaluer entités et projets, et notamment de compétences qui revenaient auparavant à d’autres institutions, notamment au CoNRS. Ce qui se présente comme une évaluation « par les pairs » s’appuie en amont, parfois aussi en aval, sur un travail des « organisateurs de l’évaluation » : délégués scientifiques de l’AERES, responsables de programme ANR et présidents des comités d’évaluation et de pilotage, membres des bureaux des sections du CoNRS. Qui sont ces organisateurs de l’évaluation ? D’où viennent-ils ? Quelles sont leurs caractéristiques professionnelles ? Quelles sont les propriétés et trajectoires qui mènent à ces positions ? On essaiera de répondre à ces questions grâce à un traitement prosopographique de ces trois populations.

 

Modérateur: Christian Topalov

 

Des compte-rendu et des fichiers audio des séances de l’année en cours et des années précédentes sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org

 

Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS

Cecilia d’Ercole, directrice d’études à l’EHESS

Sophie Desrosiers, maître de conférences à l’EHESS

Mary Picone, maîtresse de conférences à l’EHESS

Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS

———- La séance du séminaire, prévue le 23 juin 2015, 9h00-19h00,  sous la forme d’une journée d’étude consacrée à la revue ILLUSIO, sur la Théorie critique de la crise, est reportée au 7 octobre 2015, 9h-19h, salle Lombard, 96 Bd Raspail, 75006 Paris

Huitième séance séminaire Politiques des Sciences : « Savoirs critiques et recherche publique : sciences sociales et sciences expérimentales, pour quels usages? », 21/05/15

Savoirs critiques et recherche publique :
sciences sociales et sciences expérimentales, pour quels usages?

Tout en posant la question de l’insertion des savoirs critiques dans la recherche publique, on s’interrogera sur leurs attendus épistémologiques et sur leurs effets politiques. Contre le paradigme essentiellement utilitariste et productiviste qui domine les sciences expérimentales comme les sciences sociales, quels savoirs développer, comment et dans quelles perspectives, avec qui et pour qui ? Et dans les domaines particuliers où nous conduisons nos recherches, quelles relations éventuelles voyons-nous avec nos engagements associatifs et syndicaux ?

Jeudi 21 mai 2015
17 h – 21 h
EHESS, 105 Bd Raspail, (attention, changement de salle 🙂 salle 4, Paris 6e

Les fichiers audios de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/nuab3vz

17 h

Agnès LABROUSSE (économiste, Université de Picardie – Jules Verne, AFEP)
« Politiques des sciences et extinction du pluralisme en économie : quelles solutions institutionnelles face à une situation préoccupante ? »
La discipline économique connaît une extinction sans précédent des programmes de recherche ne se rattachant pas au mainstream. Le gouvernement des sciences par les instruments, tout particulièrement l’usage exclusif d’une liste hiérarchisée de revues pour évaluer les produits de la recherche, a été largement instrumentalisé pour évincer les courants pluriels de l’économie politique. Sur la base de ce diagnostic, l’Association française d’économie politique (AFEP), créée en 2009 et qui milite en faveur du pluralisme en économie, a proposé la création d’une nouvelle section du CNU « Économie et société » en complément de la section 05 « Sciences économiques ». Ce projet avait été entériné par le ministère en décembre 2014 mais a été gelé à la suite de la levée de boucliers de quelques figures du mainstream comme Jean Tirole, qui ont ainsi réussi à imposer une conception moniste de la discipline et de ses canons de vérité. Aussi cette contribution souligne-t-elle l’importance cruciale – mais souvent ignorée – du pluralisme intradisciplinaire – en plus du pluralisme interdisciplinaire – comme condition fondamentale de la vie scientifique et démocratique. Pour le faire exister, des institutions disciplinaires intégrant la préservation de ce pluralisme aux politiques des sciences sont fondamentales. La discipline économique apparaît ici comme un cas extrême au sein des sciences sociales et s’avère par-là même très éclairante sur les enjeux de fond des politiques des sciences.

Janine GUESPIN-MICHEL (microbiologiste, Université de Rouen, Espaces Marx)
« La révolution du complexe : rôle et obstacles »
La révolution du complexe concerne toutes les disciplines scientifiques (de la physique aux sciences humaines et sociales) et transforme la rationalité. Elle est au cœur des contradictions épistémologiques, idéologiques, économiques et politiques de notre époque.

Claude CALAME (historien, EHESS Paris, ATTAC et LDH)
« Pour une anthropologie sociale et culturelle impliquée : quelles actions sociales ? »
Une science sociale critique ? Parmi les SHS sans doute l’anthropologie (culturelle et sociale) est-elle par principe susceptible de faire interagir les savoirs sur l’homme et ses communautés dans un enrichissement mutuel et critique ; l’anthropologie est en effet par principe comparative. De plus, par la comparaison même dans l’approche d’autres cultures, elle nous invite à porter un regard critique sur le paradigme social et anthropologique dont nous dépendons pour nous porter à l’action tout en remettant en question les insitutions qui permettent le développement des SHS.

PAUSE
19 h

Catherine BOURGAIN (généticienne, INSERM, Fondation Sciences citoyennes)
« Qui pose les questions de recherche, et comment ? Une interrogation au cœur des sciences citoyennes »
La Fondation Sciences Citoyennes s’est constituée avec l’objectif de soutenir la réappropriation démocratique de la science pour la mettre au service du bien commun, appelant à soutenir le tiers-secteurs scientifique, à stimuler la liberté d’expression dans la recherche et à promouvoir l’élaboration démocratique des choix scientifiques et techniques. À de multiples égards, les dispositifs proposés mettent au centre de leur démarche une interrogation : qui pose les questions de recherche et comment ? En parlant de recherche participative et de convention de citoyens, nous illustrerons ce que cette interrogation met en mouvement et discuterons de façon critique la portée de ces approches.

Willy PELLETIER (sociologue, Université de Picardie, Fondation Copernic)
« Critique de l’éducation populaire »
Depuis une quinzaine d’années et c’est une nouveauté, l’engagement des intellectuels se développe surtout dans le cadre d’entreprises d’éducation populaire, sous différents labels. Or celles-ci reproduisent par trop la division scolaire des rôles et des rapports enseignants-enseignés, en même temps qu’est réaffirmée là une position d’autorité des « savants » face à un « public » dévalorisé ou illégitimé dans ses connaissances propres. Pourquoi cette propension récente des intellectuels à ce type d’engagement, sur la période? Pourquoi si peu de remises en causes des inégalités reproduites? Pourquoi l’éducation populaire n’est-elle guère « émancipatrice »?

Modérateurs : Isabelle BRUNO (politiste, Université de Lille, SNESUP)

                        Claude CALAME (historien, EHESS Paris, ATTAC et LDH)

Septième séance du séminaire Politiques des Sciences: « Quel avenir pour l’enseignement des sciences économiques et sociales au lycée ? », jeudi 7 mai 2015

« Quel enseignement pour les sciences économiques et sociales au lycée ? »

(attention changement d’horaire : 18h-21h, Salle Lombard, 96 Bd Raspail, Paris 6°)

les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/qff6etl

Nos managers de la science ont élevé la connaissance au rang d’un facteur de production et en ont fait la clé d’une croissance qui se fait attendre. En pratique, cela se traduit par une injonction accrue à destination du système d’éducation nationale et d’enseignement supérieur visant à assurer à l’économie des travailleurs mieux formés et préparés à faire face aux divers aléas potentiels de leur existence professionnelle, en termes de changements technologiques, d’organisation du travail et de types d’emplois exercés.
Dans ce cadre, un dissensus s’est fait jour entre représentants des formateurs et ceux des futurs employeurs privés et publics chargés de réfléchir à l’orientation des programmes d’enseignement qui seraient censés réaliser cette articulation entre les enjeux de la formation et ceux de l’économie.
Le renouvellement récent de la composition du Conseil National Education Economie (CNEE) et l’homogénéité libérale de certains de ses nouveaux entrants ont ainsi conduit l’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales (APSES) à mettre l’accent sur le risque que faisaient peser ces nominations sur la préservation du pluralisme. Qu’en est-il de l’enseignement des sciences économiques et sociales au lycée ? C’est la question dont nous débattrons avec nos invités.

Nous recevons :

Erwan le Nader (Professeur de sciences économiques et sociales, vice-président de l’APSES, l’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales) : Sur le pluralisme dans l’enseignement des SES
Stéphane Beaud (professeur de sociologie, Université de Paris Ouest Nanterre) : « Naissance des SES »
Frédéric Lebaron (professeur de sociologie, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) : « Les SES, une précieuse spécificité française »

Modération : Christian Topalov

—————————-

La prochaine séance aura lieu le Jeudi 21 mai 2015, 17 h – 21 h, EHESS, 105 Bd Raspail, salle 7,  Paris 6e. Le thème en sera : « Savoirs critiques et recherche publique : sciences sociales et sciences expérimentales, pour quels usages ? »

Sixième séance du séminaire « Politiques des sciences », « Sécu, psychiatrie, police : les effets de l’évaluation managériale sur les services publics », mercredi 1° avril 2015

« Sécu, psychiatrie, police : les effets de l’évaluation managériale sur les services publics »
Sixième séance du séminaire « Politiques des sciences »
Attention : changement de date et de salle
Mercredi 1er avril 2015, 17-21 heures
EHESS, salle 7, 105 boulevard Raspail, Paris VIe

Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/okf8jw8

Les caisses primaires d’assurance maladie
Pascal Martin (docteur en sociologie de l’EHESS, chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique – CESSP, enseignant à l’Université Paris 8, post-doctorant au LabTop-Cresppa)
« Gestion de la file d’attente et invisibilisation des précaires. Mensonge institutionnalisé dans une caisse d’assurance maladie », Actes de la recherche en sciences sociales, 2011/4, n° 189.

L’hôpital psychiatrique
Philippe Bichon (médecin psychiatre à la clinique de La Borde, membre du collectif des 39 contre la nuit sécuritaire)

La police
Jean-Hughes Matelly (lieutenant-colonel de la gendarmerie nationale, chercheur associé au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales – CESDIP)
Police : des chiffres et des doutes, Paris, éditions Michalon,‎ 2007 (avec Christian Mouhanna)

Après quelques années d’expérience de l’évaluation des institutions par l’AERES et des projets de recherche par l’ANR, les universitaires se rendent compte de plus en plus clairement que ces agences ont un objectif assez simple : étendre à notre monde professionnel, qui en était jusque là préservé, les techniques de gestion managériale qui sont à l’œuvre dans l’entreprise privée, mais aussi, depuis longtemps, dans le reste du service public. Parmi ces techniques, un rôle essentiel est joué par l’évaluation, la notation, les statistiques de résultats, les protocoles, etc. Ces techniques ne visent évidemment pas seulement à mesurer : elles ont surtout pour but de modifier en profondeur les façons de travailler pour reprogrammer les esprits et les conduites en vue de nouveaux objectifs. C’est aux effets concrets de l’évaluation managériale sur les pratiques des professionnels du service public que nous voudrions réfléchir lors de cette séance du séminaire. Des acteurs des secteurs concernés, qui en sont aussi des analystes, confronteront leurs expériences et leurs points de vue.

Modérateur: Christian Topalov

Cinquième séance du séminaire Politiques des Sciences « Bureaucratiser la politique, repolitiser la chose publique »050315

La prochaine séance du séminaire « Politiques des sciences » aura lieu le jeudi 5 mars. Vous y êtes cordialement invités.

« Bureaucratiser la politique, repolitiser la chose publique« 

Cinquième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi 5 mars 2015, 17-21 heures

EHESS, salle Maurice et Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

 Les fichiers audio de la séance sont disponibles à ce lien : http://tinyurl.com/q73r3um

Dans le cadre de cette séance, consacrée à la bureaucratisation du politique et de la vie sociale et à ce qui pourrait figurer une alternative à sa logique d’organisation du monde social, le Nouveau Management Public sera évoqué à travers son rôle d’instrument de « dépolitisation » apparente du traitement des affaires publiques à partir du clivage entre expertocratie et société civile, sur le fondement duquel des questions politiques sont transformées en problèmes techniques. Mais si le « néolibéralisme » constitue une forme de rationalité donnant à ses principes organisateurs du vivre-ensemble et des relations de pouvoir-savoir, les traits d’un fait social total, le fondement sur lequel il repose, le droit de propriété, peut lui-même être défié. C’est l’occasion d’interroger l’espoir que l’on peut raisonnablement nourrir sur la capacité du droit du commun (ou droit d’usage) de repolitiser les affaires publiques. Il sera question d’examiner la voie possible de sortie du tout bureaucratique (le management par les chiffres, le pilotage par les indicateurs, la concurrence généralisée, la domination de l’économique sur le politique, …) qui se caractériserait sinon par l’exclusion pure et simple, du moins par la mise à distance des citoyens (dans la vie quotidienne comme au travail) des processus d’instruction et de décision des questions qui les concernent via la transformation de ces derniers en producteurs et consommateurs. La promotion du droit du commun serait un outil d’émancipation permettant de rappeler concrètement que c’est à partir de leur agir en commun que les citoyens forment et instaurent une communauté politique apte à prendre en compte sa « soif d’idéal, et [son intérêt pour] des choses pas que commerciales » (A. Souchon).

 

Béatrice Hibou

(sociologue, DR CNRS, rattachée au Centre d’études et de recherches internationales/Sciences-Po – La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, 2012)

http://lectures.revues.org/9684

 

Pierre Dardot

(Philosophe et enseignant – Pierre Dardot et Christian Laval, Commun – Essai sur la révolution au XXIe siècle, La Découverte, 2014)

http://www.journaldumauss.net/?Note-critique-sur-Commun-Essai-sur#nh10

Modérateur: Michel Barthélémy
Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années précédentes sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org

Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS (TH)

Cecilia d’Ercole, directrice d’études à l’EHESS (TH)
Sophie Desrosiers, maître de conférences à l’EHESS

Mary Picone, maîtresse de conférences à l’EHESS

Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS(*)

Quatrième séance du séminaire Politiques des sciences 2014-15 : « New public management » ou management par projet : Comment gâcher le travail, 050215

« « New public management » ou management par projet :

Comment gâcher le travail »

 

Quatrième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi 5 février 2015, 17-21 heures

 

EHESS, salle Maurice et Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

 

Alors que nous constatons que les nouvelles conditions offertes à la recherche (modes de financement, emplois précaires, injonction à l’internationalisation) ne manquent pas de modifier nos pratiques et nos objets ainsi que les relations entre les chercheurs et la société, cette séance de PDS se propose d’offrir des comparaisons avec d’autres univers de travail.

Nos invités présenteront des enquêtes empiriques et des analyses qui permettent d’élargir les effets des réformes en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche. La vertu de la comparaison est de porter l’analyse sur des transversalités qui font ressortir la dimension idéologique des nouvelles manières d’organiser le travail au 21e siècle.

Le lien vers les fichiers audio de la séance est ici :  https://archive.org/details/QuatriemeSeanceDuSeminairePolitiquesDesSciences2014-15NewPublic

 

Marie-Anne Dujarier 

(Maître de Conférences H.D.R. en Sociologie à la Sorbonne Nouvelle- Paris III Chercheure au LISE, Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique, URM CNAM /CNRS)

Le management par les nombres : une analyse sociologique

A partir d’enquêtes empiriques dans des organisations publiques et privées, Marie-Anne Dujarier analyse les processus sociaux à l’œuvre lorsque le travail est saisi et évalué par des nombres. Dans une perspective de la sociologie de la critique, elle montre que du point de vue des travailleurs, ce mode d’encadrement du travail joint l’inutile au désagréable.

 

 

Laurent Bloch

(précédemment DSI de l’Université Paris-Dauphine, Responsable de la sécurité des systèmes d’information de l’Inserm, Responsable du Service d’informatique scientifique de l’Institut Pasteur)

Les méthodes de conduite de projets appliquées aux systèmes d’information

Les méthodes de conduite de projet commencent par des idées de bon sens, et finissent par une expansion de la bureaucratie. Leur côté moral, c’est qu’elles conduisent les clients incompétents à faire la fortune de leurs prestataires. Mais elles sont surtout ennuyeuses…

 

Modératrice: Isabelle Backouche
Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années précédentes sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org 

 

Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS (TH)

Cecilia d’Ercole, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Sophie Desrosiers, maître de conférences à l’EHESS

Mary Picone, maîtresse de conférences à l’EHESS

Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS(*)

Annonce troisième séance du séminaire Politiques des Sciences, « La précarité dans l’ESR et à l’EHESS », 29/01/15

Cher(s) collègue(s),

Les deux prochaines séances du séminaire « Politiques des sciences » auront lieu les jeudis 29 janvier et 5 février. Vous y êtes cordialement invités.

« La précarité dans l’ESR et à l’EHESS:

focale sur les doctorantEs et les employéEs administratives/ifs »

 

Troisième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi 29 janvier 2015, 17-21 heures

 

EHESS, salle Maurice et Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

Intervention du Collectif contre la Précarité à l’EHESS. Cette séance se veut une expression libre de la situation que connaissent les personnes placées dans une position précaire par rapport à l’emploi dans notre secteur. Nous recevrons également, sur ce même sujet, Artemisa Flores Espinola  ainsi que Roman Pudal

Artemisa Flores Espinola, sociologue,Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (équipe Cultures et Sociétés Urbaines) ;
Romain Pudal, sociologue, CURAPP-ESS, membre associé au Centre de Sociologie Européenne, Ehess

Voici le lien vers les fichiers audio de la séance : https://archive.org/details/TroisiemeSeanceDuSeminairePolitiquesDesScienceslaPrecariteDans

——————

La suite :

 

« « New public management » ou management par projet :

Comment gâcher le travail »

 

Quatrième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi 5 février 2015, 17-21 heures

 

EHESS, salle Maurice et Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

 

Alors que nous constatons que les nouvelles conditions offertes à la recherche (modes de financement, emplois précaires, injonction à l’internationalisation) ne manquent pas de modifier nos pratiques et nos objets ainsi que les relations entre les chercheurs et la société, cette séance de PDS se propose d’offrir des comparaisons avec d’autres univers de travail.

Nos invités présenteront des enquêtes empiriques et des analyses qui permettent d’élargir les effets des réformes en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche. La vertu de la comparaison est de porter l’analyse sur des transversalités qui font ressortir la dimension idéologique des nouvelles manières d’organiser le travail au 21e siècle.

 

 

Marie-Anne Dujarier 

(Maître de Conférences H.D.R. en Sociologie à la Sorbonne Nouvelle- Paris III Chercheure au LISE, Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique, URM CNAM /CNRS)

Le management par les nombres : une analyse sociologique

A partir d’enquêtes empiriques dans des organisations publiques et privées, Marie-Anne Dujarier analyse les processus sociaux à l’œuvre lorsque le travail est saisi et évalué par des nombres. Dans une perspective de la sociologie de la critique, elle montre que du point de vue des travailleurs, ce mode d’encadrement du travail joint l’inutile au désagréable.

 

 

Laurent Bloch

(précédemment DSI de l’Université Paris-Dauphine, Responsable de la sécurité des systèmes d’information de l’Inserm, Responsable du Service d’informatique scientifique de l’Institut Pasteur)

Les méthodes de conduite de projets appliquées aux systèmes d’information

Les méthodes de conduite de projet commencent par des idées de bon sens, et finissent par une expansion de la bureaucratie. Leur côté moral, c’est qu’elles conduisent les clients incompétents à faire la fortune de leurs prestataires. Mais elles sont surtout ennuyeuses…

 

Modératrice: Isabelle Backouche
Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années précédentes sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org

Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS (TH)

Cecilia d’Ercole, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Sophie Desrosiers, maître de conférences à l’EHESS

Mary Picone, maîtresse de conférences à l’EHESS

Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS(*)

Deuxième séance du séminaire Politiques des sciences 2014-15 : « Quelle(s) place(s) pour la critique à l’Ecole et à l’Université ? » 041214

 

Quelle(s) place(s) pour la critique à l’Ecole et à l’Université ?

Faut-il brûler les sciences humaines et sociales ?


Deuxième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi 4 décembre 2014, 17-21 heures

Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/qcq6r5w

EHESS, salle Maurice et Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

« Faut-il brûler les Humanités et les Sciences humaines et sociales » ? Telle fut libellée la question à laquelle l’université de Montpellier consacra un colloque en juin 2012 avant d’en publier les actes l’année suivante. Interdisciplinaire, le colloque explorait les ravages du néolibéralisme et de la culture managériale à l’Université qui, telle une lame de fond, ne cesse encore d’acculer à des politiques d’économie budgétaire et de dégraissage ; s’attaquant, en premier lieu, aux champs disciplinaires non directement utiles. La question ne concerne pas uniquement les Universités. Elle touche l’ensemble du système éducatif. Les politiques de déconcentrations et de rationalisations, les « pilotages » en tout genre, et plus spécifiquement « par l’évaluation » sont autant de procédés qui, sous couvert d’harmonisation européenne et de quête d’efficacité, dénaturent la vocation critique des enseignements, notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales. Face à des dispositifs de plus en plus contraignants, voire coercitifs, les lieux de la critique se raréfient, favorisant ainsi le maintien d’un ordre social dominant qu’il devient parfois difficile de contester. Quels sont donc les lieux et les formes d’une critique possibles dans les SHS dont on préfèrerait les braises aux cendres ?

 

Nous recevons:

 

Frédéric Rousseau, Professeur d’Histoire contemporaine, Centre de recherches interdisciplinaires en SHS, Université Paul Valéry, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier.

 « Faut-il brûler les humanités et les Sciences humaines et sociales ? »*

 

Marc Conesa, Maître de conférences en histoire moderne, laboratoire CRISES (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Sociales), Université Paul Valéry, Montpellier :

« Ce que les économies font aux SHS, petit voyage au pays de la LRU »

 

Laurence De Cock,* professeure agrégée en lycée, laboratoire ECP (Education, cultures et politique), Université Lyon 2:

« Esprit critique, es-tu là ? Réflexion sur une injonction paradoxale dans l’Ecole»

 

Julien Théry ,Professeur d’histoire médiévale à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, laboratoire CEMM Centre d’études médiévales de Montpellier :

« Les historiens et le mood anti-critique : retour sur la polémique autour de l’inauguration des Rendez-vous de l’histoire de Blois (août-novembre 2014) »

 

Annie Lacroix-Riz, Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris 7-Denis Diderot

« Peut-on faire à l’Université l’histoire du capital financier français ? »

 

Modérateur : Michel Barthélémy, CR CNRS

* http://aggiornamento.hypotheses.org/2235

Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années précédentes sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org

 

 

Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS (TH)

Cecilia d’Ercole, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Sophie Desrosiers, maître de conférences à l’EHESS

Mary Picone, maîtresse de conférences à l’EHESS

Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS(*)

Première séance séminaire Politiques des Sciences 2014-15 : Les ‘Rebelles’ de l’enseignement supérieur et de la recherche : des initiatives contre la fatalité – 06/11/14

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

 

Séminaire « Politiques des sciences »

Programme 2014-2015

Jeudi de 17 h à 21 h

salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris

 Les fichiers de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/oh2uy5n

séance 1 – 6 novembre 2014

 

Les ‘Rebelles’ de l’enseignement supérieur et recherche : des initiatives contre la fatalité

La séance de rentrée du séminaire Politiques des Sciences est consacrée à une évocation des initiatives qui ont fleuri ces derniers mois à l’initiative des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche afin de mettre en avant et de prendre à témoin les pouvoirs publics comme les citoyens des problèmes majeurs qui traversent le champ de la science et de la formation des jeunes générations. Ces problèmes sont le résultat de la politique qui est menée dans ce secteur depuis plusieurs années, sans que le changement de majorité n’ait conduit à une révision de ses fondamentaux. Développement de la précarité dans toutes les catégories de personnel, absence de perspectives pour les jeunes chercheurs, austérité effective pour les universités et les laboratoires, gaspillages de temps et d’argent, affaiblissement des collectifs résultant de la mise en concurrence généralisée, pilotage à court terme, gangrènent tout l’édifice de l’enseignement supérieur et de la recherche. Jusqu’à tout récemment, le découragement et la résignation semblaient l’emporter.

C’est dans ce contexte que sont nées un certain nombre d’initiatives, ayant souvent une origine quasi accidentelle, fruit d’un échange entre quelques collègues de la « base », qui a par la suite trouvé une forme et un écho au sein de la communauté scientifique avant de donner corps à une initiative collective en vue de porter sur la place publique un certain nombre de questions auxquelles le discours politique ambiant n’accordait aucune espèce d’attention.

Nous recevons Sylvie Aprile, professeur d’histoire contemporaine, Lille 3, directrice de l’IRHiS (Lettre ouverte des Directeurs de Labo), Sophie Duchesne, politiste, directrice de recherche au CNRS, membre de l’ISTP (Université de Nanterre), coordinatrice des instances du Comité national de la recherche scientifique (réunion plénière du CoNRS), Pascale Laborier, Professeure de Science Politique  à l’Université Paris Ouest Nanterre (pétition du printemps 2014 contre la reconduction de Fioraso au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche) et Pascal Maillard, Professeur agrégé à l’Université de Strasbourg (Sciences en Marche), pour évoquer la réalité de ces problèmes tels que les appréhendent les membres de la communauté scientifique.

Modérateurs : Isabelle Backouche, historienne, DE, EHESS ; Christian Topalov, sociologue, DE, EHESS