21-PDS3-Lancelot Six, Etienne Boisserie, Annliese Nef & Christophe Pébarthe : : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La difficulté de constituer un mouvement d’étudiants et d’enseignants-chercheurs
Lancelot Six : Je voudrais évoquer la question des moyens à mettre en place pour faire passer ces revendications, car les revendications mettent toujours en avant la question des moyens. Cela va avec le fait de savoir si l’on peut demander peu ou beaucoup car les revendications sont proportionnelles aux moyens que l’on engage. Je pense que ce qui pour moi a été un échec dans ce qui s’est passé en 2009, à mon avis n’était pas inéluctable. Il y avait en tout cas un mouvement qui pouvait gagner mais qui ne l’a pas fait. Et cette question des moyens revient en relation avec la démocratie, en tout cas avec la question des rapports sociaux à l’intérieur de l’université. Je prendrai juste un exemple. Je suis de Poitiers où nous avons eu un mouvement qui a été important mais nous avons eu un mouvement étudiant d’un côté et un mouvement d’enseignants-chercheurs de l’autre et qu’à aucun moment ce n’a été un mouvement profs et étudiants. Le seul lien a été que les profs étaient bien contents que les étudiants bloquent la fac, fassent des piquets de grève parce que ça a évité aux profs d’aller faire eux-mêmes les piquets de grève. Ce qui a pu parfois conduire jusqu’à des scènes assez folles ou l’on a vu la vice-présidente avoir des heurts quasi physiques avec des étudiants, ce qui à mon avis n’aurait peut-être pas été le cas si en face d’elle, elle avait eu affaire à des enseignants.
Déjà il y avait ces deux mouvements qui étaient séparés l’un de l’autre. Mais du point de vue de la démocratie ce qui a vraiment manqué c’est quand à un moment elle a décidé de passer en force. Il y avait des possibilités, qui ont été abandonnées et à un moment on a repris les cours et au moment où on a repris les cours on a assisté à quelque chose qui pour moi était scandaleux. J’étais enseignant car à l’époque j’étais allocataire. On s’est dit que l’on ne pouvait pas se ridiculiser vis-à-vis du grand public, qu’il fallait que l’on offre un diplôme de qualité sans quoi l’université allait encore passer pour n’importe quoi. Il ne restait alors plus qu’un mois pour faire 12 semaines de cours. Eh bien on a décidé de les faire avec les étudiants. On ne leur a pas demandé leur avis et on leur a rempli leurs journées. J’ai vu des étudiants la semaine avant leurs examens qui n’en pouvaient plus, ils avaient des journées où ils avaient entre quatre heures et six heures du même cours parce qu’il fallait rattraper tous les cours. À aucun moment on ne leur a demandé leur avis, ils n’ont jamais été consultés. La reprise des cours s’est faite à l’intérieur des départements, tout ce qui avait été mis en place pendant le contexte du mouvement pour essayer de sortir des institutions normales, tout ce qui avait été fait a été oublié. On est revenu tout de suite dans les UFR, dans les départements, dans les institutions. Et je pense que le problème des rapports démocratiques à l’intérieur de l’université peut aussi avoir une dimension importante en termes des moyens que l’on peut mettre en place pour assumer les revendications.

Étienne Boisserie : Avec ce petit bémol que quand même à ce moment-là, c’est-à-dire à partir de fin avril début mai 2009, on s’est pris une offensive aux orgues de Staline de toute la propagande, et le ban et l’arrière ban des « voteurs » de oui en 2005 pour nous expliquer que si on n’allait pas faire les cours, on ne serait pas payé et patati et patata.

Annliese Nef : Mais je pense que c’est aussi une certaine conception de la résistance. C’est-à-dire que la résistance ce n’est pas forcément hurler sur tous les toits que l’on fait ceci ou cela. Il y a des universités que je ne citerai pas où on n’a pas fait les cours, on ne les a pas fait et on a dit aux étudiants qu’ils n’auraient que les points supérieurs à 15. On vous met 15 et tout le reste c’est bonus. Donc la question c’est : comment est-ce qu’on résiste ? À mon avis pas toujours en le criant sur les toits.

Christophe Pébarthe : Ce qui est scandaleux est que l’on continue encore à faire des amphis de 600 étudiants et que l’on a l’impression de faire cours, c’est ça le fond du problème. Les rapports entre profs et étudiants qui viennent d’être décrits disent aussi quelque chose des relations pédagogiques que trop d’enseignants-chercheurs ont encore avec leurs étudiants. Car si d’autres relations pédagogiques existaient ce type de reprise, et le fait même de faire six heures de cours, ne pourrait tout simplement pas avoir lieu parce qu’il y aurait des étudiants qui diraient : « Excusez-nous mais vous ne pouvez pas faire ça ! ». Ce qui est grave c’est qu’ils se trouvent dans une situation où ils ne pensent même pas pouvoir lever la main et dire : « Ce n’est pas possible ! Ce ne sont pas des conditions dignes de transmission ». Eh bien voilà, la pédagogie c’est de la résistance !