Tribune : Appel de l’enseignement supérieur et de la recherche

Nous relayons cet appel :

Cher-e-s collègues

Il était plus que temps de faire passer dans la campagne présidentielle un autre
discours et une autre analyse sur la réalité des réformes en cours dans
l'Enseignement supérieur et la Recherche depuis cinq ans et plus. Nous sommes tous
las ou irrités d'entendre répéter sur tous les tons et par tous les medias que « la
réforme des universités est un succès », voire, pour certains opposants au président
de la république actuel, le seul succès du quinquennat !

Certains collègues de la liste de débats prepa-coord ont donc lancé il y a quelques
semaines l'idée d'un appel qui serait rédigé par des acteurs de l'Enseignement
supérieur, de la formation des enseignants et de la recherche, différents par leurs
affiliations politiques, syndicales ou associatives, afin de remettre en question
cet apparent lieu commun et de présenter une autre lecture des réformes
gouvernementales, en posant une dizaine d'objectifs et quelques principes qui
pourraient être ceux d'une politique véritablement différente de l'ESR.

Le collectif de rédaction a rassemblé des membres de la Coordination nationale des
universités issue du mouvement de 2009 etde la Coordination Nationale de la
Formation Des Enseignants (CNFDE), un représentant de Sauvons la recherche et deux
membres du CA de Sauvons L'Université.  L'Appel du 23 février 2012 en est issu: il
est adressé aux candidats à l'élection présidentielle et à l'ensemble des citoyens.

Appel de l’Enseignement supérieur et de la Recherche aux candidats à l’élection présidentielle et aux citoyens

 

L’actuel gouvernement présente la réforme de l’Université comme l’une des grandes réussites du quinquennat. Il prétend avoir donné aux universités leur autonomie, avoir fait, en faveur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, « des efforts financiers sans précédent », avoir engagé une politique de l’excellence qui commencerait à porter ses fruits au niveau international et avoir réformé la formation des maîtres pour parvenir à une « meilleure formation des enseignants ».

Tout cela est faux !

Vous avez dit « autonomie » ?

Les universités subissent une tutelle du Ministère toujours plus tatillonne et dépendent de plus en plus de financements privés et d’impératifs de rentabilité immédiate. L’attribution des crédits récurrents de l’État est toujours aussi parcimonieuse et opaque. Et les « Responsabilités et Compétences Élargies » imposées aux universités ne contribuent en rien à leur autonomie puisque l’État leur délègue de nouvelles charges financières sans les compenser.

Alors que le gouvernement affiche l’Enseignement comme secteur prioritaire, aucun poste d’enseignant n’a été créé dans le supérieur depuis 2008. Le budget des universités, hors inflation, est en baisse d’environ 1 %. La liste des universités en déficit structurel ne cesse de s’allonger, imposant à l’État une mise sous tutelle contraire à l’autonomie qu’il prétend donner. Partout le développement des emplois précaires sert de variable d’ajustement à des budgets très contraints.

L’indépendance scientifique et les libertés académiques des universités, des enseignants-chercheurs et des chercheurs ne sont plus respectées.

Vous avez dit « excellence » ?

Le culte de l’excellence – mot magique jamais défini – ne peut faire oublier comment la recherche est malmenée dans notre pays : diminution des financements récurrents des universités et des organismes de recherche (jusqu’à – 90 % dans certains laboratoires), suppression de 10 % des emplois administratifs du CNRS, sans lesquels les chercheurs ne peuvent travailler.

L’application de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) ravale des établissements de recherche comme le CNRS ou l’INSERM, que le monde entier nous envie, au rang de simples « agences de moyens ».

Pour faire remonter les universités dans des classements internationaux aux critères très discutables, le gouvernement a poussé aux regroupements en tous genres. Cette course au gigantisme a fait naître un système à plusieurs vitesses. Les disparités entre universités se creusent et menacent les équilibres inter et intra-régionaux, obligeant les étudiants à une mobilité qui pénalise les moins favorisés.

Une concurrence généralisée s’est instaurée, entretenue par deux agences de pilotage et d’évaluation très coûteuses, au fonctionnement opaque : l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES). Les universitaires et les chercheurs gaspillent désormais une part considérable de leur temps à rédiger rapports d’activité, dossiers de demande de financement et appels à projets, au détriment de leurs missions fondamentales de recherche et d’enseignement.

Vous avez dit « une meilleure formation des enseignants » ?

Des rapports de l’Assemblée nationale et de la Cour des comptes l’ont désormais établi : la réforme de la formation des enseignants des premier et second degrés est un échec flagrant.

Elle aura finalement provoqué la chute du nombre de candidats aux concours, le démantèlement ou l’affaiblissement des IUFM et la désorganisation des UFR, l’augmentation du nombre d’enseignants précaires, et conduit de jeunes professeurs à exercer à temps plein sans formation professionnelle suffisante.

Nos concitoyens doivent savoir que le monde de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est au bord de l’asphyxie.

C’est pourquoi nous, enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs, bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, personnels sociaux et de santé, étudiants, lançons un appel solennel pour que soit mis un terme à toutes ces réformes, dont les effets sont dévastateurs.

Nous demandons une nouvelle politique pour l’Enseignement supérieur et la Recherche, en rupture avec les réformes destructrices que nous subissons depuis des années. Celle-ci devrait reposer sur les dix principes et objectifs suivants :

1 Remplacer la loi LRU (loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités, qui n’est pas amendable car inspirée par une politique contraire aux principes d’indépendance, de collégialité et de démocratie qui sont ceux des universitaires et des chercheurs. La Conférence des Présidents d’Universités (CPU) porte une responsabilité historique dans les désordres causés par cette fausse autonomie. Elle ne saurait parler au nom des universitaires et doit cesser d’être le principal interlocuteur du Ministère.

2 Abroger le décret du 23 avril 2009 modifiant le statut des enseignants-chercheurs. Garantir aux enseignants-chercheurs qu’au moins 50% de leur temps de travail sera consacré à la recherche, proscrire toute modulation à la hausse de leurs services et supprimer la nouvelle évaluation individuelle quadriennale.

3 Rouvrir en urgence le dossier de la formation des maîtres, assurée conjointement par les IUFM (dont c’est la mission) et les UFR, non pour en réduire le coût par tous les moyens mais en donnant une réelle priorité à l’amélioration de l’enseignement primaire et secondaire, dans un cadre national fondé sur le recrutement par concours de fonctionnaires d’État à la hauteur des besoins.

4 Élaborer un plan pluriannuel de création de postes et un programme de résorption de la précarité pour les universités et les organismes de recherche (administration, services techniques, enseignement, laboratoires, équipes de recherche).

5 Garantir à tous nos organismes de recherche les moyens humains et financiers nécessaires à leur indépendance, leur développement et leur rôle national de structuration sur tout le territoire de la recherche à court et à long terme.

6 Revenir à un traitement équitable entre universités pour satisfaire à l’exigence d’un enseignement et d’une recherche de qualité sur tout le territoire, au service des étudiants.

7 Doter tous les établissements d’Enseignement supérieur et de Recherche de conseils décisionnaires où les élus des personnels et des étudiants soient largement majoritaires et limiter l’empilement des structures, afin de rester au plus près de ceux qui assurent effectivement la mission de service public qui leur est confiée.

8 Redonner confiance à tous les personnels en mettant fin aux dispositifs qui créent des discriminations et un climat de concurrence permanente : agences de pilotage et d’évaluation, recours massif aux statuts précaires (y compris pour les doctorants et les jeunes docteurs), différenciation des carrières par le jeu de primes dont l’attribution relève le plus souvent du clientélisme.

9 Améliorer les conditions de vie des étudiants par une politique ambitieuse et de long terme, impulsée par l’État et les Régions. Trop d’entre eux vivent et étudient aujourd’hui dans des conditions indignes d’un pays qui souhaite augmenter le nombre de ses diplômés de haut niveau.

10 Abroger le décret Guéant du 31 mai 2011 et son récent complément. En finir avec la politique inique de sélection et de restriction de l’accueil des étudiants étrangers dans nos universités.

Nous entendons défendre des valeurs républicaines :
– droit à la connaissance pour tous
– droit de choisir sa filière sans discrimination financière ni territoriale
– droit de s’engager dans des études ou de mener des recherches qui ne sont pas immédiatement rentables.

Il y va de l’avenir de notre société et des générations futures.

Nous nous adressons aux candidats à l’élection présidentielle, afin qu’ils répondent aux attentes non seulement de la grande majorité des personnels et des étudiants de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mais aussi des Français.


Nous nous adressons à tous nos concitoyens et leur demandons d’apporter leur suffrage aux candidats qui, soucieux de l’intérêt à long terme, prendront les engagements qui s’imposent afin que l’Enseignement supérieur et la Recherche retrouvent équilibre et sérénité, remplissent leurs missions et puissent contribuer à l’effort national destiné à répondre à tous les défis humains, économiques et sociaux auxquels nous sommes confrontés.

Collectif de rédaction :

Michel BERNARD, PR, université Paris 3, Coordination Nationale des Universités ; Brendan CHABANNES, étudiant, université du Havre, Coordination Nationale des Universités ; Pascale DUBUS, MCF, Paris 1, Coordination Nationale des Universités ; Sarah HATCHUEL, PR, université du Havre, Coordination Nationale des Universités ; Pascal MAILLARD, professeur agrégé, université de Strasbourg, C.A. de Sauvons L’Université ; Christine NOILLE, PR, université Stendhal Grenoble 3, porte-parole de Sauvons L’Université ; Catherine PELLENQ, MCF, IUFM / université Joseph Fourier de Grenoble, secrétariat CNFDE 2009-2010 ; Céline RUET, MCF, Paris 13, Coordination Nationale des Universités ; Emmanuel SAINT-JAMES, MCF, université Paris 6, président de Sauvons La Recherche ; Marie-Albane de SUREMAIN, MCF, UPEC-IUFM de l’académie de Créteil, secrétariat CNFDE 2009-2010 ; Nathalie VIENNE-GUERRIN, PR, université Montpellier 3, Coordination Nationale des Universités.

http://appel-enseignement-sup-et-recherche.fr/spip.php?article1

Tribune : « L’indispensable refondation du système français de recherche »

Pour information, cette tribune parue initialement dans la rubrique « Point de vue » du Monde du 22/02/12,

par Laurent Audouin, Marie Blandin, Marc Lipinski, Sandrine Rousseau (EELV)

L’indispensable refondation du système français de recherche

Bien qu’encore peu discutée dans la campagne en cours, la refondation du système français de recherche est à l’ordre du jour tant la situation est devenue intenable. Plan campus, Investissements d’avenir : les structures nouvelles et les milliards supplémentaires de l’ère Sarkozy promettaient un nouvel âge d’or. La réalité est tout autre : au lieu de consacrer leur temps à leurs missions statutaires – chercher, former les plus jeunes, s’ouvrir à la société – les chercheurs et enseignants-chercheurs croulent désormais sous des avalanches d’appels à projets, doivent multiplier les réunions préparatoires, courir d’un guichet à l’autre pour décrocher les contrats qui leur rendront les moyens de travailler, et participer à toutes sortes de comités où ils évaluent leurs collègues et, faute d’argent disponible, retoquent la très grande majorité de leurs demandes de crédits.

 

L’Agence nationale de la recherche (ANR) est au cœur de cette évolution ubuesque. Les Etats généraux organisés en 2004 par le mouvement Sauvons la recherche avaient souhaité « une nouvelle structure … dotée d’un budget propre  » qui permettrait d’  » augmenter la réactivité du système et de favoriser des domaines où un effort supplémentaire aura été jugé nécessaire… ». La communauté avait imaginé une structure légère ? Elle est confrontée à une lourde machine qui réoriente toute la recherche en « mode projet ». Les chercheurs attendaient des moyens additionnels ? Les 800 millions d’euros du budget annuel de l’ANR étaient précédemment octroyés aux organismes nationaux de recherche, lesquels n’ont eu d’autre choix que de diminuer année après année la dotation de base de leurs laboratoires (encore -10% cette année au CNRS). Et alors qu’une des forces du système français est la stabilité de l’emploi scientifique, gage de liberté d’action et de capacité à travailler dans la durée, le financement sur projet a fait exploser la précarité dans les laboratoires, avec près de 15 000 jeunes chercheurs en CDD.

L’inflation des missions de l’ANR semble sans limites : elle est désormais censée gérer 19 milliards d’euros d’ « Investissements d’avenir ». Certes il s’agit pour l’essentiel de capital non consommable, des milliards extra-budgétaires placés au Trésor public et par là-même non contrôlables par le Parlement, mais les seuls intérêts générés donneraient à l’ANR un rôle démesuré. Clé de voûte du processus, huit « Idex » (Initiatives d’excellence) dotés d’un capital de 7,7 milliards d’euros : quatre Idex pour la seule Ile-de-France, les autres pour Strasbourg , Aix-Marseille, Toulouse et Bordeaux. L’élite est désignée, le restant sacrifié : tous les autres territoires sont de facto relégués en deuxième division. La centralisation s’aggrave, et même en Ile-de-France, un très grand nombre d’acteurs sont écartés de cette promesse d’opulence. L’idéologie de la compétition formate financements, rémunérations, ressources humaines ; et partout elle crée souffrance au travail, exclusion et tension exacerbée pour la réussite d’une petite minorité. De la maternelle aux laboratoires, de l’association de quartier aux scènes nationales, l’accroissement des inégalités résulte de choix politiques, comme la constitution d’une France à deux vitesses. A cet égard, l’engagement de François Hollande d' »accélérer la mise en oeuvre des Investissements d’avenir » révèle une incompréhension profonde de ce qui se joue là.

Même si elle ne cesse d’invoquer « l’autonomie », la droite s’est toujours méfiée des chercheurs trop indépendants. Avec la disparition quasi-totale de tout membre élu par les pairs des nouvelles structures de gouvernance, des jurys de sélection et d’évaluation, elle met la démocratie scientifique et universitaire à l’agonie. Avec l’ANR et le Grand Emprunt Sarkozy, il est bien plus aisé de cibler les financements vers la recherche-innovation plutôt que vers la création de connaissances, vers ceux qui développent les recherches finalisées souhaitées par les lobbies les plus puissants : le nucléaire plutôt que le solaire, l’aérospatial plutôt que l’agroécologie, les produits de santé marchandisables plutôt que la santé environnementale et la prévention. La disparition soudaine de la ligne  » santé environnementale  » de l’ANR – trop dérangeante pour certains lobbies – fournit un parfait exemple de ce pilotage politique au service d’intérêts particuliers. La toute récente nomination à la tête de l’ANR d’une ancienne élue UMP qui, lorsqu’elle dirigeait l’AFSSA, a longuement retardé la sortie du dossier du Bisphénol A, ne peut qu’interpeller.

« LA POLITIQUE DES INVESTISSEMENTS D’AVENIR DOIT ÊTRE NON PAS ACCÉLÉRÉE MAIS TOTALEMENT REVISITÉE »

En arrivant au pouvoir national en 1981, la gauche de l’époque avait manifesté une réelle ambition scientifique, concrétisée par des signes budgétaires et des recrutements immédiats. Si elle veut préserver sa capacité de recherche et se tourner vers l’avenir, la France de 2012 devra impérativement lancer un processus similaire. Dès juin, la politique des Investissements d’avenir doit être non pas accélérée mais totalement revisitée, à l’aune des besoins réels de l’ensemble du système français d’enseignement supérieur et de recherche et des territoires. Un audit exhaustif devra être engagé pour préparer le budget 2013, en même temps que seront organisés les Etats généraux qu’attend la communauté académique. L’activité de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, l’Aéres, contestée de toutes parts, pourra être suspendue sans dommage aucun en attendant d’être remplacée. Et un plan de titularisation de l’ordre de 5000 postes par an – chercheurs, ingénieurs, techniciens – est indispensable, faute de quoi le pays perdra le bénéfice de milliers de jeunes qu’il a pourtant formés au plus haut niveau et à grand coût.

Mais ces mesures immédiates ne suffiront pas, tant les enjeux dépassent aujourd’hui le seul cadre des laboratoires et touchent la société toute entière. Il est temps d’ouvrir enfin un dialogue approfondi avec des citoyens bien plus matures, plus éduqués qu’il y a trente ans. C’est en rendant aux scientifiques leur liberté de creuser des pistes originales, de s’aventurer dans des territoires inexplorés, en les incitant à travailler en mode coopératif, que nous pourrons jeter les bases d’une démocratie scientifique sans laquelle il ne sera pas de société écologique. Articuler ces exigences à un engagement gouvernemental assumé et durable, responsable mais ambitieux, tels sont les enjeux. Les sciences et la société ont tout à y gagner.

 —————————

Laurent Audouin, maître de conférence, université Paris-Sud, délégué enseignement supérieur et recherche auprès d’Eva Joly ;

 

Marie Blandin, sénatrice du Nord (EELV), présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat ;

 

Marc Lipinski, directeur de recherche CNRS, conseiller régional Ile-de-France (EELV) ;

 

Sandrine Rousseau, maître de Conférence, université de Lille-I, vice-présidente enseignement supérieur et recherche du Conseil régional Nord Pas-de-Calais (EELV).

Annonce 8° séance : Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (3) : Le Parti Socialiste

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

 

Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif

 

Huitième séance

(attention ! changement de jour, d’heure, et de lieu)

 

Mardi 6 mars 2012

 

de 15h à 18h, amphithéâtre F. Furet, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

 

Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis

politiques (3) :

Le Parti Socialiste

 

Beaucoup considèrent que les partis d’opposition auront pour responsabilité, en cas de succès électoral en 2012, d’entreprendre une

reconstruction de l’enseignement supérieur et de la recherche. Qu’une l’alternance politique aboutisse à un véritable changement de cap

dépendra beaucoup de l’action du monde universitaire, mais dépendra aussi pour une part de ces partis. Nous demanderons successivement à

chacun d’eux d’exposer leur programme pour l’ESR et de répondre à nos questions. Elles seront précises et sans complaisance.

Débat avec :

 

Bertrand Monthubert/, mathématicien, professeur des universités,

université Paul-Sabatier (Toulouse), secrétaire national à

l’enseignement supérieur et à la recherche du Parti socialiste.

 

Modératrice : Isabelle Backouche

 

 

Des comptes-rendus et fichiers audio des séances des années 2009-2011 et

des premières séances 2011-2012 sont disponibles sur

http://pds.hypotheses.org

 

de la part de:Michel Agier (DE EHESS),Michel Barthélémy (CR CNRS),

Claude Calame (DE EHESS), Robert Descimon (DE EHESS), Sophie Desrosiers

(MC EHESS), Mary Picone (MC EHESS), Sylvain Piron (MC EHESS), Christian

Topalov (DE EHESS)

 

Adresses électroniques de contact : agier(at)ehess.fr, descimon(at)ehess.fr,

topalov(at)ehess.fr

 

Et après ?

séance du 19 mars 2012

La réforme de l’Université est-elle l’une des grandes réussites du quinquennat ?

séance du 22 mars 2012

L’université et la recherche en questions

séance du 12 avril 2012/

Formation des enseignants-éducation: bilan et perspectives

 

Verbatim de la 6° séance : « La parole est aux élus de l’EHESS »

L’importance relative des questions soumises aux conseils de l’établissement

Robert Descimon : La précédente réunion des élus des conseils de l’Ecole des études en sciences sociales a eu lieu l’année dernière. Le dernier conseil scientifique s’est tenu il y a deux jours, le 7 février 2012, et il y a eu beaucoup de conseils scientifiques depuis un an sans compter les conseils d’administration et puis le comité technique. On avait pris l’habitude de faire le point, je crois que c’était une excellente habitude. Je ne sais pas si on peut essayer de sérier les problèmes. Évidemment je pense que la question de l’Idex va venir assez tôt dans la discussion, mais elle n’est peut-être pas la seule.

Je remercie les élus qui ont pris la peine de venir participer à cette séance. Je rappelle qu’il y a deux catégories d’élus : il y a les élus des syndicats, et puis il y a ceux qui ont été élus sous l’étiquette SLRU-EHESS, c’est-à-dire Sauvons L’Université et la Recherche à l’Ehess. Il a pu y avoir des différences d’appréciation entre eux je crois que cela n’a pas pesé beaucoup à l’intérieur du fonctionnement des instances.

Je peux dire un mot du comité technique qui est la seule instance où je siège à l’heure actuelle. Je crois que le comité technique est une instance très importante en particulier du point de vue de la direction, parce que c’est la seule interface officielle entre les personnels Biatoss, ITA, etc. C’est un point évidemment très important. J’avoue que le caractère du dialogue à l’intérieur de cette instance me semble laisser quelque peu à désirer. Du côté de la parité syndicale, nous avons généralement suffisamment préparé les prises de position. Je crois que cela a été fait correctement. J’ai aussi le sentiment quand même que l’on discute aussi sur des problèmes dont les enjeux ne sont pas énormes, même considérés à l’échelle de l’établissement, et que c’est une instance qui est assez marginale. C’est toujours la même chose : tant que ça se passe à peu près normalement, ça va. Évidemment s’il y avait de gros enjeux je pense que nous nous réveillerions et que nous marquerions à la présidence qu’il y a des choses qui ne vont pas. N’empêche que c’est quand même une instance où l’on discute de la disposition des boutons sur la veste et même pas de sa couleur.

Agnès Bastien : Je ne sais pas ce que tu mets sous le terme « des enjeux importants ». Le comité technique, comme son nom l’indique, traite effectivement plus de choses techniques que de questions scientifiques par exemple.

Robert Descimon : Avec ce côté désagréable que l’on me demande de voter sur des choses que j’aurais trouvé légitime de voter si j’avais été élu député ou sénateur mais à ma connaissance je ne le suis pas et je ne me sens pas compétent pour voter des mesures qui sont des conséquences directes de dispositifs législatifs ou réglementaires dans lesquelles je ne me reconnais pas. Par exemple lorsqu’on discute de questions de primes, on ne discute jamais du fond de la question. C’est de là que vient mon amertume.

Agnès Bastien : Dans la période précédente, nous avons été très pris par les questions de déménagement, des nouveaux locaux et des questions concrètes, et, depuis 2011 par les questions qui sont liées au passage aux compétences élargies, donc des questions de gestion, des questions aussi d’organigramme – qui ne sont toujours pas réglées d’ailleurs. Ce qui me semble positif dans le passage de l’ancienne à la période actuelle, c’est qu’un certain nombre de groupes de travail ont été définis ou sont en voie de l’être, notamment sur la question de l’action sociale qui n’est pas encore en place. Ce point est une énorme lacune en ce moment à l’Ecole, sachant que toutes les prestations interministérielles doivent être gérées dès maintenant par l’établissement alors que pour l’instant il n’y a pas de service organisé pour le faire. Il y a une carence très importante de gouvernance en matière de ressources humaines.

Contrairement à ce qu’a dit Robert Descimon tout à l’heure, à savoir que l’on préparait bien les séances, je trouve au contraire que les documents sont fournis trop tard et que nous n’avons pas le temps de préparer sérieusement des points qui pourraient mener à discussion.

Les transformations organisationnelles et difficultés particulières éventuelles soulevées par le passage aux RCE

Christian Topalov : Pour quelqu’un qui est étranger à ces questions d’apparence technique, est-ce que vous pourriez nous expliquer quels problèmes particuliers le passage aux compétences élargies a posé à l’établissement et comment ces problèmes ont été abordés dans les instances, au comité technique par exemple ?

Agnès Bastien : Le principal enjeu pour la première année du passage aux compétences élargies est d’assurer la sécurité du versement des salaires d’un bout à l’autre de l’année. Pour cela la négociation de l’École sur la masse salariale, d’après les échos que nous en avons eus, a été bien menée. La conséquence certaine est que cela donne au conseil d’administration de l’Ecole un poids très important et que la commission du budget doit avoir un rôle plus actif pour préparer les conseils d’administration. À cette fin les élus – qui ne sont pas familiers avec des questions budgétaires – ont demandé à recevoir une formation sur ce sujet ; celle-ci n’a, pour l’instant, toujours pas été mise en place. Par conséquent il nous est très difficile d’exercer nos mandats.

Sur le plan des changements d’organisation interne, une espèce de statu quo a été décidé par la direction de l’École pour garantir l’utilisation du budget d’un bout à l’autre de l’année.

Christian Topalov : En somme il faut assurer la capacité gestionnaire de l’établissement pour garantir la paix sociale. Qui gère désormais cette masse importante d’argent ? Est-ce que cela repose sur des postes qui existaient déjà ? Est-ce qu’il a fallu embaucher du personnel ? Sur quel type de contrat : des CDD, des CDI ?

Agnès Bastien : Les services de gestion ont été étoffés, mais je n’ai pas de chiffres précis.

Robert Descimon : Ils ont été étoffés mais de très peu. C’est une ou deux personnes en plus au maximum.

Agnès Bastien : Outre la gestion des rémunérations, il y a la gestion financière globale. Les services ont été extrêmement mobilisés sur tout ce qui était lié à la préparation de l’Idex, je crois, et de dossiers divers ; je n’ai pas été directement informée des détails et ne dispose donc pas d’un regard exhaustif sur la question.

Marie Élisabeth Ducreux : J’ai suivi la phase de préparation au passage aux compétences élargies au CTPCE (Comité Technique paritaire Central d’Etablissement) où j’étais depuis 2008 en qualité d’observatrice CNRS. Je n’étais donc ni dans la parité syndicale, ni dans la parité administrative. Le passage aux responsabilités élargies signifie, comme vient de le dire Agnès Bastien, que toute la masse financière est gérée par l’établissement. D’abord il y a eu un audit pour évaluer si l’Ecole était capable de le faire. Et il y a eu toute une série d’étapes que l’Ecole a dû passer avec succès conformément aux demandes du ministère. La masse budgétaire est gérée sur place mais en ce qui concerne la répartition des postes, on peut prendre de l’argent sur les enseignements pour embaucher des gens dans l’administration ou l’encadrement, mais on ne peut pas faire l’inverse. Autrement dit la loi LRU introduit un système de contraintes : elle donne l’autonomie mais en réalité ne donne pas l’autonomie de développer le corps enseignant sur le budget propre de l’établissement.

Robert Descimon : Oui mais ça ça va de soi !

Marie Élisabeth Ducreux : Je ne suis pas sûre car d’après ce que j’ai compris cela peut conduire à ne pas recruter un enseignant pour embaucher un autre type de personnel.

Robert Descimon : Oui bien sûr, la question va se poser probablement. Mais pour le moment elle ne se pose pas.

Marie Élisabeth Ducreux : C’est donc un problème de gouvernement qui privilégie la gouvernance et la gestion. Ainsi l’autonomie s’inscrit-elle dans une certaine forme de carcan.

Christian Jouhaud : Ce que pourrait faire l’Ecole et qu’elle a choisi de ne pas faire mais ce que font déjà certaines universités dans ce cadre là, c’est de recruter des enseignants sur des contrats de droit privé et de créer par exemple une ou plusieurs chaires prestigieuses payées à des salaires très supérieurs à ceux des enseignants titulaires. Il y a quand même à l’Ecole des instances, mais il y a aussi une assemblée générale des enseignants qui a ses limites sans doute mais qui a néanmoins son mot à dire sur des questions de cet ordre. Donc sauf s’il y avait un mouvement majoritaire parmi les enseignants de l’Ecole qui choisirait de créer une chaire Tartempion offerte à un grand universitaire avec un salaire très élevé, tant qu’il n’y a pas dans l’institution un mouvement d’opinion qui va dans ce sens, on voit mal comment cela pourrait se produire. Mais en principe ça peut se produire.

Marie Élisabeth Ducreux : C’est pour ça qu’un bon fonctionnement du dialogue entre les différentes instances de l’Ecole est important.

Bilans social et loi LRU

Agnès Bastien : Quelque chose d’important a été réalisé l’année dernière ; il faut le mentionner : c’est un premier jet de bilan social qui porte sur l’année 2010, qui doit être perfectionné pour l’année 2011, et qui devrait être rendu public sur le site de l’Ecole.

Un bilan social est le passage en revue de toutes les composantes de l’établissement, chaque année : la pyramide des âges, les domaines, les personnels et les objectifs scientifiques, les budgets. Comme exemple il y a le CNRS dont le bilan social annuel est accessible sur son site.

Christian Topalov : Est-ce que cela permet par exemple de connaître le nombre de vacataires, le nombre de gens qui sont en CDD, en CDI, c’est-à-dire tous les gens qui ne sont pas sur postes ?

Agnès Bastien : Oui mais s’agissant des vacataires, p.e., tu auras le chiffre global mais tu n’auras pas la durée des vacations par personne. Cela ne donne que des statistiques générales.

Christophe Pébarthe : La réalisation d’un bilan social est une demande de la loi LRU aux établissements. Le point intéressant est que les critères de ce bilan ne sont pas définis par la loi. Ce qui revient à dire que c’est chaque établissement qui détermine les critères qui lui conviennent. Or nous savons bien que les critères qui sont utilisés ne sont jamais neutres. Il y a les choses que l’on veut voir et les choses que l’on ne veut pas voir. À partir de ce moment-là, les réflexions que l’on peut avoir sur ce genre de document consiste à s’interroger également sur ce que ça dit, sur ce que ce ça ne dit pas. Souvent on finit par être piégé par le document lui-même qui est assez conséquent, qui comprend beaucoup d’informations. Je crois qu’il serait utile que chaque établissement, en comparant avec les bilans sociaux d’autres établissements, réfléchisse aux critères qui lui sont pertinents car je crois que derrière cette question des critères il y a naturellement des enjeux. Il est évident par exemple que la question de la pyramide des âges est une question centrale lorsqu’on raisonne en termes de RCE (Responsabilités et Compétences Elargies). Pourquoi ? Les RCE, comme cela a été dit, c’est le budget global, c’est-à-dire que désormais chaque établissement est maître de la totalité de son budget, y compris de la masse salariale. Dans le cas de la masse salariale, apparaissent les marges de manœuvre. Qu’est-ce qu’une marge de manœuvre ? C’est par exemple le fait de ne pas remplacer tout de suite un directeur d’étude et de mettre à sa place un vacataire. Or, comme l’État est censé continuer à abonder la somme qui correspond à l’embauche d’un directeur d’étude alors qu’en face on a un contractuel qui va être mal payé, la différence constitue la fameuse marge de manœuvre de l’établissement. Parmi les projections, il y a aussi la capacité à calculer la démographie et à dire combien vont partir à la retraite, donc de combien d’argent on pourrait éventuellement disposer si on ne remplaçait pas tous ces postes. Donc par exemple un critère qui peut paraître anodin, qui est l’âge moyen des directeurs d’étude de l’Ehess, peut devenir un critère permettant de calculer à l’avance la marge de manœuvre budgétaire de l’établissement dans les 10 ans à venir. Je crois que derrière cette question transparaît la façon dont les deux aspects sont adossés alors qu’a priori ce sont des choses différentes. Je crois que bien souvent on est pris par la responsabilité gestionnaire, par la responsabilité qui nous échoit quand on est élu dans tel ou tel comité ou conseil et qu’on finit parfois par abandonner cette autre casquette qui donne sens à la collégialité, qui est celle d’être des intellectuels et donc de pouvoir intervenir sur le fond, sur la production des catégories et pas simplement sur le résultat des calculs qui sont menés en les prenant pour des données objectives. Et je crois qu’il y a des choses à construire et à réfléchir sur ce plan.

Robert Descimon : Tu poses là le problème tout à fait essentiel : ce bilan social dont nous avons eu l’ébauche mériterait que l’on en fasse une étude sociologique très approfondie. Et alors ce que cela montrerait de façon absolument criante à mon sens, c’est deux choses : malgré le rapport qu’Isabelle Backouche et Christian Topalov ont fait à ce sujet, la question du genre se pose d’une façon absolument insolente dans notre établissement. L’assemblée des directeurs d’études est un club masculin ouvert aux dames, en quelque sorte ; il y en a quelques-unes, mais c’est un club masculin. Ça c’est la première chose, et j’avoue que c’est une responsabilité collective. Nous n’avons jamais vraiment débattu de cette question du rapport de genre dans notre assemblée. La seconde chose qui est également extrêmement grave, c’est que nous avons une moyenne d’âge des directeurs d’études qui est vraiment la porte ouverte sur tous les dangers. Je crois que les deux tiers des directeurs d’études ont plus de 60 ans. Je suis là depuis longtemps, j’ai été recruté relativement jeune, or je m’aperçois qu’il y a des tas de collègues à l’élection desquels j’ai assisté qui sont partis à la retraite. Ce déséquilibre de la pyramide des âges à l’Ecole va finir par nous retomber sur la tête.

Agnès Bastien : En ce qui concerne la masse salariale il faut prendre en compte une série de facteurs imprévisibles comme les risques de maladies, les congés maternité, les décès prématurés, tous ces éléments qui sont désormais à la charge de l’établissement. Dans le cadre d’une réunion interuniversitaire, j’ai appris qu’une chose n’avait pas été prise en compte, c’est que, auparavant, l’État était son propre assureur et maintenant que l’on passe aux compétences élargies, tout le budget d’assurances est à la charge des établissements. Certains établissements ont été complètement plombés par les charges d’assurance. Et ça c’est une chose dont on n’avait pas pris conscience auparavant.

La situation de l’emploi dans les conditions ouvertes par les compétences élargies

Christian Topalov : Sur la masse salariale, j’aurais quelques questions à poser et j’aimerais savoir si les membres du conseil d’administration (CA) peuvent y répondre. Est-ce que le CA est saisi de ces questions ? Les postes d’enseignants ouverts à L’Ecole pour les élections de cette année viennent d’être publiés. Est-ce que le nombre de ces postes coïncide avec le nombre des personnes parties à la retraite dans l’année précédente ? En d’autres termes, est-ce qu’un ou plusieurs des salaires dégagés par les passages à la retraite ont été transformés en autre chose qu’en postes d’enseignants-chercheurs ? Deuxième question : y a-t-il eu une augmentation significative du nombre de personnes dans les services administratifs sur contrat de droit privé, c’est-à-dire en CDD ou en CDI, pour s’occuper précisément des tâches de gestion ? Enfin, troisième question, bien que cela ne relève pas de la décision du conseil d’administration puisque ce n’est pas l’établissement qui est responsable de cette partie de la masse salariale qui se distribue dans ses murs (contrats ANR, et autres, post-docs, etc.): où en est l’inflation de jeunes chercheurs qui sont actuellement sur des postes précaires à l’Ecole des hautes études en sciences sociales ? Normalement un bilan social devrait nous permettre de savoir ça.

Nancy Green : Je n’ai jamais été confrontée à une discussion en CA où il aurait été question de savoir si des postes de directeur d’études devaient être transformés en autre chose. Mais je pense que cela a toujours existé avant, par le biais du pouvoir du président.

Christian Topalov : C’est le ministère qui décidait.

Nancy Green : Ou bien encore de transformer deux postes de maîtres de conférences en un poste de directeur d’études. Donc selon ce que j’ai compris cela n’aurait pas forcément changé avec les RCE.

Christian Topalov : L’ouverture d’un concours était auparavant une décision ministérielle, négociée, sans doute, avec le président de l’établissement. Mais maintenant c’est effectivement l’établissement qui décide, si toutefois il ne crée pas de nouveau poste de fonctionnaire, ce qui est interdit par la règle funeste de la fongibilité asymétrique.

Nancy Green : Je pense que d’après ce que l’on dit, la tendance dominante est de conserver le statu quo plutôt que de révolutionner les choses. Ce que j’ai compris c’est que le président de l’Ecole a négocié avec le ministère le nombre de postes supplémentaires nécessaires au passage aux RCE, puisqu’il s’agit d’un transfert de charge de travail du rectorat aux établissements. Je ne me rappelle pas combien de postes il a obtenus. Après, cela a déjà été dit, c’est qu’à l’avenir tout est possible. Mais pour l’instant, selon ce qu’on nous présente, c’est plutôt de garder une continuité qui est à l’ordre du jour. Pour les précaires au niveau des contrats ANR, les post-docs, ça c’est un système qui n’a rien à voir avec les compétences élargies. D’ailleurs dans le budget si j’ai compris une chose au CA, c’est effectivement que ce que donnent les compétences élargies à un établissement c’est la gestion de la masse salariale. Et c’est vrai qu’auparavant on pouvait regarder le budget de l’Ecole et ne jamais voir les employés de l’Ecole, ils n’étaient pas visibles dans le budget de l’Ecole. Maintenant ils sont visibles puisque la masse salariale se trouve dans le budget de l’établissement et tout ce qui concerne le reste ce sont des contrats de recherche. Et ce que font les gens avec les ANR, en embauchant des gens, relève du système général.

Christian Topalov : Bien sûr, mais ça peut rentrer dans le bilan social néanmoins.

Nancy Green : Ah oui. En regardant le bilan social ce qui m’a le plus frappé c’était la question démographique et les différences de carrières entre les hommes et les femmes.

Christophe Pébarthe : Une précision technique. Lorsqu’on est dans un CA on voit que la politique de l’emploi est votée de façon globale. Normalement elle doit passer d’abord au comité technique, c’était obligatoire et ensuite elle passe conseil d’administration. Mais c’est la politique d’emploi global, c’est-à-dire que cela concerne l’ensemble des emplois qui sont votés d’un coup. Et vu ce qui a été dit sur le plan démographique, pour l’instant vous n’êtes pas dans la situation d’un certain nombre d’universités qui sont en déficit puisque, si vous avez autant de directeurs d’études âgés, cela veut dire qu’à chaque fois qu’ils partent à la retraite, ils sont remplacés mécaniquement par des personnes plus jeunes, donc correspondant à un traitement plus faible et donc du coup vous êtes encore dans la situation de pouvoir lisser et ne pas voir apparaître de problèmes. Or dans beaucoup d’universités c’est l’inverse qui se passe. L’État refuse de considérer que les personnels évoluent dans la carrière et donne mécaniquement la même somme d’argent à l’université chaque année alors même qu’il y a des évolutions, qui se manifestent notamment par des changements d’échelons. L’État considère que le glissement vieillesse technicité à l’échelle de la France est égal à zéro, donc les augmentations sont compensées par les pertes et chacun se débrouille. Cela veut dire que les RCE sont une mécanique globale dont on ne ressent pas nécessairement les effets, mais la seule chose c’est que désormais les questions des postes statutaires des enseignants-chercheurs comme des Biatoss etc., peuvent devenir une variable d’ajustement dans une politique budgétaire globale. C’est cela que ça change, ça ne change pas tout de suite, mais cela veut dire que c’est une possibilité qui est ouverte alors qu’auparavant elle n’était pas offerte. On n’a pas la possibilité en conseil d’administration de dire que l’on va voter sur tel poste ou tel autre poste, on se retrouve avec le président ou la présidente qui arrive avec : « Voilà ma politique globale d’emploi », dans laquelle il y a peut-être trois ou quatre directeurs en plus, deux en moins, etc. et il/elle dit : « C’est ma politique, vous la votez parce que vous me soutenez ». C’est comme ça que ça marche. Cela rend plus difficile la possibilité de s’opposer parce qu’on n’a pas envie forcément de s’opposer à une opération conduisant à la titularisation de trois postes d’Iatoss qui se réalise avec en contrepartie la suppression d’un poste d’enseignant-chercheur. Dans la pratique c’est comme ça que ça marche, on n’arrive pas avec le vote : « voulez-vous supprimer un poste d’enseignant chercheur ? ». Parce que dans ce cas là, on connaît d’avance le résultat. On définit une politique globale d’emploi et c’est là que ça se passe.

Christian Topalov : C’est la démocratie plébiscitaire.

Christophe Pébarthe : C’est exactement ça.

Marie-Élisabeth Ducreux : Il y a une dimension qui est quand même formidable, c’est que le ministère d’un côté a donné l’autonomie à des entités qui sont des universités ou des grands établissements comme l’Ecole, mais considère que la masse globale Glissement Technicité Vieillesse recouvre toute la France ; autrement dit c’est comme si ce n’était pas chaque établissement qui avait reçu l’autonomie, et que l’on continuait d’avoir une pensée globale comme si l’État avait conservé la tutelle globale et générale sur les établissements. Le résultat est que les universités qui sont engagées dans ce processus se retrouvent maintenant sous la tutelle des rectorats.

Nancy Green : Je ne suis pas sûre que ce soit vrai parce qu’il parle d’un plafond de masse salariale.

Christophe Pébarthe : C’est un plafond d’emplois, ce n’est pas pareil. Quand on négocie le passage aux RCE il faut dire combien au maximum on peut avoir d’emplois. C’est pour éviter que par toute une série de mécanismes ce processus puisse être inflationniste. Mais évidemment aucun établissement ne peut créer un poste de fonctionnaire puisque c’est un concours national. Le plafond d’emploi sert à éviter les vagues de titularisation. Dans chaque établissement, l’État peut considérer qu’il peut y avoir un manque de personnel qu’il compensait par la somme de 25 000 € par an et par poste manquant. C’est-à-dire que l’État reconnaissait qu’il n’y avait pas assez de postes dans l’établissement et donnait de l’argent. Pour vanter les mérites des RCE et pour accompagner les établissements qui passaient aux RCE il a dit qu’il leur offrait la possibilité, sur la base de l’estimation faite par ses services, de titulariser un certain nombre de précaires en poste dans ces établissements. Par exemple, à l’université Bordeaux-III, à ce moment-là nous avions 40 emplois manquants et l’année avant les RCE le ministère a refait les calculs et en a retenu 11. Et le résultat pour ne pas être en déficit est que l’on en a titularisé 3. On est donc passé de 40 précaires reconnus à 3 titularisés. Cela a été une des carottes mises en avant pour accélérer le passage aux RCE parce que, évidemment, on s’est retrouvé avec le pistolet sur la tempe en étant confronté au fait que l’on ne pouvait pas refuser la titularisation de trois précaires. Et lorsqu’on faisait valoir qu’il y avait tous les autres, on nous répondait qu’on  en avait titularisé au moins trois. Ce qui était vrai aussi.

Pascal Cristofoli : Pour en revenir au comité technique, il s’agit d’un lieu de débat et d’information davantage que de propositions. Quelques propositions de la parité syndicale ou des amendements à des propositions de l’administration ont bien été intégrées dans les décisions du comité (sur l’organigramme, les conditions de travail, l’exercice du droit syndical, …). On peut obtenir des modifications tant que ce ne sont pas des choses vitales. C’est essentiellement l’impression que cela donne.

Robert Descimon : Je pense que le gros problème, c’est que à l’heure actuelle les RCE signifient une augmentation massive du travail de l’administration de l’Ecole, autrement dit de nos collègues Iatoss et ITA, qui est extrêmement peu compensé par les recrutements de quelque type que ce soit. Cela veut dire que la masse de travail qui s’est abattue sur nos collègues et qui a toujours été très considérable, est de plus en plus conséquente. À partir de ce moment-là, j’ai entendu dire par des collègues pas forcément favorables aux prétendues réformes, qu’à terme il ne serait peut-être pas impossible de supprimer un ou deux postes d’enseignants pour créer des postes administratifs, en particulier des postes de haut niveau. Ce n’est donc pas étonnant, vu la situation qui leur est faite, que cette idée commence à germer dans la tête d’un certain nombre de nos collègues, parce que je crois qu’il y a beaucoup de services qui à l’heure actuelle sont à l’extrême limite de leurs capacités de fonctionnement. On peut même se féliciter qu’il n’y ait pas eu un certain nombre d’erreurs de commises dont tout le monde pâtirait. C’est vraiment un problème d’une très grande acuité qui se pose là.

Il me semble que ces derniers temps toute l’administration de l’Ecole était concentrée sur l’Idex, il serait important d’avoir les dernières informations sur ce qui s’est dit en conseil scientifique.

L’avenir de l’EHESS sans Idex

Pascal Cristofoli : Lors du conseil scientifique de mardi soir dernier, le président a présenté les résultats de l’Idex et a explicité la question de ce qu’il fallait faire maintenant. Le projet d’Idex PNMU (Paris Novi Mundi Université) n’a finalement pas été retenu, et il a déclaré qu’il s’agissait d’un échec pour les porteurs du projet et pour l’Ecole. Il s’est néanmoins félicité que le projet ait été classé en tête du deuxième groupe. Il a évoqué les déséquilibres que cela peut créer vis-à-vis des autres pôles parisiens, notamment en ce qui concerne la concurrence vis-à-vis des étudiants et les implications qu’ont ces décisions politiques en la matière. A aussi été évoquée la question de savoir si le premier ministre allait faire quelque chose comme il l’a laissé entendre pour rattraper ce projet-là et un autre projet (Lyon). Le président de l’Ecole est dans l’attente des contacts avec le premier ministre. Il y a eu un certain nombre d’interventions à la suite des propos du président. Irène Bellier a demandé que soit publié le texte de l’Idex que nous n’avons toujours pas eu. On nous a dit qu’il fallait attendre un petit peu[1].

Irène Bellier : Pas seulement qu’il soit publié mais qu’il circule dans l’Ecole.

Pascal Cristofoli : Il va falloir attendre un petit peu parce qu’il faut qu’il soit traduit d’abord car le texte original est en anglais. Il sera publié sur le site de Paris Universitas et théoriquement diffusé si j’ai bien compris.

Robert Descimon : On aurait pu le lire en anglais tout de même !1

Brigitte Mazon : Le président de l’Ecole des hautes études en sciences sociales n’a pas parlé de rattrapage, on a pu comprendre qu’il s’agissait plutôt d’un lot de compensation mais le rattrapage d’un Idex cela paraît complètement hors de propos. Il faut considérer que la question des Idex est bouclée, mais pour les recalés il n’a pas parlé d’autre compensation mais de quelque chose…

Irène Bellier : J’ai noté la formule qui a été employée, c’est : « nous attendons les propositions que le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et le commissaire général à l’investissement ont à faire et examinerons leur recevabilité ». Donc c’est clairement une manière de dire que l’on attend une manne, mais à quelles conditions ?

Marie-Élisabeth Ducreux : Dans le premier message qu’il a envoyé à tout le monde,  le président de l’EHESS a bien précisé qu’il se réservait de donner des suites aux propositions du ministère en fonction de leur recevabilité (donner le titre d’Idex au projet Novi Mundi, ou seulement des compensations financières ?).

Brigitte Mazon : Non. Il n’y a pas l’ombre d’une chance de devenir un Idex. Il va négocier. On ne sait pas ce qu’il va négocier mais il va négocier quelque chose.

L’Idex : fallait-il candidater ? Faut-il regretter de ne pas l’avoir obtenu ?

Christian Jouhaud : D’une certaine manière il y a à la fois quelque chose à dire et il n’y a rien à dire du point de vue du conseil scientifique. Factuellement, ce qui s’est passé c’est que le président a fait une déclaration comme il le fait à chaque réunion du conseil scientifique : sa déclaration de politique scientifique. Il a donné les résultats de cette affaire d’Idex qui seront des résultats négatifs pour l’Ecole, du moins à l’intérieur du PRES et de ce projet baptisé « Paris Novi Mundi Université » puisque le projet n’a pas été retenu. Donc sur ce plan c’est un échec. Alors, qu’il y ait éventuellement des négociations maintenant qui consisteraient à donner quelque chose à deux projets parmi ceux qui n’ont pas été retenus parce qu’il semble que ça se soit joué à très peu de choses, peut-être qu’il y a une voix de différence dans les classements, on aura des informations plus précises un peu plus tard car il n’y a pas eu de retour encore du fameux jury international indépendant. Et en tout cas pour ce qui concerne le projet du PRES Hésam et du projet de Lyon, qui en sont les premiers recalés, effectivement le ministère envisagerait de faire quelque chose. Quoi qu’il en soit, par rapport aux règles qui étaient posées et à la définition même de l’institution d’excellence, l’Ecole n’a pas été reconnue comme une institution d’excellence. La réalité c’est que les instances, le conseil scientifique, n’ont jamais eu réellement à débattre du sujet : faut-il faire cela pour les Labex ou les Idex ou faut-il ne pas le faire, en clair ne pas y aller ? C’est une décision de la présidence de l’Ecole. Est-ce que c’est même une décision de la présidence de l’Ecole ? Ce qui aurait été une décision de la présidence de l’Ecole ça aurait été de ne pas y aller. C’est-à-dire d’affirmer une politique différente et d’en assumer la responsabilité qui aurait été de fait lourde et d’avoir une attitude qui correspond à cette affirmation. Le fait d’y aller était simplement reconnaître que l’institution était prise dans un mouvement qui au fond la dépassait. Et ce que nous a toujours dit François Weil, c’est que lui en tant que président, sur la base du mandat qu’il avait reçu, quoi qu’il pense – et sur un certain nombre de points il était personnellement hostile, je crois, à ce processus -, il ne pouvait pas prendre la responsabilité d’engager l’institution dans une position de refus.

En face de ça, ce que j’ai fait et ce qu’on a fait, c’est de faire des déclarations générales qui déplorent cette espèce de dimension inévitable de ces choix, parce qu’un des arguments les plus forts pour s’engager dans ce processus consistait à dire : « Voilà, de toute façon il va y en avoir d’autres qui vont s’y engager ; ils vont recevoir de l’argent, et l’argent qu’ils vont recevoir va leur donner les moyens d’assécher nos recrutements d’étudiants. Et si nos effectifs d’étudiants diminuent, voire dans certains secteurs disparaissent, alors à ce moment-là il est clair que le nombre de nos postes diminuera, que notre visibilité diminuera, etc. ». Donc ceux qui vont recevoir cette manne auront la puissance par exemple de distribuer beaucoup d’allocations de recherche et nous n’aurons plus le pouvoir d’en distribuer, ce qui est grave. Alors, est-ce que c’est vrai ? Est-ce que ce n’est pas vrai ? Les avis sont partagés là-dessus. Certains pensent que ceux qui ont eu l’Idex n’utiliseront pas du tout ces fonds pour créer des allocations de recherche, mais pour faire un certain nombre d’autres opérations qui semblent plus en résonance avec les choix idéologiques liés à l’Idex. Si ça se faisait, ce serait effectivement un problème. Moi, ce que j’ai dit, c’est : « Mais alors, qu’est-ce qu’on dit aux étudiants maintenant ? Qu’est-ce qu’on dit de manière à se présenter comme une institution encore susceptible d’attirer des étudiants bien que la manne financière promise ne soit pas au rendez-vous ? ». Une piste serait de dire que l’on a raté l’occasion, peut-être que l’on aurait pu, et peut-être que l’on peut encore se présenter comme une institution critique, c’est-à-dire celle qui a les ressources, avec des chercheurs, avec des laboratoires de recherche, des projets, etc., qui aurait les ressources de produire une analyse critique de tout ce processus et d’en faire une force. Voir par exemple l’impact qu’a eu le refus par les historiens des sciences d’Oxford des classements des revues, qui a contribué en grande partie à ridiculiser ce classement européen. Alors peut-être que l’Ecole des études en sciences sociales pourrait avoir cette attitude et que les autorités de l’Ecole pourraient encourager voire susciter le développement d’une pareille capacité de réflexion et de production d’une pensée et d’une parole critiques. Le problème, à ce moment-là, est qu’il faut que l’institution ait effectivement les ressources intellectuelles, la volonté de le faire et là ce n’est pas une question d’autorité dans l’Ecole, c’est une question de ce qu’est aujourd’hui la recherche, l’enseignement de la recherche et la détermination ou non des collègues. Je ne veux pas parler de ça maintenant mais peut-être plus tard si l’on a le temps on pourra d’ailleurs en dire un mot à propos d’autres sujets.

Annliese Nef : Je suis à Paris-IV-Sorbonne et nous avons la chance et le bonheur d’avoir enfin obtenu un Idex, c’est un grand bonheur ! Je fais de l’ironie car je me suis battue jusqu’au bout contre, je suis particulièrement catastrophée. Moi je peux vous donner des arguments et vous dire pourquoi c’est génial de ne pas avoir d’Idex et en particulier pour les étudiants. L’argument que vous avez énoncé est effectivement un bon argument. Mais il y en a d’autres. Par exemple, ce qu’il faut savoir c’est que l’Idex est un périmètre d’excellence au sein du PRES. La fiche de l’Idex 1 Super (porté par le PRES Paris 2-4-6-) comprend notamment un paragraphe qui explique que la sélection à l’intérieur des établissements qui forment le PRES et qui prétendent donc à l’Idex va être extrêmement dure et que l’on retiendra 40 % des forces qui sont présentes dans cet ensemble. 40 % des forces, cela veut dire aussi 40 % des étudiants, mais aussi des doctorants. Ainsi, en réalité, ce que l’on met à l’intérieur, c’est une sélection de laboratoires ; je crois que personne n’ignorait que la manne ne retomberait pas sur tout le monde, mais ça ne retombe pas non plus sur tous les étudiants. Ceci inquiète tous les étudiants du PRES en question, parce qu’ils se demandent tous s’ils font partie des 40 % ou des 60 % restants. Or quand on regarde le projet, pour la plupart ils sont en dehors, pour une raison simple : c’est que nous sommes mariés avec Paris-II et Paris-VI, où sont enseignés les sciences et le droit, et que quand on regarde les formations d’excellence, ce qu’on appelle le « collège de la Sorbonne », dans ce collège en gros pour ce qui concerne Paris-IV il y a quelques double cursus, c’est-à-dire des cursus avec Paris-VI ou Paris-II, et c’est tout. Le reste, c’est une école d’ingénierie, un internat d’excellence pour les bacheliers scientifiques, etc., soit exclusivement des formations qui ne nous concernent pas. C’est-à-dire que au fond aujourd’hui ceux qui veulent faire des humanités et des sciences sociales à Paris-IV, sont quasiment automatiquement hors Idex en fait, ce qu’aucun collègue n’a vu ! Donc il se pourrait bien que finalement l’Ehess devienne cet endroit où l’on fait des sciences sociales, dont toutes les formations soient accessibles de manière égale. Et ça, moi, ça me paraît quand même un très bon argument pour attirer des étudiants qui ne sont pas forcément tous favorables à une sélection torride qui serait faite entre eux.

Christian Jouhaud : Dans le même esprit, il se trouve que je connais un peu la situation de l’autre groupe qui a obtenu l’Idex, c’est-à-dire Paris-III, Paris-V et Paris-VII, et quelques autres institutions. Dans le dernier appel de l’Idex, on avait vivement engagé les gens qui étaient candidats à insister sur les changements de gouvernance de l’ensemble du PRES, d’une part, et d’autre part à insister sur les « vertus transformatrices » du projet. Les vertus transformatrices, dans le PRES en question, Sorbonne Paris cité, ne sont pas autre chose qu’un rapprochement entre Paris-III et Paris-VII. Dans ces deux universités il y a des départements qui sont présents dans un établissement et pas dans l’autre, mais il y a également des départements qui sont présents dans les deux et en particulier le département de littérature française. En joignant les deux départements, leurs effectifs d’étudiants, leurs effectifs d’enseignants, évidemment le résultat de tout cela c’est que les premiers se retrouvent surencadrés. En 2016, les deux départements doivent fusionner et le premier effet de cette fusion sera des disparitions d’enseignements, des redéfinitions de l’échelle des masters et à terme des suppressions de postes qui font doublon. Alors d’un côté il y aura, à l’échelle du PRES, cette manne qui est supposée arriver et, d’un autre côté, il y aura des formes de « rationalisation » de la gestion des ressources humaines qui entraîneront des conséquences qui iront dans le sens, pour certaines disciplines et certains secteurs à l’intérieur des PRES, d’un renfermement et d’une perte de crédit.

Renaud Bécot : Pour compléter un peu l’argumentaire à propos des conséquences de ces Idex pour les étudiants, il y a une première chose à remarquer qui est le fait qu’il y a eu très peu de communications autour du contenu de ces projets Idex. Il n’y a pas 5 % des étudiants de l’Ehess qui sont au courant de ce qu’étaient les enjeux de l’Idex et les conséquences qu’il pouvait avoir pour les doctorants. Le fait qu’il y ait eu si peu de communication de la part des promoteurs du projet peut déjà permettre de mettre en doute qu’il s’agissait de quelque chose de profitable aux étudiants, comme les promoteurs du projet voulaient parfois le faire croire. Si vraiment c’était quelque chose qui devait leur être profitable, y compris au niveau des allocations de recherche, il y aurait eu plus de communication de la part des responsables de ce projet. C’est un premier argument.

Parmi les arguments qui étaient plus liés au contenu du projet, il y en a un qui est lié à la structure formelle du projet tel qu’il a été présenté dans les différents conseils. Il s’agit de la création de ce qui a été présenté par les penseurs des projets Idex comme des « périmètres d’excellence » pour la formation et la recherche. Or quand on parle de « périmètre », cela veut dire qu’il y a des gens qui sont à l’intérieur de ce périmètre et que d’autres en sont exclus. Cela pose forcément la question de l’exclusion des étudiants face à des politiques dites d’excellence.

Traditionnellement, dans le syndicalisme étudiant, la critique faite aux institutions universitaires est posée en termes de reproduction des inégalités et de système de sélection sociale. Il s’agit de critiques faites à des mécanismes implicites, qui ne disent pas d’eux-mêmes qu’ils pratiquent la sélection en fonction des origines sociales des étudiants. Or, quand l’université se met d’elle-même à parler d’un « périmètre d’excellence », ce n’est même plus en termes de sélection sociale qu’il faut parler, mais d’une forme de ségrégation. Le vocabulaire employé montre clairement qu’il y avait une volonté de créer une séparation entre étudiants et d’en exclure un certain nombre. Sur les chiffres concrets, ce n’est pas aussi élevé que ce qu’il y avait a priori sur le PRES de Paris-IV.

Il faudrait vérifier si les chiffres annoncés lors du CA du PRES Hésam de septembre 2011 sont dignes de confiance ou non, lorsque le projet sera publiquement diffusé, mais l’annonce était que le « périmètre d’excellence » exclurait 10 à 20% des étudiants de master et de doctorat, et plus de 80% des étudiants de premier cycle (l’excellence toucherait 3000 étudiants de premier cycle, alors que ces étudiants fournissent un effectif important au PRES avec la présence des premiers cycles de Paris 1).  Il y avait donc des chiffres d’exclusion qui étaient assez élevés pour le PRES Hésam.

Annliese Nef : Je me permets de dire qu’en général les doctorants qui étaient concernés, c’était les doctorants Labex. C’est-à-dire que ce sont eux qui font partie du périmètre d’excellence, ce ne sont pas les autres. Et ça c’est vrai partout, ce n’est pas vrai que pour Paris-IV. Parce qu’il faut chaque fois un critère de sélection. Le seul pour les doctorants c’est en gros le fait qu’ils soient rattachés à un Labex ou pas.

Renaud Bécot : Il y a un deuxième argument par rapport au contenu de l’Idex. Celui que je viens d’énoncer est lié à la structure même du projet de l’Idex. Il y en a un autre qui est davantage lié au contexte général dans lequel apparaissent ces projets Idex, qui est l’évolution de la sociologie de la population étudiante ces dernières années. Depuis la mise en place de la LRU on a constaté une diminution de 4% des étudiants issus des classes populaires, parmi l’ensemble de la population étudiante, selon les chiffres 2011 de l’observatoire de la vie étudiante. Cela montre aussi que progressivement il y a une exclusion de fait qui se fait parmi les étudiants et qui sera encore accrue par cette logique de l’Idex. Il y a donc des arguments que l’on peut opposer à ce projet Idex, face à ceux qui ont pu être avancés par les promoteurs du projet, lorsqu’ils affirmaient que cela se faisait dans l’intérêt des étudiants, sans avoir pris le temps de les consulter par ailleurs.

La préparation du projet d’Idex et la logique du secret

Irène Bellier : Ce que je voulais ajouter à propos de ces défauts de communication autour de l’Idex, c’est que à chaque fois que l’on a demandé à avoir le texte, il était rapporté que le président en avait donné une présentation très exacte et très fidèle et donc c’est quand même très gênant d’avoir ce décalage entre un texte et une présentation.

Ensuite ce que l’on voit c’est que ce projet est construit par une équipe resserrée autour du président qui a associé certaines personnes, certains centres, certaines unités, mais pas tout le monde. Donc déjà les logiques d’exclusion sont à l’œuvre dans la construction du projet lui-même. On a des bribes d’information qui surgissent comme ça lors des questions qui sont posées incidemment. Parmi ces bribes d’information on saura par exemple que dans le document qui va être publié sur le site de l’Ecole, il n’y aura pas les annexes financières, on ne sait pas pour quelle raison. Ce que l’on sait, c’est que la manne financière qui va être distribuée génère des intérêts. Donc a priori on calcule sur des sommes de 25 millions d’euros d’intérêts par an qui sont répartis au niveau du PRES. Ce qui retombe sur l’Ehess on n’en sait rien, on ne connaît pas plus les modes de partage.

Ce que l’on voit également c’est qu’il y a une claire ingérence du politique, y compris dans les formulations du président, lorsqu’il dit que le premier ministre veut trouver les moyens de faire reconnaître l’extrême qualité du projet porté par le PRES Hésam. Je me demande comment le premier ministre peut être au courant « de l’extrême qualité du projet » ? Cela veut dire qu’il l’a eu effectivement dans les mains ? Or normalement le processus du jury international indépendant, etc., n’implique pas le premier ministre. Ce que l’on apprend également en glanant des informations ici ou là c’est que dans le projet de restructuration dont Christian Topalov a parlé, il s’agit en effet de faire de grandes universités confédérales. Donc chacun des projets retenus a donné lieu à la constitution de grandes universités confédérales sur la forme desquelles on n’a aucune idée. Mais ce qui a été mentionné à l’occasion incidente d’une réponse du président, c’est qu’au fond il fallait protéger l’Ecole et la formation à la recherche et la faire évoluer, que les rapprochements avec l’EPHE et l’EFE0 ne sont pas de nature à changer la pratique scientifique, mais que l’Ecole est en limite de capacité. On a donc ce genre de propositions qui arrivent et on est complètement démunis pour penser l’évolution de l’Ecole. Ce que je voulais rajouter est que ce qui a été mentionné à propos des étudiants c’était seulement la possibilité d’avoir plus de bourses et d’allocations doctorales, c’est la seule manière dont les étudiants sont entrés dans la présentation du projet. Et évidemment le nombre des allocations en question n’est pas non plus colossal. Simplement, c’était des effets d’orientation : soit ce sont les autres qui ont la manne financière et l’Ehess en est dépourvue, soit c’est à l’Ehess qu’échoit la gestion de cette manne et par conséquent elle en dépossède les autres. En gros, c’était ça la question autour du fait que l’on est le seul projet qui portait des sciences humaines et sociales.

Barbara Glowczewski : Du point de vue de la présentation de l’IDEX  donnée au CA, ce qui m’a le plus choqué c’était justement que ce  n’était pas que les sciences humaines et sociales, mais l’idée, telle  que présentée, était qu’il fallait changer d’époque et faire appel au  design et au management : un tiers/deux tiers. Les propositions aussi  de masters pour que les étudiants soient plus efficaces (en management  de leurs recherches SHS) et pour que la communication (des recherches)  soit plus efficace ; il y avait tout ça qui était porté dans l’IDEX,  qui prévoyait aussi un grand budget pour la comm’, et pour le site  Internet dont il fallait extérioriser la conception à l’étranger parce  qu’ « évidemment » ce serait mieux que les sites Internet développés ici  en France (alors que les enseignants chercheurs de l’EHESS bénéficient  depuis des années de la mise en valeur en 7 langues de l’équipe ESCOM  de la FMSH, qui a conçu et indexe sans cesse les Archives audiovisuelles de la recherche) ; on nous a dit tout ça quand même au  CA ! On en a discuté longuement.

Les choses qui se passent au CA et aux conseils scientifiques sont  censés être confidentielles, mais dans ce séminaire, on s’est engagés  en tant que syndiqués à rendre compte.

Robert Descimon : C’est nullement confidentiel puisque les élus se sont engagés. Et je vous rappelle que François Weil a convoqué une assemblée des enseignants à votre initiative. Et je vous rassure, les enseignants n’étaient pas plus au courant que les autres catégories : les étudiants, les Iatoss etc., sauf ceux qui voulaient s’y intéresser un peu. Le premier argument que le président de l’Ecole nous a donné contre cette demande, c’est que : « vous avez des élus pour vous rendre compte ». Alors, non, on ne peut pas considérer que ce qui se dit dans les instances est confidentiel, je ne le crois pas. D’ailleurs il y a des comptes rendus.

Annliese Nef : Sûrement pas, c’est bien pour ça qu’il y a des PV qui sont votés.

Robert Descimon : Oui il y a des PV qui rendent les choses officielles.

Un jury international indépendant ?

Christian Topalov : J’avais bien le sentiment avant de venir ici qu’on l’avait échappé belle et je découvre à quel point c’est vrai. Dans la situation actuelle je crois qu’il y a une chose qui va être très intéressante, c’est de prendre connaissance et d’analyser de façon approfondie le projet que notre président a porté au nom du PRES Hésam dans cette affaire. Je crois qu’il faut que l’on rentre dans les contenus. Sans doute, les contenus, ce n’est ici que du papier parce que la suite dépendait de toute façon des rapports de force entre les entités en concurrence généralisée. Mais néanmoins rien que le papier va être extrêmement intéressant. N’oublions pas que François Weil et son équipe ont beaucoup travaillé avec un cabinet conseil qui leur a appris la novlangue dont ils avaient besoin pour convaincre le fameux jury. Sur ce point François a été très explicite en cours de l’assemblée des enseignants de novembre, il a bien écouté le jury lui expliquer ce qu’il voulait et a répondu : « Pas de problème, on va le faire ». Exemple : le président du jury, qui est à la tête de l’association européenne des universités, est un théoricien éminent de la « démarche qualité » dans les universités. Ce Monsieur dit à François Weil : « Et la démarche qualité, vous l’avez prise en compte ? ». Et François Weil nous dit lui avoir répondu : « En effet, peut-être que nous avons sous-estimé cet aspect, mais dans la seconde version du dossier nous y viendrons ». Plus sérieusement encore, en matière de politique des ressources humaines : « on n’avait pas prévu dans le premier projet des contrats de droit privé, notamment pour des profils internationaux, dans le second projet, nous a dit François Weil, nous l’avons fait, tout simplement ».

Quel était donc le rôle de ce jury ? Ce n’était pas de décider. Les décisions, soyons sérieux, étaient intégralement politiques, personne ne se fait aucune illusion là-dessus. Les membres du jury sont donc des potiches, mais des potiches utiles parce qu’ils ont pour rôle d’assurer la soumission de détail. En d’autres termes, que le ministre ait décidé de tel Idex, c’est une condition nécessaire mais ce n’est pas une condition suffisante pour qu’il soit sélectionné. Il faut aussi courber la tête le plus bas possible. Le job du jury, et je suppose qu’il était assez bien payé pour ça, c’était précisément d’obtenir que tous les aspects du projet correspondent à l’idéologie du « nouveau management public ». Nous allons bientôt découvrir le pot aux roses, c’est-à-dire le texte, et cela va être prodigieux. On va voir ce qu’aurait été cet « institut de l’innovation » que nous, Ecole des hautes études en sciences sociales – imaginez ! -, nous étions censés porter. Il nous faudra faire le même travail avec les autres projets d’Idex, notamment ceux qui ont été retenus, comme celui de Paris-IV et compagnie. Ce sera très intéressant, car nous verrons dans quel monde tous ces projets veulent nous faire entrer. Il y a un postulat dans la presse – enfin dans cette presse qui ne nous est pas tellement sympathique bien sûr- qui fait dire à celle-ci que : « ce sont des jurys internationaux qui ont décidé ». Il faut, je crois, dégonfler cette baudruche et montrer les conséquences de cette procédure. Je pense que nous trouverons dans ces projets des choses absolument abominables : ce qu’ils appellent « gouvernance », notamment, mais aussi les statuts du personnel et, surtout, la soumission des contenus de science et des choix pédagogiques aux préférences du pouvoir politique. Nous verrons s’il y a aussi des choses bien, après tout il ne faut pas avoir trop de préjugés. Donc je crois que nous avons ce travail à faire.

Un mot encore : sur le court terme, quelle position prendre, maintenant que l’hypothèque de Novi Mundi est levée ? Il me semble que notre établissement a les capacités de tenir une ligne qui tourne le dos aux orientations qu’on voulait lui faire prendre, c’est-à-dire une ligne de coopération tous azimuts. En d’autres termes, nous sommes capables de montrer que nous refusons la logique de la compétition de tous contre tous, que nous sommes capables de promouvoir des coopérations même si elles vont contre le sens de l’histoire aujourd’hui. Je prends un exemple très simple : l’ENS (Ecole Normale Supérieure) est partie sur une plaque continentale et nous sur une autre, c’est très clair. Eh bien, faire tenir nos coopérations avec les collègues de l’ENS, c’est un point stratégique pour montrer ce que l’on peut encore faire. Et il y en a bien d’autres dans lesquelles l’Ecole est engagée avec des entités qui sont aujourd’hui supposées entrer en guerre avec nous. Tenons bon. À l’intérieur même de l’établissement, il faudrait aussi que l’on organise ou préserve des coopérations qui sont en train de se déliter. Ceux d’entre nous qui ont des Labex peuvent espérer avoir quelques sous un jour, oui mais tous les autres ? Et si on organisait au sein de l’Ecole des redistributions de ressources, dans le cadre permis par les règlements – le gouvernement n’est pas stupide et il ne nous laisse pas la bride sur le cou ? Pourquoi les centres ne bénéficieraient-ils pas d’un pourcentage donné des contrats ANR et autres ? Pourquoi l’établissement ne prendrait-il pas une délibération recommandant à ses unités de ne pas autoriser des compléments de traitement financés par les contrats ? On a sur ces points qui apparaissent comme des détails la possibilité de montrer qu’une autre université, celle que nous aimons, peut encore survivre dans ce monde hostile.

Idex et Labex : l’instauration d’une structure contraignante et liberticide ?

Christophe Pébarthe : Moi aussi j’ai la chance d’être dans un Idex et je suis même dans un Labex. Je voulais partir de ça pour vous dire déjà comment cela se traduit pour moi dans ma pratique d’enseignant-chercheur pour vous rassurer. L’Idex, pour faire vite, c’est une machine à transformer durablement- alors que l’Idex est censée être un fonds temporaire, même si c’est sur un moyen terme. Dans le cas de Bordeaux-III, c’est très intéressant car au fond il y a deux logiques concurrentes : il y a un tropisme vers la fusion qui se traduirait par un grand établissement unique dans lequel mon université, Bordeaux-III, lettres et sciences humaines, ne veut pas entrer. Déjà il y a la pression de l’Idex car on nous dit que nous sommes engagés dans une gouvernance resserrée, efficace. Vous savez bien qu’efficace et resserrée, ça veut dire moins de débats possible, moins de gens qui décident et une plus grande opacité ; c’est la contrepartie à l’efficacité et à la rapidité proclamées. A Bordeaux-III nous résistons car nous ne rentrons pas dans cette fusion qui est censée être la forme institutionnelle permettant à l’Idex d’entrer pleinement en action. Et il y a le deuxième rideau, si j’ose dire, qui est le PRES. Parce que ce n’est pas grave. Même si l’on ne rentre pas dans une fusion, il y a la deuxième logique qui est celle d’un PRES, qui autorise à peu près les mêmes choses que l’établissement fusionné. C’est-à-dire que l’on refuse l’établissement fusionné, mais qu’en réalité, par l’intermédiaire d’un PRES, vu les souplesses que ce genre de statut autorise, on peut avoir exactement la même chose malgré tout. Donc voilà où on en est. Ce qui veut dire que la démarche qualité que nous refusons à Bordeaux-III, puisque nous avons refusé la charte qui la faisait figurer de façon explicite pour l’évaluation des enseignants et des enseignements dans le cadre du projet fusionné, nous la récupérerons à travers le PRES, puisque cela fait partie des règles de fonctionnement du PRES. Vous voyez, vous dites non mais vous l’avez encore en deuxième essai et c’est en quelque sorte inévitable. Ça, cela concernait la question de l’Idex.

Maintenant pour le Labex. J’ai la chance d’être dans un Labex et je peux vous dire comment ça fonctionne. Je suis membre du conseil de mon laboratoire. Ce sont trois laboratoires qui sont réunis dans le cadre de ce Labex. J’ai appris par hasard qu’il y avait un « steering commitee » comme on dit, un comité de directeurs, dont les membres ont été désignés par la directrice de mon laboratoire et, à l’inverse de l’Idex, l’argent est déjà là, il y a déjà eu un appel à projet à terme, donc nous sommes tous en concurrence les uns avec les autres. De fait, c’est une formidable machine à exclure, car vous comprenez bien que dans ces deux logiques là tout le monde n’est pas à se distribuer de façon égalitaire la manne qui vient du Labex. C’est au contraire une formidable machine pour exclure les collègues qui pour diverses raisons ne sont pas bien vus par la directrice, puisque c’est comme ça que ça se traduit in fine évidemment. Là la logique scientifique etc. disparaît. C’est aussi un moyen de rétorsion contre ceux qui se seraient « mal conduits » aux conseils de laboratoire. Voilà donc dans quelles logiques cela nous fait entrer. Derrière le Labex ou l’Idex qui semblait être un statut qui rassemblerait toute une communauté universitaire, c’est en réalité une machine de guerre dans laquelle faire rentrer à la fois une gouvernance resserrée et la concurrence des uns contre les autres. Ce qui m’amène à prolonger ce qu’a dit Christian Jouhaud, parce que c’est vrai que je crois qu’il faut l’exprimer de façon peut-être un petit peu différente. Vous avez dit que peut-être fallait-il que l’Ecole se positionne de façon critique. Je pense que c’est vrai mais je pense que cela fait trop longtemps que les sciences humaines et sociales sont enfermées dans ce rôle de critique comme si notre seule raison d’être devait être toujours de contester ce qui se passe. Je sais que ce n’est pas ce que vous voulez dire mais

Christian Jouhaud : Je dis que c’est sa première raison d’être.

Christophe Pébarthe : Je ne dis pas le contraire mais je dis simplement que je crois que quel que soit le pouvoir en place et quel que soit le bien ou le mal qu’il nous ferait, que la dimension critique des sciences humaines et sociales reste première, de ce point de vue nous sommes absolument d’accord. Je crois que cela doit nous amener à réinterroger, singulièrement ici, parce que je trouve que la structure le permet, les finalités que nous sommes capables de donner à un enseignement de sciences sociales, de sciences humaines etc. Et je pense que c’est ça la question : c’est, à la limite, de sortir autant que faire se peut d’un cadre proposé, que ce soit un cadre critique ou un cadre d’accompagnement des mesures qui nous sont faites, pour proposer notre propre chemin. Au fond, il s’agit de proposer une autonomie, si j’ose dire, à la Bourdieu, dans Science de la science et réflexivité[2], qui est de se doter nous-mêmes de notre programme, de notre feuille de route, etc. Et je pense que c’est la condition pour sortir de la route de la servitude qui nous est proposée. Car derrière tous les milliers d’euros qui nous sont proposés, c’est ni plus ni moins ce qui a été dit tout à l’heure, à travers des détails, la route de la servitude. On voit bien que dès qu’on a mis un petit orteil sur le chemin, en réalité on est déjà en train de courir sur la route parce que les autres sont là, parce que la concurrence est là, parce qu’ils vont prendre des étudiants, ils vont prendre des budgets, etc. Nous voyons très bien comment ça fonctionne. Je crois que c’est bien d’une résistance globale qu’il s’agit. Il me semble que la seule façon de résister de façon efficace est bien d’élaborer un projet qui soit radicalement différent, qui soit tellement radicalement différent qu’il n’est même plus besoin de s’exprimer en opposition au projet qui est proposé. Je pense que c’est un des chemins que nous devrions essayer de tenter, qui n’est pas facile mais qui est au fond aussi une façon d’anticiper les attaques qui ne manqueront pas de venir à la suite. Anticiper les prochaines attaques, c’est précisément de nous donner d’autres objectifs et d’autres finalités.

Pauline Delage : Je voulais juste souligner qu’à mon avis il y avait plusieurs niveaux de vigilance à partir de ce que vous venez de dire. Je crois que le travail de décorticage ne doit pas seulement se faire au niveau du projet de l’Idex mais aussi de ce qui va être proposé maintenant dans les conseils scientifiques et dans les conseils d’administration dans la mesure où comme l’Idex nous avait été présenté comme la seul alternative possible et que si l’on n’avait pas l’Idex, en gros on allait plus avoir d’argent on allait mourir, il n’y aurait plus de contrats doctoraux, ce serait terrible. J’imagine qu’il va falloir être très vigilants dans les conseils pour faire attention aux micro-réformes budgétaires et gestionnaires qui vont être mises en place et qui vont nous mener progressivement vers le chemin de la servitude, comme vous venez de dire. Notamment il y a des choses qui sont discutées de temps en temps en conseil scientifique par exemple, et je pense qu’il faut être très vigilant par rapport à ça, notamment le fait qu’il y ait des écoles d’été à l’Ehess qui sont payantes. On nous répond que c’est le moins cher possible, c’est abordable pour les étudiants. Mais le fait est que nous sommes dans un établissement public et qu’il y a des cours qui sont en train d’être dispensés selon une logique issu du secteur privé. Je suis désolé, la logique même est inacceptable et il faudrait que l’on s’y oppose fermement. Il y a aussi l’idée qui est avancée par certains selon laquelle il y aurait trop d’aides qui seraient attribuées aux étudiants pour leur éviter de payer leurs frais de scolarité à l’Ehess. Le risque de ces histoires que l’on entend dire en conseil scientifique est de conduire à ne plus attribuer ces aides automatiquement à ceux qui en ont besoin. À mon avis il nous incombe de regarder en détail ce qui va nous être proposé et de nous y opposer fermement. Et je pense que si on est venu ce soir c’est aussi parce qu’il nous semble qu’il va falloir que l’on arrive à travailler ensemble entre élus. Car nous, en tant qu’étudiants, c’est quand même très difficile d’être dans les conseils et notamment dans le conseil scientifique où je suis la seule représentante étudiante. Donc arriver à porter une voix c’est quand même très délicat. En plus je suis une fille et il y a une majorité d’hommes, enfin bref il y a plein de choses qui jouent et qui font que c’est quand même difficile d’arriver à dire : « je ne suis pas d’accord ». Donc ce serait peut-être pas mal que l’on arrive à travailler réellement dans les conseils d’administration et scientifique pour faire très attention à ce qui va être proposé dans les mois à venir. Et par ailleurs après il y a quand même un autre niveau, qui est un niveau de diffusion d’informations et de mobilisation contre les Idex tels qu’ils ont été proposés, tels qu’ils sont mis en œuvre après. C’est l’occasion, maintenant que la campagne des Idex est arrivée à son terme, de montrer qu’est-ce que c’est les Idex, d’expliquer ce que c’est et dans quoi ça s’inscrit réellement dans une démarche que l’on se doit de refuser actuellement. Donc il me semble qu’il y a plusieurs niveaux de mobilisation qu’il faut essayer de reconstruire et qui constitue un travail nécessaire.

Irène Bellier : A propos des mobilisations à venir et d’anticipation, on est dans la phase du quinquennal, on a le gros pensum AERES qui s’impose dans les restructurations à venir. L’Ecole parle déjà des restructurations possibles, comme des opportunités associées à ces moments d’évaluation de l’entité par l’AERES. Il y a là des éléments de réorganisation interne qui vont se présenter. J’ai été frappée par la réponse qui a été donnée à une question que j’ai posée à propos de la stratégie que l’Ecole devrait envisager de tenir vis-à-vis de l’autoévaluation. On a vu des mécanismes passés lors du précédent quinquennal. Ils reviennent en force avec le mécanisme « Swot » (pour l’analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces) auxquelles l’établissement est confronté. La réponse qui a été faite à ma question est que cela ne nous concerne pas vraiment parce que nous sommes forts et excellents. Or je pense qu’il faut avoir une attitude générale de résistance vis-à-vis de cette question de l’autoévaluation puisque, au fond, ce qui est en jeu c’est l’adéquation des moyens humains et financiers aux objectifs scientifiques. Or on n’a aucun moyen au niveau des centres de recherche de peser sur les moyens humains et financiers ; on ne peut pas définir nos objectifs en fonction des moyens que l’on voudrait mettre, autres que contractuels. Il y a quand même là des éléments qui sont objectivement contraignants d’un exercice à l’autre. Je pense qu’il faudrait réfléchir à ce genre de problème.

Résister ?

Mary Picone : Et combien de personnes seraient prêtes à refuser de se soumettre à cette autoévaluation ?

Christian Jouhaud : ça c’est une bonne question.

Irène Bellier : C’est difficile à évaluer.

Christian Jouhaud : C’est une très bonne question. Moi ce que je constate, c’est la puissance de pénétration de l’idéologie du tous contre tous, du « je gère mon budget ». On peut accuser l’autorité, la présidence, etc.  Moi ce que je constate c’est l’enthousiasme de certains collègues pour ce système et puis la masse de ceux qui ne sont pas enthousiastes mais qui sont quand même, quand ça leur fait du bien, plutôt contents. On n’a pas encore parlé des primes d’excellence scientifique. Personne n’est obligé d’être candidat pour obtenir une prime d’excellence scientifique. Or ce que l’on constate au conseil scientifique, c’est qu’il y a de nombreux candidats pour les primes d’excellence scientifique, tous horizons politiques confondus.

Christian Topalov évoquait, c’est une excellente idée, la possibilité d’un partage, c’est-à-dire d’une péréquation des fonds qui sont obtenus sur des programmes de recherche. Mais qui est prêt à faire ça ? Lequel de nos collègues est prêt à renoncer à une partie de son budget ? Ce que je constate, c’est qu’au niveau de la politique des ressources humaines comme on dit, ce n’est pas l’institution en tant que telle qui est la plus féroce sur ce plan-là. Il y a des comportements rationnels qui se mettent en place au niveau de l’institution. En revanche, on entend de la part de collègues qui recrutent des vacataires pour leurs magnifiques programmes européens, leurs ANR, etc., des propos invraisemblables. Et ils s’accrochent à leurs sous, ils se transforment en petits chefs d’entreprise avec un enthousiasme formidable. C’est cela qu’il nous faut regarder en face. Alors ce n’est pas le cas de tous heureusement. On a eu en conseil scientifique une démonstration formidable de la part d’un collègue d’un laboratoire d’économie en région qui est venu présenter son laboratoire. C’était une expérience extraordinaire car ce collègue avait complètement intégré toutes les normes, tout le vocabulaire du management dans l’air du temps. Si bien qu’il était comme un poisson dans l’eau dans les questions d’autoévaluation. Il nous a présenté ainsi quels étaient les « points faibles » de son laboratoire, etc. Cette présentation avait quelque chose de théâtral voire de comique et de grotesque. Mais c’est la réalité. C’est un laboratoire performant, qui a des crédits, etc.

Alors je voudrais quand même attirer votre attention là-dessus : comment se comportent les porteurs de projets ? Réfléchissons à ça, observons comment ils se comportent. Alors, voilà, pensons à ça. C’est une attitude facile au fond à l’Ecole de critiquer la présidence par exemple puis derrière ces dénonciations de pratiquer tous les comportements peu glorieux qui peuvent être pratiqués. Alors il y a un autre problème dont on pourrait dire qu’il ne nous revient pas de résoudre qui est présent à l’Ecole et peut-être ailleurs, qui est la montée d’une espèce d’individualisme qui fait qu’un certain nombre de collègues ne remplissent aucune des tâches qui appartiennent normalement à leur mission, à qui il faut écrire quatre fois pour obtenir un compte rendu d’enseignement, huit fois pour avoir les rapports de thèse, etc. Et ça c’est une question qui doit quand même nous interpeller comme on dit : pourquoi est-ce qu’on laisse dans notre milieu, et nous tous, tout ça pénétrer si facilement ? Et comment pourrions-nous faire pour l’empêcher de nous gagner tous et de nous faire parler cette langue ? On peut dire que : « Moi, je ne parlerai jamais cette langue ! ». Mais dès qu’il y a de l’argent ou du pouvoir qui tombe, on s’aperçoit que les collègues se mettent à la parler cette langue.

Le langage et les pratiques managériales dans l’enseignement supérieur et la recherche

Christian Topalov : Après ce que vient de dire Christian Jouhaud, c’est un peu difficile d’intervenir, mais disons que je ne partage pas ce pessimisme. C’est peut-être parce que je suis sociologue, mais je pense que les acteurs que nous sommes travaillent dans un cadre institutionnel qui s’impose à eux et que l’insurrection morale est une position qui ne peut être partagée par le plus grand nombre. Aussi longtemps que nos collègues n’imaginent pas que ce cadre est fragile, tant qu’ils le pensent comme éternel, eh bien, ils y adaptent leurs pratiques, sans nécessairement en épouser les normes. Sur la question de la langue, par exemple, je suis frappé de ce que notre président, lorsqu’il nous a présenté son projet d’Idex, il en a fait une traduction devant l’assemblée : ce n’était pas une traduction de l’anglais, mais une traduction dans le langage normal des scientifiques que nous sommes.  Cela veut dire quand même que notre président aurait honte de nous parler comme il a parlé à ses juges du « jury international ». Que ce double langage soit encore nécessaire, c’est plutôt réconfortant.

Marie-Élisabeth Ducreux : Sur la prime d’excellence scientifique, 20 % des chercheurs en SHS en ont fait la demande. Ce sont les chercheurs des sciences humaines et sociales qui demandent le moins à en bénéficier. Les sections du comité national du CNRS qui auraient dû faire les classements et ont refusé de les faire ont aussi décidé de ne pas participer au comité d’attribution organisé maintenant au sein des différents instituts du CNRS, et les présidents de ces sections, au moins en SHS, ont décidé d’assister eux-mêmes ou de se faire représenter aux réunions du comité d’attribution de l’InSHS en tant qu’observateurs. Ce que j’ai été deux fois. En SHS, il y a très peu de primes parce que le nombre de primes attribuées à chaque section dépend du nombre de demandes. En plus, ce comité n’est pas libre d’attribuer des primes comme il l’entend, le ministère lui impose certaines règles : les gens qui ont obtenu dans l’année un prix de l’Académie sont automatiquement bénéficiaires d’une prime de 7000 euros, si je ne me trompe  (il me semble qu’il y a 3 montants de prime : celle de 15 000 euros étant réservée aux médailles de type médaille Fields, prix Nobel, etc., celles de 7000 euros, celles de 3500 euros). L’institut SHS a la possibilité de diviser les primes de 7000 euros en primes de 3500 euros. Actuellement, très peu de chercheurs demandent la PES en SHS et comme le nombre de PES possibles dans une section est proportionnelle au nombre de chercheurs qui la demandent, il y a en fait peu de primes attribuées en SHS. Dans ma section, en 2011,  il y avait quatre primes possibles  car seulement 17 collègues l’avaient demandée.

Irène Bellier : Je crois que le président a parfaitement incorporé le langage managérial. Il nous a expliqué qu’il a lui-même procédé à l’écriture du projet en anglais, langue qu’il maîtrise parfaitement. Ce qui lui a permis d’aller plus directement au point visé de la gouvernance, de l’organisation interne, etc. cela a été dit à un moment donné dans l’une des présentations du texte que nous n’avons pas eu sous les yeux. Le président se présente également en protecteur de l’établissement, c’est-à-dire que c’est le « bon père de famille » qui porte l’établissement, qui vise à en défendre les intérêts contre vents et marées. Par ailleurs, ce à quoi il me semble bon de réfléchir dans ce cadre-là, c’est au fait que le conseil scientifique comme le conseil d’administration ne me semblent pas capables de jouer le rôle de contre-pouvoir qu’il serait indispensable de développer dans le cadre du passage aux RCE. Et je pense qu’il faut que l’on s’interroge sur les modalités et les moyens que l’on pourrait avoir pour développer des contre-pouvoirs, sur l’examen des budgets par exemple, sur l’examen des dispositifs. On apprend tout au dernier moment, on n’a pas le temps d’instruire des questions, on n’a pas le temps d’établir des relations entre nous pour savoir quel est le fond du problème à traiter et je pense que c’est un problème important. Enfin juste pour conclure, l’assemblée des enseignants aura la question de l’Idex sous les yeux au mois de mars prochain. Donc ces membres, c’est-à-dire ceux qui font partie de l’assemblée des enseignants de l’Ehess, peuvent encore en discuter.


[1] Il est désormais accessible ici http://www.hesam.eu/hesamfrancais/index.html#/accueil Cliquer dans la colonne de gauche, en bas sur le logo Paris Novi Mundi Université

[2] Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Raisons d’agir, 2001

  1. rires dans la salle []

Annonce 7° séance séminaire : Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (2) : Le Front de Gauche (Parti Communiste Français et Parti de Gauche)

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif

2e et 4e jeudis du mois, de 17 h à 19 h

(salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris)

Septième séance

Jeudi 23 février 2012

Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (2) :

Le Front de Gauche (Parti Communiste Français, Parti de Gauche, la  Gauche unitaire,

République et socialisme, Convergences et alternative, le Parti communiste des ouvriers de France et

la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE))

 

Beaucoup considèrent que les partis d’opposition auront pour responsabilité, en cas de succès électoral en 2012, d’entreprendre une reconstruction de l’enseignement supérieur et de la recherche. Qu’une l’alternance politique aboutisse à un véritable changement de cap dépendra beaucoup de l’action du monde universitaire, mais dépendra aussi pour une part de ces partis. Nous demanderons successivement à chacun d’eux d’exposer leur programme pour l’ESR et de répondre à nos questions. Elles seront précises et sans complaisance.

Débat avec :

Pierre Chantelot, parti de gauche

Bernard Geay, comité de campagne de M. Mélenchon, sociologue

Olivier Gebhurer, parti communiste français, mathématicien commission d’enseignement du PCF

Marion Guenot, union des étudiants communistes

Patrice Perdereau, parti de gauche

Marine Roussillon, parti communiste français, littérature française, section éducation du PCF

**

À consulter: le programme du Front de Gauche « L’humain d’abord » téléchargeable sur
http://www.placeaupeuple2012.fr/telechargez-le-programme-populaire-partage/

**

Modérateur : Robert Descimon

**

Des comptes-rendus et fichiers audio des séances des années 2009-2011 et

des premières séances 2011-2012 sont disponibles sur http://pds.hypotheses.org

 

de la part de:Michel Agier (DE EHESS),Michel Barthélémy (CR CNRS),

Claude Calame (DE EHESS), Robert Descimon (DE EHESS), Sophie Desrosiers

(MC EHESS), Mary Picone (MC EHESS), Sylvain Piron (MC EHESS), Christian

Topalov (DE EHESS)

 

Adresses électroniques de contact : agier(at)ehess.fr,

descimon(at)ehess.fr, topalov(at)ehess.fr

 

Et après ?

– séance du mardi 6 mars 2012 (attention modification du jour)

Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis

politiques (2) :

Le Parti Socialiste

– séance du 22 mars 2012

L’université et la recherche en questions

séance du 12 avril 2012/

Formation des enseignants-éducation: bilan et perspectives

Verbatim de la 5° séance « Après l’AERES, quoi ? »-260112

Christian Topalov : Bienvenue donc à cette cinquième séance du séminaire « politiques des sciences ».  Comme vous le savez nous avons pour thème aujourd’hui « après l’AERES, quoi ? ». Nous allons donc réfléchir à l’évaluation, évaluer l’évaluation et puis peut-être rêver d’un autre monde que celui qui prévaut aujourd’hui autour de ces pratiques contestées.

Pour nous aider à élaborer cette réflexion, autour de cette table nous avons réuni une grande variété de collègues, tous engagés à des titres divers dans l’expérience de l’évaluation. Je commencerai par Sylvain Piron, maître de conférences à l’Ehess et historien. C’est le seul autour de notre table à n’être membre d’aucune instance qui évalue. En revanche il a été, vous vous en souvenez sans doute, un des fers de lance du combat des revues[1] pour ne pas tomber sous les fourches caudines du classement[2] en A, B, C. C’est un des titres pour lesquels il est parmi nous ce soir. Éric Agrikolianski est maître de conférences à Paris Dauphine. Il est élu au CNU dans la section 04, science politique. Certains de nos invités peuvent avoir des responsabilités dans les instances où ils siègent, mais comme chacun ici est à titre individuel, je ne les mentionnerai pas. Catherine Alès est directrice de recherche au CNRS en anthropologie et membre élue elle aussi au CNU dans cette discipline, section 20. Patrick Michel, sociologue et directeur d’études à l’EHESS, est membre élu de la section 40 « pouvoir, politique et organisation » du comité national de la recherche scientifique. Stéphane Beaud, professeur à l’ENS, est sociologue, il a été, il ne l’est plus à son grand soulagement je crois, membre de la section 19 du CNU au moment de la crise de ladite section[3]. Et enfin Laurent Coudroy de Lille, qui est géographe et urbaniste, maître de conférences à Paris-Est Créteil est membre élu du CNU pour ce vaste ensemble de disciplines réunies par la section 24. Donc, chacun ayant son numéro, nous allons pouvoir commencer à travailler.

On va rentrer très vite dans le vif du débat. Le titre retenu pour cette séance est évidemment volontairement provocateur et appelle quelques mots, peut-être, pour introduire notre discussion. Il n’y aura pas d’exposé préliminaire ; aujourd’hui on adopte la formule questions-réponses, avec une large participation de la salle.

Bien sûr on le sait, un des maîtres mots du nouveau cours des choses à l’université et ailleurs, c’est « culture de l’évaluation ». Aujourd’hui nous avons acquis un peu d’expérience, un peu de recul et nous pouvons évaluer ce dont il s’agit puisque l’AERES existe maintenant depuis 2007, avec des ambitions comme vous le savez toujours plus dévorantes. Elle a réduit comme peau de chagrin les attributions des organes d’évaluation éprouvés par l’expérience que sont justement le comité national de la recherche scientifique (CoNRS) et le conseil national des universités (CNU) et puis elle prétend maintenant s’emparer à leur détriment de l’évaluation même des chercheurs et des enseignants chercheurs. Nous n’en sommes pas encore là et j’espère bien que nous arrêterons cette tendance. Car nos institutions ont besoin d’une procédure d’évaluation indépendante, collégiale, légitime, c’est un des points dont nous allons discuter, je ne veux pas énoncer de doctrine à ce sujet.

Je propose un débat qui va se dérouler en trois temps si cela vous convient. Je demanderai, et ce sera ma première question aux membres de la tribune, de faire le point sur l’expérience de l’AERES dans les différents aspects de ses activités, sur l’expérience aussi de ce qu’il est advenu des instances d’évaluation antérieures dans ce nouveau contexte créé par l’hégémonie croissante de l’AERES ; faire un bilan, réfléchir à partir de là, ce sera ma première question. Et puis dans un deuxième temps, nous essaierons de nous demander de quoi nous avons besoin en matière d’évaluation. C’est-à-dire de repartir des fondamentaux : à quoi ça sert tout ça ? Et puis peut-être, enfin, allons-nous reconstruire ensemble des institutions telles qu’on pourrait tenter de les imposer ou de les faire advenir dans l’hypothèse d’un changement politique cette année. Voilà la démarche proposée.

Eh bien commençons si vous voulez à évaluer les évaluateurs. Prend la parole qui le souhaite.

La question de la notation des revues scientifiques

Sylvain Piron : Je voudrais commencer par revenir sur le mouvement concernant le classement des revues qui a contribué à déclencher la prise de conscience qui s’est exprimée dans le mouvement de 2009. Cela s’est passé durant l’été 2008 lorsque l’AERES est entrée dans l’espace public en publiant ces absurdes listes de revues classées A, B, C. Cela a fait rire jaune car le principe était absurde et ces listes étaient mal faites. Dans mon domaine, des revues qui n’existent pas, du fait d’une erreur sur leur titre, étaient mieux classées que la même revue sous son vrai titre. Ce qui est la preuve que cela a été fait n’importe comment. On a très rapidement recueilli des protestations. A quelques-uns, nous avons lancé une pétition qui a recueilli 4000 signatures en quelques semaines. Je crois que cela a été l’un des ferments de la mobilisation qui a suivi après, en 2009. Cela a été un événement qui a compté dans la prise de conscience qu’il se passait quelque chose de très grave qui prenait la forme d’une remise en cause fondamentale de nos pratiques scientifiques. Cet événement nous a permis de nous apercevoir qu’une certaine dissociation était en train de se faire entre l’évaluation scientifique, telle qu’on la connaissait ou telle qu’on l’imaginait, qu’on la rêve, telle qu’elle se pratique notamment dans les revues elles-mêmes, c’est-à-dire la revue comme le lieu idéal d’une évaluation scientifique, d’un travail scientifique donc collégial, un lieu où un comité de rédaction, avec l’aide de rapporteurs extérieurs, discute de la pertinence d’un article. Et c’est cela la vraie évaluation par les pairs dans son modèle le plus pur. C’était cette liberté-là, intellectuelle, d’une communauté scientifique, qui était remise en cause d’une façon très violente par un organisme opaque, nommé, sans légitimité. Ce qui pose problème c’était donc cette idée d’une note donnée à des revues dont le but était simplement de faciliter la tâche des classificateurs. Je n’ai pas suivi cette affaire dans le détail de ses développements depuis, mais je sais que toutes les disciplines n’avaient pas encore été soumises à ce type de procédure. Certaines ont obtenu dans la foulée de ne pas classer leurs revues. Il y a alors eu un grand débat qui a consisté à se demander s’il fallait définir un périmètre de scientificité[4]. C’est un concept qui a été lancé à ce moment, et auquel je me suis opposé en disant qu’il ne fallait pas définir à l’avance les supports de publication valides, car c’est après-coup que l’on peut évaluer si un travail est de bon niveau. En tout cas il y a eu des avancées ; certaines ont revu la composition de leurs listes, toujours en gardant ce genre de classement comme critère de sélection. En réalité, le constat que l’on peut faire, c’est qu’ils servent très peu. Comme le but est simplement de définir si un chercheur est ou non « publiant », et qu’il faut pour cela un mixte de publications dans des revues A ou B qui est tellement bas que la conséquence est que la distinction A ou B ne sert à peu près pas. Je n’ai pas effectué de pointage récemment, mais cette idée de classification est restée, elle n’a pas été remise en cause dans son principe mais elle est un peu vidée de sa substance. Quant aux revues elles-mêmes, je ne pense pas que cela ait beaucoup changé, mais il y a eu cette prise de conscience que la revue était le lieu important de cette autonomie intellectuelle chère aux universitaires.

Ce qu’on a compris, à partir de ce problème de l’évaluation des revues, c’est qu’on était face à un processus de longue durée dont le point de départ est clairement situé au début des années 80 en Grande-Bretagne avec Margaret Thatcher. Cette politique thatchérienne a voulu briser effectivement à l’époque les universités comme elle a brisé les syndicats, en normalisant l’université considérée comme un secteur économique comme n’importe quel autre. Dans cette perspective, l’université est définie comme le lieu de production standardisée d’un service, qui est la formation supérieure. Il est important d’avoir cela en tête car c’est un mouvement de très longue durée qui, au nom de principes que l’on peut appeler néolibéraux mais qui sont beaucoup plus vastes que ça je pense, définit en tout cas le fond de l’air depuis au moins 30 ans maintenant, et auquel on n’échappe pas. Ma désillusion au fur et à mesure du mouvement universitaire de 2009 est venue de l’absence de soutien que l’on rencontrait dans la société. Cela provient précisément de ce point là : tout le monde, tous les services publics sont soumis maintenant à ce genre d’évaluation gestionnaire, à ce contrôle de gestion, qui s’impose à nous et qui n’est pas du tout du même ordre que l’évaluation scientifique. C’est la dissociation que l’on a fini par comprendre assez clairement[5]. Effectivement l’absence de soutien au mouvement universitaire a tenu assez largement au fait qu’il est tout à fait légitime aux yeux des autres que nous soyons soumis au même type de pressions qu’eux, parce que la spécificité du travail intellectuel n’a plus de reconnaissance sociale forte. C’est une grande leçon que l’on a apprise en direct, et également la grande « claque » que l’on s’est pris en direct au cours de ce mouvement. Je ne pense pas que l’on puisse revenir beaucoup en arrière sur cette question.

Christian Topalov : N’anticipons pas. L’AERES, agence de notation, contrôle de gestion, peut-être qu’il faut qu’on en parle : ce n’est que ça ? Ou est-ce qu’il y a d’autres aspects ? Et puis comment les institutions collégiales issues du passé résistent, s’adaptent, se soumettent ? La question est posée.

Les différences sensibles dans les modalités d’évaluation des différentes instances : le cas de l’AERES et du CoNRS

Patrick Michel : Le comité national de la recherche scientifique est en quelque sorte en situation d’évaluation partagée avec l’AERES. Les modalités de fonctionnement sont actuellement les suivantes : le comité national continue à évaluer, section par section, les chercheurs et à se prononcer sur les unités auxquelles appartiennent ces chercheurs, dans le cadre de ce que la direction du CNRS appelle un « avis de pertinence ». Sachant qu’il est hors de question de dire que le comité national continuerait à évaluer les unités, cette tâche étant statutairement réservée à et accomplie par l’AERES. De facto, toutefois, le comité national est invité à se prononcer sur le rapport d’évaluation de l’AERES : a-t-il été produit dans des conditions satisfaisantes ? Un des membres de la section est systématiquement désigné pour participer au comité de visite de l’AERES. Même dans la situation de boycott qui, comme vous le savez, a pu prévaloir à un certain moment au sujet de la participation à ces comités de visite, il avait été jugé souhaitable qu’il y ait un membre du comité national qui participe ès qualité au comité de visite afin de s’assurer de la façon dont cette visite avait lieu. Il est en tout état de cause bien évident que, concernant l’avis de pertinence sur l’inscription d’une unité dans le périmètre CNRS, ou sur l’opportunité d’introduire une unité dans ce périmètre, le comité national est en quelque sorte appelé à évaluer l’évaluation de l’AERES. D’expérience, cette évaluation peut être bien faite ou mal faite. Globalement, toutefois, ces évaluations sont de moindre qualité que celles auxquelles pouvait procéder le comité national, avant d’être dépossédé de cette responsabilité. Et ce pour de multiples raisons, notamment les modalités mêmes de constitution d’un comité de visite, le temps dont il dispose pour évaluer les unités, la connaissance longue qu’il peut en avoir et le fait que cette évaluation s’opère indépendamment de l’évaluation des chercheurs. C’est là une des positions constantes du comité national que de dire et redire que l’on ne peut pas évaluer séparément les chercheurs et l’unité de recherche : l’évaluation des chercheurs peut être pondérée par la connaissance que l’on peut avoir de l’unité de recherche, et symétriquement l’évaluation que l’on peut faire d’une unité de recherche a évidemment quelque chose à voir avec l’évaluation des chercheurs. De ce point de vue, on est donc aujourd’hui dans une situation qui est quelque peu bancale.

L’utilisation croissante des outils statistiques à des fins d’évaluation et le risque du jugement hâtif

Un autre point sur lequel on peut mettre l’accent, c’est sur cette tendance à mélanger statistique et évaluation. Il y a des outils statistiques dont l’utilité est d’évidence. Mais leur utilisation se doit d’être discutée, et devrait se cantonner au seul registre de la fourniture d’éléments d’appréciation. Or, et de plus en plus, en particulier pour des raisons de temps, les évaluateurs, et ceux qui commanditent l’évaluation, sont en quête de critères d’utilisation simple qui permettent de se fabriquer une idée rapide de l’état d’une unité de recherche, voire d’un organisme, et éventuellement d’ailleurs de l’activité d’un chercheur. Sur ce point précis, il y aurait vraisemblablement quelque chose à dire à propos de l’outil RIBAC[6], dont on ne conteste pas que sa mise en place participe d’une intention louable (rendre compte plus précisément de l’ensemble des activités d’un chercheur), mais qui pourrait donner lieu à une exploitation problématique s’il se voyait détourné de sa finalité initiale.

Rabattre l’évaluation sur la seule appréciation statistique d’une réalité pose des questions considérables. Or, même pour les instances anciennement installées, comme le comité national, c’est une tendance encouragée par les évolutions actuelles. Il y a malheureusement des modalités de fonctionnement, et notamment les délais impartis, qui font que les outils statistiques sont de plus en plus sollicités. Un chercheur sera évalué comme publiant parce qu’il aura publié quatre articles dans des revues à comité de lecture. Mais qu’il y ait quatre articles dans des revues à comité de lecture n’entraîne pas que les articles soient nécessairement bons. L’autre problème c’est qu’on va avoir tendance, ici ou là, et notamment au niveau de la direction scientifique, à considérer, par exemple, que la forme livre est une forme secondaire par rapport à la forme article. J’en veux pour preuve que certaines fiches-résumé de candidature à une promotion ou les tableaux de saisie statistique de la production du candidat sont libellés avec en première ligne « articles dans des revues internationales avec comité de lecture » et puis, deux ou trois cases plus loin, « livre ou chapitres de livres ». Cela peut avoir un sens dans certaines disciplines, en physique par exemple, mais il est bien clair qu’en SHS, la plupart du temps cela ne présente aucune espèce de signification.

Christian Topalov : 0n y reviendra parce qu’il y a un côté « Big Brother » et d’autres aspects dans ce dispositif. Mais alors évidemment dans ce que vient de dire Patrick les membres du CNU ici présents sont un peu muets parce que tout simplement vous n’avez jamais eu à connaître et vous n’aurez jamais à connaître l’évaluation des unités. Mais vous avez subi je suppose chacun dans vos unités justement des visites de l’AERES, les résultats de celle-ci et puis à d’autres échelles aussi. Par conséquent vous avez certainement des choses à dire à ce sujet.

La procédure d’évaluation de l’AERES, les questions et les réserves qu’elle suscite

Catherine Alès : J’ai aussi siégé au comité national lorsqu’on faisait encore l’évaluation des équipes, non pas à l’époque où on n’a demandé qu’un avis de pertinence. Je soulignerai que dans le cadre d’une évaluation faite par le comité national, ce sont les mêmes personnes qui procèdent à l’évaluation de toutes les équipes qui arrivent à échéance. C’est ce qui manque à l’AERES. C’est-à-dire que le comité peut être bon, comme vous l’avez dit, alors qu’un autre ne va pas l’être. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas affiné leurs critères, ils n’ont pas eu le temps d’en discuter entre eux et que chacun y va de sa petite impression personnelle. Alors que dans le comité national, il y a un travail d’évaluation des équipes qui se fait sur le temps du mandat qui dure quatre ans et cela permet des évaluations tout de même beaucoup plus fines que celles que peut faire un comité appelé à évaluer une équipe indépendamment de toutes les autres équipes. Je pense que cela aussi c’est une dimension qui manque à l’AERES ; ses évaluateurs n’ont pas de possibilité de comparaison avec d’autres équipes quand ils évaluent une équipe en particulier. Alors que c’est le propos même du comité national qui est amené à classer les équipes à la fin de son examen.

Christian Topalov : J’aimerais rebondir sur ce qui vient d’être dit par Catherine Alès à l’instant en reprenant d’ailleurs une analyse que faisait Nicolas Dodier[7]. Il insistait sur cette différence essentielle dont on vient de parler entre des collègues réunis durablement en un collège qui élabore ses propres critères et un ensemble atomisé d’individus réunis accidentellement dont les critères lui sont fournis par un « guide de l’expert ». On aurait donc deux mondes fondamentalement différents. On est dans un monde, le premier, où la communauté, plutôt bien ou plutôt mal – peu importe, je dirais presque – élabore et réélabore sans cesse, par conséquent entretient et transmet des normes professionnelles et des normes scientifiques. Et puis on a un autre monde dans lequel on a des experts qui sont des professionnels de l’évaluation, des experts des cabinets d’audit qui rédigent un guide de l’expert et le guide de l’expert est remis entre les mains des membres des comités de visite. Ces derniers sont charmants, souvent intéressés d’ailleurs par ce qu’ils font et d’ailleurs ceux qui ont subi ou profité de leur visite disent : « ça s’est bien passé ». Il y a peu d’exceptions à ça. Sauf que, en fait, pendant cette réunion avec les membres du comité de visite, il ne s’est rien passé d’important. Les membres du comité de visite en effet vont, pendant une petite demi-heure, bavarder entre eux à la fin de leur visite et ensuite c’est le président du comité de visite, nommé par le patron de l’AERES, qui rédige le rapport. Il ne va pas le soumettre aux membres du comité de visite. Ce sont des procédures qui sont radicalement différentes de celles du comité national où en temps réel le rapporteur, devant cette communauté de vingt personnes qui travaillent ensemble pendant quatre ans, va présenter un rapport, et il y a aussi un rapport secondaire. Le rapport est discuté, amendé et voté. On est donc dans deux mondes normatifs profondément différents.

Marc Lipinski : Je n’ai jamais participé à une réunion de l’AERES mais à ce que j’en comprends c’est qu’il y a une phase ultérieure à celle qui est décrite là, et qui concerne la visite, qui est pernicieuse parce qu’il y a une sorte de mise en commun de rapports faits par des personnes nommées par l’AERES et il est ensuite procédé à une sorte de normalisation de tous ces rapports. Ce qui veut dire qu’il y a encore un deuxième degré qui éloigne le rapport final de ce qui s’est réellement passé sur place.

Christian Topalov : Ces réunions au cours desquelles ce sont juste les présidents de comité de visite qui s’ajustent entre eux, sont des réunions sans procès-verbal. Ce qui parfois conduit à ne pas même suivre le président du comité de visite d’un laboratoire dans ses propres préconisations s’il est jugé que les unités classées A sont déjà trop nombreuses.

Stéphane Beaud : Moi aussi j’ai juste eu la visite d’un comité de visite récemment. Ça s’est bien passé, comme tu dis. En discutant avec des collègues sociologues, notamment dans les universités de province, ce qui m’interroge un peu c’est que quand le comité de visite de l’AERES débarque, cela fait déjà au moins un mois ou deux mois qu’ils « s’affolent », les directeurs de laboratoire qui essayent de monter des choses intéressantes dans leur « petite » province s’inquiètent. Ce qui me frappe toujours c’est précisément cela, cette inquiétude relative, cette perte de temps par rapport à l’imprécision des critères et comment ça va se passer, et puis aussi une autre question qui rejoint un peu des interrogations précédentes et je trouve cela très juste, c’est finalement : pourquoi nos collègues entrent-ils dans ses comités de visite ? Qui sont les gens qui sont demandés ? Moi je n’ai jamais été demandé. Pourquoi est-ce qu’ils acceptent ? Je ne pense pas qu’ils soient tous de mauvaise foi ni carriériste. Je pense qu’un certain nombre d’entre eux accepte par une sorte de principe de précaution, parce qu’un jour ils auront eux-mêmes, en tant que directeur ou sous-directeur d’un laboratoire, notamment, droit à ces comités de visite et qu’ils ont envie de savoir un peu ce qui se passe. Cela soulève une question qu’il m’intéresserait de creuser, c’est : quels sont les raisons et les motivations des participants ? On n’a pas fait non plus aussi la part des universités et du CNRS, car on évalue des centres de recherche CNRS mais aussi des centres de recherche universitaires. Quelle est la part des comités de visite, par exemple en sociologie, entre ceux qui sont au CNRS et les autres ? J’ai plutôt l’impression que pas mal de sociologues CNRS s’y investissent parce qu’ils ont plus de temps, peut-être parce qu’ils se sentent encore plus menacés ? J’aurais plutôt envie de petites enquêtes ou de petites statistiques pour savoir qui en sociologie a participé à ces comités de visite, qui a démissionné, quels sont les gens qui sont reconduits, etc. Voilà, je pense qu’il y a ce type d’enquête à faire.

Laurent Coudroy de Lille : L’AERES évalue des entités très différentes un peu de la même façon, c’est-à-dire de façon à la fois fragmentaire et selon des normes procédurales assez sommaires.  La procédure d’élaboration des rapports procède par segments ajustés dans un échafaudage selon une méthode peu transparente, et en réalité assez expéditive, car tout cela va aussi très vite. S’il y a des comités qui travaillent mieux que d’autres c’est qu’il y a des individus à l’intérieur qui ont décidé de se battre pour que ça fonctionne différemment; mais c’est un travail assez peu intéressant. Une première série de problèmes vient du fait que la même méthode est appliquée à des entités (laboratoires ou établissements) de taille et de nature très différentes, si j’en crois mon expérience qui est d’avoir participé à trois « comités de visite ».

La section 24, à laquelle j’appartiens, est une petite section qui n’a pas de revues bien classées selon les critères de l’AERES. Son interdisciplinarité va au-delà de ce qui existe dans les sciences humaines, avec l’architecture et des secteurs d’ingénierie par exemple qui, du point de vue de la recherche, méritent d’être renforcés. Je me suis trouvé deux fois dans des comités constitués pour des institutions d’enseignement supérieur hébergeant quelques éléments d’équipes de recherche, et ceci afin évaluer justement ce volet recherche. L’enjeu était pour moi de faire apparaître cette dimension dans les établissements en question. Les autres volets à traiter étaient la vie étudiante, l’ouverture internationale, le partenariat, la gouvernance, selon un découpage un peu technocratique mais qui présente l’avantage de couvrir la vie de l’ensemble de l’entité : c’est un point intéressant de la procédure… . Chaque expert se voit attribuer deux ou trois dossiers, objet d’une « réunion amont » organisée à Paris. Il y a surtout une fragmentation supplémentaire à l’intérieur même de ce dispositif, la synthèse échappant largement aux experts eux-mêmes.

Eric Agrikolanski : Je n’ai pas d’expérience spécifique de l’évaluation par l’AERES, mais je pense que dans le débat on a abordé une série de questions : est-ce que la politique de la chaise vide peut-être pertinente, c’est-à-dire est-ce qu’il faut participer à ce type de visite, à ce type d’évaluation ? Est-ce qu’il faut que des chercheurs et des enseignants-chercheurs actifs participent à la définition de critères communs d’évaluation ? Je ne sais pas. Enfin, les risques de se retirer des processus d’évaluation – l’AERES est un cas spécifique- qui sont mis en place quoi qu’il arrive, c’est aussi de laisser à des professionnels de l’expertise le soin d’expertiser à la place de la communauté scientifique la production des chercheurs, les établissements d’enseignement et les centres de recherche. On a aussi une responsabilité. Lorsque ce sont des chercheurs actifs, des enseignants-chercheurs actifs qui participent à l’évaluation, ils prônent plutôt une évaluation très qualitative mais en même temps ils n’ont pas le temps de la faire parce que par définition ils ont autre chose à faire ; eux-mêmes continuent à travailler, à enseigner, à produire et c’est un gage de qualité aussi de leurs propres évaluations. Sauf qu’ils se trouvent dans des situations où il est très difficile de consacrer tout le temps qu’il faudrait à cette tâche. L’autre solution ce serait une professionnalisation de cette expertise là, ce qui me semble très dangereux. Parce que là pour le coup on peut se livrer à plein temps à l’exercice de l’évaluation mais au prix d’une coupure avec la production, l’enseignement et du coup cela peut avoir des effets pervers que tout le monde imagine assez bien.

Michel Barthélemy : il semble que la coupure soit déjà faite. Christian insistait sur le fait que les membres de ces comités de visite constituent des équipes éphémères, à l’inverse des comités de pairs au CNRS par exemple qui siègent pendant quatre ans. En fait ils fonctionnent avec un manuel qui leur a été remis, selon une grille assez éloignée de l’ordinaire de la vie d’une communauté de recherche. Par conséquent, leurs soucis ne sont pas les nôtres. Et cela apparaît clairement dans la manière dont ils procèdent à leur visite. Je me souviens nettement du passage du comité de visite de l’AERES dans notre laboratoire. Il avait commencé par saucissonner l’équipe en interrogeant d’abord les directeurs à part – je précise que nous sommes une fédération qui compte donc plusieurs équipes. Nous n’avions eu aucune information préalable sur ce qui s’était dit entre eux. Tous les membres du laboratoire ont étés ensuite réunis dans une salle de réunion. Le seul souci du président de ce comité de visite c’était de nous demander quels espaces nous pensions allouer aux étudiants, les mètres carrés, etc. A cette époque nous étions à quelques mois du départ du 54 boulevard Raspail pour l’avenue de France, et nous n’avons évidemment jamais eu de contrôle sur l’espace dont nous disposions. Et lorsque l’un de nous a essayé de faire une sorte de petit résumé de ce qui se faisait dans le laboratoire, eh bien il s’est fait renvoyer dans les cordes assez sèchement par le président de ce comité de visite. C’est dire que de par leurs manières d’être ils manifestaient le fait que leurs soucis étaient purement des soucis d’allocation de mètres carrés, des soucis organisationnels etc., et pas du tout un intérêt pour ce qui se faisait dans le laboratoire. Par cette attitude là, ils manifestaient leur distance spatialement – ils nous faisaient face – autant que verbalement. On était davantage confrontés à des juges qu’à des pairs. Une atmosphère étrange renforcée par l’étrangeté des intérêts que manifestaient leurs questions, en fait essentiellement celles du président du comité de visite qui semblait prendre très à cœur ce rôle à contre-emploi.

Sophie Desrosiers : J’aurai une question extrêmement pragmatique : quel est le temps dont dispose un comité de visite de l’AERES ? Quel est le temps dont disposait le comité national pour examiner un chercheur ou un laboratoire ? Moi je pense que tout simplement l’évaluation ne les intéresse pas, il faut qu’elle prenne le moins de temps possible car pour eux c’est du gâchis. Par conséquent leur méthode consiste à faire remplir des tableaux. On ne peut pas aujourd’hui mettre n’importe qui à remplir ces tableaux, mais dans quelque temps on le pourra puisque ce sont des tableaux, on pourra comparer les choses pour que n’importe quel scribe puisse remplir ces tableaux en posant trois questions. L’impression que j’ai, c’est qu’ils veulent en finir avec l’évaluation. Et que celle-ci est effectivement une perte de temps si les décisions sont prises à l’avance concernant l’évaluation de tel ou tel laboratoire et les conséquences à en tirer.

Olivier Pégard : Je suis sociologue dans le champ pluridisciplinaire des STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives). Je suis en même temps rattaché au laboratoire d’urbanisme de l’université Paris-Est Créteil. Je cumule ainsi l’expérience pluridisciplinaire. Juste une première remarque sur la question du temps. Ce que dissimule cet argument, c’est une manière d’accroître un principe de compétitivité. Si bien qu’une mise sous pression des personnes énoncée en termes temporels peut n’être qu’un prétexte supplémentaire à une mise en chiffres des performances des personnes. A 2 millièmes près, l’évaluation compétitive classe un premier et un deuxième. L’invocation du temps permet en fait de mesurer, de séparer, de fragmenter.

La deuxième remarque que je voudrais faire est inspirée des propos de Laurent Coudroy quand il évoquait les visites de l’AERES. Je voudrais souligner que les CNU dans les champs pluridisciplinaires sont une réalité compliquée. Ce ne sont pas seulement les STAPS, c’est aussi le cas pour les sciences de l’information-communication, voire même les sciences politiques, les sciences de l’éducation, etc. Comment promouvoir un maître de conférences sur un poste de professeur quand le CNU est composé pour deux tiers de professeurs des sciences du vivant et pour un tiers d’enseignants-chercheurs des sciences sociales ? Ce qui conduit obligatoirement à une confrontation entre des scientifiques. Il y a des effets d’imposition dans le champ des sciences pluridisciplinaires. Et je crois que cela est aussi un problème plus ardu dans le contexte de l’AERES car dans les CNU, la confrontation débouche sur la discussion. Il s’agit de trouver pour les parties impliquées des points d’accord entre les disciplines. Mais quand cette réalité de la discussion passe à l’AERES, cela supposerait une pratique plus fragmentée du fait du  temps nécessaire à la confrontation des points de vue et dont les comités de visite ne disposent pas.

Les effets indirects de l’AERES dans la réorganisation de l’enseignement supérieur et de la recherche

Patrick Michel : Je reviens sur les deux interventions. Il y a des choses que l’AERES ne fait pas : elle n’évalue jamais les chercheurs individuellement. Elle peut procéder à une sorte d’évaluation collective, prenant en compte l’ensemble des productions des chercheurs, dans le cadre de l’évaluation d’une unité de recherche. Il y a en revanche des choses qu’elle fait et qu’elle ne devrait pas faire : l’AERES n’est en principe pas fondée à noter les unités. Or, elle le fait. Elle vient certes de renoncer à attribuer une note globale, mais continuera à donner une série de notes sur tel ou tel aspect de l’activité des unités.

L’AERES n’a pas à noter. Et lorsqu’elle note, elle proteste de sa bonne foi, affirmant qu’elle n’agit là que par simple commodité, pour en quelque sorte fixer les idées. Sauf que lors des appels à projets Labex, Equipex ou autres « Ex », seuls les labos classés A+ étaient en mesure de candidater. On voit donc bien qu’il y a, derrière les modalités de fonctionnement de l’AERES, participation à une opération de restructuration du paysage scientifique, qui s’opère notamment avec la mise en place de ces équipements d’excellence, l’AERES participant pleinement à la fois de ce nouveau paysage et des nouvelles modalités d’organisation de ce paysage. Il faut en avoir bien conscience dans ce que l’on dit sur l’AERES. Cela a été souligné tout à l’heure, le problème n’est pas tant d’évaluer que de parvenir à discriminer et, sur la base de cette discrimination, réorganiser le paysage. Je crois que c’est une des réalités qu’il faut prendre en compte très sérieusement.

Didier Torny : D’un point de vue empirique j’ai un certain nombre de questions : qu’est-ce qui vous permet de dire que des consultants, des managers ou des professionnels de l’expertise existent à l’AERES ? Et fondamentalement, qu’est-ce que l’AERES si ce n’est une brochette de collègues détachés à temps partiels plus d’autres brochettes beaucoup plus importantes de collègues qui y font, comme vous l’avez critiqué, un petit tour simplement en tant que membres de comité de visite ? Deuxième point : en quoi l’AERES prend-elle des décisions ? L’AERES légalement ne produit que des avis et ce sont d’autres instances qui produisent des décisions, vous l’avez dit tout à l’heure. C’est le cas du CNRS pour la création de nouvelles unités ou le renouvellement d’unités existantes, c’est pareil évidemment pour les universités, de même que dans chacun des organismes de recherche. Je pense que les questions qui se posent c’est en gros : pourquoi fait-on exister cet acteur qu’est l’AERES ? Stéphane Beaud l’a dit : pourquoi les gens vont dans ces comités de visite ? Mais, plus fondamentalement, pourquoi les unités acceptent-elles d’être évaluées par cette agence ? Quel est l’appareil de coercition ? Est-ce l’AERES, et si oui par quel moyen ?

Patrick Michel : C’est le problème de la reconduction ou de la non-reconduction des unités.

Didier Torny : Dans ce cas je suis désolé mais ce sont donc bien les institutions qui n’ont rien à voir avec l’AERES mais qui sont « traditionnelles », que ce soit l’Ehess, que ce soit le CNRS ou d’autres EPST, et qui décident. Ce qui veut dire que l’AERES n’a aucun pouvoir si ce n’est celui qui lui est donné par les collègues qui y participent, par des institutions qui disent : « je dois me soumettre à la loi de l’AERES ». Mais fondamentalement quel est le pouvoir de l’AERES puisqu’à l’exception de son président nommé par le ministre et de quelques administratifs, il n’y a que des collègues, il n’y a pas de consultant à l’AERES à ma connaissance. En revanche au ministère il y a beaucoup de consultants. Où réside le pouvoir que vous semblez lui attribuer puisque vous lui attribuez non seulement un pouvoir de notation, de décision et d’action, mais également une capacité de transformation de l’espace de la recherche et de l’environnement dans lequel on travaille ?

Marc Lipinski : Aujourd’hui j’interviens avec ma casquette de directeur de laboratoire mixte CNRS-université en biologie. J’ai été évalué une fois par l’AERES. Certes, dans les textes l’AERES n’a pas de pouvoir de décision, je suis complètement d’accord. Juste une petite rectification : le président de l’AERES est nommé par le président de la république pas par le ministre. Cela fait partie des quelques milliers de nominations auxquelles dans notre belle république le président de la république peut procéder. Néanmoins, si par exemple le CNRS ou les universités décidaient de ne pas tenir compte des évaluations faites par l’AERES, il faut voir que le CNRS est dirigé par des gens qui sont nommés aussi par le pouvoir. En pratique, les organismes comme le CNRS reçoivent leur budget directement du pouvoir pour l’essentiel. Il y a des ressources propres mais au CNRS elles comptent peut-être pour 20 % du budget global, et comme 80 % du budget va au salaire, cela veut dire qu’il y a de moins en moins de marges de manœuvre, tout le monde le sait. Donc, évidemment, dans les textes, l’AERES n’est pas décisionnaire, mais son avis impacte directement le système en fait, et ce label qui est donné par l’AERES et qui était résumé dans une seule note ridicule, que l’AERES elle-même a décidé de diluer avec plusieurs autres notes sous la forme de lettres, a des effets indirects puisque en effet maintenant on doit l’indiquer quand on candidate à un contrat de recherche auprès de l’agence nationale de la recherche, qui d’ailleurs a une nouvelle directrice, Pascale Brillant, ancienne conseillère régionale UMP des pays de la Loire et ancienne chercheuse à l’Inserm par ailleurs. Donc cela a un impact sur l’ANR, cela a un impact sur tous les autres appels à projets et donc je pense que les gouvernements ont extrêmement habilement transformé le système sans réellement supprimer ce qui existait mais en déplaçant les lieux de pouvoir de manière plutôt indirecte que directe.

Une évaluation sans dotation de moyens à la clé ?

A la question : faut-il une évaluation ? J’ai tendance à penser que l’on ne peut pas dire sérieusement que l’on n’a pas besoin d’évaluation. Mais la question centrale c’est : quel système d’évaluation faut-il mettre en place ? Revenir à la situation précédente ne me paraît pas quelque chose de très enthousiasmant. Parce que quand c’était le CNRS qui venait évaluer les unités mixtes CNRS-université, il ne passait pas beaucoup plus de temps. Il y avait un avantage, c’est que les gens qui étaient dans ces comités faisaient le tour d’un certain nombre d’unités et donc avaient des points de comparaison un peu plus tangibles que les gens qui viennent faire « un petit tour » avant de s’en aller et de tout laisser au président du comité qui lui-même se fait ensuite recadrer dans les assemblées de présidents de comités AERES. Donc c’était mieux, mais ce n’était pas exceptionnel non plus. On a quand même un problème en France à mon avis c’est que la communauté des gens susceptibles d’évaluer n’est pas infinie, elle est même très limitée. Le temps par contre que cela prend est extrêmement important pour faire une bonne évaluation. Il me semble déjà que l’une des mesures à prendre serait d’espacer davantage dans le temps les évaluations que ce qui se fait aujourd’hui.

Patrick Michel : C’est ce qui en train de se passer.

Marc Lipinski : Oui c’est passé à cinq ans au lieu de quatre initialement. Le problème c’est que l’impact de l’évaluation n’est pas énorme parce que in fine lorsqu’une unité de recherche est reconduite, et en pratique le plus souvent elle est reconduite finalement, mais sans moyens. Et donc tout le processus recommence en permanence parce qu’il faut chercher en permanence les moyens pour faire fonctionner des unités de recherche, quand on parle des unités de recherche. Par conséquent le point principal de mon point de vue c’est que l’évaluation n’aboutit pas à la mise à disposition de moyens substantiels et récurrents pour une période suffisante.

Christian Topalov : Avant de céder la parole à Elie Haddad, je voulais justifier mon propos sur la présence des professionnels de l’évaluation dans les couloirs de l’AERES. Je ne sais pas s’ils y sont toujours. Mais une chose est certaine c’est qu’ils y ont été. Je prendrai pour preuve de cela un témoignage ethnographique apporté par plusieurs de nos collègues qui ont assisté à des réunions organisées par ces gens. Ça se passait au mois de juin début juillet. Et donc il faisait chaud. Et tout simplement ces gens sont différents de nous. D’abord ils sont assez jeunes, ce qui n’est pas souvent le cas des chercheurs, avec des exceptions heureuses. Et surtout ils ont une hexis corporelle tout à fait particulière, par exemple ils s’habillaient à cette époque-là avec des chemises à manches courtes et de couleur claire. Ils ont une façon de s’exprimer extrêmement bienveillante, extrêmement chaleureuse : « Vous comprenez, la culture de l’évaluation c’est vous qui la faites. Si vous nous dites qu’il faut que l’on se remette en cause, nous le ferons, justement c’est ça la culture de l’évaluation ». On a entendu de nombreuses fois ce genre de discours tenu par ces gens-là. Peut-être qu’aujourd’hui ils ne sont plus là, peut-être d’abord parce qu’ils coûtent cher, mais toute leur idéologie est cristallisée dans les guides de l’expert qui sont si lourds en pdf lorsqu’on les télécharge pour essayer de comprendre leur jargon. Ce ne sont quand même pas des universitaires qui ont inventé ça, cher Monsieur, ce n’est quand même pas possible ! Voilà. Oui, ces gens ont été là, on les a vus. Qu’ils en soient partis, c’est possible.

Elie Haddad : Une autre réponse possible, et qui sera aussi une remarque sur ce qui a été dit, est, il me semble, du côté des structures institutionnelles – là je rebondis sur ce que Christian Topalov disait tout à l’heure. Il me semble que l’AERES s’est toujours justifiée en disant : « écoutez, nous sommes des pairs comme vous ». Chaque comité de visite commence de la manière suivante : « chers collègues, nous sommes comme vous des scientifiques, nous nous connaissons, nous travaillons ensemble. Évidemment nous ne vous voulons que du bien et tout va bien se passer ». Et en effet, la plupart du temps, sauf conflit spécifique, ça se termine avec des gens qui disent : « ça s’est bien passé ». Ils ont été très stressés auparavant. Il me semble qu’il y a là un piège qui pour moi me paraît étonnant, c’est-à-dire que l’on rabat la question des pairs uniquement sur la question du fait d’être des « collègues ». Or il me semble que pour qu’une évaluation fonctionne et puisse être justifiée, il faut d’une part qu’elle soit contradictoire, de l’autre, que les gens qui évaluent rendent des comptes. Alors quand rend-on des comptes ? Eh bien quand on est élu. Or, là il y a quand même des choses qui dans la structure de l’AERES posent problème, puisque ce sont des gens qui sont nommés et non pas des gens qui sont élus. Alors l’élection s’affaiblit fortement de nos jours. J’en donnerai deux exemples : le cas de Monique Cantos-Sperber, philosophe de renom, directrice de l’École normale supérieure qui dans un débat autour de l’AERES[8] s’était exclamée qu’elle ne voyait vraiment pas pourquoi on faisait une différence entre des élus et des nommés, puisque tout ça c’était des collègues. J’en veux pour deuxième exemple un débat tout récent qui a eu lieu et qui est publié sur le sites politiques des sciences entre Nathalie Heinich et Christian Topalov[9] où Nathalie Heinich, de manière beaucoup plus combattante, dit que l’élection est quelque chose d’absolument affreux, de soviétique et que la nomination c’est tout de même beaucoup mieux et que cela garantit la démocratie. C’est un peu problématique. Il me semble quand même que l’un des points qui permet de juger que le CNU ou le comité national du CNRS sont des choses un peu mieux que l’AERES, c’est le fait qu’il y a des élus dans ces instances.

On pourrait aussi se demander ce que cela veut dire d’externaliser l’évaluation par rapport à des structures qui, elles, sont intégrées aux institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche.

En outre, pour rebondir sur ce qui a été dit dans le piège de l’AERES, si on peut le dire comme ça, dans la mesure où les évaluations mettent en contact, en interaction directe avec des collègues en effet, on oublie qu’ils sont nommés parce que ce sont des collègues, eh bien cela se passe plutôt bien. Et là il y a une chose que l’on n’a pas dite, c’est que les équipes d’accueils aussi ont été évaluées alors qu’auparavant les décisions se faisaient au ministère, pour le coup sans visite, sur dossier, de façon extrêmement arbitraire. De ce fait, pour tout un ensemble de collègues, l’AERES a été vue comme quelque chose qui était beaucoup plus positif que la manière dont les choses se passaient précédemment. C’est pourquoi lorsque l’on en sera à réfléchir à ce que l’on voudra plus tard, il faudra prendre en compte cette question qui à mon avis est cruciale.

Dernier point sur lequel l’AERES a des ambitions énormes, je ne sais pas si elle aura les moyens de ses ambitions, mais le nouveau président de l’AERES a déclaré dès son arrivée qu’il entendait bien que l’AERES évalue les chercheurs et les enseignants-chercheurs au bout du compte.

De quelle évaluation avons-nous besoin ?

Christian Topalov : L’observation que tu viens de faire, Elie, nous amène je crois au deuxième moment de notre échange, c’est-à-dire de quelle évaluation avons-nous besoin ? Et de ce point de vue je crois que l’on peut dire que l’AERES a représenté de mauvaises réponses à de très bonnes questions. Parce que quand les formations – les masters, les DEA, anciens bac+5 -, étaient évaluées directement dans les bureaux du ministère, c’était une catastrophe. Maintenant elles sont peut-être mal évaluées mais au moins il y a un rapport rendu public. Ça, c’est un progrès ! Les équipes d’accueils et les écoles d’architecture, les grandes écoles même, vous vous rendez compte, reçoivent des visites.

Patrick Michel : Les organismes de recherche. Le CNRS a été évalué.

Christian Topalov : N’oublions quand même pas que lorsqu’il s’agit des organismes, nous avons des évaluations totalement politiques, dirigées par le pouvoir. L’évaluation de l’Inserm était totalement téléguidée par la présidence de la république pour obtenir une certaine restructuration des sciences de la vie dans ce pays. Ce n’est pas une histoire de « collègues », excusez-moi ! L’évaluation grotesque du CNRS par un jury international potiche, j’en ris encore, est quelque chose de proprement scandaleux, que l’on ne vienne pas me parler de collègues ! Il y a un certain nombre d’évaluations qui sont des actes politiques. Les premiers comités qui allaient dans les universités n’avaient pas encore compris qu’il fallait quelque peu euphémiser la doctrine. Ils expliquaient ingénument que c’était quand même tout à fait dommage d’avoir une fonction publique d’État parmi les enseignants. Ensuite on leur a un peu remonté les bretelles et fait comprendre qu’ils pouvaient conserver ces sujets de discussion pour leurs réunions de l’UMP plutôt que de les aborder au sein d’un comité de visite, dont ce n’est pas l’objet. Ces quelques cas montrent bien que les dérives politiques de cette institution ne demandent à certains moments qu’à se révéler. Pas tout le temps bien sûr, autrement ce sont des collègues qui font les visites, je suis d’accord.

L’AERES : un acteur décisif ou une « coquille vide » ?

Didier Torny : Je trouve que vous n’avez pas répondu à la première partie de ma question, c’est-à-dire : qu’est-ce que l’AERES ? Il y a quand même beaucoup d’énoncés qui commencent par : « l’AERES veut », « l’AERES fait, etc. ». Pour ma part j’ai beaucoup de problèmes avec cette description là, ayant pratiqué une ethnographie de l’agence. Ce qui me semble problématique en tant que tel est d’attribuer un tel pouvoir de décision à une institution de manière générale, mais à cette institution là qui ressemble davantage à une boîte vide qu’à une boîte pleine. Vous l’avez évoqué, l’AERES a très largement remplacé la Mission Scientifique, Technique et Pédagogique (MSTP)[10]. La MSTP avait un certain nombre de pratiques, par exemple le calcul de ce qu’elle appelait des enseignants-chercheurs actifs, renommés plus tard publiants. Ces catégories ont été simplement transférées à l’AERES telles quelles[11]. Le taux de produisants est une demande ministérielle qui, en tant que telle, est très différente du « travail ordinaire »  de l’AERES de production de rapports. On peut par ailleurs estimer qu’elle n’est pas légitime, mais elle structurait déjà, avant la création de l’AERES l’allocation de moyens par le ministère. Donc ma question finalement c’est vraiment qui est l’AERES ? Parce que l’AERES, il y a le président bien sûr. Après, vous avez un certain nombre de personnes, qui sont détachées en général trois jours par semaine, qui dirigent différentes choses dans la structure : direction des unités, direction des formations, direction des établissements. En dessous vous avez des délégués scientifiques, qui sont là un ou deux jours par semaine en général. Ce sont des collègues qui continuent à enseigner dans leur discipline. Ces collègues, quand ils organisent des comités de visite, ont obligation d’avoir des membres du CNU, d’avoir des membres de la section CNRS et un certain nombre d’autres personnes dans leur équipe. La question est la suivante : où est l’AERES telle que vous la décrivez, c’est-à-dire comme une machine avec un certain nombre de fonctionnements, une certaine volonté, avec une vision ? Et, ce qui est intéressant à signaler, c’est que le moment où l’on voit l’agence, d’un point de vue pragmatique, c’est évidemment dans ses communiqués de presse, etc. Au moment des Idex et compagnie, le conseil d’administration de l’AERES a dit : « vous n’avez pas le droit d’utiliser la notation globale en dehors de toutes les notes et du rapport en entier »[12]. Et ce type de prise de position de l’agence est une constante de sa part. On peut juger que cette prise de position est naïve, c’est-à-dire que chaque fois qu’ils ont produit un rapport ils savent très bien que cela va être utilisé. Mais alors la naïveté ne doit-elle pas être attribuée à l’ensemble des collègues ; c’est-à-dire que les collègues qui vont dans les comités et qui savent très bien que derrière il y a des moulinettes, sont aussi des naïfs. Cela soulève la question de savoir ce qu’est cette institution, et pourquoi finalement il y a des taux de participation aussi importants des unités, des personnes, etc., qu’on ne voit pas de mouvements de rébellion au sens de refus de participation à cette agence. J’ajoute juste à titre de comparaison que les physiciens étaient très contents de l’AERES, ils avaient 76 % d’unités notées A+. Quand vous regardez les sites des revues, vous constatez qu’elles sont ravies d’avoir des « labels de qualité » de l’AERES[13]. Quand vous regardez des sites de laboratoires, ils sont absolument ravis d’afficher leur note de l’AERES. En conséquence, qu’est-ce que l’agence si ce n’est une structure dans laquelle tout un chacun trouve à boire et à manger et continue à fonctionner pour des bonnes et des mauvaises raisons, sous une forme d’agrégation finalement des volontés et des capacités des uns et des autres ? Et comment peut-on passer de ce plan là à un plan institutionnel dans lequel on va dire : l’AERES veut ceci, l’AERES veut cela ? Les seuls moments où l’AERES dit vouloir quelque chose, elle me semble dire des choses qui sont à peu près à l’inverse des volontés qui ont été décrites ici. C’est-à-dire : « nous ne sommes pas là pour décider » ; « les décisions appartiennent aux organismes et aux établissements » ; « la note globale ne doit pas exister », « on doit considérer l’ensemble du rapport ». On peut lui reprocher sa naïveté, mais comment lui attribuer toutes ces volontés que vous lui avez attribuées sans faire en sorte d’attribuer ces volontés à l’ensemble du corps constituant, à l’ensemble des collègues ayant participé à son fonctionnement ?

Christian Topalov : Nous avons ensemble plébiscité l’AERES bien sûr ! La violence symbolique ça n’existe pas.

Élie Haddad : Dans ses discours, l’AERES se positionne toujours par rapport aux agences évaluatrices des agences d’évaluation nationales, qui se situent au niveau européen et qui accréditent les agences d’évaluation nationales. C’est fondamental parce que dans son discours elle est donc tenue en permanence à penser à cela, par exemple dans la question de la notation et de son recul à ce sujet ainsi que dans les procédures qu’elle met en place. Après, sur la question que moi j’appellerais volontiers « l’esprit des institutions », c’est mon côté historien moderniste, eh bien Standard and Poors’ dit bien qu’elle ne fait pas de politique. C’est aussi une agence qui prétend à la neutralité, qui ne fait que décrire l’économie et dire que ça ne va pas. Sauf qu’évidemment dans ses critères, sa façon de fonctionner, sa façon d’évaluer un État sur le même plan qu’une entreprise par exemple, elle développe une logique qui, si on la prend d’une manière un peu critique, est une logique politique. Je pense que l’AERES, c’est pareil.

Olivier Pégard : Vous dites que l’AERES finalement est une coquille vide. Mais comment est née l’AERES et qui a participé à sa fabrication ? C’est-à-dire que si l’AERES touche tous les champs scientifiques, et là vous disiez tout à l’heure qu’il y avait 76 % de physiciens qui étaient contents de cette agence, cela revient à ce que je disais, c’est qu’on évalue les champs scientifiques de manière indistincte et il y a subtilement un mode d’imposition d’une vision de la science contre une autre. Forcément, les sciences humaines, les sciences sociales, etc. ne sont pas dans une position dominante mais dominée. Ainsi par exemple le chercheur qui incarne la « journée de la science », sur les affiches qui annoncent cette manifestation, est représenté par un homme en blouse blanche. Le deuxième point concerne les personnes qui travaillent dans cette agence. Dans l’ethnographie que vous en faites- vous concluez que ce sont des évaluateurs  « potiches ».

Christian Topalov : Je parlais du comité qui a évalué le CNRS.

Olivier Pégard : Donc, dans cette ethnographie de couloir. Ce que je veux dire c’est qu’il faut aussi bien comprendre que l’on a beau être des scientifiques, cela n’empêche pas que les chercheurs et enseignants chercheurs évoluent dans des institutions structurées par des rapports de domination formels et informels. La création de l’AERES, même en tant que coquille vide, a engendré un contexte favorable à ce que ce soit par exemple les dominés d’une situation qui vont se dire : « tiens j’y vais » pour apparaître en tant que dominant. Je veux dire qu’il y a des agents qui consentent à y aller car à leurs yeux, ce sera un bénéfice d’apparaître en évaluateur œuvrant pour le compte de l’AERES. À partir de là, est-ce que l’on pourrait conclure que pour les agents scientifiques qui y prennent part, l’AERES est un vaste consentement à sa propre dépossession ? Est-ce comme ça que cela marcherait ?

La visite du comité et l’évaluation comme deux activités disjointes et sans effets ?

Michel Agier : Je veux juste nuancer un peu les oppositions parce que comme ex-directeur d’une UMR j’ai eu à organiser la visite de l’AERES. Je voudrais préciser un petit peu le point de vue selon lequel ça s’est bien passé mais ça ne sert à rien. Effectivement ça s’est bien passé puisqu’il y avait des collègues proches qui étaient là. On leur a posé la question des raisons de leur participation à ce comité. Ils nous ont répondu que c’était parce que c’était la première fois et qu’ils voulaient voir comment cela se passait – et on a eu de vrais échanges intéressants sur des études africaines et sur l’africanisme en France et ailleurs. Et ce qui nous a été donné comme texte après était aussi intéressant et ça nous a donné l’occasion d’y faire une réponse dont la préparation était également intéressante. Tout ça n’ayant rien à voir finalement avec le principe de la notation, qui était complètement absent de la discussion et aux collègues qui étaient là et le même gêné souriant sur le fait de savoir s’il y avait des chercheurs publiant non, qu’est-ce que ça voulait dire et à partir de combien de textes on est publiant ? Tout ça pour dire que sur la pratique elle-même de cette relation, cela s’était effectivement bien passé. Et puis après sur la suite ça n’a eu aucun effet. C’est-à-dire en gros quel effet ? L’effet, c’est avant tout des financements et que l’on reçoit plutôt effectivement par nos établissements. Les EPST fournissent aux laboratoires la base structurelle pour fonctionner. Et donc après c’est plutôt à l’ANR que les chercheurs doivent faire appel pour avoir des financements. L’AERES est une toute petite goutte dans un dispositif d’ensemble qui nous échappe qui est en fait contrôlé par le ministère de manière beaucoup plus décisive que par les EPST. La question qui se pose à l’AERES franchement pour moi ça n’est pas la composition du comité de l’AERES qui vient nous rendre visite, c’est plutôt le cahier des charges de l’AERES. Or d’après ce que j’ai compris, cela se passe plutôt au ministère. Le ministère emploie aussi des agences d’évaluation, qui sont des petites agences d’évaluation privées, qui ont un cahier des charges très explicite que leur demande directement le ministère. C’est une mini AERES finalement. Le principe c’est que le ministère a le cahier des charges, fonctionne avec des agences d’évaluation qui sont peut-être plus souvent des experts, pour le coup il s’agit d’experts du ministère qui sont employés directement par lui. l’AERES est une forme « gonflée » et pérenne de ce système d’agences d’évaluation. C’est davantage le mot agence qui pour moi est important plutôt que le terme d’évaluation. Mais je n’ai rien à dire sur le fond sur la relation qui s’établit et sur le fait que les collègues, en l’occurrence des pairs, viennent voir notre boulot, discutent et au bout du compte établissent un rapport. Le seul problème finalement c’est que ça ne sert à rien et que ça n’a aucun effet.

Evaluer les enseignants-chercheurs sur la recherche et ses conséquences sur leurs conditions de travail

Stéphane Beaud : Juste un petit mot par rapport à ce que vient de dire Michel Agier. Cela n’a pas d’effet je crois dans les gros laboratoires parisiens qui sont bien constitués, qui ont pignon sur rue et qui savent à l’avance qu’ils auront la note A+. La visite dans ce cas donne lieu à un bel échange scientifique. Mais j’ai l’impression que dans certains laboratoires, notamment en province, ça a des effets. Il faudrait voir de près ce qui se passe dans les conseils d’administration des nouvelles universités dans le cadre de la LRU, comment sont interprétées les notations de l’AERES. Par rapport à la question que soulevait tout à l’heure Christian Topalov : de quelle évaluation avons-nous besoin ? J’ai aussi envie de dire que, en même temps qu’il faut poser cette question, il faut poser aussi la question je crois très forte des conditions de travail des collègues et de la grande différenciation de plus en plus croissante entre les chercheurs CNRS et les universitaires. Je parle pour ma boutique, la sociologie, je parle des départements de sociologie à Paris ou en province ou dans des IUT. Les collègues enseignants-chercheurs font de l’enseignement mais aussi beaucoup d’administration. Et dans cette logique d’évaluation tous azimuts ils ont de moins en moins de temps pour la recherche. Or, comme on évalue principalement la recherche dans un cadre de temps de travail contraint des enseignants-chercheurs, je pense que l’on est vraiment dans un moment très délicat parce que beaucoup d’entre eux, s’ils veulent être considérés comme publiants, sont obligés de faire des arbitrages : on ne va plus enseigner en première année, on ne va plus faire d’amphi, on va moins corriger. L’articulation entre l’évaluation de la recherche et l’enseignement, puisque l’on a aussi à produire des chercheurs par l’enseignement, cela me semble être une question qu’il faut poser en même temps que l’évaluation.

Le CNU et l’évaluation des enseignants-chercheurs

Christian Topalov : En d’autres termes, de la question : de quelle évaluation avons-nous besoin ? On ne peut pas séparer l’autre question : à quoi servent les évaluations ? Je ne veux pas non plus plaider que le système actuel est une énorme machine du type Léviathan. Il n’en est pas moins vrai qu’elle a été conçue comme telle, c’est-à-dire que le classement des revues avait pour fonction de classer les publiants et les non publiants et le classement de ces publiants et de ces non publiants avait pour fonction de permettre aux présidents d’université de répartir les services entre enseignement, recherche et administration. C’est comme ça que cela a été pensé. Heureusement, on était là et on a bloqué cette chaîne totalement fatale en deux points essentiels : le classement des revues d’un côté et puis l’application du nouveau statut des enseignants-chercheurs de l’autre. C’est ainsi qu’on est arrivé à limiter la casse. Mais je crois que le but de toutes ces machines effectivement c’est ce type de soumission.

On a vu quand même avec la vaste opération Labex, Equipex et surtout Idex à quel point les notations de l’AERES ont joué un rôle décisif. Enfin, c’était un argument constant pour légitimer la sélection des projets. Tout cela forme un ensemble. La question que je pose maintenant, qui est : de quelle évaluation avons-nous besoin ? Il est très difficile d’y répondre sans imaginer un contexte qui lui-même évolue, parce que si on est dans un monde où les universités sont jetées dans une compétition constante les uns contre les autres, la réponse peut être celle-ci. Si on arrive à sortir de cet enfer, la réponse peut être autre. Donc c’est un peu compliqué. Néanmoins la question mérite d’être posée et j’aimerais particulièrement la poser à nos collègues du CNU. Puisque le CNU jusqu’ici a une expérience solide ancienne, qui est de qualifier d’un côté et de promouvoir de l’autre. Ça ils savent faire, tantôt bien, tantôt moins bien, ça dépend. Mais vous allez devoir dans fort peu de temps évaluer des individus hors contexte. La mandature précédente a réussi, sous l’euphémisation d’un moratoire, à éviter ça. C’était un recul du gouvernement. Mais maintenant le gouvernement avance. C’est normal, c’est son job. Donc vous allez avoir ce problème à résoudre. Qu’est-ce que vous allez faire ? Comment prenez-vous ce problème ? Est-ce qu’il est utile que les enseignants chercheurs soient évalués par vous, comment ? C’est une question qui est posée. Il y a d’autres questions qui ont affleuré jusqu’ici. Que va-t-on faire ? On va fermer l’AERES j’espère. On va faire le nécessaire pour que le gouvernement le fasse. Par quoi va-t-on la remplacer là où il est nécessaire de la remplacer ? Par exemple, comment vont être évaluées les équipes d’accueil, comment vont être évaluées les entités de recherche et d’enseignement universitaires ? Comment vont être évaluées les formations ? Faut-il évaluer les établissements ? Personnellement je pense que c’est totalement inutile sauf si on veut faire la compétition. Enfin il faut discuter de tout ça : de quelle évaluation avons-nous besoin dans un monde où l’homme cesse d’être un loup pour l’homme ou la femme une louve pour la femme, bien sûr ?

 

L’échelon national : un « bouclier » contre les possibles dérives locales de l’autonomie ?

Éric Agrikolanski : Je voudrais juste rajouter une chose dans le portrait que vous dressez de ces évolutions. Il y a un élément supplémentaire qui intervient en relation avec l’autonomie des universités et qui est extrêmement important. C’est la modulation des services, c’est le classement, mais l’AERES et toutes ces procédures d’évaluation sont aussi des manières de piloter différemment des établissements de plus en plus autonomes. Donc se pose aussi la question des responsabilités relatives du ministère, et puis des universités qui ont de plus en plus de prérogatives dans la définition de leurs programmes, de leurs diplômes, de leurs modalités de recrutement, du statut des personnels qu’elles vont recruter puisque s’ouvre la possibilité de recruter des gens sous statut privé en CDI. Ça évidemment c’est un enjeu supplémentaire qui pose aussi la question de savoir si une évaluation ou une intervention d’une instance nationale par discipline est forcément liberticide dans un espace dans lequel on aurait des établissements qui localement, en jouant ce jeu de la concurrence, décideraient de multiplier par 10 leurs frais d’inscription, de produire des diplômes d’université, de recruter des personnels à bas coût pour faire les enseignements que personne ne veut faire, etc. L’intervention d’une instance d’évaluation nationale se joue aussi là-dessus.

Christian Topalov : C’est aussi la question du cadre législatif.

Éric Agrikolanski : Oui voilà. Est-ce qu’on peut imaginer revenir sur l’autonomie aujourd’hui ? Je ne sais pas.

Y a-t-il trop d’évaluations ? Trop mal à propos et pas assez à bon escient ?

Christian Topalov : Alors, de quelle évaluation avons-nous besoin ?

Sylvain Piron : Je suis perplexe aussi mais cela a déjà été dit une fois ou deux : une évaluation doit être suivie d’effet, sinon elle n’a aucun sens, et cet effet doit être immédiat. Le problème de l’AERES c’est justement d’être une boîte vide. C’est un instrument du ministère, désormais extériorisé, mais sous contrôle, qui applique avec un double discours, comme l’a rappelé Elie, une politique définie par le ministère et qu’elle n’a pas même le moyen de définir. Elle applique des notes sans que ce soit transformé en dotation de moyens et en multipliant après le besoin d’évaluation pour évaluer des projets. Mon sentiment, c’est qu’il y a beaucoup trop d’évaluations depuis quelques années et on passe un temps de plus en plus disproportionné à évaluer toutes sortes de choses. Je pense qu’il en faut beaucoup moins, il faut qu’elles soient utiles et qu’elles aient lieu quand on en a besoin. Un chercheur n’a pas besoin de trente-six évaluations durant sa carrière, il en a besoin au moment du recrutement. C’est ça le problème, il y a des recrutements qui sont faits de façon tout à fait scandaleuse selon des procédures qui sont encore plus rapides que les comités de visite dont on vient de parler. Il y a un besoin d’évaluation à ce niveau-là je pense et après dans la carrière d’enseignant-chercheur on a très peu besoin d’évaluation, au moment où l’on franchit des seuils, pour des promotions, pour des détachements, et c’est un tout petit nombre de cas. À mon avis, il n’y a sûrement pas besoin d’évaluation régulière et le bon rythme pour un chercheur, c’est 10 ans au minimum pour effectuer une évaluation sérieuse de son travail. Plus souvent, c’est excessif. La situation est différente pour les équipes ou pour les groupes, pour lesquelles il s’agit de renouveler des financements ou des dotations récurrentes. La logique serait d’évaluer pour donner quelque chose et pas de dissocier les deux choses. C’est peut-être ça le gros problème de l’évaluation telle qu’elle est pratiquée.

Stéphane Beaud : Juste quelques points sur l’évaluation. Je suis entièrement d’accord sur le point de l’évaluation faite au moment du recrutement. Pour l’université, j’essaye de faire partie des comités de sélection partout, j’en fais trois par an. Cela prend du temps mais c’est assez intéressant. Je trouve effectivement que le système est très déficient puisqu’on examine cinquante CV dans une après-midi, après on auditionne huit à dix personnes et on doit choisir une personne. En une après-midi se joue toute une vie pour certains, c’est quand même extrêmement défectueux, insatisfaisant, frustrant, etc. Cela devrait faire partie des réflexions des universitaires. Ce sont des opérations fondamentales. Pourquoi ne pas prendre plus de temps pour recruter des collègues à vie ?

Le CNU n’est pas seul à évaluer pour les promotions, il y a aussi les universités. On peut être promu première classe par le CNU mais aussi par des instances universitaires locales, c’est-à-dire le conseil scientifique. Il y a donc deux voies parallèles : il y a les personnes qui passent par la voie locale, parce qu’on récompense leur investissement local.

Et puis la troisième remarque que je voulais faire par rapport à l’intervention de Sylvain Piron, il me semble que parfois une évaluation peut être bénéfique pour remettre le pied à l’étrier de jeunes ou de moins jeunes collègues qui ont arrêté de faire de la recherche. Je pense que cela peut être bien, mais au lieu d’une évaluation-sanction, il pourrait y avoir une évaluation avisée incitative. C’est très particulier à la sociologie, j’ai souvent remarqué ce phénomène, beaucoup de jeunes enseignants-chercheurs sont recrutés, malheureusement souvent sur une base locale, et puis après ils se dévoient dans beaucoup de tâches locales, et puis ils arrêtent la recherche une fois que c’est fini, ils sont perdus pour la recherche et puis après ils viennent dans les institutions et c’est là qu’ils deviennent dangereux pour les chercheurs.

Christian Topalov : Cela devient des bureaucrates de la science ? Alors ça, ça ne va pas tout à fait dans le sens de ce que dit Sylvain.

Stéphane Beaud : Non, idéalement je suis d’accord avec Sylvain, mais il faut tenir compte de certaines réalités auxquelles on peut être confronté par moment.

Christian Topalov : Oui parce que Sylvain dit que ce n’est pas la peine d’évaluer les collègues très souvent, une fois ou tous les dix ans cela suffit et Stéphane dit plutôt qu’il faut être vigilant, qu’il faut aider les gens, etc. Ce sont deux philosophies différentes.

Stéphane Beaud : Je ne suis pas non plus favorable à une évaluation tous les deux ou trois ans, c’est débile, mais tous les cinq à six ans, pourquoi pas ?

Catherine Alès : Au CNRS c’est tous les deux ans, on est les seuls à être évalués aussi fréquemment.

Marc Lipinski : Tous les deux ans, ce ne sont pas des évaluations, on remplit des papiers qui sont classés.

Catherine Alès : Non ce n’est pas tout à fait exact.

Des instances d’évaluation en surnombre ?

Laurent Coudroy de Lille : Pour revenir à l’AERES, il sera intéressant de suivre la seconde vague d’évaluation si elle a lieu. Car on verra à la fois l’évolution du point de vue des experts… et la possibilité qu’auront eue les établissements de mettre en œuvre les fameuses préconisations. Il y a beaucoup de désintérêt pour l’AERES ; on verra sans doute son inutilité.

Il existe d’autres dispositifs d’évaluation : lors d’une évaluation à laquelle j’ai participé, celle-ci prenait déjà en compte un rapport de l’année précédente issue de la commission des titres d’ingénieurs (CTI), autre instance d’évaluation dont l’appréciation revêt un enjeu beaucoup plus concret pour les écoles en question. La même personne dirigeait les deux commissions, le rapport de l’AERES prenait en compte de façon explicite cette autre évaluation de la CTI. Il est probable que cela se passe aussi  pour l’AERES à l’occasion de la vague suivante; les nouveaux rapports, par souci d’économie de moyens et sans doute aussi de facilité, se contenteront de s’ajuster aux anciens. Le CNU et les instances du CNRS ont plus d’expérience et travaillent de façon plus approfondie, c’est évident. Les recoupements de rapports et de commissions agissant selon des légitimités et des calendriers ainsi que des périmètres différents vont nous mettre dans des situations extrêmement confuses, mais c’est aussi de là que peuvent naître des marges de manœuvre. Ce n’est pas la première fois dans notre pays que l’on multiplie les instances sans  délégitimer celles qui existaient auparavant. Il semble que l’on soit dans ce processus-là.

Christian Topalov : Laurent pose une question très concrète : aujourd’hui, une même unité de recherche est évaluée tantôt par l’agence de notation (l’AERES), tantôt par une section du comité national. Du moins la pertinence de l’évaluation de l’AERES sur une unité est-elle évaluée à son tour par le comité national. Puisque celui-ci officiellement n’a plus compétence pour évaluer les unités.

Laurent Coudroy de Lille : Si le CNU est amené à évaluer de façon régulière les individus, il va renvoyer son évaluation aux équipes et donc à d’autres évaluateurs qui sont passés avant.

Catherine Alès : Les évaluateurs des équipes n’ont pas l’évaluation des chercheurs. Une évaluation d’un chercheur au CNRS, puisque nous sommes les seuls à être évalués il faut quand même le souligner, est personnelle. C’est individuel et cela ne s’adresse qu’au chercheur concerné, le responsable d’une équipe n’a pas accès -et fort heureusement- à ce rapport. C’est un rapport entre les pairs et un chercheur. Je trouve ça plutôt bien. Ça n’a rien à voir avec l’évaluation des équipes. Mais quand on a à faire à la fois l’évaluation des équipes et l’évaluation des chercheurs, on a une vision beaucoup plus claire de cette équipe, on est mieux à même d’évaluer une équipe.

Patrick Michel : Il est bien évident que l’on ne peut pas saisir l’AERES, et de ce point de vue là je suis assez d’accord avec vous, indépendamment du reste, d’un ensemble. Cela a d’ailleurs été dit à plusieurs reprises. Ce qui frappe, c’est la volonté de nos dirigeants de disposer d’un instrument de mesure et de pouvoir effectuer des pressions par l’intermédiaire de cet instrument de mesure. De ce point de vue là, l’AERES n’est, vous avez raison, qu’un outil auquel il serait sans doute abusif de prêter une volonté absolue, déterminée, etc. Sauf que l’AERES est aussi une instance qui a besoin d’établir sa légitimité, de prouver et de mettre en évidence son utilité. Ce qui explique, au passage, qu’elle s’en prenne aux instances où siègent des élus.  L’AERES prétendait ainsi récemment évaluer aussi bien le CNU que le comité national, ce que l’un et l’autre ont refusé, soulignant, sur un mode d’ailleurs assez plaisant (« nous sommes tout prêts à vous faire bénéficier de notre expérience… »), que c’était là un petit peu poussé.

En revanche je ne suis pas du tout d’accord avec vous lorsque vous dites que tout le monde peut « refuser ». L’AERES existe du fait d’un décret qui lui confère le monopole de l’évaluation. Je ne vois pas comment le président du CNRS, un président d’université, un directeur d’unité pourrait refuser l’évaluation et donc les modalités de celle-ci. Les seules formes de lutte efficace qu’on a pu trouver, c’est ce que rappelait Sylvain Piron tout à l’heure et auquel a d’ailleurs assez largement participé le comité national, à savoir refuser l’établissement de listes de revues. Ou encore le refus de nos collègues au moment où un mot d’ordre de boycott avait été donné, de participer aux comités de visite. La méfiance du milieu explique d’ailleurs une part des difficultés de l’AERES pour remplir ses missions. Ce pourquoi nous sommes passés à cinq vagues : à un moment donné l’AERES a fait savoir que ce n’était plus possible pour elle de remplir sa tâche, en partie sans doute en raison de sa difficulté persistante à trouver des experts volontaires. C’est la raison pour laquelle il a fallu étaler le travail dans le temps.

Une dernière remarque sur l’idée  qu’une évaluation tous les dix ans suffirait : là pour le coup je ne suis pas d’accord. Ce que j’ai pu observer du fait d’une maintenant longue expérience au CNRS, c’est que bien sûr toutes les garanties ne sont pas réunies lorsque l’on recrute. Mais le sont-elles pour d’autres concours ? A l’évidence, quelqu’un qui réussit ou qui rate à un quart de point le concours de Polytechnique peut en voir sa vie transformée. C’est donc le système même du concours qui serait en cause. Or c’est le principe d’accès à la fonction publique. On peut décider d’en finir et faire comme dans certains établissements, où l’on recrute sur des contrats de droit privé. Où s’appliqueront donc les règles du management privé. Avec déjà des critères non explicites pour les promotions, notamment le montant des contrats que l’on ramène.

Surtout, un délai de dix ans entre deux évaluations pose un problème dans la mesure où un chercheur peut, à un moment donné de sa carrière, connaître des difficultés et perdre pied. Pouvoir le repérer, parfois même lors d’une simple évaluation à deux ans, permet d’entrer dans cette procédure dont il faut créditer le CNRS de suivi post-évaluation. Il n’est pas là question de sanctionner, mais d’émettre un avis d’alerte qui enclenche une procédure où sont impliqués évidemment le chercheur, le directeur de l’unité, la section, la direction des ressources humaines, la direction scientifique. L’idée est de mettre en place des dispositifs d’écoute et d’accompagnement du chercheur. Et ça me semble très utile dans des carrières où l’on se sent souvent très seul, où il y a peu de retour sur ce que l’on fait. Donc peut-être que sur le plan scientifique à proprement parler on peut s’accorder sur l’idée qu’après tout tous les huit ou dix ans c’est suffisant, mais en termes de gestion des ressources humaines, il me semble que des rendez-vous d’évaluation plus rapprochés ne font pas de mal.

Catherine Alès : Et le rapport à l’institution aussi, parce que quand on est enseignant-chercheur on donne des cours chaque semaine, on appartient à une école doctorale, mais quand on est chercheur le rapport à l’institution est plus distant et impersonnel.

Olivier Pégard : La proposition que vous faites me dérange un peu finalement.  Vous la posez parce qu’il y a un système d’évaluation qui existe et parce qu’on considère que l’évaluation est censée répondre à un problème. Vous partez peut-être de ce postulat. En fait, si vous construisez des lieux de relations plus à l’horizontale, plus dans l’immédiat, plus dans la complicité, les problèmes se repèrent. La personne qui sent qu’elle a un problème dans son travail en parle d’elle-même à ses collègues. Je veux dire que nous n’avons pas forcément besoin d’un système d’évaluation pour nous parler. Et je dirais que promouvoir systématiquement la question de l’évaluation c’est forcément évacuer une possibilité autre de fonctionnement. Là où ça me gêne un peu dans cette manière de faire, c’est son côté maternant comme s’il s’agissait de ramener la brebis égarée dans le droit chemin.

Michel Agier : Avec ce thème on est passé de l’évaluation collective à l’évaluation individuelle.

Christian Topalov : Cela fait partie du problème. Il y a deux cultures différentes.

Stéphane Beaud : Quand tu dis qu’il y a deux cultures différentes, autant je suis d’accord avec toi pour reconnaître qu’il y a une culture de l’évaluation au CNRS, je ne suis pas CNRS, autant à l’université il n’y a pas de culture d’évaluation.

Par quoi remplacer l’AERES ?

Christian Topalov : C’est ça la différence. Je pense que l’un des objectifs qu’il faut que l’on se donne collectivement dans ce mouvement, c’est de faire fermer l’AERES très vite en présentant cette exigence sous la forme d’un moratoire. C’est-à-dire qu’il faut que quand le futur ministre de la recherche prendra possession de son bureau, il commence bien sûr par lancer les assises de la recherche et de l’enseignement supérieur et pour que ces assises réussissent il faut que les collègues pensent que quelque chose peut changer. Pour qu’ils pensent que quelque chose peut changer, il faut deux ou trois actes symboliques très forts. Il faut immédiatement faire un moratoire sur l’AERES. Cela ne gêne personne. Ce truc s’arrête, ça n’a aucune conséquence. Et ça donne un espoir de changement à tous.

Je ferme la parenthèse et vous propose que l’on en vienne à parler de ce qui peut justement remplacer tout ça.

Laurent Audouin : Je suis absolument d’accord avec les prérequis que tu donnes là et le tempo de cette symbolique qu’aurait l’arrêt immédiat des activités de l’AERES. Ensuite il faut voir à quoi cela a servi quand même ? Il faut souligner le fait que cela a ouvert une perspective d’évaluation à des structures qui n’étaient pas jusque-là évaluées. La question est donc de savoir par quoi remplacer l’AERES car il ne s’agit pas de supprimer pour supprimer. Si l’on remplace on est d’accord qu’il faut une dimension démocratique, élue, à l’instance qui évalue. À la fin, soit on recrée un machin autre part, soit on donne une nouvelle mission à une structure existante. Il faut une structure qui dépasse celle qu’elle est censée évaluer. Je n’en vois qu’une : c’est le CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche). La question c’est de savoir s’il serait pertinent -il me semble que oui-, peut-être un peu par défaut, de donner une mission au CNESER pour évaluer les grands éléments du système de recherche national, aussi bien les universités dans leur globalité, enfin chaque ensemble université par université, éventuellement les superstructures qui vont y être associées ; je ne parle pas des Idex qui pour nous écologistes ont vocation à disparaître, mais au moins des PRES qui peuvent être peut-être des structures porteuses pour la suite, et des organismes de recherche. Ensuite, à chacune de ces sous-structures d’assurer elles-mêmes l’évaluation de leurs équipes avec peut-être une articulation à définir, parce que tout ce qui est unité mixte pose la question de savoir si cela doit être évalué deux fois, parce que les équipes où les laboratoires mixtes CNRS-université doivent subir à la fois une évaluation d’un côté du CNRS et un éventuel comité CNU qui serait pour le coup à définir. Il pourrait peut-être y avoir des accords de délégation de l’évaluation, tout comme il y a des accords de délégation de gestion aujourd’hui qui finalement sont quand même globalement positifs, allègent un petit peu des maux de tête que donnaient les doubles tutelles. Voilà une proposition d’architecture d’ensemble que je pose sur la table.

Stéphane Beaud : Je rejoins cette idée que je trouve intéressante et ce point qui me paraît décisif, parce que l’on va espérer dans l’avenir. Je pense qu’une question centrale est de remettre en cause cette pratique bien française qui consiste à faire en sorte que tous les membres de ces instances (AERES, ANR) soient nommés. Je pense que c’est catastrophique. Le mouvement des chercheurs et des enseignants-chercheurs doit quand même imposer cette règle de l’élection pour que l’on cesse d’avoir à notre tête des gens qui soient nommés, qui font la pluie et le beau temps, la seule voie qui nous reste étant alors de les contester de l’extérieur. Je plaide résolument pour des instances élues démocratiquement contre ces oukases bureaucratiques.

Didier Torny : Je voudrais juste apporter une précision. Le président de l’AERES n’a pas demandé à évaluer les enseignants-chercheurs mais seulement les procédures qui sont utilisées pour le recrutement et l’évaluation des enseignants-chercheurs, ce qui est quand même très différent[14]. Le problème c’est que souvent les instances ne sont pas en mesure de produire des procédures. On peut critiquer le mode procédural en tant que tel en disant que l’on n’en a pas, car c’est l’évaluation par les pairs sous une forme ou sous une autre ou exposer les critères de recrutement et d’évaluation comme le font la plupart des sections du CNRS.

Mais pour l’avenir c’est intéressant, j’ai entendu des propositions faites ici disant qu’il faut que l’évaluation serve à quelque chose et en particulier que l’allocation des moyens y soit liée. Donc ma question c’est qu’il y a un pays pas très loin de nous où cela existe qui s’appelle l’Angleterre. Les Research Assessment Exercise (RAE), ont lieu tous les quatre ans. À la fin de cette évaluation on a des notations mais sans que les critères en soient explicitement indiqués. On sait ce que cela a créé, c’est-à-dire un marché de l’emploi très intéressant où chaque enseignant-chercheur négocie son salaire en menaçant le cas échéant d’aller ailleurs s’il juge insuffisante la proposition qui lui est faite dans l’université où il enseigne. Ce système suscite des critiques récurrentes[15]. Ma question est : le fait que les moyens soient liés à l’évaluation revient-il à mettre en place un système proche du dispositif d’évaluation britannique et sinon quelle alternative proposez-vous ?

Catherine Alès : Mais précisément on refuse ce système (celui du RAE), c’est précisément ce contre quoi on se bat.

Didier Torny : Mais vous avez dit tout à l’heure qu’il ne faut pas que l’évaluation ne serve à rien. Vous avez dit qu’il fallait que les dotations de moyens soient liées. Donc vous envisagez une instance ou une série d’instances dont le jugement entraîne quasi automatiquement une allocation de moyens.

Christian Topalov : Je ne voudrais pas prendre le CNRS comme modèle car il a bien des défauts. Mais ce problème est résolu au sein du CNRS. Nous avons un comité national totalement indépendant de la direction. Il comprend des nommés mais l’entité est indépendante. Il ne rend compte à personne de ces avis. Il évalue, il aide, il décide de ses procédures, etc. Ce n’est pas lui pour autant qui signe les chèques aux unités. Par conséquent on est dans cette dualité entre l’évaluation et l’attribution des moyens que vous estimez positive à l’AERES.

Une évaluation sans finalité pratique ?

Éric Agrikolanski: Sur la formule selon laquelle il faut que l’évaluation serve à quelque chose, on peut dire inversement que si ça ne sert à rien alors pourquoi évaluer ? Ce contre quoi on s’élève c’est contre une culture dans laquelle il faut évaluer à tout prix, sans chercher quelles sont les raisons et les conséquences de cette évaluation. Pour preuve ce qui se passe actuellement avec le moratoire sur l’évaluation individuelle des enseignants-chercheurs. Le ministère demande à des instances élues comme le CNU de réfléchir aux modalités et à l’utilité de l’évaluation, alors qu’il n’est pas certain que les enseignants-chercheurs veuillent une évaluation sous quelque forme que ce soit – et c’est peut-être la vraie question ? On affirme qu’il faut évaluer et on considère ensuite que ce sont à ceux qui vont être évalués de formuler les raisons de cette évaluation. Il me semble que le premier raisonnement c’est de se dire qu’il faut évaluer au moment du recrutement, au moment des différentes étapes de la carrière, oui sans doute pour l’évaluation individuelle. Ensuite, évaluer de manière technocratique tous les deux ou trois ans sans qu’il y ait de but, de fin ou d’effet, comme cela se passe au CNRS, franchement je n’en vois pas le bien-fondé.

Patrick Michel : On mélange des deux registres de l’évaluation individuelle et collective.

Christian Topalov : Ne mélangeons pas, traitons les deux problèmes. Mais je crois qu’il y a une sorte de consensus du côté des universitaires comme quoi une évaluation récurrente des individus n’est pas pertinente.

Laurent Coudroy de Lille : Dans cette affaire du moratoire, du recul et on espère de l’annulation de l’évaluation à répétition des individus par le CNU, ce sont les sections du CNU elles-mêmes qui ont demandé au ministère de préciser les finalités de la démarche. Cette question est demeurée sans réponse.

Éric Agrikolanski: On a demandé au CNU de justifier une évaluation que le ministère impose. C’est formidable comme procédé !

Laurent Coudroy de Lille : Non en effet la question ne peut pas se résoudre dans les sections. Elles ont autre chose à faire. C’est la question qui est renvoyée au ministère. C’est très important de le signaler.

Christian Topalov : Observer la réponse des sections à cette question va être éminemment passionnant et assez cocasse je pense. Il n’en demeure pas moins que le problème de l’évaluation des entités collectives, auxquelles cela peut être utile d’être évaluées mais qui ne sont pas dans le domaine du comité national ou de ses équivalents des grands organismes, reste entièrement posé. Alors ce n’est pas nous qui allons refaire le monde ce soir, mais on ne peut pas échapper à y réfléchir sérieusement et à faire des propositions parce que autrement notre offensive contre la notation managériale s’affaiblira d’autant.


[6] Le Ribac est le recueil d’informations sur l’activité des chercheurs. Il a remplacé la fiche CRAC qui était la fiche de compte rendu d’activités chercheur annuelle.

[8] 27 mai 2008, table-ronde organisée à l’ENS-Ulm intitulée « L’évaluation en SHS ». Un compte-rendu peut en être lu ici : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article473

[11] David Pontille, Didier Torny, « Rendre publique l’évaluation des SHS : les controverses sur les listes de revues de l’AERES », Quaderni, n° 77, 2011.

[12] Communiqué de l’AERES sur l’usage de la notation, 14 octobre 2010, http://www.aeres-evaluation.fr/content/download/14866/239690/file/101014_AERES_MotionConseil.pdf

[13] C’est vrai pour de nombreuses revues à l’international qui affichent sur leur site leur notation par différentes agences ou leur facteur d’impact, nombre de téléchargements… voir David Pontille, Didier Torny, « The Controversial Policies of Journal Ratings: Evaluating Social Sciences and Humanities », Research Evaluation, vol. 19, n° 5, pp.347-360, 2010.

[14] Voir la lettre du président de l’AERES à la CPCNU et au CoNRS du 13 septembre 2011. L’AERES se situe pleinement dans un contrôle de second niveau relevant d’une logique d’audit, très bien décrite par Michael Power, The Audit Society : Rituals of Verification, Oxford, Oxford University Press, 1997.

[15] Voir par exemple, Miriam E. David, Research Quality Assessment and the Metrication of the Social Sciences, European Political Science, n°7, pp. 52–63, 2007.

Annonce 6° séance séminaire : « La parole est aux élus des instances de l’EHESS », jeudi 9 février 2012

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

Les Politiques des sciences. Séminaire alternatif

2e et 4e jeudis du mois, de 17 h à 19 h

(salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris)

Jeudi 9 février 2012

Sixième séance

Séance exceptionnelle

La parole est aux élus des instances de l’EHESS

(conseil d’administration, conseil scientifique, comité technique paritaire)

Modératrice : Sophie Desrosiers

Des comptes-rendus et fichiers audio des séances des années 2009-2011 et

des premières séances 2011-2012 sont disponibles sur

http://pds.hypotheses.org

 

de la part de:Michel Agier (DE EHESS),Michel Barthélémy (CR CNRS),

Claude Calame (DE EHESS), Robert Descimon (DE EHESS), Sophie Desrosiers

(MC EHESS), Mary Picone (MC EHESS), Sylvain Piron (MC EHESS), Christian

Topalov (DE EHESS)

 

Adresses électroniques de contact : agier(at)ehess.fr,

descimon(at)ehess.fr, topalov(at)ehess.fr

 

 Et après ?

 

* séance du 23 février 2012

Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis

politiques (2) : Le Front de Gauche (Parti Communiste Français et

Parti de Gauche)

 

6 mars 2012

Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis

politiques (3) : le parti socialiste

Invité : Bertrand Monthubert

Amphithéâtre François Furet, 105 Bd Raspail Paris 6°

14h-18h.

 

séance du 22 mars 2012

L’université et la recherche en questions

séance du 12 avril 2012/

Formation des enseignants-éducation: bilan et perspectives