1- Michel Barthélémy Présentation 10° séance séminaire Politiques des sciences « les collectifs dans les mouvements de l’enseignement supérieur et de la recherche »_280411

Le mouvement universitaire du printemps 2009 a été considéré comme un événement marquant par son ampleur, par sa durée et parce qu’il a été le premier mouvement depuis longtemps à être le fait d’universitaires et de chercheurs et pas uniquement d’étudiants, comme c’est le plus souvent le cas des mouvements qui naissent périodiquement au sein de l’université. Les mots d’ordre du reste représentaient des préoccupations d’enseignants-chercheurs, qui se sentaient menacés dans leur statut et leur indépendance, et qui se souciaient également de la qualité de la formation donnée aux enseignants stagiaires de l’enseignement secondaire dont ils ont la tâche d’assurer la formation disciplinaire initiale.

Mais avant et après cette date particulière, d’autres mouvements ont eu lieu. Dans cette séance consacrée au thème de la mobilisation en milieu universitaire, nous avons choisi de revenir sur certaines d’entre elles. Elles présentent l’intérêt de former un moment particulier de réflexivité au sein de la communauté universitaire, entendue comme l’ensemble des personnes œuvrant dans le champ de la recherche et de l’enseignement supérieur – personnel non-enseignant et étudiants compris.

Une réflexivité qui porte sur l’examen des conditions concrètes d’exercice de l’activité de ses membres en relation avec les pressions qu’exercent sur celles-ci les initiatives les concernant qui sont prises par les pouvoirs, politiques ou économiques, en vue de les orienter et les transformer pour mieux les adapter à leurs propres attentes et besoins présentés comme légitimes en relation à l’intérêt général ou à un principe de justice.

La forme de réflexivité qui nous intéresse ici a ceci de particulier qu’elle n’est pas le fait d’instances constituées à cette fin, avec des domaines de compétence reconnus statutairement, comme peuvent l’être les conseils centraux des établissements de recherche et d’enseignement supérieur, les comités spécialisés, les organisations syndicales, à l’instar de tous les acteurs et structures en charge de la vie institutionnelle de ce secteur d’activités. Dans les faits, les  tâches relatives à la gestion de ce domaine sont considérées comme extérieures à l’activité proprement dite de recherche et d’enseignement. Pour ce qui nous concerne, nous nous intéresserons plus précisément à ces circonstances et modalités d’émergence d’une réflexivité pratique, située, émanant de la base, selon l’expression consacrée, par laquelle et un état de fait dont les effets non envisagés au préalable ou non reconnus après coup sont jugés problématiques voire potentiellement nuisibles, et un mode de mobilisation approprié naissent ensemble, pour cette occasion, c’est à dire dans la mise au jour et pour le traitement public du problème identifié dans les transformations projetées ou réalisées dans la situation en question. Ceci est le cas au sens où ces actions, généralement non concertées et influant sur les conditions d’exercice et la nature même des activités visées, seraient susceptibles de se traduire par une dégradation de ces mêmes conditions, c’est à dire in fine des moyens et des garanties dont les professionnels concernés disposent individuellement et collectivement pour accomplir les missions de service public qui leur ont été confiées. Ce qui est perçu en définitive comme une atteinte à la préservation de ce que la communauté considère être un « standard » de ce qui est attendu de l’activité de la profession par ses membres et à l’ égard de ses destinataires. Un débat peut alors potentiellement s’ouvrir sur les traits, principes et propriétés qui sont constitutifs d’une activité sociale et ceux qui peuvent être modifiés sans porter atteinte à l’identité même de cette forme d’activité, i.e. à sa place reconnaissable dans la société. Au cours de ces moments, la routine d’une activité professionnelle et la naturalité de son environnement se trouvent mis en suspens au profit de l’émergence d’une réflexion collective impromptue sur le sens même du métier, de ce qui est fait et de la manière même dont cela est effectué, par qui et comment, des principes, conditions et moyens divers qu’il exige pour espérer être à la hauteur des attentes dont il est l’objet, etc. Par là-même s’élabore la prise de conscience et la revendication que les questions de structures et de fonctionnement des instances de l’enseignement supérieur et de la recherche ne sont pas si détachées que cela des conditions d’exercice de ces activités au quotidien. Cette problématisation d’une situation, souvent associée à une indignation, à la prise de conscience d’une possible atteinte à une liberté professionnelle ou publique, à la démocratie, à un principe de justice, dont serait porteuse une initiative de la puissance publique, vient pointer de nouveau, pour cette occasion, le fait que la légitimité de l’action publique n’est pas une « propriété » d’une action définie en fonction de sa relation à une catégorie d’acteur, mais une caractéristique qui doit s’établir dans le débat local et la confrontation d’arguments, d’enjeux et d’intérêts pluriels. De tels moments se distinguent, depuis quelques années, par la création d’instances ad hoc, de collectifs de chercheurs, d’universitaires et de personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui se forment en-dehors des cadres institutionnels.

Ainsi en est-il du collectif Sauvons La Recherche ![1] (SLR) né en 2003 d’une initiative contre le projet de loi d’orientation et de programmation pour la recherche et l’innovation (LOPRI)[2] du gouvernement Raffarin. Ce collectif parti d’abord des laboratoires de recherche est à l’origine d’une large mobilisation du milieu académique souhaitant être associé à l’élaboration des réformes le concernant. Une exigence qui conduira aux Assises nationales des États généraux de la Recherche[3], qui se tiendront du 27 au 29 octobre 2004 à Grenoble et aboutiront à la rédaction d’un rapport de 100 pages sur les réformes attendues et proposées par les membres de la communauté académique pour amender et compléter le projet de loi gouvernemental sur le sujet. Nous recevons aujourd’hui Alain Trautmann, qui fut le porte-parole de ce collectif et qui à ce titre est particulièrement bien placé pour nous parler de ce moment précis et des premières années d’existence du collectif jusqu’à sa transformation en mouvement associatif.

Puisqu’il a été question plus tôt des syndicats, Annick Kieffer interviendra pour nous éclairer sur la manière dont un syndicat en particulier, celui dont elle était alors la secrétaire générale (SNTRS-CGT) a pu apprendre à travailler à cette occasion (c’est à dire dans la période 2004-2005) avec le collectif SLR et sur les débats qu’une telle collaboration a pu susciter au sein de l’organisation syndicale.

Le collectif Sauvons L’Université[4], quant à lui, est né, en 2007, suite à la mobilisation d’enseignants-chercheurs de Paris-8 contre la loi LRU (Libertés et Responsabilités des Universités)[5] plus couramment appelée « loi d’autonomie »[6], à la suite et en parallèle à la mobilisation étudiante démarrée un peu plus tôt. Le premier acte public précurseur de cette mobilisation est une tribune parue dans Le Monde, le 19 novembre 2007, et signée d’un groupe d’enseignants-chercheurs sous l’intitulé « Les présidents d’université ne parlent pas en notre nom ». Le texte[7] pointait l’absence de représentation dans la phase de préparation de la réforme de l’une des parties concernées au premier chef, à savoir : le personnel enseignant et non enseignant des universités. Jean-Louis Fournel, cosignataire du texte en question, évoquera les circonstances de la naissance de ce collectif. J’en profite pour rappeler que lors de la séance précédente[8], nous avions invité Etienne Boisserie, actuel président de SLU et successeur de Jean-Louis Fournel, pour venir évoquer les actions en justice menées à l’heure actuelle par SLU en particulier contre des dispositions issues de ces réformes et dont l’issue n’est toujours pas connue.

La coordination nationale des universités (CNU) est née plus tardivement, début 2009 d’une initiative partie de la coordination de Paris-1[9], elle-même constituée autour du projet de décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs. Jérôme Valluy, l’un des initiateurs de ce mouvement, évoquera le moment de constitution de la CNU et ses actions présentes. Il nous précisera à quoi répond le combat toujours d’actualité d’après lui contre la modification du statut des universitaires et quels en sont les enjeux  en relation notamment aux élections du Conseil National des Universités à l’automne 2011 ?

Enfin, nous devions terminer cette série d’exposés par l’évocation de la dernière initiative en date, celle d’un groupe de chercheurs et d’universitaires, regroupés dans une association, sous l’impulsion d’Alain Garrigou, dont le nom « Chercheurs Sans Frontière »[10] dit clairement ses intentions : défendre la liberté de chercher et de penser partout dans le monde où elle se trouve en butte à des intérêts privés puissants et à des interdits arbitrairement posés par les pouvoirs politiques, étatiques, économiques, religieux, mais aussi parfois est victime de la négligence des institutions d’enseignement et de recherche quant à leurs devoirs vis-à-vis de leurs membres dans ce domaine. L’association qui se veut internationale entend lutter contre tous ces manquements au droit et ces pressions de diverses natures qui se traduisent par des actes injustes, abusifs, illégaux et graves à l’encontre de personnes dont les travaux « dérangent » ou ne sont pas « dans la ligne », et ceci en vue de les dissuader de les poursuivre ou de les réduire au silence. Jean-François Bayart devait venir développer ici son analyse de la raison d’être et des objectifs que se donne cette association. Mais un problème d’information sur le changement de lieu ne lui a pas permis d’être parmi nous. On se reportera sur son blog où il consacre un billet à cette initiative[11].

La présentation de ces démarches inéluctablement collectives dans un souci de rendre compte de leur contexte d’émergence s’inscrit dans le prolongement de la séance précédente consacrée aux modalités de mobilisation et de résistance citoyennes face à des instances qui incarnent un pouvoir et une autorité reconnus, de droit comme de fait, mais dont les décisions qu’elles prennent présentent en l’occurrence des effets négatifs pour une partie plus ou moins large de ceux qu’elles concernent à un titre ou à un autre, et d’autre part, remettent parfois sérieusement en cause l’identité même de l’activité en question, ce sur quoi elle s’est bâtie, souvent de longue date, ce qui constitue sa mission, etc. Ces effets sont de deux ordres : d’une part, des décisions qui ont des conséquences problématiques pour les destinataires directement visés – p.e. la suppression de l’année de formation pour les enseignants stagiaires de l’enseignement secondaire – et qui sont parfois dans l’impossibilité de les contester et encore moins de les dénoncer publiquement – les précaires de l’enseignement supérieur et la recherche, p.e. D’autre part, les destinataires des mesures, actes ou décisions de la puissance publique notamment, peuvent être des professionnels du secteur d’activité concerné qui les prennent en retour pour objet d’investigation en vue de rechercher et de montrer en quoi leur mise en application met ou est susceptible de remettre en cause des éléments de garantie principiels de la profession et de ses conditions d’exercice. Ce travail peut se réaliser pour les membres de la communauté scientifique et notamment en SHS, par des conférences, des publications, numéros de revues spécialisées et ouvrages, consacrés à l’un de ces objets (l’évaluation gestionnaire, la gouvernance vs. La collégialité, la politique gouvernementale en matière d’enseignement supérieur et de recherche, etc.). Mais il peut également impliquer d’aller au-delà des canaux académiques et politiques classiques et de s’adresser à un public plus large, à partir du moment où la question traitée revêt elle-même des implications plus étendues en matière sociale, politique, économique, etc. Ce changement de scène suppose bien souvent d’engager un combat pour la reconnaissance du bien-fondé de cette analyse, et de la légitimité de ceux qui la portent, qui excède les limites du simple accord que donne un comité de rédaction à un manuscrit après évaluation pour lui permettre d’obtenir le statut de publication scientifique.

Cependant, la constitution de collectifs, les efforts déployés pour analyser la situation et tenter de problématiser la nature et les conséquences des mesures envisagées auprès des membres de la communauté directement affectée et du public en général, se heurtent souvent à une lecture institutionnelle de ladite situation, à ces catégories et oppositions toutes faites, que ce soit dans les médias ou le discours public plus généralement. Elle se caractérise par le fait d’accorder au projet porté par les autorités et à leurs actes un statut factuel et, inversement, de rapporter les arguments, analyses critiques voire contre-propositions – en l’espèce, celles de membres de la communauté universitaire – sous le jour d’interprétations orientées par des intérêts particuliers, plus ou moins entachées de préjugés, d’arrière-pensées politiques ou autres. Le discours publico-médiatique tend à resituer ces réactions et mobilisations de membres de la communauté universitaire pour faire entendre leurs analyses critiques sur le terrain qui lui est familier du conflit social et de la revendication, catégorielle et professionnelle notamment. Cette tendance à réduire la critique à l’opinion, marginale de préférence, semble devoir suffisamment justifier les tenants de cette position de ne pas présenter sérieusement les arguments détaillés qui donnent forme à cette critique dans le contexte qui est le sien.

Dans les situations qui nous intéressent, la critique présente souvent un caractère hybride. Liée à une actualité, qui provient de l’agenda politique et par conséquent médiatique, elle développe un argumentaire plus ou moins charpenté et nuancé, qui est l’œuvre d’une poignée d’individus ou de groupes jouant le rôle de « lanceurs d’alerte » et dont l’identité pratique est essentiellement liée à l’action locale en cours. Cet argumentaire appelle et reçoit le soutien d’une mobilisation ainsi que celui d’instances parfois constituées de manière ad hoc – collectifs, coordination, etc. – pour regrouper les ressources, les savoirs et savoir-faire qui sont nécessaires en vue d’accomplir cette tâche critique, coordonner les actions voire élaborer des contre-propositions et surtout pour faire exister un point de vue, un intérêt et des acteurs qui sans cela auraient tout simplement été omis des débats et de l’action publics dans lesquels d’autres sont déjà engagés.

Ainsi donc, à poser d’emblée, autour d’une controverse, comme ressources narratives inquestionnées, les catégories conventionnellement attendues d’opposants, de contestataires, de « pro » et d’« anti », le discours publico-médiatique présente le débat qui anime la sphère publique dans un cadre prédéterminé et quelque peu figé à l’avance (l’action des pouvoirs publics vs. la grogne des universitaires ; les réformes de l’université vs. Le corporatisme des enseignants-chercheurs…), prisonnier d’une manière de voir qui reproduit activement l’ordre social ; mais un ordre social institué, déployé dans les limites d’un rapport centre/périphérie, plutôt qu’instituant. D’autres approches sont possibles pour appréhender les controverses qui émaillent la vie publique d’un corps social comme des phénomènes dont les protagonistes, le contexte, les enjeux, etc., prennent sens dans l’activité collective qui leur donnent forme et leur façonnent une trajectoire observable et descriptible.

Nous souhaiterions ce soir, à travers les témoignages et les analyses qui vont nous être présentés, rendre à la réflexivité sociale un peu de ses couleurs et de sa vie, redonner à la démarche critique sa dimension d’expérience contingente qui se développe dans des parcours non écrits à l’avance et qui constitue la face rebelle du conformisme social qui nous fait si souvent prendre l’arbitraire de l’établi pour l’ordinaire indépassable de nos formes de vie.

Nous entendrons successivement : Alain Trautmann, Annick Kieffer, Jean-Louis Fournel, et Jérôme Valluy.


[1] http://sauvonslarecherche.fr/

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_programme_pour_la_recherche_de_2006

[3] http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article1513

[4] http://www.sauvonsluniversite.com/

[5] Le texte de la loi : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000824315 ; Une présentation succincte des principaux aspects de la loi : http://www.lemonde.fr/societe/article/2007/11/09/la-loi-sur-l-autonomie-des-universites-un-texte-qui-reforme-la-gouvernance-des-facultes_976753_3224.html

[6] Pour plus de détails : http://www.educpros.fr/detail-article/h/ee1e8f1c26/a/jean-louis-fournel-sauvons-luniversite-ensemble.html

[7] Lire : http://www.fabula.org/actualites/loi-lru-la-parole-des-pr-eacute-sidents_21109.php

[8] http://pds.hypotheses.org/1231

[9] http://www.shesp.lautre.net/

[10] http://www.csf-free-science.org/fr/start

[11] http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/080311/pourquoi-avoir-fonde-chercheurs-sans-frontieres

2- Alain Trautmann « SLR (Sauvons la Recherche), du collectif à l’association (2004-5) » 10° séance 280411

Éléments du contexte d’émergence de Sauvons La Recherche !

Je souhaite donner quelques éléments d’analyse de la trajectoire de SLR (Sauvons La Recherche !), mouvement qui a commencé en 2003. Aujourd’hui, huit ans plus tard, on voit bien où a pris racine le conflit entre les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) et le pouvoir politique, conflit qui a abouti à la création de SLR. Cette origine se trouve dans l’évolution de l’organisation de l’ESR vers le début des années 2000, avec en particulier le processus de Bologne en 1999, et le traité de Lisbonne en 2000, eux-mêmes dépendant de la transformation profonde du capitalisme industriel en capitalisme financier, en marche depuis les années 70.

Si l’on peut dire cela aujourd’hui, très peu de ceux qui étaient à l’origine de SLR l’auraient formulé en ces termes en 2003, et SLR n’a certainement pas été créée par des spécialistes de l’analyse sociale qui auraient cherché à mettre en pratique les conséquences de leurs analyses.

Le récit de la genèse de SLR en mots-clés

Je vais tenter de dégager quelques mots-clés qui me paraissent importants dans la genèse de SLR. J’essaierai ensuite de voir quelles ont été les évolutions dans les premières années de fonctionnement de ce collectif devenu association.

Les fautes du gouvernement

Un premier élément fondamental, ce sont des fautes du gouvernement. La première faute, en 2003, a été la réduction très brutale du budget des EPST (Établissement Public à caractère Scientifique et Technologique). Pour prendre un exemple, il était alors question d’une réduction de l’ordre de 35% du budget du CNRS. Cette baisse des crédits s’inscrivait dans une logique, exprimait une volonté gouvernementale affirmée. Mais c’était une faute dans la mesure où ce n’était pas tenable de demander à des acteurs de la recherche, tout d’un coup, de continuer à fonctionner avec une réduction de moyens aussi brutale. Cette année là, en juin 2003, il a suffi que la directrice générale du CNRS, Geneviève Berger, déclare qu’elle ne voyait pas comment il était possible de continuer de travailler dans ces conditions, pour qu’elle soit  immédiatement démise de ses fonctions.

La deuxième faute, c’était l’annonce en novembre 2003 d’une forte réduction du nombre de postes mis au concours en 2004. Pour la première fois depuis la Libération il y aurait une baisse du nombre total de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et d’ingénieurs dans l’ESR. Cette décision s’inscrivait pleinement dans la logique gouvernementale, qui se poursuit aujourd’hui, de réduction d’effectifs dans la fonction publique. Le gouvernement a voulu sabrer dans un secteur qu’il estimait ne pas devoir bouger, une catégorie professionnelle qui, quoi qu’on lui fasse, se laisserait tondre. Il y est donc allé franchement. Erreur d’estimation.

La troisième faute fut celle de Jacques Chirac qui, au moment des vœux de janvier 2004, ayant peut-être senti que les chercheurs n’étaient pas très contents, a eu le culot d’affirmer que la recherche était une des grandes priorités du gouvernement. Pour les acteurs de l’ESR, ce mensonge était tellement grossier qu’il confinait à l’humiliation. Or, c’est une faute politique de penser qu’on peut se permettre d’humilier une catégorie sociale, surtout lorsqu’elle est susceptible de s’organiser.

Internet (et SLR)

Le deuxième mot clé, c’est internet. L’expression « Sauvons la Recherche ! » est apparue en mars 2003, associée au site web créé par Bertrand Monthubert et moi-même. L’idée de départ m’était venue lors du conflit de 1998 entre les chercheurs et Claude Allègre, alors ministre de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche. En 1998, une mathématicienne lyonnaise, Michelle Schatzman, qui  est décédée en 2010 -et dont je salue la mémoire-,  avait monté, de façon très artisanale un site web, qui avait fortement aidé à la mobilisation contre Allègre. Cette mobilisation avait abouti notamment à une auto-saisine et une réunion plénière du Comité National du CNRS en décembre 1998, ce qui avait contribué à calmer Allègre. Devant la belle initiative de Michelle Schatzman, je m’étais alors dit que si à l’avenir on devait avoir un gros problème, il fallait absolument que les chercheurs mobilisés aient un site web. Faute de compétences, j’étais incapable de le réaliser moi-même. Après en avoir parlé autour de moi, j’ai contacté Bertrand Monthubert, que je ne connaissais pas. Il a donc créé le site en mars 2003 et pendant plusieurs mois nous avons travaillé ensemble sans même nous rencontrer. Il n’y avait alors ni mouvement, ni collectif. Une action isolée a été, le 10 avril 2003, une manif-spectacle qui avait pour thème l’enterrement de la recherche au Panthéon. Elle a réuni  un millier de personnes surtout des biologistes, avec un noyau de personnels de l’Institut Cochin où je travaillais déjà. A défaut du nombre, il y avait une mise en scène qui a donné de la visibilité à cette action, répercutée sur le web et reprise par les médias. Cette action isolée n’a pas débouché immédiatement sur une mobilisation plus importante. Mais ce site web était prêt à l’emploi. Au moment où les choses ont éclaté, en janvier 2004, il a pu servir tout de suite.

Colère

Le troisième terme qui me paraît important, c’est le mot « colère », qui fait écho au premier mot-clé, la faute du gouvernement, l’humiliation qui engendre la colère. La première colère que j’ai éprouvée, en décembre 2003, était tournée non seulement contre le gouvernement, mais aussi contre mes collègues, qui se laissaient tondre. J’avais envoyé à un certain nombre de collègues un texte intitulé « le silence des agneaux » où je leur disais : « mais comment pouvez-vous vous laisser faire, en particulier sur la question des postes ? Si vous ne dites rien, si vous ne faites rien, cela veut dire que vous êtes complices, que vous approuvez cela ». On a alors commencé à discuter de la possibilité d’une action collective, ce qui a débouché sur la création du collectif, l’appel du 7 janvier 2004[1], une pétition assortie d’une véritable menace (la démission des fonctions administratives des responsables d’unité), à la mesure de cette colère.

Discours critique

Un autre élément important, c’est l’existence d’un discours critique audible et non syndical. La critique que nous faisions de la politique gouvernementale en matière d’ESR n’était pas particulièrement originale, et reprenait des analyses existantes. Ce discours était devenu audible, d’une part, parce qu’il y avait l’outil du site web, et parce que ce discours était simple, une simplicité qui pose d’ailleurs problème, j’y reviendrai à la fin. En tout cas, l’argumentaire que nous développions a été repris par les médias. La raison de cet écho reste un mystère : pourquoi est-ce que les médias à un moment donné s’intéressent-ils à un sujet et pas à un autre ? La composante spectaculaire doit avoir sa part, mais pour le reste, je ne sais pas.

Il s’agissait d’un mouvement « non syndical », dans la mesure où la plupart des acteurs de SLR au départ ne faisaient pas partie d’un syndicat. Sauf quelques-uns, comme Henri Audier, qui étaient des militants syndicaux connus, et qui dès le début ont apporté leurs compétences, leurs analyses et leur expérience au mouvement. Mais, globalement, ce n’était pas un mouvement syndical. Non syndical, ça veut dire aussi que dans SLR il y avait des gens qui étaient carrément antisyndicaux. IL était d’ailleurs parfois très délicat de faire travailler ensemble des gens qui pour certains étaient proches des syndicats, syndiqués ou syndicalistes, comme Henri, et d’autres qui leur étaient franchement hostiles. Cela a été problématique dès le début, mais progressivement il y a eu un rapprochement avec les syndicats. Les gens qui étaient très antisyndicaux ont fini par quitter le collectif, et puis maintenant on (i.e. SLR et les syndicats) continue à travailler ensemble. Annick Kieffer (une autre militante syndicale avec laquelle nous nous sommes très bien entendus dès le début) reviendra sans doute sur ce point dans son intervention.

Spectacle

Un autre élément important, c’est l’utilisation de formes d’action spectaculaires. Pendant la première année d’existence de SLR et au-delà, il y a eu la recherche, dans ou en-dehors des manifestations, de formes d’actions qui aient une dimension de spectacle. Il y a donc eu l’enterrement de la recherche au Panthéon en 2003, et après dans SLR, Georges Debregeas a montré une grande inventivité dans ce domaine, et à plusieurs reprises a proposé l’utilisation d’éléments spectaculaires, toujours chargés de sens politique. Par exemple, lors de la manifestation du 19 mars 2004, qui a été la plus grosse manifestation de chercheurs qui ait eu lieu en France, étaient brandis des grands portraits, des photos, d’anciens – Marie Curie, Einstein -, côte à côte avec des portraits de post-doctorants qui étaient quelque part à travers le monde et qui tentaient d’avoir un poste un jour. Cette association  de visages représentant un passé glorieux et des futurs qui adviendraient, ou non, dégageait une signification forte, et même une émotion. Il y a eu plus tard l’Academic Pride, l’occupation du siège de l’ANR, ou celui du CNRS, toutes formes d’action collective qui changeaient des manifestations classiques.

Perspective

« Perspective », voilà un autre mot qui me paraît important. Début 2004, nous nous étions donné, outre une deadline pour la menace de démission (le 9 mars 2004), deux perspectives précises : la récupération les postes qui avaient été supprimés par le gouvernement, et l’organisation des États-Généraux de la Recherche. Nous savions que le gouvernement voulait une nouvelle loi sur la recherche. Pour tenir compte de ce fait et démontrer que nous ne nous cantonnions pas dans une attitude d’opposition, nous avons décidé de préparer des éléments qui pourraient être pris en compte dans cette loi. Ces perspectives étaient-elles réalistes ? En janvier 2004 elles ne l’étaient certainement pas. Face à un gouvernement qui vient de décider de supprimer 500 postes, dire que l’on espère les récupérer et en rajouter 3000, ce n’était pas réaliste. Mais il se trouve que cela a été obtenu. Un élément fondamental a été de se donner ces perspectives et de s’être lancés avec détermination et une certaine naïveté.

Unité

Un autre élément qui a joué dans la genèse du mouvement de 2004 a été la volonté et l’apparence d’unité des acteurs de la communauté scientifique. Volonté : celle de chercher à rassembler les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les ITA, qu’ils soient statutaires ou hors-statuts. Ces différentes catégories ont paru agir ensemble vers un but commun. En réalité, les intérêts des uns et des autres ne sont pas identiques et ne pouvaient donc pas être exactement convergents. Certains se battaient pour la défense d’une recherche « pure », d’autres pour une recherche en lien avec l’enseignement supérieur, et à cause de ce lien. D’autres – notamment parmi mes collègues biologistes nombreux à l’origine du mouvement – se battaient pour avoir plus de moyens pour leurs laboratoires. Pour ceux-là, la question des moyens était la priorité, et quand une nouvelle source d’argent est apparue, avec l’ANR, fût-ce au prix du tarissement d’autres sources, ils ont été moins motivés pour continuer le mouvement. Si certains avaient un état d’esprit de patrons, d’autres étaient davantage concernés par la défense des personnels, statutaires ou non. Ces différents sens donnés à l’expression « Sauvons la recherche », a fini par poser problème. Il n’empêche qu’il y a eu une volonté d’unité, et une apparence d’unité qui ont été déterminantes.

Popularité du mouvement

Un dernier point clé, c’est l’écho populaire, le fait que ce mouvement ait grossi très vite avec une dimension spectaculaire et un écho médiatique. Le contraste entre cette popularité et l’obstination du gouvernement à s’y opposer a  pesé sur l’issue des élections régionales. C’est juste après l’échec aux régionales des candidats favorables au gouvernement, fin mars 2004, que Chirac a soudainement cédé aux demandes du mouvement de l’ESR en colère.

Voilà des éléments qui m’ont paru déterminants dans la genèse de Sauvons La Recherche.

Les évolutions ultérieures de SLR

Le bilan de l’action de 2004

Passons maintenant aux évolutions du mouvement, depuis le site web créé en 2003, mais dont l’importance n’est apparue qu’en 2004. Ce site a alors permis de bien articuler un discours critique, plus ou moins théorique, et la pratique, que ce soit dans la rue (manifestations, actions, occupations),  ou lors de nombreuses réunions au cours desquelles les acteurs de la recherche se rencontraient et élaboraient collectivement et sans filtre informatique analyses et  stratégie. Toute la préparation des États Généraux  de la Recherche a constitué, quoi que l’on puisse penser de ce que sont devenus ces Etats Généraux,  un moment d’effervescence intellectuelle collective où beaucoup d’échanges ont eu lieu, et où théorie et pratique étaient vraiment exceptionnellement liées. Après les États Généraux, il s’est produit un reflux net et inévitable. D’abord il n’y avait plus de perspective. Les deux premières perspectives avaient été atteintes, et l’absence de perspective nouvelle ne peut que compromettre l’élan d’un mouvement. Le découragement s’est accru lorsqu’il est apparu clairement pour tous (les Cassandre le savaient depuis longtemps) que le gouvernement n’avait  aucunement l’intention de prendre en compte en quoi que ce soit des conclusions des États Généraux. Il se contenterait d’en reprendre certains mots et d’en détourner complètement la signification, au point que des esprits chagrins ont essayé  ensuite de faire porter à SLR et aux Etats Généraux la responsabilité des choix gouvernementaux ultérieurs les plus catastrophiques pour l’ESR.

SLR et les enseignants-chercheurs

Les acteurs de SLR ne sont pas restés les mêmes au fil des ans. Le mouvement est parti d’un petit groupe de chercheurs en biologie. Mais très rapidement nous avons affirmé qu’il ne s’agissait pas d’un mouvement de chercheurs en biologie et que tous ceux qui travaillaient dans la recherche, quel que soit leur champ disciplinaire, et qu’ils soient chercheurs, enseignants-chercheurs ou ITA, avaient leur place à SLR. Pour autant, ces portes ouvertes n’ont pas toujours bien fonctionné. J’ai beaucoup entendu dire que SLR était un mouvement de chercheurs, qui n’était pas tourné vers les enseignants-chercheurs. Je trouve cela injuste. Rappelons qu’en avril 2004, 3000 postes supplémentaires d’enseignants-chercheurs ont été obtenus, et c’est SLR appuyé par certains syndicats qui les a arrachés au gouvernement, malgré la coupable passivité de la CPU (Conférence des Présidents d’Université). Dans les négociations avec François Fillon, alors en charge du ministère de l’ESR, la plupart des présidents d’université ont été lamentables en refusant de se battre pour ces postes d’enseignants-chercheurs. Ces postes n’auraient pas été obtenus sans l’action de SLR, et l’aide de Nicole Le Querler, la seule présidente d’université qui ait été à nos côtés lors de la négociation avec Fillon. Ainsi, le sort de l’enseignement supérieur n’était pas du tout indifférent à SLR. Mais il est vrai que les mots ont un sens, que le collectif s’appelait Sauvons La Recherche, et qu’on parlait tout le temps du mouvement des chercheurs. Pour moi et bien d’autres, le mot de chercheur était une façon de désigner le tout (l’ensemble des acteurs de l’ESR) par l’une de ses parties, et c’était plus simple de dire les chercheurs, que de dire les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les ingénieurs, etc. Même si l’usage de ce raccourci est compréhensible, ceux qui n’étaient pas explicitement nommés se sentaient oubliés. Il y a eu là un vrai problème. Ce défaut de prise en compte des enseignants-chercheurs explique en bonne partie l’apparition fin 2007 de SLU (Sauvons L’Université !). Il y a eu alors des réactions divergentes au sein de SLR. Certains ont estimé que cette création signifiait que nous n’avions pas suffisamment couvert le terrain, qu’il était utile que d’autres s’intéressent plus spécifiquement à l’Université, et qu’on allait bien travailler avec eux. D’autres ont eu un réflexe d’hostilité et souhaitaient exclure de SLR les gens qui adhéreraient à SLU !

Le passage du collectif à l’association

Une évolution de SLR  qui a eu des conséquences, bien qu’elle soit peut-être passée inaperçue pour beaucoup, c’est qu’en 2004 SLR était un collectif, et qu’en 2005 il y avait à la fois une association et un collectif du même nom. Cette coexistence ne pouvait perdurer. Depuis 2006, ne demeure que l’association. Au moment de la coexistence entre collectif et association, le collectif n’avait pas de chef ; j’étais son porte-parole. Et puis l’association avait une présidente, Catherine Dargemont, qui a tenté, en vain, de prendre le contrôle de l’ensemble du processus. Ayant échoué, elle a alors claqué la porte de l’association et tourné le dos au mouvement. Ainsi, la naissance de l’association ne s’est pas faite sans heurts. Après, il y a eu une présidente par intérim, Isabelle Sommier, et puis l’association a eu trois vrais présidents, Bertrand Monthubert, Isabelle This Saint Jean, puis Emmanuel Saint James, qui ont fait aussi fonction de porte-parole.

SLR, un acteur parmi d’autres

Dans les autres évolutions dont il faut parler, rappelons qu’au printemps 2009 SLR a été à nouveau fortement présent dans une lutte qui a beaucoup mobilisé les universitaires. SLR n’était alors plus l’acteur majeur, mais un acteur parmi plusieurs autres. Outre les syndicats, mobilisés comme en 2004, il y avait SLU, qui était très actif, plus toute une série de collectifs qui se sont formés à ce moment là. Dans la défense de l’ESR en France, il y a maintenant un nombre important d’acteurs, plus ou moins importants et pérennes. Il n’en est pas moins vrai que SLR, avec son réseau, son site web, demeure, avec SLU un lieu d’ancrage important de la lutte pour la défense de l’ESR. C’est difficile d’estimer quelle est son importance. Je discutai récemment avec des collègues de Lyon en leur demandant si à Lyon, SLR pesait encore un peu. Et j’ai compris dans cet échange qu’à Lyon, il y avait surtout deux militants expérimentés, très actifs dans les différentes luttes. Ainsi, numériquement, SLR est faible à Lyon, mais qualitativement, politiquement, il continue à peser fortement. C’est probablement vrai ailleurs.

L’évolution de la vision par SLR de la recherche dans la société

J’aimerais terminer en me moquant de moi-même et faire mesurer l’évolution politique de SLR depuis ses débuts. Par curiosité et parce que j’étais invité aujourd’hui, j’ai relu l’appel de 2004. Je suis tombé de haut ! Je vais vous lire les premières lignes de cet appel. Je tiens à préciser qu’il avait été très difficile de nous mettre d’accord sur ce texte. Je suis plus en accord, aujourd’hui, avec le texte que j’avais rédigé au départ, « le silence des agneaux ». L’appel de 2004 n’est pas de ma plume, mais je l’ai défendu, donc j’en assume la responsabilité, mais il est certain que jamais je n’écrirai cela aujourd’hui. Ecoutez ces quelques lignes :

« A l’aube du XXI° siècle, la France a besoin d’une recherche vigoureuse. Cette activité est indispensable aux innovations de demain, au développement  économique de notre pays ainsi qu’à son rayonnement culturel. Dans la conjoncture actuelle, les pays qui ne maintiendront pas un outil de recherche d’excellence seront incapables de suivre l’accélération de l’évolution économique associée à la production de connaissances. Plus grave encore, ils deviendront rapidement incapables de former les jeunes générations de manière compétitive. Ils entreront donc dans une dépendance économique difficilement réversible ».

Cela se passe de commentaire. A SLR, nous avons évolué, notre pensée politique s’est affinée et clarifiée depuis 2004. Il est tout de même troublant de constater que c’est ce texte qui a été rassembleur. Nous ne souhaitions pas aller dans le sens du vent ou flatter une attente populaire, nous cherchions quelque chose qui fonctionne. Aujourd’hui, je ne laisserais pas passer une telle prose, j’aurais un discours beaucoup plus exigeant, défendant la gratuité de la recherche face à une logique économique. Mais on peut se demander si un discours plus exigeant, plus radical, aurait été autant mobilisateur. Je laisse cela à votre réflexion. Une évolution en tout cas est intéressante : SLR a été lancé par des personnes qui, tout en se rebellant, restaient marquées par la pensée dominante, et puis progressivement, ceux du moins qui sont restés actifs et rebelles, se sont dégagés de cette pensée dominante. Cette domination peut donc cesser, et tout n’est pas désespéré.



[1] Voir le texte de l’appel : http://ancmsp.com/SAUVONS-LA-RECHERCHE-Lettre

3- Annick Kieffer « Syndicats et collectifs: une collaboration possible » 10° séance 280411

Ce que dit Alain Trautmann souligne la capacité du politique à se réapproprier nos mots et à les détourner de leur sens. Je pense notamment que le mot « excellence » à ce moment là, dans ce texte, n’avait pas le sens que le Pouvoir politique lui donne aujourd’hui.

Les trois points relatifs à la contribution du syndicat au mouvement de 2004

J’interviendrai sur trois aspects. Le SNTRS-CGT n’est pas le seul syndicat à s’être battu aux côtés de SLR. Le SNCS tient une place au moins aussi grande et le SGEN-CFDT s’est également engagé dans le mouvement de 2004. Mais j’aurais voulu traiter la place des syndicats dans ce mouvement sous deux angles : le problème spécifique que posait SLR comme collectif et les rapports qu’on peut dire difficiles entre syndicats et collectifs. Le second aspect à signaler est que le SNTRS-CGT est avant tout un syndicat d’ITA. Par conséquent il avait un regard spécifique dont on parle peu, d’ailleurs. Le troisième aspect est qu’en tant que syndicat CGT, nous sommes confédérés, nous avons des liens avec la recherche privée. Je pense que notre participation au mouvement a été l’occasion d’un apport original dans la mesure où elle a permis d’élargir la réflexion sur la recherche aux relations entre la recherche publique et la recherche privée, avec la participation de syndicalistes de la recherche privée.

Les relations entre syndicats et collectifs

Tout d’abord, il faut préciser que les syndicats ont une expérience ancienne des collectifs. Vous vous rappelez sans doute des collectifs des hors-statuts, à la fin des années 70 et au début des années 80. Ensuite, après la titularisation, le collectif des mi-temps. Il y a eu des collectifs d’infirmières du CNRS, il y a eu, plus récemment, les associations de doctorants ; tous avaient en commun le fait qu’il s’agissait de regroupements de personnels autour de la défense de leurs intérêts spécifiques. Les collectifs posaient, dans chaque cas, un problème important pour les syndicats dans la mesure où ils révélaient leur carence dans la prise en compte des revendications de ces catégories spécifiques (par exemple les syndiqués statutaires, à l’époque rappelons-le des contractuels sous statut dit « CNRS », avaient du mal à envisager une procédure collective spécifique d’intégration des « hors-statuts » qu’ils percevaient comme risque d’affaiblissement de leur statut). En même temps, les mouvements qui étaient portés par des collectifs en général développaient des revendications qui étaient déjà intégrées par les syndicats (fin des hors-statuts, intégration des mi-temps dans le statut de titulaire après la titularisation). Ils révélaient également notre déficit d’organisation. L’émergence des collectifs est liée étroitement à la chute continue de la syndicalisation dans les années 1980 et 1990. Les syndicats ne disposaient plus du même maillage des laboratoires et des services dans cette période. Enfin, les collectifs exprimaient une certaine méfiance à l’égard des syndicats dont ils tenaient à être indépendants. Nos rapports étaient donc difficiles avec les collectifs pour toutes ces raisons. Pourtant, bien souvent, une partie de nos militants en étaient partie prenante et, de ce fait, nous avons toujours essayé de travailler avec eux. Mais je dois dire que l’on n’a jamais travaillé aussi étroitement qu’avec le mouvement de SLR.

Un positionnement complémentaire plus que concurrent

La spécificité de SLR, c’est qu’il ne portait pas sur une revendication catégorielle, mais qu’il posait d’emblée le problème de l’avenir de la recherche. Et je crois que cela facilitait les relations entre un syndicat et un collectif. Au-delà de revendications traditionnelles, notamment de la défense des postes de chercheurs et d’enseignants-chercheurs, il a posé la question de la relation entre la recherche et les citoyens. Et sur ces questions-là, les syndicats sont beaucoup moins bien armés que ne l’a été le collectif SLR. Je crois que cela a beaucoup contribué à notre engagement auprès de SLR. Cela dit, ça ne s’est pas passé du tout facilement et les débats ont été importants dans le syndicat. Je dois dire que ça a été un coup de force dans le syndicat. Il faut comprendre qu’un syndicat est d’abord une organisation dite démocratique, donc avec une conception de la démocratie où des instances se réunissent, élues à différents échelons, et où chaque instance est contrôlée. Pour ce qui concerne la CGT, le bureau national est par exemple l’émanation de la commission exécutive qui le contrôle et  à laquelle il doit rendre compte régulièrement de son activité et de ses décisions.

Un engagement syndical qui s’apparente à un coup de force contre ses propres habitudes et procédures

Quand le mouvement de SLR est né, on a vite compris qu’il fallait que l’on s’engage dans ce mouvement et que l’on devait tout faire, au moins pour la restitution des postes supprimés par le gouvernement et pour le succès de la pétition. On n’avait pas le temps de lancer un grand débat dans tout le syndicat pour savoir si on avait raison ou non de nous engager. Cela a donc été un coup de force d’un certain nombre d’individus, je dirais une dizaine, qui se sont engagés, que ce soit au niveau national ou au niveau local, et qui ont malgré tout imposé un engagement fort du syndicat auprès de SLR. Dans un premier temps, nous nous sommes engagés à soutenir la pétition et à assurer la réussite de toutes les actions qui avaient été décidées par SLR. Ce n’est pas évident pour un syndicat de dire qu’il va tout faire pour qu’une action décidée par d’autres réussisse. Pourquoi avons-nous décidé d’agir ainsi ? Comme l’a rappelé Alain Trautmann, SLR portait une colère à l’égard de la politique du gouvernement que partageait l’ensemble des personnels de la recherche, et par conséquent les syndiqués. Notre engagement était donc une nécessité. Il fallait par conséquent que l’on assure la réussite des actions. Je dois dire que localement aussi bien que nationalement un grand nombre de camarades ont apporté leur soutien, leur savoir-faire, leur capacité d’organiser des manifestations, leur capacité à mobiliser (à Bordeaux, Toulouse, Marseille, Nice, Lyon, Montpellier, Rennes, etc.).

Cependant, cela a occasionné des résistances dans le syndicat qui sont très claires. Les débats ont porté sur plusieurs points. Le premier point est le fait que cette action était portée par des chercheurs. Elle cherchait à mobiliser avant tout les directeurs d’unité. Quelle est la place des ITA dans ce mouvement ? Il faut reconnaître que les ITA ne s’y retrouvaient pas du tout. Le mouvement n’a pas donné lieu à une réflexion sur l’organisation du travail, sur la place des ITA dans la recherche, à un moment où justement les doctorants et des post-docs prenaient de plus en plus de place dans les laboratoires, ce qui était ressenti par les ITA comme une dépossession d’une partie de leur travail et un transfert vers les doctorants et post-doctorants. Il y avait un malaise chez les ITA qui n’était pas traité par le mouvement. D’un autre côté, les syndiqués voyaient bien que les directeurs d’unité étant sur le devant de la scène, les ITA participaient au mouvement et notamment des ITA qu’on n’avait jamais vus dans aucun mouvement, parce que c’était tout le laboratoire qui participait et qu’ils devaient participer à ce mouvement avec le laboratoire. De là, le malaise ressenti par des gens qui se battaient depuis des années et des années souvent seuls dans un laboratoire et qui voient tout d’un coup leurs collègues devenir les fers de lance de la lutte alors qu’ils n’avaient pas réagi avant. Il y avait donc un malaise important. L’autre problème évidemment, est le fait qu’un collectif est quelque chose d’informe, dont les gens font partie à un moment donné, mais quand le collectif n’existera plus, plus personne ne se sentira responsable des accords qui auront été signés. Or on voit bien que quand se met en place un mouvement comme celui-là, il débouche sur des engagements et des responsabilités des organisations pour que ce qui a été obtenu soit transcrit dans les faits, soit appliqué, et ce sont les syndicats, en tant qu’organisations pérennes, qui assurent cela.

Il faut rappeler également que Claudie Haigneré, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, avait lancé des assises de la recherche qu’elle pensait organiser avec des experts qu’elle aurait nommés. SLR et les syndicats, à cette époque, ont dit : « non, nous allons faire des États-généraux de la recherche, mais ce seront les chercheurs qui prendront en main la réflexion sur l’avenir de la recherche en essayant aussi de nous ouvrir au-delà de la recherche ». Pour comprendre notre position à cet égard, il faut rappeler que le SNTRS est organisé au sein de l’union générale des ingénieurs, cadres et techniciens (UGICT) qui regroupe l’ensemble des fédérations et syndicats de cadres et dans laquelle on retrouve les chercheurs de la recherche privée. L’UGICT est responsable dans la CGT de la réflexion sur la recherche (le pôle recherche confédéral). La CGT avait constitué depuis longtemps ce pôle recherche auquel nous participions, mais qui vivotait essentiellement avec des chercheurs du CEA, d’EDF et du SNTRS. La préparation des États généraux a été l’occasion de redonner vie au pôle recherche de la CGT et on a essayé d’avoir une réflexion propre de la CGT sur les liens entre la recherche publique et la recherche privée. Des camarades comme Thierry Bodin de la CGT-Aventis, d’EDF, de Thalès, de Total, de GDF, du centre de recherche de Renault, se sont fortement impliqués. Ils ont apporté un point de vue que je pense être tout à fait original à ce mouvement. Ça a été, je pense, une contribution tout à fait importante de notre syndicat.

Le conflit d’appréciation entre syndicats de la recherche et de l’enseignement supérieur

Alain Trautmann a posé également la question des relations avec les enseignants du supérieur. Je ne sais pas ce qu’il en est au sein de la FSU. Mais, pour la CGT, les relations entre les syndicats des EPST, d’une part, et les syndicats de l’enseignement supérieur, de l’autre, ont toujours été extrêmement tendus. La Ferc-Sup CGT notamment, le syndicat de l’enseignement supérieur, a refusé de s’impliquer dans ce mouvement. Ce syndicat a même tout fait pour nous freiner. Ils ont fortement soutenu les critiques à l’intérieur du syndicat. On a été heureusement très soutenus par les syndicats de la recherche privée. Pour tenter d’apporter une explication à cette attitude, je pense que cela est dû à une structure socio-professionnelle très différente des ITA des EPST et des Biatoss de l’enseignement supérieur. Au CNRS, ce sont essentiellement des catégories A, des techniciens supérieurs, et des ingénieurs qui sont syndiqués au SNTRS. Dans  les autres syndicats, ce sont des catégories B et C, plutôt ouvriers et employés. On s’est heurté à ce que certains appellent un « ouvriérisme » – je ne suis pas certaine que ce soit la bonne formule. Mais en fait notre adhésion à ce mouvement de la recherche et la manière dont nous y avons participé, ont donné à voir le mouvement comme défendant finalement un point de vue d’ingénieurs et n’a pas été compris par les catégories ouvriers et employés des universités. De plus les relations de travail entre les chercheurs et ingénieurs dans les laboratoires de recherche, sont peu hiérarchiques, et davantage fondées sur la coopération, la collaboration sur la base de compétences professionnelles complémentaires que dans les services universitaires. Les relations ne se sont pas vraiment améliorées depuis. Elles sont restées tendues.

Les relations à l’intérieur des syndicats sont donc parfois plus difficiles que les relations avec les collectifs. Ces dernières, avec SLR en tout cas, se sont traduites par un engagement personnel de beaucoup de militants et dirigeants de notre syndicat dans SLR. Pas du tout comme simple courroie de transmission. C’est une adhésion de personnes qui pensent que les syndicats ne peuvent pas avoir une réflexion aussi large qu’un mouvement comme SLR. Les syndicats n’ont pas non plus la même souplesse, la même capacité d’adaptation qu’un mouvement, une association ou un collectif. Nous pouvons apporter notre spécificité de syndicalistes. Nous avons vu cela comme une complémentarité. Ce n’est pas un engagement forcément du syndicat en tant que tel, mais c’est un engagement fort de dirigeants de notre syndicat dans ce mouvement.

4- Jean-Louis Fournel « Des universitaires contre la loi LRU : la naissance imprévue de SLU »_10° séance 280411

Tenter un questionnement sur les raisons de la création d’une association comme SLU comme un des prismes possibles d’une interrogation plus large sur les formes que peut prendre l’engagement des enseignants-chercheurs et des chercheurs dans la contestation des politiques des pouvoirs en place ne va pas de soi. En l’occurrence, il ne s’agit pas évidemment de s’engager dans une défense et illustration déplacée de tel ou tel acteur d’un mouvement social qui eut une certaine ampleur, encore moins dans un ridicule discours auto-satisfait d’« ancien combattant », fût-il agrémenté d’une déploration sur les défaites subies. Cela suppose aussi et surtout de se méfier de toute téléologie. Il serait bien hasardeux notamment de tenter de comprendre fin 2007, soit la date de la création de SLU, uniquement à la lumière de ce qui s’est passé au premier semestre 2009. À chaque fois la conjoncture spécifique rend la quête des causalités plus complexe et doit nous inciter à ne pas nous prêter trop aisément à des reconstitutions de longue durée où l’enchaînement des événements, ainsi que des pratiques individuelles et des formes de constructions collectives s’encastreraient merveilleusement comme dans un puzzle parfait où la conscience – toujours éveillée et aiguë bien entendu – d’intellectuels organiques néo gramsciens se mettrait au service d’un mouvement collectif de lutte contre une injustice identifiée parfaitement par les uns et les autres en inventant de nouvelles formes d’engagement ou en intégrant celles qui sont à sa disposition.

L’action politique inédite et imprévue (pas celle qui relève de la quotidienneté de la vie politique institutionnelle, qui a sa dignité et sa valeur mais qui s’inscrit dans d’autres logiques) se développe toujours au croisement – souvent improbable –  d’initiatives individuelles, de réactions collectives et d’une situation touchant les uns et les autres (Machiavel appelait cela le riscontro). Et une association, un parti, un collectif, ne peuvent vraiment voir le jour que si – grâce à une alchimie dont les secrets se trouvent rarement écrits dans les livres de théorie politique – ces actions individuelles à un moment donné cessent d’être individuelles, renoncent à être individuelles, et se donnent une forme ponctuelle dans laquelle l’individualité se fond dans quelque chose d’autre. La chose en question est sans doute plus difficile à inventer quand on a affaire à des universitaires et à des chercheurs en SHS (sciences humaines et sociales) dont les tropismes individuels, par goûts, par pratiques et par coutumes sont indéniables… Mais en même temps si cela marche, même un peu seulement, cela peut donner lieu – même si ce n’est que par moments et de façon souvent paradoxale ou contradictoire – à la création de ce que j’appellerai un intellectuel collectif.

Dès lors, une fois identifié comme tel, celui-ci peut avoir un rôle, nourrir des attentes… et entraîner des déceptions sans commune mesure avec sa force militante réelle. C’est un peu ce qui s’est passé avec SLU et c’est un peu cette petite histoire que je voudrais reprendre rapidement ici d’abord en passant par un rappel des effets de la conjoncture politique dans laquelle cela est advenu, ensuite par une narration précise dont les choses se sont déroulées, enfin par une analyse succincte des éléments dominants du processus engagé alors (et – fort heureusement – qui a connu des transformations et qui n’a pas encore vu sa fin aujourd’hui). Dernière précaution, qui n’est pas purement oratoire, ce que je peux dire aujourd’hui devant vous n’engage que moi et ne représente pas la position de l’association que j’ai présidée et dont je suis encore membre actif. C’est la première fois que je me prête de façon un peu construite à cet exercice de reconstruction, nécessairement partiel et partial, et les quelques mots qui suivent ne prétendent à rien d’autre qu’à apporter un éclairage possible aux questions posées par les organisateurs du séminaire à l’occasion de la présente séance.

I/ Conjoncture : le sarkozysme et la loi LRU

SLU est né on le sait à l’automne 2007. SLU ne serait à mon avis peut-être jamais né sans un certain mode de gouvernement qui s’est installé en France à partir de mai-juin 2007 et que l’on peut désigner en renvoyant au nom de l’actuel président de la République. Non que SLU se soit défini comme une association anti-sarkozyste. Mais je reste frappé par le fait que les universitaires – ou tout au moins les universitaires en SHS – n’avaient pas eu de réaction très forte, quelle que soit leur participation dans un second temps au processus des États Généraux de Grenoble en 2004, face à ce qui avait suscité par exemple la création de SLR. En revanche, les choses ont été (un peu, n’exagérons rien !) différentes à partir de 2007. S’il en est allé ainsi c’est peut-être parce que quelque chose de nouveau s’était alors mis en place.

L’instauration de la loi LRU en effet fut marquée par quelques caractéristiques propres à ce que nous pourrions appeler faute de mieux le « sarkozysme », phénomène marqué par un rapport quasiment mystique à la notion de rupture et à celle de réforme, caractéristiques que l’on pourrait énumérer ainsi :

–       absence de négociation et même absence de concertation sinon avec des interlocuteurs susceptibles d’être d’accord avec le gouvernement (notamment la CPU qui acquiert alors un rôle nouveau) ;

–       rapidité de la mise en place des réformes quitte à passer en force en jouant sur les périodes de vacances universitaires ;

–       certitude que tout adversaire est un allié potentiel ou du moins que l’on peut acheter sa neutralité par quelques avantages individuels (quitte à dissimuler cela sous les oripeaux de la politique d’excellence), puisque les positions, voire les postures, l’emportent toujours sur les convictions ;

–       revendication d’un changement de paradigme universitaire au nom d’une vieille politique d’une fraction de la droite française (celle que l’on peut qualifier schématiquement de bonapartiste) : se débarrasser des soucis budgétaires sur des corps intermédiaires et priver ces mêmes corps intermédiaires de toute influence dans le pilotage stratégique de la recherche (qui a un équivalent économique approximatif dans la logique consistant à privatiser les profits et à socialiser les pertes) ;

–       annonce tonitruante d’une volonté d’échanger un effort budgétaire ponctuel et largement en trompe l’œil contre une soumission à de nouvelles règles du jeu imposées sans concertation ni négociation.

La « communauté universitaire », cette notion dont on ne sait pas trop ce qu’elle recouvre mais qui en tout cas faisait office de liant au sein de l’université française n’avait pas vraiment l’habitude d’être malmenée ainsi. La loi Savary avait quant à elle vu le jour au terme d’une longue gestation et son texte comportait une série de concessions croisées prenant le risque de la contradiction mais permettant d’agréger un minimum de consensus autour des institutions. Surtout, les institutions en place depuis la loi Savary de 1984 n’étaient pas largement perçues comme des institutions particulièrement permissives interdisant tout gouvernement efficace de l’université. La présidentialisation notamment était déjà au cœur de celle-ci et il était bien difficile de faire démissionner par exemple un président trahissant la confiance de ses administrés. Les universitaires dans leur immense majorité ne ressentaient donc pas probablement ce besoin inextinguible de concentration du pouvoir entre les mains d’un nombre de plus en plus restreint de personnes. Structure par excellence collégiale (ou du moins se proclamant telle) depuis toujours et, symétriquement, constituée d’individus souvent très jaloux de leur indépendance, l’université s’est développée dans l’intégration de cet équilibre paradoxal. Affaiblir ou supprimer la collégialité c’est donner le libre cours à l’hybris de quelques personnes au seul service de ce qu’ils imaginent être leur destin personnel… et du pouvoir central. C’est là sans doute une des explications de cette étrange alchimie évoquée dans notre cas : des personnes qui se réunissent dans un collectif pour défendre la collégialité universitaire en tant qu’universitaires et en tant qu’individus mais qui n’aspirent pas à prendre la place des syndicats même s’il existait un constat partagé sur le caractère malheureusement inaudible, pour beaucoup, de la parole syndicale.

Les statuts que nous nous sommes donnés assez rapidement le montrent clairement : l’article 2[1] a été à cet égard mûrement pesé et je voudrais en reprendre rapidement la structure essentielle. Dire ce qu’était SLU c’était d’abord dire

a/ que l’association était née de la lutte contre la loi LRU et contre ses logiques ;

b/ qu’il existait à cet égard un devoir d’analyse et de réflexion de notre part, parce que nous devions aussi mobiliser nos compétences professionnelles au service de ce combat ;

c/ que des actions pouvaient être envisagées ;

d/ que le site était un des éléments essentiels de notre action.

II/  Récit : la création imprévue de SLU

J’ai voulu rappeler cela avant de revenir à une rapide narration du processus de création de SLU pour permettre de mesurer quelle différence il y a entre le point de départ de ce processus et son point d’arrivée, deux mois plus tard, lors de la rédaction collective des statuts entre la fin décembre 2007 et le début du mois de janvier 2008.

Si l’on me permet cette  boutade facile, nous pourrions dire qu’au départ, comme d’ordinaire, il y a le verbe, en tout cas la volonté de certains universitaires de rétablir l’existence d’une parole qui leur serait propre et dans laquelle ils se reconnaîtraient. Ou en tout cas de souligner qu’ils n’allaient pas de soi pour eux de se reconnaître dans la parole des présidents d’université, c’est-à-dire de ceux qui, après tout, étaient censés les représenter dans la mesure où ils avaient été élus sinon par eux, du moins par leurs représentants. C’est cette défiance qui est  à l’origine de la tribune préparée au début du mois de novembre 2007 par quelques enseignants-chercheurs de Paris 8 à destination du Monde et publiée dans ce journal assez vite, trois ou quatre jours seulement après qu’elle avait été proposée. Cette tribune était de fait intitulée « Les Présidents d’université ne parlent pas en notre nom » [2] et était fondée sur une idée simple : l’avis de la communauté universitaire ne saurait être représenté dans un parcours de réforme radical tel que celui qui était engagé depuis juin 2007 par la seule voix des présidents d’université. En effet, il était patent que les quelques tentatives de réaction critiques estivales (la pétition « pas à la sauvette »[3] par exemple) n’avaient reçu aucun écho public et que le débat semblait se concentrer entre la parole du ministère, celle des étudiants, mobilisés contre la loi LRU bien avant leurs enseignants (même s’ils l’étaient de façon « différenciée » pour user d’un euphémisme, selon les lieux et les organisations), et celle d’une instance qui prenait de plus en plus de place, la conférence des présidents d’université. De cette CPU, nous ne savions pas grand chose à ce moment-là, mais nous constations qu’elle semblait être passée du statut de « club informel pour échanges de bonnes pratiques » -selon le lexique à la mode des administrateurs – à celui d’acteur majeur du débat tout à la fois à l’origine de la réforme (puisqu’une bonne partie de la réforme avait été conçue dans ces discussions en cercles très fermés durant les années précédentes), destinataire de cette réforme (puisque son application leur était confiée au premier chef) et, pour ce qui était des présidents, principal bénéficiaire de la redistribution des cartes au sein des instances universitaires. Le sentiment des rédacteurs de cette tribune tendait ainsi à regretter à la fois une situation classique et une situation nouvelle :

a/ d’un côté la répétition d’une situation classique (on l’avait vu peu de temps auparavant lors de la mobilisation contre le LMD et surtout lors de celle contre le CPE) dans laquelle les enseignants-chercheurs étaient à la remorque des mouvements étudiants sans parole politique audible qui leur soit propre ;

b/ d’un autre côté, la situation, nouvelle celle-ci, dans laquelle on considérait que les présidents d’université pouvaient à eux seuls porter  la voix des enseignants-chercheurs.

La tribune proposée au Monde faisait donc le choix de ne pas s’attarder sur les  nombreux risques que faisait courir aux universités la nouvelle loi (paupérisation de certaines universités par l’introduction du budget global, désengagement financier de l’État, remise en cause des statuts de certains personnels par l’extension du domaine de la contractualisation, remise en question à terme du cadre des diplômes nationaux, développement d’une concurrence sauvage entre les universités et entre les disciplines, etc.) pour se concentrer sur le principal d’entre eux – et qui était alors le moins commenté – à savoir le renforcement des prérogatives présidentielles. Ce choix n’allait pas de soi et se voulait consciemment partiel. Il visait à une sorte de « coup de gueule » portant sur un seul des aspects parce que nous considérions non seulement que celui-ci était une des clés des nouvelles logiques promues par la loi mais qu’il était le plus « proche » des acteurs de l’université, de leurs pratiques quotidiennes. Au-delà, il s’agissait au travers de cette analyse de mettre en évidence un élément d’analyse qui reste encore essentiel pour moi aujourd’hui : le caractère hybride d’une loi voulant instaurer une autonomie des acteurs en renforçant les logiques potentiellement autoritaires à chacun des niveaux de l’ESR. La tribune libre se terminait par un appel à la communauté universitaire pour qu’elle se fasse entendre. Toutefois, pour les auteurs de ce texte, dont j’étais, il n’était alors absolument pas question au moment de sa rédaction de prendre l’initiative d’une quelconque organisation de l’accueil de cet appel, et encore moins, au début, d’en faire une pétition nationale. Les choses cependant allèrent à cet égard plus vite qu’on ne l’avait pensé car l’accueil réservé à ce texte dépassa ce que nous attendions et une partie minoritaire mais active de la communauté décida de s’emparer de ce texte pour en faire un point visible de rassemblement. Quelques jours après sa parution, sur la simple base du bouche à oreille entre amis et proches, une trentaine de personnes se réunirent pour en parler. Là fut prise la décision d’appeler à signature de cette tribune libre, bref de la transformer en pétition en lui ajoutant le sous-titre qui nous projetait déjà dans une action politique à moins court terme « pour une université collégiale ». L’idée était que si nous réunissions rapidement à rassembler quelques milliers de signatures l’action prenait un sens différent. Mais personne à ce stade ne parlait encore de site ni même de créer SLU en l’occurrence et il fut proposé tout simplement à nos amis de SLR de placer sur leur site ladite pétition/appel. C’est uniquement parce que cela s’avérait impossible que fut prise la décision de créer un site internet dédié, donnant vie de ce fait à ce qui à mon sens est aujourd’hui le fleuron de SLU, son instrument le plus efficace et qui permet à l’association de maintenir une présence même dans les périodes de reflux, comme aujourd’hui, grâce au travail des quelques amis qui s’occupent de faire vivre ce site tous les jours. Et c’est parce que nous créions un site dédié pour cette pétition qu’il fallut lui trouver un nom et que fut inventé de façon collective le nom de « Sauvons l’université ! » qui pouvait être entendu à la fois ou tour à tour comme une vraie reconnaissance à l’égard de SLR, comme un signe de proximité mais aussi comme un clin d’œil ou comme la revendication d’une attention spécifique à l’université (et sans doute, sans le dire, aux LSHS), que certains d’entre nous pouvaient à tort penser être insuffisamment représentés au sein de SLR. Encore à ce moment-là nous étions pris par l’enthousiasme de la création de quelque chose mais nous ne nous inscrivions pas encore dans la durée, durant les premières semaines au moins, nous avancions au coup par coup, chaque initiative devant nous prouver à nous-mêmes que cela valait la peine de continuer. [Je m’aperçois que je suis passé massivement dans ma façon de dire les choses ici du « je » au « nous » de façon un peu arbitraire ; je ne sais pas si ce nous est justifié et si nous pensions tous la même chose alors, en tout cas c’est ce dont pour ma part j’avais le sentiment et que nous avons exprimé à plusieurs reprises entre nous]. Au bout de deux mois, à la fin janvier, nous étions passés du collectif à l’association loi de 1901, plus vite donc que nos amis de SLR, nous dotant donc d’un bureau et de porte-paroles. Malgré les avertissements de certains amis de SLR notamment qui nous mettaient en garde contre les risques que présentait le passage du collectif à l’association, nous avions en effet décidé de prendre le risque de cette – très relative …- institutionnalisation pour donner un cadre légal notamment au site internet. C’est à ce moment-là que furent discutés nos statuts et à ce moment-là que nous perçûmes clairement (en tout cas c’est la reconstruction que j’en fais), et que nous perçûmes finalement assez vite, deux points clés : d’une part, la place centrale du site internet dans la construction de SLU et,  d’autre part, le fait que l’association devrait trouver une place originale dans les formes de son action et de sa réflexion (les deux pour nous devant être intimement liées) indépendantes des syndicats mais sans jamais se poser dans une logique de concurrence et de rivalité par rapport à ces derniers (d’où la décision très claire et inscrite dans les statuts, non sans débats animés, de ne pas présenter de liste SLU dans les élections universitaires – même si des entorses ont pu exister ici et là à cette règle). Ces deux points sont demeurés et sont parvenus – sans que cela, j’insiste sur ce point, n’ait jamais été théorisé et programmé vraiment – à apporter une réponse partielle au premier problème que nous avions posé : comment faire entendre une parole audible pour ceux qui considèrent que la CPU ne parle pas en leur nom. Sur ce point en tout cas cet engagement aux formes imprévues n’a pas été un échec.

D’autres points, d’autres choix, d’autre réalités qui existaient comme espoirs ou comme hypothèses ont été soumis à des fortunes diverses : SLU est resté largement une organisation « parisienne » même si nombre de ces membres enseignent dans des universités de province ; SLU est resté implanté d’abord –  voire seulement – dans les LSHS et dans les universités et il n’a pas toujours été aisé pour nous de prendre en compte le combat spécifique des organismes de recherche publique et les disciplines dites des « sciences dures ». Plus largement, nous n’avons pas réussi sans doute à mobiliser durablement un nombre important de collègues ; mais sans pour autant disparaître jamais du paysage, entre autres choses parce que la fréquentation du site de SLU (en gros 1500  personnes quotidiennement en période de basses eaux, je crois) assurait une visibilité à notre parole ; jusqu’à d’ailleurs, effet pervers non négligeable mais peut-être classique, à faire de notre activisme minoritaire le substitut de l’action d’une majorité, dans une sorte de lutte prolongée par procuration (LPP)…

De même, à notre premier front principal (le gouvernement des universités), s’en sont ajoutés assez vite d’autre, notamment la question de la formation des enseignants sur laquelle, au nom de tropismes et de traditions disciplinaires évidents, nous avons accordé une grande attention et sur laquelle je crois qu’il n’est pas abusif de dire que nos analyses ont eu un certain poids et une certaine précocité.

Mais je crois que ce n’est pas de cela que j’étais venu parler aujourd’hui et donc je vais m’en tenir là.

_____________________

ANNEXE

En référence à mon propos je republie ci-dessous l’appel à la communauté universitaire et l’article 2 des statuts de SLU

1/ Appel à la communauté universitaire

Les présidents d’université ne parlent pas en notre nom
Pour une université collégiale

Depuis le début du mouvement étudiant contre la loi réformant les universités, dite « loi Pécresse », il est frappant de constater à quel point est massivement présente, dans les témoignages recueillis par les journalistes, la parole des présidents d’université. Étant admis qu’une communauté universitaire comprend pour l’essentiel trois composantes (étudiants, enseignants-chercheurs et personnels administratifs et techniques), tout se passe comme si, pour connaître l’avis des deux dernières catégories, le seul avis des présidents d’université suffisait. Certes, ceux-ci sont élus parmi leurs pairs enseignants, mais la légitimité de l’élection n’en fait pas pour autant sur tous les sujets et à tout moment les uniques représentants des centaines d’enseignants et de membres du personnel de chaque université. Et ce d’autant moins que la loi en question est un curieux hybride d’idéologie néo-libérale et d’aspirations dominantes au sein de la CPU (Conférence des présidents d’université), qui ne datent pas de l’élection de Nicolas Sarkozy – aspirations partagées par des présidents de bords politiques différents, la fonction tendant à transformer la personne. La CPU semble ainsi s’arroger un nouveau rôle en transformant une instance autrefois quasiment informelle en un véritable lobby aspirant à jouer le rôle de premier interlocuteur des ministères successifs. En montant en première ligne pour défendre la loi Pécresse, la CPU se présente comme principale garante des intérêts et de la liberté de la communauté universitaire alors qu’elle défend en réalité la seule autonomie des présidents d’établissements. En effet, si les risques que fait courir aux universités la nouvelle loi sont nombreux (paupérisation de certaines universités par l’introduction du budget global, désengagement financier de l’État, remise en cause des statuts de certains personnels par l’extension du domaine de la contractualisation, remise en question à terme du cadre des diplômes nationaux, développement d’une concurrence sauvage entre les universités et entre les disciplines, etc.), le principal d’entre eux – et le moins commenté – réside sans doute dans le renforcement des prérogatives présidentielles.

Pour comprendre les enjeux de cette affaire, il vaudrait mieux éviter de postuler un conflit caricatural opposant les modernes et dynamiques partisans de la réforme aux opposants archaïques, empêtrés dans l’immobilisme. Il convient en effet de rappeler que la nouvelle loi ne se justifie en rien par la nécessité de dépasser un régime d’assemblée anarchique, qui interdirait les décisions claires. Avant même son vote, les institutions des universités françaises étaient déjà affectées par un fort tropisme « présidentialiste ». Les seules limites à ce pouvoir tenaient à ce qu’il allait de soi qu’un certain nombre de domaines ne relevaient pas du champ d’action du président, notamment pour le recrutement des enseignants, et que la responsabilité de la politique scientifique de l’établissement était largement partagée avec le Conseil Scientifique.
Ces fragiles garde-fous disparaissent avec la nouvelle loi et le champ des prérogatives des présidents s’accroît considérablement (y compris pour les recrutements d’enseignants). L’hyperprésidence constituerait-elle un nouveau modèle pour toutes les hiérarchies sociales et pour toutes les formes de gouvernance ? Quoi qu’il en soit, la loi LRU rend possible – tout dépendra de la personne appelée à occuper ces fonctions – une forme de despotisme présidentiel dont on peut craindre qu’il ne soit pas toujours éclairé. Ce faisant, se développeront symétriquement, à des degrés inconnus jusqu’alors, une concentration de tous les pouvoirs entre les mains d’un nombre de personnes extrêmement limité et, partant, d’inévitables pratiques de clientélisme. La politique scientifique des établissements risque d’en être profondément affectée car nous aurons alors affaire à une nouvelle université où la possibilité d’un développement de tous les types de recherches sera soumise aux décisions des mêmes individus, pour le plus grand malheur de la pensée critique. La collégialité dans la vie et le gouvernement de l’université constitue, et a toujours constitué, le socle de l’institution universitaire : la préserver n’est pas une option mais la garantie d’un enseignement et d’une recherche libres, comme cela est le cas dans les meilleures universités du monde.

Les universitaires affirment que ce combat contre la loi votée en août dernier dans la précipitation est aussi le leur. Il est urgent que les organes de direction prennent clairement position contre elle. Il serait bon que les – rares, semble-t-il – présidents qui ne veulent pas de ce surcroît de prérogatives et en mesurent les dangers le disent clairement. Il faut enfin que les enseignants et les membres du personnel s’organisent pour faire entendre leur voix et pour dire que les déclarations des présidents d’université ne traduisent pas ce que beaucoup d’entre nous pensent de cette loi. Bref, il faut faire savoir que certains ne parlent pas en notre nom, et dire que l’indispensable réforme des universités requiert une implication de tous les acteurs de la communauté universitaire, non le pouvoir sans partage d’une seule instance.

Cet appel trouve son origine dans une tribune publiée par le journal Le Monde le 20 novembre 2007 et signée par une dizaine d’enseignants de l’Université Paris 8

Il fut signé par plus de 6000 membres de l’ESR en quelques mois à partir de décembre 2007

_______________

2/ Extrait des statuts de SLU

Article 2 : Objet de l’association

L’association « Sauvons l’Université ! », constituée dans le cadre de la lutte contre la loi LRU et contre les logiques qu’elle met en œuvre, a pour objet de défendre les intérêts matériels et moraux de l’enseignement supérieur et de recherche publics ainsi que ceux de leurs membres, personnels et étudiants.

Pour la réalisation de cet objet, l’association :

– analyse la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche, y compris son cadre légal et réglementaire, et en fait connaître les enjeux et les implications notamment sur les structures, sur les personnels et sur les étudiants ;

– favorise une réflexion pour une réforme de l’Université collégiale et démocratique ;

– propose des débats et des actions ;

– crée et gère un site Internet permettant notamment l’échange et la diffusion d’informations et d’analyses sur la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche ou sur les actions à promouvoir en ce domaine ;

– coopère avec les organisations de défense de l’enseignement supérieur et de la recherche publics (associations, syndicats, collectifs, …) ;

– peut engager toute action en justice selon les procédures prévues par l’article 10 des présents statuts.


[1] Reproduit en annexe.

[2] Le texte figure en annexe.

[3] Voir : http://lahuppe.blog.lemonde.fr/2007/06/04/premiere-petition-contre-la-reforme-fillon-pecresse/

5- Jérôme Valluy : « 2009-2012 : la défense des libertés universitaires, de la CNU (coordination nationale des universités) au CNU (conseil national des universités) » 10° séance 280411

Je signale d’abord une double difficulté pour moi à retracer la genèse de la coordination nationale des universités (CNU) de 2009[1] : 1) ce fut une configuration fluide et complexe, plus difficile à retracer à mon avis que la création d’une organisation associative ou syndicale ; 2) surtout, je n’ai jamais fait de recherche sociologique sur la politique universitaire ni sur le monde universitaire ; je n’ai pas non plus pris le temps d’étudier sociologiquement le processus de mobilisation de 2009 comme on pourrait le faire à partir des archives numériques, médiatiques, documentaires et par des entretiens avec les acteurs… C’est la raison pour laquelle j’ai plusieurs fois refusé, en 2010, de faire des conférences publiques sur ce sujet. Je fais exception ce soir pour des raisons militantes qui sont à liées à la parfaite continuité que je vois entre les raisons de nos mobilisations en 2009 et les raisons de se remobiliser en 2011 dans la préparation des élections de renouvellement du conseil national des universités (CNU) qui auront lieu à l’automne.

Je vais donc tenter de passer d’une réflexion rétrospective – basée sur ma seule mémoire des faits et de quelques trop rares et trop rapides contrôles de dates et de faits dans les archives numériques -, en répondant aux questions posées par Michel Barthélémy pour orienter la séance[2], et tenter d’associer dans ces réponses une réflexion politiquement orientée sur les suites de cette mobilisation dans les prochains mois tant pour les prochaines élections du Conseil national des universités (CNU) que, en son sein, pour la mise en œuvre du décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs et combattu par eux en 2009. De ce fait, mon propos ne portera pas sur l’ensemble des motifs de mobilisation des enseignants-chercheurs contre la LRU (compétition, privatisation, restrictions budgétaires, élitisme, précarisation…) mais uniquement sur l’enjeu du statut des enseignants-chercheurs.

MB : Quels ont été les éléments déclencheurs qui ont favorisé la constitution de ces modes d’organisation de l’action collective situés en dehors des syndicats ?

Je ne peux parler du déclenchement qu’à Paris 1, faute d’avoir suivi d’assez près la situation ailleurs, dans les autres universités. S’agissant de Paris 1, les « éléments déclencheurs » sont à trouver d’abord dans les mobilisations (minoritaires) de l’automne 2007 contre la LRU et au besoin éprouvé alors de se faire entendre plus fortement, notamment à travers l’Internet. La création le 3 décembre 2007 de la première « liste de discussion » ouverte et en « opt-out »[3] [Diffparis1][4] (abonnement et désabonnement libre, liste non modérée), avec 2500 adresses d’enseignants, chercheurs et biatoss pour l’essentiel est pour beaucoup dans la genèse fin 2008 du futur mouvement à Paris 1. Ce type de liste, au statut juridique complexe[5], satisfait une majorité de personnes : sur les 2500 initialement abonnés avec possibilité immédiate de sortie, 2000 y sont restés jusqu’à aujourd’hui, après plus de trois ans d’activité intense. Ce type de liste a permis de surmonter la faible audience des listes en « opt-in », formées sur une base militante, qui ne dépassaient pas alors quelques centaines d’abonnés dans cette université. Comme le montrent les archives de [Diffparis1], la liste a servi à informer les collègues de l’université durant toute l’année 2008 sur les enjeux professionnels, locaux et nationaux, et, à l’automne, de les informer des premières mobilisations, syndicales notamment, apparues dans d’autres universités en octobre et novembre 2008 et, par suite, à mettre en évidence fin novembre, un « retard » de mobilisation à Paris 1.

Neuf enseignants-chercheurs – dont moi-même – ont lancé l’Appel du 12 décembre 2008[6] et appelé « la communauté universitaire à se rassembler dans les plus brefs délais ». Ils étaient tous de Paris 1 (MCF, sciences humaines, pas très vieux…), et visaient à réduire ce retard local de mobilisation plutôt qu’à enclencher – à cette date et dans leur esprit – ce qui deviendra plus tard un mouvement national… mais qui n’était alors pas prévisible ; bien sûr, ils caressaient aussi l’espoir que cet appel contribuerait à la mobilisation au-delà de leur université. Cependant, si l’affichage des signatures[7] a mis en avant les signataires de Paris 1, ce n’était pas par égocentrisme mais parce que notre finalité première était de peser sur le débat interne de notre université et de pousser les collègues et syndicats locaux à bouger.

Il suffit de relire l’Appel du 12 décembre 2008 et la motion de la première coordination pour vérifier que, du côté des réformes, les deux éléments déclencheurs ont été : 1) la réforme du statut des enseignants-chercheurs des universités ; 2) la réforme du recrutement des enseignants du secondaire (mastérisation). Dans les deux cas, notre analyse de ces réformes nous amenait à y voir des dispositifs de contrôle intellectuel et politique du secteur pédagogique, c’est-à-dire des contenus enseignés, sous couvert de gestion budgétaire ou de management public tendant de surcroît à des restrictions budgétaires.

Parmi les raisons du succès de l’Appel du 12 décembre 2008, au-delà de Paris 1, il en est une relativement technique mais qui n’est pas anecdotique. Il se trouve que j’ai utilisé, pour diffuser cet appel, la base de données d’une liste de diffusion, en « opt-out », [TERRA-Infos][8], réunissant 81692 adresses email (un peu moins à l’époque) soigneusement collectées depuis 2003, notamment sur les sites universitaires, et couvrant ainsi l’ensemble des universités françaises pour un tiers environ des adresses ainsi que le monde des journalistes et divers segments de réseaux professionnels militants pour le reste. Le moyen était, d’une certaine façon, très largement dimensionné par rapport à l’objectif local de notre appel, mais il ne l’était pas sans raison : il s’agissait d’inciter les collègues locaux à bouger en s’adressant non seulement à eux mais aussi à leurs environnements socio-professionnels respectifs, disciplinaires et réticulaires, qui, eux, ne sont pas locaux mais nationaux. Cette démarche a contribué à notre succès tant local que national puisque la poussée exceptionnelle produite par l’appel du 12 décembre a facilité sur Paris 1 l’organisation d’une première assemblée générale, le 8 janvier, qui lança à son tour l’appel à la tenue d’une première coordination nationale des universités[9], qui eut lieu à Paris 1 le 22 janvier 2009, et qui lança alors réellement le mouvement national de 2009[10].

J’expose cela pour montrer qu’il n’y pas eu d’opposition entre cette démarche de coordination nationale et l’action syndicale : ni de ma part (qui ai pris ma première carte syndicale et payé ma première cotisation syndicale, à la Fercsup-CGT, en janvier 2009), ni à ma connaissance des autres collègues initiateurs de l’appel du 12 décembre, ni de l’assemblée générale de Paris 1, ni de la coordination interne à Paris 1 mise en place à ce moment là et qui coïncidait largement avec l’intersyndicale locale tout en s’ouvrant à d’autres collègues élus par l’assemblée générale. Dans notre cas, à Paris 1, l’action syndicale d’octobre et novembre 2008 observable sur d’autres universités, nous a précédés et inspirés dans le lancement de l’appel du 12 décembre et du processus de coordination nationale.

En outre, dès la première CNU et durant toutes les suivantes, les syndicats y trouvèrent place et y jouèrent un rôle majeur, variable de l’un à l’autre bien sûr et d’une CNU à l’autre, mais sans subir de rejets ou d’ostracisme anti-syndical comme on a pu l’observer en d’autres mouvements sociaux pilotés par des coordinations nationales (je pense, par exemple, à celui des étudiants contre le projet Devaquet en 1986). Certes, on a pu entendre, ici ou là, quelques propos anti-syndicaux ou critiques des syndicats… mais je n’ai jamais observé dans ces coordinations de tendance lourde de nature anti-syndicale. La coordination ne s’est pas faite en dehors des syndicats : ils y étaient présents, de manière visible (avec logos, autocollants, tracts, etc.), et l’intersyndicale nationale elle-même y était présente ; elle s’est même parfois tenue dans les couloirs ou salles mitoyennes de la coordination nationale pour préparer des communiqués, dans l’urgence, qui tenaient compte des débats en cours.

MB : A quelles attentes particulières ces collectifs ont-ils voulu répondre que les organisations de défense traditionnelles des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche n’abordaient pas ?

Je ne crois pas que l’opposition contenue dans la question soit adéquate : j’ai l’impression qu’il y a, chez les enseignants-chercheurs, plus un phénomène de faible syndicalisation (guère plus que dans d’autres professions… mais très faible néanmoins : de l’ordre de quelques pourcents) – que d’anti-syndicalisme. Et il y a, en outre, à partir des années 2007 un déphasage nouveau entre ce faible taux de syndicalisation et le taux de participation numérique des enseignants-chercheurs aux discussions de type syndical… déphasage accentué en 2009 en raison de l’ampleur exceptionnelle du consensus dans la profession. D’un côté, des organisations syndicales qui ne regroupent guère plus de quelques milliers d’adhérents et de l’autre des formes nouvelles de communication par Internet qui permettent d’associer en quelques jours des dizaines de milliers de personnes. Ce déphasage prédispose au « débordement » des périmètres syndicaux habituels. En outre, ce cadre de mobilisation « coordination nationale »  se présente comme une évidence en raison de son usage social devenu banal, depuis plusieurs décennies, dans le répertoire d’action collective des mouvements sociaux, en France, un peu comme la pétition ou la manifestation.

Ce qui induit peut être en erreur sur le sens et la portée de la coordination nationale c’est l’ampleur du mouvement universitaire de 2009 qui fut sans précédent historique, chez les enseignants-chercheurs. Il dépasse de loin celui de mai 1968 en ce qui concerne le niveau de consensus chez les enseignants-chercheurs, puisque participaient de ce consensus des universitaires de droite et d’autres travaillant dans des disciplines ou des universités traditionnellement conservatrices (ce qui était moins le cas en 1968). Ce consensus fut très large mais paradoxal et plein de contradictions. Les universitaires furent presque tous opposés à cette réforme de leur statut professionnel mais pour des raisons parfois fort différentes voire diamétralement opposées : on peut défendre la libre maîtrise de son temps de travail comme condition de liberté intellectuelle ou comme opportunité de travailler ailleurs… Mais le consensus fut indéniablement exceptionnel, ce qui explique l’ampleur de la mobilisation et donne cette impression de dépassement du périmètre habituel d’action syndicale.

Pour résumer, il y a trois variables à considérer : 1) un taux de syndicalisation très bas ; 2) un consensus exceptionnellement large dans la profession ; 3) une communication numérique qui met en relation des dizaines de milliers de personnes très rapidement. Par suite, l’ampleur de la vague et sa vitesse d’accélération dépassaient de très loin le cadre d’action routinier de l’intersyndicale nationale et imposait comme une évidence, même aux yeux des responsables syndicaux, la forme « coordination nationale ». Les deux instances, intersyndicale et coordination, avancèrent souvent de paire, soit parce que les membres de l’intersyndicale participaient à la coordination et pesaient sur ces débats, soit parce l’intersyndicale complétait la coordination entre deux réunions, par des communiqués.

En outre, parmi les responsables syndicaux nationaux, aucun en décembre 2008 n’était disposé à prendre la responsabilité de lancer un appel à mobilisation nationale dont le succès et l’audience parmi les enseignants-chercheurs étaient très loin d’être assurés. La forme « coordination nationale » permet ainsi aux syndicats de tester le terrain, de sentir « la base », en s’engageant dans un mouvement sans assumer le risque de l’échec éventuel.

Quelques réticences de la part des responsables syndicaux s’exprimèrent durant la première coordination nationale… par crainte notamment de la voir se transformer en organisation pérenne, associative (de type SLR ou SLU), venant concurrencer les organisations syndicales tout en entretenant la faible syndicalisation, voire des formes d’anti-syndicalisme et en dispersant éventuellement les faibles forces militantes dans le secteur. Cependant ces réticences disparurent dès lors que la première coordination nationale rejeta l’idée d’élire des représentants ou un bureau. Cela rassura les syndicats mais affaiblit les possibilités de pilotage du mouvement… (mais cette faiblesse n’était pas perceptible alors et ne put l’être que beaucoup plus tard, en mars et avril). Les réticences syndicales disparurent en outre fin janvier / début février quand l’ampleur nationale de la vague fut clairement perceptible.

MB : Quelle place ces instances largement informelles au départ ont-elles pu trouver dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche et dans l’espace de l’action collective?

La « coordination nationale des universités » de 2009 fut une instance logiquement conjoncturelle et logiquement éphémère… « Logiquement » au sens où il n’y a pas lieu, à mon avis, de lui en faire le reproche ni de s’en plaindre. Elle apparaît en janvier 2009 et perd de son influence sur la profession à partir d’avril-mai, au moment de la reprise des cours… Elle a donc eu une durée d’existence et d’influence d’environ trois à quatre mois. Il y a certes des réunions après l’été 2009 mais elles ressemblent à ces poches d’eau que laisse la mer lorsqu’elle se retire, à marée basse. Quelques réunions et actions sporadiques et résiduelles que l’on observe dans le sillage de n’importe quel mouvement social d’importance, même en cas de victoire et plus encore lorsque la défaite est trop nette pour être facile à digérer.

On peut confirmer cela en examinant les archives du site web sous WordPress « Universités & universitaires en lutte », créé par Olivier Ertzscheid. Ce site collaboratif très ouvert et qui concentra durant cette période le plus gros flux de publications et rediffusions d’informations et documentations relatives au mouvement, fonctionne du 26 janvier 2009 jusqu’au 15 juillet 2009[11]. On peut dire  qu’il constitua le site web le plus important et le plus central du mouvement. Or l’activité de publication cesse presque complètement à partir de l’été 2009 alors que les nombreuses personnes disposant des codes d’accès auraient pu continuer à y poster des informations, extraits de presse, réunions, communiqués, etc.

La liste de discussion [Prep.Coord.Nat][12] que j’ai créée le 29 janvier 2009 pour préparer la seconde coordination nationale du 2 février 2009… est devenue très vite un espace de discussion « parallèle ». C’est une liste ouverte en « opt-in » (abonnements libres, liste non modérée) et où se retrouvent probablement les plus mobilisés des enseignants-chercheurs mais dont les échanges ont une influence aléatoire et, à mon avis, faible sur les configurations en salle de la coordination nationale : la rotation des délégués d’une coordination à l’autre ne s’est pas accompagnée d’un abonnement des nouveaux délégués sur la liste [Prep.Coord.Nat]. Par suite, les deux ensembles de personnes, celles réunies sur la liste et celles présentes en salle, se sont différenciés d’une coordination à l’autre avec certes toujours une intersection des deux ensembles mais aussi une dissociation croissante. Cela apparaissait nettement en suivant les débats numériques en amont et les débats en salle de la troisième coordination (11.02.2009) et des suivantes, jusqu’à une dissociation complète à la sixième (16.03.2009). Cette liste de discussion perdure certes, au-delà de l’été 2009. Elle fusionne en novembre de la même année avec [COORD-U] créé par Joël Pothier en 2007 dans le cadre de la mobilisation contre la LRU. Elle demeure active jusqu’à aujourd’hui, mais comme un simple espace d’information et de discussion de 792 abonnés, qui n’est pas articulé à une organisation ou un système de décision. Il me semble que cette liste de discussion aujourd’hui forme comme une sorte de carrefour entre de nombreux non-syndiqués (dont beaucoup n’arrivent pas à franchir le pas symbolique et financier de la syndicalisation) d’une part et de nombreux syndiqués proches des quatre syndicats « résistants » au décret du 23 avril 2009 (Cgt, Fo, Fsu, Solidaires ; si l’on considère les votes au Conseil Supérieur de la Fonction Publique du 9 avril 2009[13]) et de quelques autres (Unsa, Cfdt…).

La coordination nationale des universités n’a donc pas perduré dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche. En revanche ce qui perdure jusqu’à aujourd’hui ce sont les motifs initiaux de la mobilisation. Malgré un mouvement de plusieurs mois et un niveau historiquement sans précédent de consensus et de mobilisation des universitaires, le gouvernement a choisi de passer en force, en ignorant les raisons exprimées par les universitaires et en manipulant allègrement l’espace médiatique et l’opinion publique. Ce choix stratégique du gouvernement, qui parut efficace sur le moment au vu de son résultat, à mon avis ne l’est pas, parce ce qu’il est de très courte vue : les universitaires ont choisi, parfois il y a dix ou vingt ans, voire plus, un projet de vie correspondant à un certain équilibre associant un temps de formation initiale extrêmement long et donc très coûteux (de dix à quinze années d’études supérieures), un niveau de rémunération très bas au regard de ce temps de formation initial… et en contrepartie une liberté intellectuelle très grande. On ne peut pas venir leur dire, une fois ce contrat tacitement formé : vous n’aurez plus la liberté intellectuelle… et on ne vous remboursera ni vos investissements de formation initiale, ni le manque à gagner des années passées. Cela, cette espèce d’escroquerie collective par rupture unilatérale de contrat tacite, Sarkozy, Fillon et Pécresse en ont sans doute rêvé… mais ce sont là leurs illusions : dans la réalité cela ne passera pas, parce que cette équipée gouvernementale ne durera pas et parce que, à mon avis,  la culture politique de nos démocraties ne prédispose pas la population à accepter qu’une poignée de dirigeants s’attaque aux libertés universitaires à des fins de mise au pas et d’enrôlement idéologique.

Et c’est là l’essentiel de ce qu’il reste aujourd’hui de la coordination nationale des universités dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche : la possibilité que l’on a de pouvoir la réactiver en décembre 2011 pour les mêmes raisons – exactement les mêmes ! – qu’en décembre 2008 et avec les mêmes moyens mais dans une conjoncture politique qui sera alors, durant l’hiver 2011-2012 infiniment plus défavorable au gouvernement actuel et plus favorable aux enseignants-chercheurs. En effet, le déclenchement d’un nouveau mouvement de grève et de mobilisation des universitaires en pleine campagne des présidentielles ne pourra pas être traité avec les mêmes sarcasmes et manipulations gouvernementales de 2009. Un tel mouvement, dans ce calendrier électoral, aura des effets dévastateurs pour le gouvernement sortant et cela il ne pourra pas l’ignorer.

Or la phase d’application du décret du 23 avril 2009, c’est-à-dire de mise en œuvre du système de contrôle centralisé des enseignants-chercheurs par le Conseil National des Universités (CNU) dont le renouvellement électoral aura lieu le 25 octobre 2011 et en novembre pour la fraction nommée de ce conseil, s’amorcera précisément à partir du mois de décembre 2011. C’est donc à ce moment là que l’on pourra vérifier que, bien loin de vouloir généraliser une évaluation scientifique des travaux, c’est à dire une évaluation qualitative que les scientifiques connaissent, approuvent et pratiquent depuis longtemps (soutenances, habilitations, qualifications, recrutements, promotions, etc…), ce gouvernement cherche à instaurer pas à pas un système de notation mécanique dont le seul but est de produire des chiffres fictifs destinés à servir d’index. Ceci étant réalisé dans l’intention de  réduire les budgets et d’augmenter les charges des enseignants-chercheurs tout en renforçant les pouvoirs hiérarchiques des technocraties ministérielles et des présidences d’université au détriment de la liberté intellectuelle. Or cette dernière est une condition sine qua non de notre métier, dans tous les domaines de la recherche et de l’enseignement mais plus particulièrement dans les domaines des sciences humaines. En effet, celles-ci ont besoin non seulement d’une liberté d’agenda, comme toutes les autres sciences, mais en plus d’une très grande liberté de choix paradigmatique et interprétatif.

MB : Sur le plan des raisons d’agir, comment passe-t-on d’un statut d’analyste du monde social à celui d’observateur engagé qui s’efforce de peser sur le traitement public de questions importantes concernant la profession, son activité et sa mission dans la société ?

Si je rapporte la question à mon sujet – « de la CNU de 2009 au CNU de 2012 » – donc à l’ensemble des enseignants-chercheurs participant à la mobilisation de 2009 ou concernés par ce qui se passera au CNU en 2012… je crois qu’il faut surtout se débarrasser d’une certaine illusion (qui fut la mienne au début du mouvement de 2009), quant à la compétence analytique et pratique des enseignants-chercheurs dans la défense des libertés universitaires : très peu d’enseignants-chercheurs sont des « analystes du monde social ». Et la très grande majorité des enseignants-chercheurs se caractérise par une large incompétence qui n’a été comblée ni par une formation en sciences sociales ni par un apprentissage dans l’expérience militante ou professionnelle.

  • · Sur les 60 000 enseignants-chercheurs statutaires (PU et MCF, tous chiffres et ordres de grandeur élaborés à partir de sources ministérielles[14]), environ 20 000 sont en sciences humaines et sociales dont 5000 en lettres, 3000 en droit, 2000 en gestion… ce qui en laisse environ 10 000 en sciences sociales dont une large part n’étudie pas spécifiquement le monde social et encore moins le monde social actuel. On peut donc considérer qu’il n’y a pas plus de quelques milliers – probablement moins d’un dixième des enseignants-chercheurs – qui ont une compétence spécifique d’« analystes du monde social » actuel et qui peuvent la convertir en savoir pratique pour agir au sein d’un mobilisation sociale, peser sur l’espace public, défendre une cause, mener efficacement une action collective militante…

  • · Si l’on considère l’autre modalité d’apprentissage liée à la syndicalisation : elle ne concerne que quelques pourcents de la profession dont une large part recoupe l’ensemble précédent. Encore faut-il noter qu’une simple adhésion syndicale n’est guère formatrice et qu’il faut un engagement soutenu et durable pour que celui-ci favorise un apprentissage des systèmes institutionnels, dynamiques sociales et vie politique. Je ne dispose pas d’informations sur les autres engagements (partisans, associatifs…), en tendance, des enseignants-chercheurs… mais je les crois assez bas.

Par suite, la très grande majorité des enseignants-chercheurs n’a qu’un très bas niveau de compétence lorsqu’il s’agit d’analyser une conjoncture politique ou une configuration sociale, de savoir comme fonctionnent les institutions, de comprendre des relations élémentaires entre les acteurs politiques, d’associer les connaissances juridiques, sociologiques et économiques nécessaires à une analyse de situation. Et naturellement la capacité à projeter et mettre en oeuvre une stratégie d’action collective ne peut être qu’égale ou inférieure à cette capacité déjà faible de diagnostic.

On pourrait croire que le haut niveau d’étude tendanciel de cette population change la donne : mais les formations initiales reçues ou l’apprentissage continu par la recherche, lorsqu’ils ne portent par sur la société, ne préparent pas spécifiquement à la compréhension de la société et du système politique ni à la mise en œuvre d’une stratégie efficace. En outre, l’habitude prise d’une position d’autorité intellectuelle, dans leurs domaines respectifs de compétence, réduit l’aptitude des enseignants-chercheurs (par comparaison aux acteurs d’autres domaines comme ceux de la protection de l’environnement ou de la défense des sans-papiers, pour ce que je connais) à reconnaître leurs propres incompétences, surtout sur des sujets – ceux de la Cité –  qui semblent toujours aux citoyens de nos cultures démocratiques un lieu commun où toutes les participations politiques se valent… ce qui est vrai en droit ou en principe… mais se dément sociologiquement lorsque ces participations nécessitent des compétences, comme c’est le cas pour piloter un mouvement social ; or ces compétences sont inégalement réparties.

Et même si le domaine des sciences humaines (au sens le plus large) était clairement surreprésenté au sein de la coordination nationale des universités, dans la communication numérique, dans les mass-médias et peut être aussi dans les manifestations de rue… je n’ai personnellement pas vu plus de compétence collective au sein de cette mobilisation de 2009 qu’au sein d’autres configurations de mobilisations sociales que j’ai pu observer ou étudier depuis vingt cinq ans (mobilisations étudiantes, mobilisations environnementales, mobilisations anti-xénophobes…). Il m’a même semblé y voir une plus grande incapacité à déléguer le pouvoir à des acteurs plus compétents : la décision initiale de ne pas élire un bureau de la coordination nationale – contrairement à ce qui est observable dans bien d’autres secteurs – ne concerne pas seulement la relation coordination / syndicats mais aussi cette difficulté à déléguer le pouvoir tant à des élus d’un bureau permanent de la coordination nationale qu’aux représentants des syndicats participant à l’intersyndicale nationale.

Faute de telles délégations de pouvoir aucune stratégie collective n’était concevable en dehors de celle que l’on pourrait appeler la «  stratégie du gorille » : celle du grossissement des troupes, du grossissement des revendications et du grossissement des actions. Dans cette perspective, initialement nécessaire, notamment en janvier et février 2009, l’action des quatre premières coordinations fut très efficace – sans doute beaucoup plus que ce qu’auraient pu faire l’intersyndicale – pour lancer et faire grossir le mouvement. Mais cette action de propulsion et d’expansion n’avait plus aucune utilité lorsque la vague arrivait à son apogée et menaçait de s’effondrer sur les récifs des vacances de Pâques où le gouvernement nous conduisait. Or cette stratégie gouvernementale était détectable et fut effectivement détectée, dès le début du mois de mars, par des acteurs minoritaires mais plus compétents (chercheurs spécialisés et responsables syndicaux) réduits au silence par l’incapacité ou le refus du plus grand nombre à voir que ce qu’il y avait de plus exceptionnel à ce moment-là n’était pas l’ampleur du mouvement mais la résistance du gouvernement et sa détermination à attendre l’issue prévisible au passage des vacances de Pâques. Il aurait fallu, dans la première quinzaine de mars, savoir laisser piloter le mouvement à un bureau de la coordination nationale ou à l’intersyndicale nationale pour qu’au lieu de quelques négociations latérales et clandestines de syndicats minoritaires, comme il y a eu, les acteurs les plus centraux du mouvement aient eu la possibilité de négocier avec son appui et sous son contrôle[15]. Et même si le gouvernement n’aurait peut être pas accepté d’aller vers une négociation publique, la responsabilité du refus, aux yeux de l’opinion publique, lui en aurait incombé… et, à court terme, un prolongement ou une reprise du mouvement aurait été plus facile à justifier … et, à long terme, la préparation de nos propositions (re)constructives en vue d’une éventuelle alternance politique aurait été largement supérieure.

Cependant, dès la cinquième coordination (06.03.09), l’incapacité collective à construire une stratégie était évidente : les « débats » en salle, pour ne pas dire les empoignades et les cris inarticulés, faisaient ressembler la coordination à un Titanic lancé à pleine vitesse… mais dont personne ne pouvait orienter la trajectoire pour tenir compte des obstacles et des contraintes du calendrier de fin d’année universitaire ainsi que de la stratégie de l’adversaire gouvernemental.

De fait, les universitaires ont été mis en échec au printemps 2009 et ils ont perdu une bataille… ce qui ne veut pas dire qu’ils aient perdu la guerre des libertés universitaires. Leurs raisons d’agir en 2011-2012 sont les mêmes qu’en 2009 : elles sont indissociablement professionnelles et sociétales. Professionnelles au sens du contrat tacite qui relie leurs conditions matérielles de travail (lourd investissement initial et faible salaire) et leurs libertés intellectuelles (absence de « patron »). Sociétale parce que la défense des libertés universitaires – au même titre que la défense de l’indépendance et des moyens des juges ou de la liberté d’investigation et d’expression des journalistes – est une défense de la liberté de pensée dans la société démocratique, donc une défense de la démocratie elle-même.

Mais pour répondre de manière plus personnelle à la question posée, je dirai que ce qui me rend optimiste pour l’avenir, ce sont précisément les connaissances d’« analyste du monde social » et d’analyste des politiques publiques : depuis quarante ans, toutes les études dans mon domaine de spécialité, depuis le fameux « Implementation » de Pressman & Wildavsky (1973) en passant par le « Vollzugdefizit » de Mayntz (1983) nous montrent que des politiques publiques peuvent être très fortement réorientées – c’est un euphémisme – dans leur phase de mise en œuvre par rapport à ce qu’étaient les intentions initiales affichées par les décideurs… surtout si ces intentions étaient irréalistes et/ou illégitimes.

Les enseignants-chercheurs se trouvent aujourd’hui, à l’occasion de la prochaine élection du Conseil National des Universités chargé de mettre en œuvre le décret contesté du 23 avril 2009, dans cette situation où ils peuvent effectivement reprendre la main et rouvrir la bataille de 2009 mais, en 2011-2012, sur un terrain autre que celui des grèves, des coordinations, des manifestations, des pétitions et des tribunes d’opinion : sur celui de la mise en œuvre du décret, en entrant dans les rouages de l’appareil administratif d’Etat. Il est possible en effet de neutraliser le dispositif de contrôle social des enseignants-chercheurs en le rendant inopérant.

Pour cela, il faut affirmer haut et fort qu’aucune « évaluation » ne vaut si elle ne procède pas d’une connaissance des contenus : aucune recherche ne peut être évaluée sans avoir été lue, aucun enseignement oral sans avoir été entendu, aucune responsabilité administrative sans avoir été appréciée. Sinon, il ne s’agit pas d’évaluation mais de mise au pas et contre celle-ci il faut refuser toute notation, toute informatisation des rapports d’activité, tout cadre uniforme d’élaboration de ces rapports et toute cotation des supports de publication (livres / revues, classées / non classées…)… Face à cette machine kafkaïenne de laminage des enseignants-chercheurs, il faut enrayer la machine avec des grains de sable aussi faciles à poser qu’une « évaluation » identique et positive pour tous.

Encore faut-il pour cela que les nombreux enseignants-chercheurs autrefois plus intéressés par l’enseignement et la recherche que par les jeux de pouvoir, la course aux honneurs et les augmentations de revenus, et qui se tenaient à l’écart du CNU en participant peu aux élections et en restant indifférents à ce qui s’y passait… changent de comportement et comprennent que, sinon, les fonctions du prochain CNU risquent d’être radicalement différentes de ce qu’elles ont été par le passé. Encore faut-il que, face à l’autoritarisme technocratique généralisé qu’instaure cette réforme gouvernementale, le débat électoral, l’élection elle-même et l’activité des élus au CNU, particulièrement en 2011 et 2012, oeuvrent à relancer la bataille de 2009 sur cette nouvelle scène d’action qu’est le CNU. Encore faut-il pour cela élire des collègues déterminés à se battre pour neutraliser le dispositif… et qui n’en deviennent pas progressivement, à travers la somme de petits arrangements successifs, les principaux collaborateurs.

M.B. : Par ailleurs, en ce qui concerne l’engagement dans ce type d’action, où s’arrête l’expression de la position informée d’un praticien du domaine évoqué et où commence celle du militant d’une cause ?

Le sens de la question peut varier suivant ce que l’on entend par « position informée d’un praticien du domaine évoqué » : si le domaine est celui des sciences sociales, comme évoqué à la question précédente, alors il s’agit d’une vaste problématique qui concerne à la fois la différenciation entre science et militance, donc le rapport aux valeurs dans la recherche en sciences sociales, mais aussi celui de la spécialisation dans la recherche et des choix d’agenda scientifique… le tout dans un contexte historique particulier qui oblige les enseignants-chercheurs, particulièrement dans ce domaine, à défendre les libertés scientifiques et pédagogiques contre une forme d’anti-intellectualisme gouvernemental qui va de paire avec un autoritarisme grandissant et un démantèlement budgétaire du service public.

Je ne peux pas traiter dans ce cadre restreint de si vastes questions mais seulement esquisser une position intellectuelle :

Je ne crois pas du tout que la validité des énoncés scientifiques doive être indexée sur une prétendue « neutralité axiologique », apparue comme référentiel de la recherche dans les sciences sociales professionnalisées à la fin du 20ème siècle. En termes actuels, Marx était un gauchiste, Durkheim un centriste et Weber un conservateur… l’évidence de leurs orientations normatives et politiques, de leurs valeurs et de leurs préférences, n’enlève rien à l’intérêt scientifique de leurs travaux respectifs. Au contraire, la visibilité de ces orientations réduit les illusions et permet de repérer plus facilement les limites de leurs apports  respectifs.

En revanche, ce référentiel de la neutralité s’impose de manière impérative – pour des raisons éthiques et déontologiques et non pas méthodologiques – dans la position de « surpuissance » associant le monopole de la parole, de la compétence et de la sanction notamment vis-à-vis des étudiants mais, indirectement, vis-à-vis de collègues qui seraient dépendants ou subordonnés d’une façon ou d’une autre. La contrepartie de cette position des professeurs et dirigeants administratifs d’unités de formation est d’imposer des efforts et des contraintes spécifiques de neutralisation, au moins apparente, de leurs préférences normatives, ceci par simple respect des subordonnés, qu’ils soient étudiants ou salariés, dans leur diversité politique, philosophique, religieuse, etc.

Weber ne voyait pas de contradiction (et il avait raison) à prôner la neutralité professorale, celle du « savant » d’un côté, tout en assumant la subjectivité normative de son propre discours public (cf. ses « Ecrits politiques ») ou plus généralement du « politique », d’un autre côté. L’enseignant-chercheur, tel que nous le connaissons aujourd’hui, n’existait pas à son époque. Et c’est peut-être l’un des effets pervers de l’institutionnalisation de ce statut professionnel d’enseignant-chercheur, dans un contexte historique de réduction du pluralisme intellectuel, que d’avoir diffusé cette confusion aujourd’hui fréquente en sciences sociales entre les contraintes du métier pédagogique et celle du métier scientifique, du point de vue du rapport aux valeurs, confusion qui consiste à transférer stupidement l’injonction de neutralité professorale sur les publications scientifiques.

Les sciences sociales ne sont jamais neutres ni celles des « gauchistes », ni celles des « droitistes »… ni celle des « centristes », même si ces derniers, de centre-droit ou de centre-gauche, en sont le moins conscients, pour ce qui concerne leurs propres visions du monde. Et cette inconscience, à cet égard, s’accentue de beaucoup lorsqu’ils sont en position dominante, voire hégémonique, comme c’est le cas aujourd’hui dans beaucoup de segments du monde universitaire. On le voit chez les jeunes sociologues dont les plus « gauchistes » subissent, plus que les autres, les contraintes et sanctions de ce milieu professionnel et, de ce fait, réfléchissent davantage à leurs propres subjectivités normatives.

Aucun discours de sciences humaines et sociales n’est neutre mais, pourtant, un compte-rendu de recherche, si la recherche est bien faite, ne se confond pas avec un discours militant. La différence ne tient pas aux valeurs, pas même à l’intensité de leur expression ou de leur euphémisation, elle tient à la quantité de travail incorporée dans l’analyse : à la quantité du travail de recherche et d’analyse de données nouvelles ; à la quantité de connaissances incorporées, issues de travaux de recherche antérieurs ; à la quantité du travail de correction, de « relecture critique », qui est facilité par l’expérience personnellement accumulée dans la recherche et par la discussion entre spécialistes d’un domaine et d’un sujet de recherche.

Je peux dire que mon propos d’aujourd’hui n’est pas un compte-rendu de recherche mais un simple témoignage d’acteur, non pas en raison d’une variation de ce que seraient ou devraient être mes valeurs ou leurs degrés d’exposition, d’un discours à l’autre… mais simplement parce ce que je n’ai pas fait le travail de recherche sociologique, sur la coordination nationale, que je pourrai faire si je décidais de consacrer un temps de recherche suffisant à ce sujet là plutôt qu’à un autre. Rien que pour analyser cette configuration et son évolution durant le premier semestre 2009, cela nécessiterait au moins une année de travail pour relire et traiter les archives numériques et médiatiques, réaliser des entretiens avec une série d’acteurs correctement choisis, lire les analyses et interprétations déjà produites par d’autres, construire un objet et une démonstration, soumettre tout cela, par esquisses successives à l’esprit critique d’autres chercheurs ou d’acteurs compétents, ainsi qu’à la diversité des points de vue interprétatifs… C’est cela, si j’en avais pris le temps, qui aurait pu faire de mon discours autre chose qu’un simple témoignage d’acteur, militant d’une cause, même si il y a lieu de différencier les acteurs du point de vue de vue de leurs compétences analytiques.

S’ouvre alors une réflexion sur l’agenda scientifique : faut-il choisir de consacrer du temps de recherche à ce sujet là plutôt qu’à un autre ? Je crois que les chercheurs devraient se poser plus souvent cette question essentielle et oser – contre la culture neutraliste de l’égalitarisme des sujets (« tous les sujets sont bons ») – en débattre tous ensemble…

Du point de vue de leurs conséquences sur la société globale et son évolution future, les transformations qui affectent l’enseignement supérieur et la recherche me semblent demeurer, aujourd’hui encore, moins importantes que d’autres transformations comme, par exemple, la remontée des nationalismes xénophobes dans les sociétés et systèmes politiques européens dont les conséquences peuvent être aussi dévastatrices dans le 21ème siècle que dans les 19ème et 20ème siècles. Avec le même point de vue sur les conséquences globales, la transformation réglementaire du statut d’enseignant-chercheur introduite par le décret du 23 avril 2009 me semble moins importante que la transformation sociale de ce métier face à l’émergence des nouvelles technologies de communication et d’écriture numérique liée à l’Internet. Mes choix personnels d’agenda scientifique découlent de cela. Et j’observe par ailleurs que très peu de collègues sociologues ont choisi de travailler, en recherche, sur les mutations les plus récentes de leur métier notamment celles liées aux réformes en France des dernières années.

Cependant, il y a deux raisons qui devraient tous nous amener à consacrer une partie au moins de notre temps disponible à ces sujets :

1) des raisons militantes : le fait de rappeler l’existence d’une ligne de démarcation entre un compte-rendu de recherche et un simple discours militant, comme je l’ai fait précédemment, n’interdit à aucun acteur de la franchir. Par suite, les enseignants-chercheurs aussi, comme d’autres acteurs, peuvent militer, et à mon avis doivent militer, pour diverses causes dont celle de la défense des libertés universitaires comme dimension, parmi d’autres, des libertés démocratiques. La seule contrainte spécifique qui s’impose à eux en tant que militants est de ne pas induire en erreur leurs publics sur le statut de leur propre discours, de ne pas faire passer un discours militant pour un discours sociologique, lorsque le travail de recherche n’a pas été réalisé. Et dans l’espace médiatique, en particulier, où les étiquettes professionnelles nous précèdent, cela est parfois bien difficile ; ce pourquoi je n’interviens normalement dans la presse ou dans des conférences publiques que sur mes domaines de spécialité scientifique.

2) des raisons scientifiques : les sciences humaines et sociales nous apprennent la valeur de l’analyse réflexive sur les conditions sociales de production de la pensée. Par suite, l’étude des transformations de nos conditions de travail, devrait former une petite partie au moins de tous les agendas scientifiques individuels dans ce domaine. En ce qui me concerne, c’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’imputer une partie de mon temps de travail scientifique, dans les prochaines années, tout en poursuivant mes travaux sur le secteur essentiel des nationalismes xénophobes, à un sujet de type réflexif, portant sur le développement des technologies, supports et écritures numériques dans les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche.

M.B. : Plus fondamentalement, à quelles conditions une action collective pourrait-elle sortir des cadres de description formatés du discours publico-médiatique pour apparaître pour ce qu’elle est, c’est à dire l’émergence d’une problématique suscitée par l’examen d’une situation jusqu’ici non prise en compte pour elle-même ?

Ces conditions sont sans doute très nombreuses, liées aux évolutions historiques, culturelles, politiques, technologiques…

J’en évoquerai seulement une qui m’a semblé importante au cours du mouvement de 2009 et plus encore ultérieurement en réfléchissant à ce qui s’est passé durant ce premier semestre 2009. Ce faisant, je terminerai par là où j’ai commencé : celui du rapport complexe entre l’Internet et l’espace public.

Les nouvelles technologies de communication liées à l’Internet (emails individuels et collectifs, listes de diffusion et discussion, blogs personnels et collectifs, flux de communication, réseaux sociaux, automates de recherche ou d’alerte…) ont, sans aucun doute, joué un rôle majeur dans le déclenchement et dans le processus de la mobilisation universitaire de 2009 comme dans beaucoup de configurations et de conjonctures sociales depuis une demi décennie environ. Les possibilités qu’elles offrent de collaborations à distance entre un grand nombre d’individus, la possibilité de diffuser des messages à des centaines de milliers de destinataires avec des moyens accessibles aux acteurs ordinaires décuplent les capacités de mobilisation. Mais cette surpuissance aide au déclenchement du mouvement social… elle n’augmente pas son audience dans la société.

La communication numérique a ceci de paradoxal qu’elle peut affaiblir l’audience d’un mouvement social si les acteurs de celui-ci substituent involontairement et inconsciemment cette communication numérique à d’autres formes de communication passant par les mass médias classiques. Avec l’Internet, les enseignants-chercheurs ont eu une facilité extrême et nouvelle pour communiquer entre eux directement, sans médiation de la presse, de la radio et de la télévision. Nous avons pu discuter « entre nous »…à travers des réseaux de milliers et même de dizaines de milliers d’universitaires. Ceci a été fort utile pour déclencher le mouvement, convoquer des coordinations nationales, diffuser des motions, des mots d’ordre… c’est-à-dire faire grossir la marée et son tumulte à l’intérieur du monde universitaire mais cela n’a pas aidé à faire entendre nos raisons à l’extérieur de ce monde là.

Si l’on compare cela avec la période antérieure à l’Internet, cette action d’impulsion et de propulsion de la mobilisation, n’aurait pu passer que par les mass médias classiques : presse, radio et télévision. Pour susciter une mobilisation de dizaines de milliers de personnes dans plusieurs dizaines d’universités réparties sur tout le pays… il aurait fallu de la part des initiateurs et moteurs du mouvement un effort considérable de production de tribunes d’opinion dans la presse, d’interviews  à la radio, de reportages télévisuels… aux seules fins d’alerter et de mobiliser les autres enseignants-chercheurs. Pour parler « entre nous », nous serions passés par des médias à l’audience beaucoup large et nos discours, bien que destinés d’abord à « nous-mêmes », auraient généré un flux de communication plus intense en direction des publics plus vastes de ces médias classiques dans lesquels notre présence aurait été plus importante. Notre audience dans la société aurait été supérieure à ce qu’elle a été. Notre capacité à faire comprendre les enjeux, pour la société toute entière, de cette mobilisation aurait été aussi très supérieure.

Ce n’est évidemment pas la seule condition pour peser sur le discours publico-médiatique mais cela en est une : il faut articuler, mieux que nous l’avons fait, la communication en réseau et la communication de masse. La première est certes utile pour le déclenchement initial d’une mobilisation mais l’audience de celle-ci dans la société impose ensuite de repasser très vite dans des circuits de communication qui soient ouverts à un plus large public c’est-à-dire par la presse, la radio et la télévision. Les phénomènes de convergence en cours entre les médias classiques et les médias Internet devraient favoriser cette articulation, en cas de besoin, en 2012.


[1] Le texte a été partiellement écrit avant l’intervention et réécrit très largement ensuite en tenant compte des discussions qui ont eu lieu durant la séance du séminaire.

[2] http://pds.hypotheses.org/1261

[3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Opt_out

[4] http://listes.cines.fr/info/diffparis1

[5] http://www.atelier.net/articles/cnil-autorise-prospection-publicitaire-professionnelle-email

[6] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?rubrique2

[7] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?rubrique2

[8] https://listes.univ-paris1.fr/wws/info/terra-infos

[9] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?article16

[10] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?rubrique8

[11] http://universitesenlutte.wordpress.com/

[12] https://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/listinfo/prepa.coordination.nationale

[13] http://www.ferc-sup.cgt.fr/site/IMG/pdf/Conseil_superieur_de_la_fonction_publique_de_l.pdf

[14] http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/07/9/demog10fniv2_172079.pdf

[15] Tel fut l’objet de la proposition que je fis entre la 5ème (06.03.09) vue de la 6ème coordination (16.03.09) : http://blogs.mediapart.fr/edition/observatoire-des-reformes-des-systemes-de-formation-enseignement-et-recherche/article-52 (la proposition, bien que signée par plus de deux cents collègues ne fut pas examinée).

6- Débats 10° séance 280411

Mariana Petrovic : Quelle est la place de la réflexivité d’un sociologue qui parle d’un mouvement très fort d’une communauté de chercheurs et d’enseignants – car, pour moi, les enseignants-chercheurs sont des chercheurs – ? Comment envisagez-vous donc cette question de la réflexivité d’un sociologue de Paris-1, comme vous l’êtes Jérôme Valluy, face à la communauté des chercheurs en général et éventuellement à des militants, etc. ?

Jérôme Valluy : J’ai la preuve que la question est pertinente dans le fait que dans les six questions que posait Michel Barthélémy, c’était la question n° 5, la seule que je n’ai pas traitée précisément. Pourquoi ne l’ai-je pas traitée ? Pour les raisons que je vous ai indiquées en début d’exposé, c’est que sur ce sujet je prétends ne pas intervenir en tant que chercheur. Car je pense que l’universitaire peut aussi intervenir en tant que militant, en tant que citoyen et avoir une réflexivité sur lui-même lucide à cet égard. Je pense que je pourrais effectivement faire le travail d’analyse sociologique de ces configurations, etc. En l’occurrence, là, je ne l’ai pas fait et je pense, en tant qu’enseignant-chercheur avoir quelque chose à dire sans avoir fait le travail de sociologue pour autant sur cette configuration.

((question inaudible))

Jérôme Valluy : Je ne contesterai pas le côté éventuellement un peu conservateur du corps enseignant de Paris-1. J’en suis le premier convaincu. Là-dessus, on sera tout à fait d’accord. Il se trouve qu’à Paris-1 je suis un petit peu à la marge et un peu atypique, peut-être un peu moins affecté par cette tendance au conservatisme. Je vous redis ce que j’ai eu l’occasion de dire au sujet du diagnostic que nous avons porté sur l’échec avéré du mouvement universitaire alors en cours. Je pourrai contrôler la date de cette réunion avec des collègues de sciences politiques dans l’UFR. Je ne sais plus s’il s’agit de fin février ou début mars 2010, mais effectivement on pourrait retrouver les indices qui nous ont amenés à cette conclusion.

Jean-Louis Fournel : Vous n’avez pas fait passer cette analyse

Jérôme Valluy : Mais non. On passait pour des traîtres ! Si on disait début mars 2010 – je l’ai fait, tu ne t’en souviens pas ! J’ai tenté, entre la quatrième et la cinquième réunion de la coordination nationale de faire passer l’idée qu’il serait judicieux de proposer au gouvernement de réunir des États-généraux. On m’a traité de social-traître. C’était inaudible, totalement inaudible. C’est-à-dire, arriver à faire comprendre qu’on avait, nous, en tant que politistes, la certitude que la stratégie de Sarkozy était de ne jamais rompre et de nous amener dans le mur, était impossible, alors que de cela on était certain début mars. Et donc le sens de ma proposition, ce n’était pas d’aller à la soupe ni de négocier avec un gouvernement que je hais plus que tous les gouvernements qui se sont succédé depuis un demi siècle dans ce pays. C’était d’éviter de tout perdre, comme on l’a fait effectivement en avril et juin, d’essayer de sauver les meubles ou au moins de renvoyer la charge symbolique de notre défaite sur le gouvernement après avoir rendu public le fait que l’on était prêt à négocier même s’il refusait d’entrer dans la négociation. C’était ça le point, ce n’était pas l’ancrage conservateur, etc. J’ai par ailleurs fait un choix d’adhésion syndicale à la FercSup-CGT, qui n’est pas particulièrement conservateur dans son orientation.

Christophe Pébarthe : Je trouve que le dernier propos, concernant la certitude ou non de la victoire ou de la défaite, est extrêmement intéressant parce qu’il permet de pointer ce qui moi m’intéresse ici, parce que sinon cela finit par être presque une réunion d’anciens combattants où nous sommes en train de dessiner à la fois notre propre prestige et nos propres mérites pour passer sous silence notre défaite et nos défaites, non seulement celles du passé mais en même temps celles qui arrivent, parce que malheureusement le gouvernement et les gouvernements successifs n’ont pas arrêté de réformer l’université. Donc, il me semble que l’un des intérêts, disons à mon avis le seul, sur ce retour sur nous-mêmes sur quelques années, c’est d’essayer de comprendre dans quelle mesure nous pouvons essayer d’y trouver une forme d’expérience et de réflexivité sur la suite. Parce que, sinon, je crains que ce soit comme dans ma province : « On a tout essayé en 2008 », parce que, moi, c’est déjà ce que j’entends, soit : « À quoi bon lutter ? nous avons déjà essayé ! ». Et chacun de ressortir son brevet, sa photo souvenir de la manifestation à laquelle il ou elle a participé, et disant : « la preuve que j’ai tout fait, j’ai été à la manifestation du x mars, etc. ».

Ce qui a priori est très intéressant parce que, à mon avis, ça pose le problème de la politique. Si effectivement on pense que scientifiquement on peut dire qu’au mois de février on avait perdu, alors je dirai que ce n’est même pas la peine d’aller négocier parce qu’un animal politique comme Sarkozy, s’il a face à lui des gens qui finalement ont comme prémisse : « vous avez gagné », alors la négociation est quand même extrêmement mal engagée, car ce genre d’individu ne négocie pas avec des individus qui considèrent qu’ils ont déjà perdu et que, au fond, ils essaient juste de s’en sortir. Je crois que le véritable problème, c’est de croire à une dynamique et de croire à la construction d’une victoire. Et je pense qu’effectivement, c’est là où sans doute, à l’intérieur du mouvement de 2008-2009, il y a eu des tensions qui n’ont pas toujours été exprimées car, pris dans l’ambiance, chacun se disait : « Pourquoi pas la prochaine fois ? Peut-être que la prochaine fois ça va marcher ». Vous vous rappelez peut-être avoir suivi, chaque mercredi, les échos du Canard Enchaîné, nous annonçant que dans trois jours, c’était sûr, ils retireraient le projet, etc. C’était dans « la mare au canard ». Je me souviens, on affichait ça sur les murs de notre université en annotant la page au stabilo, en gros caractères, « on en fait encore une de plus, et puis on a gagné ». Donc, il y avait cette ambiance, renforcée par des informations médiatiques, qui faisait que, au fond, on n’avait pas besoin de se poser la question de la dynamique politique. Or je crois que le vrai problème, Jean-Louis Fournel l’a évoqué, c’est de savoir pourquoi au fond nous avons été incapables d’élargir. Alors, on peut toujours se dire que les autres n’ont pas voulu de nous. Je sais bien que ce n’est pas ce que Jérôme Valluy a dit, mais c’est parfois ce que l’on entend : « Nous les universitaires, nous sommes tellement à part ». En même temps cela flatte notre ego et notre orgueil de se dire qu’on est un petit peu à part. Moi je crois qu’il y a quand même un certain nombre d’éléments qui doivent nous permettre de réfléchir. Le premier, que l’on trouve dans une étude de l’Insee qui parait aujourd’hui, c’est que le revenu médian en France est de 1580 euros. Ça veut dire que la moitié des Français gagne 1580 euros ou moins, et l’autre moitié gagne 1580 euros ou plus. Chacun fera sa petite introspection personnelle avec sa feuille de paye, mais je crois que bon nombre sauront où ils se placent par rapport à cela. Et ce genre d’information, ce n’est pas simplement un problème de chiffre ou d’essayer de s’en tenir à une forme d’infrastructure qui révèlerait une vérité, mais je crois que c’est le fond du problème, c’est que nous avons à un moment donné été quelque peu en difficulté pour promouvoir notre discours, expliquer nos difficultés quand il y avait au fond cette dimension là qui était toujours comme une honte et une difficulté à assumer, qui était que nous savions tous que nous avions des revenus et une situation sociale au sens large qui ne ressemblaient pas à la situation des Français en difficulté. Or, pourtant, nous étions censés porter un discours de Français en difficulté et de défense du service public. Je crois que bon nombre d’universitaires ont eu du mal à assumer ces deux dimensions : une dimension qui, je crois, est tout à fait objective, de défense du service public et en même temps le savoir, le secret de famille que socialement nous n’étions pas forcément les mieux à même de défendre ce discours parce que nous n’étions tout simplement pas les plus menacés ou les plus directement menacés. C’est à dire la certitude que, avant que cela devienne dangereux pour nous, je parle des titulaires, de l’eau allait couler sous les ponts. Deuxième point, ça se corrèle sans doute avec une structure démographique qu’il faudrait regarder pour savoir qui sont, à l’intérieur de la communauté universitaire, ceux qui se sont le plus mobilisés. Je pense que la structure d’âge parlerait d’elle-même. J’ai coutume de dire qu’à moins de 40 ans, on se demande si on pourra acheter son logement, à plus de 50 on s’intéresse à sa résidence secondaire. Et je crois que dans bon nombre de discussions avec les collègues, c’est quand même cette réalité que l’on a face à soi. C’est à dire que l’on voit très bien une forme de plafond de verre qui s’est installé à l’intérieur d’un même corps, qui fait que nous n’avons plus exactement la même vie sociale et bien souvent c’est corrélé aussi avec des logiques d’appariement différentes où on ne trouve pas forcément des couples d’universitaires. Ce qui fait que l’on peut découvrir aussi par l’intermédiaire de son conjoint des réalités sociologiques très différentes, qui fait que l’on peut avoir dans une université des gens qui sont quasiment dans la misère avec des conjoints et des enfants, parce que le conjoint est au chômage, et puis d’autres qui ont une situation sociale plutôt favorisée par rapport au reste. Même si ce que je dis n’est pas un discours scientifique construit, je crois néanmoins que ce sont des dimensions qui sont extrêmement importantes.

Pour finir, je dirai que ce qui nous a manqué le plus en 2008-2009, du moins c’est la perception que j’en ai, c’est justement un discours qui dépasse l’université et ses problèmes. Je trouve que la grande absente de nos mobilisations, finalement, ça a quand même été la République. C’est à dire que s’il y a bien quelque chose qui est attaquée directement par ce gouvernement, selon moi, c’est non pas l’idéal mais c’est une réalité républicaine de notre pays. Or, il y aurait sans doute beaucoup à dire sur l’insistance médiatique permanente à nous demander notre avis sur la modification du statut  des enseignants-chercheurs et ne jamais parler de la mastérisation, alors que dans bon nombre d’endroits la mastérisation était un élément de mobilisation beaucoup plus fort que la question du statut. Eh bien les journalistes ne voulaient pas en entendre parler. Maintenant ça les intéresse, mais ça ne les intéressait pas à l’époque ; c’était le statut : « vous défendez votre statut », qui accaparait toute leur attention. Et à chaque fois nous étions renvoyés à la question du statut qui évidemment pour nous était quelque chose d’extrêmement important et qui rapidement, grâce aux coupures ou aux reportages en une minute quinze, apparaissait au fond comme un discours de privilégiés. Vous savez, lorsque sort dans l’opinion les 192 heures annuelles, je parle évidemment des enseignants-chercheurs, 192 heures, ça suffit. Il n’y a pas besoin après d’un long développement  sur le statut. Et 192 heures, la plupart des personnes, cadres supérieurs, que je connais qui travaillent dans le privé, à la question : « qu’est-ce que tu fais ? », « je suis enseignant dans le supérieur », répliquent : « non, comme travail ». Oui, et ce n’est pas uniquement une blague. C’est une réalité. C’est comme ça que nous sommes perçus. Il y a là un travail de reconstruction phénoménal à faire et je considère que c’est le prisme républicain, et comme déclinaison le service public, qui nous a beaucoup manqué. C’est à dire que, au fond, l’affaire du Mediator, qui serait pain béni pour démontrer ce que c’est qu’une recherche adossée uniquement au privé et à ses logiques, eh bien nous sommes encore bien loin de pouvoir l’utiliser pour expliquer que la politique du gouvernement en matière de recherche au sens large, nous en avons tous une démonstration pratique avec le Mediator, avec le nucléaire, etc. Je crois que tant que nous ne serons pas capables d’expliquer réellement et concrètement en quoi la production et la diffusion de savoirs dans le cadre d’un service public est indispensable au pacte républicain, nous continuerons à énumérer nos défaites et nos gloires passées.

Christian Topalov : Mon propos va être plus limité que celui que l’on vient d’entendre. Plutôt que de revenir sur nos échecs et nos gloires passées, je souhaiterai dire en quelques mots, de mon point de vue, qui est un point de vue d’acteur local, ce que nous avons appris depuis 2009. La première chose, c’est que les politiques Sarkozy s’inscrivent dans une temporalité beaucoup plus large et dans un projet beaucoup plus vaste que celui que nous croyions au départ. Et je crois que Alain Trautmann le pointait tout à l’heure très honnêtement en citant à nouveau un texte liminaire de SLR qui se situait sans le savoir précisément dans cette idéologie dominante. Bologne, Bruxelles, ce sont des forces extrêmement puissantes qui sont dotées d’appareils, qui sont dotées d’une doctrine, qui sont dotées d’opérationnalités extrêmement efficaces et qui, bien-sûr, débordent infiniment la droite politique qui nous gouverne aujourd’hui et que nous haïssons tous. Ils ont des alliés, partout. Ça, c’est la première chose que l’on a découverte peu à peu. Mais une fois qu’on en a pris conscience, ça rend les stratégies un peu plus problématiques. La deuxième chose qu’on a apprise depuis 2009, c’est que cette politique de modernisation ressemble, c’est vrai, à l’occupation d’un territoire conquis par une puissance étrangère mais cette puissance étrangère, évidemment, a trouvé des collaborateurs. Et nous avons parmi nous, dans la communauté universitaire, des collaborateurs. Et bien-sûr, ça rend problématique cette notion même de communauté alors que nous avons besoin, ô combien, sans arrêt, de construire des « nous » fictifs et réels à la fois, bien-sûr, qui permettent de se battre ensemble. Alors, les collaborateurs, il faut qu’on en parle, je pense, tranquillement, sans acrimonie à leur égard, mais sociologiquement, comme peut-être vous avez essayé de le faire à l’instant. Une partie des présidents d’université bien-sûr, mais pas seulement. Il y a tous les Rastignac de la réforme. Ils sont nombreux. J’en parle d’autant plus à mon aise que l’institution à laquelle j’appartiens en a produit un très grand nombre dans la dernière période. Comme vous l’avez peut-être remarqué, l’EHESS est en passe de reprendre le rôle que Paris-4, jadis, jouait dans les couloirs du ministère pour fournir le personnel de la collaboration. Mais ne soyons pas trop cruels envers ces collègues. Il y a aussi des gens qui misent réalistement dans la réforme. J’ai un souvenir très vif des discussions préalables aux États-généraux à Paris où on voyait de jeunes biologistes qui se battaient becs et ongles contre nous pour un contrat ANR (Agence Nationale de la Recherche). Et peut-être ont-ils gagné quelque chose. Ils vont directement à l’agence, leurs patrons cessent de les empêcher d’avoir accès aux financements et maintenant ils ont des « petites mains ». Que demander de mieux ?

Donc, les collaborateurs, il y en a de toutes sortes et je pense qu’il y a des aspects plus scientifiques dans le fil de la « modernisation ». Je suis frappé que sur un thème limité qui n’implique pas une adhésion totale à toute cette horreur, qui est le thème de l’évaluation, il y a des disciplines entières presque, ou des fractions de disciplines qui adhèrent, avec réserve parfois, en discutant sur les méthodologies. Je pense qu’il y a des contenus scientifiques dans cette affaire. Les sciences cognitives, qui font actuellement l’objet d’une promotion politique massive – je ne sais pas si vous avez regardé les résultats des différents appels d’offre -, sous ce rapport les sciences cognitives sont, en tant que telles, des alliées de toute cette affaire. Ne parlons-pas du mainstream des économistes, d’une grande partie de la linguistique, en tout cas de la grammaire générative, de la géographie formalisée, etc. On a parmi nous des gens qui sont nos collègues, avec lesquels on continue bien entendu à discuter mais dont il faut aussi admettre que sur un certain nombre de terrains, ils sont nos adversaires. Cela ne doit pas être caché.

Une autre chose que l’on a apprise, et là je ne parle pas des collaborateurs mais de presque tout le monde, cette politique ne fonctionne que si elle gagne l’acceptation de fait d’un très grand nombre de collègues : tous ceux qui peuplent les comités de visite de l’AERES, tous ceux qui sont des candidats à des contrats ANR – j’ai un contrat ANR, je fais donc partie de ces acceptants passifs -, tous ceux qui ont été candidats Labex, tous les candidats à la prime d’excellence scientifique, etc. La plupart des collègues qui se lancent dans ces aventures ne croient pas à la politique générale qui préside à ces dispositifs. Et cependant ils sont réalistes et ils y vont. Dans leur for intérieur, ils sont en colère, je crois, pour une grande partie d’entre eux. Et puis dans les faits, on est conduit à renoncer. C’est l’impuissance devant l’inévitable, en quelque sorte. Et c’est sur cette notion d’inévitable que je voudrais terminer.

La question qui nous est posée, me semble-t-il, c’est comment changer l’inévitabilité de cette réforme en marche ? Je ne suis pas un stratège qui attendait Grouchy et n’a vu que Blücher : je ne sais pas s’il y aura une grève en décembre prochain. Ce que je sais, c’est que désormais toutes les batailles sont localisées. Tout le système est fait bien entendu pour faire que c’est désormais dans les établissements que l’essentiel se passe. Les quelques batailles que l’on a pu gagner, dans la période récente, dans la période de mise en œuvre, par exemple, je pense au splendide comportement des collègues du CNRS qui, dans leur ensemble, ne demandent pas la PES, c’est justement parce qu’il y a un dispositif centralisé qui leur permet en quelque sorte de centraliser eux aussi, leur action. Donc la question est : comment faire pour que cette inévitabilité soit mise en cause ? Voilà le problème que j’aimerais poser. Il y a la résistance pied à pied, il y a la dénonciation. Dans ce séminaire, c’est ce qu’on essaye de faire à une échelle un peu dérisoire. Mais il y en a de nombreux autres je pense sur le territoire de notre pays qui continuent à collectiviser la pensée, résister, dénoncer sans relâche les effets de cette politique catastrophique d’asservissement et puis aussi peut-être rouvrir l’avenir et là aussi je pense qu’il faut que l’on parle de la gauche et de l’élection présidentielle. Je ne suis pas pour mettre la politique au premier plan. Ce sont nos batailles collectives, indépendamment des opinions politiques, qui peuvent changer les choses, mais néanmoins il y a cette échéance. Il faut qu’on y réfléchisse et si on ne voit pas 2012 et la suite comme une possibilité de reconstruction – parce que c’est le problème qui se pose, le mal est en cours, la destruction de pans entiers de notre dispositif est en train de se faire. Je ne sais pas si le Grand emprunt donnera un jour des sous à tous ces Equipex et Labex fictifs, mais le mal est là. Comment va-t-on reconstruire ? C’est ça la question. Comment va-t-on sortir des ruines pour reconstruire la recherche et l’enseignement supérieur en France ? Et ça, c’est une question politique et je crois qu’il serait raisonnable d’essayer de peser sur les forces politiques de gauche. Rien ne m’assure qu’au sein du parti socialiste, il n’y a pas des forces puissantes qui continuent d’aller dans le même sens. Je ne sais pas ce que pensent les Verts, je ne sais pas ce que pense le Front de Gauche. Il faut peser sur leur point de vue, il faut aider à leur succès et ensuite il faut leur imposer une politique qui soit saine si jamais la gauche l’emporte. Alors, pardonnez-moi de déplacer la discussion vers un terrain qui ne nous est pas « normal », je dirai, dans une instance universitaire ; mais enfin, si la droite passe en 2012, qu’est-ce que vous voulez qu’on rêve ? Donc il faut que la gauche passe et que ce soit une vraie gauche au moins sur nos sujets. Ce serait encore mieux si c’était une vraie gauche sur le reste.

Jean-Louis Fournel : Je voudrais dire juste deux petites choses là-dessus. Je pense que dans l’exercice auquel on nous avait demandé de nous livrer aujourd’hui, qui était celui de savoir pourquoi les associations, les collectifs se sont constitués, comment ça s’est fait, quel était le rapport avec les formes possibles d’engagement ? La question que vous posez-là était présente. C’est à dire que je crois vraiment que c’est la victoire de Sarkozy qui a poussé à un réinvestissement politique par un certain nombre de personnes, minoritaires certes, qui avaient envie de construire quelque chose de collectif, qu’ils ne voyaient pas nécessairement comment le construire dans un syndicat ou un parti politique et qui donc inventaient des « petits machins » pour cela. SLU est l’un de ces petits machins qui ont été faits pour ça. Mais ça a à voir avec ça. Quelqu’un dans ce séminaire est venu dire qu’il parlait au PS[1] et qu’il parlait si bien au PS que le discours de la première secrétaire du PS, dans le bouquin qu’elle vient de sortir[2] est entièrement inspiré de ce que ce monsieur a produit. Et ce monsieur, c’est la personne qui inspire les « Refondateurs ». Donc, si c’est ça le programme du PS pour la réforme de l’université après 2012…

Alain Trautmann : On a un problème

Jean-Louis Fournel : …Eh bien j’ai peur. Voilà !

Annick Kieffer : Plusieurs d’entre vous ont posé le problème de l’élargissement, et je trouve que Christian a raison. Pour moi la question de l’élargissement est avant tout une question politique. Dans le cadre syndical, alors que l’on est en train de mener une lutte, quand on pose le problème de l’élargissement de la lutte, c’est qu’on a perdu. Je n’ai pas d’exemple dans mon expérience militante d’un élargissement où l’on gagne. Pour moi, l’élargissement ne peut être opéré que par des organisations politiques. On est là dans la limite de ce que peut faire à la fois un syndicat ou un collectif qui sont limités parce qu’ils ne représentent que certaines catégories de personnels et qu’ils ne sont pas habilités à parler pour d’autres catégories. Alors on peut essayer de faire l’Appel des appels[3], la coordination etc., etc. Je pense que c’est la seule possibilité que l’on a actuellement, dans l’état politique de la France.

Mais avant d’élargir à d’autres secteurs, il y a aussi le fait de savoir comment on fait l’unité des personnels dans le secteur où l’on travaille. Et là je pense que bien souvent on n’a pas assez réfléchi à ça. Je voudrais donner un exemple, au sujet duquel je n’ai pas de réponse et qui me tracasse beaucoup actuellement. Il s’agit de la lutte des personnels de cantine de l’École Normale Supérieure[4]. Je ne sais pas si vous connaissez tous ce problème. Les élèves de l’ENS, pendant la réforme des retraites, se sont demandé ce qu’ils pouvaient faire d’autre qui les mobiliserait davantage que de se battre pour les retraites. Ils se sont justement posé la question : qu’est-ce qu’on peut faire à l’ENS ? Et ils sont allés discuter avec les personnels de cantine auprès desquels ils ont découvert l’ampleur de la précarité. On a donc un exemple d’élèves qui se sont fortement mobilisés pour mener une lutte. Ils tiennent la grève à bout de bras puisque ce sont eux qui organisent la caisse de grève qui permet aux grévistes de continuer. Cela dit, cela fait plus de 100 jours que les personnels sont en grève, et il n’y a pas grand-chose qui a été acquis. Pourquoi ? D’abord je pense que si les enseignants sont prêts à donner une partie de leur salaire pour soutenir la grève, ils ne font rien d’autre. Ils n’ont absolument pas réfléchi à la question. Actuellement, on a une politique de restriction du nombre de fonctionnaires et donc il va falloir faire des choix. Alors, est-ce qu’on se bat pour augmenter le nombre de fonctionnaires ? Et à ce moment-là on peut permettre au personnel de cantine, au personnel d’accueil, enfin au personnel ouvrier et employé de nos établissements d’accéder au statut de titulaire. Ou bien on accepte la situation actuelle et on réserve le statut de titulaire aux enseignants-chercheurs. Je pense que le manque de soutien des enseignants-chercheurs est motivé par leur crainte, dans le contexte de restriction du nombre d’emplois de fonctionnaires, que s’ils se battent pour la titularisation des précaires, eux-mêmes n’obtiendront pas de postes supplémentaires pour les enseignants. En tout cas, la direction de l’ENS a fait un choix très clair, qui est celui de l’externalisation. Si le conflit dure, c’est parce qu’elle veut supprimer toute une série de services et a donc fait le choix de sacrifier pour ça une partie des personnels qui sont en place à l’ENS. Je pense que si les enseignants-chercheurs veulent réussir leurs luttes, il faut qu’ils arrivent à faire leur « jonction ». C’est facile de dire : « On va aller voir ce qui se passe chez Total. Total est en lutte, allons les soutenir », etc. C’est facile, ils sont à l’extérieur. Mais souvent on ne va pas voir la situation concrète des personnels là où l’on travaille. Je pense que c’est un problème qui mériterait d’être débattu.

Pascale Dubus : Je suis historienne de l’art et donc historienne tout court et j’aimerais dire à Jérôme Valluy que sa présentation des CNU me paraît quand même un peu louche avec une interruption au printemps, pour lui mais pas pour les autres. Je veux dire par là qu’il a dû y avoir douze ou treize CNU (coordinations nationales des universités) et elles ont dû s’arrêter en octobre 2009 et on en a fait une dernière en janvier 2010. Maintenant, vous, les spécialistes des sciences politiques, l’avez su plus tôt que nous, que c’était plié. Nos collègues historiens ne voulaient pas entendre que c’était plié. On n’a commencé à l’entendre qu’à partir du moment où la loi est parue.

Il me semble que dans les relations avec les politiques, la question de fond, c’est celle des moyens d’action. Or, en réalité, on l’a tous compris, le fait de ne pas faire cours n’a eu aucun impact. C’est à dire que le fait d’être en grève n’a pas eu d’impact. La seule chose qu’on aurait pu faire, c’est de ne pas faire passer les examens. Or, visiblement, cette option a posé un problème de fond. La vraie question est celle de savoir quels sont les moyens d’action dont on dispose lorsqu’on est enseignant-chercheur ?

Christophe Pébarthe : On n’a jamais manifesté tous les jours !

Pascale Dubus : On a manifesté toutes les semaines !

Christophe Pébarthe : Et il y en a certains qui partaient pour aller rédiger leur article au lieu de manifester tous les jours. On leur demandait de manifester une fois par semaine, ils trouvaient que c’était trop !

Pascale Dubus : Mais nous on a manifesté toutes les semaines à Paris. Grâce aux syndicats, d’ailleurs, car on n’aurait pas pu le faire sinon. Mais c’est juste un détail historique. Donc la question des examens s’est quand même réellement posée. C’est à dire qu’en fait on n’a pas pu ne pas faire passer les examens. Donc on n’a pas pu aller jusqu’au bout. Il y a de nombreux collègues qui le pensent. Donc on a raté quelque chose à cet endroit là. Et en matière de moyens d’action, je voulais simplement présenter ici une idée qu’on a développée avec d’autres amis, mais sans passer à l’acte. On s’était dit qu’on pourrait peut-être faire un texte pour demander aux partis de gauche ou leur dire plutôt qu’on était tous de gauche mais qu’on leur donnerait nos voix si et seulement si ils s’occupaient de nos institutions, de l’université et du Cnrs. Nous avions ainsi pensé plutôt dans le sens : on votera pour vous si et seulement si vous vous occupez de nous.

Christian Topalov : Tout  dépend de la façon dont ils s’occupent de nous !

Pascale Dubus : C’était l’idée de renverser l’ordre des choses en demandant aux politiques d’abord de s’engager à agir dans le sens que nous souhaitions, avant de leur accorder nos voix. On ne l’a pas encore fait. Mais ce n’est peut-être pas totalement absurde au moins de développer effectivement des arguments sur des choses qu’on souhaiterait voir transformées et de demander expressément aux partis de gauche de s’engager là-dessus. Alors, je n’ai pas écrit le texte mais je disais simplement qu’on en avait un peu parlé et que ça pourrait se faire, me semble-t-il.

Annliese Nef : Je voudrais revenir sur cette idée selon laquelle on aurait perdu dès février, que certains l’auraient vu, d’autres pas, qui est une idée qui me paraît un peu surréaliste. Je crois qu’il faut quand même analyser la situation dans laquelle on était. On était probablement une des professions qui risque le moins à faire grève et à s’opposer. Cela mérite d’être rappelé. On est une des professions qui, au-delà des politistes et des sociologues, a des capacités d’analyse du monde dans lequel on vit. Ce qui ne veut pas dire que tous les collègues soient porteurs d’une telle analyse. Mais je ne crois pas que ce soit une question de discipline d’appartenance. Et troisièmement, il me semble que ce qui nous a manqué, en réalité, c’est une stratégie politique, sûrement par inexpérience. C’était difficile d’inventer tous les jours, mais quand Christophe Pébarthe dit : « nous n’avons pas manifesté tous les jours », effectivement il y a un problème. C’est à dire que ceux qui étaient effectivement mobilisés ne voyaient pas tous leurs collègues, tous les jours, sur leur lieu de travail. Si vous avez une grève de plusieurs mois dans une entreprise, il me semble que les gens ne vont pas se promener, ne vont pas à la plage, ne vont pas faire des choses de leur côté pendant que leurs collègues font vivre la grève. On était dans une situation qui était quand même assez paradoxale. Et la faible syndicalisation n’expliquera jamais ça : il n’y a pas une plus faible syndicalisation dans l’enseignement supérieur et la recherche qu’ailleurs. Ce n’est pas vrai. En termes de pourcentage, c’est environ 10% d’effectifs syndiqués au Snesup, donc si l’on rajoute les membres des autres syndicats, c’est forcément davantage. Ce n’est pas si faible que ça. C’est trop faible ! Nous sommes d’accord. Mais ce n’est pas faible rapporté au taux de syndicalisation de l’ensemble de la population toutes branches confondues. Il faut donc comparer ce qui est comparable. Le taux de syndicalisation n’est pas un bon argument. Ce qui a davantage manqué, à mon sens, c’est effectivement une ligne politique. Mais cette ligne politique n’a pas manqué seulement aux universitaires, à la CNU. Elle a tout autant manqué aux syndicats – je suis syndiquée aussi, j’en parle tranquillement -, et elle n’était pas, d’une certaine manière, l’objectif premier des associations, pour qui il était moins question de définir une ligne politique que de réagir au coup par coup. Manque de ligne politique, manque de stratégie politique, et on cherche encore pourquoi on a échoué ? Moi, je crois que c’est clair. Mais si on ne fait pas l’analyse de cela, ni celle des moyens, on ne s’en sortira jamais. L’idée de dire : en février, il y en avait certains qui savaient et d’autres qui ne savaient pas que tout était joué, n’est pas la question.

Jérôme Valluy : Je ne pense pas que la question de la négociation au mois de mars 2010 avec le gouvernement était une question centrale. En revanche, là où je ne suis pas du tout d’accord avec Annliese Nef, c’est sur la question de la compétence. Là-dessus je vais enfoncer le clou, si c’est nécessaire. Malheureusement, le fait d’avoir fait des études d’astrophysique et d’avoir fait vingt ans d’astrophysique ne donne pas de moyens particuliers pour analyser la société, ou alors j’envoie des fusées sur la lune demain ! C’est quelque chose de très difficile à faire entendre à des enseignants-chercheurs qui sont des professeurs dans leur matière et qui sont dans une position d’autorité intellectuelle habituellement. C’est très difficile de leur faire entendre que leur capacité d’analyse de la société est faible quand ils n’ont pas été formés par les sciences sociales qui représentent à l’échelle nationale environ 5000 enseignants-chercheurs sur 60 000.

Alain Trautmann : Les sciences sociales ne sont pas la seule école.

Jérôme Valluy : C’en est une ! On peut apprendre à analyser la société dans la syndicalisation, dans les partis, mais le problème en ce qui concerne la vie politique, c’est que tous les citoyens ont l’impression d’avoir une capacité d’analyse. Ce que nous apprennent les sciences sociales, c’est que c’est faux. C’est très difficile à faire comprendre, y compris à l’intérieur des syndicats. Ce problème soulève également la question du rapport entre sciences de la matière et sciences sociales en particulier. Je pense ainsi qu’un des problèmes qui se pose sur le statut des enseignants-chercheurs, celui des libertés universitaires, se pose de manière particulièrement cruciale pour les sciences humaines et sociales. On pourra toujours me dire que la recherche en biochimie, en écologie, etc., a des enjeux de liberté et de dépendance au politique. Ils n’ont aucune commune mesure avec ces mêmes enjeux-là lorsque l’on fait de la sociologie, de l’histoire, de la science politique, de la sociologie du droit, de la philosophie. Et ça aussi, c’est quelque chose que l’on n’est absolument pas parvenu à faire émerger pendant le mouvement de 2009 et qu’on ne parvient pas à faire émerger dans les syndicats chaque fois, parce qu’on se heurte à l’idée de l’unité et à la difficulté des collègues qui ne sont pas formés dans ces matières à comprendre leur spécificité.

Gilles Verpraet : Il y aurait beaucoup de thèmes d’intervention. Je suis sociologue, je travaille sur les métiers et les citoyennetés. Je suis membre du SNCS. La question que je voudrais discuter, c’est celle des plateformes. Elles ne sont pas homogènes, elles sont plus ou moins convergentes, même s’il y a des croisements et des filiations dans les collectifs. Mais je voudrais revoir deux ou trois plateformes. La plateforme de SLR, au début, c’était la transformation des métiers, la mise sous contrat et la précarité des jeunes équipes. Le prototype, c’était l’INSERM, avec le directeur de l’époque, qui prônait la constitution d’équipes de recherche pour deux ans, dont on révise les objectifs passé ce délai. Certains chercheurs sont statutaires, mais les jeunes impétrants sont en CDD. Cette organisation était une attaque frontale de toutes les générations et faisait peser un avenir sombre sur la recherche. Concrètement, dans ces conditions, cela ne valait pas le coup de s’engager dans la recherche avec bac + 7, bac+ 8. Donc, le thème central de SLR était un plan contre la précarité et, je n’ose pas dire, un plan d’intégration. Ça s’est transformé après les États-généraux de Grenoble en 2004, en un plan pluriannuel de recrutement, puis après abondé par le milliard d’euros apporté par la vente d’une partie des parts de l’État détenues dans EDF. Alors, est-ce qu’on peut dire aujourd’hui, sous forme de bilan d’étape, que les postes sont maintenus au CNRS ou est-ce qu’ils ont diminué ?

Après, on s’est battu sur le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et on a obtenu le remplacement à 80 ou 100%. Donc, cette lutte contre la précarité est-elle encore l’objectif ? Ce n’est pas réaffirmé là ? Il y a eu des manifestations en janvier par rapport au plan Tron qui veut titulariser certains précaires de la fonction publique, 100 000 sur 800 000. Les syndicats ont pris leurs distances[5]. Je ne sais pas quel est le point de vue de SLR sur le sujet. Il a accompagné ce mouvement en partie. Et après il y a eu la bataille des précaires à l’ENS. C’est donc une série de micro-conflits ; on gagne certaines choses, on maintient, on limite la casse. Mais je voudrais mettre ceci en perspective avec ce qui s’est passé en 1975, sous un gouvernement de droite aussi, avec une politique financière libérale. Raymond Barre accepte un plan d’intégration avec la règle : vous avez fait trois ans ou cinq ans sur contrat, vous avez droit à une titularisation. Même à droite, certains y voyaient un intérêt. On n’a pas cette règle là aujourd’hui. On a une succession de luttes, petit à petit. On ne peut pas dire qu’on n’a pas lutté contre la précarité. Mais on a des résultats partiels. Il appartient aux syndicats de faire un bilan d’étape. Toutefois la situation me paraît pire aujourd’hui. Je ne suis pas au clair, même en tant que syndicaliste, après ce qui s’est passé en janvier, au sujet du plan Tron. Il répond à une logique électorale mais, d’un point de vue de droite, admettra néanmoins une certaine intégration dans un horizon néolibéral. Et la lutte de l’ENS pour moi ne clarifie pas la visibilité, même si elle est juste. Et elle est multiple car, à l’époque, c’était le personnel de la bibliothèque. Donc, il y a un trouble. Je ne sais pas quelle est la position de SLR là-dessus. Donc ma question à Alain Trautmann là-dessus : est-ce que c’est un objectif : plan d’intégration ou pas ? Avec un gouvernement de droite ou de gauche ?

Maintenant, nos partenaires de luttes, en tant que chercheurs, ce sont les gens de l’université, donc SLU. Pour aller vite, au niveau plateforme on converge sur la collégialité et autres aspects, et je pourrais développer davantage. Mais, vu que les luttes sont locales, que la politique s’incarne dans les campus, les masters, avec pour conséquence que l’on mobilise sur l’enseignement, l’orientation, la tutorisation, plus le couplage avec les entreprises pour le crédit impôt sur la recherche, la minoration de la taxe sur les salaires et autres avantages ; tout cela fait que je n’ai pas de panorama précis en tête des perspectives de luttes très différentes qui pourraient en surgir. J’ai une vision très morcelée des effets de ces réformes. Je sais que certaines universités résistent. Mais je ne sais pas si ce sont dix individus ou toute l’université dans son ensemble derrière son conseil scientifique. Je sais que, en regardant les budgets des campus, justement, de remise en état des locaux qui va décider des futurs campus en termes d’espace, ce sont les universités du centre qui sont gagnantes. Les universités du centre jouent le jeu de la gouvernance : former les élites de demain, attirer des étudiants étrangers, avec l’idée qu’on va les former, on va les faire payer, on aura des ressources en plus. L’idée de république est toujours là mais elle passe au second plan. L’objectif, c’est la gouvernance d’abord, et on forme les élites de la gouvernance, avec les cadres intermédiaires aussi. Tout le monde ne sera pas gagnant. Donc, les élites du centre sont dans le jeu de la gouvernance. Je pense à Sciences-Po, Paris-5, mais Paris-4 va suivre. Mais en région parisienne, vous avez trente à quarante universités. Parmi elles, figurent les universités de grande périphérie : Saint-Quentin, Cergy et autres qui ont leur légitimité en termes de publics, qui sont même des publics plus populaires, mais des universités avec beaucoup moins de moyens. On pourrait penser que, dans la mesure où elles sont plus externalisées, elles vont résister davantage. Mais selon certains échos, elles sont encore plus dans la main du ministère, soit pour faire Saclay, p.e., les Idex et Labex, soit, je lisais un entretien dans un journal du président de Cergy, affirmant qu’il utilisait les crédits, sans doute du plan de relance, pour faire une nouvelle filière qui formera à l’étranger. Donc j’ai un panorama avec certaines universités qui résistent et gardent les objectifs habituels, les différents syndicats, une ligne publique, Christophe Pébarthe dirait : républicaine. Mais les autres sautent : elles sont dans le jeu de la gouvernance, ou sous la tutellisation du ministère.

Moi, j’ai besoin d’une vision d’ensemble, parce que pour les équipes de recherche et pour stabiliser un laboratoire, l’université doit être stable dans ses objectifs de connaissance, dans ses objectifs publics. Sinon on peut rester dans un laboratoire, mais si on est dans le jeu de la gouvernance il faut faire des contrats européens, ANR, et ce sera l’autojustification et les arguments de la méritocratie interne. On a besoin de cette plateforme là. Au SNCS on a fait une plateforme revendicative qui vaut ce qu’elle vaut. Sur les structures, pour le Cnrs, on peut stabiliser les choses en termes de réformes : vous supprimez l’ANR, vous répartissez ses crédits sur les laboratoires, et ainsi vous stabilisez l’équipe de recherche. Par contre sur les métiers, défendre les métiers de fonctionnaires ne suffit pas à faire une logique revendicative. Cela fait une logique de défense, mais au nom de la logique fonctionnaire vous pouvez subir toutes les réformes néolibérales, management des connaissances style France Telecom. Ce n’est pas un argument de revendication, c’est un argument de résistance sur le passé, c’est à dire sur le statut.

Mary Picone : Je suis anthropologue. Je voudrais intervenir brièvement pour défendre les collègues des sciences dites dures. Lorsqu’on est dans un département d’anthropologie, on voit que ce sont toujours ces mêmes départements qui sont les moins bien organisés, qui sont les moins capables de s’organiser et de s’analyser parmi tous les départements que j’ai vus dans toutes les disciplines. Ensuite, ceux qui m’ont confortée dans la lutte que je menais à mon humble niveau ont été des mathématiciens, des physiciens, également une personne qui travaille sur l’art japonais du Moyen-âge, quelqu’un qui s’occupe de tissus, etc. Donc je pense en réalité que ce qui compte, même si effectivement il est probable qu’il est bon d’avoir l’apport de gens qui ont fait des études spécifiques, ce qui compte d’abord, c’est une sorte de conscience morale, qui permet de se rendre compte très vite lorsque quelqu’un parle qu’il est un hypocrite, un menteur et quelqu’un d’intéressé. Et ensuite on s’intéressera au reste. Je rappellerai aussi que les merveilleuses sciences sociales, pour ne pas parler de la littérature, nous ont donné les merveilleux Derrida heideggériens, nous ont donné les encore plus merveilleux maos…Donc voilà pourquoi je pense que les bases sont autres.

Alain Trautmann : J’aimerais faire écho à ce que Gilles Verpraet a dit. Je ne parlerai pas au nom de SLR, parce que d’abord, je ne suis plus rien à SLR, pas même membre du CA. Je garde des liens avec mes camarades de SLR mais ne parle pas en son nom. Sur la lutte contre la précarité, contrairement à ce qu’on a pu dire, que l’on est allé d’échec en échec, j’aimerais quand même rappeler qu’en 2004 on a récupéré 3500 postes. Ce qui n’est pas tout à fait un échec. Pour tous les jeunes que je connais et qui ont eu ces postes, cela a représenté quelque chose d’assez concret. Deuxièmement, je pense que, en 2003, pour le gouvernement le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche était un secteur dans lequel on pouvait sabrer sans problème, comme les autres secteurs de la fonction publique, et si maintenant on est un peu mieux traité c’est aussi à cause de ces luttes qui ne sont donc pas que des échecs. Donc l’expression que G. Verpraet a utilisée : « limiter la casse », me paraît être une expression assez correcte. C’est déjà ça.

Alors, maintenant, où est-ce qu’on en est aujourd’hui ? En ce qui concerne les postes, on a affaire à une casse qui est moindre qu’auparavant. Mais ceci dit, il y a d’autres problèmes. Entretemps par exemple, il y a encore trois ans, on entendait parler du démantèlement du CNRS, et je pense que c’était effectivement dans les tuyaux. Les luttes qui ont eu lieu à ce moment-là contre le démantèlement du CNRS, là encore, ont eu un certain succès. C’est à dire que maintenant il n’en est plus question, le gouvernement ayant opté pour une autre stratégie puisqu’il a renoncé à celle-là, et cette stratégie,  c’est l’étouffement. C’est à dire que pour l’instant la façon pour le gouvernement de s’attaquer aux organismes de recherche, c’est premièrement de réduire leurs moyens financiers propres pour les empêcher d’avoir une politique scientifique. Deuxièmement, de créer des superstructures qui vont prendre les décisions à leur place. Ce sont les Alliances, les Idex, etc. Troisièmement, c’est la non prise en compte des avis des structures collégiales comme les conseils scientifiques. Par exemple, à l’Inserm, on a vu dans le même mois le conseil scientifique (CS) de l’Inserm unanime, y compris avec les nommés par qui on sait, qui vote contre le contrat d’objectif sans moyen de la direction[6], et puis la semaine suivante le PDG de l’Inserm –puisque tel est son titre – qui fait voter ce texte par son conseil d’administration. Donc il s’assied complètement sur l’avis unanime du CS. Par conséquent le CS peut continuer à exister, de toute façon on se moque bien de ce qu’il dit. Ça c’est la stratégie actuelle du gouvernement.

Il y a une vraie attaque sur l’organisation des structures de recherche et donc sur la liberté de la recherche qui, contrairement à ce que dit J. Valluy, au sujet des problèmes de liberté qui se poseraient davantage en SHS que dans les autres disciplines, se posent également avec la même acuité ici. Car ces problèmes se posent pour tout le monde de façon qualitativement différente et il ne sert à rien de dire : « nous on est dans une situation pire que la vôtre ». Ce n’est simplement pas le même problème. Dans le domaine de la biologie, il est évident qu’il y a une sorte d’accord entre le gouvernement et les grandes entreprises pharmaceutiques. Ils sont d’accord sur beaucoup de choses. C’est le syndicat de ces grandes entreprises pharmaceutiques qui fait des textes qui sont repris ensuite par la direction de l’Inserm p.e. Et cette vision là est en train de s’imposer à nous et nous les biologistes avons de grandes difficultés à résister à l’influence du type de recherche que l’on veut nous faire faire, p.e. en réduisant la biologie à ce qui est médical, c’est à dire en sacrifiant de larges pans de la biologie fondamentale. Ce qui veut dire que notre liberté à nous aussi est menacée, de façon différente de la vôtre. Je ne dis pas que c’est pire pour nous. Mais simplement c’est une autre atteinte à la liberté qui est également grave avec d’autres conséquences. Chez nous, une des conséquences, c’est l’affaire Mediator, qui ne se pose pas chez vous. Je ne dis pas que c’est pire pour nous. Je dis simplement qu’il ne faut pas comparer des choses quantitativement qui n’ont pas à l’être sur ce plan. Ce sont des différences qualitatives. La question de la liberté des chercheurs est un problème qui se pose de plus en plus et les atteintes à cette liberté font selon moi partie des choses contre quoi il faut qu’on lutte, je ne sais pas très bien sous quelle forme, et qu’on lutte tous et chacun dans son secteur. Je serais personnellement incapable d’analyser la gravité que peuvent avoir ces atteintes dans le domaine des sciences sociales, parce que c’est un domaine que je ne connais pas. Mais chacun dans son secteur il faut qu’on analyse ces atteintes et les conséquences et qu’on se batte là-contre, car je pense que c’est effectivement une des questions d’actualité aujourd’hui.

Et ceci dit, sur la question de la précarité, j’ai dit qu’on avait eu un certain nombre de succès, au moins pour limiter la casse. Mais ce n’est pas une lutte qui est terminée. C’est quand même une tendance très lourde d’augmentation de la précarité et il n’est pas question de dire que dans ce domaine là on a eu des succès, donc on peut passer à autre chose. Sur ce point là, on ne peut pas passer à autre chose, il faut qu’on maintienne notre résistance, absolument.

Jean-Louis Fournel : Deux petites réponses sur ce que G. Verpraet a dit au sujet de SLU. SLU n’a pas de doctrine, n’a pas de plan quinquennal sur ce qui sera le plus important dans les prochaines années. On essaye de faire vivre ensemble plusieurs fronts, ce qui n’est pas toujours simple. P.e. une chose qui est évidente si l’on fait une analyse quantitative de SLU, c’est que, depuis deux ans, nous sommes beaucoup intervenus sur un dossier qui est la mastérisation. Mais ce dossier n’est pas un dossier purement technique. C’est un dossier essentiel. Pour en revenir à ce que disait tout à l’heure C. Pébarthe, il y a eu un point sur lequel la question de la république a été posée, c’était justement dans ce cadre, je me souviens de la banderole de Paris-1 : « Vous tuez l’école de la République ». Ce point a été posé mais pas entendu. Il y a un vrai problème d’affaiblissement global de la réactivité de l’opinion de gauche à des choses qui auraient suscité automatiquement il y a vingt ans des réactions collectives. Pensez à la façon dont l’attaque sur la loi Falloux, par quelqu’un qui n’était pas un va-t-en-guerre[7], a réussi à mettre un million de personnes dans la rue. Pourquoi quinze ans après, cette affaire de la mastérisation, qui est un problème évident, visible pour tout le monde, n’a pas eu le même effet ? Je ne crois pas à la mauvaise foi des gens à qui on en parlait, des journalistes qui n’ont pas compris. Ce n’est pas simplement de la mauvaise foi. Ce ne sont pas des valets du sarkozysme.  Mais je crois aussi que là il y a quelque chose qui s’est passé dans la société. Il y a une attention à certains problèmes qui n’est plus la même.

Sur la question de la précarité, les syndicats ont mis l’accent en intersyndicale l’année dernière sur ces questions là. Il y a un petit livre qui vient de sortir sur cette question[8] et je pense, pour le coup, que s’il y a un point sur lequel la mobilisation peut repartir, ça ne sera pas le CNU (Conseil National des Universités), ce sera la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques). Et plus précisément, au moment où elle va devenir quelque chose d’effectif et d’actif. Pour le moment ça a un nom, ça suscite quelques réactions. Et puis là, maintenant, c’est en train de devenir autre chose, y compris parce que va se faire la jonction entre la nouvelle réalité de l’université comme opérateur et contractualisant et recruteur de personnes, et puis la RGPP. Et là je crois qu’il va y avoir la jonction entre la précarité, question massive, et puis la RGPP. Ça, c’est une bombe possible. Et là-dessus, il y a des positions politiques, un vrai programme à avoir. Et puis il ne faut pas demander aux associations d’être ce qu’elles ne sont pas. C’est à dire que SLU n’a jamais prétendu avoir un programme. On n’a pas une injonction à répondre sur la réforme de l’enseignement supérieur. Simplement, on peut pointer des choses qui nous semblent importantes. Et je pense que nous avons pointé quelque chose qui n’était pas facile à pointer dans une pensée de gauche qui était la question du concours, p.e., comme question importante à la fois républicaine et démocratique et non pas comme question simplement élitiste. Cela fait partie d’un débat qui est à la fois théorique et pratique.

Jérôme Valluy : Je voudrais répondre à Alain Trautmann sur la question de la liberté dans la recherche. Je n’ai pas dit que le problème ne se posait pas dans les sciences expérimentales ni dans les sciences de la matière. Je vois très bien les enjeux dans différents domaines, que je connais mal mais que je connais à travers la presse, comme n’importe quel citoyen. Les enjeux de choix de sujets de recherche en particulier en relation avec le mode de financement, les orientations politiques, etc. Mais il y a une différence fondamentale, les épistémologues en ont parlé depuis longtemps. C’est le fait que les sciences ne se ressemblent pas du point de vue de leur rapport à l’objectivité. Les sciences humaines sont des sciences molles. Et précisément parce qu’elles sont molles, elles sont beaucoup plus fragiles dans leur rapport au pouvoir politique que les sciences de la matière. Vous avez un problème, vous, de dépendance au regard de l’agenda scientifique, la définition du choix des sujets et des priorités de recherche. Mais vous n’avez pas le même problème que nous avons, nous, sur le traitement des sujets et notamment sur le caractère paradigmatique de ce traitement. On a un double problème, si on prend l’exemple de la science économique, on peut traiter un sujet de science économique en libéral, en marxiste ou en keynésien. Ce n’est pas la même chose. Or il est possible de traiter le même sujet avec des conclusions radicalement différentes. Le problème de la liberté intellectuelle ne se posera jamais aux économistes de la même façon qu’il se pose aux biologistes ou aux physiciens. En particulier parce que sur le mode de traitement du sujet les gouvernements politiques n’ont pas d’opinion particulière, alors que sur le traitement en science économique d’un sujet ils en ont une et lorsque le gouvernement préfère que les économistes soient libéraux plutôt que keynésiens ou marxistes, l’impact sur la recherche est considérablement plus élevé qu’en biochimie, en astrophysique ou en biologie.

Alain Trautmann : Il n’y a pas que des économistes libéraux sous Sarkozy, tout de même

Jérôme Valluy : Le CNU de sciences économiques est intégralement tenu aujourd’hui par des économétristes, par des spécialistes de la finance, par des néolibéraux. Les marxistes et les keynésiens se font laminer sur les qualifications, sur les recrutements, sur tout. C’est un fait. Même le président du CNU interrogé dans l’Humanité a été obligé de reconnaître après la dernière session qu’il avait un problème sur ce point, alors qu’il est lui-même issu du courant principal.

Pascal Jollivet : Pour apporter ma petite touche à ce que vient de dire J. Valluy, je m’interrogerai sur ce qui fait carrément la scientificité de la démarche qui est en question quant au rapport au politique et aux pouvoirs politiques et pour certaines formes de disciplines. Et il semble que là il y a peut-être quand même certaines spécificités de certaines disciplines relativement à d’autres. On peut effectivement dire aux économistes, discipline à laquelle j’appartiens, que ce qu’ils font n’est carrément pas scientifique. On peut éventuellement nous discriminer, nous exclure, non pas en disant : « ce que vous dites est intéressant, mais on n’a pas d’argent », ou : « c’est intéressant, mais on le fera plus tard », mais plus radicalement, le pouvoir politique peut prétendre, par rapport à certaines disciplines, qu’elles n’ont pas lieu d’être, pas lieu d’exister en tant que discipline scientifique.

Alain Trautmann : le pouvoir cherche de plus en plus à prendre le pouvoir sur la communauté scientifique, mais il n’a pas réussi à prendre tous les pouvoirs. Et tant qu’il n’a pas tout contrôlé, ce qu’il veut faire ne peut se faire qu’avec la complicité d’une partie importante de la communauté. Ce qui ne serait pas propre à votre domaine. Parce que, en biologie, où je me trouve, c’est aussi largement ça. Je constate d’ailleurs que la plupart des biologistes ont disparu des organisations et actions militantes, parce qu’en gros ils ont été servis et n’ont plus tellement besoin de se faire entendre. Je fais un peu figure de dinosaure à cet égard. Mais quand même la communauté scientifique a un rôle à jouer. Ça me surprend un peu qu’une telle chose, la relégation d’un courant disciplinaire, soit possible. Mais enfin bon, c’est ce que vous dites.

Catherine Vilkas : Une partie des sciences sociales tire profit également des réformes. La question n’est donc pas de savoir comment les amener peut-être à se mobiliser. En fait des fractions participent, vendent leurs expertises, proposent leurs outils. Il y a prochainement un colloque sur les apports des sciences humaines et sociales à l’évaluation, ce qui concerne notamment la réalisation et diffusion de nouveaux outils censés être « meilleurs », bien-sûr, que ceux que l’on nous propose. Cela se fait toujours dans l’objectif prétendu d’améliorer ce qui est. Alors, est-ce que ce sont des trajectoires individuelles de petits groupes de recherche ou de fractions de laboratoires qui cherchent à placer leurs études, à obtenir des contrats en adoptant une posture d’experts ? Il y en a un peu partout. Je ne pense pas que ce soit une institution ou une université particulière qui voit l’intérêt de « valoriser » – puisqu’on demande de valoriser – leurs recherches. Par conséquent les sciences sociales n’échappent pas à cette tendance.

Par ailleurs j’aurais une petite question sur le privé justement. Où en est la recherche privée ? Est-ce qu’il n’y a pas moyen d’élargir la mobilisation à ce domaine ? Autre question : le crédit impôt recherche représente une niche fiscale énorme qui a été dénoncée par des politiques UMP, on n’en parle plus. On a entendu récemment, Sarkozy ou quelqu’un d’autre dire : « on n’y touchera pas ! ». Or est-ce que ce crédit sert vraiment la recherche dans certains secteurs plus que dans d’autres, peut-être dans les banques un peu moins qu’ailleurs, et dans le conseil ? Est-ce qu’il n’y a pas là des choses qui pourraient être mobilisées pour alerter au-delà de nos secteurs, au sens où cela représente une énorme somme d’argent éventuellement mal employée ?

Alain Trautmann : Je confirme ce que disait Annick Kieffer, c’est à dire le fait qu’à la CGT ils syndiquent des gens à la fois dans la recherche publique et privée. Ce qui a été quelque chose d’extrêmement important. Effectivement c’est par la CGT qu’à SLR on a été en contact avec un certain nombre de militants, p.e. à Sanofi avec Thierry Bodin, qui est quelqu’un avec qui j’ai beaucoup travaillé. Il y a aussi d’autres syndicats : il y a SUD pour EDF. Donc les liens depuis 2004 se sont établis entre les deux secteurs et ça c’est vraiment un des acquis de la lutte. On reste en relation, mais les problèmes ne sont pas exactement les mêmes dans les deux secteurs. Par conséquent on ne peut pas faire en permanence des choses ensemble. Mais, au moins, l’information circule d’un côté à l’autre. Sur le crédit impôt recherche, je ne vais pas en parler là, car il y a beaucoup de textes qui sont sortis[9], mais c’est un sujet sur lequel on a beaucoup discuté avec des gens du privé.

Jean-Louis Fournel : Sur le crédit impôt recherche (CIR), il y a quand même une chose qui me frappe, c’est que, notamment grâce au travail fait par les copains de SLR, tout a été dit, tout a été démontré, démonté. C’est même tellement le cas que la majorité des députés de la majorité actuelle qui sont convaincus que c’est quelque chose qui ne rapporte pas suffisamment, qui en plus a montré des effets pervers. Parce que, ce que l’on ne dit pas, c’est que les domaines dans lesquels le CIR est le plus utilisé, sont des domaines du type : les montages de la haute finance, bon, c’est en gros ce qui nous a conduits à la crise d’il y a deux ans. Est-ce bien cela qu’il faut subventionner ? Et puis, il y a le fait que vous rappeliez à propos de la différence entre les subventions aux gens qui en ont besoin pour faire de la recherche et les subventions octroyées aux gens qui n’en ont pas besoin, parce que, de toute façon, ils en feraient. Car ce n’est pas la même chose de subventionner une PME et de subventionner Renault. Or, ne serait-ce que des choses comme ça toutes bêtes, ça ne passe pas. Ça ne passe pas parce que l’on est en face d’un mur totalement idéologique qui est construit par quelqu’un qui ne veut pas reculer. C’est la même situation que celle qui prévaut pour le bouclier fiscal. Après, il a fallu des circonstances exceptionnelles pour obliger le Pouvoir à revenir dessus.

Maria-Angeles Ventura : Concernant le CIR, la Cour des comptes, la commission des finances du Sénat et la commission des finances de l’Assemblée nationale ont dit que c’était une mesure problématique et que les 5 milliards d’euros d’augmentation du budget du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche ne s’expliquent que par les 5 milliards du CIR. Je veux dire que ce n’est rien d’autre qu’une opération de communication. Il en va de même du Grand emprunt. Cela m’amène à mon propos. On se dit qu’on a perdu, qu’on a limité la casse, mais la question se pose de savoir si le rapport de forces était vraiment favorable ? Est-ce qu’avec le gouvernement actuel on avait une chance ?

Jean-Louis Fournel : On ne le sait pas avant de s’engager, sinon on ne ferait pas de politique.

Maria-Angeles Ventura : On a essayé, bien-sûr. Mais faut-il se fustiger et se demander si l’on a manqué de ceci ou manqué de cela ? Eh  bien ça dépend. Lorsqu’on donne des coups de tête contre un mur, eh bien le mur ne s’écroule pas pour autant. Lorsqu’on a essayé et que l’on a eu affaire à plus forte partie, eh bien on peut se dire que l’on a essayé et perdu…fors l’honneur.

Christophe Pébarthe : Qui ici a perdu ne serait-ce qu’une journée de salaire dans sa lutte ? On idéalise les gens qui font grève, on est censé avoir fait grève. Or, qui a perdu au moins une journée de salaire entre 2008 et 2009 ? Combien dans la communauté sont dans ce cas ? Il y a aussi des réalités sur ce que c’est que faire grève, etc., qu’il faut quand même regarder en face. Dans beaucoup d’universités ce sont les étudiants qui ont bloqué et les enseignants étaient bien contents. À Bordeaux-3, on l’a occupée l’université, mais nous étions une minorité à occuper avec les étudiants. Et je recevais des texto de mes collègues à 8h en me demandant si c’était toujours occupé ou s’ils pouvaient venir faire cours. C’est tout.

Il y a aussi un moment dans la reconstruction de notre geste révolutionnaire où il faut quand même regarder la réalité de ce que nous avons fait. Le moins que l’on puisse dire est que nous n’avons pas fait le maximum. Et que, en plus, cela a été dit tout à l’heure, aujourd’hui la majorité de nos collègues collaborent activement à la mise en place des maquettes, à la mise en place du Projet Personnel et Professionnel Étudiant, détruisant  totalement l’adossement de l’enseignement sur la recherche, etc. Tout ça est en train d’être fait et ce n’est pas fait par les administrateurs sarkozystes envoyés en bataillons dans les universités, c’est fait par des collègues qui ont tous de bonnes raisons de dire : il le faut, on n’a pas le choix, c’est comme ça, c’est très dur tu comprends, etc. Il y a donc un moment où l’on doit regarder cette réalité. Nous avons quand même accepté, collectivement, que le 1° septembre 2010 des enseignants, nos anciens étudiants, aillent se faire massacrer dans des établissements parce que nous avons construit les maquettes de mastérisation. Elles ne sont pas arrivées toutes seules du ministère. Il y a quand même un moment où il faut que l’on regarde ce qui se passe dans nos établissements. Cela ne veut pas dire qu’il faut désespérer. Mais c’est quand même une réalité.

Alain Trautmann : Si, ça désespère un peu quand même.

Christophe Pébarthe : Non, ce n’est pas désespérant car on sait au moins contre quoi on lutte, avec quelles armes et avec quelles troupes. Dans ma propre université, je connais des gens qui ont perdu énormément d’argent dans la grève. Mais la plupart de ceux aujourd’hui qui disent qu’ils font grève, n’en ont pas fait une journée, ils n’ont pas perdu un centime de leur salaire, ils n’ont pas versé le moindre euro dans une caisse de grève, etc. Et aujourd’hui quand je les vois repeints en grévistes, cela finit par me faire un petit peu mal au ventre parce que j’estime qu’il est trop facile aujourd’hui de reconstruire notre mobilisation en disant qu’on a tout fait. Alors qu’on peut considérer légitimement qu’on a essayé, qu’on est un certain nombre à avoir essayé un certain nombre de choses, on ne peut certainement pas dire qu’on a tout fait et qu’on a fait face à un pouvoir qui nous a empêché. Le jour où on manifestera tous les jours pour dire qu’on est mécontent on pourra dire qu’on essaye de faire quelque chose. Mais ce n’est certainement pas en se disant toutes les trois semaines : on va voir et puis, de temps en temps, on fera un cours en cachette, on fera un cours en formation à distance par internet pour ses étudiants parce que les pauvres il faut quand même qu’ils continuent à suivre, etc. Tout ça c’est aussi une réalité, ça s’est aussi passé pendant qu’il y avait des CNU, etc. Je crois qu’il faudra aussi regarder cette réalité « plurielle », disons, de notre passé.

Annliese Nef : Pour revenir au sujet de la liberté de la recherche, il me semble que l’une des prochaines menaces tout à fait réelle, c’est celle qui porte sur la liberté d’enseignement, et pas seulement de recherche. Bien-sûr, les deux sont liées. Mais la menace se profile là très concrètement. La nouvelle licence[10] qui est dans les tuyaux et qui est en train d’être mise en place dans le plus grand secret puisque les représentants du CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche) sont exclus et que le ministère est en train de monter un truc dont personne ne sait ce que sait et qui va être proposé au CNESER le 22 juin, soit pour être voté soit pas, mais de toute manière l’avis du CNESER, jusqu’à maintenant, n’a quand même pas arrêté beaucoup de choses[11]. Or il se trouve que dans un certain nombre d’universités, notamment à Bordeaux-3, on voit que le CA commence à se prononcer sur des contenus d’enseignement et les licences, les PPE (Projets Personnels Étudiants), etc. C’est à dire que si, dans les licences, on met un stage, on prévoit un enseignement consacré à la manière de rédiger un cv, etc., ça commence à nous dire ce que l’on doit enseigner. On n’est plus à même de dire que ça, on ne l’enseignera pas. On est face à une menace qui est la suite logique de la raison pour laquelle 2007 est quelque chose d’aussi fort. Pour reprendre ce que disait tout à l’heure J-L Fournel, une des raisons pour lesquelles effectivement, je me suis mobilisée dès mai 2007, c’est que je me suis dit qu’ils allaient faire passer la loi au cours de l’été. C’était évident. Comme il était évident qu’ils allaient le faire sans aucune négociation. On était dans cette logique, car on était dans l’application d’une position idéologique par rapport à l’université qui était extrêmement claire. Mais là je crois qu’on est au bout du bout. Et il n’est pas étonnant que, avant peut-être de quitter le pouvoir, espérons-le, ils essaient de faire passer cette dernière salve qui est absolument fondamentale. Je voulais donc juste dire que s’il y avait peut-être une priorité, aussi, c’était celle-là.

Verene Chevalier : L’intervention de Christian Topalov a bien positionné les enjeux. C’est à dire que le problème c’est quand même une traduction politique de toute cette affaire-là. C’est à dire que j’entends bien ce que dit C. Pébarthe qu’on était gréviste sans être gréviste tout en étant gréviste, que l’on se pare des vêtements du révolutionnaire, mais qu’en même temps on n’a pas beaucoup pris de risques, etc. Mais en même temps, il faut reconnaître que l’on a affaire à des collègues qui, quand ils ne sont pas collaborateurs, sont extrêmement conformistes. Je sais que, comme A. Nef, avant le vote de la LRU, j’ai compris un certain nombre de choses. Notamment quand les syndicats étudiants se battaient pour que l’insertion professionnelle soit mentionnée dans l’article premier, c’était déjà le PPE de la licence, c’était déjà tout ça qui était inscrit dans l’avant-projet de loi. C’était évident. Bon, les collègues ne l’ont pas entendu. Quand il y a eu les Assises le 2 juillet 2007, je crois, à la Sorbonne, où de nombreux juristes nous ont expliqué que cela allait politiser nos rapports au quotidien, etc., j’ai entendu les débats. Après, il y a eu une table œcuménique avec la CPU, le Snesup et tout ça, qui voulaient voter une motion totalement délirante qui disait que finalement le projet de LRU n’allait pas arranger les problèmes de l’université. Eh bien non ! Ce n’était pas ça qu’il fallait dire. Bref, depuis mai 2007, il y a une question de politisation qui me semble une vraie question et qu’il y a une vraie responsabilité du parti socialiste là-dedans, comme le soulignait C. Topalov. Puisqu’il faut bien imaginer que, de toute façon, s’il y a alternance, ce ne sera pas sans le parti socialiste. Or le PS, depuis mai 2007, ne dit rien sur toutes ces questions-là. Même s’il y a Monthubert. Il n’est pas audible, peut-être, je n’en sais rien, mais en tout cas il ne dit rien. Et les présidents d’université qui, pour certains, sont de droite et bien identifiés comme tels, mais pour beaucoup d’une espèce de gauche rose pâle, s’appuient là-dessus. Et les collègues, les différentes strates de « petits Sarkozy » ou de collaborateurs dont parle C. Topalov, sont tous dans une certaine forme de conformisme. C’est à la fois inéluctable et en même temps si l’on n’a pas une autre voie sur laquelle s’appuyer, cela tient pour partie de la responsabilité du PS à ce sujet. Or, le fait est qu’essayer de trouver comment faire adhérer les citoyens, ce n’est pas de notre compétence. On ne sait pas faire. C’est une tâche politique. Effectivement on peut utiliser les talents des biologistes, des sociologues, etc. pour penser cela et ouvrir de petites pistes. À cet égard, l’affaire du Mediator est magnifique. Mais si l’on n’a pas de relais politique, ce n’est même pas la peine. D’ailleurs 2009 nous l’a montré. Il y a une vraie responsabilité des partis politiques et en premier lieu du PS.

Jean-Louis Fournel : Quand tu le leur dis, ils ne te répondent rien à cela. Je me rappelle très bien, quand il y a eu cette commission des Verts, du PC et du PS, en plein mouvement. J’y suis allé sans texte et simplement pour leur rentrer dans le lard dans l’intention de les faire réagir. Mais il n’y a pas eu de réaction. Il n’y a eu aucune réaction ! C’est très impressionnant. En décembre 2010, quand SLU est allé voir Monthubert, celui-ci a sorti un discours, dont on pouvait être d’accord sur un certain nombre de points. Et on se disait qu’il s’agissait du discours du PS. Or dans l’ouvrage de M. Aubry déjà mentionné qui vient d’être publié, il ne reste rien de ce discours-là. A la place figure le discours des Refondateurs. C’est extraordinaire quand même.

Christophe Pébarthe : L’adhésion aux partis politiques est libre. Nous sommes des universitaires mais également des citoyens. La désertion de toutes les organisations politiques, qu’elles soient syndicales ou politiques, au bout d’un moment finit par se voir. Si l’appareil du PS est aussi puissant aujourd’hui, c’est parce qu’il n’y a pas de militants. C’est aussi une réalité.

Jérôme Valluy : je suis d’accord avec tout ce que V. Chevalier a dit. J’ajouterai simplement un complément, qui ne retranche rien à son propos. Je pense que l’on a une analyse un peu réflexive qui consiste à faire peser la charge de la responsabilité sur le centre gauche, en gros sur les sociaux-traîtres, le rose pâle, etc. Cela fait plusieurs années que je réfléchis là-dessus, sur la question des migrations, sur laquelle je suis spécialisé. Je suis frappé que quand on compare la période actuelle avec la période des années 70, c’est l’effondrement de l’extrême gauche, c’est à dire de la moitié gauche de la gauche, qui apparaît comme le point majeur. Parce que, au fond, historiquement, le centre gauche, c’est à dire la droite de la gauche, a toujours été dans cette position ambivalente. Et elle a toujours avancé avec un couteau dans le dos, qui était sur sa gauche. Or aujourd’hui quand on cherche les intellectuels d’extrême gauche, on ne les trouve pas. Ou alors si on compare les revues d’extrême gauche, les réseaux d’extrême gauche à ce qu’ils étaient dans les années 60-70, ils paraissent extrêmement fades, très peu nombreux, ultra planqués, etc. Je me demande donc si, en plus de ce problème du centre gauche on n’a pas un vrai problème historique lié à l’effondrement intellectuel, idéologique et militant de l’extrême gauche.


[1] Une allusion à la séance avec François Vatin (NdT). Voir : http://pds.hypotheses.org/847

[2] Martine Aubry (en collaboration avec 50 chercheurs et citoyens), Pour changer de civilisation, Odile Jacob, 2011.

[3] http://www.appeldesappels.org/

[4] Voir : http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/04/12/guerre-des-nerfs-a-lens/

[5] Sur le projet gouvernemental de résorption de la précarité dans la fonction publique, voir, p.e. : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/12/30/le-gouvernement-s-attaque-a-la-precarite-dans-la-fonction-publique_1459328_3224.html ; http://education.lepartidegauche.fr/2011/04/04/projet-gouvernemental-sur-la-precarite-dans-la-fonction-publique/

[6] http://blog.educpros.fr/henriaudier/2011/02/06/flash-le-conseil-scientifique-de-l%E2%80%99inserm-recherche-medicale-repousse-le-contrat-d%E2%80%99objectif-du-gouvernement/

[7] Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_de_loi_Savary

[8] Collectif P.E.C.R.E.S., recherche précarisée, recherche atomisée : production et transmission des savoirs à l’heure de la précarisation, Raisons d’agir éditions, 2011

[9] http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3210

[10] Voir le projet : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid54280/la-nouvelle-licence-un-diplome-pour-l-emploi.html; sa critique : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4612

[11] http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/01/le-cneser-critique-le-budget-2011-des-universit%C3%A9s.html

Déclaration finale du contre-G8 « éducation-recherche », Dijon, 5-7 mai 2011

La 11° séance du séminaire Politiques des Sciences s’étant tenue à Dijon dans le cadre des journées d’étude du contre-G8, auxquelles nous avons participé en tant qu’invités et non co-organisateurs, nous relayons ci-après la déclaration finale. Par ailleurs, http://www.contreg8db2011.latre.net, on trouvera le programme des ateliers, conférences et séminaires (rubrique programme), ainsi que les comptes-rendus qui en ont été réalisés (rubrique contributions/articles) :

Déclaration finale du contre-G8 « éducation-recherche »

Nous, organisations et individu-e-s qui nous sommes retrouvé-e-s au contre-sommet à Dijon du 5 au 7 mai 2011, réaffirmons notre détermination à lutter pour une éducation émancipatrice tout au long de la vie, et pour une recherche indépendante au service de tou-te-s.

Nous dénonçons la marchandisation planifiée de l’éducation, de la recherche et de la culture.

Nous sommes fondamentalement attaché-e-s :

–  à une éducation publique et gratuite, ouverte à tou-te-s, à une recherche publique au service de tou-te-s,

–  à leur indépendance en refusant leur pilotage par les pouvoirs politiques, économiques, financiers, religieux,

–  au développement des savoirs et des connaissances fondés sur les coopérations et le travail collectif, dont le maintien est une condition de l’élaboration et de la transmission/construction des connaissances,

–  à une authentique collégialité des décisions, sans hiérarchie, et à la représentativité des assemblées,

–  au respect et à la solidarité entre les domaines de la connaissance et leurs acteurs, respect et solidarité garants de la créativité, de la diversité et de la richesse intellectuelle de la communauté éducative,

–  à la non-mise en compétition, et au rejet du fantasme de « l’excellence »,

–  à une éducation émancipatrice et critique, une formation initiale solide qui permette à tou-te-s un véritable accès à la culture, à l’enseignement supérieur, à une formation tout au long de la vie,

–  à une pédagogie qui permette aux élèves et aux étudiant-e-s de participer activement à la construction de leurs savoirs,

–  à la liberté d’enseignement des enseignant-e-s et à la liberté d’apprentissage des étudiant-e-s,

–  à la stabilité de l’emploi, contre toute forme de précarité y compris la mobilité contrainte,

–  à des conditions de travail décentes et respectueuses de la dignité des personnes,

–  à la liberté pour tou-te-s d’étudier et de travailler dans le monde, dans le respect du principe de libre circulation des personnes.

En conséquence, nous sommes déterminé-e-s et nous engageons à :

–  promouvoir les alternatives socio-éducatives et toutes les initiatives visant à construire une autre société, juste et égalitaire,

–  dénoncer les réformes passées et à venir qui poursuivent la marchandisation de l’éducation et de la recherche,

–  travailler au développement et à la convergence des luttes, interprofessionnelles et transnationales, par toutes formes d’actions et d’auto-organisations,

–  dénoncer toute forme de répression des luttes sociales et soutenir les personnes, collectifs, organisations qui en sont la cible à travers le monde,

–  construire la mobilisation contre les sommets internationaux, comme les G8 et G20, et les politiques libérales qui en découlent.

Le collectif d’organisation du contre-sommet « éducation-recherche »

Alternatifs 21, AMEB, ATTAC, CGT-Ferc, CNT21, CUAE, FASE, FSE,

FSU 21, Forum social local 21, NPA 21, RUSF21, RUSF Franche-Comté,

SNASUB-FSU 21, SNESUP-FSU 21,  SUD Éducation Franche-Comté, UEC 21,

version audio 11° séance séminaire Politiques des Sciences : Sciences et société : un impératif démocratique ?_060511

La version audio de la 11° séance du séminaire : « Sciences et société : un impératif démocratique ? » est accessible à l’adresse suivante : http://tinyurl.com/69l6vk9

Compte rendu séance du séminaire Politiques des Sciences au contre-G8 de Dijon, 6 mai 2011 :

« Sciences et société : un impératif démocratique ? »

Intervenants :

Jean-Michel Fourniau, Sociologue, directeur de recherche au Cnrs ;

Lionel Larqué, co-initiateur du Forum Mondial Sciences et Démocratie (FMSD)

Modérateur :

Michel Barthélémy (CEMS-IMM)

Cette séance traite de questions relatives à la participation des citoyens aux décisions scientifiques et techniques. Elle envisage les différentes modalités de celle-ci et ses limites en particulier dans le cadre des programmes scientifiques se rapportant aux nanotechnologies. Différents dispositifs participatifs sont mis en place, à l’initiative des pouvoirs publics, qui tous construisent un public doté de compétences particulières : public profane, dans les conférences de citoyens ; public d’experts associatifs locaux dont les compétences techniques et scientifiques peuvent être « dopées » par une formation ad hoc, dans le cadre de groupes d’expertise pluraliste ; enfin, l’association de représentants de la société civile en amont de la conception de projets, dans le cadre de programmes de recherche participatifs associant laboratoires de recherche publics et associations spécialisées dans le domaine d’activité concerné. Il apparaît à l’usage que la mise en place de tels dispositifs est une réponse donnée par les pouvoirs publics aux projets qui suscitent la controverse ou sont susceptibles de le faire. Il s’agit alors d’intégrer les critiques au processus même de mise en place du projet dans l’objectif d’en améliorer in fine l’acceptabilité parmi la population. La question de la place du public de citoyens appelé à débattre librement des conséquences en matière sociétale des applications économiques et techniques issues de ces recherches et celle d’une contre-expertise indépendante qui serait également portée par les sciences sociales se trouvent clairement posées. L’intervention du public, comme celle des experts indépendants parait être en pratique encadrée par des procédures de décision qui en limitent l’expression et la portée. Elles font en outre l’objet de réticences et de résistances nombreuses de la part de l’administration française à accepter l’intrusion du public et d’experts indépendants dans son domaine de compétence. Et ce d’autant plus que cette intervention de nouveaux acteurs requiert d’opérer des transformations structurelles dans les circuits de prise de décision traditionnels.

Néanmoins, un mouvement de contrôle démocratique des experts, avec des propositions sur les institutions appropriées permettant d’associer les citoyens aux décisions, est désormais lancé. Cela n’est pas sans avoir d’effets contre-intuitifs problématiques en ce qui concerne tout particulièrement les programmes de recherche sur les nanotechnologies appelés à se diffuser dans tous les secteurs de la recherche scientifique et de la société. La mise en avant de la participation du public à la prise de décision sur les questions environnementales notamment, instituée par la loi, a eu pour effet de focaliser l’attention sur les risques associés à l’usage de ces nouvelles technologies et de leurs produits ainsi que sur les moyens de leur prise en charge au détriment de l’examen contradictoire des programmes de recherche qui les ont créés. Face à cela ont été développées des actions visant à sensibiliser les chercheurs quant à leur part de responsabilité concernant les conséquences des applications qui sont faites de leurs recherches dans le champ social. Ce qui s’inscrit potentiellement en contrepoids à la présentation des nanotechnologies comme porteuses de retombées exclusivement positives pour la société, l’économie, l’emploi, le bien-être, etc. Or le problème est que les sciences et les sciences sociales en particulier sont de plus en plus « embarquées » dans un processus scientifique et idéologique visant à ne retenir que les bienfaits attendus de ces technologies susceptibles de se diffuser partout. Ce qui incite à voir en elles l’expression même d’un progrès que l’on ne saurait freiner sans graves conséquences sur la compétitivité du pays et sa place dans la concurrence mondiale. Jean-Michel Fourniau conclut alors sur la question, qu’il laisse ouverte, des collaborations et dispositifs de travail que la société civile comme la communauté des chercheurs peuvent construire ensemble afin de résister à la pression de ce qui se présente comme un discours unilatéral lui-même en adéquation avec un état du monde dont l’évolution, telle que décrite par ce même discours dominant, est dépeinte comme inexorable.

Lionel Larqué évoque justement les rapports existants, les problèmes qu’ils soulèvent, et la relation à construire entre la recherche et la société civile à l’ère de l’économie de la connaissance, de la managérisation et marchandisation de la recherche et de l’enseignement supérieur, qui pourrait constituer une alternative au modèle néolibéral dominant. Il décrit la transformation en cours en France de l’enseignement supérieur et de la recherche en forces productives via la LRU (loi Libertés et Responsabilités des Universités, de 2007), en la resituant dans l’histoire du renouvellement des modes de production de richesse au sein du capitalisme des années quatre-vingt. Ceci se réalise autour de la cotation en bourse des biens immatériels et de leur intégration dans les actifs des entreprises. Ce système de production et de transfert de connaissances de l’université et des centres de recherche vers les entreprises, semble pour certains subordonner encore davantage la recherche publique aux intérêts économiques. Néanmoins, il apparaît que le précédent modèle d’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche n’était pas plus à l’écoute des besoins et attentes de la société civile et des acteurs sociaux que celui qui se met en place aujourd’hui sous l’impulsion des pouvoirs publics.

La question est alors de savoir quelle perspective et quels enjeux pourraient servir aujourd’hui de socle à une mobilisation et une alliance des forces sociales ? Un certain nombre d’obstacles se trouvent sur le chemin d’une reconnaissance des intérêts communs favorisant un rapprochement entre les milieux de la recherche et les acteurs sociaux (associations, ONG, collectifs…) concernés par la relation entre sciences et société. Parmi eux figurent un corporatisme académique par lequel les universitaires se seraient appropriés l’université au détriment de la relation intellectuelle et du contrat moral qui traditionnellement liaient les universitaires et les étudiants ; l’étouffement de l’innovation pédagogique, une voie dont la résurgence permettrait de renouveler et transformer cette relation dans un sens tourné vers des rapports émancipateurs ; l’élimination de l’histoire de la connaissance de tous les acteurs sociaux n’appartenant pas au monde académique, qui ont contribué à l’avancement des connaissances et à l’établissement du socle de savoirs sur lequel les sciences académiques ont pu prendre leur essor. Une division intellectuelle du savoir entre les producteurs de connaissance et les exécutants a perduré jusqu’à nos jours et contribué à maintenir une relation asymétrique entre le savoir académique et les savoirs produits au sein de la société civile. Les incidences de cette coupure entre deux mondes sont nombreuses tant sur le plan du financement de la recherche, des politiques de l’innovation, que de celui de la (faible) réception des récents mouvements de lutte universitaires auprès de l’opinion publique. Une manière de remédier à cela pourrait être d’ouvrir des espaces de rencontre et de discussion sur des questions d’intérêt commun, comme p.e. au sujet des universités et institutions d’enseignement et de recherche dont la société a besoin, sur le type de relations que les institutions de recherche et les acteurs sociaux peuvent envisager de développer entre eux ; enfin, il est fréquent de considérer que les populations, présumées réticentes aux innovations en matière de nouvelles technologies ou de nouveaux produits, le sont essentiellement par ignorance et que les scientifiques ont parmi leurs missions celle de dissiper les craintes infondées en usant de pédagogie. Ce présupposé ferait obstacle à la transformation effective des processus de décision et d’orientation des recherches qui s’appuie sur le recours aux dispositifs participatifs par lesquels la population est invitée à prendre part aux décisions à prendre en matière d’environnement et d’aménagement, p.e. Une manière de faire face à cette difficulté est de mobiliser les acteurs sociaux pour qu’ils fassent part aux chercheurs académiques de leurs réflexions et attentes en matière d’éthique de la recherche, de responsabilité des chercheurs et de la société civile ainsi que du type de relations qu’il conviendrait de nouer les uns avec les autres dans le cadre d’un dialogue suivi entre les différents lieux de production de connaissance dans la société.

Au final, les deux interventions convergent vers le constat d’un « enfermement » : des initiatives issues de la société civile à l’intérieur des procédures participatives ; des chercheurs professionnels dans l’idée de la suprématie de leur savoir sur tous les autres modes de production de connaissance ; de l’administration dans la conviction du bien-fondé de son autorité et de sa compétence, etc. les deux intervenants en appellent ainsi à une réflexion collective, conduite dans le cadre de séminaires et de colloques associant les différents protagonistes et singulièrement les représentants du monde académique et de la société civile. Ceci en vue de s’accorder sur les moyens concrets d’émanciper le savoir, sous toutes ses formes, des intérêts particuliers et de faire évoluer les structures et les pratiques de traitement public et contradictoire des dossiers controversés en matière de sciences et de techniques et de leurs applications dans la vie courante dans le sens de la transparence et de la démocratie.