Intervention de Christian Topalov dans le cadre de la journée de réflexion « Repenser l’autonomie » 100614

Je voudrais évoquer un aspect de l’autonomie qui n’est pas directement lié aux bouleversements institutionnels en cours, mais qui n’en est pas moins important, il me semble.

Voilà maintenant près de dix ans, avant même la LRU, que deux institutions se sont imposées dans nos vies : une agence de notation, l’AERES, et une agence de pilotage politique de la recherche, l’ANR.

L’une comme l’autre ont radicalement modifié les conditions de l’autonomie de nos communautés savantes – en introduisant, justement, une fondamentale hétéronomie dans nos critères de décision, dans les relations au sein des collectifs que nous formons, dans notre représentation de nous-mêmes et des finalités de notre travail.

Nous en avons tous fait, désormais, l’expérience : par ses notations et la publication de celles-ci, l’AERES est parvenue à mettre chacun en concurrence avec tous les autres et à faire jouer à tous la comédie nécessaire pour avoir une chance de gagner.

J’ai derrière moi une carrière au CNRS avec un nombre incalculable de rapports d’activité individuels et d’équipe : je n’ai pourtant jamais vu autant de paperasse à remplir qu’aujourd’hui avec l’AERES. Nous avions naguère la liberté de concevoir nos rapports comme nous l’entendions et d’y mettre du contenu autant que nécessaire : il y a maintenant un plan imposé, des calibres, des fiches, des indicateurs à calculer et, cerise sur le gâteau, l’exercice grotesque de l’« auto-évaluation » qui consiste, en substance, à s’administrer à soi-même des critères auxquels on ne croit pas. Tout cela pour remplir un dossier que les membres du comité de visite n’auront de toutes façons pas le temps de lire.

Les rapports que nous écrivons pour l’AERES, perte de temps et surtout d’estime de soi, bâtissent des villages Potemkine, des fictions. Peu importe : ce qui compte, c’est que nous les ayons écrits dans la crainte infantile de mal faire. Ce qui compte, c’est que s’implante dans les esprits la « culture de l’évaluation ». Jamais je n’ai vu une telle fébrilité dans les labos qu’avant le passage de l’AERES : on répète la visite à l’avance, on s’applique à répondre à toutes les questions, on finit par croire un peu qu’elles se posent réellement. C’est ainsi que les managers de la science espèrent reprogrammer les esprits. Voilà la vraie nouveauté, et elle est assez grave.

C’est en tout cas ainsi que les décisions de l’agence de notation s’imposent. On n’y croit pas vraiment, mais c’est tout comme. S’il y a une note A plutôt que A+, c’est qu’on a quitté le peloton de tête, s’il y a une note B, c’est sans doute qu’il y a un problème : il n’y a pas de fumée sans feu. Les mal notés se rebellent ou rasent les murs. Les bien notés compatissent, mais n’en pensent pas moins.

C’est là une situation familière : celle des cours de récréation de notre enfance et des distributions des prix. C’est en nous infantilisant de la sorte que l’agence de notation peut espérer qu’on ne se posera plus la question essentielle : que valent les notes qu’elle distribue ? Et que valent les critères qui sont consignés dans son « référentiel » ?

___

Nous avons joué la même comédie, à très grande échelle, lors des campagnes de sélection des labex et des idex – entités qui, désormais, existent (ou font semblant), reçoivent des fonds, s’efforcent de les dépenser. Les dirigeants des futures Comue se vantent sur leurs sites de toute cette excellence, comme pour nous faire oublier la vacuité intellectuelle de la plupart de ces entités et la façon dont elles ont été sélectionnées.

Il était bien clair lorsque furent rédigés les projets, dans la précipitation générale, que seules des unités notés A+ ou A par l’AERES pourraient bénéficier de la manne du grand emprunt. Etait ainsi instaurée une concurrence au couteau non seulement entre établissements, mais aussi à l’intérieur de chacun d’eux.

Mais là n’est peut-être pas le plus grave. Le plus grave, c’est la façon dont ces situations de concurrence nous obligent à penser de façon conforme pour avoir une chance de l’emporter. Or, la conformité, justement, c’est la mort de la pensée, de la science, de l’université.

Pour juger les projets d’excellence, il y a eu, en effet, les fameux « jurys internationaux » mis en place par l’ANR – autant dire par le ministère : des jurys de pacotille, chacun le sait, constitués dans l’arbitraire et l’opacité la plus complète.

Pour les labex, souvenez-vous : les résultats tardèrent plus de 48 heures à être publiés, car des coups de téléphone étaient nécessaires pour procéder aux ajustements qui permirent que tous les bons élèves de la réforme soient servis. Je travaille dans le champ des sciences humaines et sociales, ce qui, bien entendu, marque et limite mon point de vue. Mais, dans ce domaine où les effets des modes administratives sont particulièrement funestes – et en dépit de quelques exceptions heureuses – le suivisme des thématiques des labex est affligeant. Comme le disait avec délicatesse le directeur de l’institut des SHS au CNRS : « trouvez-moi des sujets sexy ».

En sociologie ? Violences urbaines, souffrance au travail, handicap. En histoire ? patrimoine et mémoire. En anthropologie ? Identité et, si possible, islam. Et, partout : développement durable. Sans compter la promotion politique forcenée des sciences cognitives, au détriment de la psychologie clinique notamment. Tous ces domaines de recherche sont légitimes, bien entendu, on peut même les juger intéressants. Ce qui est inacceptable, c’est qu’ils soient devenus obligatoires pour obtenir les moyens de travailler. Ce qui est absurde, en outre, c’est qu’une génération de candidats aux contrats doctoraux fléchés ou aux postes CNRS coloriés s’avance en rang serrés avec, tous, peu ou prou les mêmes sujets. C’est raisonnable de leur part. Mais est-ce cela l’innovation dont on nous rebat les oreilles ?

Pour les idex, c’était différent : il était recommandé de reprendre sa copie après un premier avis du jury. Dans chaque PRES désireux de concourir, de tout petits groupes se réunissaient en conclave, avec des conseillers en communication grassement rémunérés, et dans le secret le plus complet vis-à-vis des personnels : « nos concurrents pourraient nous prendre nos idées » expliquait alors le président de l’EHESS ! Il en sortait des textes de nature à plaire à des bureaucrates de la science venus d’ailleurs, profondément imprégnés de l’idéologie de la gouvernance resserrée, de la démarche qualité et autre  économie de l’innovation. D’une version à la suivante des projets d’idex, toujours aussi peu de substance, mais toujours plus de servilité et toujours moins de démocratie.

L’autonomie : un autre mot pour la liberté ?

En réalité, telle que la conçoivent les managers de la science, l’autonomie c’est que nous désirions nous-mêmes ce qu’ils veulent pour nous. C’est que les universités fassent ce qu’a décidé le ministère sans que celui-ci ait même à donner des ordres.

Pour cela, il faut des budgets impossibles. Pour cela, il faut une poignée de patrons de mega-universités bien à l’abri des universitaires, des personnels, des étudiants.

Mais pour cela, il faut aussi reprogrammer nos esprits, nous faire employer les mots des managers et partager leurs pauvres idéaux.

C’est à cela que servent l’agence de notation et l’agence de financement. C’est pourquoi il faut fermer la première – et redimensionner radicalement la seconde au profit de ressources libres pour les universités et les laboratoires.

Huitième séance du séminaire Politiques des Sciences : « Economie de la connaissance et passifs républicains: Quelles alternatives à partir des SHS ? », 260614

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

 

Séminaire « Politiques des sciences »

 

26 juin 2014  de 17h à 20h (salle Lombard, 96 Boulevard Raspail, Paris 6e)

« Economie de la connaissance et passifs républicains:

Quelles alternatives à partir des SHS ? »

Lien vers les fichiers audio de la séance :  http://tinyurl.com/k2slgj8

                   Le constat est celui de la prégnance d’une économie dite de la connaissance, qui tend en fait à instrumentaliser et discriminer les savoirs disciplinaires, en fonction des critères de rentabilité et de compétitivité. Ce courant s’adosse à des passifs républicains, que manifeste notamment un fort taux d’échecs scolaires, de discriminations et de violences sociétales. Sur quels recours compter à partir des SHS? Le débat portera sur les préconisations de l’association Champ libre aux sciences sociales, du rapport sur la refondation de la politique d’intégration et de la loi sur la refondation de l’Ecole.

 

Invités :

 

Fabrice Dhume, sociologue, chercheur  à l’Institut Social et Coopératif de Recherche Appliquée (ISCRA) : « Perspectives socio-politiques en matière d’égalité et d’anti-discrimination »

Martine Boudet, professeure agrégée de Lettres modernes, spécialiste d’anthropologie culturelle (Académie de Toulouse), « Perspectives socio-éducatives en contexte de refondation de la formation des enseignants et de l’Ecole »

 

Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années précédentes et de 2013-2014 sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org 

 

Ce sera la dernière séance de cette année. Nous vous donnons rendez-vous en novembre prochain.

journée sur « l’autonomie » dans l’enseignement supérieur et la recherche_100614

Présentation de la Journée du 10 Juin 2014

« Il y a autant d’autonomies que d’omelettes et de morales  : omelette aux confitures, morale religieuse ; omelette aux fines herbes, morale aristocratique ; omelette au lard, morale commerciale ; omelette soufflée, morale radicale ou indépendante, etc. L’Autonomie, pas plus que la Liberté, la Justice, n’est un principe éternel, toujours identique à lui-même ; mais un phénomène historique variable suivant les milieux où il se manifeste. Parler d’établir l’autonomie sans tenir compte du milieu économique où elle doit être établie, comme le fait certain personnage, régicide en chambre et docteur en ignorance, qui traite les collectivistes et les communistes de sectaires, c’est démontrer qu’on n’a pas volé son titre ignorantin. »(Paul Lafargue, 1881)

Depuis l’aube des années 2000, l’autonomie est devenue le concept régulateur des politiques universitaires. Oser critiquer la Loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités (dite LRU1 ou loi Pécresse) ou son avatar la LRU2 (dite loi Fioraso) range d’emblée son énonciateur, grâce à l’énoncé même du titre de la loi, dans le camp des conservateurs, des nonnistes, de ceux qui ne voudraient aucune réforme, aucun progrès pour l’université. Et puisque l’autonomie est la faculté d’agir par soi-même en se donnant ses propres règles de conduite, nous ne pourrions pas nous donner notre propre loi, car nous craindrions la liberté qui nous est  généreusement offerte…

Placés dans un état de minorité, infantiles que nous sommes, nous devrions laisser le ministère décider sans nous consulter des formations que nous dispensons et de la fusion de nos établissements. Plus tard, à l’âge adulte, nous devrions lui en être reconnaissants, nous aurions dominé nos mauvaises tendances avec l’âge de raison. Voilà pourquoi la véritable autonomie, synonyme de liberté, est tout le contraire de celle que la loi prétend appliquer. Y aurait-il un état d’exception qui devrait suspendre nos libertés le temps d’atteindre notre majorité ?

Dans les réformes récentes, l’invocation de l’autonomie et de l’excellence s’est en réalité faite au service de la destruction de l’enseignement supérieur et de la recherche. Destruction par une fausse autonomie, qui laisse les universités et les EPST victimes d’une politique budgétaire si exsangue qu’elle les condamne à tailler dans les budgets de la recherche et de l’enseignement. Le résultat de cette politique de destruction est désormais tangible.

Aujourd’hui, délaissant les problèmes fondamentaux d’une nécessaire refondation de l’Enseignement supérieur et de la recherche, on occupe les énergies contestataires avec des acronymes divers qui désignent des regroupements d’universités, récemment des PRES, qui à peine créés sont déjà désuets, jusqu’aux désormais incontournables COMUE dont la deadline de formation est juillet 2014. Peut-on observer concrètement un seul résultat positif des lois LRU, que ce soit pour les étudiants, pour les enseignants-chercheurs ou pour le personnel administratif ?

Depuis 2007, sans discontinuer, ministres de droite ou de gauche, présidents d’université et experts en tous genre n’ont cessé de répéter jusqu’à l’écœurement cette expression d’« autonomie des universités », alors que ce qui a été détruit, c’est précisément l’autonomie – c’est-à-dire la liberté – des universitaires et des chercheurs. C’est cette autonomie, dont il faut dire l’impérieuse nécessité, qu’il s’agit de penser et de réinventer. Pour que l’université et la recherche aient encore un avenir.

Durant cette journée du 10 juin 2014, nous vous proposons de nous réunir autour de moments collectifs de prises de parole, de témoignages, de présentation des résultats de  l’enquête publiée sur notre blog. Un grand débat nous permettra de poser les jalons permettant  de « repenser l’autonomie » : nous y déclinerons l’autonomie sous le prisme des formations et de la recherche, de sa mise à l’épreuve territoriale, budgétaire, politique, juridique, managériale, etc. Nous nous interrogerons ainsi sur L’autonomie, est-ce plus de libertés ? Et pour terminer la journée, nous nous poserons la question : Avons nous le choix de notre autonomie ?

 

*** lien vers les fichiers audio de la journée : http://tinyurl.com/p2kcpl9 ***

Matin – Panthéon, Amphi  1

  • 10h  –   Mot d’accueil par M. Guillaume Leyte (Président de l’Université Paris 2, Panthéon-Assas)
  • Présentation de la Journée
  • 10h30  –  Lautonomie des formations et de la recherche ? 

  Avec: Marie-Albane de Suremain (Paris-Est Créteil), Cyril Triolaire  et Catherine Milkovitch-Rioux  (Clermont Ferrand, Université Blaise Pascal/“Réenchanter l’université par la culture”), Sabrina Melenotte (Université de Poitiers & Collectif “Lettre des (jeunes) enseignant-e-s et/ou chercheur-e-s précaires”), Laure Delair (Vice-présidente de l’Unef), Emmanuel Wallon (Nanterre), Christophe Perbathe (Bordeaux 3), Alain Trautmann (Inserm) et Sophie Duchesne (CNRS/ISP).

Rapporteur : Frédéric Sawicki (Université Paris 1)

  • 12h  –  Lautonomie des formations et de la recherche ?  Quelles situations locales?

Rapporteur : Frédéric Sawicki (Université Paris 1)

 

Après-midi – Jussieu, Amphi 55A

Mot d’accueil par Jean-Marie Maillard (Paris 6)

14h –  Avons nous les moyens de notre autonomie ? 

Discussion avec : Isabelle Berrebi-Hoffmann (Cnrs), Pierre-Andre Juven (Université d’Auvergne), Jeremy Sinigaglia (Strasbourg), Jean-Louis Fournel (Saint-Denis), Paolo Tortonese (Paris3), Hugo Harari-Kermadec (IDHES).

  • 15h30 –  Débat     Quelles propositions?
  • Rapporteurs : Jean-Philippe Heurtin (Strasbourg) et Pascale Laborier (Nanterre)

Fin d’après-midi – Assemblée nationale (salle Colbert)

 

  • 17h – L’autonomie, est-ce plus de libertés ? 

Avec: Serge Slama (Evry),  Pierre Brunet  (Paris 10), Olivier Beaud  (Paris 2),  Michel Carpentier (Paris 6), Christian Topalov (Ehess), Bernadette Madeuf (présidente honoraire de Paris Ouest Nanterre).

  • 18h30 – L’autonomie, à l’épreuve des territoires

Avec :  Bastien François (Paris 1), Bruno Andreotti (Paris 7), Pierre Mathiot (Sciences Po Lille) :  “Quand la solution a perdu son problème en cours de route

Conclusion : Avons nous le choix de notre autonomie ?

– Bilan par les rapporteurs de la journée et présentation des propositions

—————————————————————–

 

Réunion avec les élus de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) sur le thème des projets de regroupement des établissements et organismes d’enseignement supérieur et de recherche

La présente réunion, qui s’est tenue le 25 mai 2014, fait suite à la séance extraordinaire du séminaire Politiques des Sciences (PDS) de l’EHESS concernant les modalités de regroupement des établissements et organismes d’enseignement supérieur et de recherche (http://pds.hypotheses.org/2149 ). Elle a été réalisée à l’initiative de l’équipe d’organisateurs du séminaire PDS  (http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2013/ue/772/ ) et d’autres collègues de l’Ecole à destination des élus des conseils centraux. Sa visée était de partager une information documentée sur le contenu du texte de la loi du 22 juillet 2013 portant sur les modalités de regroupement dans l’enseignement supérieur et la recherche et sur le champ des possibles (fusion, communauté d’universités et d’établissements, association et combinaison de différentes modalités) ouvert par la loi.

Pour ce faire, nous avions invité Bruno Andreotti, professeur de physique à Paris 7, membre du collectif RESAU (Réseau pour L’Association d’universités et d’établissements), qui milite en faveur d’un regroupement fondé sur l’association (http://resau.fr ), sur l’intérêt duquel on constate un manque d’information flagrant.

Nous mettons en ligne, avec l’accord de l’intéressé, l’enregistrement de son intervention à l’occasion de cette réunion. Nous en avons supprimé les questions, sauf lorsqu’elles s’imposaient pour la clarté du propos.

Cette réunion a elle-même connu une suite dans le cadre d’un forum sur le même thème organisé par la même équipe élargie de PDS, le 26 mai 2014 (http://pds.hypotheses.org/2170 ).

Les trois séances évoquées ont été enregistrées en audio et sont disponibles à l’écoute. Celle-ci est accessible par le lien suivant : http://tinyurl.com/njlyln6

Septième séance du séminaire Politiques des Sciences « Qui gouverne la science ? Premiers résultats d’une enquête collective »_050614

Cher(e)s collègues,

 

Voici le programme de la prochaine séance du séminaire « Politiques des sciences »

à laquelle vous êtes cordialement invité(e)s.

Le lien vers les fichiers audio est le suivant : http://tinyurl.com/q5zejbl

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

 

Séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi de 17 h à 21 h

 

5 juin 2014 (salle 7, 105 Boulevard Raspail, Paris 6e)

Qui gouverne la science ?

Premiers résultats d’une enquête collective

 

Les nombreuses institutions qui contribuent au gouvernement de la recherche en France publient des informations abondantes sur leur organisation, leur personnel, leurs argumentaires. L’enquête « Qui gouverne la science » utilise celles-ci pour élaborer une sociographie des réseaux de personnes, de lieux et de mots qui, au-delà des organigrammes officiels, structurent ces institutions. Une base de données est en cours de construction pour la période de bouleversements « réformateurs » qui commence avec le « pacte pour la recherche » de 2004 et se poursuit au long des présidences de MM. Sarkozy et Hollande.

L’équipe de l’enquête QGS vient présenter au séminaire « Politiques des sciences », dont elle est née, ses méthodes de travail et quelques premiers résultats.

1 – Francis Chateauraynaud (EHESS) : Qui a fait émerger et circuler l’ « excellence » dans les controverses sur l’ESR (2003-2009) ? Prospero à l’action sur un corpus de textes.

2 & 3 – Joël Laillier (Université Paul Sabatier) et Christian Topalov (EHESS) : Carrières et profils scientifiques des organisateurs de l’évaluation en SHS dans deux institutions de l’ESR : l’AERES et le CoNRS

 

Organisateurs : Francis Chateauraynaud, Joël Pothier, Christian Topalov, Sylvie Wolf

 

Des comptes-rendus et des fichiers audio des séances des années précédentes et de 2013-2014 sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org 

 

 

Et après ?

Séance 8 : 19 juin 2014    (salle 1 au 105 Bd Raspail, de 17h à 20h)

« Economie de la connaissance: quelles alternatives à partir des SHS ? »  

Le constat est celui de la prégnance d’une économie dite de la connaissance, qui tend en fait à instrumentaliser et discriminer les savoirs disciplinaires, en fonction des critères de rentabilité et de compétitivité. Ce courant s’adosse à des passifs républicains, que manifeste notamment un fort taux d’échecs scolaires, de discriminations et de violences sociétales. Sur quels recours compter à partir des SHS? Le débat portera sur les préconisations de l’association Champ libre aux sciences sociales, du rapport sur la refondation de la politique d’intégration et de la loi sur la refondation de l’École.

 

 

Organisatrice: Martine Boudet.

Invités :   Rose-Marie Lagrave, sociologue (EHESS-Paris) ; Fabrice Dhume, sociologue, chercheur  à l’Institut Social et Coopératif de Recherche Appliquée (ISCRA) ;           Martine Boudet, professeure agrégée de Lettres modernes, spécialiste d’anthropologie culturelle (Académie de Toulouse)