Vidéo de la rencontre inaugurale de Chercheurs Sans Frontières 25/02/2011

la vidéo est consultable ici : http://www.csf-free-science.org/fr:editos:videos_25_02_11:start

Rappel de l’ annonce de la rencontre :

Veuillez trouver ci-joint une invitation à la première rencontre de
Chercheurs Sans Frontières – Free Science, organisée le 25 février, de
16h à 19h
, autour de chercheur(e)s menacé(e)s, parmi lesquels Pinar
Selek, dont le dernier verdict, aussitôt contesté, est tombé le 9
février dernier à Istanbul.

Ce premier rendez-vous se tiendra à l’Assemblée Nationale,
l’inscription (à l’adresse mail conference-join@csf-free-science.org)
est donc nécessaire pour garantir votre accès. Il est recommandé de se
présenter un peu avant 16h, muni de sa pièce d’identité, pour prendre
son badge.

Veuillez nous excuser si cette invitation vous est déjà
parvenue. Malgré nos efforts, il est probable que certain-e-s d’entre
vous figurent sur plusieurs listes.

Nous espérons votre présence et comptons sur votre soutien pour
défendre et promouvoir la liberté de la recherche. N’hésitez pas à
diffuser l’information autour de vous et à nous rejoindre sur
www.csf-free-science.org (il est toujours possible de signer l’Appel).

Cordialement,

Pour le Bureau de CSF,
Georgia Barlovatz-Meimon, Alain Garrigou, Claire Le Strat.

Déclaration finale « Pour une Nouvelle Europe : Luttes Universitaires face à l’Austérité » 11-13 02 2011

Nous relayons ci-dessous la déclaration finale de la réunion européenne des
mouvements universitaires qui s’est tenue à Paris ce WE (programme
en ligne  ici :

http://www.edu-factory.org/wp/european-meeting-of-university-struggles-program/#french)

Pour une Nouvelle Europe : Luttes Universitaires face à l’Austérité

Paris – Conférence de Saint-Denis, 11-13 février 2011

Déclaration Commune

Nous, étudiants et travailleurs précaires de toute l’Europe, de Tunisie, du Japon, des Etats-Unis, du Mexique, du Chili, du Pérou et de l’Argentine, nous sommes rencontrés à Paris le week-end du 11 au 13 février 2011 afin de discuter et d’organiser un réseau transnational basé sur nos luttes communes. Des étudiants du Maghreb et de Gambie ont tenté de se joindre à nous mais la France leur a refusé l’entrée sur le territoire national. Nous revendiquons la libre circulation des personnes et la libre circulation des luttes.

De fait, au cours de ces dernières années, notre mouvement a fait de l’Europe un espace de conflits contre la corporativisation de l’université et contre la précarité. Cette rencontre de Paris et les mouvements révolutionnaires qui sillonnent l’espace méditerranéen nous permettent de faire un pas en avant important vers une nouvelle Europe contre l’austérité, à l’exemple des révoltes du Maghreb.

Nous sommes une génération qui vit la précarité comme une condition permanente : l’université n’est plus un facteur d’élévation sociale, mais plutôt un facteur de précarité. L’université n’est pas non plus une communauté fermée : nos luttes pour un nouveau welfare, contre la précarité et pour la libre circulation des savoirs et des personnes ne s’arrêtent pas à ses portes.

La nécessité de créer un réseau international se fonde sur nos luttes contre le Processus de Bologne, et contre les restrictions budgétaires dans l’éducation, mesures que l’Europe est en train de prendre en réponse à la crise.

L’Etat et les intérêts privés collaborent dans le processus de restructuration de l’université sur le modèle de l’entreprise et par conséquent nos luttes n’ont pas pour but de défendre le statu quo. Les gouvernements renflouent les banques et mettent à mal l’éducation. Nous voulons construire notre université – une université qui vit de nos expériences d’éducation autonome, de recherche alternative et d’écoles gratuites. C’est une université libre, une université conduite par les étudiants, par les travailleurs précaires et par les migrants, une université sans frontières.

Durant ce week-end nous avons échangé et discuté dans des langues différentes et des pratiques de conflit communes : manifestations, occupations et grèves métropolitaines. Nous avons créé et développé des revendications communes : accès libre à l’université contre la hausse des droits et des coûts de l’éducation, un nouveau welfare et des droits communs contre la dette et la financiarisation de nos vies, et pour une éducation basée sur la coopération contre la compétition et les hiérarchies.

Sur la base de cette déclaration commune :

  • Nous appelons à des journées d’action communes et transnationales les 24, 25 et 26 mars 2011 : contre les banques, le système de la dette et les mesures d’austérité, pour une éducation libre et la libre circulation des personnes et des savoirs.
  • Nous créerons un journal commun des luttes et un média de communication autonome.
  • Nous ferons une grande caravane et un meeting en Tunisie car les luttes au Maghreb sont les luttes que nous menons ici.
  • Nous prendrons part au contre-sommet du G8 des universités à Dijon, les 5 et 7 mai 2011.
  • Nous nous rencontrerons de nouveau à Londres au mois de juin.

Lutter et coopérer, voici notre Commun de Paris !

[ Traduction de Francesca Martinez Tagliavia – pour le collectif Edu-Factory ]