Introduction 4° séance du séminaire PDS 161209_Robert Descimon

Cette quatrième séance a pour thème un des problèmes majeurs, vraiment centraux, de la situation universitaire, hier et aujourd’hui, et demain probablement. Ce problème est celui des pratiques de l’évaluation collégiale : le CNU (Conseil National des Universités).

La séance va s’organiser autour de quatre courtes introductions. La première sera l’introduction générale par Nicolas Dodier. Philippe Boutry parlera pour la section 22 (histoire moderne et contemporaine), qu’il préside. Stéphane Beaud parlera de la section 19 (sociologie, démographie), où il se passe beaucoup de choses. Barbara Glowczewski traitera de la section  20 (ethnologie, préhistoire et anthropologie biologique). Et enfin, le discutant, Nicolas Pouyanne, qui est vice-président de la section 25, mathématique, et ancien secrétaire de la Commission Permanente du CNU. Là aussi, il y a une faiblesse de notre séminaire alternatif, c’est que les sciences « inhumaines », non sociales, ne sont pas assez représentées et je le déplore beaucoup.

Je cède la parole à Nicolas Dodier.

Présentation 4° séance du séminaire PDS 161209_ Nicolas Dodier

La première séance du cycle Régime d’évaluation, dans le cadre de ce séminaire[1], avait pour objectif de nous sortir du monde de la recherche pour examiner de façon comparée comment se construisent aujourd’hui des formes d’évaluation dans d’autres secteurs, tels que la police, la psychiatrie ou, d’une manière générale, l’administration à travers les nouveaux modes de gestion introduits par la loi organique de la loi de finances, dite LOLF. Aujourd’hui, nous allons revenir à l’intérieur du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, pour examiner l’une des instances d’évaluation qui occupe un rôle central, qui est le Conseil National des Universités. Continuer la lecture de « Présentation 4° séance du séminaire PDS 161209_ Nicolas Dodier »

4° séance du séminaire PDS 161209_ Philippe Boutry

Philippe Boutry (section 22)

Je voudrais commencer par une question que je me pose à moi-même qui est la question redoutable des belles années 1970 de ma rouge jeunesse, à savoir : « d’où parlez-vous ? ». Question à laquelle il faut répondre, je crois, lorsque l’on parle du CNU, parce que chacun est évaluateur ou susceptible de l’être, et évalué, ou susceptible de l’être. Je voudrais rappeler, comme il vient d’être dit, que le CNU, malgré certaines limites, est la seule instance représentative de l’enseignement supérieur, et, en ce sens, elle correspond bien à un mode d’évaluation collégial, même si, vous le savez, les deux-tiers des membres du CNU sont des élus, et un tiers sont des nommés, et nommés par le ministère.

Continuer la lecture de « 4° séance du séminaire PDS 161209_ Philippe Boutry »

4° séance du séminaire PDS 161209_ Stéphane Beaud

Stéphane Beaud (section 19)

Je représente la section qui fait débat aujourd’hui, en tout cas, qui fait parler d’elle[1], la section 19 (sociologie et démographie). Comme Philippe Boutry, j’indiquerai d’abord d’où je vais parler. Je ne suis plus au CNU, j’y ai été quatre ans, entre 1999 et 2003. En tant que Maître de conférences à l’université de Nantes, j’étais vice-président, c’est à dire que je participais au bureau. Donc je vais me livrer à une présentation critique pour essayer de voir, avec un léger recul, ce qui se passe aujourd’hui, au CNU en sociologie. La crise de ce CNU se manifeste notamment par le fait qu’il ne reste aujourd’hui que douze membres qui ne veulent pas démissionner. Il y a eu six cent signataires sociologues, dont moi, pour appeler à la démission de ce CNU et à son renouvellement.

Continuer la lecture de « 4° séance du séminaire PDS 161209_ Stéphane Beaud »

4° séance du séminaire PDS 161209_ Barbara Glowczewski

Barbara Glowczewski (section 20)

Je suis au CNU depuis trois ans. C’est la première fois que je participe à cet étrange terrain, si j’ose dire. J’ai beaucoup appris depuis que j’y suis. Et d’abord, j’ai appris assez récemment son existence, alors que cela fait trente ans que je travaille en ethnologie. Je suis rentrée au CNRS en 1991, après douze candidatures, trois livres, une thèse et une thèse d’Etat. Donc, le parcours du combattant. Mais il ne m’était jamais venu à l’idée à l’époque de postuler comme maître de conférences, puisque j’étais obsédée par l’idée que je voulais faire de la recherche, parce que cela supposait de passer beaucoup de temps sur le terrain, en l’occurrence en Australie.

Continuer la lecture de « 4° séance du séminaire PDS 161209_ Barbara Glowczewski »

4° séance du séminaire PDS 161209_Nicolas Pouyanne

Nicolas Pouyanne (section 25 )

Vous l’avez compris, je suis mathématicien. C’est dire à quel point vous ne pouvez pas compter sur moi pour dégager des problématiques ou proposer des concepts nouveaux à l’intérieur d’un corpus de telle ou telle science humaine dans le cadre d’un séminaire de recherche. Non. Tout ce que je peux apporter, tout au plus, c’est un témoignage, le témoignage de mon expérience passée à la direction de la CP-CNU.

Continuer la lecture de « 4° séance du séminaire PDS 161209_Nicolas Pouyanne »

Débat 4° séance PDS_161209

Salle : ma question fait directement suite aux deux points que Barbara Glowczewski vient de soulever, il me semble. Ma question était à propos des candidatures de l’étranger. Il m’avait semblé lire que le CNU était facultatif pour eux et que la qualification n’était plus un passage obligé ? Ce qui me semblait être plutôt favorable, au sens où les candidats de l’étranger n’ont pas forcément une connaissance, un capital culturel et social leur permettant de percer à jour, en termes de calendrier comme de procédures d’envoi postal et autres pour être qualifiés finalement.

Continuer la lecture de « Débat 4° séance PDS_161209 »

Présentation 3° séance séminaire PDS_ 02/12/09 Christian Topalov

* Christian Topalov

Tout d’abord permettez moi de dire à ma manière ce que nous sommes censés faire ici. Pour l’essentiel, il s’agit de montrer que la colère et que les trésors d’intelligence collective qui se sont manifestés l’année dernière sont toujours là. Ils sont disponibles pour produire de nouveaux fruits, du côté du savoir et puis, if weather permits, du côté de l’action. Mais ce n’est pas, évidemment, le premier propos de notre réunion.

Continuer la lecture de « Présentation 3° séance séminaire PDS_ 02/12/09 Christian Topalov »

Premier exposé 3° séance séminaire PDS_ 02/12/09 Hélène Conjeaud

* Hélène Conjeaud (DR CNRS en Physique du vivant, porte-parole de SLU)

Les ‘savants’ des sciences utiles sont-ils encore autonomes? Exemples tirés de la recherche en biologie cellulaire et en immunologie

Aujourd’hui je voulais lancer deux pistes de réflexion qui concernent l’évolution des sciences « utiles » : la première concerne  les effets induits par la transformation de la compétition symbolique en une concurrence généralisée, la deuxième concerne l’influence de cette logique de concurrence sur l’envahissement technologique de ces disciplines et la perte de maîtrise qui en résulte.

Continuer la lecture de « Premier exposé 3° séance séminaire PDS_ 02/12/09 Hélène Conjeaud »

Deuxième exposé 3° séance séminaire PDS_Dominique Pestre

Dominique Pestre (EHESS)

Autonomie des sciences : vis-à-vis de qui ? Utilité des savants : dans quel but ?

En guise d’introduction, je partirai de deux remarques banales :

(1) les sciences, les sciences ‘dures’ tout autant que la sociologie et l’histoire, ne vivent pas dans un monde séparé, elles ne sont pas au-dessus ou à part du monde social ; elles sont toujours produites par des hommes et des femmes, ici et maintenant, par des humains en situation, et non par des Dieux.

Continuer la lecture de « Deuxième exposé 3° séance séminaire PDS_Dominique Pestre »