Le dialogue des cultures à l’école, Martine Boudet


L’École, dont les médias font régulièrement la chronique, est à l’image de la société: perte croissante des repères ou des protections, expérience dangereuse des limites, sentiment d’impunité….Dans le contexte de la crise systémique, les dénis sociaux et démocratiques dont les pouvoirs publics donnent l’exemple, la banalisation de l’extrémisme xénophobe ont engendré un climat délétère, marqué par la dépression ou par la violence. Tel est le constat du médiateur de la République: «la France est au bord de l’épuisement»1. Ou celui des Assises sur le harcèlement à l’école, tenues début mai 2011: un élève sur dix serait victime de cette forme de violence aggravée.

L’économie de la connaissance et ses avatars

De nombreuses analyses et mobilisations ont porté sur le degré de légitimité des réformes en cours dans l’Education nationale, spécialement dans le domaine de la gestion des institutions, statuts et budgets. Il est nécessaire de faire aussi le point sur les programmes et contenus de formation et d’apprentissage. Cela dans le cadre de la mondialisation déclinée par la stratégie de Lisbonne à l’échelle de l’Union européenne depuis une décennie. Au nom du critère de la rentabilité immédiate et de la concurrence marchande, «l’économie de la connaissance» renforce, dans le paysage de la recherche et de l’enseignement, les clivages voire les conflits d’intérêt entre corporations, entre disciplines et entre cultures.

A quoi assistons-nous en effet? A l’émergence d’une technocratie dont les objectifs s’imposent souvent en lieu et place des instances et débats pédagogiques et didactiques. Certes, la rationalisation de la vie et des activités scolaires est une bonne chose, le risque est grand , en l’absence de contrepoids suffisants, d’aboutir au formatage des personnels et usagers. Aux dires de responsables de CRDP, la lecture des revues professionnelles accuse un net recul, au moment où est mis en place le socle des compétences, où est informatisée la pédagogie par objectifs. La perte de réactivité pédagogique est aussi à la mesure de la raréfaction des prérogatives des IUFM et de l’INRP, de la formation initiale et continue des professeurs, de la diminution des budgets alloués aux associations spécialisées…
A cette tendance managériale dont la dérive est implicitement ou explicitement autoritaire selon le degré de docilité ou de résistance des personnels, s’ajoute l’instrumentalisation des sciences et des techniques. Ce phénomène résulte quant à lui d’un processus ancien, datant de l’après 68, qui vit l’essor de l’enseignement technologique, de l’économie et des mathématiques comme discipline fondamentale. Ce dernier fait ayant été alimenté par la création des IREM (Instituts de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques)
2, qui a permis l’harmonisation de la discipline aux différents degrés et la promotion de la filière S comme filière d’excellence, ainsi que ses suites à l’échelle universitaire et de la recherche.

Le déséquilibre entre les champs disciplinaires n’a fait que s’amplifier au cours des décennies. Pour exemple, sur la ville de Toulouse, les pôles de compétitivité à caractère international sont spécialisés dans la recherche en sciences physiques et du vivant: l’Aerospace campus (2000 chercheurs, 600 millions d’euros, 17 immeubles) et le Cancéropôle qui est de même envergure. Le plan campus concerne surtout les universités de Rangueil (sciences) et des sciences économiques et sociales, en particulier sur un programme de promotion des nanotechnologies. L’Université du Mirail n’a droit qu’à la réhabilitation de son patrimoine immobilier. Dans le cadre de la LRU, l’investissement privé risque d’y être négligeable également.

D’une manière générale, au nom de la rentabilité économique, le secteur des arts, Lettres et sciences humaines et sociales (SHS) subit une marginalisation croissante. Dans le cadre des lycées, le recrutement de la filière littéraire connaît une érosion régulière, plafonnant à moins de 10%: son public est majoritairement féminin, d’origine populaire et immigrée. Un rapport de l’IGEN (Inspection générale de l’Education nationale) publié en 20063 recommandait un certain nombre de dispositions intradisciplinaires aptes à réhabiliter la filière, à l’adapter aux évolutions scientifiques et culturelles; il ne fut pas ou peu mis en application.

A ces clivages corporatifs et disciplinaires s’ajoutent ceux qui perdurent entre cultures de genre. Mai 68 a correspondu au déclin du patriarcat, symbolisé à l’époque par le général Président. Dans le trio anthropologique, c’est le jeune qui a remplacé le père en position de leader, du fait des retards mis à l’émancipation féminine et à la parité homme-femme. Entre autres facteurs, la démagogie jeuniste résulte du caractère unilatéral de la démocratisation du système scolaire: le monde enseignant se trouve souvent pris en étau entre la pression grandissante du terrain, le mandarinat universitaire et un certain immobilisme hiérarchique. La promotion d’une recherche appliquée en sciences de l’éducation permettrait de libérer la créativité enseignante. Par ailleurs, il manque des enquêtes pour évaluer la part spécifique de souffrance au travail des femmes professeures: maints témoignages montrent son importance et la nécessité de prendre davantage en compte les différences culturelles de genre. Le rétablissement de l’autorité enseignante passe par la mise en place de démarches de co-éducation et de mise en responsabilité des femmes, dans une corporation majoritairement féminine.

A ces phénomènes s’ajoutent les passifs liés au choc contextuel des civilisations, tel qu’enregistrés dans les établissements des banlieues. Le débat tronqué sur l’identité nationale et récemment sur l’un de ses corollaires, la laïcité (fermée), a pu renforcer les fractures existant avec les publics d’origine immigrée. Comme les médias d’information, des films primés, Entre les murs4 et La journée de la jupe, ont fait connaître les dysfonctionnements de la vie scolaire dans ce cadre.

Autant dire que les déséquilibres grandissants du système éducatif, tant dans les relations avec son administration qu’entre les champs disciplinaires et entre les cultures communautaires, contribuent à la déperdition du sentiment d’appartenance à une culture commune. Et empêchent sur le terrain la mise en œuvre de projets d’établissement fédérateurs et créatifs. Confrontés à la réalité d’une École à deux vitesses et d’une compétition renforcée par la privatisation croissante, sur le mode néo-libéral, du service d’éducation, les élèves français sont les plus stressés des publics testés par l’OCDE5.

De la refondation de l’éducation à la citoyenneté

Comment promouvoir dans ces conditions l’éducation à la citoyenneté , celle-ci s’avérant aussi un facteur déterminant de la refondation d’un civisme adulte assaini? Ce dont il s’agit en effet, c’est de parer aux multiples formes, consuméristes et narcissiques, du libéralisme moral, tel que médiatisé par la politique spectacle et par la culture people dont la cible est la jeunesse et qui s’ajoutent aux méfaits précités de l’économie de la connaissance.

Au plan institutionnel, rien ne s’oppose à cette entreprise. Le socle commun des apprentissages inscrit la compétence sociale et citoyenne comme l’un des sept piliers. Le ministère de l’Éducation nationale souscrit régulièrement à des démarches d’adhésion au développement durable, aux cultures européennes, aux littératures francophones, de remémoration des drames de l’histoire tels l’esclavage ou la Shoah… Pour autant, le ressenti est que l’éducation à la citoyenneté reste trop souvent parcellaire et ne marque pas durablement les publics. Quand elle est appliquée, comme c’est le cas dans le cadre du cours d’histoire -géographie (ECJS…). L’initiation aux littératures francophone et européenne, mise en place avec la réforme du français en lycée en 2000-2001, est restée quasiment lettre morte: les manuels scolaires y font peu référence, il n’y a pas de véritable accompagnement pédagogique: cela ne fait pas partie des priorités, comme l’on dit.
Quant à
l’enseignement du FLE (français langue étrangère) à destination des publics étrangers ou d’origine immigrée, sa marginalisation est inversement proportionnelle à son intérêt pour l’intégration des publics à la communauté nationale et pour la construction d’une didactique de l’interculturel en français6. Autres exemples du même ordre, la mise à l’écart partielle de la sociologie dans le cadre de la réforme de la filière ES, la suppression de l’enseignement de l’histoire en terminale S qui s’ajoute à celle des TPE (travaux personnels encadrés) en classe de Terminale.

Limites et perspectives du modèle républicain

Comment expliquer un tel bilan? En fait, aux dérives mondialisées de l’économie de la connaissance, il faut ajouter les limites du modèle républicain. L’objectif qui a consisté à mettre «l‘enfant au centre des apprentissages» correspond, entre autres facteurs constitutifs, à la conception individualiste de la République française. Son indéniable légitimité réside dans la valorisation de la dignité de toute personne, dans la possibilité qui est donnée à chacun(e) de construire une personnalité autonome également. Cela dit, il devient urgent de pondérer les inévitables dérives egocentrées, ethnocentrées et unitaristes de ce modèle. A défaut de quoi, dans le rapport des forces socio-éducatif actuel, l’on s’expose à renforcer les concurrences et compétitions plus ou moins loyales, l’isolement des plus faibles également. En externe, la défense des ressortissants français à l’étranger s’effectue trop souvent de manière unilatérale, au détriment ou en l’absence de celle de peuples fragilisés ou dominés par notre État-nation, cela au compte d’intérêts contestables.

A contrario de la tendance lourde de la société, éduquer les publics à un décentrement volontaire à l’égard des instances de pouvoir ou de consommation nécessite de théoriser et de mettre en pratique une citoyenneté de l’altérité. « Je est un autre » disait Rimbaud. Au plan technique, la société des médias à laquelle sont formés les jeunes permet de relayer cette entreprise. Celle-ci complète par ailleurs la toute aussi nécessaire éducation à un développement soutenable et à la bio-diversité. Le respect de l’autre et de sa différence passe d’abord par celui de son environnement.

Les prémisses de cette citoyenneté de l’altérité nous ont été donnés avec la reconnaissance par l’État, les médias, les entreprises…du principe de «diversité culturelle» , tel que revendiqué par les jeunes des banlieues en 2005. Il faut rappeler que ce «mai 68 des banlieues» a précédé la mobilisation juvénile et populaire qui obtint dans la foulée l’abrogation de la loi sur la création du contrat première embauche (CPE).
Pourquoi ce principe n’a-t-il pas été encore vraiment pris en
compte dans l’Éducation nationale? L’obstacle réside dans les préjugés vivaces à l’égard des différentes formes de culture communautaire, qu’elles soient d’ordre religieux, linguistico-culturel, ethnique. A la différence de maints pays européens limitrophes, tels l’Espagne, notre pays cultive une méfiance excessive à l’égard des expressions religieuses (démarche dite de «laïcité fermée»), de celle des langues-cultures des régions historiques, des DOM-TOM, des banlieues. Le culte de l’unité nationale, de l’universalisme et d’une citoyenneté individuelle ne doit pas conduire à des formes extrêmes de déculturation qui seraient autant de pertes de substance ontologique, d’être au monde. Le déni des problématiques culturelles (au sens anthropologique du terme) conduit à des aberrations: du fait de l’hégémonie grandissante de l’anglo-américain comme langue scientifique, commerciale, diplomatique… les menaces qui pèsent sur l’avenir du français, pourtant langue de l’unité républicaine, comme le décrète l’article 2 de la Constitution, ne donnent lieu à aucune forme de résistance organisée, comme le déplore l’association Courriel. La transmission du patrimoine national est en jeu; au-delà, c’est d’adaptation à la nouvelle donne mondialisée dont il s’agit:

« Historiquement, le sujet moderne s’est incarné d’abord dans l’idée de citoyenneté, qui a imposé le respect des droits politiques universels par-delà toutes les appartenances communautaires.(…)Pendant la période dominée par le paradigme social, c’est la lutte pour les droits sociaux (et en particulier pour les droits des travailleurs) qui a été au centre de la vie sociale et politique.

Aujourd’hui, l’installation du paradigme culturel met au premier plan la revendication de droits culturels. De tels droits s’expriment toujours par la défense d’attributs particuliers mais ils confèrent à cette défense un sens universel. »7

L’adaptation de l’Education nationale à la mondialisation nécessite d’apporter des réponses aux questionnements d’ordre anthropologique des publics: concernant les relations à entretenir entre pays de l’Union européenne, du nord et du sud, avec l’Islam, la chrétienté et la laïcité, avec la francophonie, l’anglophonie et la culture people, entre les cultures de genre, entre les générations… Jusqu’à présent, les réponses institutionnelles sont essentiellement d’ordre structurel ou de l’ordre de la sanction, scolaire, policière, militaire même: création des établissements ambition-réussite, des internats d’excellence, du policier-référent, relégation des publics violents dans l’ espace incontrôlé des casernes 8….Entre autres démarches pédagogiques, le dialogisme interculturel, interdisciplinaire, paritaire, inter et intragénérationnel… s’impose pour éduquer à une citoyenneté plurielle, complexe et évolutive ce faisant:

« L’émergence d’une épistémé de la diversité impose des remises en cause méthodologiques et épistémologiques.(…) Tous les États occidentaux sont confrontés à ces interrogations. Le modèle centralisateur et uniformisateur jacobin dont la France post-révolutionnaire fut l’exemple achevé, mais qui fut à l’œuvre, avec des nuances, partout en Occident ainsi que dans l’ensemble des anciennes colonies et particulièrement au Nouveau monde, est progressivement contesté.(…) Parallèlement émerge une nouvelle mentalité visant à prendre davantage en compte les différentes composantes de la diversité. Ce phénomène s’explique par une meilleure prise de conscience de l’altérité, par la multiplication des échanges et des rencontres interculturelles, par les nécessités d’améliorer les relations entre les communautés et d’éviter les dérives «nationalitaires».»9

A rebours de l’unitarisme comme des communautarismes, il s’agit donc de pratiquer «l’unité dans la diversité», comme le dit la devise européenne. A rebours de l’économie de la connaissance technocratique et technoscientiste, qui maintient élèves et citoyens dans l’empirisme inter-subjectif10, la reconstruction d’un pacte de convivialité adapté aux enjeux de la période passe par la didactisation des fondamentaux des SHS. Entre autres sciences à promouvoir, citons l’anthropologie (dont l’un des objets est la question des appartenances culturelles, de quelque nature qu’elles soient) et la sémiologie (dont l’analyse porte sur les représentations, précieuse dans la société des médias)… Entre autres éléments, la rééquilibration des humanités scolaires est conditionnée à la création d’un Institut de recherche pour l’enseignement du français discipline fondamentale et du champ disciplinaire associé (IREF) et au-delà à celle d’un institut interdisciplinaire de la Francophonie. La publication récente d’un référentiel en histoire de l’art 11est un exemple à suivre, pour la reconfiguration du champ des sciences de l’éducation. Cela dans l’objectif d’une éducation à l’altérité, condition nécessaire à la réhabilitation dans notre pays du jeu démocratique et d’une politique de co-civilisation.12


Bibliographie

Abdallah –Pretceille Martine, L’éducation interculturelle (Que sais-je ?)

Agazinski Sylviane, La politique des sexes (Seuil, 2001)

Appel à promouvoir français, Lettres, langues, arts, philosophie, sciences sociales...(2008)
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article150

Attac (texte collectif): Economie de la connaissancehttp://www.france.attac.org/archives/spip.php?article9411

Baumgratz Gangl Gisèle, Compétence transculturelle, Paris –Hachette, 1993

Boudet Martine- Saint-Luc Florence, 2010, Pour une politique éducative de co-civilisation -propositions alternatives pour la formation des enseignants
http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3472

Bourdieu Pierre (2002), La domination masculine, Points- Essais

Clanet Claude, (1993) L’interculturel-introduction aux approches de l’interculturel en éducation et en sciences humaines(Presses Universitaires du Mirail

Férréol Gilles et Jucquois Guy, Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles (Armand Colin, 2003)

Meirieu Philippe, Vers une école de la citoyenneté, in Construire ses savoirs, construire sa citoyenneté du GFEN (Chronique sociale, 1996)

Morin Edgar. (1999), Relier les connaissances (le défi du 21e siècle) ouvrage collectif (Seuil,)

Morin Edgar (2008), Pour une politique de civilisation, Diffusion Seuil

Touraine Alain (2005), Un nouveau paradigme (pour comprendre le monde d’aujourd’hui) Fayard

Touraine Alain (2007), Penser autrement, Fayard

Wolton Dominique (2006), Demain la francophonie, Flammarion

1Rapport annuel Médiateur de la République (2011)
http://www.mediateur-republique.fr
(voir
Le rapport annuel 2010 du Médiateur de la République (PDF – 2.7Mo)
et le
Dossier de presse du rapport annuel 2010 (PDF – 1.3Mo)

2 Le portail des IREM : www.univ-irem.fr

«Ce sont des services de l’université, en relation avec le département des mathématiques, les services rectoraux, l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres) et l’inspection de mathématiques. Les IREM ont été créés en 1969 avec les missions suivantes : contribuer à la formation initiale et continue des enseignants, contribuer à l’expérimentation pédagogique, élaborer et diffuser des documents pour enseignants et formateurs, mener des recherches sur l’enseignement des Mathématiques.

La principale originalité et richesse des IREM est de réunir pour ces missions des enseignants de Mathématiques de tous les niveaux (collège, lycée, lycée professionnel et technique, école, université, IUFM). Les différents IREM se sont progressivement organisés en un réseau de 26 IREM en France. »

3 Rapport de l’Inspection Générale de l’Education nationale (2006), Evaluation des mesures prises pour réévaluer la filière littéraire en lycée

4Subventionné par un programme de France 2 et par l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion nationale et l’égalité des chances), ce docu-fiction s’inscrit dans le courant de la diversité culturelle, Ce courant est représenté par d’autres œuvres collectives, telles le film Indigènes de Rachid Bouchareb (2006) qui concerne l’histoire coloniale. Rappelons qu’à cette époque, fut abrogé l’article de loi portant obligation d’ «enseigner à l’Ecole le caractère positif de la colonisation ».

5 C’est en France également que la consommation des calmants et des anxiolétiques est la plus importante

6Collectif national FLE-FLS (Chantal Forestal), Livre blanc de la langue-culture française et de son enseignement en France et à l’étranger, p.3 :

« Dans le secteur public, les enseignants spécialisés FLE/FLS ne peuvent être titulaires puisqu’ aucun type de concours de la fonction publique ne leur est spécifiquement destiné. Ces enseignants sont donc agents non titulaires, pour l’immense majorité en contrat à durée déterminée, sans aucun espoir d’avenir professionnel et quel que soit le type d’organisme pour lequel ils travaillent : universités, collectivités et entreprises publiques, ministères de l’Éducation ou de l’Agriculture. Mal reconnus bien que parfaitement formés, ils assurent des missions pérennes, et prouvent chaque jour par leurs compétences, leur expérience et leur investissement qu’ils sont un élément indispensable au bon fonctionnement d’une véritable mission de service public, à savoir l’accueil et la formation de personnes désireuses d’apprendre le français pour vivre et s’intégrer en France, pour participer aux échanges économiques internationaux ou encore simplement pour découvrir et diffuser la culture française. Ils servent donc l’intérêt général et contribuent au bien-être à la fois matériel et culturel des populations françaises et francophones du monde entier. »

7 Alain Touraine, Un nouveau paradigme (pour construire le monde d’aujourd’hui) p. 337- Fayard, 2005.

8

« NON à la politique « éducative » nationale-sécuritaire discriminatoire » – Pétition : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N10350

9 Gilles Ferréol et Guy Jucquois, Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, p.100-101 (Armand Colin, 2003)

10 www.pacte-civique.org. La création du pacte civique eut lieu les 14 et 15 mai 2011

11trois propositions de référentiels en histoire de l’art et archéologie mis en ligne sur le blog de l’APAHAU,’association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités.

12Alain Touraine (2007), Penser autrement, p. 255-257 Fayard
« L’idée de communication interculturelle ne peut se développer que dans l’aire d’influence des sociétés qui reconnaissent l’universalisme de la raison et celui des droits humains.(…) La modernité n’existe pas sans le sujet, et celui-ci n’existe pas sans la modernité, c’est-à-dire hors de l’association de la raison et des droits individuels. Avec cette triade, la communication interculturelle est possible. »


1- Michel Barthélémy, présentation 11° séance politiques des sciences « Sciences et société : un impératif démocratique ? » 060511

La crise environnementale que nous vivons a changé de statut. Elle s’est développée depuis au moins quelques dizaines d’années à bas bruit, ne diffusant pas au-delà de cercles restreints d’initiés. Depuis peu de temps, finalement, elle a fini par éclater au grand jour. Cette crise est ainsi devenue l’objet d’une reconnaissance publique à l’échelle mondiale, de la part des gouvernants comme des citoyens, et un objet de recherche de la part des scientifiques de nombreuses disciplines. Nombre d’initiatives, gouvernementales et d’ONG ont été prises débouchant sur la mise en œuvre de mesures pour tenter d’y faire face. Celles-ci se heurtent notamment à de puissants intérêts privés coalisés, parfois efficacement relayés par les politiques, tenus par les échéances électorales. Le constat s’est fait jour que les régimes démocratiques représentatifs – fondés sur la délégation du pouvoir souverain de la Nation à ses représentants – n’étaient peut-être pas aptes, en l’état, à faire face aux défis que les contraintes nouvelles et sérieuses générées par les activités humaines posaient, avec une insistance croissante, à la planète et à ses habitants[1]. Il est apparu que les liens étroits et par ailleurs nécessaires entre la sphère du pouvoir politique et les intérêts économiques pouvaient être contreproductifs si, d’une part, ils n’étaient pas contrebalancés par une régulation politique de l’activité économique associant les parties prenantes et parmi elles les citoyens et si, d’autre part, cette régulation, par les choix qu’elle faisait, n’avait pas pour vocation d’assurer le bien commun. Ce qui passe justement par la mise en perspective et en balance, d’un côté, de la poursuite des intérêts privés, avec leur souci d’atteinte d’objectifs (ultimement financiers) à court terme, et de l’autre le temps long de la sauvegarde des intérêts vitaux des générations futures. Car, en effet, le risque est réel que les initiatives et décisions de la sphère économique, en l’absence d’un dispositif d’examen contradictoire et au cas par cas de leur impact et de leur légitimité au regard de l’intérêt général, puissent durablement obérer des intérêts fondamentaux.

Or prendre pour horizon pertinent de l’examen des politiques et de l’action publiques l’état du monde qui accueillera les générations à venir, conduit à prendre en compte les conditions de vie, c’est à dire également les modes de production et de consommation des générations présentes et leur incidence, non voulue mais cependant durable et systémique sur l’environnement. La place qui est faite à la recherche et innovation dans nos sociétés joue évidemment un rôle essentiel dans l’ensemble de ces pratiques d’exploitation accélérée des ressources naturelles. Elle peut les accompagner servilement, comme elle peut inversement alerter sur les risques qu’un usage irraisonné et mercantile de ces moyens de domination de la nature et de l’Homme véhiculés par la technoscience peut comporter pour la sécurité et le bien-être de tous.

La prise de conscience de l’importance de l’empreinte des activités humaines sur la biosphère appelle ainsi à penser et à organiser concrètement les conditions d’une solidarité transgénérationnelle qui influe sur et s’exprime dans les actes de la vie quotidienne et les pratiques institutionnelles. Ce souci, bien compris, des autres et de soi-même ne va pas sans reconsidération de la manière dont les affaires de la société et du monde sont « gérées » par ceux qui en ont la charge, l’autorité et la compétence. Ces dernières qualités – faut-il s’en plaindre ? – sont de moins en moins accordées par avance et une fois pour toutes sur le mode d’un blanc-seing. Dans notre histoire immédiate, nous avons accumulé suffisamment d’exemples de situations, tant dans le domaine de l’économie et la finance, que de celui de la santé, ou encore du nucléaire, pour nous convaincre du fait que l’intérêt général ne naît pas, comme mécaniquement en quelque sorte, de l’ensemble des intérêts particuliers livrés à leurs seuls appétits. C’est pourquoi, à la suite de ces débordements et des craintes que la dérégulation fait naître, l’idée d’une régulation politique locale, nationale ou/et internationale, selon la nature des enjeux, s’impose peu à peu dans diverses sociétés et parmi l’opinion publique.

Du reste, c’est bien cette même préoccupation qui est déterminante dans la reconnaissance du principe de précaution. En effet, Le principe de précaution a été reconnu en France comme un principe constitutionnel en tant que composante de la charte de l’environnement en 2005, et associé au principe de participation. Celui-ci reconnaît à tout citoyen le droit de prendre part à l’élaboration des décisions en matière d’aménagement et d’environnement notamment. Deux articles de cette charte, qui en comptent dix, méritent d’être cités :

L’article 5 stipule que « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par l’application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. (…) Dotés de ces nouveaux droits, des citoyens pourront saisir les tribunaux administratifs pour contester des décisions prises par l’Etat ou par des collectivités territoriales, dès lors qu’ils estimeront qu’il y a risque d’un possible dommage pour l’environnement. »

L’article 7, quant à lui, consacre le droit d’accès des citoyens à l’information et leur droit de participation à la décision : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »[2].

 

Cette ouverture du processus d’expertise à la société est bien la question que nos invités, Jean-Michel Fourniau et Lionel Larqué vont aborder tour à tour dans le cadre de cette séance exceptionnelle du séminaire Politiques des Sciences à Dijon, qui se tient à l’occasion du contre-G8 de l’éducation et de la recherche. J’en profite pour saluer ses organisateurs pour le travail qu’ils ont fait et les remercier de nous avoir invités à prendre part à ces journées d’étude, situées à la croisée du politique et du scientifique.

Je commencerai par une rapide présentation des intervenants : Jean-Michel Fourniau est sociologue, directeur de recherche au Cnrs. Il est membre du département économie et sociologie des transports de l’Institut français des sciences et des technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux. Mais ce n’est pas tout ; il est également membre du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’École des hautes études en sciences sociales (GSPR, EHESS). Et surtout, et cela nous intéresse plus particulièrement ici, il a créé et dirige actuellement le Groupement d’intérêt scientifique « Participation du public, décision, démocratie participative », qui va tenir un colloque international sur le thème : « Le tournant délibératif : Bilan, critiques, perspectives », les 16 et 17 juin prochains à l’amphithéâtre de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris[3].

Lionel Larqué est physicien de formation et co-initiateur du Forum Mondial Sciences et Démocratie, qui a organisé ses deuxièmes rencontres à Dakar en février 2011[4]. Ce forum entend combler une lacune en matière de dialogue politique à l’échelle locale et internationale entre les institutions scientifiques et les acteurs sociaux sur les questions se rapportant aux effets de l’activité des premières sur l’environnement des seconds et ses incidences sur la biosphère. La question pourrait se formuler ainsi : quelle forme de concertation inventer et promouvoir qui permette d’associer les acteurs de la société civile durablement et le plus en amont possible de la préparation des décisions conduisant à la mise en œuvre de programmes de recherche au long cours ? dit autrement, quelle place peut être reconnue à ces protagonistes aux côtés des habitués du cercle fermé des relations entre sciences et société que sont les détenteurs présumés des savoirs (en premier lieu les scientifiques et les experts) et des pouvoirs (économiques et politiques), en bref de ceux qui « savent » et de ceux qui peuvent orienter les recherches et en retirer les bénéfices, et, pourrait-on ajouter, étouffer ou esquiver les questions qui gênent sur le processus de décision lui-même comme sur les conséquences des décisions prises ?

Comme on l’a dit auparavant, la reconnaissance d’une valeur constitutionnelle à la charte de l’environnement a modifié la donne, puisque par son intermédiaire la société civile a fait son entrée légitime dans le concert des parties appelées à se prononcer sur des choix locaux et de société.

Simplement, ainsi que l’indique Jean-Michel Fourniau, dans un article de la Revue européenne des sciences sociales daté de 2007 et intitulé « L’expérience démocratique des « citoyens en tant que riverains » dans les conflits d’aménagement », la participation du public dans ces processus ne va toujours pas de soi et n’est pas entrée dans la routine. Cette idée s’est en effet heurtée en amont aux réserves à la fois du syndicat patronal et de l’Académie des Sciences de de médecine qui redoutaient que sa mise en œuvre inconsidérée par les citoyens ou encore les associations de défense ou les collectifs les représentant se traduisent par des actions visant à freiner la recherche et l’innovation. En aval, l’accroissement de la participation des citoyens à la décision politique n’a pas comme par enchantement levé les barrières qui cantonnent le public à un rôle subalterne, par rapport à celui qui est reconnu à ceux qui sont investis d’un savoir et d’un pouvoir – les experts, les élus et les représentants des intérêts économiques – en matière de définition publique d’une situation problématique et de leur compétence supposée à mettre en place un traitement approprié pour y remédier ou en atténuer les conséquences nuisibles.

Néanmoins, les acteurs sociaux ont progressivement conquis une place de haute lutte, sous une identité propre et revendiquée comme telle, dans ce sport de combat qu’est le passage, jamais acquis une fois pour toutes, des règles de la démocratie représentative, qui laisse les citoyens en-dehors du processus de décision effectif, à celle de la démocratie participative, par laquelle les citoyens sont informés des détails du projet et consultés sur celui-ci par les autorités sans que cela n’entraîne de contrainte forte sur la décision qui appartient à ces dernières, et de la démocratie délibérative, qui associe étroitement les acteurs de la société civile (ONG, associations, collectifs…) aux côtés des chercheurs institutionnels à toutes les étapes préparatoires d’une décision à prendre jusqu’à la prise de décision elle-même.

Comment les scientifiques, qui sont une des composantes des débats publics sur les questions sociétales et occupent une position parfois délicate, financés par des commanditaires, publics ou privés, et participant à la mise en place de dispositifs participatifs hybrides associant le public aux experts, trouvent-ils leur place dans ces processus ? De quelles attentes contradictoires sont-ils l’objet de la part des protagonistes, aux points de vue et intérêts non convergents, de ces rencontres, forums et débats publics ? Quelle évolution ces formes de dialogue entre personnes et groupes d’horizons différents peuvent-elles connaître pour rendre la définition et la résolution des problèmes de société plus démocratiques ? Ce sont quelques-unes des questions que posent ces situations et activités qui participent à la fois de l’action politique et du débat technique visant à faire surgir et prendre en compte des questions, des points de vue et des intérêts auxquels les autres protagonistes peuvent ne pas avoir songé voire les conduire à reformuler plus ou moins largement la vision du problème qu’ils s’étaient faite au préalable. Finalement, que peut-on raisonnablement attendre du développement  des dispositifs participatifs quant à un renouvellement potentiel de nos principes et pratiques démocratiques ?

 

Je cède la parole à Jean-Michel Fourniau, qui, en s’appuyant sur une recherche qu’il vient de réaliser sur les nanosciences va, entre autres choses, examiner la manière dont l’exigence de participation du public dans les débats les concernant a pu modifier la façon dont les scientifiques envisagent leur façon de faire des expertises. Ce sera l’occasion d’évoquer la place particulière des sciences sociales, très présentes dans ce domaine.

Lionel Larqué traitera de la question précisément de l’indépendance de la recherche,  qui serait menacée par les pressions politiques et économiques, sous les auspices de « l’économie de la connaissance ». Il opposera à cette situation la possible émancipation que pourrait apporter aux agents et institutions de recherche une meilleure coopération avec les acteurs de la société civile sur des enjeux partagés.


[1] Cette thèse est développée dans l’ouvrage de Dominique Bourg et Kerry Whiteside, intitulé Vers une démocratie écologique, Seuil, 2010.

[2] Extraits d’un texte accessible ici : http://gestiondecrise.com/spip.php?article35 Avant cette charte, la loi Barnier de 1995 imposait une obligation de concertation pour tous les projets d’infrastructure ayant une incidence environnementale. Une Commission Nationale du Débat Public est mise en place qui devient une autorité administrative indépendante en 2002 (Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie, Seuil, 2008, p.16).

2- Jean-Michel Fourniau : « Les dispositifs de participation des citoyens aux décisions scientifiques et techniques » 11° séance 060511

Mon exposé traite de la question des dispositifs de participation des citoyens aux décisions scientifiques et techniques. Effectivement, y compris dans le domaine des sciences, même si s’expriment des résistances assez fortes à son sujet, cette question d’un impératif participatif s’est largement imposée depuis quelques années.

Par conséquent, à partir de plusieurs travaux de recherche, je voudrais parcourir les formes que cela a pris, poser des éléments de description. Ce choix d’un angle d’approche plus descriptif que théorique tient au fait que je n’ai pas encore pu prendre le temps d’écrire un papier sur ce sujet. Car, pour une bonne part, sur cette question-là, ce sont des travaux que l’on a démarrés il n’y a pas longtemps et qui n’en sont pas tout à fait au stade de l’écriture.

Pour poser la réflexion on peut partir d’un double constat : d’une part un constat, qui est valable aussi dans le domaine de l’aménagement, qui est celui de la grande variété des formes de participation, qui indique qu’il y a un mouvement réel vers ce que p.e. Dominique Pestre, dans un article à paraître, appelle un « ordre participatif » dans le domaine des sciences et des techniques, que l’on pourrait appeler aussi une mise en participation de la science. Il y a donc un mouvement réel, mais qui prend des formes extrêmement variées. Cette mise en participation transforme assez fortement les conditions de la résistance à la progression des technosciences perçues comme une des formes de la globalisation néolibérale. Et, pour présenter ce thème, je m’appuierai sur les réflexions auxquelles donne lieu le développement des nanosciences depuis une dizaine d’années. Cette participation, puisqu’elle accompagne depuis l’origine le mouvement des technosciences, soulève un ensemble de questions dont celle de la forme de la participation, avec de manière récurrente celle qui s’adresse à la fois au monde associatif mais aussi d’une manière plus spécifique aux sciences sociales : est-ce que les sciences sociales ne sont pas aujourd’hui complètement « embarquées » (embedded) dans le mouvement des technosciences ? Et est-ce qu’elles perdraient toute dimension critique du fait de ce processus d’« enrôlement » direct qui les touche dans le programme scientifique des nanosciences  et des nanotechnologies comme est affectée la participation des citoyens ?

Nous sommes ainsi conduits à un certain nombre de réflexions, qui peuvent être philosophiques. C’est p.e. une des questions, une des angoisses, qu’exprime Bernadette Bensaude-Vincent dans son ouvrage Les vertiges de la technoscience[1]. Dans cet ouvrage, l’auteure s’interroge justement sur ce mouvement qui embarque les sciences sociales. Pour traiter de cette question, je m’appuierai sur l’ouvrage de Brice Laurent Les politiques des nanotechnologies[2]. Il s’interroge sur les différentes formes que prend cette participation et les questions qu’elle pose. Je pense que c’est une question intéressante à débattre et puis qui interroge directement le type de participation que peuvent avoir des associations dans le développement de l’expertise, dans la régulation et la programmation de la recherche, qui sont des questions actuelles.

Mon exposé comportera trois temps. En premier lieu, je voudrais simplement m’interroger sur les différentes figures de la participation des citoyens aux décisions scientifiques en m’intéressant à la question de l’expertise. Dans un deuxième temps, je voudrais m’intéresser à l’engagement citoyen dans le cas des nanotechnologies et puis, dans un troisième temps, examiner la question des « publics engagés » et des différentes formes d’engagement des publics qu’on peut vérifier dans le cas notamment des nanotechnologies.

Les différentes figures de participation des citoyens

 

Sur la première question, au sujet de la réalité de ce mouvement qui se traduit par cette grande diversité de dispositifs de participation, il s’avère que celle-ci peut être organisée en quelques grandes figures : j’en retiendrai trois et j’en rajouterai une quatrième portant sur la question du long terme.

Des trois premières, que l’on peut voir à l’œuvre dans différents dispositifs, c’est d’abord la figure du profane qui émerge, avec les dispositifs associés de mobilisation des profanes que sont les conférences de citoyens, avec notamment une proposition de loi de la fondation sciences citoyennes pour développer et institutionnaliser, sous le nom de conventions de citoyens, ces conférences de citoyens. Ce qui conduirait à mobiliser régulièrement cette figure du profane en institutionnalisant les conventions de citoyens. La deuxième figure est celle de la montée en compétence des organismes de la société civile dans les conflits d’expertise à un niveau local. On a vu, notamment autour des agences d’expertise, depuis une dizaine d’années, se dessiner un mouvement qui accompagne les transformations mêmes des agences d’expertise, la création de l’Afsset (L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) en début 2001, aujourd’hui transformée en Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) par la fusion avec l’agence française de sécurité des aliments (Afsa), la création de la Haute autorité de santé, et d’autres instances ; le tout avec des dispositifs, dont celui qui a été un peu médiatisé, concernant les groupes d’expertise pluraliste[3]. Le premier cas de ce genre a été celui monté autour de la Hague en 1997, au sujet de questions relatives au nucléaire. La troisième figure est celle qui prend la forme de programmes de recherche coopératifs, qui appelle un renouvellement des questions de recherche par des questions venant de la société civile à travers la mise en place de programmes de recherche coopératifs. La région Ile-de-France a été la première à importer du Québec les programmes Aruc (Alliance de recherche universités-communautés)[4] qui, en France, s’appellent PICRI (Partenariat institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation)[5]. Le ministère de l’écologie a développé depuis quelques années un programme REPERE[6] qui appelle le même type de montage : pour soumettre un projet, il faut associer un laboratoire de recherche et une organisation de la société civile. Ce qui correspond à la volonté de créer de la sorte une plus grande capacité des organisations de la société civile à participer à l’orientation et à la programmation de la recherche.

On trouve donc ces trois figures. Je m’arrêterai à cette énonciation pour revenir rapidement sur chacune d’elles.

La figure du profane

Cette première figure a fait l’objet de bon nombre de travaux et d’interrogations. Ce mot de « profane » s’est largement imposé dans les sciences sociales et cela a donné lieu à un certain nombre de réflexions et de critiques. Un ouvrage collectif paru en 2008 et coordonné par Th. Fromentin et S. Wojcik, a traité de cette question du profane dans les sciences sociales[7]. Une question qui appelle évidemment pas mal de critiques. J’aimerais évoquer cette question sous un aspect particulier qui est la réflexion qui a été conduite, justement dans le cadre d’une recherche PICRI entre la fondation Sciences Citoyennes et un ensemble de chercheurs de l’École des Mines au Centre de Sociologie de l’Innovation mais qui associait d’autres chercheurs venus d’autres disciplines. Ainsi le comité de pilotage comprenait Michel Callon du CSI, mais aussi Marie-Ange Lhermitte, qui est une juriste ayant travaillé sur le sang contaminé, Dominique Rousseau, un constitutionnaliste, et d’autres. C’est un travail qui a donné lieu à un rapport en 2007 et qui a préparé la proposition de loi qui a été déposée ensuite par la fondation Sciences Citoyennes sur les conventions de citoyens[8]. J’ai eu l’occasion de faire un article sur ce sujet dans lequel je critique la mise en forme qui a été proposée. La raison de ma critique est que, comme c’est souvent le cas en France, cette proposition de loi tend à durcir la figure du profane et notamment les dispositifs associant des profanes, en transformant ce dispositif des conférences de citoyens, qui nous vient d’Europe du Nord, d’une manière assez française qui essaie de créer, à travers cette figure du profane, un individu complètement coupé de toutes ses attaches.

En disant ça, j’énonce une première chose qui est tout à fait importante et qui tient au fait qu’à chaque fois un dispositif, c’est aussi la constitution d’un public. Et la question de la participation, d’une manière assez générale, mais c’est vrai aussi évidemment dans le domaine scientifique, c’est toujours aussi la création des publics que l’on veut associer. Et si je prends cette question de la sorte, à travers des figures, c’est parce que justement chaque type de dispositif appelle un type de figure de ce qu’est la société civile, de ce que sont les acteurs sociaux particuliers pour les engager dans un type de réflexion, un type de participation à l’élaboration des décisions scientifiques. Donc, les conférences de citoyens, telles qu’elles ont été abordées, notamment à travers cette recherche, et dans la proposition de loi, visent essentiellement à permettre à des citoyens ordinaires de participer à l’élaboration de choix scientifiques et techniques en rendant un avis. Le dispositif des conférences de citoyens est un dispositif qui, par tirage au sort de citoyens, par un dispositif de formation de ces citoyens, les met en capacité d’interroger des experts sur une question et, une fois qu’ils ont fini d’interroger les experts, de délibérer entre eux pour produire un avis sur des questions de choix scientifiques et techniques. Ce type de dispositif de participation de citoyens ordinaires a effectivement été mis en place au Danemark à la fin des années 80, essentiellement sur des questions scientifiques et techniques avec l’idée que sur ces questions-là, qui comportent un fort degré d’incertitude scientifique, les clivages et les positionnements des différents acteurs sociaux ne sont pas encore stabilisés. On n’est donc pas dans une figure de conflit, comme on peut en avoir sur des questions d’aménagement ou des questions sociales, avec des acteurs constitués qui entrent en conflit mais où les acteurs sont déjà constitués et ont déjà, sur toute question qui se présente, des positions relativement arrêtées ou construites depuis longtemps. Bien-sûr, elles peuvent bouger au cours du conflit, mais on est déjà dans un système de positions qui est fortement construit. L’idée poursuivie, c’est que face à des questions nouvelles – les premières conférences de citoyens, et le plus grand nombre de conférences de citoyens ont porté sur la question des OGM et notamment des OGM dans l’alimentation -, l’idée c’est que ce sont des questions nouvelles où il y a déjà des intérêts qui existent mais sur lesquelles, globalement, les positions n’ont pas été complètement construites dans la population et dans le corps politique. Le problème c’est bien de construire l’opinion publique en faisant appel à des citoyens ordinaires. C’est tout l’intérêt de ces dispositifs. En France, il y a eu une conférence de citoyens sur les OGM en 1998, dont beaucoup des acteurs étaient déjà fortement constitués, la confédération paysanne notamment, et cela faisait quelques années qu’ils s’étaient saisis du problème, les acteurs étaient constitués, la FNSEA avait pris position, etc. Par conséquent beaucoup des acteurs ont considéré que la conférence de citoyens était une manière de contourner les acteurs sociaux ou ont jugé que finalement la conférence de citoyens avait produit un blocage complet. Et notamment à la suite de la conférence de citoyens, le compte rendu qui en a été fait à la Cité des sciences a provoqué une sorte d’explosion sociale et a bloqué la situation, en rendant impossible d’en discuter pendant un certain temps. Elle a donc été contre-productive de ce point de vue-là.

La figure du profane pose bien la question des rapports avec l’ensemble des acteurs sociaux. En France, on a durci cet aspect, notamment dans la proposition de loi faite par la fondation sciences citoyennes, en insistant sur le déroulement de la procédure qui doit garantir que l’on a bien affaire à des profanes, c’est à dire à des gens qui n’ont aucun lien avec des acteurs sociaux. Ce qui durcit évidemment la question portant sur le type de public qui est construit par rapport aux autres acteurs sociaux qui se constituent à travers les syndicats, les associations, etc., et qui entrent en conflit avec d’autres acteurs, avec Monsanto, les producteurs d’OGM, les semenciers, etc. Donc, ce type de dispositif et ce type de participation ont  d’emblée soulevé cette question.

 

La figure de la montée en compétence

À peu près à la même époque, a éclaté le conflit des « mères en colère » à la Hague engendré par des leucémies d’enfants et un cluster de leucémies d’enfants mis en lumière par un médecin à la fin des années 90[9]. L’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (Irsn), qui est une des agences mise en place une dizaine d’années après Tchernobyl, a été justement constitué pour réorganiser, suite à Tchernobyl, l’expertise en matière nucléaire et essayer de la rendre complètement indépendante du gouvernement. Pour cela ont été sortis du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) tous les gens qui faisaient de l’expertise pour les mettre dans cette agence indépendante. Annie Sugier, qui était directrice de la radioprotection à l’Irsn, a proposé de monter un groupe d’expertise pluraliste[10], associant les acteurs en conflit à la définition du protocole d’expertise et à la conduite de l’expertise. C’est une expertise qui a été menée pendant plusieurs années.

Ce type de dispositif a été répété dans quelques cas et a conduit un certain nombre d’agences à engager, à partir de 2006, un mouvement collectif des agences publiques d’expertise pour rédiger, juste avant le Grenelle de l’environnement, une charte d’ouverture à la société. Pour l’instant elle a été signée par l’Afsset, l’Ineris (Institut National de l’Environnement et des Risques) et l’Irsn. Elle est actuellement en train d’être relancée. C’est une charte très courte[11] : « Le premier engagement pour améliorer l’évaluation des risques à travers un dialogue renforcé avec la société, c’est d’accompagner les acteurs de la société dans l’acquisition des compétences nécessaires à leur implication et prendre en compte leur contribution dans le processus d’évaluation ». C’est donc cette figure de la montée en compétence que l’on retrouve dans toute la littérature sur la participation, en particulier sur le thème de « l’empowerment » ou de mise en capacité. Il y a donc bien là l’insistance mise non plus sur l’idée du profane, de l’absence d’attachement, mais au contraire sur le fait que participer suppose d’être capable de monter en compétence. Ce qu’organisent aussi les conférences de citoyens, mais dans un processus fermé. Or, là, il s’agit d’en faire un processus social ouvert dans lequel les agences d’expertise notamment, donc les scientifiques, sont appelés à jouer un rôle important. Il ne s’agit pas simplement de reconnaître finalement l’existence des acteurs de la société civile, mais de souligner le fait que ces acteurs doivent pouvoir participer au processus de l’expertise et aux décisions qui résultent de l’expertise et que pour cela il faut accompagner leur montée en compétence.

D’une certaine manière dans la convention d’Aarhus[12] de 1978, qui est la convention internationale que, d’une certaine manière, la charte de l’environnement de 2005 traduit constitutionnellement en France, est mis en avant le rôle de l’administration et des fonctionnaires en matière d’information sur les questions environnementales, qui doit être un rôle de mise à disposition active de l’information. Or, ce seul point pose à l’administration des problèmes quasi insurmontables. Il ne s’agit pas seulement de produire l’information liée aux activités de l’administration, il s’agit aussi d’être capable de répondre aux questions des administrés, et de garantir que ces réponses puissent être comprises de l’ensemble des gens. Ce qui supposerait une démarche proactive, qui vient largement du monde anglo-saxon, mais le problème est que dans l’administration française il n’y a absolument personne qui soit capable de prendre en charge ce type de chose.

Ces questions de montée en compétence sont des questions qui, sur un plan pratique, sont extrêmement complexes à mettre en œuvre, parce que cela suppose vraiment de changer les organisations internes. C’était l’intérêt de cette charte de mettre en vis-à-vis à la fois des engagements auprès de la société et des engagements internes pour pouvoir mettre en œuvre les engagements vis-à-vis de la société, de ne pas couper les deux. Ce que l’on fait très souvent dans la loi ou la règlementation française : on prend des engagements mais on ne prend pas les moyens de mettre en œuvre ces engagements.

 

Les groupes d’expertise pluraliste

C’est la dernière figure des formes de participation des citoyens aux décisions scientifiques et techniques. Elle est représentée notamment par les PICRI ou le programme REPERE[13], qui est une figure plus institutionnelle mais qui part du même principe. Il s’agit en effet de mettre en recherche des préoccupations sociétales, et pour ça il faut ouvrir les programmes à la société civile. En-dehors de ces programmes spécifiques avec des montages associant obligatoirement un laboratoire de recherche et une association, il y a aussi dans le fonctionnement de tous les programmes du ministère de l’écologie, p.e., maintenant, un double système de décision qui s’appuie à la fois sur un conseil scientifique et sur un comité d’organisation. Ce dernier est un organe qui fait une large place aux organisations de la société civile, aux associations. L’indépendance du jugement scientifique est préservée. C’est la tâche du comité scientifique qui évalue les projets. La décision de financement des projets, quant à elle, revient au comité d’organisation. Par conséquent, le classement des projets est réalisé sur la base de critères scientifiques ; la décision de financer et donc la possibilité de reclassement aussi, appartiennent au comité d’organisation.

Dans tous les programmes gérés par le ministère de l’écologie ce sont des choses qui sont en place maintenant depuis plusieurs années. Signalons que l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) ne le fait pas encore de manière complète, mais ce sont des choses qui vont aussi se faire de son côté.

Ainsi chacune de ces figures apparaît-elle comme une manière spécifique de prendre et de formaliser cette question de l’articulation et de la place des citoyens ou de l’organisation de la société civile dans le fonctionnement des programmes de recherche ou des programmes d’expertise. Il en va de même pour les instituts d’expertise. En général, la charte d’ouverture à la société civile s’est traduite pour ces instituts par ces engagements à les mettre en œuvre, c’est à dire en changeant pour ce faire les structures et notamment à ouvrir les conseils d’administration aux organisations de la société civile. Ce qui a été fait dans le cadre de l’Afsset, dès sa création, et aujourd’hui de l’Anses. A ce premier niveau institutionnel, s’en ajoute un second, qui est en train de se mettre en place. Il concerne la participation du public à des comités d’experts. Cela pose la question du statut des comités d’experts et du statut du représentant associatif dans ces comités qui produisent des recommandations en matière d’expertise. Ceci s’opère avec, en arrière-plan, la question nouvelle  des déclarations d’intérêts[14], que je n’aborderai pas ici, qui prend aujourd’hui une dimension évidemment énorme avec des affaires comme celle du Mediator p.e.

 

En résumé, on se trouve face à un mouvement important, réel, extrêmement inégal et qui à chaque fois pose des problèmes d’articulation.

 

La question de la prise en compte du long terme

Une quatrième dimension qu’il faut prendre en compte et qui se rattache aux questions du long terme, se présente aujourd’hui sous la forme de questions assez institutionnelles, p.e. sur l’idée d’une Académie du futur ; sur d’autres questions également soulevées en particulier dans l’ouvrage de Dominique Bourg et Kerry Whiteside, Vers une démocratie écologique[15], et qui a donné lieu à un groupe de travail qui va faire des propositions institutionnelles, qui sont du reste nombreuses sur ce type de questions. Je signale p.e. que, sur les questions de gouvernance environnementale, Sarkozy avait confié à un député Ump de la Meuse, Bertrand Pancher, un département qui accueille le laboratoire d’enfouissement des déchets de Bure, une mission sur ces questions de gouvernance écologique. C’est lui qui, après le Grenelle, avait piloté le groupe sur la question de la représentativité[16] des associations. Il a produit un rapport avec des aspects intéressants notamment autour de la gouvernance concertée sur les questions environnementales[17]. Cela ne touche pas directement aux questions abordées par la fondation ex-Nicolas Hulot, désormais fondation pour la nature et l’homme, dont Dominique Bourg est membre du comité scientifique. Il y a aussi une réflexion engagée suite à son ouvrage pour faire des propositions institutionnelles autour de cette idée d’un nouveau sénat ou d’une académie du futur, pour prendre en charge les dimensions de long terme de la crise écologique. L’idée centrale de son ouvrage est que, structurellement, la démocratie représentative n’est pas capable de prendre en charge les questions du long terme. La question que cela pose est de ne pas aller dans le sens de la réflexion présentée dans l’ouvrage de Hans Jonas, sur le principe de responsabilité[18], soit l’idée d’aller vers un gouvernement des experts. C’est le risque que comporte l’argument selon lequel les structures représentatives ne sont pas capables de prendre en compte les questions du long terme, et que finalement seuls les scientifiques sont aptes à être les porte-parole du long terme. C’est un discours que l’on entend en particulier autour de la question d’urgence écologique. Puisqu’il y a urgence écologique, il faut mettre en place des formes de régulation et, d’une certaine manière, intéressante mais assez contradictoire, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) va représenter une forme d’expertise mondiale, qui est assez large et à plusieurs étages, l’étage des scientifiques, l’étage des gouvernements, et il y a toujours retraduction des énoncés des scientifiques dans des recommandations faites par les gouvernements. Mais la question est de savoir si cela doit aboutir à des formes de régulation qui sont aux mains des experts ? Et si on ne peut pas éviter une place très importante accordée aux scientifiques dans la régulation de ces phénomènes liés à la crise écologique pour dire ce qu’il en est mais aussi parce qu’on les engage comme experts ? Il ne s’agit pas seulement de manifester une connaissance sur les causes d’un phénomène, mais bien de s’engager sur le futur, de faire des prévisions. On engage donc aussi les experts pour la définition des mesures à prendre. Ils sont donc vraiment engagés assez fortement. Simplement, cela pose bien le problème d’un contrôle démocratique. C’est précisément cela qui soulève un problème institutionnel assez compliqué. C’est finalement la question de savoir comment penser des institutions pour penser le futur et où les scientifiques jouent un rôle important ? Mais alors sous quelle forme démocratique et avec quelle forme de contrôle démocratique à leur donner ? Une des solutions imaginées consiste à développer le contrôle avec des citoyens tirés au sort, mais cela demande une architecture institutionnelle à laquelle il convient de réfléchir un peu.

 

Expertises et programmes de recherche

Si l’on veut maintenant regarder un peu plus précisément les programmes de recherche, le cas des nanotechnologies est sans doute un cas très intéressant puisque, du point de vue de la participation du public, la question de sa participation est concomitante des premiers programmes de développement des nanotechnologies. La loi américaine crée le programme de recherche sur les nanotechnologies en 2001. Elle rend obligatoire la participation des citoyens dans l’élaboration des programmes en laissant assez ouverts les types de dispositifs. Mais l’article 10 prévoit bien cette participation.

Dans les travaux qui ont été conduits sur les nanotechnologies en sciences sociales, tout le monde est à peu près d’accord sur cette idée là, que si l’on veut isoler quelques grandes périodes, on a tout d’abord : le discours de Clinton, en 1999, qui lance le programme des nanotechnologies, qui devient une loi en 2001 aux États-Unis. On a une première phase, qui est une phase de discours de promesses qui est tenu par la National Science Foundation (NSF) et ceux qui dirigent les programmes de nanotechnologies, qui présentent l’importance qu’il y a d’investir dans ce domaine en déclinant toute une série de promesses dans tous les grands domaines de la vie sur le mode : les nanotechnologies vont bouleverser les questions de santé, les questions environnementales, en donnant une maîtrise des questions énergétiques, les questions de communication par l’accélération du processus de miniaturisation en augmentant les puissances de calcul, la connectivité, etc. Et puis, du côté américain, un aspect que l’on a peu retrouvé en Europe, il y a l’insistance sur une convergence des grands domaines scientifiques à l’échelle nanométrique. On parle de convergence NBIC, c’est à dire les nanos, les biotechnologies, l’informatique et les sciences cognitives. Cela va jusqu’à des discours qui insistent sur le fait qu’à cette échelle-là, les frontières entre le vivant et l’inerte s’effacent. Ce qui donne la possibilité de connecter du vivant et des structures atomiques élémentaires et donc de concevoir et de fabriquer de nouveaux types d’objets.

Une des caractéristiques qui se trouve être mise en avant par la manière dont ce programme scientifique se définit est le fait qu’il ne se présente pas sous une forme disciplinaire. C’est au contraire très large. Et il se présente d’emblée comme un programme qui concerne prioritairement des objets. Le problème, c’est de trouver des propriétés d’objets à construire, plutôt que de trouver des propriétés théoriques. D’emblée, dans les politiques des nanotechnologies la jonction est faite entre une orientation fortement technologique de domaines fondamentaux de la science. Là-dessus, p.e., Etienne Klein, au CEA (Commissariat à l’Énergie Atomique), a essayé de définir les nanos comme étant un « champ de recherche technologique fondamentale ». Ainsi les deux dimensions que d’habitude on oppose, soit, d’un côté, la recherche technologique ou appliquée et, de l’autre, la recherche fondamentale, sont d’emblée conjointes dans les nanos, car il ne s’agit pas tellement ici de prouver des propriétés théoriques, mais de produire des objets nouveaux en manipulant les atomes « atome par atome », comme l’évoque le sous-titre de l’ouvrage de Bernadette Bensaude-Vincent cité plus haut. Cela ouvre un champ de promesses énorme.

Évidemment, très rapidement face à ce champ de promesses, il y a un ensemble d’alertes qui vont être posées en faisant notamment référence au précédent des OGM. La réponse à ces alertes va être une réponse en termes de participation du public en mettant en œuvre ce qui était annoncé dans les programmes. Un moment important de ce tournant a été représenté en 2002 par le rapport sur les nanotechnologies de la Royal Society[19] qui a joué en Angleterre un rôle assez important dans la mise en œuvre de la participation du public. Elle a même préparé ce rapport publié en 2004 par un ensemble de forums qui se sont déroulés en 2003, associant à la fois des organisations de la société civile et des citoyens à la production de ce texte. Elle définit dans ce document un certain nombre de conditions sur la participation des citoyens et on passe de cette idée, qui était ressortie de la crise des OGM et surtout de la crise de la vache folle en Angleterre, d’un engagement des citoyens (public engagement) à celle, énoncée dans le rapport de 2004 sur les nanotechnologies, de la nécessité que cet engagement soit le plus en amont possible afin qu’il puisse peser sur les orientations scientifiques et techniques. Depuis 2005 et 2008, dans le cadre d’une recherche européenne, CIPAST (Citizen Participation in Science and Technology)[20], une recension de l’ensemble des dispositifs a été faite. Il a été trouvé une centaine de dispositifs mis en place dans une trentaine de pays dans le monde. On voit donc qu’il y a un vrai développement de ces dispositifs. Cependant, cette enquête ne dit rien sur le contenu. Nous avons réalisé une petite enquête aux Pays-Bas, en Suisse, au Royaume-Uni et en France pour interroger notamment les chercheurs qui avaient participé à la mise en place de ces dispositifs. Ils pouvaient avoir une évaluation assez critique de ce que ça avait permis de faire. Ce développement incontestable s’est toutefois réalisé avec de grandes différences suivant les pays. Il en ressort globalement une évaluation finalement un peu négative, au sens où beaucoup pouvaient juger que la mise en place de ces dispositifs contribuait à techniciser les problèmes et pour une part à les dépolitiser.

On peut s’arrêter sur ce point en le reformulant un petit peu autrement autour de deux idées. L’engagement des citoyens dans des dispositifs de participation a très fortement participé à un cadrage des questions autour de la question des risques. Les dispositifs sont constitués d’abord pour discuter des risques des nanotechnologies et non pas du programme scientifique. La mise en œuvre de la participation contribue à déplacer et à maintenir ce clivage entre, d’un côté, le programme et de l’autre les conséquences : le programme a des conséquences, le problème c’est de les réguler et non pas de revenir sur le programme scientifique lui-même. Ainsi, plutôt que de politiser la science, ces dispositifs produisent un mouvement de dépolitisation, au sens où ce que l’on politise, ce sont les conséquences, les usages. Nous avons procédé l’année dernière à une enquête auprès des chercheurs des laboratoires d’Ile-de-France en nanosciences. Ses résultats corroborent ce constat : la position qu’expriment les chercheurs est tout à fait classique. Elle consiste à associer les risques aux usages, les chercheurs se déclarant non responsables des usages qui seront faits de leurs travaux. Le deuxième aspect est que cette participation a été considérée dans les programmes scientifiques autour de l’idée de l’innovation responsable[21], mise en avant aux États-Unis et en Europe. Cette idée en France est tout à fait centrale et la DG recherche en 2008 a fait une communication autour de l’idée d’un code de bonne conduite pour la recherche en nanosciences et en nanotechnologies[22], code de bonne conduite qui implique, dans l’un de ses articles, que les chercheurs doivent se sentir co-responsables des conséquences et donc des usages que l’on fait des différentes recherches ; une idée qui en France passe extrêmement mal.

Sur la question du centrage sur les risques, je renvoie notamment aux travaux d’un chercheur anglais, Bryan Wynne, qui a fortement critiqué cet aspect avec cette idée que cette focalisation sur les risques renvoie à une conception des rapports de la science et de la société fondée sur ce qu’il a appelé le « modèle du déficit »[23]. Cela concerne d’abord la conception classique de la compréhension publique des sciences, qui repose sur un modèle de déficit des connaissances. Finalement, la réponse à ce problème est celle de la vulgarisation qui s’est développée plutôt dans les années 80 et a été formalisée par la Royal Society. Et puis après, notamment autour des crises de la vache folle en Angleterre, la thématique a été revue, et il ne s’agit plus alors d’un déficit de connaissances du public ; l’accent est mis plutôt sur un déficit de confiance. Le problème est alors de rétablir la confiance entre les institutions scientifiques, la recherche et le public. La participation du public est la réponse apportée à ce problème de déficit de confiance. Aujourd’hui, le thème de la responsabilité, notamment dans les travaux d’Etienne Klein et son laboratoire au CEA, est une manière de dire que le problème aujourd’hui est un problème de responsabilité du public, parce que le public ne veut pas adhérer à l’entreprise scientifique. C’est formulé de cette manière dans un des rapports de Klein au CEA.

Sur le modèle du déficit, ce que pointe fortement Brian Wynne sur la question des risques, c’est finalement en centrant sur la question des risques on tend à centrer uniquement justement sur les problèmes de consommation. Le fait de se focaliser sur la question des risques déplace l’accent sur les questions privées de consommation et sur les questions juridiques de la consommation. Et on voit qu’il y a effectivement beaucoup d’organisations de la société civile qui sont engagées dans cette voie là qui consiste à promouvoir l’étiquetage des produits nanos, p.e. ce qui n’est pas une tâche aisée, car il faut pouvoir définir ces produits. Cela demande beaucoup de travail. Mais en construisant un problème comme un problème de risque, l’accent est mis sur les mesures de protection contre ces risques et la question est ramenée plutôt dans le domaine de la sphère privée de la consommation et sort complètement du champ de la science.

Dernière remarque sur la question de la responsabilité. Dans le domaine des nanotechnologies le thème de l’innovation responsable apparaît dès 2002 dans différents discours, à la fois des promoteurs des nanotechnologies, promoteurs au sens de promoteurs des politiques de la science, de chercheurs. Ce que cela nous dit est que, du côté de certains promoteurs de la science, et singulièrement des plus visionnaires, qui poussent les nanotechnologies un peu comme une prophétie de bonheur, ce que note d’ailleurs Bernadette Bensaude-Vincent dans son ouvrage déjà cité, à propos de Mike Treder et Chris Phoenix qui ont créé un Center for Responsible Nanotechnologies[24], dont Eric Drexler[25], souvent présenté comme le « père des nanotechnologies », est membre du conseil d’administration, c’est que toutes les phrases des rapports produits par ce think tank, qui incite au développement  des nanotechnologies, sont construites sur des formes qui tiennent pour un fait acquis que les nanotechnologies vont advenir. Le problème c’est de préparer le public, de préparer l’opinion au fait que les nanotechnologies vont advenir. Donc l’objectif, quand on construit le programme scientifique comme étant orienté par l’advenue des nanotechnologies, est de se placer non plus dans le registre des « si…alors » mais dans celui des « quand…alors ». Francis Chateauraynaud, qui dirige le GISPR à l’EHESS, a beaucoup travaillé sur les modalités d’engagement du futur, et on voit tout à fait cela à l’œuvre dans les annonces dans la presse. On a bon nombre d’annonces qui nous disent que quelque chose va se produire mais sans en préciser le terme. On est ainsi placé dans un futur indéterminé. C’est une manière de prophétie autoréalisatrice qui annonce que les choses vont se réaliser. Cela désigne un public comme opinion qu’il s’agit de préparer. Dans une autre manière de prendre le problème, c’est bien au nom de la responsabilité, celle des scientifiques, de préparer le public à cette révolution qui va arriver.

Une autre approche de la question, en particulier celle qui émerge des travaux de Klein et de son laboratoire, le Larsim[26], dans un rapport qu’il a fait en 2007 sur la manière dont le CEA doit se positionner sur les questions de participation du public et d’éthique notamment sur l’ensemble des questions soulevées par les nanotechnologies, il a cette phrase déjà citée : « le citoyen ne doit pas seulement consentir, il doit aussi adhérer à l’entreprise scientifique ». Il y a donc cette idée qu’il faut que le public adhère à l’entreprise scientifique, qui renvoie d’une certaine manière à l’idée d’un déficit de confiance. Cette position les a conduits, en particulier dans le débat public qui a eu lieu en France en 2009, à dire qu’il fallait distinguer entre deux publics. Il y a le public assez spécialisé, qui peut être ouvert à des organisations de la société civile pour traiter des problèmes de régulation, de recherche et notamment de transfert de la recherche vers l’industrie. Ce public va impliquer des technologues, des politiques, des associations spécialisées dans ces questions. Et puis il y a un public plus général de profanes qu’il faut informer. En résumé, il faut associer un public spécialisé et informer un public plus général.

Et puis une troisième façon de prendre la question est celle qui s’exprime dans des programmes conduits à l’intérieur des 6° et 7° PCRD (Programme-cadre de recherche et de développement). La DG (Direction Générale) recherche a synthétisé l’an dernier une partie de ces programmes en mettant l’accent sur la question de la coresponsabilité des scientifiques. Justement on n’est plus dans un modèle linéaire de la science avec ses distinctions rigoureuses entre la science fondamentale, la science appliquée, le développement technologique et puis la commercialisation ou les usages. Par conséquent les rôles sont bien distribués. En disant que, aujourd’hui, avec la technoscience on n’est plus du tout dans ce modèle de séparation claire des rôles, on est conduit à devoir inventer une forme de coresponsabilité sur l’ensemble de la chaîne. Cela suppose des formes de participation du public qui doivent être les plus ouvertes possibles. De nombreuses recherches ont été réalisées pour identifier les dispositifs permettant de multiplier les formes de participation du public au traitement des questions technoscientifiques et articuler ces différentes formes de participation. Ils ne donnent pas la préférence à tel ou tel type de dispositif mais ils disent que la mise en œuvre de la coresponsabilité suppose systématiquement de développer et d’articuler divers dispositifs de participation du public aux différents moments de la chaîne. Ce type de proposition en France n’a pas reçu beaucoup d’écho. Il y a quelques années, sur ces questions de participation, Catherine Bréchignac, la directrice du Cnrs d’alors, avait tenu un discours absolument hostile. Nous sommes encore assez fortement en France sur cette position de clivage. Et cela ressort nettement de l’enquête que nous avons faite sur les nanosciences, les chercheurs s’abritent derrière un discours qui sépare fortement les rôles. Ceci étant justifié par l’affirmation de l’indépendance des scientifiques. Or, aujourd’hui, les technosciences réduisent à néant l’indépendance des scientifiques. Les scientifiques, comme le public, et comme les sciences sociales d’ailleurs, sont pris dans un mouvement d’ensemble qui ne leur réserve pas une place indépendante des autres. Les technosciences sont intéressantes de ce point de vue, car il s’agit d’un programme de recherche qui affirme d’emblée une orientation technologique de la science fondamentale. En ce sens la question de l’indépendance est fortement transformée. On ne peut plus la penser comme on pouvait le faire dans un modèle de la science qui séparait clairement une science fondamentale, assez abstraite, et puis située assez loin finalement dans la chaîne du développement technologique.

Pour conclure, je dirai que l’ensemble de ces questions, si l’on appréhende le tout du point de vue des organisations de la société civile ou des publics, fait ressortir le fait que les dispositifs de participation variés du public construisent chaque fois leur public approprié. Que ça soit les dispositifs de participation ou également la manière de construire les programmes scientifiques, qui distribuent des rôles et construisent les publics. Dans les formes d’engagement des publics, on a vu finalement d’une certaine manière apparaître différents rôles. Brice Laurent en retient trois : 1/ un rôle de mobilisation sociale pour le traitement des risques ; où on va retrouver à la fois des fédérations, comme France Nature Environnement, l’association Consommation, Logement, Cadre de Vie (CLCV), etc., dans un rôle classique où l’on va construire ces risques et s’investir dans leur traitement. A l’opposé, on va avoir 2/ la remontée d’une critique radicale de la science avec notamment Pièces et Main d’œuvre (PMO)[27] à Grenoble, qui met en avant l’idée d’une enquête critique, qui remet en selle le luddisme, le mouvement des briseurs de machines du début du XIX° siècle, auquel ce groupe se rattache de par sa critique extrêmement radicale. Le refus des nanotechnologies et des OGM, qu’il regroupe sous le terme de « nécrotechnologies », exprime le refus du monde qui va avec : c’est la technoscience, un monde de contrôles, qui voit dans les sciences sociales uniquement un discours de l’acceptologie. Ses membres « accrochent » tout le monde dans un discours critique radical comptant beaucoup d’arguments ad hominem. Ce groupe exprime une position en tout cas intéressante à relever pour un sociologue parce que c’est l’émergence d’un type de critique radicale qui essaie de réfléchir à la question de savoir quel point d’appui on peut avoir pour mener une telle critique. Il développe notamment la notion de for intérieur. Le fond de leur position consiste à dire qu’avec tous ces programmes les pouvoirs veulent savoir ce que l’on a dans nos têtes et le seul point de résistance envisageable qui était le for intérieur, n’est plus possible. C’est un mouvement qui est compliqué à situer d’un point de vue idéologique car on peut lui trouver des racines chrétiennes assez réactionnaires. Il s’agit d’un mouvement intéressant qui pose clairement la question de savoir quel point de résistance peut-on avoir quand on a un mouvement globalisant qui « embarque » l’ensemble des formes de critique classiques dans le programme. Et ce mouvement, PMO, se retourne contre toutes les fédérations environnementalistes, etc., qui sont embarquées dans le programme. Et puis 3/ la troisième position, c’est celle d’associations, comme la fondation sciences citoyennes[28], Vivagora[29], qui essaient de participer à la constitution des nanos, conjointement à la construction des problèmes et des publics qui vont avec, en mettant l’accent sur les questions de veille citoyenne, en particulier à travers la production d’une information engagée à travers la veille citoyenne. Il y a des modèles. Inf’OGM[30] fait tout à fait ça aussi. Ce sont aussi de nouvelles formes d’intervention, je pense, qui sont assez intéressantes à regarder et qui renvoient pour une part à la figure de la montée en compétence que j’ai présentée au début, avec le fait que dans le cas des nanos on ne peut pas avoir constitution, sur le modèle de la CRIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité), de laboratoires indépendants, parce que cela demande un outillage scientifique extrêmement lourd et donc on est dans des figures différentes et par voie de conséquence, lorsque n’existe pas la possibilité de fabriquer de manière simple des laboratoires indépendants pour produire cette information, ces associations misent sur les formes de production d’informations, de veille, d’organisation de forums, etc., pour arriver à constituer les problèmes.

L’idée que j’ai souhaité développer au cours de mon exposé, est que les problèmes évoqués ne peuvent pas être traités de manière trop simpliste, justement parce que la construction des problèmes, c’est aussi celle des publics. La construction des politiques se fait elle-même en construisant leurs propres publics. Cela pose vraiment la question du choix du type d’intervention permettant de peser dans le débat, quel type de prise on a et quel type de résistance si on est pris dans les programmes de politiques des sciences ? Quel type d’extériorité peut-on avoir par rapport à ça pour appuyer la critique ? On a vécu jusqu’à présent dans un modèle de la critique où la critique était externe et nécessitait un point d’appui extérieur. Aujourd’hui, on a des programmes de science qui finalement tentent d’embarquer d’emblée toutes les formes de critique dans le programme – les nanos sont un cas tout à fait intéressant pour étudier cette question. La question de la participation des publics concerne directement cet enjeu.


[1] Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience : Façonner le monde atome par atome, La Découverte, 2009.

 

[2] Brice Laurent, Bernadette Bensaude-Vincent, Les politiques des nanotechnologies : Pour un traitement démocratique d’une science émergente, Éditions Charles Léopold Mayer, 2010.

 

[7] Thomas Fromentin et Stéphanie Wojcik éd., Préface de Jean-Michel Eymeri-Douzans, Le profane en politique. Compétences et engagements du citoyen, Paris, L’Harmattan, 2008. Une présentation critique de l’ouvrage par Alice Krieg-Planque est accessible ici : http://mots.revues.org/19599

[15] Dominique Bourg & Kerry Whiteside, Vers une démocratie écologique : Le citoyen, le savant et le politique, Seuil, 2010

[18] Hans Jonas, Le principe responsabilité : Une éthique pour la civilisation technologique, Flammarion, Le Cerf, 1990.  Une présentation de cet ouvrage est disponible ici : http://denis.collin.pagesperso-orange.fr/jonas.htm

3- Lionel Larqué « Aux origines du processus de mondialisation néolibérale — la transformation de la nature de la connaissance » 11° séance 060511

Les propos de Jean-Michel Fourniau me donnent envie de vous lire deux extraits d’un livre de Matthieu Calame, directeur de la fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme. Cet ouvrage s’appelle Lettre ouverte aux scientistes[1] et aborde des thématiques soulevées dans l’exposé de Jean-Michel. Je vais vous lire des passages abordant le rapport qu’entretiennent des chercheurs avec des acteurs du monde économique, politique et de la société dite civile – sachant qu’au début de l’ouvrage, l’auteur distingue les scientifiques des scientistes. Voici l’extrait :

« Lorsque les scientistes présentent la recherche, ils prétendent simultanément que la qualité et les résultats de leur recherche ne sont pas affectés par les liens qu’ils nouent avec l’État, les industries ou le reste de la société, et dans le même temps que cette recherche apportera des remèdes à quasiment tous les problèmes de l’humanité. Ce faisant, ils réactivent l’un des plus vieux topos de l’imaginaire mystique européen : la mère vierge qui enfante un Sauveur. Or le savoir et la technologie ainsi produits doivent autant à la mère, la recherche, qu’au père, les acteurs sociaux, mais cette dernière filiation n’est pas assumée, elle est impure et, dans la mesure du possible, on l’escamote. Dans le grand récit du développement des sciences les dimensions sociales des recherches et des découvertes sont gommées. Que Pasteur ait travaillé activement dans un contexte d’expansion coloniale où la conservation des aliments était un enjeu stratégique des déplacements maritimes, que la trigonométrie doive beaucoup aux développements de l’artillerie, que l’astronomie soit née de l’astrologie et du souci de connaître le destin inscrit dans les astres, que la chimie doive aussi à la pierre philosophale et à ses promesses sonnantes et trébuchantes ; autant de contextes qui disparaissent de la légende dorée pour développer une conception parthénogénétique de la science qui s’engendrerait elle-même de génération en génération, la science ne devrait donc rien au monde mais elle lui apporterait tout. La science sauve ».

Voilà le regard sur le rapport moderne des sciences au social. Et sur l’irresponsabilité sociale des chercheurs, je vous lis le passage suivant :

« Pour les scientistes, la combinaison paradoxale de la promesse du salut et du fait d’être hors du monde présente une utilité sociale indéniable. Elle exonère a priori les chercheurs de leur échec ou des usages funestes de leurs travaux. Car il existe un risque, avec le temps, que les populations déçues s’aperçoivent que les promesses ne sont pas tenues ».

« Les guérisons attendues n’arrivent pas, le monde a toujours faim. Il est possible même que l’on considère que la situation du monde, malgré les progrès, tende dans certains domaines à se dégrader et que pour dire les choses en termes crus, le paradis scientiste, comme la ligne d’horizon, recule d’autant qu’on avance. Il se pourrait alors que l’on finisse par incriminer aussi une certaine forme de recherche, que la population en vienne à douter que les solutions soient à chercher du côté de la technique, voire encore qu’elle imagine que certaines techniques proposées comme panacée participent plus aux problèmes qu’à leurs résolutions, dès lors les scientistes seraient mis en demeure de se justifier. Pas de problème, ils ont une réponse toute prête : « tout cela est dû aux imperfections de la société ». La recherche nous promet de résoudre tous les maux de la société ; pourtant depuis cinquante ans nous n’avons pas atteint le paradis terrestre ? Mais c’est à cause de la société qui n’a pas su faire un bon usage des produits de la recherche ! La recherche du XIX° siècle a aussi contribué aux massacres de masse, mais c’est toujours la société. Demain, les biotechnologies ne résoudront pas le problème de la faim, voire contribueront à développer les pratiques agricoles délétères, ne cherchez pas le coupable : c’est l’imperfection de la société.

Cette attitude d’évitement de la responsabilité est tout à fait caractéristique d’une posture cléricaliste. Le clerc est toujours socialement irresponsable. Son statut d’homme voué à un idéal l’a mis en surplomb de la société et il se trouve d’avance absous. Il va sans dire que cette position n’est pas admissible dans nos sociétés modernes ».

Ce sont évidemment des questions excessivement tendues, qui portent sur le type de corporations de scientifiques dont la société a besoin aujourd’hui : quel statut, quelle éthique, quel type de responsabilité la société a besoin de conformer et de conforter dans le cadre du travail des chercheurs ? Il est évident que la société a besoin d’une corporation, et d’un statut clair, nous avons besoin de préserver cette communauté-là de quelques enjeux mais sans faire abstraction du fait que depuis trois siècles et demi cette corporation a généré en elle-même une domination, une certaine vision du rapport au savoir et à la science qui, elle-même, est excessivement délétère et explique en grande partie la montée en puissance d’une critique d’une certaine science, d’une certaine production de technologie.

Je vais revenir au thème que j’avais prévu d’aborder pour essayer de voir de quelle manière une partie des enjeux de la corporation des scientifiques, des techniciens et des ingénieurs, relève d’enjeux sociaux et relève d’enjeux qui sont aussi des enjeux des acteurs et des mouvements sociaux.

 

Les racines néolibérales de la LRU

À cette fin, je vais faire un petit retour en arrière de la fin des années 70 à aujourd’hui, afin d’examiner pourquoi y a-t-il eu la LRU (loi relative aux responsabilités et libertés des universités)[2] et d’où vient cette idée que ce type de management de la recherche produit de la richesse et intéresse les multinationales comme les États ?

Je ne pense pas que les multinationales soient intéressées à ce point par le monde de la recherche en soi. Si elles investissent dans ce secteur c’est qu’elles y voient de facto un intérêt en termes de production de richesse. Cet intérêt découle de la vision d’une certaine économie qui ne vient pas de n’importe où. Elle vient en gros d’une réflexion géostratégique des États-Unis qui, à la fin des années 70, constatent que sur les grands secteurs industriels, ils commencent à se faire tailler des croupières par les monstres asiatiques dans les secteurs de l’automobile, du cinéma, d’une partie des technologies du militaire, de l’électronique notamment, qui sont les vrais poumons de l’économie américaine de la fin des années 60-70. Ils commencent à perdre des parts de marché de façon dangereuse. Les Etats-Unis s’aperçoivent que s’ils laissent faire, en termes géostratégiques, cela se traduira par une perte d’influence incluant la définition des normes définissant ce que c’est que la richesse, ce que c’est que l’innovation et d’où elle provient, qui va leur faire perdre  de l’influence technologique et donc militaire, géostratégique et planétaire. C’est donc pour eux une situation absolument inadmissible.

 

Le Bayh-Dole Act et la modification du statut de la propriété industrielle

Par conséquent, cela génère des réflexions au plus haut niveau des appareils scientifiques, technologiques et de l’État fédéral américain. Elles aboutissent au Bayh-Dole Act de 1980[3] qui est signé au niveau de l’État fédéral et qui explique en grande partie la loi LRU puisque le Bayh-Dole Act modifie trois registres du statut de la propriété intellectuelle.

Le premier se présente comme une évolution de ce qui était jusque là un droit dérogatoire, lié au fait qu’une université pouvait accorder à des entreprises le droit d’utiliser un brevet développé dans le champ public. Le Bayh-Dole Act généralise cette pratique et autorise deux révolutions juridiques majeures : la première est qu’il est systématiquement conseillé aux universités publiques d’octroyer des licences exclusives aux entreprises par le biais de la constitution de joint-ventures. La seconde innovation, qui est beaucoup plus intéressante et difficile à mettre en œuvre au niveau international, c’est la préférence américaine. Il s’agit de ne pas donner ces brevets à n’importe quelle entreprise, il est question de voir de quelle manière, d’un point de vue juridique, il est possible de privilégier les entreprises capitalistes américaines en premier lieu. Un vaste combat juridique va s’engager qui va aboutir à la création de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Tout ce qui a échoué jusque-là va être permis par la création de cet organisme.

Ainsi, une puissante volonté politique et géostratégique a instauré une armada juridique qui met au centre ce qui est perçu par les États-Unis comme leur avantage comparatif au niveau international, et qui pourrait aboutir à une nouvelle division internationale du travail, pour le dire brièvement : l’intelligence au Nord et les ateliers au Sud. On parie sur le fait que la capacité à innover, à avoir toujours de nouvelles idées relève plutôt d’un avantage qui peut demeurer sur trente ou quarante ans. C’est une vraie vision de la division du travail qui est pensée à cette époque-là, mais tout n’est pas en ordre de marche. En effet, il y a toute une série de blocages théoriques et pratiques. Tous les outils permettant la mise en place de cette stratégie n’existaient pas en 1980. Ces dispositifs se mettent peu à peu en place, non pas de façon concertée et visionnaire, mais plutôt de façon aléatoire et conjoncturelle, dispositifs qui s’agencent les uns les autres pour générer des révolutions assez notables dans l’appareil capitaliste mondial.

 

La valorisation des actifs immatériels des entreprises dans la genèse de « l’économie de la connaissance »

Je vais donner l’exemple de deux innovations dont il faut préciser que, au moment où elles se produisent, ne sont pas perçues sous ce jour et que c’est seulement rétrospectivement qu’elles apparaissent ainsi.

La première innovation relève du fait que quand on décide de rompre avec une vision dite « open science » – terme par lequel on schématise les années 40 à 70, en les idéalisant quelque peu car ce qui ressort de cette période ce n’est pas vraiment une science épurée, éthérée, située hors des conflits, au service du bien public – et quand on décide qu’au cœur des avantages comparatifs des États-Unis, c’est le brevet, la capacité à innover, qui est le cœur de l’économie vers laquelle on tend, on s’aperçoit évidemment qu’il va y avoir des révolutions comptables : comment est-ce qu’on valorise un brevet ? comment est-ce qu’on le valorise dans les comptes d’actifs des multinationales ? quelle valeur ça a ? etc. En 1981 on ne sait pas intégrer dans une comptabilité, non pas le brevet innovation ancien, – ça on sait à peu près ce qu’il vaut, on sait l’évaluer par la patente et les royalties que l’on fait payer -, mais le type de brevet que l’on met en place à partir de 1981.

L’innovation du Bayh-Dole Act, ce n’est pas simplement le brevet déposé sur une innovation technologique, c’est la potentialité des brevets à venir, c’est la rupture entre la découverte et l’innovation. La capacité qu’a une idée, très en amont du dispositif de recherche, de générer peut-être plus tard d’autres brevets. Ça, c’est beaucoup plus compliqué à intégrer dans les actifs d’une entreprise multinationale. Pour remédier à ce problème va se mettre en place une innovation majeure, qui est le Nasdaq (National Association of Securities Dealers Automated Quotations)[4]. C’est une bourse d’échange de valeurs qui nait en 1984 et qui permet à des entreprises, du type de celles qui vont naître quelques années plus tard, Google ou AOL, d’être valorisées sur le marché des actions. Jusqu’en 1984, combien aurait valu Google, si elle avait existé, sachant que son capital est un algorithme couplé à un fichier ? Le capital de Google est un algorithme, aujourd’hui plusieurs, et un fichier. En 1981, on ne savait pas dire ce que valait cette entreprise sur « le » marché. Le Nasdaq va résoudre la question. Combien vaut AOL, combien vaut Google ? La valeur de l’entreprise est égale au prix auquel on voudra bien l’acheter, au prix de l’action sur le marché. Et on valorise Google, AOL, plus tard Facebook sur ce marché d’un nouveau type d’entreprises capitalistes d’une façon très simple : c’est le marché qui définit la valeur de l’entreprise. La question est résolue par un outil technique et ça ne marche pas trop mal. Le problème est qu’une bulle spéculative se met en place sur ce type de marché et explose en 2001. Mais le Nasdaq existe toujours et ces entreprises là sont toujours cotées en bourse.

Deuxième innovation. On a affaire à des entreprises qui n’ont pas de fonds capitalistiques. Google, Facebook ne sont pas des multinationales au départ. Ce sont des start-up sans beaucoup de fonds. Comment fait-on alors pour payer des vrais managers de la Silicon Valley qui aspirent à des salaires très importants quand on n’a pas de capitaux pour les rémunérer ? Il faut une nouvelle innovation pour cela. Et avant les années 80 on ne dispose pas de l’outil permettant de payer ces managers là. Qu’est-ce qui va être utilisé dans ce cadre même si elles n’ont pas été créées pour ça ? Ce sont les stock-options. Elles représentent une nouvelle forme d’anticipation de la rémunération future par rapport à la valeur d’une action à venir qui permet à des managers d’estimer que si la société marche, ils vont en retirer un avantage financier substantiel et seront motivés à rejoindre ladite société. Diffuser des stock-options dans les entreprises permet de résoudre une autre question très pratique pour ces entreprises, qui est de savoir comment est-ce que l’on paye une entreprise dont la valeur capitalistique est essentiellement du bien immatériel.

Et progressivement, dans les années 80, on voit monter une nouvelle forme de capitalisme, mais qui n’est pas simplement le capitalisme d’AOL ou de Google, qui sont vraiment les entreprises de ce marché spécifique, mais qui concerne toutes les entreprises : Peugeot, Renault, la métallurgie, etc. Un mouvement est lancé qui se caractérise par le fait d’intégrer de plus en plus de biens immatériels aux actifs des entreprises. On le voit aujourd’hui – pour le CAC40 c’est majoritaire, aux États-Unis je crois que ça l’est aussi depuis les années 2000-, plus de 50% des actifs des entreprises sont des biens immatériels, des biens qui jusqu’aux années 70 étaient moins valorisés. Ainsi donc, les années 80-90 ne sont donc pas simplement celles de la régulation financière néolibérale. Et c’est à mon avis une myopie de nos mouvements dans les années 90-2000, c’est qu’on ne voit dans la phase néolibérale que la partie concernant la dérégulation financière. Mais c’est seulement une partie du phénomène. La genèse d’un nouveau type d’économie, d’un nouveau type de richesse, de rapport à la production de richesse, est la seconde partie de l’économie néolibérale. Il n’y a pas de révolution néolibérale telle qu’on la connaît sans la révolution numérique et sans la valorisation de ces entreprises d’un nouveau type. Il faut bien intégrer dans l’analyse que l’on mène pour déterminer comment résister à l’emprise de ce système, que ce n’est pas seulement une régulation financière qui va résoudre le problème. C’est que le type d’entreprises et de capitalisme que l’on a face à nous est un capitalisme d’un nouveau genre qui a un rapport à la richesse et à la valeur tout à fait différent que celui du monde fordiste où l’industrie était quand même au cœur de la création de richesse d’une société. L’architecture que, aujourd’hui, on théorise et on pratique rétroactivement, n’est pas le fruit d’une histoire linéaire ; ça ne s’est fait jamais ici, comme je l’ai dit, de manière « naturelle ». C’est un agencement hasardeux d’innovations ici et là qui se réalise dans le temps au gré des intérêts des acteurs eux-mêmes.

De la Bayh-Dole à la LRU : une continuité logique

Donc, la LRU de 2007 est un enfant naturel, français, de la Bayh-Dole Act américaine de 1980 qui postule que la génération de nouvelles richesses économiques qui advient doit être structurée autour d’une alliance entre certaines institutions publiques (Université, laboratoires, organismes de recherche) et le monde capitaliste marchand classique. Cette articulation permet de dispenser les entreprises privées du coût financier que représente la R&D (recherche et développement). Les entreprises privées peuvent dès lors sous-traiter la recherche au public et utiliser les fruits de cette recherche pour le bien de ce type d’entreprises et la réalisation de produits marchands. Du point de vue de l’économie de la connaissance capitaliste ça se tient tout à fait. Il faut bien distinguer quels sont nos axes de lutte. Il y a les biais corporatistes académiques qui font qu’à force de ne penser que ce type de développement là, il y a toute une partie de la recherche qui est marginalisée, mise sous le tapis. Mais il faut se rendre compte qu’une grande partie de la recherche publique aujourd’hui vit très bien dans un tel modèle, un système d’économie de la connaissance allié à un capitalisme mondial. Exemple entre mille autres : le Minatec à Grenoble[5]. C’est une vision particulière des métiers de l’ingénierie, de la recherche.

 

Les avatars de la relation entre science et société : les politiques, les chercheurs et les acteurs sociaux

Les grandes  orientations de la recherche et les attentes des citoyens : une articulation difficile

Et ceci m’amène à la seconde partie de mon exposé. Si une majorité d’acteurs de la recherche vit bien dans ce système, il faut reconnaître qu’ils vivaient bien dans le précédent aussi. Et ce n’était pourtant pas mieux pour autant. L’idée que nos luttes d’aujourd’hui devraient s’employer à défendre le statut de chercheur public, en même temps que des moyens alloués à des instituts permettant aux acteurs de l’académie d’allouer eux-mêmes les fonds, selon des régulations purement corporatives serait à mon sens une erreur. Et je vais tenter de m’expliquer. Si l’on regarde la recherche française à partir des années 50 jusqu’aux années 80, en s’interrogeant sur son fonctionnement, les citoyens n’avaient rien à dire sur l’évolution de la recherche nucléaire, sur l’évolution de ce qu’on appelait en ce temps-là les champions nationaux (d’EDF au CNRS…). On concentre les moyens sur ce qui va produire la richesse, non pas au profit du pays et de la nation, mais de la puissance de l’État. Ainsi l’époque que l’on verrait comme l’archétype de la puissance de la science désintéressée, est une vue de l’esprit du point de vue des besoins sociaux et citoyens et du type de dialogue que nos sociétés doivent pouvoir générer avec le monde académique. Donc je pense qu’une partie du travail que nous avons à faire, notamment avec les syndicats, est de dire : « vos luttes (celles des acteurs du monde académique), pour une partie d’entre elles, sont les nôtres ». Il faut donc travailler pour savoir lesquelles sont l’objet d’accords voire d’alliances avec les acteurs sociaux. En revanche, il y a d’autres luttes du monde académique qui, à mon avis, sont très réactionnaires. Il faut donc en parallèle travailler avec les chercheurs pour estimer les actions qui vont dans un mauvais sens. Je pense que Matthieu Calame, dans son ouvrage cité, donne quelques pistes pour dire qu’il existe des luttes corporatistes qui, à notre sens, sont excessivement néfastes pour la société. Ce qui est bien pour l’Université et la recherche n’est pas forcément bon pour la société dans son ensemble. Il faut juste distinguer ce qui permet d’aller vers quelque chose de plus progressif, émancipateur, vers des savoirs produits dans des conditions satisfaisantes du point de vue des travailleurs et utiles du point de vue de la société.

 

La question d’un grand récit fédérateur

Je fais une autre incise sur la question nucléaire. Un autre ouvrage m’a beaucoup éclairé sur la mobilisation des forces sociales sur l’aventure nucléaire française : Le rayonnement de la France[6]. Ce livre explique les ressorts sociaux et politiques qui ont fait que tous les milieux : ouvriers, ingénieraux et de recherche, des affaires et de l’État ont été tellement portés par le discours de la puissance française, la fierté de la France dans les années 50-60, et que cette narration a servi de ressort à la mobilisation. Et lorsqu’on voit l’auteure décrire à quel point les ouvriers, les ingénieurs pleurent, mais de joie, le jour où a explosé la première bombe nucléaire française en plein air dans le Sahara, on voyait bien quels étaient les ressorts qui avaient permis de mobiliser les forces sociales derrière cette aventure là. Personnellement je n’y crache pas dessus. Mon père a participé à l’aventure de l’aéronautique française. Cela fait partie d’une époque marquée par une vision de la France qui avait fortement été secouée en 1940 et que je sache, le discours gaulliste consistait en un message clair : « on a été laminés en 1940 sur la  question technique et les capacités militaires, on ne va pas vivre cette expérience deux fois ». Le même De Gaulle qui avait perdu sur la bataille des idées développées dans son ouvrage, Vers l’armée de métier[7], paru en 1934. Pour le coup la fierté nationale est un des ressorts qui a permis, à cette époque là, de mettre en marche toutes les forces sociales et intellectuelles du pays vers une aventure qui les dépassait tous. Aujourd’hui, il s’agit de voir quelle est l’aventure autour de laquelle on peut se mettre d’accord ? Forces sociales, mouvements sociaux, société civile, chercheurs, ingénieurs, ouvriers, quelle est cette aventure qui fait sens ? Je pense qu’il s’agit de l’aventure/transition socio-écologique, l’aventure du bien-être pour nos enfants, l’aventure vers un type de société douce et non stressante : on en bave au travail, c’est de plus en plus dur, le management est de plus en plus stressant, y compris à l’Université. Si je peux bien cohabiter avec un certain type de patriotisme, à certaines conditions assez strictes – en tout cas cela construit un certain discours culturel sur le fondement duquel on peut ensuite mobiliser des forces sociales – je pense qu’il est aussi de notre responsabilité de contribuer à l’énonciation d’une nouvelle narration. Cela pourrait désamorcer en partie certaines incompréhensions persistantes entre acteurs sociaux et acteurs de la recherche.

 

La crise de la relation entre science et société : la longue histoire d’une incompréhension persistante

Tout cela pour vous dire que la crise de la recherche et des universités est, de mon point de vue, bien antérieure à la crise néolibérale. Et je pense qu’à force de se dire que c’est lutter contre le néolibéralisme qui va résoudre les questions de l’appareil de production de savoir scientifique, on entretient un véritable leurre. Le new public management, l’individualisation de l’évaluation des chercheurs, les indicateurs controversés avec les facteurs d’impact, la logorrhée sur l’excellence, etc. on sait que ce sont des luttes sur lesquelles on peut s’allier avec les chercheurs, mais il y en a d’autres où je pense qu’il faut encore désamorcer les problèmes.

Quand je dis que la crise est bien antérieure, je n’ai pas dit grand-chose. Mais je pense pour autant qu’il y a là quelque chose de sérieux, de difficile à traiter. Certains éléments utilisés par les chercheurs sur la façon de catégoriser leur métier n’est vraiment pas satisfaisante. La conception qui en ressort est elle-même le fruit de plusieurs décennies et siècles de cléricalisme scientifique qui explique que l’on produit un type d’enseignant-chercheur et de chercheur qui à mon avis ne sont pas en phase avec les types de progressisme qui adviennent. Je vais en évoquer plusieurs.

 

*Qui fait l’Université ?

Le premier problème relève du corporatisme le plus têtu, le plus bête. Deux années avant le début de la crise de 2009 de l’université et de la loi LRU, un ministre de la recherche et de l’Enseignement supérieur tenait un discours devant plusieurs mandarins de l’université. Il commença son discours en disant : « Vous qui êtes les employés de l’université… ». Là un mandarin lui coupa la parole et dit : « Monsieur le ministre, nous ne sommes pas les employés de l’université, nous sommes l’université ». D’un point de vue organique, c’était vrai. Ce sont les universitaires qui font l’université. Ce sont eux l’université. Mais il y a un petit problème historique, culturel et social. À l’origine de ce qui deviendra l’Université, on trouve des coopératives d’étudiants qui mutualisent leurs moyens financiers pour faire venir les Erasme[8] de leur temps, les faire circuler et voyager pour acquérir des savoirs auxquels leur naissance ne leur permettait pas d’accéder aisément. Au départ, l’université n’est pas une institution avec des bâtiments. Ce sont des étudiants mal-nés qui veulent franchir le plafond de verre de leur époque, et accéder aux métiers de la médecine, de la philosophie et de la théologie qui leur étaient fermés. Ce sont des étudiants qui payent le transport, la résidence, les émoluments des « Erasme » de ce temps-là. C’est une coopérative d’intérêts par rapport à des savoirs utilitaires. Ils avaient besoin d’avoir accès aux savoirs de la médecine, de la philosophie et de la théologie pour accéder à des métiers auxquels ils ne pouvaient pas prétendre du fait de leurs origines sociales. C’est un vrai besoin utilitaire associé à un type d’émancipation sociale. Aujourd’hui, ce n’est plus ça : l’université est vraiment devenue l’affaire des universitaires. Or, le problème de l’université au sens philologique du terme, c’est un lien, un logos. C’est un contrat moral entre des enseignants et des étudiants. Ce qui forme l’université, c’est le lien enseignant-étudiant. Et quand on a, à notre époque, ces universitaires qui disent au ministre qu’il a tort : « nous ne sommes pas les employés de l’université, nous sommes l’université », le nous est un nous d’universitaires. Et là on a un vrai problème : ce que j’appelle moi le corporatisme têtu, qui tient au fait que, historiquement, l’université ce n’est pas la somme des universitaires, c’est le lien affectif, intellectuel entre des enseignants et des étudiants. Je pense que l’un des axes stratégiques pour l’université à venir est bien celui-là : la perte du lien entre universitaires et étudiants. Cette rupture est tragique et explique, en grande partie, un des motifs des défaites successives de ces dernières décennies. Dans tous les mouvements universitaires depuis les années 60, on voit des mouvements étudiants et des mouvements d’enseignants-chercheurs, et très rarement des jonctions s’opérer entre les deux. Il est très rare d’avoir des discussions régulières où les étudiants vont vraiment se mobiliser aux côtés des universitaires et vice versa. En 2009, les étudiants ne sont pas là, à quelques exceptions près. Donc je pense que les corporatismes académique et étudiant doivent constituer un des axes stratégiques essentiels.

 

*Révolution et régression pédagogique à l’université

Sur la question pédagogique, maintenant, je dirai que l’on a assisté, dans les années 80-90, à une véritable régression sur ce plan dans l’éducation primaire, secondaire, dans les lycées et établissements d’enseignement supérieur. Il y a eu, dans les années 70 des expériences pédagogiques très émancipatrices, qui permettaient d’avoir des relations entre enseignants et étudiants nettement de meilleure qualité, avec des rapports au savoir et à l’apprentissage améliorés, qui ont été par la suite complètement occultées du paysage. On n’a jamais transmis cette histoire là des innovations pédagogiques à l’université. Et je connais beaucoup d’enseignants qui les ont vécues et qui souffrent de ne plus pouvoir aujourd’hui les mettre en œuvre dans leur enseignement sous prétexte qu’aujourd’hui ça n’est pas possible. Mais le « ça n’est pas possible », je pense qu’il faudrait peut-être qu’on le travaille, je pense que les enseignants ont une vraie marge de manœuvre et individuelle et collective pour revenir sur cette transmission des innovations pédagogiques. Un exemple, à l’ENSEMBLE (École Normale Supérieure). Dans le cadre de l’évaluation des étudiants, au lieu de poser, par examen sur table classique, des questions auxquelles il fallait répondre, on demandait à chacun : « dans mon cours, durant ces cinq derniers mois, qu’avez-vous appris ? ». Et l’étudiant, de son point de vue, essayait de formuler, par rapport au cours qu’il avait reçu, ce qu’il avait appris et en avait retenu. Et cela faisait l’objet de discussions à plusieurs. Dans le prolongement, on lui demandait de s’auto-évaluer : « quelle note te mets-tu ? ». L’inspection académique suivait ça horrifiée en disant : « comment ça, vous allez demander à un élève de s’évaluer lui-même ?! ». Je précise qu’il y avait parmi ces élèves de futurs enseignants. La réponse de l’enseignant fut : « s’ils ne sont pas capables de s’évaluer eux-mêmes, comment vont-ils être capables d’évaluer des élèves dans 2 ou 3 mois ? ». Or on touche ici à une fonction essentielle de l’enseignant, depuis les origines, l’aptitude exclusive à évaluer un élève, à valider la qualité de l’étudiant formé. Si cette fonction est essentielle et ne doit pas être remise en cause, on voit que les modalités d’évaluation modifient le rapport des élèves et des enseignants au savoir. Il est toujours surprenant de constater combien les enseignants-chercheurs et les chercheurs vivent douloureusement, voire contestent, les évaluations infantilisantes des nouvelles agences d’évaluation sans se questionner, au fond, sur ce qu’elles charrient, en définitive, de cette culture généralisée. C’est ceci qu’il faut modifier, au fond : des formes d’évaluation non castratrices, émancipatrices et bienveillantes et non « sanctionnantes ».

Or, quand on dit que l’on touche à la façon dont un enseignant note, dans la classe ou dans l’université, on touche à une des fonctions symboliques les plus essentielles des enseignants. Ce n’est pas facile à faire bouger parce que justement c’est toute une série de paysages, de façons que l’on a de se représenter le métier.

 

*L’élimination socialement instituée de la contribution des acteurs sociaux à la production de la connaissance et des savoirs scientifiques et techniques et ses conséquences actuelles

Le troisième élément de régression est beaucoup plus ancien. Il date de l’émergence des sciences modernes. On a enlevé du paysage tout ce qui n’était pas savoir académique. De toute la logorrhée, de toute la mythologie qu’on nous vend aujourd’hui sur le Panthéon des grands chercheurs, de Galilée à Newton, Einstein en passant par Marie Curie, on a enlevé de la photo tous les acteurs sociaux qui ont innové, et ils sont légion. Tous, sans exception ! Quand ce n’est pas une captation pure et simple par des académiciens des innovations des acteurs sociaux. La littérature sur ce sujet est gigantesque. Un exemple, qui porte sur l’émergence de la pisciculture en France, une monographie récente de Guillaume Carnino, élève de Dominique Pestre, est à cet égard édifiante mais archétypale de toute une série de captations par les académiciens d’innovations faites par des acteurs sociaux, essentiellement au XIX° siècle, qui a vu se solidifier la puissance des académies. La question examinée en l’occurrence était celle de la manière dont on pouvait conserver des œufs de poissons en milieu non naturel en évitant qu’ils se nécrosent au bout de deux ou trois mois, ce qui ouvrait la voie à la reproduction artificielle des poissons. Trente-cinq ans de travaux dans des laboratoires de recherche publics ont été consacrés à ce sujet. Les gens qui ont trouvé la solution sont un cabaretier et un pêcheur amateur des Vosges. Ce sont eux, après vingt ans de travail sur cette question qui les intéressait, qui ont trouvé la solution. Le président de la société de pêche des Vosges envoie une communication à l’académie des sciences sur ce sujet. Les quinze années qui vont suivre vont être une bataille visant à déterminer ce qui relève de l’innovation scientifique et ce qui est simplement un « accident » de l’histoire de praticiens. Et ce sont les académiciens, Coste[9] notamment, qui va faire fortune avec cette découverte, qui est membre de l’académie des sciences de l’époque, qui va envoyer les deux acteurs des Vosges hors de la photo et qui ne vont avoir que quelques milliers de francs de l’époque, lui ayant droit à la patente et au brevet. Vous avez des cas comme celui-là tout au long du XIX° siècle. Mais, plus loin que ça, avant l’émergence des sciences modernes, tous les artisans, les pêcheurs, les marchands, les marins, les verriers, les forgerons et tout un tas d’autres corps de métiers qui, depuis des millénaires, ont accumulé ce qu’aujourd’hui on appelle le capital primaire scientifique qui a permis de donner naissance à ce qu’il est convenu d’appeler la révolution des sciences modernes – concept tout à fait critiquable. À ce propos, je vous recommande la lecture d’un ouvrage intitulé Histoire populaire des sciences[10], qui raconte cette histoire là qui contrevient à l’idée que c’est du génie d’un scientifique dans son laboratoire que l’innovation naît. Or, non, l’innovation est toujours opérative, collective. Elle dépend toujours et sans exception de savoirs multiples qui circulent en permanence. L’articulation entre le monde académique et le social est permanente, quelles que soient les innovations auxquelles on s’intéresse, y compris en mathématique fondamentale qui serait a priori la discipline où le social n’a absolument rien à dire. Là encore l’ouvrage contrevient à cette légende.

On voit bien que ceci a une incidence sur les financements. Quand on parle aujourd’hui de financement de l’innovation, qui en sont les bénéficiaires ? Ce sont les grandes entreprises et les acteurs publics. Les acteurs sociaux, qui ont été enlevés de la photo depuis plusieurs siècles, dont on nous raconte qu’ils ne servent à rien, c’est tout à fait naturel qu’ils ne puissent pas ambitionner de se dire qu’ils sont peut-être un peu des acteurs de la circulation des savoirs sur un territoire, que peut-être sur la question de la pédologie des sols, les paysans ont quelque chose à dire, et qu’il serait peut-être intéressant dans la question du financement de l’innovation qu’on répartisse les fonds destinés à la recherche et innovation de façon équilibrée, sans pour autant déshabiller Pierre pour habiller Paul, parce que cela a une vraie incidence sur les politiques d’innovation. Ce combat doit être mené, ensemble.

Or cette façon qu’on a d’enlever les acteurs sociaux de la photo a des incidences sur les mouvements des chercheurs. J’ai parlé de 2009. Mais 2004 ? En 2004 SLR (Sauvons La Recherche ![11]) est né. SLR est sûrement le mouvement le plus corporatiste qu’on ait connu dans les années 2000 et beaucoup plus corporatiste que tous les syndicats avec lesquels on discute. Lors des États-généraux organisés par SLR, un seul atelier n’a pas abouti, c’est l’atelier science & société. Le monde académique est collectivement incapable de penser son rapport à la société. Ceci est véritablement un problème absolument central. L’idée qu’il y aurait une élite qui penserait pour le reste, avec une division sociale du travail entre ceux qui pensent et ceux qui exécutent, est une idée majoritairement partagée par les chercheurs de nos laboratoires. Ce ne sont pas eux qui l’ont voulu. C’est une histoire que l’on s’est racontée et qui, grosso modo, a nourri cette mythologie. L’incidence de ces écueils sur les mouvements sociaux de 2004 et 2009 est énorme, dans des registres différents. Au début du mouvement de 2009, il y a un vrai appui populaire dans les sondages. Plus de 83% de la population française soutient la mobilisation des enseignants-chercheurs. Au fur et à mesure que le mouvement s’ancre dans la durée, se fait jour une incompréhension croissante de la population au sujet des thèmes mis en avant : mastérisation des concours, suppression des IUFM, la loi LRU, le statut des enseignants-chercheurs, etc. La population ne s’est pas sentie concernée par ces questions, et ce à juste titre. En revanche, celles qui importaient, comme les rapports entre université et société, étaient totalement absentes. Dans les luttes à venir, si les enseignants-chercheurs et les chercheurs ne sont pas capables, non pas de générer un rapport à la société, parce qu’ils sont incapables de le faire entre eux, mais de créer des espaces où l’on peut discuter entre acteurs sociaux et chercheurs pour dire : de quelle université avons-nous besoin dans la société actuelle ? De quel type d’institutions avons-nous besoin ? En absence de travaux allant dans ce sens, de travaux ouverts à différentes catégories d’acteurs, on échouera fort probablement.

 

*Le monopole de l’exercice de la raison : l’entretien d’un clivage entre science et société et les moyens son dépassement

Pour finir, le dernier élément qui a un lien avec ce que je viens de dire, c’est évidemment en relation  avec un certain type de Raison. C’est une question qui taraude une grande partie des forces sociales à travers le monde qui étaient présentes lors des Forums sociaux mondiaux. En Occident en général, il y a un certain type de monopole de la raison exercée par une certaine catégorie d’acteurs : il y a l’irrationnel d’un côté, c’est la société qui ne sait pas quoi faire avec l’innovation et qui a très peur a priori de tout ce qui arrive. Forcément pour contenir cet irrationalisme potentiel par un travail d’alphabétisation, de propagande, de promotion, de pédagogie – et l’on dit que si vous n’avez pas bien compris nos technologies et que vous les refusez, c’est parce que vous voulez retourner à l’époque de la bougie, un type d’argumentaire qui est encore produit aujourd’hui dans les médias. C’est le même type de projet et de discours que l’on a vendu sur le TCE (Traité Constitutionnel Européen) : si vous avez mal voté sur le TCE, c’est que vous ne l’avez pas bien compris. Si vous avez voté « non » au référendum de 2005 sur le TCE, c’est que l’on n’a pas assez fait de pédagogie dessus. Si vous l’aviez bien compris, vous auriez évidemment voté « oui ». Si vous votez « non » pour les biotechnologies, la biologie de synthèse, l’homme augmenté ou les nanotechnologies, c’est que vous ne comprenez pas bien ce que c’est, donc on va faire de la pédagogie. Cette armada là sur laquelle toute une série d’acteurs se sont mobilisés pour dire qu’il fallait dire « oui », illustre vraiment le dispositif de propagande dans lequel on est. Le programme européen CIPAST (participation citoyenne en science et technologie)[12], qui a répertorié la quasi-totalité des expériences de débats sur les nanosciences et les nanotechnologies, a montré que ces dispositifs ne servent pas à grand chose du point de vue de la décision publique et encore moins du point de vue des choix d’orientation de la recherche. Sur ce point il va falloir passer à une étape supérieure par notamment une conscientisation des ONG et des acteurs de la société civile pour dire : nous, qu’avons-nous à dire aux chercheurs et à l’espace académique ? de quel type de science, de recherche, de statut, d’autonomie de la pensée, d’éthique de chercheur, avons-nous besoin et requérons de la part de la communauté scientifique ?

Pour finir, je dirai qu’à rebours des idées reçues, ce n’est pas la présence des acteurs sociaux dans les débats sur la gouvernance de la recherche qui pose problème et fragiliserait les chercheurs, c’est leur absence. Pour preuve les évolutions des politiques publiques depuis 40 ans se sont faites par le biais de la prise de pouvoir par les acteurs économiques transnationaux, sans aucun débats démocratiques et ouverts. Pour conforter des acteurs aussi essentiels que les chercheurs dans les nouveaux équilibres économiques de nos nations, on ne peut plus se contenter d’un pacte tacite entre élites scientifiques et politiques en passant par-dessus la tête des citoyens. Si nous opérons de la sorte, nous nous préparons des jours bien sombres.


[1] Mathieu Calame, Lettre ouverte aux scientistes : Alternatives démocratiques à une idéologie cléricale, Charles Léopold Mayer éditions, 2011

[6] Gabrielle Hecht, Le rayonnement de la France : Énergie nucléaire et identité nationale après la seconde guerre mondiale, La Découverte, 2004

[10] Clifford D. Conner et Alexandre Freiszmuth, Histoire populaire des sciences, Editions L’échappée, 2011

4-Débat 11° séance séminaire politiques des sciences : « Sciences et société : un impératif démocratique ? »_060511

Béatrice Jeanniot : Je ne suis ni du CEA, ni de PMO, j’étais simplement Conseillère régionale des Verts à Grenoble à peu près à l’époque du débat public sur les nanos. Je ne croyais pas du tout à ce débat, pour en avoir vu d’autres auparavant. C’est en particulier le cas de celui où Pierre-Benoît Joly[1] avait fait un rapport avec l’avis minoritaire de la fondation sciences citoyennes, qui avait été repris en 2005 par Dorothée Benoit Browaeys[2] puis par Vivagora. Ça ne sert à rien. De toute façon, les décisions sont prises. Les millions et milliards d’euros ont déjà commencé à être investis dans les programmes. Je vois bien que les nanos, c’était une bulle pour avoir de l’argent, aussi bien du côté des sciences dures que des sciences molles et que les SHS ont été largement instrumentalisées justement pour faire passer la pilule. Quand j’étais au conseil régional je tirais « n » sonnettes d’alarme et je me souviens de l’une des premières fois où je posai des questions au représentant d’Alliance, le grand truc sur la microélectronique. Il a commencé à me répondre en me disant : « madame, rassurez-vous, nos puces ne se trouvent pas dans les crèmes que vous vous mettez sur le visage ». J’ai failli lui sauter au visage. Il n’avait même pas écouté toutes les questions pertinentes que je lui avais posées. Mais bon, je me suis battue pendant six ans. Cela a eu des résultats parce que, maintenant, le conseil régional de Rhône-Alpes, même si je n’en suis plus membre, ne donne plus d’argent ni aux nanosciences ni aux nanotechnologies, puisque ça ne rapporte plus en termes de taxe professionnelle. En revanche, le volet science et société est un peu plus mis en avant.

Je n’étais pas là en 1984, mais les débats science et société il y en a déjà eu, et je commence à en avoir un peu assez des grands discours et préfère passer à l’action. Donc, j’avais essayé d’« arucqiser »[3] le schéma enseignement supérieur et de recherche, mais comme je n’étais que conseillère régionale de base, on ne m’avait pas écoutée. Et après on s’est dit : on a eu tort. Quand les PICRI[4] sont sortis en Ile-de-France, eh bien, la région Rhône-Alpes s’est fait souffler la place de la première région à les avoir instaurés. Et puis comme quelqu’un du service s’est rendu au Brésil, au Paraná, il y a des choses qui ont été rattrapées avec les projets « université citoyenne et solidaire »[5]. L’idée a germé que l’université en Rhône-Alpes pouvait essayer de se rapprocher de la population. Et en lien avec un projet européen on a monté une association locale, avec la fondation Sciences Citoyennes. Il s’agit de l’association pour le développement d’une recherche citoyenne et active (ADRECA)[6], où on remonte une boutique des sciences, sur le modèle de celles qui avaient existé dans les années 70-80 en France, avant de disparaître localement pour se poursuivre en Europe du Nord, parties faire les ARUC au Québec et qui reviennent avec l’idée d’une boutique, non marchande évidemment, où une association, une OBNL (Organisme à but non lucratif), vient faire une demande scientifique. Celle-ci est analysée conjointement par un référent scientifique et un référent boutique ainsi que l’association, pour la traduire en termes scientifiques. On cherche alors qui (chercheur ou enseignant-chercheur) peut éventuellement traiter cette question et les projets de recherche-action sont mis en œuvre par les étudiants. On sait bien maintenant que les chercheurs et enseignants-chercheurs n’ont plus le temps de faire ça. Cela donne des sujets d’étude passionnants pour les étudiants et on essaie de les confier à des étudiants de niveaux L1 (Licence 1° année) à M2 (Master 2° année) voire doctorat, si l’on arrive à rentrer dans le contrat doctoral. Ça commence à marcher. On a un projet européen. Les universités, et le vice-président formation, quand on vient présenter notre projet, nous regardent d’un autre œil désormais. On essaie d’avoir une unité d’étude transversale interuniversitaire où le programme sera bâti à partir de ce que les associations viendront nous apporter. Par contre, les choses risquent de se compliquer à la rentrée, selon les étudiants qui viendront, leur discipline et leur niveau, car entre L1 et L3 ce ne sont pas les mêmes. Et suivant qu’ils viennent de sciences, de biologie, de physique, de SHS, de lettres, etc., les projets que l’on pourra traiter, les collègues qu’on pourra solliciter, seront différents. Cela fait six ans qu’on mène ce projet et on espère que cela va continuer. Mais il y a en ce moment 3-4 projets qui tournent et cela nous fait grand plaisir.

Félix : Je suis un militant associatif. Je me reconnais évidemment dans ce que vient de dire Lionel Larqué, car je suis également un des responsables du forum social local. Par contre, comme je ne suis pas un scientifique, je suis désolé mais je suis un petit peu perdu dans l’exposé de Jean-Michel Fourniau qui présente des choses intéressantes mais un peu compliquées pour mes connaissances et mes compétences. Simplement, je voudrais évoquer la question du rapport des associations aux scientifiques, parce que c’est vrai que le rapport au scientifique est a priori pour nous difficile. Difficile parce qu’on voit comment les scientifiques sont pris dans le maelstrom de leurs intérêts de recherche. D’ailleurs, ils ont des subventions parce qu’ils font des recherches et pour faire leurs recherches, ils ont besoin de subventions. Il y a donc là quelque chose qui est totalement en-dehors de ce que nous, citoyens, pouvons avoir à faire ou à demander. Et donc, c’est difficile pour nous d’avoir confiance dans leurs recherches. La preuve est apportée par les OGM, les nanos. Sur le climat, on a des discussions. Et donc là-dessus, on a ce problème au sujet de la recherche, qui est importante, certes, mais qui en définitive laisse entièrement ouverte la question de savoir pour quel type de société, pour quoi faire ? Et c’est là où je voulais en venir.

La deuxième partie de ma remarque porte sur ce que JM Fourniau a dit par rapport aux nanotechnologies et en particulier par rapport à PMO (le collectif « Pièces et Main d’œuvre »), à savoir qu’il y a eu le film sur les nanotechnologies au festival Résistances à Foix[7] auquel j’ai assisté et où PMO était présent. Et effectivement il y a de leur part une très grande violence d’une certaine manière, oui, c’est vrai. Mais en même temps je vais vous dire ce qui s’est passé ici, parce que ça montre que la vision que vous, JM Fourniau, avez de PMO à mon avis est erronée. Il se trouve que l’on fait partie également d’un repaire de « là-bas si j’y suis »[8], comme un certain nombre de militants, ou de gens qui discutent de choses et d’autres et en particulier on voulait discuter également des nanotechnologies. On a donc fait appel à PMO, qui nous ont répondu de faire d’abord un débat autour du film et ensuite de travailler nous-mêmes la question. On a projeté le film, on a eu un débat et on a voulu poursuivre le débat sur les nanotechnologies, savoir quels étaient nos positions par rapport à ça. Eh bien nous, citoyens, on s’est trouvé devant un vide parce que, d’une part, PMO nous disait : « mais faites vous-mêmes le travail de recherche. Voyez ce qui se passe en Côte d’Or et après, nous, on veut bien venir vous voir pour discuter et voir avec vous ce qui se passe. On ne veut pas venir chez vous comme des experts et des spécialistes ». Vous voyez que ce n’est pas tout à fait l’image que vous, JM Fourniau, donnez. Et, d’un autre côté, pour ce qui nous concerne plus spécialement, nous nous sommes dit : « eh bien allons-y ». Nous avons donc fait une deuxième réunion et une troisième réunion. Et puis, très vite, on s’est aperçu qu’on n’avait pas les compétences ni les moyens d’appréhender ce problème par nous-mêmes. Il y  a parmi nous des personnes qui ont tenté de solliciter des chercheurs travaillant sur ces questions pour établir un dialogue, mais ça n’a pas pu se faire. Du coup, nous, citoyens et groupe, avons abandonné un thème dont nous avions pourtant voulu mener l’examen. Comme quoi ce n’est pas si simple d’établir un lien entre nous, pourtant demandeurs, et le monde de la recherche. Aussi, si je reconnais que les gens de PMO sont, d’une certaine manière, assez rigides, je crois qu’ils ont raison, vu la manière dont ça se passe et dont les citoyens sont traités dans cette sorte de situation.

Gérard Pierre : Je suis un ancien « scientiste », professeur d’université, physicien. Je suis aussi président de la section Bourgogne Franche-Comté d’une association qui s’appelle « Sauvons le climat »[9]. Je voudrais intervenir tout d’abord sur la question de l’évaluation des élèves que L. Larqué a évoquée tout à l’heure. On a tous eu, je crois, des professeurs qui nous ont marqués. C’est à l’université, alors que j’étais en thèse, juste après 1968, que j’ai rencontré un professeur dont l’exemple m’a durablement influencé. Comme j’étais bon élève, les autres étudiants m’envoyaient voir les professeurs pour porter leurs revendications, et en particulier celui-là, parce qu’il était plutôt de gauche. On m’avait dit cette fois-là d’aller le voir pour lui dire que les étudiants voulaient la suppression des examens. Ce qui était, à ce moment-là, dans l’air du temps. Ce professeur m’a regardé, un peu interloqué, et m’a dit : « c’est vous Pierre qui me demandait qu’on ne fasse plus de sélection ?! Mais comprenez bien une chose, si on supprime la sélection intellectuelle, il y en a une autre qui va se remettre en place, et ce n’est sans doute pas celle que vous voulez ». Je peux vous dire que cette remarque m’est restée pour la vie. Je suis plutôt partisan d’une « bonne » sélection – par opposition à d’autres qui peuvent être alors qualifiées de « sauvages » -, à une absence de sélection. Voilà, c’était simplement pour moduler ce que L. Larqué a pu dire tout à l’heure sur l’auto-évaluation par les élèves. Je suis pour ma part assez opposé à cette façon de faire et très traditionnaliste dans ce domaine. Je suis un vieux professeur réac, comme je suis un scientiste, sans doute. Et en tout cas, je suis membre de Sauvons le climat, une association qui se bat pour tenter d’éviter le réchauffement climatique. Le réchauffement climatique, finalement, est admis par tout le monde ou presque, mis à part Allègre, Courtillot, qui sont des provocateurs bien connus. Alors évidemment on devrait avoir bonne presse dans le monde scientifique puisque finalement tout le monde est d’accord. Ça a un rapport avec la société puisque nous sommes effectivement tous concernés par ce réchauffement. Simplement nous disons que pour éviter ça, il faut éviter de brûler des énergies fossiles. Nous sommes donc partisans des énergies décarbonées.  Et dans ces énergies il y a évidemment le nucléaire. Alors je suis sans doute un scientiste. J’essaie d’avoir un raisonnement, d’avoir une continuité avec le siècle des Lumières, avec un rapport avec la société qui me semble important. Ce ne sont pas seulement les non-scientifiques qui peuvent revendiquer un tel lien. Les scientifiques font eux aussi partie de la société. Figurez-vous que j’ai été extrêmement choqué quand j’ai constaté qu’aucune société savante n’était présente au Grenelle de l’environnement. Ni l’académie des sciences, ni la société française de physique. Or les académiciens ont quand même des choses à dire. On peut d’ailleurs les écouter et les contredire. Moi ça ne me gêne pas. Maintenant, les empêcher de parler, moi, je trouve ça choquant.

Chantal Pacteau : Je suis chercheure[10] CNRS, venue ici en tant que représentant le SNCS. Je suis également membre de la fondation sciences citoyennes et participe au Forum mondial sciences et démocratie. Je suis ces affaires de sciences et société depuis 20-30 ans. S’agissant du Grenelle de l’environnement, j’en ai parlé à certaines organisateurs pour leur dire que j’étais très choquée qu’il n’y ait pas eu le groupe des scientifiques. En fait, les scientifiques étaient très nombreux, mais ils y intervenaient, et ont eu leur mot à dire, en tant que personnes et non pas en tant que représentants d’institutions de la recherche. La réponse désarmante qui m’a été faite, c’est que les scientifiques doivent rester en-dehors de ces affaires, conserver leur « pureté ». C’est pour le moins une drôle de vision des choses qui se manifeste dans cette préconception là.

Jean-Michel Fourniau : Je voudrais rajouter un point que n’a pas évoqué L. Larqué. Je pense que la question de la construction de la représentation collective des chercheurs dont L. Larqué signalait les achoppements depuis 2004 et le mouvement de SLR[11], je pense qu’il y a eu des grands mouvements mais une difficulté à construire une représentation collective des chercheurs puisque finalement cette représentation a été une voie, mais qui s’est défaite. La question du rapport entre cette représentation et la politique a été compliquée à gérer ou s’est gérée individuellement. Aujourd’hui à travers les transformations de la science, les transformations des politiques universitaires – ce n’est peut-être pas la même chose -, il y a une forme, prise dans ces politiques là justement, d’atomisation, en tout cas d’éclatement des modes classiques de représentation des universitaires ou des chercheurs, ou d’attaque en règle contre ces modes de représentation qui pose vraiment la question de ces formes de représentation collective. Car justement une des choses que j’ai voulu dire dans cet exposé est que dans le cadre de ces politiques de la science, il y a des tentatives de construire des publics, donc des publics qui sont aussi alternatifs au fait que ce soient les chercheurs uniquement qui fassent la science. C’est même une règle de fonctionnement que se donnent ces programmes de bien séparer les rôles. La montée des questions d’évaluation, c’est aussi celle-ci, c’est l’idée que ce n’est pas aux chercheurs de faire la politique de la science. Les politiques de la science sont en train de construire des dispositifs pour mettre en cause cette image que L. Larqué évoquait à travers l’intervention de l’universitaire qui s’identifie à l’université. Mais, de fait, ce rôle qui peut encore fonctionner symboliquement pour les universitaires eux-mêmes est, en pratique, largement déconstruit et a très peu d’effectivité dans la réalité de la construction des politiques. Il s’ensuit qu’un des moyens de recouvrer une marge d’action, c’est sans doute de reconstruire des représentations collectives des universitaires et des chercheurs qui aient réellement prise sur ce qui se fait. Je voudrais illustrer mon propos par une anecdote. Mon GIS (Groupement d’intérêt scientifique) est situé à la Maison des sciences de l’Homme à Lyon, une MSH de sciences sociales. Je participe au Comité des directeurs de laboratoires. Il y a dix-huit laboratoires. Aujourd’hui, dans ce type d’instance, on ne parle plus jamais de contenu. On ne parle que de Labex, d’Equipex, d’Idex. On ne parle plus que de stratégie. On peut donc avoir un discours de critique des politiques mises en œuvre, mais après, individuellement, chaque laboratoire et chaque directeur de laboratoire assume complètement le fait qu’il faut se positionner, qu’il faut obtenir les financements et donc c’est une politique qui marche. Je veux dire par là, une politique qui se met en œuvre, parce que les discours critiques qui sont produits ne génèrent pas d’appui réel pour bloquer ces politiques. Je pense qu’il y a là un problème important à traiter.

 

Lionel Larqué : juste pour que la discussion puisse se faire de façon sereine, je souhaiterais répondre à M. Gérard Pierre, que si vous estimez qu’à travers mes propos je vous ai traité de réactionnaire, de scientiste et ainsi de suite, je pense que là vous me mettez dans une situation qui manifeste qu’il y a une partie de ce que j’ai dit que vous avez peut-être mécompris, et je pense que c’est aussi une façon de me catégoriser pour me faire entendre à quel point je suis illégitime dans le débat. Il y a toute une série de figures dans le débat public que je connais bien, car les physiciens du CEA, avec lesquels je discute très régulièrement dans les débats publics, me sortent à peu près les mêmes fadaises : à quel point je caricature la position du scientifique, que je ne comprends rien à la physique nucléaire, que vous nous mettez en position de défenseurs dans une chapelle assiégée et qu’en gros vous êtes des ennemis ou des adversaires potentiels et qu’en définitive on ne pourra discuter avec vous de rien.

Or mes propos portaient sur le fait qu’Allègre et Courtillot[12] ne sont pas des amuseurs publics. De votre côté, une telle supposition témoigne d’une méconnaissance absolument totale des rapports de force, des financeurs et des intérêts qu’ils défendent dans le débat public. Je vous recommande les travaux de Petit ; dans un article à paraître, il fait un lien mécanique depuis le conflit des industries du tabac dans les années 70, jusqu’à aujourd’hui, le changement climatique, où vous avez des catégories de chercheurs qui s’expriment dans le débat public et s’y légitiment en tant que scientifiques, parce qu’ils sont physiciens, qui responsable de je ne sais trop quel mouvement ou quel laboratoire. Leur parole est surlégitimée par rapport à leur figure symbolique qu’ils convoquent dans le débat public, alors que la majorité du temps, sur le thème en débat ils sont incompétents. Claude Allègre n’a absolument jamais rien écrit sur la question du changement climatique, Courtillot n’a jamais rien écrit dans les revues scientifiques sur le changement climatique. Il a écrit sur l’évolution du soleil. Il n’a jamais publié dans une revue de climatologie. Rapportez-vous au débat qui a eu lieu à l’académie des sciences en 2007, entre scientifiques, un débat fermé, qui s’est tenu à huis clos. J’y étais. Courtillot était auditeur. Il n’a pas eu droit à la parole. Il était illégitime, du point de vue de l’académie des sciences, à s’exprimer sur le sujet. Et les « pour » et les « anti », sur le changement climatique, avec enjeu entropique ou pas, se sont exprimés sur la base de travaux scientifiques reconnus par les pairs. Courtillot était auditeur ; il a eu le droit de se taire.

Sur le débat du créationnisme aux États-Unis, sur le débat du tabac, sur celui de l’amiante en France, on a toujours convoqué des scientifiques, académiques, mandarins, directeurs de laboratoires, pour jouer le rôle de soutien à des intérêts privés, au « business ». Allègre et Courtillot ne sont pas des épiphénomènes. Ils ont joué sur des ressorts sur lesquels la science est faible. La science, entendue au sens de la raison raisonnée et de la raison raisonnable, celle des Lumières, que vous convoquiez, et qui n’est pas celle de C. Allègre. Lui joue sur le ressort du doute permanent. Il martèle dans le débat public le fait que la science doute. Il s’appuie sur la faiblesse de la méthodologie scientifique pour dire : « Ils ne sont pas certains. La preuve : lisez ce qu’ils disent dans le rapport du GIEC, dans lequel ils témoignent de leur manque de preuve pour étayer leurs propos. Or, moi, C. Allègre, contrairement à eux, je suis sûr de ce que je dis ». Et il convoque les mêmes choses que vous, G. Pierre, avez dites sur la question énergétique, mais eux c’est sur les OGM. Dans le débat public, ils disent : « mais évidemment qu’on est tous d’accord sur la question des pesticides. Il faut arrêter la propagation des pesticides dans les sols. C’est la fin du monde ». Même ressort que celui que G. Pierre vient d’employer : « il faut décarbonner l’écologie ». Mais leur ressort à eux, c’est de dire que l’on dispose d’une technologie appropriée pour cela. Ce sont les OGM. Et vous-même, G. Pierre, vous dites que l’on a une technologie qui va bien pour décarbonner l’énergie, c’est le nucléaire. Et là j’estime que de mon point de vue, dans les orientations, dans le rapport des technologies aux sociétés, il importe d’essayer de voir un petit peu plus loin que la phase dans laquelle on est. Au cours des deux derniers siècles, à chaque fois qu’on a eu un problème technique géré par l’intelligence des hommes, on l’a résolu par un super-machin technologique, dont on a géré les problèmes induits par un giga-machin dont on a essayé de gérer les problèmes qu’il a créés par un strato-machin.

Gérard Pierre : Et que faites-vous du fait que l’espérance de vie humaine a quand même augmenté de trente ans en un siècle et demi !

Lionel Larqué : Est-ce que vous pensez vraiment que les chercheurs épidémiologistes, les gens qui travaillent sur la santé environnementale, qui disent qu’il n’y a eu aucun bénéfice depuis 50 ans issu de la recherche sur les médicaments sur l’allongement de la durée de la vie, n’avancent pas là un argument susceptible de perturber un tout petit peu votre assurance ? À part la pénicilline et les antibiotiques, aujourd’hui il n’y a aucun paramètre pharmacologique qui permet de dire : cette molécule a permis un allongement de la durée de vie. La pénicilline et les antibiotiques ont été des découvertes dues au hasard de la mécanique non pas scientifique mais des populations. L’argument qui aujourd’hui dit qu’il y a eu un allongement de la vie, je ne le conteste pas. Mais le problème est la détermination de ce qui a permis d’obtenir ce résultat. Or, il n’y a aucune étude scientifique qui nous permette de faire un lien de causalité entre la recherche pharmacologique et l’allongement de la durée de la vie. Ce sont l’hygiène, les modes d’alimentation, qui ont permis cela. Ce n’est pas la pharmacologie, si l’on se fie aux études publiées sur le sujet.

Ce que je lis et ce que j’observe depuis quelques semaines, autour des problèmes de la centrale nucléaire de Fukushima après le séisme au Japon, c’est que gérer un problème aussi complexe que celui de l’ultra-carbonisation de notre économie par un problème technologique ingérable à l’échelle d’une vie humaine, à l’échelle même d’une civilisation et ingérable à l’échelle de la vie des sociétés, car ces problèmes sont à l’échelle de plusieurs milliers d’années, je pense que d’un point de vue raisonné, cela doit questionner sur quel type d’investissement, dans quel type de recherche, sur quel type d’hypothèse notre pays doit investir. Typiquement sur les biotechnologies, en France dans les années 70, il y a plusieurs hypothèses épistémologiques dans le champ académique. Il y a ceux qui travaillent sur de nouveaux rapports aux savoirs paysans, sur l’hypothèse d’une agriculture qui allait se définir agriculture biologique, et il y a les « biotechs ». La France dans sa vision techniciste considère que les biotechs sont du business et du marché. C’est l’avantage comparatif de la France. On investit 97% du budget jusqu’à aujourd’hui, sur les biotechs : biogé, INRA, une partie du CIRRAD, IRD, une partie du CNRS. Tout ce que notre pays a investi en intelligence sur les chercheurs, qui ont bien fait leur boulot, était de dire que pour résoudre la question de la qualité de la production agronomique, l’avenir ce sont les biotechs. Il y avait d’autres hypothèses scientifiques que l’on a minorées. Le problème, c’est que dans d’autres pays ils n’ont pas tout misé sur le même biscuit. Ils ont misé sur une diversité programmatique en disant : « on ne sait pas trop. En l’état actuel de nos connaissances, biotechs, agriculture biologique, intégrée, systémique…. Ces hypothèses méritent d’être défrichées. On mise et on parie sur elles et dans 20 ou 25 ans, on voit ce qui se développe ». Et vous avez des rapports entre les scientifiques et les sociétés qui aujourd’hui produisent mieux et avec des rendements qui ne sont pas du tout ridicules par rapport aux rendements de l’agriculture intensive et j’estime que rétrospectivement on doit, du point de vue français, s’interroger sur les choix qui ont été faits dans les années 70 et par rapport à l’impasse dans laquelle notre pays se trouve aujourd’hui. Et j’estime que si l’on fait les mêmes choix massifs, comme ce que l’on a fait sur le nucléaire, en minorant et en arrêtant des filières innovantes sur d’autres hypothèses énergétiques, dans trente ou quarante on aura sur l’hypothèse énergétique en France les mêmes problèmes qu’on a aujourd’hui sur les biotechs et quel type d’agriculture on va avoir, parce qu’on a mis nos biscuits sur les mêmes chevaux. Et je ne dis pas que le nucléaire doit être arrêté. Je n’en sais fichtre rien. J’ignore quel sera l’avenir énergétique de mon pays. Ce que je sais, c’est qu’aujourd’hui plusieurs scientifiques nous disent qu’il y a d’autres hypothèses de recherche, qui sont marginalisées dans les financements. Et là, il est de ma responsabilité citoyenne de dire : écoutez, vous nous avez envoyé dans un mur. Je pense que ce type de choix là ne convient pas et je pense que par simple précaution et éveil politique la base d’un financement de la recherche devrait avoir pour premier principe le financement de la diversité épistémologique. C’est la base sur laquelle des habitants et des scientifiques peuvent s’accorder – et je n’affirme pas que vous avez tort sur le nucléaire, mais je pense, quant à moi, en creusant un peu la question, que c’est un vrai suicide pour le pays – en décidant qu’il convient d’investir sur la diversité et de voir dans vingt-cinq ans quelle(s) filière(s) on choisit. Ce qui permet d’avoir un rapport à la temporalité scientifique et à l’investissement un peu plus judicieux que celui qui consiste à faire des champions sur le nucléaire qui aujourd’hui sont des lobbies indépassables au niveau des corps de l’État, des corps des X-Mines et des X-Ponts, et qui empêchent toute évolution de la politique en la matière. Ceux qui ont le pouvoir et qui interdisent le débat démocratique, c’est le CEA et ce sont les X-Mines. Ceux qui font l’illégitimité du débat démocratique, ce ne sont pas les anti-nucléaires, avec lesquels je ne suis pas en accord sur tout, mais je constate qu’il existe une asymétrie dans le débat. Il y a ceux qui ont les clés du business, et ceux qui ne les ont pas.

Gérard Pierre : La situation que j’ai connue dans les années 70 en tant que jeune chercheur, c’est la liberté de la recherche avec un financement public. Et je suis opposé à la politique de recherche définie par les lobbies, de droite ou de gauche.

Jean Dupraz : Je suis membre d’Oxfam France et ai participé pour la première fois au Forum mondial sciences et démocratie à Dakar. C’est la raison de ma présence ici. Je précise que j’étais conseiller de formation continue avant de prendre ma retraite. J’étais donc dans l’administration de l’Éducation nationale et dans la formation continue, si bien que ce que disait L. Larqué, au sujet de l’évaluation, je l’ai vécu, ayant été sollicité par le recteur, et j’ai travaillé avec Marie Durut avec les professeurs de 5° et de 2nde sur ce sujet. L’évaluation nous a valu de sacrés moments de débat avec eux pendant deux ans. Après, ça s’est arrêté sans qu’on ait pu capitaliser ce savoir et ce savoir-faire là. J’ai aussi été syndicaliste en Saône-et-Loire entre Montceau-Les-Mines, Le Creusot et Cluny. C’est à dire Montceau-Les-Mines, avec les mines qui ont fermé, Le Creusot, avec Creusot-Loire qui a fermé également, et j’ai vécu avec des syndicalistes, des ouvriers parmi lesquels j’étais un « instruisou », comme ils disaient. J’ai pu voir aussi à l’œuvre ce savoir dont parle L. Larqué ; ces gens qui étaient sortis parfois du CE2 (cours élémentaire 2° année) ou du CM1 (Cours moyen 1° année) qui ont été formés par les écoles normales ouvrières, ont pu analyser la situation, faire prévaloir leur point de vue et intervenir y compris dans les ministères au moment de la restructuration, au moment des problèmes, etc. Donc ça j’y crois, je le vois possible.

J’ai aussi eu, alors que j’étais élève à l’école normale, la chance de rencontrer Jacques Natanson et Antoine Prost qui étaient des enseignants-chercheurs en pédagogie. Je ne sais pas si vous vous représentez la situation : un petit gars qui sort d’une exploitation de moins de 20 hectares, qui va à l’École normale, et qui se retrouve par le biais du syndicalisme en train de discuter avenir de l’école et société à ce moment là. On croyait donc à l’époque que l’on pouvait discuter avec ces chercheurs et scientifiques de la pédagogie et d’autres sujets connexes ; on pouvait confronter nos points de vue. Alors, évidemment, c’est comme avec vous, les conférenciers de ce séminaire : j’ai appris des tas de choses que je ne comprenais pas. Je ne dis pas que je les comprends toutes. Je comprends un petit peu plus. Le problème, et c’était l’objet de ma question, c’est comment peut-on faire passer ce message dans une association, qui comprend 12 à 15 personnes qui prennent régulièrement part aux réunions, sauf par période où l’on peut monter à 50 et au cours d’une conférence atteindre 200 personnes, mais où autrement on n’est pas nombreux ? Comment dans ces conditions allons-nous pouvoir construire ce savoir et pouvoir intervenir ?

Ma responsabilité dans l’association dans laquelle je suis ne concerne pas ceux qui sont les permanents, qui sont compétents dans leur domaine, mais la façon de s’adresser aux adhérents afin qu’ils puissent se dire : on a droit à la parole. Sur le TCE (Traité Constitutionnel Européen), ça a été épouvantable. J’ai un fils qui est à l’INRA et qui était à fond pour le TCE parce qu’il pensait qu’un traité était toujours mieux que l’absence de traité, et cela même si l’avancée n’était pas aussi importante qu’on le souhaitait. On a pris le traité article par article et parce que j’ai un peu d’habitude, on a quand même discuté entre 9 à 12 heures, le texte en main. Et tout d’un coup, il m’a dit : « mais papa, on ne met pas le curseur au même endroit ».

Je trouve que cette remarque rejoint le débat sur le type de société que l’on veut. À partir du moment où l’on choisit un type de société différent, effectivement le curseur ne se trouve pas au même endroit. Et c’est ça que j’estime qu’il faudrait que je puisse faire passer dans les rencontres ou les discussions que l’on peut avoir, et qui consiste à dire : vous avez le droit de dire ce que vous voulez et où vous placez ce curseur. Mais nous n’irons pas sur le champ de l’expertise proprement dite, car cela réclame un investissement plus complexe. Mais je crois que l’autre élément plus difficile aussi, c’est le fait qu’en vingt ans l’information mondialisée nous a submergés. Et je pense que l’autre élément c’est la prise de recul et l’esprit critique que cela exige parce que, quand vous discutez avec des gens qui entendent différents points de vue, p.e. autour de l’accident de la centrale de Fukushima, ou le cas du Mediator, ils disent : « mais de toute façon, on ne peut se fier à personne ». La première réaction des gens, c’est celle-là. Et quand vous dites après : « eh bien non, il n’est pas vrai que l’on ne peut se fier à personne », mais comment fait-on pour avoir une chance de faire passer ce message ? Je vous renvoie ça. Ce n’est peut-être pas votre rôle de vous y intéresser, mais en tout cas, c’est le nôtre.

Béatrice Jeanniot : Je pense effectivement que c’est une question que se posent les membres des associations et même les actifs et très actifs. On souffre en France de cette vision de l’expert qui sait, qui est dans sa tour d’ivoire de laboratoire, d’université, par opposition à celle du profane, qui est réputé ne pas savoir s’il n’est pas passé par la bonne école, s’il n’a pas le bon diplôme. Ce n’est pas vrai. Les agriculteurs, p.e., n’ont pas attendu la naissance de l’INRA pour savoir comment et où faire pousser telle et telle chose. Dans le cas contraire, l’humanité n’existerait plus. Et on ne serait donc pas là pour en discuter. Il y a donc une certaine prise de confiance pour dédramatiser ce scientisme, cette prime à la Raison. Je crois que l’on porte quelque chose de très lourd du côté de Descartes, l’héritage cartésien est très fort puisque je pense donc je suis, et que si on ne m’a pas appris à penser, je ne peux pas penser, donc je ne suis rien. Dans d’autres pays, comme le signalait L. Larqué, en Afrique ou en Amérique du sud, où il n’y a pas cet héritage lourd, il semble qu’ils s’en sortent mieux que nous sur ce plan-là. Nous sommes en train de travailler dans mon association avec des gens qui fabriquent différents types de fours et de fourneaux pour être employés dans différents pays. Ils nous ont dit que les usagers de ces fours savent d’expérience comment les utiliser au mieux, et p.e. connaissent les conséquences de l’emploi de la cendre pour la cuisson. Ils savent empiriquement comment faire, mais ne savent pas pourquoi leurs choix pratiques produisent tel ou tel effet. Ils voudraient donc théoriser le phénomène constaté empiriquement. Mais ils n’en possèdent pas moins le savoir lié à l’expérimentation. Il leur manque juste de pouvoir faire le lien entre théorie et pratique, de construire ensemble la question. Les scientifiques ne savent pas non plus répondre comme ça à la question que posent les associations, qui est beaucoup plus compliquée qu’elle en a l’air, et qui du coup intéresse les scientifiques. Ce n’est pas brider la recherche de la faire s’intéresser au monde réel, c’est au contraire ouvrir de vraies possibilités. Mais cela implique d’engager un travail d’aller et retour, de faire se comprendre ces deux mondes, qui réclame une bonne dose d’obstination.

Lionel Larqué : Cette remarque me fait penser à quelque chose, un ouvrage de Roger Girod que j’ai lu il y a un an ou deux et qui a été une vraie claque pour moi en tant qu’acteur d’éducation populaire visant à l’émancipation de l’individu et du collectif. L’ouvrage s’appelle Le savoir réel de l’homme moderne, et a été publié aux PUF en 1991. L’auteur s’interroge sur le type de savoir dont les gens ont besoin pour vivre aujourd’hui dans leurs métiers, dans leur vie collective. Quels sont les savoirs qu’ils mobilisent ? Selon les critères que l’on retient, entre 11 et 43% des habitants en France peuvent être considérés aujourd’hui comme illettrés. Est-ce qu’on peut vraiment vivre en étant illettré dans le pays ? La réponse est oui. Est-ce qu’on peut vivre dans le pays en n’ayant aucune conscience politique ni citoyenne ? La réponse est oui. Il dit qu’en définitive, par rapport au type de société dans laquelle on se trouve, il n’est pas non plus surprenant de voir que toi p.e. et nous collectivement sommes confrontés parfois à un désintérêt complet par rapport aux problématiques que l’on aborde parce que dans la vie du travailleur, dans la vie des personnes, elles paraissent complètement inutiles.

L’enjeu dans lequel on se situe, c’est de se demander quelles sont les préoccupations des travailleurs, des ouvriers, des ingénieurs ? Quelles sont vraiment les questions qui leur sont posées dans leur vie de famille, dans leurs métiers ? Et, à travers ça, quelle pelote de laine on peut faire pour identifier si à l’intérieur il y a un rapport au savoir à discuter, à travailler, à améliorer pour que la personne vive mieux dans son environnement ? Et ça n’est pas si évident. La vision qui consiste à dire que plus on est cultivé, au sens aristocratique du terme, mieux on vit en collectivité, ce n’est pas ce que les gens observe dans le réel. C’est un vrai problème qui nous est posé, à savoir le fait que la majorité de nos concitoyens peuvent tout à fait bien vivre sans avoir le début du commencement d’une idée sur la question des enjeux de la physique aujourd’hui, de la chimie, de la future politique énergétique. On peut vivre sans s’intéresser à ça. Et quand il se produit une catastrophe, c’est là que les choses changent. Il y a la prévention des risques qui permet de mobiliser les savoirs.

Aujourd’hui, je pense que par rapport au type d’administration d’État que l’on a en France, la commission du débat public a été une vraie avancée par rapport au type de débat que les hauts fonctionnaires ont avec les acteurs sociaux, parce que, avant la loi Barnier de 1995[13], ce n’était pas possible d’avoir des discussions instituées, pacifiées, pour dire que l’on n’est pas d’accord sur le type d’autoroute, de déchetterie à construire. La CNDP (Commission Nationale du Débat Public)[14] a permis d’enjoindre la haute fonction publique de discuter avec le corps social. Avant cela, ce n’était pas possible. Voyons les choses un instant du point de vue d’un haut fonctionnaire des Ponts ou des Mines : avant 1995, il n’est pas tenu de se plier à cet exercice ; après 1995, il faut le faire. Il doit le faire. C’est comme ça. Et pour un fonctionnaire, la question de l’injonction est quand même importante. Prenons maintenant le cas évoqué par Mathieu Calame dans son ouvrage. En Allemagne, la qualité du sol est un indicateur qui est obligatoirement mentionné dans le contrat de vente d’un terrain. Et le vendeur et l’acheteur sont tenus de discuter de la qualité du sol pour déterminer sa valeur. La valeur du sol est un élément fondamental de la vente d’un bien foncier. Cette loi incite le vendeur à s’assurer que son terrain ait la meilleure qualité pédologique possible.  En France on n’a pas une telle loi. On voit bien que la qualité de prescription d’une politique publique peut jouer sur le quotidien des habitants. Quand on dit que la valeur du sol, dans sa richesse organique, est un élément de la richesse du sol quand on le met en vente, son propriétaire n’a pas envie que la valeur de son bien se détériore au fil du temps, pendant la durée où il l’exploite. Il va prévenir les problèmes et se mobiliser parce que, pour lui, la valeur de sa terre pose un souci. On le voit aussi p.e. quand on veut vendre une résidence secondaire et que le paysage est moins beau que quand on l’a achetée ; c’est un élément d’appréciation de la valeur du bien. Les habitants vont se mobiliser pour que le paysage fasse partie des politiques publiques, agricoles, etc. C’est un ensemble de ressorts que l’on ne perçoit pas au début, que l’on théorise rétrospectivement. Ce sont des éléments de mobilisation des habitants qui permettent que l’on s’appuie  dessus pour dire : mais quel type d’agriculture vous voulez près de chez vous ? Parce que si vous êtes à côté d’une porcherie qui épand du lisier qui va faire que votre eau va être imbuvable, eh bien votre maison vaudra moins cher à la revente. Donc les habitants se mobilisent. Il faut aussi jouer sur des ressorts citoyens pour dire que cela va peser sur le type de recherche que l’on va mener et c’est bien d’avoir une recherche intégrative sur la qualité des sols, p.e., si l’on prend le cas allemand.

Mais sur la question du rapport du savoir réel de l’homme moderne, c’est pour nous une vraie question en tant que mouvement d’éducation populaire parce que notre vision du citoyen parfait, qui doit s’intéresser à tout et avoir un avis sur tout pour être le citoyen tel qu’on le rêve dans les ouvrages sur la révolution française se révèle aujourd’hui non opératoire et non effective. Et ce n’est pas comme ça qu’on y arrive. Donc si l’on veut faire usage des registres de mobilisation et d’actions appropriés, il faut aussi faire un peu plus attention à la demande sociale, à la réalité des habitants. Et quand on est à Oxfam, pour regarder Oxfam de l’extérieur, eu égard au type de métiers qui sont ceux de Oxfam, qui est une ONG qui fait du plaidoyer et de l’expertise sur le développement p.e., et par rapport aux questions : de quel type de développement ? Quel rapport aux chercheurs ? Pour quel type de recherches, permettant de mieux discuter de tout ce qui vous intéresse sur vos problématiques, je pense que les types de métiers à construire dans Oxfam sont des registres très importants d’évolution de l’association et de l’ONG. Ils appellent un rapport au savoir qui est un rapport beaucoup plus mature et construit, parce qu’on peut très bien se satisfaire d’une ONG comme Oxfam, qui est un bureau d’expertise, avec 25 salariés à l’intérieur, qui sont extrêmement compétents en apparence et qui produisent un rapport au savoir déconnecté de la base sociale du mouvement. Et cet enjeu-là est un enjeu politique majeur pour dire quels sont les types de métiers qui doivent être ceux d’Oxfam dans les 15 ou 20 ans à venir par rapport au mouvement lui-même et par rapport à son rapport au savoir, aux chercheurs, etc. Là ça va toucher la bureaucratie et l’appareil bureaucratique d’Oxfam et ça va toucher les militants. Et à mon avis, il y a là des ressorts qui concernent le métier des permanents et l’engagement des militants de cette ONG. Je pense que là-dessus, en y consacrant quelques mois de travail, ça doit devenir pour le mouvement un enjeu de prospective qui n’est pas anecdotique.

 

 


[3] Les ARUC, alliances de recherche université-communauté, au Québec, ont inspiré les PICRI (Partenariats Institutions Citoyens pour la Recherche et l’Innovation) français. Voir http://sciencescitoyennes.org/les-aruc-inspiratrices-des-picri/

[4]

[8] Du nom d’une émission de Daniel Mermet sur France Inter : http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=981

[10] Sur le choix de cette orthographe, voir Michèle Lenoble-Pinson, « Chercheuse? chercheur? chercheure? Mettre au féminin les noms de métier et les titres de fonction », Revue belge de philologie et d’histoire,  Année   2006, Volume   84, Numéro   84-3, pp. 637-652 (le texte intégral est accessible ici : http://tinyurl.com/3bbxyz2)

[11] Voir le verbatim de la séance précédente (n° 10, du 28 avril 2011) consacrée à la question des collectifs dans les mouvements universitaires.

[13] Loi no 95-101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement,  http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Barnier