11-PDS3-Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La décentralisation : une nouvelle menace sur l’autonomie des universitaires ?
Christophe Pébarthe : J’aimerais revenir sur un point de contexte parce que je crois que dans les représentations diverses des uns et des autres la question de savoir comment on pourrait éventuellement obtenir ce que l’on voudrait avoir est pressante. La question des interlocuteurs est centrale. Je vais le dire de façon un peu brutale : tel que le parti socialiste est constitué aujourd’hui, ce dialogue est impossible. Parce qu’on ne va pas discuter avec Alain Rousset, président de l’Association des régions de France et président du conseil régional d’Aquitaine, que je connais personnellement, qui considère que parce qu’il est président du conseil régional il a la bonne vision, il a la bonne échelle en termes de bassin d’emploi, donc il doit avoir la main sur toute la formation. C’est sa conception. Donc, évidemment, à partir de là, on peut toujours aller discuter avec ce genre de personnage, il est bien placé dans l’organigramme de François Hollande dans l’industrie et l’agriculture, c’est lui qui s’occupe du programme du PS sur ces questions, mais comment peut-on trouver un langage commun avec ces individus ? J’ai pris celui-ci parce que je le connais, mais la liste serait longue de tous ces élus locaux qui réfléchissent en termes de pouvoir à accroître sur le territoire. Donc si le parti socialiste tel qu’il est aujourd’hui gagne, la vraie question qui va nous être posée est celle de savoir que devient la décentralisation ? C’est-à-dire comment nous échappons à la tutelle des baronnies régionales. Ça c’est la question d’avenir si le parti socialiste tel qu’il est aujourd’hui remporte les élections. C’est notre combat. C’est bien pour ça que j’ai dit tout à l’heure qu’il fallait poser la question à l’échelle de la république. C’est pour éviter d’entrer dans ce débat perdu d’avance parce qu’ils arriveront avec l’argent, etc., et que nous devrons encore répondre à des appels d’offre parce qu’il faut bien avoir un peu d’argent pour faire de la recherche. De ce fait, nous connaissons parfaitement quelles sont les questions politiques majeures d’affrontement avec le parti socialiste.

La république comme échelle appropriée d’examen des questions de l’enseignement supérieur et de la recherche
Alors est-ce que tout est mort pour autant ? Je ne crois pas car je pense que si nous posons la question à l’échelle de la république alors nous posons la question de l’implication populaire, l’implication des citoyens dans un processus de refondation de l’université. Je crois que c’est ça que nous devons affronter. Jusqu’à présent nous avons intégré l’image qui fait de nous en quelque sorte les danseuses de la république, un peu trop chers avec nos séminaires, nos voyages, nos cours avec trois étudiants. Combien d’universitaires détruisent eux-mêmes ce qu’ils font en disant : «  c’est vrai, est-ce qu’on intéresse vraiment quelqu’un ? ». Donc on a abandonné au fond cette prétention de servir la cause de la république, une cause plus grande que nous, et donc nous intégrons ces contraintes et nous finissons par dire que moins il y aura de lumière sur nous et mieux ce sera. Qu’on ne nous regarde surtout pas. Je crois vous dire exactement l’inverse de ça. Et en plus il y a aussi le « Mediator », il y a la question du nucléaire, des exemples dans l’actualité récente qui montrent qu’il y a des enjeux derrière la recherche et pas simplement dans la recherche en sciences dites dures, mais aussi dans tout le savoir. Cette dimension-là est désormais perçue par le plus grand nombre de nos citoyens qui voient bien qu’il y a un enjeu d’avoir une recherche qui ne soit pas adossée à des intérêts privés. Ceci tout le monde le voit. C’était déjà dans l’ouvrage de Pierre Bourdieu, son dernier cours dont il annonce dans l’introduction exactement ce qui se passe, la soumission de la recherche, etc. Alors voilà je crois qu’il faut rappeler que si l’on veut des changements politiques, il faut aussi une recherche qui soit à la hauteur de cette prétention républicaine.

Des propositions pour un changement rapide de politique de l’enseignement supérieur et de la recherche
Maintenant pour répondre à la question : qu’est-ce qu’on fait tout de suite ? Je réponds : tout d’abord on abroge la loi LRU. Cela veut dire que l’on fait tout de suite de nouvelles élections. Ce n’est pas très compliqué à faire : un président élu par les trois conseils, c’est-à-dire en gros que l’on revient au système précédent. On décide que tous ceux qui ont été élus ne peuvent plus être éligibles car si l’on veut changer eh bien on ne reprend pas les mêmes. On ne prend pas un ancien président loi LRU en espérant qu’il va changer. Le critère de changement c’est de faire appel à d’autres personnes. Quand je dis non éligibles je veux dire non éligibles dans le nouveau processus. À la faveur de la nouvelle loi les présidents qui auront été élus sous son régime ne pourront plus être candidats à leur propre succession. Il y aura ainsi beaucoup de renouvellements et l’on obtiendra la féminisation de ces postes de façon quasi mécanique. On supprime tout de suite les RCE, c’est-à-dire que sur la question de la masse salariale concernant les fonctionnaires, on réaffirme que les enseignants chercheurs sont des fonctionnaires d’État et que par conséquent c’est l’État qui s’occupe de leur traitement et pas les universités, et on lance des réflexions avec un horizon sur les conditions de travail des enseignants-chercheurs en fixant comme objectif non pas une hypothétique réduction des 192 heures, mais que l’on raisonne en termes d’heures effectives d’enseignement. C’est-à-dire que l’on s’intéresse moins à la différence entre le cours magistral et les travaux dirigés et davantage au nombre d’heures effectives d’enseignement. On doit d’abord aller vers l’arrêt de la LRU, ensuite on verra les postes qui manquent et on réfléchira au recrutement. Voilà quelques pistes pour montrer que ce n’est pas très compliqué de tout de suite dire que nous avons quelques idées et on pose tout de suite la question des moyens. Je pourrais rajouter l’examen des maquettes et de se demander comment l’État peut accepter d’habiliter des maquettes alors qu’il affirme lui-même puisqu’il le reconnaît, que le potentiel d’enseignement n’est pas à la hauteur. À Bordeaux-III, nous ne sommes pas humainement capables, en l’absence des heures complémentaires, d’assumer 50 % de notre offre de formation. Voilà donc 50 % qui sont en heures complémentaires ou en contractuel. Eh bien voilà une piste pour embaucher des fonctionnaires ! Ce n’est pas très compliqué. Les chiffres, on les connaît. On peut prendre université par université, etc. Donc en termes de mesures d’urgence à prendre la première année, voyez, je peux la remplir, ce n’est pas très compliqué. Mais le vrai problème du coût c’est la volonté politique. On va discuter avec le PS tel qu’il est configuré, alors on sera déjà dans le point petit a de l’article quatre de la loi LRU à se demander si on ne pourrait pas la modifier. Ces discussions sont vaines parce que nous n’aurons jamais la main là-dessus. Donc il nous faut arriver avec nos propres ambitions et demander aux partis politiques qu’ils fassent savoir quelles sont leurs ambitions pour l’université et pas dans la technique mais en ce qui concerne l’intérêt général et la république ou la collectivité, comme on voudra.

12-PDS3-Liora Israël : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Je crois qu’on avance effectivement. Il y a quand même des questions qui restent ouvertes : qui est le « nous » qui forme la collectivité dont on parle ? Comment travailler l’implication des étudiants dans la projection de l’université qu’ils souhaitent, qu’ils espèrent, sans tomber dans la démagogie ni sans vouloir parler à leur place ? Une question est celle du retour à des structures d’avant la réforme,  notamment la difficulté de reprendre l’argent qui a été donné à certaines structures dans le cadre de l’Idex. Mais cela veut dire aussi un retour à la collégialité qui pour être désirable n’a pas toujours été partout parfaite. Pour avoir vécu très brièvement dans le CNU 19 et les remous créés par l’auto-promotion de certains de ses membres, je peux dire que je ne regrette qu’une chose, c’est que le CNU existe encore parce que le CNU 19 vient d’être réélu avec une base plus saine et même composée d’un ensemble de nommés par le ministère qui sont quasiment tous de la liste sur laquelle personne n’a été élu, ce qui est quand même extraordinaire. Et donc cela commence très mal et on voit bien que le CNU atteint ses limites très vite. Et donc quid de ces structures qui préexistaient et qui ont montré aussi leurs dysfonctionnements ? et comment reconstituer quelque chose de républicain qui en ait le caractère central sans doute dans les statuts mais qui soit capable de penser autrement l’articulation et la hiérarchie des fonctions de l’université ?

13-PDS3-divers intervenants : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La participation des étudiants et des syndicats étudiants à la vie de l’université
Christophe Pébarthe : Justement là-dessus j’aime bien citer la formule qui dit que l’on ne supprime pas les marteaux au motif que l’on se tape régulièrement sur les doigts avec. Donc on pourra toujours de-ci de-là évoquer de tels dysfonctionnements et en général c’est la technique classique pour supprimer les allocations chômage parce qu’il y a un fraudeur aux ASSEDIC, etc. Bien sûr que le CNU n’a pas vocation à être une institution parfaite et que l’on peut toujours l’améliorer, mais si on commence par faire comme ça, alors plus rien n’est possible et on finit nous-mêmes par encourager des réformes autoritaires. Parce que si l’on va jusqu’au bout, si l’on tire le fil, cela veut dire que nous ne sommes pas capables en quelque sorte d’organiser nous-mêmes une procédure d’une CNU. Or à qui faut-il confier ce travail si ce n’est à nous ? Je pense que les dysfonctionnements n’enlèvent pas non plus les bienfaits. En général on souligne beaucoup moins les bienfaits que les dysfonctionnements. Je crois qu’il faut être lucide sur les institutions mais ne pas aller jusque-là.
Concernant l’implication des étudiants, eh bien je crois qu’il faut les prendre pour des citoyens avant tout. Les étudiants, en tout cas ceux que j’ai moi, des étudiants tout à fait ordinaires, sont passionnés par l’université. Quand on leur explique où ils sont, pourquoi ils sont là, comment ça fonctionne, qu’est-ce qui se passe, etc. etc., ils ne nous répondent pas : « Excusez-nous, ça ne nous intéresse pas ». Au contraire, ils manifestent leur intérêt et veulent en savoir plus sur le fonctionnement de l’université. Et moi je vois plutôt une envie de participation et je vois plutôt diverses structures qui les empêchent de le faire ou qui les restreint à un pseudo syndicalisme étudiant. Cela nous fait beaucoup de mal, parce que ces gens sont des représentants du moins officiels du monde étudiant et c’est vrai que là il existe d’autres structures sans doute et d’autres façons de donner la parole aux étudiants car ils n’ont pas la même temporalité que nous. Nous, nous sommes a priori là pour longtemps, eux ont des passages plus ou moins courts dans l’université. C’est vrai qu’il y a sans doute de ce fait là d’autres structures à inventer pour faciliter l’intervention active et politique des étudiants. Il faudrait aussi rajouter le personnel non enseignant qu’il serait gravissime d’oublier car ils sont bien souvent d’une extrême qualité, d’un extrême dévouement pour le service public. Ça on peut déjà quasiment le faire et commencer à se tourner vers tous ces acteurs de l’université et leur demander ce qu’ils en pensent. Et je crois que nous serions surpris de la richesse des réponses. Pensez simplement à l’inventivité que nous avons vue sous nos yeux en 2009. Ce sont les mêmes ou presque. Donc ça n’a pas disparu. Et il y a peut-être de la fatigue par rapport aux réformes et au changement etc., mais qui peut affirmer aujourd’hui que ce serait fatigant de dire que l’on va construire l’université dont nous avons envie ?

La question de la représentation étudiante
Étienne Boisserie : Je vais abonder dans le sens de Christophe Pébarthe sur la question de la représentation des étudiants. Il y a une vraie difficulté qu’il convient de mentionner, c’est le fait que l’on parle des étudiants et en fait quand on parle des étudiants on se tourne exclusivement vers la parole syndicale étudiante. Or la prise en compte de l’entité universitaire par cette représentation peut être problématique. Le vote au CNESER en faveur de l’arrêté licence  de ce point de vue là au mois de juillet dernier est absolument stupéfiant. Le vote du CNESER a précédé la signature de l’arrêté licence qui organise les licences totalement à l’échéance de septembre 2014. Et lors du vote au CNESER tous les syndicats étudiants, c’est-à-dire les syndicats de droite et assimilés, la Fage ont voté favorablement à ce texte. L’UNEF en a fait de même. SUD n’est pas représenté au CNESER.
Par ailleurs je suis très inquiet de la manière dont le discours utilitariste s’appuie avec une très grande démagogie sur les étudiants pour nous faire passer absolument toutes les modifications. De ce point de vue je ne sais pas où nous pourrions avoir des prises là encore, il me semble que c’est un travail de longue haleine qui nous attend sur ce sujet de manière à expliquer qu’un certain nombre de transformations qui sont à l’œuvre, autour de mots-clés comme la professionnalisation notamment, ne sont pas des transformations qui sont favorables aux étudiants. Quand on s’apercevra que les licences nouvelle mouture ne produisent rien de significatif, il sera beaucoup trop tard pour ne pas avoir sacrifié d’ores et déjà sept, huit, dix ou quinze cohortes en fait. Et c’est cela qui se prépare avec cet arrêté licence. C’est très compliqué à faire comprendre parce qu’il y a des mots magiques qui sont prononcés. Par conséquent, il y a un vrai travail de conviction à faire partager dans un contexte qui est difficile.

Que faut-il changer ?
Christian Topalov : Faut-il obtenir demain l’abrogation de cet arrêté ?

Étienne Boisserie : ça c’est un passage obligé !

Christian Topalov : C’est peut-être une moins grosse chose à obtenir que l’abolition de la LRU ?

Étienne Boisserie : C’est encore plus facile ! Dès le 7 mai au matin. L’arrêté licence est un vrai grave problème, un extrêmement grave problème.

Christian Topalov : C’est une question de tactique. Il faut demander beaucoup, bien sûr ? Est-ce qu’il  faut aussi demander des choses symboliques fortes et gagnables ?

Christophe Pébarthe : Je pense que si nous nous mettons déjà dans l’optique que c’est gagnable, c’est ce que disait Philippe tout à l’heure, on risque de faire simplement le petit b du grand 2 de la page 18 du programme socialiste, car si c’est gagnable cela veut dire finalement que nous sommes tout de suite dans leur optique à eux.

Christian Topalov : Gagner de temps en temps, ça aide à continuer la lutte.

Christophe Pébarthe : J’entends bien et je vais continuer dans ma veine provocatrice en disant que si on ne gagne pas sur la loi LRU le reste ne servira à rien, car de toute façon l’essentiel c’est la loi LRU, c’est pour ça que c’est la mère de toutes les réformes, elle a été faite tout de suite dès le départ, etc. Ce n’est pas un mantra des résistants que de dire que l’on veut à tout prix l’abrogation de la LRU, c’est parce que, et on le voit, d’elle dépend tout le reste. Tout à l’heure cela a été dit, on sait très bien que cela produit aussi les présidents que nous avons, ceux qui éventuellement n’étaient pas comme ça avant d’être élus le deviennent très rapidement une fois en poste. En effet, il y a la CPU, il faut montrer que l’on pisse aussi loin que ses voisins, etc. Il y a tous ces éléments qui contribuent à construire un individu unique interchangeable : le président d’université, et bien qu’ils soient de disciplines, de cultures, d’appartenances politiques différentes, ils finissent par se reconnaître tous dans une politique quasiment unique. Si on veut casser cela, alors oui il faut casser la loi LRU. Mais il faut l’assumer car sinon on ne peut pas dire qu’on souhaite une université différente et en même temps garder ce qui la détruit dès le départ.

14-PDS3-Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Les missions de l’université : professionnalisation versus émancipation ?
Concernant l’utilitarisme, je crois que l’on peut répondre assez facilement. Je le fais sous forme de boutade mais je pense que là en tout cas les étudiants le comprennent très vite. Souvent, c’était plus vrai quand j’étais prof en lycée qu’à l’université, au lycée on disait : mais à quoi ça sert, à quoi ça sert l’histoire et la géographie ? Dans le monde actuel, il faut trouver un emploi, etc. À cette question j’ai toujours répondu la même chose, quand on se demandait à quoi servait l’enseignement, on répondait que les filles faisaient couture et les garçons apprenaient la mécanique. Eh bien tout le monde comprend du coup le sens de l’utilité qui est antérieure. L’enjeu de l’émancipation c’est de dire : « C’est à vous d’inventer l’utilité de l’enseignement de ce que je vous transmets, ce n’est pas à moi ou à qui que ce soit d’autre ». Et on revient à la question de l’émancipation individuelle. C’est pour ça que ce n’est pas un slogan, il n’y a pas de république ni de démocratie sans cela. Et quand on pose les problèmes à cette échelle souvent on est surpris de voir que les étudiants sont capables bien sûr très vite et leurs parents aussi d’abandonner la question : « Et mon CDI au sortir de mes études ? », parce que les enjeux sont perçus ainsi par tout le monde. Mais c’est à nous de les éclairer, c’est à nous de mettre la lumière sur ces enjeux et de ne pas rentrer dans cette logique de professionnalisation ou pire, qui est la collaboration la plus active, qui est de dire : « mais regardez, les enquêtes montrent bien que nos licences débouchent sur l’emploi », etc. C’est-à-dire qu’en répondant de la sorte, on croit que l’on résiste mais en fait on collabore, voilà. Donc il faut dire que ce n’est pas le problème, que nous ne sommes pas coupables non plus du marché de l’emploi, du bassin de l’emploi local, du rôle des réseaux parentaux dans l’obtention d’un emploi, etc. Nous ne sommes pas comptables de ça. En revanche nous sommes comptables, nous devons l’être, de l’émancipation des individus, en particulier de ceux qui nous sont confiés. Il faut prendre cette mission au sérieux et dire quelle est notre mission. Et moi je considère en étant peut-être un peu optimiste, que l’on est toujours entendu quand on pose les questions politiques. Mais évidemment si l’on ne pose pas les questions politiques : abrogation de la loi LRU par exemple, nous ne serons pas entendus parce qu’on trouvera les petites réponses techniques qui sont censées nous faire plaisir. Il nous appartient donc d’accepter le débat politique et de forcer nos futurs aides ou nos adversaires à rentrer dans le débat politique. C’est cela notre mission, je crois.

15-PDS3-Philippe Büttgen, Hélène Conjeaud & Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Le changement progressif de statut de l’université, d’élément périphérique à celui d’outil central de la politique gouvernementale
Philippe Büttgen : Sur l’abrogation de la loi LRU je suis très proche de ce qu’Étienne et Christophe viennent de dire. Qu’est-ce qui s’est passé en 2007 et avec cette loi ? De manière absolument inattendue, la droite a conquis l’hégémonie intellectuelle sur les questions scientifiques et universitaires. On va être gramsciens deux minutes. Ils ont conquis l’hégémonie intellectuelle. Et si le mouvement de 2009 n’a pas porté tous les fruits que l’on souhaitait qu’il porte – je ne dis jamais que nous avons perdu car je ne le pense pas, mais il n’a pas porté tous les fruits qu’il devait porter, – c’est parce que la droite a joué le jeu de la politisation de la question universitaire. Regardez simplement le changement de personnel à la tête du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Souvenez-vous de ce qu’était Alain Devaquet, souvenez-vous de ce qu’était Jacques Valade -personne ne se souvient même de qui était Jacques Valade. Je veux dire cette frange du personnel de l’UDF et du RPR d’alors que l’on affectait au ministère des universités, ainsi qu’on l’appelait. En gros, c’était des présidents de conseils généraux, parfois des professeurs d’université vaguement idéologues, mais rien, rien, aucune personnalité qui compte. Et soudain on a vu arriver à ce poste de l’enseignement supérieur et de la recherche des figures montantes nationales : Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez. C’est très nouveau.

Politiser le débat sur l’enseignement supérieur et la recherche ?
On peut dire aussi sans doute que le capital a atteint un stade tel qu’il a besoin de politiser la question de l’université et qu’il le fait parce qu’il a besoin de pénétrer de plus en plus loin dans le savoir pour pouvoir se reproduire. On peut le dire aussi comme ça si on veut, ça ne me dérange pas. Mais dans ces situations j’aimerais me saisir d’un mot que Liora a prononcé : « le retour », et poser le problème du retour en regard de l’injonction symbolique qui nous est faite en permanence et qui consiste à dire que l’on ne va pas pouvoir retourner à la situation antérieure, on ne va pas pouvoir faire comme avant, on ne va pas pouvoir faire comme si rien ne s’était passé, on ne va pas jouer la nostalgie. Quelque chose qui est très intériorisé par les collègues. Puisque, que les collègues soient favorables ou non à la LRU, en vérité le problème est mal posé : ils sont tous défavorables à la LRU hormis les nomenklaturas présidentielles. En revanche ce qu’ils ont intériorisé, c’est qu’on ne peut pas être nostalgique et qu’on ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé. Et sur ce point il y a vraiment une bataille à mener parce que qui peut dire que nous sommes nostalgiques quand nous avons un Président de la République qui cite Péguy à longueur de discours. Qui est nostalgique ? Armand Colin vient de rééditer les textes de recréation du CNRS en 1944 et 1945 ainsi que les textes d’organisation du comité national . Nous avons distribué cela aux vagues commissionnaires européens de l’AERES qui venaient évaluer le CNRS. Ce n’est pas la nostalgie que cette lecture là éveille. Ce sont des textes pour maintenant. Il n’y a aucun doute sur ça.
J’en tire pour le coup une leçon de politique immédiate qui est la question des assises. Puisque nous avons des précédents : le colloque national Chevènement de 1982 d’une part, et de l’autre les états généraux de 2004. Vous avez vu ce que les états généraux ont donné, vous avez vu ce que le colloque Chevènement a donné. Donc simplement comparons, et face à nos interlocuteurs politiques disons une chose, c’est notre refus absolu que les assises de l’enseignement supérieur et de la recherche qu’on nous promet soient des états généraux. C’est-à-dire que nous revendiquons que ce soit l’État qui prenne la responsabilité de ces assises et qui convoque avec sa puissance d’État des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche. Pas un jeu de la communauté qui serait l’université éternelle, etc., et après le ministère passe, exactement comme ça s’est passé en 2004. L’État prend sa responsabilité, l’État fixe une image de ce que doit être le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche et convoque des assises. Et là nous y allons. Nous n’irons pas à des états généraux.

Hélène Conjeaud : Je trouve qu’il y a une contradiction entre ce que vous avez dit tous les deux, parce qu’il y en a un, c’est Christophe Pébarthe, qui dit que l’on ne s’en sortira qu’en repolitisant le débat et l’autre, Philippe Büttgen, qui dit finalement que l’on a perdu en 2009 parce que la droite à politisé le débat ? Alors pourriez-vous préciser chacun votre pensée, pour savoir si vous êtes vraiment opposés ou pas dans vos positions respectives ?

Philippe Büttgen : Aucunement. Cette question, nous ne l’avons pas suffisamment politisée en 2009. Là, sur ce point, nous sommes absolument raccord.

Christophe Pébarthe : Exactement. Je crois que nous sommes rentrés dans le piège de la technique qui était : le statut, la loi LRU, en plus avec cette idée que l’on combattait une loi deux ans trop tard. Je sais que Christian Topalov va dire qu’il ne faut surtout pas dire que nous sommes complices mais enfin si l’on s’était battu en 2007, même si l’on avait perdu en 2007, cela aurait été plus facile ensuite. Bon, bref, en tout cas notre silence ou notre acceptation en 2007 ne nous a pas rendu service. Mais en tout cas bien sûr personne n’a voulu politiser. Au fond nous avons intériorisé comme eux le fait que nous étions un contre-pouvoir et que par conséquent il faut donc rester un peu à côté des mouvements. Je crois que nous devons changer d’approche et d’optique, je crois que nous devons nous considérer comme un pouvoir. Nous sommes un pouvoir et c’est d’ailleurs pour ça que le pouvoir en place nous a frappés si durement. C’est parce que lui a bien compris les enjeux d’une véritable élévation du niveau général d’instruction et de conscience politique de la population. Et les conséquences de cette élévation les réformateurs néolibéraux en ont eu la démonstration en 2005. Moi je fais partie des gens qui considèrent que 2005 (la victoire du non au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen) pour un certain nombre d’élites de notre pays a été l’équivalent de l’atteinte d’une cote d’alerte. Quand on peut organiser une sorte de rouleau compresseur médiatique bien organisé et plus efficace encore qu’en 1992, qu’on soit d’accord ou non – ce n’est pas le résultat qui m’intéresse mais avant tout la procédure – , et qu’une population est capable de s’emparer d’un texte de 488 articles compliqués, bien ou mal mais peu importe, mais se dit : « je peux le faire, je peux prendre ce texte pour réfléchir etc., les enfants ont fait des études, je peux en discuter », eh bien ça, c’est l’alerte. Et quand on rajoute 2006, le CPE (Contrat première embauche), c’est-à-dire tout d’un coup une résistance de millions de gens qui vont dans la rue et qui disent que ce n’est pas possible, les étudiants, etc., eh bien cela était le signe qu’il fallait arrêter tout de suite ce qui était en train de se passer à l’université. Il n’était pas pensable de laisser comme ça le niveau de la population augmenter sans réagir. Mais évidemment cela veut dire sortir de la ritournelle du niveau qui baisse, des étudiants qui ne sont pas au niveau, etc. Donc cela nous renvoie aussi à l’image que nous donnons de notre institution, l’image que nous donnons des étudiants. Je crois que là aussi il y a une forme de fierté peut-être à retrouver et de dignité tout simplement. L’universitaire doit pouvoir sortir un peu de la haine de soi même modérée qu’il pratique. Il ne s’agit pas de se fustiger et de dire que nous avons été complices, il s’agit de réaffirmer tout de suite une dignité de notre profession et une dignité de l’institution qui nous accueille, quelle qu’elle soit d’ailleurs : université, CNRS, etc.  C’est très important car du coup les étudiants nous prendront un peu plus au sérieux.
Ce qui m’amène à une autre mesure : la suppression des classes préparatoires aux grandes écoles. Car aujourd’hui nous sommes en train d’intégrer les CPGE en considérant que ces classes sont une sorte de modèle, alors que la pédagogie qui y est pratiquée le plus souvent va exactement à l’encontre de ce qu’on peut souhaiter pour une transmission démocratique du savoir et une compréhension fine de ce que c’est que la production du savoir. Voilà, comme ça les questions sont posées directement et si l’on a un certain nombre de principes, il me semble qu’il y a un certain nombre de choses qui en découlent assez rapidement. De la sorte nous avons aussi les moyens de faire le tour de nos propres conservatismes, de ce qui nous embête, de ce qui n’est peut-être pas possible, de ce qui n’est peut-être pas aussi bon, etc., mais au moins on peut discuter. Mais on ne discutera pas avec des petites mesurettes molles. Donc voilà quelques propositions qui peuvent être faites rapidement car nos universités sont largement capables d’accueillir de nouveaux étudiants, qui en plus, paraît-il, sont plus brillants que les autres. Eh bien dans ce cas cela fera monter le niveau.

16-PDS3-Etienne Boisserie, Christian Topalov & Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Supprimer et remplacer : le débat sur l’AERES

Étienne Boisserie : Il y a un sujet dont on a à peine parlé, c’est la question de l’évaluation. Tant qu’à supprimer des institutions, il y en a une à supprimer, c’est l’AERES. Je pensais à ça quand Christophe disait tout à l’heure que l’on pourrait voir les choses un peu autrement dans la manière dont on travaille nous-mêmes, etc. Je viens de découvrir les fiches d’évaluation des licences. Sur les 31 items qu’il faut remplir, il y en a 15 ou 16 qui traitent du pilotage. Le mot connaissance n’existe pas, en revanche le mot pilotage est omniprésent. Je pense que c’est consubstantiel à cette logique d’évaluation et qu’on ne peut s’attendre à rien d’autre de la part de l’AERES qu’à ce qu’elle fait aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle elle doit disparaître. C’est une machine absurde qui nous empêche de travailler. Si la question doit être posée, je n’ai pas d’avis sur les ANR.

Christian Topalov : Mon point de vue sur l’ANR est très simple : c’est une catastrophe et elle produit de la mauvaise science, elle produit des précaires et elle doit être réduite à sa plus simple expression ou transformée. Sur l’AERES je crois qu’il est assez clair qu’elle doit être fermée mais je n’entends pas beaucoup d’organisations le dire. Une des idées que l’on avait pour ce séminaire c’est que la prochaine séance de ce style avec les acteurs du mouvement comme on dit, pourrait avoir lieu au début du mois de février et avoir pour titre : « après l’AERES, quoi ? ». C’est-à-dire que l’on part de l’idée que cette institution on la ferme, mais qu’on a besoin d’évaluation, certains le pensent, et comment va-t-on l’organiser pour faire une véritable évaluation collégiale autant que nécessaire ?
S’agit-il d’un thème trop technique aux yeux de certains ? On ne va quand même pas entrer dans les détails d’un programme car du reste quelle importance puisqu’il faut tout changer. Voilà je vous pose la question parce que je suis un peu troublé par le type de débat que nous avons aujourd’hui : je pensais aussi que l’on dirait : « voilà ce que je veux ! », en exposant des choses qui auraient deux crans de réalisme. Parce que si l’on met au préalable la victoire sur les plus fondamentales eh bien tout simplement on ne gagnera rien. Voilà ma conviction personnelle. On a besoin de gagner un peu pour continuer à avancer, en particulier pour permettre aux collègues de penser qu’on peut aller plus loin. Car si on leur propose seulement des objectifs fondamentalement justes et politiquement justifiables, ils nous répondront : « eh bien mes pauvres amis ça ne se produira pas ! ». Alors ils resteront chez eux. C’est pourquoi je pense que l’on a aussi besoin d’un programme minimal qui doit être réalisé dans les quelques jours de l’existence du gouvernement Machin sur des mesures dont on ferait des symboles. Et la fermeture de l’AERES en est un. Il y en a d’autres. On ne sera peut-être pas d’accord mais voilà des propositions dans le débat.

Philippe Büttgen : C’est évidemment de la tactique. Mais je propose autre chose : c’est de ne pas dire : « fermons l’AERES », mais plutôt : « cessons de noter ». J’ai exactement la même idée derrière la tête que Christian. Mais la revendication : « fermons l’AERES », nous essayons tous de le faire et nous prenons les pieds dans tous les tapis. Donc essayons autre chose ; disons : « on arrête de noter ! ».

Christian Topalov : La boutique continue de tourner, sauf la notation.

Philippe Büttgen : L’AERES ne marche qu’à la notation.

Christian Topalov : C’est son produit.

Philippe Büttgen : C’est sa raison d’être et c’est toute sa substance. L’AERES, c’est la note. Des comités de visite, que nous avons essayé au début de dénoncer comme des troupes d’occupation, on s’est évidemment trompé. Les comités de visite de l’AERES ne sont pas les troupes d’occupation qui débarquent dans les labos, ce sont de braves collègues qui sont bien gentils parce qu’ils ont 188 € de défraiement et dont l’avis n’est absolument pas pris en compte par l’AERES. La raison du boycott que je continue de m’imposer, c’est juste parce que je n’ai pas envie de passer pour un pitre toute une journée et pour que mon avis soit ridiculisé de cette manière-là. Et mon avis d’évaluateur est ridiculisé par le fait que l’on met une note. En langage technique de l’AERES ça s’appelle la réunion de restitution. Elles sont au nombre de deux parce qu’une seule réunion, ce ne serait encore pas suffisamment sûr. Il faut que ça remonte encore au niveau politique. À l’AERES, c’est le président de l’agence qui met la note, ce n’est pas le comité de visite. Ce n’est pas à l’étage un de la réunion de restitution un, ce n’est pas à l’étage deux de la réunion de restitution deux, c’est le président qui met la note d’après des quotas de notes qu’il lui faut mettre. Donc c’est pour ça que je dis que plutôt que de se perdre dans cette discussion afin de savoir s’il faut fermer l’AERES : est-ce qu’on la ferme pour les universités ? Est-ce qu’on la ferme pour le CNRS ? Est-ce qu’on redonne l’évaluation des UMR au comité national ? Mais qu’est-ce qu’on va faire des équipes d’accueil ? Ça y est, on est dans la nasse dès qu’on entre dans cette discussion. Moi je propose : «  Arrêtons de noter ! ». Et la boutique ferme tout de suite.

Étienne Boisserie : Oui peut-être que tu as raison d’être optimiste. Si on arrête de noter on n’empêche pas la grille d’exister et cette grille de nous formater intellectuellement et c’est cette grille qui est dangereuse. C’est quand même assez extravagant, j’ai téléchargé par mégarde un document de l’AERES sur les différents modes d’évaluation. Mais c’est un document de 397 pages ! Aucun dossier pour un établissement ne fait moins de 40 pages. C’est hallucinant. La directrice de notre laboratoire de recherche s’arrachait les cheveux. Je lui ai répondu de ne pas remplir ce document car ce n’est pas possible de le faire. Même en l’absence de la note, l’activité qui consiste à remplir le formulaire est chronophage. S’il n’y a pas la note, les mots-clés y sont. Ils formatent la pensée, ils obligent les collègues à aller dans un sens même s’il n’y a pas la note, car de toute façon ils ne voudront pas une appréciation mitigée. Donc je pense que l’AERES est fondamentalement nocive parce qu’elle est la traduction matérielle de la manière dont est pensé le système. Donc c’est pour ça que ce n’est pas facile et que c’est même peut-être un rêve de dire qu’elle doit être supprimée totalement. Mais elle est au cœur du système.

17-PDS3- Christophe Pébarthe & Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

L’abrogation de la loi LRU comme préalable à toute réforme de fond de l’enseignement supérieur et de la recherche ?
Christophe Pébarthe : Pour répondre à Christian Topalov, moi je crois à la radicalité concrète, c’est-à-dire que je crois que l’on doit aller à la racine des problèmes et qu’il y a un moment où il faut que nous cessions de nous raconter des histoires pour rentrer dans les problématiques mêmes du changement. Le débat entre nous ne doit pas se jouer entre ceux qui seraient « maximalistes » et les autres, parce que finalement -je sais que ce n’est pas le cas ici- le débat risque de tourner entre les « réalistes » et ceux qui en veulent toujours plus, etc. Demander l’abrogation de la loi LRU, tout d’abord, c’est demander ce que l’on demandait il y a cinq ans. Si l’on veut abandonner ce mot d’ordre il faudrait quand même que l’on explique pourquoi dans l’espace de cinq années la loi LRU dont nous avons dit pis que pendre aurait fini par devenir acceptable. Là je crois que, à un moment donné, il y a aussi une sorte d’opiniâtreté et de continuité, non pas que l’on ne soit pas capable de changer, mais parce que notre analyse était juste et qu’en plus les effets de la loi LRU nous les voyons se manifester de plus en plus clairement. La réalité c’est que Cassandre nous a donné raison. Donc demander l’abrogation de la loi LRU, c’est aussi demander aux partis politiques : est-ce que vous voulez vraiment changer l’université ou est-ce que finalement vous vous accommodez de la situation actuelle ? La loi LRU est aussi une question politique, justement parce qu’elle n’est pas simple. Demander des réformettes à un pouvoir, surtout en campagne, cela ne pose aucun problème. Ils nous promettront tout. En revanche, si on leur dit : abrogation de la loi LRU, ou on va réfléchir en passant à réunir l’assemblée, nous sommes dans le concret car c’est concret de faire une loi et c’est dire aussi ce que dit Philippe, c’est-à-dire que cette loi qui marquerait l’abrogation dans ses attendus – une vraie loi d’abrogation cela existe -, nous dirait la vision de l’université qui est celle de la nouvelle majorité. Elle nous dirait au nom de quoi elle abroge la loi LRU. Donc ce n’est pas une question de technique, c’est une question politique majeure, c’est le moment où la nouvelle majorité dit : voilà ce que nous voulons faire de l’université. Bien sûr, comme je viens de le dire, pas dans une acception technique, mais plutôt dans le sens : voilà l’horizon, à charge pour les universités d’inventer les modalités diverses et variées qui permettront d’y conduire. Par conséquent, je renverse le sens de la demande qui est faite au sujet des mesures concrètes ; je dis que nous n’aurons aucun changement concret de l’université si nous n’obtenons pas l’abrogation de la loi LRU. Telle est mon analyse de la situation. C’est de cela dont je parle, pas de : je l’ai toujours demandé et je vais donc continuer de le faire car ça, c’est une forme de mantra ou de gimmick. Je crois que c’est fondamental et en même temps cela permet de tester le sérieux de nos interlocuteurs politiques. Est-ce que vous voulez vraiment aller à la racine du problème de l’université aujourd’hui ou est-ce que finalement vous souhaitez que l’on parle rapidement d’autre chose ? Moi je considère que l’université est une institution centrale de la république au sens large. À partir de ce moment-là, la question de l’université c’est une question politique majeure et les réponses qui nous seront données indiqueront le sens général de la politique qui sera suivie par l’éventuelle nouvelle majorité. C’est pour ça que pour moi c’est une question politique centrale. Et je demeure persuadé que si nous posons les questions à cette échelle, nous aurons des réponses et au moins nous saurons qui nous avons en face de nous.

Philippe Büttgen : L’actuel gouvernement a abrogé son propre paquet fiscal. Il ne semble pas exorbitant de demander l’abrogation de la loi LRU.

18-PDS3- Liora Israël, Philippe Büttgen, Christophe Pébarthe & Annliese Nef : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Liora Israël : Il y a un thème dont nous n’avons pas parlé mais qui est tout de même important, c’est le niveau supranational, et notamment le niveau européen. Là c’est presque encore plus dur, car on voit aussi que par les ERC, ce type de financement a des structures encore moins collectives : on individualise, on met en concurrence. Est-ce que au niveau syndical ou d’autres structures il y a des possibilités de travail en commun ou est-ce que c’est déjà un front qui est totalement perdu ?

Les sources de l’esprit de résistance de la communauté universitaire envers la « politique d’excellence »
Philippe Büttgen : L’internationale de l’éducation est une machine qui ne marche pas si mal. Cela étant, j’ai travaillé longtemps en Allemagne où j’ai eu la coresponsabilité d’un centre de recherche et il n’est pas difficile de voir que la politique gouvernementale en matière d’enseignement supérieur et de recherche, depuis le printemps de 2010, est un copier-coller de la politique allemande à un degré de conformité inouïe. Exzellenzinitiative, initiative d’excellence. Que demander de plus ? Ceci dit, à chaque fois que je me livre à cette comparaison elle me rend optimiste en considération des ressources de résistance qui restent en France. Et en considération du degré fondamental de réticence que le tissu universitaire français a envers ce type de réorganisation. Ce degré de réticence s’atteste par les efforts extrêmes du politique pour imposer ces mesures. En Allemagne ça passe tout seul, absolument tout seul. Les gens n’ont pas vu dans l’Exzellenzinitiative la moindre révolution culturelle. Aujourd’hui, en France, le moindre cadre moyen d’une présidence universitaire est obligé de vendre l’initiative d’excellence en vous disant que c’est absolument formidable, que c’est une révolution dans nos mentalités, que c’est une révolution dans nos esprits. Ça dit un peu l’extrême difficulté qu’il y a pour imposer ce type de politique en France. Parce que je reste vraiment convaincu qu’en France Besançon n’est pas concurrente de Bordeaux. En Allemagne, Munich est concurrente de Berlin, Munich a toujours été concurrente de Berlin. Et aux États-Unis aussi, Princeton est une école différente de Harvard. En France ça n’a aucun sens de dire que Bordeaux est concurrente de Besançon. Et on pourra faire tout ce qu’on voudra, les gens n’arriveront pas à se sentir concurrents. Faisons attention à une chose, c’est-à-dire à l’endroit où nous nous trouvons ; nous nous trouvons dans la région parisienne qui est un milieu hyper concurrentiel mais précisément parce qu’il se tient dans une même unité de lieu. C’est une seule et même scène où nous avons deux ou trois projets Idex qui sont dans une gigantomachie : est-ce que c’est Paris II-IV-VI qui va tomber, etc. ? Unité de lieu encore une fois. Mais si on regarde sur tout le territoire, nous n’arriverons jamais à penser que Perpignan est concurrente de Lille. Et ça, je trouve vraiment que c’est une ressource que nous avons.

Le contenu des formations comme question politique majeure
Christophe Pébarthe : Cela permet de faire sentir l’importance de la question autour de l’AERES et de l’évaluation en particulier des formations, car ce qui sans doute empêche cette mécanique concurrentielle d’aller jusqu’au bout, ce sont les diplômes nationaux, c’est quand même le fait que la licence de Bordeaux ou la licence de Besançon est une licence universitaire qui est une licence reconnue. Nous voyons que le pouvoir attaque le caractère national des diplômes de tous les bords, en particulier par l’annexe descriptive au diplôme, qui concerne particulièrement les Masters, avec l’idée que certes il y a des Masters, mais qu’y a-t-il vraiment dans ce Master : est-ce que c’est un vrai mémoire de 20 pages ou est-ce que c’est un mémoire de 100 pages ? Etc., etc. Donc on voit qu’ils ont compris qu’il y a deux verrous : le premier, c’est le verrou statutaire, le fait que nous soyons des fonctionnaires d’État et pas des fonctionnaires d’établissement, mais ça c’est déjà mal en point en raison des RCE, etc., qui nous adossent beaucoup plus aux établissements. Évidemment les conseils régionaux commencent à regarder ça en se disant que cela va faire de nouveaux fonctionnaires territoriaux pour eux. Et puis le deuxième verrou, c’est le caractère national des diplômes. Je crois que du coup la question de l’arrêté licence, et de l’arrêté Master qui s’annonce, et qui sont donc ce que l’État, le pouvoir, nous dit d’un diplôme, sont des questions politiques déterminantes qui ne doivent jamais être posées de façon technique. La bonne question est de savoir quel type de cadrage nous voulons et on en revient à la question autonomie-hétéronomie : jusqu’où nous voulons nous-mêmes choisir tous les contenus d’enseignement ? Je n’ai pas la réponse, je pose la question, mais c’est une bonne porte d’entrée. Quel type d’enseignement, les pondérations de discipline, de sous disciplines, etc., jusqu’où on va dans un cadrage pour garantir le caractère national de nos diplômes ? C’est une question politique à mon sens véritablement majeure. Je crois que c’est une vraie question dont nous devons tous nous emparer et pas simplement les préparateurs de maquettes ou bien ceux qui veulent sauver leur séminaire, etc. Je crois que c’est une vraie question collective.

Concurrence et fusion entre universités
Annliese Nef : Je voudrais rebondir sur ce qui a été dit. Je pense aussi qu’en réalité il y a une vraie résistance, elle est multiforme, chacun a tenté de sauver ceci ou cela localement sans en parler. Cela reflète une certaine conception de l’université dont je pense comme Christophe que l’on doit la repenser, la remettre en avant et qu’on ne le fait pas suffisamment. Mais cela m’amène à un autre point, c’est-à-dire que je suis d’accord avec tout ce qui a été dit : je suis favorable à l’idée qu’il y a des mesures radicales qu’il faut prendre. Mais je pense aussi que l’on aurait intérêt -et cela pose aussi la question du niveau supérieur- à voir ce qui se passe au coup d’après. Or c’est ce qu’on n’a pas fait pour l’instant, non pas pour dire que cela a été entériné et donc que l’on passe à la suite, mais pour anticiper notre action. Parce qu’il y a trois problèmes qui se posent : l’association européenne des universités vient de faire un rapport -cette association est l’équivalent de la CPU au niveau européen-qui dit qu’il y a deux problèmes pour que l’autonomie soit vraiment l’autonomie en France : le statut de fonctionnaire public, d’une part et, de l’autre, le fait que tout le monde a accès à l’université. C’est quand même un peu exagéré. Il faudrait augmenter les frais d’inscription. Ça, ce sont deux éléments avec lesquels on peut aller voir les partis politiques pour leur demander ce qu’ils en pensent et leur dire ce que nous nous en pensons surtout. Le troisième point, et là je suis évidemment d’accord avec Philippe, mais je pense qu’il y a une machine diabolique qui a été mise en place qui s’appelle la fusion et qui va régler assez rapidement le problème de savoir si Besançon est en concurrence avec Bordeaux. Pourquoi ? Vous savez qu’il y a la fusion des universités Aix-Marseille. Maintenant l’université d’Aix et celle de Marseille ont décidé qu’elles allaient absorber aussi Nice, Montpellier, Toulon. Alors effectivement là il n’y aura plus de concurrence. Puisque Aix-Marseille est déjà la plus grosse université française et le but c’est d’être toujours plus gros. Là je pense que l’on a un troisième vrai problème qui est celui-là.

Un défaut d’anticipation de la situation à venir
Mais là on peut faire un mea culpa syndical aussi, on n’est jamais sur le coup d’après. L’évaluation quadriennale, c’était le coup d’après il y a un an ou deux. Comment cela se fait-il que l’on n’ait pas mis en place les réponses qui étaient relativement simples et que là on soit tous en train de courir partout pour essayer de régler le problème ? Donc moi je crois que ce qui manque aussi c’est une analyse un peu plus fouillée et un peu plus à long terme, ce que les universitaires savent faire. Et ça ce n’est pas aux associations ou aux syndicats uniquement de le faire, c’est aux universitaires en général d’y contribuer. C’est sûrement ce que l’on fait mais il faudrait le faire de manière plus approfondie et plus systématique. Donc moi je dirais que pour résister, pour faire changer les choses et également pour faire des propositions, il faut voir ce qui se profile un tout petit peu avant que cela arrive. Parce que sinon on est toujours en train de courir après la mesure qui vient d’être appliquée. Et c’est difficile.
Philippe Büttgen : Il y a un coup d’après que la discussion d’aujourd’hui a permis de bien voir me semble-t-il : prenons garde à ce que les régions ne deviennent pas le remède aux Idex et qu’elles ne nous soient jamais présentées sous cette forme.

19-PDS3-Christian Topalov, Annliese Nef & Liora Israël : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Christian Topalov : entre janvier et mars PDS va poser des questions aux partis politiques et nous avons eu l’idée de demander à tous les membres du séminaire de concentrer les questions qu’ils avaient à poser et qu’on y travaille ensemble en quelque sorte. Annliese, vous venez d’en poser trois fondamentales ; est-ce que vous seriez d’accord pour les porter vous-même ou moins à l’une des trois séances ?

Annliese Nef : je veux bien assister et participer, il n’y a pas de problème.

Christian Topalov : Ce que je souhaite si vous voulez c’est que chaque membre du séminaire qui a envie d’intervenir très activement dans la formulation des questions et des exigences que nous avons ce serait très bien qu’il puisse le faire.
Je voudrais dire un tout petit mot, j’essaye d’élaborer cette histoire des mesures immédiates car au fond il est évident qu’elle ne s’oppose en rien à des exigences plus fondamentales. Mais les machines qui sont en face de nous sont faites d’acteurs sociaux, c’est-à-dire qu’elles sont portées par des gens et lorsque vous disiez tout à l’heure Christophe que parmi les choses que l’on peut proposer est l’abrogation de la LRU et la non reconduction des présidents actuels ; ce que je veux dire va exactement dans le même sens. Il faut qu’on trouve des mesures à imposer à un pouvoir politique qui fassent changer la peur de camp. Que ces gens qui sont là avec une certitude absolue de nous diriger pour l’éternité se rendent compte que ce n’est pas comme ça que cela va se passer. C’est en ce sens que je  justifierai le mot d’ordre : fermeture de l’AERES ou tout simplement moratoire, c’est que les gens qui arrivent à l’AERES le matin au bureau se disent : C’est drôle on n’a plus rien à faire pendant six mois parce qu’il va avoir les assises de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’AERES c’est un cas et il y en a quelques autres : les fondations de coopération scientifique, p.e. Je pense qu’il faut immédiatement les fermer afin que nos collègues qui actuellement dirigent ces structures se disent : on n’a plus rien à faire. Je crois qu’il faut changer les rapports de force à des niveaux micro. Je ne dis pas qu’il faut immédiatement virer Bourdelais, le directeur de l’INSHS (Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS) et toute la clique, mais si on peut ça serait très bien, il faut aussi qu’ils aient peur, les exécuteurs actuels du CNRS qui ont été nommés pour ça. Je ne sais pas, c’est peut-être un petit peu excessif, mais l’idée est qu’il faut que nos adversaires se rendent compte que quelque chose a changé dans le rapport de force. Parce que cela veut dire que nos amis, c’est-à-dire les milliers de collègues, se rendront compte que quelque chose a changé dans le rapport de force. S’ils continuent à voir Fuchs, le président du Cnrs, qui fait son bla-bla, ils continueront de penser que rien n’a changé. Donc il faut aussi porter le fer dans la plaie au niveau individuel.

Liora Israël : Il ne faut pas surestimer non plus, du côté de la gauche, la connaissance qu’ils ont de ces enjeux. Je crois qu’il faut proposer des choses concrètes rapides, mais je crois aussi qu’il faut refaire un travail d’explicitation, de description synthétique qui les convainque parce que ce que l’on dit souvent, qui est que les gouvernants ne sont pas issus de l’université, ce n’est pas totalement faux. La conséquence est qu’ils sont souvent loin de savoir ce qui se passe, quel est notre travail, qui sont nos étudiants. Je crois donc que l’on ne peut pas être uniquement dans le questionnement, je crois que l’on doit être aussi dans la description fine de la situation. Nous avons quatre à cinq mois pour essayer de faire des descriptions qui soient pertinentes et convaincantes, comme on peut l’être entre nous lorsqu’on discute de ces sujets.

20-PDS3-Etienne Boisserie, Philippe Büttgen & Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

L’abrogation des lois controversées sur l’enseignement supérieur et la recherche est sans incidence sur le travail des enseignants-chercheurs
Étienne Boisserie : Ce que tu dis Christian m’a fait penser à un argument qui me semble utilisable dans beaucoup de cas pour les décrisper un peu car il y a un peu la peur du vide, en tout cas ils font semblant d’avoir peur du vide. Cet argument est que la suspension de l’activité de l’AERES, la disparition des fondations de coopération scientifique, la remise à plat immédiate ou la destruction totale du principe de la mastérisation, la remise à plat de l’arrêté licence ; tout cela n’empêche pas de travailler, tout ça n’empêche pas de faire des cours, tout ça n’empêche pas de délivrer des diplômes, tout ça n’empêche pas de faire ses recherches, de publier ; rien n’est empêché par la remise en cause de ces textes. Il n’y a aucune différence dans le travail quotidien avec ou sans ces textes, donc c’est très simple.

Philippe Büttgen : C’est même mieux sans !

Questionner l’image de l’université modelée par les textes et discours de la réforme par une description empirique des moyens et conditions d’exercice des activités d’enseignement et de recherche dans les universités
Étienne Boisserie : Au contraire, je dirai qu’il y a quelques gains de temps à en attendre. J’ai rencontré des gens qui connaissent bien les dossiers, des dossiers très techniques, mais qui n’ont pas de connaissance de l’exercice du métier d’enseignant-chercheur. Ce qu’a dit Christophe tout à l’heure est très important : en fait on ne parle jamais de l’exercice de nos métiers, que ce soit les enseignants, les chercheurs, les personnels administratifs et techniques, on ne parle jamais de nos métiers. C’est un angle mort complet. Nous-mêmes n’osons pas en parler. Il y a donc une vraie méconnaissance à ce sujet. Par exemple il y a une chose qui ne dit manifestement rien à personne, et c’est encore une fois dans les fiches de l’AERES : il s’agit du tutorat par les professeurs. Olivier Beaud hier à Paris-VII faisait remarquer qu’il avait 600 étudiants dans son amphi de première année et qu’il se voyait mal faire le tuteur des 600 ! Cela n’a aucun sens, le fait que les enseignants doivent suivre les étudiants dès leur inscription implique qu’il va y avoir une masse considérable de gens à suivre. Tout cela est absurde. Et en fait interrompre ces processus absurdes permet de gagner du temps et de se reconcentrer sur les missions fondamentales que sont l’enseignement et la recherche et donc il y a un gain théorique. C’est vrai que ce serait un argument très important sans doute, tout ce qui n’empêchera pas la machine de tourner et tout ce qui facilitera le fait qu’elle tourne est bienvenu et il y a quatre ou cinq dispositifs clés qui doivent sauter immédiatement et ensuite pour le reste on peut discuter. Les dispositifs qui peuvent sauter immédiatement sont des dispositifs totalement neutres du point de vue du travail.

Christophe Pébarthe : Comme la suppression de la loi LRU

Étienne Boisserie : Exactement

Christophe Pébarthe : Concrètement en dépit de l’abrogation de la loi LRU, nous continuerons de faire cours. C’est un peu comme le dessin de Plantu qui montrait que la tour Eiffel continuait d’exister après le 10 mai 1981. Pour continuer sur le ton de l’anecdote, des ministres de François Mitterrand ont raconté que, à son arrivée au pouvoir, avant le premier conseil des ministres, François Mitterrand leur a dit à tous : « vous allez choisir dans vos ambitions ce qui est le plus difficile et vous allez mettre toute votre énergie pour réaliser le plus difficile parce que c’est peut-être la seule chose que vous réussirez à faire de votre mandat ». Eh bien je trouve que l’on devrait se dire exactement la même chose. Peut-être qu’a priori le plus difficile à obtenir est cette abrogation de la loi LRU ou une disposition du même genre, mais si on ne la porte pas avec force alors nous ne l’obtiendrons jamais.