Les instances d’évaluation scientifique: élection, nomination, cooptation ? Une discussion entre Nathalie Heinich et Christian Topalov

A la suite d’un appel à candidatures diffusé le 9 janvier 2012 par le SNCS et le SNESup en vue des élections à la section 36 (sociologie, normes et règles) du Comité national de la recherche scientifique, Nathalie Heinich (DR CNRS sociologie) a écrit à Sophie Pochic (CR CNRS sociologie) et Christian Topalov (DE EHESS sociologie) le premier des messages qui suivent. Christian Topalov lui a répondu et s’est ainsi engagée une discussion dont les protagonistes ont pensé que, rendue publique, elle pourrait contribuer à nourrir la réflexion collective.

1. De: Nathalie Heinich

Chers et chères collègues,

Ce souci de moralisation vous honore, mais je continue à trouver  aberrante – et je ne suis évidemment pas la seule dans ce cas – cette  spécificité bien française qui consiste à composer une commission  d’experts (ce que sont les commissions de recrutement et de promotion du  CNRS) sur la base des affiliations syndicales et non pas de la compétence scientifique des membres. C’est là une infraction fondamentale aux règles de fonctionnement du monde scientifique, dont je ne connais pas d’autres exemples ailleurs – sinon peut-être dans les ex-régimes soviétiques? Il y a là une confusion navrante entre recrutement scientifique et gestion des organismes de recherche, qui subordonne la qualité de l’expertise des candidatures aux opinions politiques des membres élus – opinions sans doute respectables mais qui n’ont strictement rien à faire dans une instance d’évaluation des compétences scientifiques!

C’est la raison pour laquelle je refuse de voter aux élections du comité national, en attendant qu’un sursaut collectif des chercheurs du CNRS permette de mettre fin à cette situation ridicule.

Avec mes salutations,

Nathalie Heinich (DR1 en sociologie).

2. De: Christian Topalov

Chère Collègue,

Je vous remercie d’avoir pris la peine de faire cette déclaration, qui ne me surprend pas car c’est là une position que vous exprimez publiquement depuis longtemps.

Je crois qu’elle repose sur des malentendus que je voudrais essayer de décrire. Je n’imagine pas que je peux vous convaincre, mais le dialogue contradictoire me semble toujours une bonne méthode, votre message en témoigne. Je risque d’être un peu long, accordez-moi votre indulgence.

Les candidatures aux élections des sections du comité national, dans les collèges chercheur et enseignant-chercheur, sont individuelles. Il ne s’agit nullement d’un scrutin de liste, comme dans le collège ITA. Rien ne vous empêche, rien n’empêche n’importe quel collègue de s’y présenter. Edgar Morin l’a fait il y a quelques années. Il a été élu haut la main, mais il n’a pas beaucoup fréquenté les réunions, sans doute parce qu’une personnalité scientifique de ce niveau est très occupée.

Il est vrai qu’il se trouve que la plupart des candidats sont soutenus par une organisation syndicale ou une association. Dans un monde qui n’est plus tout-à-fait régi par des relations de face à face, comment pourrait-il en être autrement ? Ainsi, on a vu en section 36 des candidatures soutenues par l’ARESER (une association proche de Pierre Bourdieu), par Qualité de la science (une association où l’on méprise cordialement les syndicats), par les syndicats de la FSU ou par la CFDT.

Pour une raison de droit (candidatures individuelles) et une raison de fait (diversité des organisations soutenant ces candidatures individuelles), il est tout à fait inexact de parler de monopole syndical dans ces élections. Je ne commenterai pas votre allusion à l’Union soviétique, qui ne me surprend pas dans la bouche d’un Allègre ou d’un politicien de l’UMP, mais me désole dans celle d’une collègue que j’estime.

Il me reste à vous dire pourquoi je pense que les syndicats, et notamment le mien, jouent un rôle utile dans cette affaire.

Tout d’abord, leurs membres et les collègues qu’ils soutiennent aux élections du comité national sont des scientifiques qui en valent bien d’autres. S’ils paraissent incompétents aux électeurs, ceux-ci ont le loisir de ne pas les élire.

Ensuite, le soutien syndical offre une certaine garantie d’indépendance par rapport à l’administration du CNRS dont le poids se fait souvent lourdement sentir au détriment des missions du comité national. En outre, il favorise à la fois l’indépendance par rapport aux cliques dont le milieu scientifique est tissé, et une certaine intégrité personnelle. Pourquoi ? Parce que les élus soutenus par le SNCS doivent rendre compte de leur action, sous diverses formes, devant leurs électeurs. Entendons-nous bien: le soutien du syndicat n’est ni une condition nécessaire ni une condition suffisante à l’indépendance et à l’intégrité. Les contre-exemples, au fil du temps, ne sont pas exceptionnels, mais globalement ce n’est pas trop mal.

Enfin, j’aimerais rappeler qu’un syndicat ne recrute pas sur la base de ce que vous appelez une « opinion politique ». A moins que vous ne considériez comme telle le refus des orientations fondamentales du sarkozysme universitaire et de leur déclinaison au CNRS ? Je pense au contraire que, quelles que soient les préférences partisanes de chacun (ou l’absence de telles préférences) nous pouvons nous retrouver dans un combat commun pour résister aux malheurs qui frappent l’enseignement supérieur et la recherche depuis 2007, voire avant. S’il existe encore un CNRS qui ne soit pas réduit à être une « agence de moyens », essayez de ne pas oublier que c’est grâce à un combat opiniâtre des personnels, soutenu fermement par un comité national où les élus que vous décriez si fort ont joué un rôle crucial.

Avec mes cordiaux sentiments.

Christian Topalov

3. De: Nathalie Heinich

Cher collègue,

Je vous suis sincèrement reconnaissante d’avoir pris la peine de me répondre: le dialogue est rare dans ce type de désaccords, et donc précieux. C’est pourquoi je vais me permettre, à mon tour, de vous expliquer en quoi vos explications ne me convainquent pas entièrement.

1. Certes, vous avez raison de m’objecter qu’il n’y a pas de « monopole syndical » dans ces élections, qui ne se font pas sur scrutins de listes. Mais cela n’empêche pas qu’il me paraît anormal de faire apparaître, dans une candidature à une mission d’expertise scientifique, une appartenance syndicale qui, par définition, n’a rien à voir avec les compétences à détecter et promouvoir les meilleurs chercheurs – puisque c’est bien là le rôle essentiel des commissions de spécialistes du CNRS. L’expertise scientifique a ses règles propres, qui n’ont pas à être confondues avec l’exercice démocratique de la liberté d’expression ou le contrôle des travailleurs sur le fonctionnement de leur entreprise.

2. Certes, mon allusion à l’Union soviétique manque un peu de finesse, mais j’entendais par là une tendance à la soumission du travail scientifique (ou, en d’autres domaines, artistique) aux institutions politiques, autrement dit un défaut de reconnaissance de l’autonomie du monde académique. Le système soviétique en a été une illustration particulièrement caricaturale, mais elle existe aussi, sous des formes plus modérées, dans nos sociétés démocratiques – et notamment au CNRS.

3. Qu’il faille être vigilant sur les possibles dérives des politiques de recherche menées par nos gouvernants est une conviction que je partage avec vous. Mon désaccord porte sur les contextes où exercer cette vigilance: autant le syndicalisme a, de ce point de vue, toute sa place dans les instances de gestion ou de « gouvernance » d’un organisme de recherche ou d’enseignement supérieur, autant je ne vois pas ce qu’il vient faire dans une commission d’expertise scientifique. C’est ce mélange des genres qui me paraît un dévoiement inacceptable de cette noble tradition qu’est le syndicalisme.

4. Quel mal y a-t-il à cela, direz-vous? Les syndicats, selon vous, seraient vertueux dans ces commissions en tant qu’ils seraient tenus de « rendre des comptes ». Mais quels comptes? Il me semble qu’un président de commission qui, tout simplement, « rendrait compte » de ce qui s’y est décidé serait largement suffisant. Or cette vertu sinon discutable, du moins minime, a pour contrepartie un énorme vice: celui d’ajouter au poids des clientélismes celui de l’appartenance syndicale. Tout le monde est au courant de ces « petits arrangements entre amis », qui se font forcément sur le dos des chercheurs qui n’ont pas pris la précaution de s’inscrire dans un réseau. Nul besoin d’être sociologue pour comprendre comment ces choses-là fonctionnent! Et comme dans tout clientélisme, c’est la qualité du recrutement qui en pâtit – c’est-à-dire non seulement l’intérêt individuel des chercheurs portés par leur seul mérite (permettez-moi d’utiliser ici ce mot devenu impur, alors même qu’il est l’un des grands acquis de la Révolution française!), mais aussi le bien commun de la collectivité, qui paie pour la qualité de la science.

5. N’importe quel praticien des commissions de spécialistes, dans n’importe quel domaine (recherche, université, culture…), sait parfaitement que la logique démocratique du choix des experts à la majorité ne devrait pas y avoir sa place, car elle implique forcément l’homogénéisation selon le courant dominant, alors même que la détection des meilleurs talents exige une pluralité des sensibilités, une attention aux innovations et aux marges. Une bonne commission – tout le monde le sait – doit être composée des meilleurs spécialistes dans des domaines et des tendances aussi variés que possible: ce qui exige des nominations bien pensées, discutées, raisonnées. Soit tout le contraire d’une élection sur la base des proximités idéologiques, des sympathies personnelles, des « on dit que ». Bref: appliquer à la sélection des meilleurs spécialistes la logique électorale qui a sa place dans l’exercice des droits du citoyen est un absolu contre-sens quant à la spécificité du monde scientifique. Encore une fois, on écrase l’autonomie de la recherche sous les procédures en usage dans le monde politique. Ce sont là des logiques qui ont chacune leur légitimité, mais aussi leur spécificité: les mélanger est une erreur grossière – qui nous ramène encore une fois (pardonnez-moi) à un passé que nous aimerions tous – je l’espère – voir révolu… Et face à cette confusion des rôles et des arènes, je dois avouer que je me sens beaucoup plus protégée par les « nominations » effectuées par l’administration que par les élections pilotées par les syndicats! Et ne croyez pas que je sois une horrible « droitière », vendue à la « direction », aux « gouvernants » ou au « grand capital »: j’estime seulement qu’il y a place, dans la culture de gauche, pour le respect de l’autonomie des pratiques, du bien commun, de l’émulation, et même de l’excellence! (que l’on appelle aussi « élitisme républicain » – mais pourra-t-on encore utiliser ce terme sans se faire renvoyer dans les rangs des méchants?)

Voilà: je ne sais pas si je vous ai convaincu, mais vous m’avez au moins permis d’expliciter mon point de vue – ce dont je vous remercie, encore une fois, bien sincèrement.

Nathalie Heinich.

4. De: Christian.Topalov

Chère Collègue,

Merci de votre réponse qui a le grand mérite de clarifier, me semble-t-il, la nature du différend. Je formulerai celui-ci à ma manière en deux points.

Le premier est peut-être mineur : il s’agit de votre utilisation du terme « expert ». C’est le vocabulaire que les nouvelles instances d’évaluation et de pilotage sont en train d’essayer de nous imposer : l’ANR recrute des « experts » pour juger les projets, Bruxelles l’avait précédée dans cette voie, l’AERES munit ses comités de visite d’un « guide de l’expert » et nous serions, dans les comités de lecture de nos revues ou dans nos jurys, rien moins que des « experts ».

Que nous soyons, dans l’ensemble, compétents dans nos domaines respectifs, je l’espère. C’est cette présomption qui nous rend éligibles à participer à l’évaluation de nos pairs, de leurs travaux, de leurs projets. Mais cela fait-il de nous des « experts » ? Accepter ce coup de baguette magique symbolique, c’est oublier, je pense, une caractéristique fondamentale de la science: elle est construite sur la controverse, elle est validée par le libre débat public au sein des communautés savantes. L’autorité attribuée à l' »expert » repose sur une double supercherie : faire croire que les savants sont toujours d’accord entre eux, faire le silence sur la procédure de l’arbitrage entre leurs opinions. Ce dernier point est crucial dans les machines que la politique actuelle a mises en place : les « experts » remplissent leurs fiches et l’administration décide.

À vous lire, vous ne partagez pas cette vision de la science, même si vous en adoptez le lexique. Nous pouvons donc, je pense, nous accorder sur le fait que nous avons besoin d’évaluations élaborées de façon collective, contradictoire et publique, au sein d’instances considérées comme légitimes par la communauté au nom de laquelle elles portent des jugements et devant laquelle elles ont à répondre.

Ce qui m’amène à la seconde différence d’opinion entre nous, cruciale celle-là. Vous imaginez qu’il existe une autorité scientifique supérieure, éclairée et bienveillante, qui aurait la capacité, le désir et la légitimité nécessaire pour nommer des experts incontestables parce que les meilleurs d’entre nous. Je serais bien curieux de savoir quelle elle pourrait bien être.

Voyez les nominations au CNU par les services du ministère: elles privilégient lourdement les amis du pouvoir politique, ce qui les rend parfois scientifiquement scandaleuses. M. Maffesoli, ami de Mme Pécresse qui dirigea naguère la « thèse » d’une astrologue et fut distingué en 1992 par le grand prix des Sciences humaines de l’Académie française, assorti de ses épigones, a régné de 2007 à 2011 sur la section 19, ne l’oublions pas, avec les conséquences déplorables que l’on sait.
Les nominations au CoNRS de la direction du CNRS peuvent parfois être critiquées pour les mêmes raisons. Les gouvernements de droite en particulier ont longtemps puisé dans le vivier de Paris IV pour peupler les sections. Les nominations de M. Kaspi jadis, de M. Hombert par la suite en section 36 ont constamment assuré le contrôle de M. Boudon ou de ses amis sur la section. Contrairement au cas évoqué plus haut, ce n’est pas indigne, mais c’est anormal du point de vue du pluralisme auquel nous sommes attachés. Et je parierais volontiers que les nominations de M. Bourdelais seront gouvernées par le souci que les sections de SHS accompagnent fidèlement les orientations autoritaires que cette direction est chargée de mettre en oeuvre.
Il faudrait aussi parler des jurys d’admission du CNRS, où le poids des nommés fait que le directeur général obtient à peu près ce qu’il veut. M. Migus était orfèvre en la matière et expliquait dans ces instances que « les sections doivent comprendre que ce ne sont pas elles qui font la politique du CNRS ».

Cela vaudrait la peine de visiter par ailleurs les jurys constitués par l’ANR pour distribuer la manne virtuelle du grand emprunt. Tous nommés, dans la plus totale opacité, et pilotés sans fard par les bureaucrates « modernisateurs » aujourd’hui aux manettes: les tractations qui ont conduit aux derniers arbitrages en matière de LabEx sont notoires, comme l’est aussi le fait que les décisions en matière d’IdEx ne sont évidemment pas prises par le « jury international » mais par le ministre.

Alors vers qui se tourner ? L’Académie des sciences morales et politiques ? C’est l’institution qui nomme le jury du prix Claude Levi-Strauss, qui récompense chaque année d’une coquette somme de 100 000 euros le meilleur d’entre nous, et ce jury, très homogène idéologiquement, semble s’être donné pour mission de promouvoir les cognisciences.

Soyons réalistes : l’autorité scientifique supérieure indépendante, dont vous attendez la nomination d' »experts » incontestables n’existe pas. Il ne reste donc qu’à faire confiance au jugement et à l’intelligence des communautés savantes elles-mêmes pour qu’elles désignent par l’élection ceux qu’elles considèrent comme dignes d’être, pour un temps limité, leurs représentants pour porter des jugements scientifiques.

Il y a des cas, c’est vrai, où l’élection peut aboutir à la tyrannie d’un courant dominant: au CNRS cela s’est vu jadis en anthropologie (section 38), communauté de taille très réduite et organisée alors en un duopole; c’est aussi le cas aujourd’hui en science économique (section 37), où le mainstream a désormais presque totalement éliminé ses concurrents. Mais il faut souligner que dans les deux exemples évoqués (et notamment dans le second), les nominations, loin de corriger la tendance, l’ont aggravée. Je ne pense pas, toutefois, que ce soit très fréquent, car nos communautés de SHS sont suffisamment diverses et traversées de clivages, voire de conflits, pour que cette diversité se reflète dans celle de leurs élus.

Si, dans une instance de jugement scientifique, les élus sont largement majoritaires, veillent à l’indépendance des décisions et à des normes exigeantes en matière de qualité des procédures, rapports et débats, alors, bien entendu il peut être positif que des collègues nommés par l’administration se joignent à eux.

C’est à mon avis selon de tels principes qu’il faudrait non seulement restaurer les compétences du CoNRS et du CNU, mais qu’il faudra reconstruire demain l’ensemble du dispositif d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur dans notre pays. J’espère que l’année 2012 sera celle où nous ouvrirons ensemble ce grand chantier et qu’elle nous donnera l’occasion de poursuivre la discussion.

Avec mes cordiaux sentiments.

Christian Topalov

5. De: Nathalie Heinich

Cher collègue,

Merci d’accepter de poursuivre ce dialogue.

Les deux points que vous soulevez sont en effet cruciaux, mais nous divergeons sur la façon de les appréhender.

Concernant l’expertise: il est de bon ton aujourd’hui, dans la gauche radicale, de pourfendre le « règne des experts », qui seraient forcément au service du « pouvoir ». C’est ignorer une caractéristique fondamentale des activités n’ayant pas le profit comme mission principale, telle la recherche ou la culture: c’est que leur fonctionnement repose sur l’allocation de fonds publics, et que cette allocation ne peut se faire sans évaluation de ceux qui sont les plus à même de remplir leurs missions (je n’ose dire les plus « méritants », tant ce terme est devenu impur à gauche). La mesure des résultats financiers n’étant pas, par définition, le bon critère pour une telle évaluation, il faut bien se fier aux qualités professionnelles. Or celles-ci, étant fortement spécialisées, ne peuvent être évaluées par des juges extérieurs à la discipline: il faut des gens qui s’y connaissent – c’est-à-dire des pairs. Bref: l’évaluation par les pairs est- vous le savez aussi bien que moi – une condition incontournable du fonctionnement de nos activités. C’est ce qu’on appelle l’expertise, qu’il s’agisse d’articles pour des revues scientifiques, de projets de recherche ou de recrutements et promotions. Ce n’est donc pas le principe de l’expertise qu’il faut critiquer, mais ses modalités concrètes de mise en oeuvre. Et là, en effet, nous sommes d’accord sur bien des défauts, auxquels il faut remédier. Mais on ne le fera pas en contestant le bien-fondé de l’expertise académique.

Second point: qui doit désigner les experts? C’est le nerf de la guerre. Dans maintes universités étrangères de haut niveau (parmi elles, c’est vrai, des universités américaines: est-ce un affreux péché?), les conseils scientifiques recrutés par l’administration parmi les meilleurs professeurs ou chercheurs (car il existe des moyens pour les repérer: publications, réputation internationale, activités scientifiques…) sont souverains pour constituer des commissions par disciplines, en s’appuyant sur leur connaissance du milieu de façon à obtenir des jurys pluriels et de qualité. Il s’agit donc d’une cooptation raisonnée sur la base d’une sélection des plus performants (et oui: nous sommes en concurrence, que vous le vouliez ou non, au moins pour l’accès à la reconnaissance de nos pairs: c’est ce qu’on appelle aussi l’émulation). Une autre formule existe, qui a cours en France au Centre National du Livre (que je connais bien pour y avoir enquêté puis siégé): des membres de l’organisme qui connaissent bien le milieu en question (littérature, sciences humaines, arts etc.) choisissent un président de commission, avec lequel ils élaborent une liste d’experts, si possible représentatifs de tendances aussi variées que possible. Et ces experts, au moment de quitter leurs fonctions (trois ans maximum), pourront eux aussi, éventuellement, conseiller l’administration sur la nomination des successeurs. C’est donc un mixte de nomination administrative par des connaisseurs du milieu et de cooptation par les pairs. Ce n’est pas parfait (aucun système ne l’est – un peu comme la démocratie, n’est-ce pas?) mais c’est certainement mieux qu’une élection à l’aveugle, qui ne fera qu’amplifier, mécaniquement, la domination des courants les plus en vogue. Voilà comment je vois les choses: rien de machiavélique a priori (sauf dans un système clientéliste où l’administration ne chercherait qu’à placer ses pions, au détriment du bon renom de l’institution), rien non plus d’angélique. En d’autres termes: un compromis, c’est-à-dire la voie de l’intelligence.

Je ne vois pas, en tout cas, comment on peut continuer à faire confiance au système actuel d’élection sur des listes syndicales qui ne tiennent aucun compte de la position des candidats dans l’espace de la discipline. Sans compter que le silence indécent du syndicat impliqué dans les récents scandales de la section sociologie du CNU n’incite pas à faire confiance à des responsables syndicaux aussi peu soucieux du minimum de déontologie!

Bien cordialement,

Nathalie Heinich.

01-PDS3-Liora Israël-introduction 3° séance : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La séance d’aujourd’hui constitue presque un tournant dans l’histoire de PDS. En effet, après avoir beaucoup discuté de l’université et réfléchi aux réformes en cours en s’interrogeant sur leurs effets et les conditions de leur mise en œuvre, on passe à une seconde phase en quelque sorte, c’est celle de la préparation d’une refondation désormais envisageable. Elle se situe à l’intersection de deux moments ou de deux choses : d’une part, un texte de Christian Topalov, intitulé « Reconstruire l’enseignement supérieur et la recherche », que nous avons tous lus , qui était en forme de bilan et adressé notamment aux membres du parti socialiste pour faire un point et obtenir d’eux qu’ils réfléchissent plus sérieusement à ce que le PS pourrait proposer en la matière et à ce qu’il convient d’envisager dans la perspective éventuelle d’un changement de majorité politique ; et je crois, en second lieu, que c’est aussi une question qu’il nous revient d’assumer et de prendre en charge pour savoir justement de quelle manière nous nous positionnons. Il y a eu des états-généraux en 2004, mais l’évolution rapide et grave des réformes qui nous ont touchées fait que l’on est obligé de repartir à nouveaux frais, de nous poser de nouveau les questions d’un renouvellement de nos institutions et aussi du sort que l’on peut réserver à toutes ces réformes que nous avons critiquées et qui ne sont pas si faciles à détricoter maintenant qu’elles sont plus ou moins mises en place.
Pour répondre à ces grandes questions, et avant d’autres séances qui interrogeront plus directement les acteurs politiques -la prochaine séance sera consacrée à Europe Ecologie-Les Verts-, il a été convenu de donner la parole lors de cette séance à des membres de Sauvons L’Université, du SNCS, du SNESUP, afin de voir comment on envisageait la possible reformulation de nos contextes et de nos institutions de recherche.
Je passe donc la parole à Étienne Boisserie qui est historien à l’INALCO et membre de Sauvons L’Université. Je précise que chacun de nos interlocuteurs, lors de cette séance, s’exprime en son nom propre et non pas à celui de l’organisation à laquelle il appartient par ailleurs.

02-PDS3-Etienne Boisserie: “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Un constat : le découragement apparent
Il y a à mon sens deux manières d’envisager la question qui nous est posée dans cette séance : est-ce que l’on évoque ce que l’on souhaiterait que redeviennent l’enseignement supérieur et la recherche, ou est-ce que l’on développe une approche que l’on va dire « réaliste » et que l’on essaie de voir si un certain nombre de dossiers peuvent être arrêtés ou bien annulés ? Dans cette deuxième hypothèse, la grande difficulté est de mesurer la totale vacuité de la réflexion de la principale formation politique qui pourrait être porteuse d’une hypothétique alternance sur le sujet. Lors d’une réunion hier à l’université Paris VII j’ai entendu à quel point des collègues, même de très bonne volonté et qui ont des responsabilités politiques, n’ont de cesse d’expliquer que tout cela est bien compliqué, que selon eux le mieux ce serait de ne rien faire, d’autant que les collègues sont fatigués des réformes déjà engagées et que, tant qu’à faire, on ferait mieux de ne pas les fatiguer davantage avec de nouvelles réformes !
Mais des raisons d’espérer
En même temps, je suis assez optimiste. C’est peut-être dû à une conjonction particulière, imputable à une grosse fatigue ou à un agacement devant un empilement récent d’éléments. En effet, qu’il s’agisse des Idex, qu’il s’agisse des évaluations, j’ai quand même le sentiment qu’il y a un petit mouvement, un petit frémissement, un petit quelque chose qui se fait sentir. J’entends bien que les motions votées par les différents conseils d’administration (CA) depuis quelques jours sont aussi des motions préélectorales, comme peut l’être une petite interview d’un responsable de l’un des partis d’opposition. Cependant, il est quand même assez significatif que des choses puissent être dites et écrites, votées à l’unanimité, y compris par des CA qui ne sont pas réputés être de grands guerriers, en tout cas dans leur majorité. Il y a donc quelque chose qui se passe qui permet de pointer et de mettre en évidence les principales difficultés que posent ces réformes, soit sur des dispositifs techniques, soit sur leur conception même. C’est-à-dire que l’on rentre peut-être dans une phase qui, si on la rate, ne nous laissera guère de chance ultérieure de pouvoir peser sur les événements et faire entendre notre voix. C’est une phase au cours de laquelle il faut faire en sorte de s’exprimer, pour qu’on ne puisse pas nous opposer plus tard d’avoir gardé le silence à un moment où il était crucial de se faire entendre.

Les prochaines échéances électorales : une fenêtre pour l’enseignement supérieur et la recherche
Si par le plus grand des hasards le parti socialiste fait en sorte de ne pas perdre les élections qu’il donne l’impression de s’efforcer de perdre en permanence, si l’on a une vraie mobilisation, avec de vraies prises de position, avec des éléments indiquant une forte résistance des collègues individuellement, dans le cadre syndical, dans le cadre des conseils centraux des universités, produisant une espèce de grippage de la machine et pointant les difficultés vécues sur le terrain, on peut espérer qu’il se produira quelque chose. Et, de toute façon, si on ne le fait pas, il ne se produira rien ! La seule chose dont les promoteurs des « réformes » ont envie, c’est que nous considérions que c’est fini. Il ne faut pas leur donner la possibilité de le penser. La vraie question qui se pose à nous, à SLU notamment, même si je ne parle pas en son nom ce soir, comme elle se pose aux syndicats j’imagine, est de savoir ce qu’il faut dire ou ce qu’il ne faut pas dire de ce qu’il faut défaire, jusqu’où on va ? Comment doit se traduire plus précisément notre refus d’un certain nombre de dispositifs ? Est-ce que ce refus doit se traduire par des propositions ? C’est une question que l’on a tranchée pour le moment plutôt par la négative mais il est vrai que, quand on réaffirme un certain nombre de principes, quand on pose une alternative au moins sur des bases sémantiques ou organisationnelles, institutionnelles différentes, on répond de fait à certaines questions.

03-PDS3-Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La position des syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche par rapport aux partis politiques et de leurs projets pour ce secteur
Les organisations syndicales et d’autres organisations ont la pratique bien connue du rapport introductif. Nous avons demandé à ce qu’il n’y ait pas de rapport introductif pour cette séance de PDS. Je ferai donc en sorte qu’il n’y ait pas de rapport introductif. Mais cependant, si nous voulons avoir une interprétation un tant soit peu rigoureuse de la Charte d’Amiens, nous ne la résumerons qu’à une seule chose, c’est que nous ne souhaitons pas influer sur les programmes des partis et ceci pour une seule raison : c’est que nous avons nos propres propositions. Ce disant, nous disons deux choses : oui, nous sommes un syndicalisme qui est force de proposition et en cela nous ne distinguons pas dans nos conceptions du syndicalisme, nous incarnons une définition du syndicalisme, c’est-à-dire des propositions de transformation sociale que nous pouvons porter tout seuls, et en ceci nous n’avons pas besoin de nous mesurer avec les programmes des partis politiques. Par conséquent, la seule chose qui peut nous intéresser est de montrer notre programme à des organisations politiques en leur demandant de prendre position par rapport à ce programmes L’inverse n’étant pas vrai, c’est-à-dire que nous ne prenons pas position par rapport aux programmes des partis.

L’enseignement supérieur et la recherche comme programme ou comme jeu ?
Après ce rappel de rigoureuse doctrine syndicale, je voudrais quand même dire autre chose. Je crois que c’est une des vertus du séminaire PDS que de permettre de réfléchir, par exemple aujourd’hui, à la fonction des programmes politiques, à ce que sont devenus les programmes sous condition de sarkozysme pour ainsi dire. Que veut dire un programme politique depuis 2007 ? On peut appliquer immédiatement cette question à nos affaires d’enseignement supérieur et de recherche. Je verrais deux séquences : il y a une première séquence depuis la campagne présidentielle de 2007, donc disons depuis l’automne 2006 et jusqu’à un peu après le grand mouvement de l’enseignement supérieur et de la recherche, disons printemps 2010, où le gouvernement n’avançait pas masqué. Nous savions alors ce qu’il voulait faire et nous pouvions nous reporter à des mots d’ordre extrêmement clairs rédigés par exemple par les conseillers du Président de la République. Par exemple : transformation du CNRS en agence de moyens. Un autre exemple également est celui de la dramatisation extrême de la LRU comme mère de toutes les réformes. Là c’est du verbatim, je ne fais que citer. Et par conséquent, le gouvernement n’avançait pas masqué. À cela ont correspondu plusieurs épisodes : la très forte communication autour de la LRU en 2007 et 2008, puis la très forte communication une fois que le mouvement de 2009-10 est retombé, la très forte communication autour de la transformation du CNRS en agence de moyens, la mise en relation de deux fonctions : opérateur de recherche et agence de moyens, qui étaient devenues des quasi mantras dans les organismes de recherche et les EPST (Établissements Publics à caractère Scientifique et Technologique). Souvenez-vous au CNRS de l’épisode proche de la pantalonnade de la direction Laurioux (2009-10). À partir du printemps 2010, il s’est passé autre chose. Désormais, on ne peut même plus dire que le gouvernement avance masqué puisque en lieu et place d’un programme nous avons un jeu, le jeu qui s’appelle Idex (Initiative d’excellence), le jeu qui s’appelle Grand emprunt ou investissement d’avenir. Je ne veux pas du tout dire que la chose est superficielle, au contraire on aura un travail à faire ici même aujourd’hui pour expliciter les principes qui président au grand emprunt. Mais enfin tout ce que nous disons est sous condition d’anticipation : qui va l’avoir ? Qui va gagner et qui va perdre ? Donc nous sommes dans le jeu. Et à l’heure qu’il est je vois une vraie différence entre le jeu et le programme et je vois une vraie différence dans les prises de position que nous pouvons avoir par rapport à un programme et par rapport à un jeu.

04-PDS3-Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Des réformes controversées dont la mise en œuvre a suscité une large collaboration
Comme tous mes collègues je parle en mon nom propre. Je suis historien, membre d’un CA. Je le dis parce que c’est aussi bien de savoir d’où on parle. Je suis donc membre d’un conseil d’administration, élu sur la liste du président actuel et, depuis quasiment le lendemain de son élection, premier opposant audit président. C’est une position un peu de grand écart, mais après tout c’est sans doute le grand écart qui est la figure imposée aux universitaires depuis 2007. C’est vrai que l’on a une première tentation qui est de dire le désastre, de dire : « Regardez ce qu’ils ont fait, regardez à quel point nous avons souffert et à quel point nous souffrons des réformes ». Mais à mesure que l’on dit ça on a aussi envie de se dire : « Regardons ce que nous avons fait ». Car ce qui est le plus dramatique, le plus cruel dans la séquence engagée depuis 2007, c’est notre participation active aux réformes que nous dénonçons. Car pas une de ces réformes n’aurait eu lieu si simplement nous avions dit : « On n’applique pas ». Il ne s’agit même pas de lui résister, d’aller manifester, etc., mais simplement de dire : « Nous n’appliquons pas ! ».
Regardez avec quel enthousiasme des collègues ont détruit leurs Masters pour faire rentrer la mastérisation. Et maintenant ils attrapent des rapports pour dire : « Voyez, on vous l’avait bien dit, c’était une mauvaise réforme ! ». Alors même que ces mêmes rapports dénoncent les maquettes de Master que ces mêmes collègues ont élaborées… dans l’intérêt des étudiants, évidemment. C’est l’antienne permanente, car à partir du moment où l’intérêt des étudiants est évoqué, naturellement toute résistance va apparaître comme du corporatisme.
Je dirais donc que nous sommes dans une situation que l’helléniste que je suis pourrait qualifier entre Cassandre et Médée, c’est-à-dire que nous avons pronostiqué de façon déterminée et permanente les catastrophes qui s’annonçaient. Des catastrophes ont eu lieu, personne ne nous a cru en quelque sorte, mais en même temps nous sommes devenus Médée, nous avons nous-mêmes tué l’université à laquelle nous étions attachés, sans doute pour se venger de ce mari volage.

Université et démocratie : la question politique
Alors, pour faire l’universitaire, je dirai qu’en faisant l’université du moins telle que je la conçois, peut-être qu’apparaîtra ce que peut être l’université ou ce qu’elle devrait être. Je crois que la question posée est celle de la démocratie. A cet égard, je dirai que l’université ne doit pas être seulement le lieu de la démocratie faite, mais aussi celui de la démocratie qui se fait. En effet, je crois que faire surgir l’université dans le débat politique cela impose de savoir ce que l’on entend lui faire faire, c’est-à-dire quelles finalités on donne à cette institution au sein des autres institutions, ce qui conduit à sortir du mécano institutionnel qui concerne la détermination du nombre d’élus au conseil d’administration, la question de savoir s’il faut plus ou moins de personnalités extérieures, qui sont des questions importantes mais dont on comprend bien qu’elles renvoient à une forme de technique et que quelques hauts fonctionnaires suffiront largement à savoir in fine combien il faudra de membres dans un CA d’une université.
En revanche, là où la question devient politique, c’est à dire devient alors d’intérêt général, c’est à partir du moment où l’on considère que l’université a pour mission de contribuer au bon fonctionnement de la démocratie en assurant une forme de service après-vente du lycée pour continuer la formation des citoyens. Cette tâche consiste à assumer la mission d’émancipation des individus à travers nos enseignements. Cette question est pour moi centrale, parce qu’elle ne peut du coup pas être évacuée du débat politique, sauf à considérer que le parti socialiste, et ce serait un aveu intéressant, n’a rien à faire, rien à dire sur l’émancipation des individus. Ce qui est tout de même un élément fort du programme du socialisme au moins envisagé d’un point de vue historique. Même avant la Charte d’Amiens, me semble-t-il.
Alors du coup cela pose une autre question, qui est celle de la définition démocratique de l’université. En effet il serait illusoire de proclamer cette démocratie dans ces deux acceptions, celle qui est faite et en même temps celle qui se fait, et puis de la faire ici même, au fond entre nous, c’est à dire entre universitaires et peut-être en faisant venir quelques étudiants. Je crois qu’au fond cela nous amènerait à réfléchir à ce couple que nous avons évacué de notre réflexion qui est celui de l’autonomie et de l’hétéronomie. Car en effet nous devons définir nous-mêmes un certain nombre de missions et de leur réalisation concrète, mais en même temps, parce que nous nous inscrivons dans un environnement social et politique donné, nous avons aussi à faire face à une hétéronomie. Car en effet, s’il y a une loi c’est qu’il y a de l’extérieur par définition, que cette hétéronomie soit incarnée par la LRU ou qu’elle revête peut-être une forme plus favorable. Ce qui pose toujours la question politique. Je crois que si le contexte actuel, avec les élections qui s’annoncent, peut être favorable à une réforme différente de l’université, cela suppose de poser les problèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche de façon politique, c’est-à-dire de sortir de la description juste des catastrophes qui nous sont arrivées, qui sont des descriptions souvent techniques, un peu obscures pour ceux qui ne sont pas comme nous impliqués dans la vie quotidienne de l’université, pour les poser de façon politique. C’est-à-dire qu’il faut aussi que nous fassions cet effort de trouver un langage qui soit compréhensible par le plus grand nombre, c’est-à-dire retrouver le langage de l’intérêt général. Il me semble que jusqu’à présent nous le faisons très peu. Nous considérons que l’université c’est un peu notre chose et au fond que ce sont les universitaires qui en parlent le mieux qui la réformeront le mieux. Je crois que si nous voulons une autre université, une université plus démocratique, alors nous devons accepter la démocratie jusqu’au bout. Ce faisant, on retrouve alors presque la définition du socialisme par Jean Jaurès, vous savez : « La République jusqu’au bout ». Je dirai que tel est l’enjeu pour nous, car sinon nous ne serons pas entendus, car notre message ne sera tout simplement pas audible. Je pense que c’est à cette seule condition que nous pouvons espérer, non pas être sauvés, mais contribuer à une refondation non pas, vous l’avez compris de l’université, mais en réalité à une refondation démocratique de nos institutions parce que nous sommes une institution républicaine. En tout cas, c’est ma vision à moi de l’université et donc je pense que c’est à l’aune de l’intérêt général que nous devons poser la question de l’université et non pas croire que ce qui arrive à l’université suffirait à soi seul à dire l’intérêt général.

05-PD3-Liora Israël-Introduction au débat : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Alors je le disais, les chantiers sont nombreux et on voit que le niveau de débat s’élève très vite effectivement vers des questions d’intérêt général et politiques qui sont à la fois les nôtres et celles que l’on ne peut pas tout à fait adresser ici. Alors je propose que l’on revienne vers un certain nombre de dossiers précis et peut-être pour commencer que l’on parle du dossier de l’université, on parlera aussi évidemment des institutions de recherche ou des institutions plus hybrides comme l’EHESS. On va commencer par l’université, car la LRU est certainement particulièrement intéressante de ce point de vue là. Je veux dire que cela a été à la fois l’occasion tout de même d’un mouvement très important dans nos communautés, un mouvement qui a été un échec, et qui a eu aussi des coûts importants en termes de démobilisation dont il faut tenir compte. Mais c’est aussi une réforme qui maintenant est mise en place avec des conséquences que l’on voit apparaître sur les budgets de certaines universités. Ce sont aussi des réformes qui ont été faites je crois par les présidents d’université et qui ont créé des formes de fracture assez importantes j’ai l’impression dans un certain nombre d’institutions. Alors effectivement comment fait-on à la fois pour recréer du lien dans ces institutions, pour reproposer un rôle d’articulation de la place des universités dans ce système national en évitant que des déséquilibres trop forts se créent et qui évidemment soient soutenus par une politique d’Idex ? Commençons donc par le chantier de l’université : la mastérisation, les compétences élargies, la LRU, comment reposer les bases de notre fonctionnement ? Et aussi éventuellement des récits de ce qui s’est passé localement pour parler de choses concrètes, puisque par exemple à l’EHESS, qui est assez spécifique puisqu’il s’agit d’un grand établissement, on vient de passer aux compétences élargies et on ne sait pas ce que cela va donner.

06-PDS3-Christophe Pébarthe: “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La « collaboration » des universitaires à la politique gouvernementale : origine et conséquences
Je pense que là, pour le coup, tous les Cassandre ont décrit exactement ce qui allait se passer à l’avance. D’autres services publics ont connu ces mêmes évolutions, la tarification à l’activité à l’hôpital par exemple. La mise en déficit organisé des universités était prévisible, c’était d’ailleurs l’objectif même pour arriver à cette collaboration active qui est la diminution de l’offre de formation votée de façon enthousiaste par les universitaires. Je prends l’exemple de Bordeaux III, où il était question en somme d’envisager de supprimer une semaine d’enseignement par semestre. Nous avons 2 × 12 semaines et l’on dit qu’il faut réfléchir sur la base de 11 semaines. Quand on nous a présenté cela dans le département d’histoire, la première réaction des collègues a été de se demander comment on allait faire l’évaluation en TD ? La baisse de la durée des enseignements allait poser problème ! Donc on voit très bien que tout ça ne pose aucun problème d’analyse, c’est-à-dire que c’est connu depuis très longtemps. Ce qui est plus inquiétant c’est qu’il ait fallu tant de temps aux universitaires pour s’apercevoir que ce qui se passait ailleurs allait finalement leur arriver également. Mon étonnement se situe plutôt là lorsque je vois aujourd’hui des présidents qui ont voté les RCE (responsabilités et compétences élargies) et qui semblent en découvrir les effets, notamment les bons élèves qui vont presque jusqu’à évoquer le fait qu’ils ont voté avant tout le monde, qu’ils ont été les premiers à passer aux RCE et qui se demandent pourquoi aujourd’hui on leur fait ça ? On a l’impression de discours de la collaboration où quelqu’un qui aurait collaboré avec ardeur arguerait de ce fait pour dire qu’il ne peut pas être puni ! Il y a sans doute une sociologie des présidents d’université à faire et à écrire pour savoir comment ces gens ont pu trahir avec un tel enthousiasme. L’étape suivante consisterait à décliner exactement le discours du gouvernement selon qui, pour être libre de la tutelle des marchés il faut leur obéir. Eh bien les présidents ont décliné le même discours en disant que pour être libre de la tutelle du recteur il faut appliquer la politique qu’il appliquerait si l’université était mise sous tutelle !

Reposer la question des missions de l’université
Il est évident que nous ne pouvons pas prendre la question par ce bout-là, c’est-à-dire par celui des moyens qui manquent. Car là encore : à quoi ça sert ? Le vrai problème qui est posé est celui du contenu même de l’enseignement universitaire. C’est-à-dire que nous devons affronter idéologiquement à l’université la question de la professionnalisation, par exemple. Cela veut dire qu’il convient de reposer la question des missions de l’université. Car on voit très bien comment ce que nous avions dit par ailleurs, au moment de la loi LRU, que faire intervenir en numéro trois des missions des universités l’insertion professionnelle était une fausse bonne idée, parce que si on ne peut quand même pas passer par-dessus l’enseignement et la recherche, de fait donner ce niveau de priorité à l’insertion professionnelle revenait très vite à grignoter enseignement et recherche. Or, ça y est, nous y sommes, nous le voyons arriver : les Masters dits à finalité recherche vont disparaître au profit de Masters indifférenciés. Ce qui va se traduire par la quasi hégémonie des Masters professionnels pour le plus grand nombre à l’exception de quelques endroits, par-ci par-là, où seront préservés des Masters recherche d’excellence, etc. Le mécanisme, nous le connaissons. Cela veut dire que nous devons prendre au sérieux nos enseignements, les finalités de cet enseignement et j’ajouterai la recherche. En définitive nous devons porter plus haut et de façon plus pratique, plus concrète, cet adossement de la recherche et de l’enseignement qui fait notre spécificité. Nous avons laissé progressivement trop souvent s’instaurer l’idée qu’une partie de nos enseignements pouvait être totalement déconnectée de la recherche parce que le niveau des étudiants avait baissé, et pour de nombreuses autres raisons encore. Et puis le statut est venu renforcer de facto cette logique, puisque nous sommes à mi-temps enseignants et à mi-temps chercheurs, ce qui nous invite comme tout naturellement à faire cette partition, et la suite logique c’est la fiche métier : les enseignants, les enseignants-chercheurs, les chercheurs. Nous avons nous-mêmes contribué à ça. Or je crois que résister à cette tendance qui se manifeste dans les universités, cela suppose de réaffirmer ce lien qui est l’essence même de l’université. Une fois que l’on réaffirme sérieusement que la formation par et pour la recherche est un élément fondamental de la formation des enseignants, le dilemme actuel s’évacue, c’est-à-dire que l’on est alors beaucoup moins gêné par un Master, par un mémoire réellement rédigé etc., si l’on considère que c’est un élément de la formation. Après, il y a toujours le problème de l’allongement des études pour les étudiants, mais c’est un autre problème, qui peut se régler d’une autre façon et qui n’a pas forcément à être réglé en plus par les universitaires, comme si nous devions de surcroît porter sur nos épaules la misère sociale, la misère estudiantine, etc., dont nous ne sommes pas responsables. Bien sûr que nous en subissons les effets ! Mais là, on veut tout porter : les malheurs de l’institution, les malheurs des étudiants, etc. Je crois que nous devons prendre l’institution universitaire au sérieux et prendre également nos enseignements au sérieux. La meilleure arme pour moi de notre résistance et de notre volonté de refondation de l’université, paradoxalement, c’est la pédagogie. Car nous devons faire cours différemment. Si nous croyons à la démocratie nous ne pouvons plus faire cours avec nos petits micros, nos petites feuilles, en lire le contenu comme si le savoir était vertical. Tout ce que nous faisons en réalité dément la dimension émancipatrice de l’université. Je crois que c’est là-dessus qu’il faut travailler, c’est-à-dire que nous devons nous-mêmes être les moteurs de cette transformation tout de suite, sans attendre une hypothétique majorité politique qui tout à coup se dirait : « C’est génial l’université ! Libérons-la de la tutelle néolibérale !».

08/07-PDS3-Etienne Boisserie & Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche en France sont l’expression d’un modèle rodé ailleurs
Etienne Boisserie : Le sujet aujourd’hui concerne la LRU, les PRES, les Idex, etc. Hier j’étais à la maison de l’Amérique latine où se tenait un débat intéressant avec des Colombiens, des Chiliens et où j’intervenais pour les affaires françaises et européennes. À chaque fois que j’expliquais les PRES, Idex, etc., la Colombienne qui était juste à côté de moi disait : « ah ça je connais : 1996 ; ça je connais : 1992 », etc. En somme, le modèle auquel nous avons affaire est extrêmement rodé . Il y avait un Chilien aussi. Il ne se donnait même pas la peine de dire qu’il connaissait, il était évident qu’il connaissait. La question se pose de savoir par quel bout prendre ce modèle très rodé ? Je n’ai pas la réponse.

Supprimer l’Idex ?
Je ne nie pas l’importance de la LRU, je sais qu’elle est fondamentale, parce que sans la LRU il n’y a pas le consentement à la destruction de l’université telle qu’elle a été organisée. Je parle de notre consentement, celui des universitaires, et des outils qui le favorisent. A commencer par l’Idex, qui est un parfait dispositif touche-à-tout parce qu’il réalise une prédation sur le budget, il détruit la fonction publique, il détruit le principe de non sélection à l’entrée à l’université et il introduit à l’intérieur des universités la bipartition des formations que par ailleurs on dénonce à grands cris en disant que l’on va y mettre fin. C’est cela que crée l’Idex. La seule solution envisageable c’est de dire que ce processus doit être annulé. Seulement j’aimerais que l’on m’explique comment on s’y prend pour le faire ? Parce que même si le processus Idex est annulé, il reste les votes des CA, il reste les fusions, l’introduction par la bande des licences, des diplômes d’établissement, des bi-licences, etc., des formations avec sélection sur dossier, tout ce qui est censé incarner la politique d’excellence de la formation à l’université. Christophe Pébarthe a parfaitement raison. Dans cinq ans, ici-même ou dans une autre salle on dira que Christophe avait raison en 2011, il a dit ce que nous avions vu et ce que nous devions arrêter. Seulement, le problème c’est qu’on risque de continuer de voir la même chose, parce que c’est un système fondé sur la soumission et sur l’auto-soumission. Et tout nous pousse à l’auto-soumission. J’ai encore une petite histoire à vous narrer : à l’INALCO, le responsable des licences nous a intimé l’ordre il y a huit jours de rendre les auto-évaluations des licences pour le 5 janvier 2012. Il a organisé avec un petit groupe trois réunions de pas moins de quatre heures chacune. J’étais dans le petit groupe de pilotage dont je précise par ailleurs qu’il passait au-dessus de toutes les structures, notamment les conseils de département qui eux comprennent des élus. Je m’étais dit que, avec quelques collègues, j’allais jouer les trouble-fêtes dans ce groupe. Je rappelle que l’on actuellement est en pleine vague C du calendrier d’évaluation de l’AERES. Les licences concernées ont été définies le 11 juin dernier et les dossiers de licence ont dû être déposés le 15 octobre dernier. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas dans l’agenda de ces réunions auxquelles nous participions, et que l’on devait sans doute faire partie de la vague D, puisque ces réunions arrivaient trop tard si elles devaient concerner la vague C. J’ai pensé qu’il devait y avoir un calendrier pour cette vague. C’est la raison pour laquelle je suis allé sur le site de l’AERES. Or vous imaginez bien qu’il n’y a pas encore de calendrier pour la vague D. Évidemment qu’il n’y en a pas ! Et nous, à l’INALCO, nous sommes dans la vague D. Ce qui veut dire que ce responsable a anticipé de pratiquement un an les auto-évaluations de la licence. Je ne sais pas sur l’ordre de qui, ni pour quelle raison ? Et tout est à l’avenant. On est dans une culture de la soumission qui pose une vraie difficulté avec des équipes organisées qui sont floues et qui accélèrent le processus de transformation. Je suis désolé, je suis très négatif ce soir, mais j’ai beaucoup de mal à imaginer un mot d’ordre qui serait : « Les Idex doivent disparaître ! L’État a besoin d’argent ? On lui rend ! ». Eh bien on devrait dire ça, ce serait un argument amusant : vous avez besoin d’argent ? Vous nous en avait donné beaucoup avec le grand emprunt. On n’en veut pas ! Gardez-le ! Arrêtez de dire que l’on croule sous l’argent.

Philippe Büttgen : On ne peut pas le dire car cet argent n’existe pas.

Étienne Boisserie : Eh bien justement ! Ce serait un très bon moyen pour l’obliger à avouer que de toute façon cet argent n’existe pas ! On pourrait revenir à un modèle de PRES. J’entendais hier Isabelle This Saint Jean (en charge des questions d’enseignement supérieur et de recherche au conseil régional d’Ile-de-France) dire que les PRES c’était très bien, mais pas ceux-là. Alors, admettons : on revient au système de PRES. Mais comment revient-on à ce système ? Qu’est-ce qu’on garde de la LRU ? Qu’est-ce qu’on fait des transformations absolument colossales qui sont impliquées même pas par l’Idex lui-même mais simplement par les transformations en vue d’obtenir l’Idex, qui sont indépendantes de l’Idex ? C’est ça le vrai problème ! C’est le fait que même en cas de non obtention de l’Idex les transformations sont malgré tout déjà réalisées. Il est difficile de savoir par quel bout prendre ce problème.

Philippe Büttgen : La plupart des membres des nomenklaturas présidentielles universitaires depuis 18 mois ont passé leur temps à s’imaginer avec un Idex. D’ici peu, ils vont se voir sans Idex. Qu’est-ce qui va se passer ? C’est la question qui se pose. En vérité c’est la catharsis dont nous aurions besoin. C’est ce qui vient d’être dit par mes deux camarades. Nous aurions besoin de cette catharsis, c’est-à-dire de voir les deux tiers des universités françaises sans Idex. Par exemple que sera Limoges sans Idex ? Et Pau ? Parce que Limoges était déjà Limoges, Pau était déjà Pau. Mais quand il va y avoir l’université de Pau plus un Idex ailleurs, que va être l’université de Pau ? C’est une chose qui va être intéressante à observer. Encore faudrait-il que nous ayons les moyens de cette observation. Et c’est pourquoi effectivement nous devons refuser toute troisième, quatrième voire cinquième vague Idex sous quelque forme qu’elle soit présentée. À l’heure qu’il est on nous parle d’une troisième vague réparatrice d’Idex. Le ministre nous parle d’une troisième vague d’Idex sans adjectif à côté en disant : « Je verrais bien ça, ça me plairait bien ». Ce qui est aussi un aveu budgétaire : « ça me plairait bien », « ça » devient un optatif. D’autres organisations politiques nous disent : « une troisième vague oui, mais réparatrice ». Non. Rien. La catharsis. C’est-à-dire : voir l’université sans Idex. Voir le paysage universitaire français avec, d’une part, des conglomérats qui n’ont toujours pas d’argent et, d’autre part, des universités devenues des collèges de proximité avec parfois un bon laboratoire pour faire illusion.

09-PDS3- Christian Topalov et Christophe Pébarthe, Maurice Rossi et Etienne Boisserie : : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Sur la complicité alléguée des universitaires dans la mise en place des réformes controversées de l’enseignement supérieur et de la recherche
Christian Topalov : je voudrais juste dire une chose, c’est que ce que je viens d’entendre à l’instant comporte une partie qui me choque, qui consiste à dire que nous sommes tous coupables, que les universitaires et le reste ont participé à la destruction de ce que nous aimons et que tout ça au fond c’est de notre faute et puisque c’est de notre faute on est finalement les complices soumis de toutes ces affaires, alors que voulez-vous qu’il puisse se passer ?
Je n’entends pas ce discours. Je crois que stratégiquement les pouvoirs qui nous dominent ont parfaitement su créer au sein de notre monde bien-sûr les clivages qui leur permettaient de passer – c’est la guerre ! Mais de là à dire que tous les universitaires qui ont déposé un projet de Labex, pour prendre une forme bénigne de la culpabilité, sont tous des vilains, sont tous des soumis, je pense que non, voilà. Moi j’ai un contrat ANR. Ce n’est pas grave ça ! Il y a pire. Je tiens à le dire car si l’on part de cette description là, il n’y a strictement aucun espoir. Pourquoi est-ce que les gens y vont ? Les gens y vont parce que tout simplement ils n’imaginent pas que cela puisse être un jour autrement. Il y a un ordre du monde installé, il s’est installé très vite et très violemment. Il n’y a aucun point de ciel bleu dehors, que voulez-vous ? C’est la vie ! Et notre responsabilité je pense est d’ouvrir un coin de ciel bleu en disant que cela peut être autrement. Alors pour faire ça, je crois que beaucoup de propositions ont déjà été faites dans un court laps de temps, cela consiste à dire voilà ce sur quoi nous exigeons absolument des réponses tout de suite, par exemple : plus d’Idex ! Ou alors, au fond, on vous a demandé de venir aujourd’hui pour nous dire ce que vous voulez. Et je crois que c’est le but de la soirée. Alors qu’est-ce que vous voulez fondamentalement exiger d’un nouveau pouvoir ? Qu’est-ce que vous voulez vraiment ? Il faut vouloir quelque chose pour que ça marche, pour que l’espoir renaisse. Il y a des éléments déjà mais il nous en faut plus.

Christophe Pébarthe : Je voudrais juste revenir sur la question de la complicité ou non des universitaires. Je pense que si j’ai pris l’exemple de la mastérisation, ce n’est pas tout à fait la même chose que d’autres cas dans lesquels certains ont pu souvent s’illusionner quand même un petit peu -parce que les Labex, c’était quand même un projet sur dix ans qu’il fallait faire en trois jours. En revanche déposer des maquettes de Master tout en disant que c’est une « merde infâme », ce n’est pas tout à fait la même chose. C’est pour ça que j’ai pris l’exemple de la mastérisation parce que là il y a quand même une négation des missions de l’université. Ce n’est pas forcément le cas d’une demande de contrat ANR, etc. En même temps si certains universitaires ont été complices de cette destruction, et c’est là que je redeviens optimiste, ils peuvent aussi être complices d’une autre conception. Cela marche dans les deux sens. Mais je veux quand même attirer l’attention sur le fait que nombre de résistances auraient pu être obtenues tout simplement en ne faisant rien. C’est cela qui est le point le plus étonnant.

Christian Topalov : C’est la logique de la mise en concurrence.

Christophe Pébarthe : Pas nécessairement. On a plutôt fusillé tous ceux qui ont voulu résister parce que c’est un processus que l’on doit regarder en face : ce que font les premiers collaborateurs, c’est de commencer par viser ceux qui avaient un petit peu envie de résister. Il faut garder cette dimension en tête. En même temps je suis d’accord sur la question presque philosophique posée qui est la création institutionnelle, pour reprendre le vocabulaire de Castoriadis : comment peut-on créer quelque chose à partir de ce qui paraît a priori fermé ? Mais moi justement je crois que ce n’est pas fermé. C’est pour ça que j’ai dit tout à l’heure que nous devions prendre les missions de l’université au sérieux. C’est-à-dire arrêter d’en faire des slogans en espérant qu’un hypothétique parti politique, ou une hypothétique majorité parlementaire, finisse par s’en emparer et finisse par donner les déclinaisons législatives qui iraient dans notre sens. C’est ce que nous faisons souvent et c’est aussi pour ça que nous sommes complices. Parce que nous attendons : « on verra ! ». Eh bien moi je crois qu’il faut renverser les choses. J’ai essayé de faire l’état des lieux aujourd’hui, majorité de gauche ou non, Sarkozy ou pas Sarkozy, et de dire quel est, dans la situation actuelle, ce qui permet déjà de résister ? Je crois qu’il y a déjà aujourd’hui des moyens de résister. On peut en donner un certain nombre. Dans beaucoup d’universités par exemple rien n’oblige à se soumettre à cette supposée restriction de l’offre de formation, etc. Par exemple, tous les endroits- c’est le cas de Pau -, dans lesquels on vote un budget en déficit en disant que l’on vote en fonction de l’offre de formation d’une université, que c’est dans sa logique et que l’on vote en fonction de ce que l’on croit être bon pour les étudiants et donc pour l’intérêt général, voilà un élément de résistance tout de suite palpable plutôt que de se couper les deux bras et les deux jambes en se disant : comme ça on reste autonome et indépendant. Voilà un exemple d’actualité puisque c’est demain que la plupart des budgets vont être votés dans les universités. Eh bien ils seront très peu nombreux ceux qui vont faire ça. La plupart auront accepté. Or voilà, ce sont là des éléments de résistance claire et nette. J’ai dit tout à l’heure qu’il y avait des éléments tout simplement de pédagogie. Contrairement à ce que l’on pense, faire cours autrement c’est aussi rendre crédible notre projet d’université à plus long terme. Et ça nous pouvons le faire tout de suite ! Nous pouvons changer nos pratiques pédagogiques, nous pouvons changer nos rapports avec les étudiants, nous pouvons changer notre rapport au savoir que nous enseignons, tout ça nous pouvons le faire tout de suite. Certes il faut définir l’université que l’on veut, mais il faut aussi mettre en pratique partout où on le peut l’université que l’on veut et ne pas attendre vraiment des changements de l’extérieur. Mais je crois que c’est cela que nous devons faire en priorité. Du coup, je demeure persuadé que la création devient alors possible, c’est-à-dire que l’on peut envisager l’université autrement. C’est pourquoi il est temps de commencer nous-mêmes à la faire fonctionner autrement.

La formation comme bien commun
Maurice Rossi : Je voulais seulement rajouter que la question ne se résume pas à ce que l’on veut faire mais concerne également la façon dont on peut le faire dans le temps dont on dispose. Car le problème principal est ce qu’a dit Étienne Boisserie, c’est-à-dire qu’on ne sait pas comment le prendre. On passe d’un point A à un point B certes, mais à quelle vitesse ?

Christophe Pébarthe : En 1984 avec la loi Savary cela a été déjà fait, on a simplement abrogé la loi. Pendant un an ça a fonctionné avec le système précédent et ensuite on a appliqué la loi Savary. Techniquement cela a déjà été fait. On pourrait simplement exiger non pas une amélioration, un changement de la loi LRU, mais considérer que le point de départ c’est l’abrogation de la loi LRU. Techniquement cela peut se faire, cela a déjà été fait historiquement donc ça ne pose aucun problème, sauf que cela pose la question de la volonté politique des futurs réformateurs.

Maurice Rossi : Derrière cela la question était de savoir, puisque au cas où le parti socialiste reviendrait au pouvoir visiblement il n’ira pas dans cette direction là, comment le persuader à y aller malgré tout ?

Christophe Pébarthe : En l’informant qu’on ne votera pas pour lui !

Étienne Boisserie : Par rapport à votre question, un des problèmes qui se posent est celui de la temporalité car on est là dans une perspective à quatre ou cinq mois. On sait très bien que toute la vision des choses problématique qu’ils ont mis en place ne s’évacuera pas en seulement quatre mois. Donc en fait il y a différentes échéances : essayer de peser sur un certain nombre de choses à très courte échéance – et ce n’est pas inenvisageable de le faire-, pour qu’ils prennent conscience d’un certain nombre de mécanismes dont les effets sont absolument délétères. En outre, il y a à encourager la transformation de l’analyse qu’ils font de ce qu’est l’enseignement supérieur et de ce qui devrait être le cas dans le monde idéal, le leur ou le nôtre, qui n’est pas le même et qui n’est pas près d’être le même je pense. Par conséquent tout un travail et notamment un travail de dépollution sémantique nous attend -et je reviens à cette discussion d’hier entre la Colombie et le Chili, le travail sémantique là-bas a aussi été fait d’une manière parfaite… par les réformateurs. Un seul exemple : comment s’appelle La fondation de coopération scientifique qui chapeaute l’équivalent des Idex en Colombie ? Vous trouverez forcément : Alma mater ! Tant qu’à faire, tant qu’à fouler les principes au pied, allons y gaiement quand même ! Il y a donc un travail de très longue haleine à faire sur les questions de sémantique, sur la question des missions de l’université. Il conviendrait de rappeler quelque chose de très simple que nous-mêmes avons cessé de dire, qui est que c’est la collectivité, c’est-à-dire la république, qui doit assumer l’instruction de ses enfants, ce n’est pas à ses enfants de l’assumer. C’est à une université publique prise en charge par la chose publique sur un budget public tout simplement qu’il incombe de le faire. Et nous n’arrivons même plus à le dire tellement nous avons intégré je pense le fait que ça ne serait jamais plus comme avant. En effet cela peut ne plus être comme avant, mais cela peut néanmoins continuer à être public. Cela peut avoir pour mission  de participer à l’élévation du niveau d’instruction et de connaissance, d’émancipation des populations, même si ce n’est plus comme avant. Cela peut ne plus être comme avant et continuer tout de même d’assumer les missions de service public. Mais on voit que l’on a affaire à des gens dont on mesure qu’ils ont été totalement happés par le système. Ce sera donc un travail long ou alors le monde s’écroulera de lui-même.

10-PDS3-Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Les victoires de la communauté universitaire contre le système qui se met en place
Philippe Büttgen : Vous me croirez si vous voulez mais j’ai l’impression que ces deux derniers mois nous avons remporté deux victoires symboliques assez majeures que je résume par deux termes. Le premier c’est notation, le second c’est Claude Guéant.
Notation : le trajet 2006-2012, c’est le trajet qui va pour nous de l’AERES à Standard & Poor’s. Ça commence à se voir. Je veux dire que ça commence à se voir que l’AERES est une agence de notation. Et faites-nous confiance, sur ce point on n’est pas fatigués, on ne cessera pas de le marteler. On ne cessera pas de le marteler car on voit d’ores et déjà que cela produit des effets si on se reporte par exemple aux minutes des débats qui ont lieu à l’intérieur du conseil de l’AERES. À l’intérieur même de cette agence qui est une agence entièrement composée de membres nommés, qui n’est donc pas une agence de rebelles, on a un vrai débat sur la question de savoir si l’AERES va continuer ou non de noter . Et on a une présidence de l’AERES qui est désormais sur la défensive face aux membres de son propre conseil. La chose n’est pas tout à fait négligeable et j’abonde dans le sens de mes deux camarades en disant qu’il vaut mieux effectivement pour nous et pendant un moment réfléchir en termes de missions, et l’évaluation nous en donne un exemple. La question n’est pas tellement de savoir qui va évaluer, et si c’est l’AERES, ce qu’on va rendre alors au comité national, ce qu’on va rendre au CNU ? Si l’on s’engage là-dedans, on se dispute avec tout le monde et on se noie dans la discussion. Par contre, un bon point d’appui, c’est de dire : évaluer ce n’est pas noter, c’est réclamer une évaluation qui ne s’achève pas dans une note. On l’a fait avant, pourquoi ne le referions-nous pas ? On avait une notation qui disait : favorable, très favorable et où on ne voyait pas ces spectacles d’infantilisme invraisemblable ou des directeurs de laboratoire se battent pour un petit « plus » à côté de leur A, parce qu’un A+ c’est le seul A possible.
La deuxième victoire symbolique c’est Claude Guéant. Ce qui s’est passé dans les évolutions récentes de l’université et de la recherche, c’est qu’en vérité l’autonomie qu’on nous a vendue s’est en permanence déployée sous condition d’hétéronomie. L’hétéronomie ici s’appelait : compétition internationale, ouverture, attraction des classes moyennes chinoises dans les universités européennes, elle s’appelait Bologne, elle s’appelait Lisbonne, elle s’appelait 50 % d’une classe d’âge à la licence. C’est pour ça que l’on a fait l’autonomie, c’est-à-dire en vertu de ces injonctions extérieures. Voilà qu’un malheureux ministre de l’intérieur fait tout tomber, c’est-à-dire qu’il montre que ces injonctions peuvent être battues en brèche par un gouvernement qui lui-même court après sa droite en permanence. Et je crois que cet argument des doctorants que l’on reconduit à la frontière est dévastateur, il est beaucoup plus dévastateur que celui des universités actuellement en faillite parce que, automatiquement, quand on dit ça le ministre monte au créneau en disant qu’il n’y en a pas 8 sur 83 mais 5 sur 150,  il compte autrement. En revanche il suffit d’une doctorante canadienne que l’on reconduit à la frontière pour qu’on ne puisse pas la compter autrement. On ne peut pas dire que c’est une sur tant comme on le fait pour les universités en faillite. On montre ce qu’il en est de la politique suivie.