annonce séminaire du Centre d’Alembert « Les nouveaux modes de pilotage de la Recherche : quels effets ? »181214

 

Séminaire 2014-2015 du Centre d’Alembert
« Les nouveaux modes de pilotage de la Recherche : quels effets ? »

Séance du jeudi 18 décembre 2014
Les financements sur projets pour favoriser l’excellence : quelles réalités ? 
Le critère de l’excellence, plus que la nécessité d’orienter les recherches vers certaines priorités, est actuellement mis en avant comme justification des financements sur projets. Ainsi, c’est de la compétition organisée par les appels d’offres que doit émerger « naturellement » cette excellence tant souhaitée (Idex, Labex, Lidex, Equipex et autres Ex).
Dans ce contexte, cette séance se fait l’écho des débats qui se se sont fait jour récemment dans la communauté scientifique pour souligner de possibles effets pervers de cette compétition exacerbée entre chercheurs organisée par les procédures d’appels d’offres compétitifs.

Avec
Jean LABARRE, chercheur au CEA Centre d’étude de Saclay (DSV/iBiTec-S/SBIGeM)
Effets pervers des financements sur projets, attribués sur la base du critère « d’excellence »
Censé dynamiser la recherche fondamentale, le financement sur projets mis en place depuis 2005 par la création de l’ANR a produit un système contre-productif, injuste, gaspilleur de temps, d’argent et d’énergie. Pire, le système pousse, dans bien des cas, les chercheurs à des pratiques immorales et malhonnêtes : copinage, fraude scientifique, malveillance envers les compétiteurs. Nous verrons en quoi le sacro-saint critère « d’excellence » dans l’attribution des financements est en grande partie responsable de ces dérives.

et
Michèle LEDUC, Physicienne, Directrice de recherche émérite au CNRS, Présidente du Comité d’Éthique du CNRS
L’obligation de l’excellence et les métiers de la recherche en mutation : enjeux éthiques.
L’ambition légitime de la recherche financée sur les fonds publics est de se situer à très haut niveau. Elle fait fréquemment référence à l’excellence, une notion issue du monde de l’innovation, qui a envahi le lexique de la recherche depuis les années 2000 dans  tous les pays développés. Elle tend aujourd’hui à être détournée de sa signification – un idéal auquel tout chercheur a l’objectif d’accéder- au profit d’une vision plus managériale. Le recours prépondérant aux critères de l’excellence comporte des biais et des risques. En effet il influe fortement sur la pratique des métiers de la recherche et, dans tous les cas, introduit des distorsions qui ne sont pas forcément pertinentes entre les acteurs.
De plus les critères d’appréciation de l’excellence peuvent en eux-mêmes faire l’objet d’une interrogation et les méthodes de son évaluation peuvent être porteuses de dérives éthiques. En effet, la multiplication des missions et des contraintes associées à l’exercice du métier de chercheur font que le temps consacré à la recherche proprement dite diminue et que des tensions et des disparités apparaissent au sein des équipes. Nous nous posons cependant la question des moyens pour susciter et consolider le haut niveau de la recherche, qui reste l’objectif de tous les établissements d’enseignement supérieur.
——————-

Les séances ont lieu à la Faculté des Sciences d’Orsay, Bibliothèque Universitaire (bât. 407 – rue du Doyen Georges Poitou) de 13h45 à 15h45 – entrée libre (Attention changement de bâtiment)
Accès : http://goo.gl/maps/cZuLc
RER B  direction St-Rémy-lès-Chevreuse – gare Orsay-Ville

Programme et contact :
--
=========================================================
CENTRE D’ALEMBERT
(Centre Interdisciplinaire d’Etude de l’Evolution des Idées, des Sciences et des Techniques)
Bâtiment 407 – 91405  ORSAY Cedex
Tél. : 01.69.15.61.90 – Fax : 01.69.15.43.98
     ==========================================================

Annonce journée d’étude : Crises et critiques La critique est-elle devenue consensuelle ? 121214

Journée d’étude
  Crises et critiques
La critique est-elle devenue consensuelle ?
12 décembre 2014
Université Paris Diderot
Bât. Olympe de Gouges
salle M019 niveau Mezzanine

 

9h : accueil
9h30 : Introduction
Séverine Chauvel et Cédric Durand
10h : Critique et disciplines scientifiques
Fanny Gallot et Séverine Chauvel
Ludivine Bantigny (GRHIS, Université de Rouen et CHSP)
L’événement, la crise et l’histoire critique
Cécile Gintrac (Université Paris Ouest)
La géographie critique urbaine in situ 
Cédric Moreau de Bellaing (LIER, ENS Paris)
Des effets pervers en épistémologie des sciences sociales.
Le constructivisme social et la question de la critique
13h : déjeuner
14h30 : La critique comme intervention
 Vincent Gay et Philippe Légé
Rose-Marie Lagrave (Champs libre pour les sciences sociales et EHESS)
Jalons pour construire un « intellectuel collectif » critique
Sabina Issehnane (économiste atterrée, CEE et CIAPHS, Université de Rennes II)
Quel rôle pour les économistes au sein des pensées critiques ?
Laurence De Cock (Professeure agrégée d’histoire, Université Paris Diderot, CVUH, Aggiornamento histoire-géographie)
Les espaces d’usages publics de l’histoire sont-ils des lieux (de la) critique(s) ?
Pause
 
16h30 : La crise contre la critique
Pauline Delage et Hugo Harari-Kermadec
Éric Martin (IRIS, Collège Édouard-Montpetit, Québec)
La marchandisation de l’Université contre la critique
Fanny Darbus (ASES et CENS, Université de Nantes)
La politisation de l’ASES depuis les lois Pécresse.
Les techniques de la sociologie critique comme arme de persuasion et de mobilisation
Jean-Luc Richard (ASES et CRAPE, Université de Rennes I)
L’universitaire et l’action publique en temps de crise
Thomas Lamarche (AFEP et LADYSS, Université Paris Diderot)
Ce que le néolibéralisme (en crise) fait à la pensée économique
Comité d’organisation
Séverine Chauvel (Université Paris Est Créteil, LIRTES-OUIEP)
Pauline Delage (UNIL, CEG)
Cédric Durand (Université Paris 13 – CEPN)
Fanny Gallot (Université Paris Est Créteil-ESPE, CRHEC)
Vincent Gay (Université d’Evry, LHEST-IDHES)
Hugo Harari-Kermadec (ENS Cachan, IDHES)
Razmig Keucheyan (Université Paris 4 Sorbonne, GEMASS)
Philippe Légé (Université de Picardie, CRIISEA)
Présentation de la journée :
On assiste depuis le milieu des années 1990 à un retour de la critique politique et sociale. Du renouveau des mouvements sociaux à la grande crise économique de 2008, en passant par le printemps des peuples arabes, contestation et conflictualité font un retour marqué en ce début de XXIe siècle. Alors que le mouvement ouvrier issu du XIXe siècle, et la principale théorie qui l’a accompagné – le marxisme – ont subi de lourdes défaites, de nouvelles théories critiques émergent et se saisissent de manière novatrice des enjeux contemporains. On observe une augmentation des occurrences de « pensées critiques », « théories critiques » et « critiques » depuis 2000. Dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (sociologie, histoire, géographie, science politique, économie, philosophie, etc.), des courants se réclament de la critique. Pour autant, en l’absence d’un cadre commun de pensée, de principes et de pratiques politiques, ce développement et la multiplication des travaux se réclamant de la critique ne conduisent-ils pas à un éclatement même de la notion, voire à son affadissement ou à son cantonnement à la sphère académique ?  Que peut-on alors entendre par critique ? S’agit-il d’une volonté de renouvellement des disciplines universitaires, d’une inscription scientifique dans les théories critiques telles qu’elles ont pu être élaborées aux XIXe et XXe siècle ? Qu’est-ce que l’usage du terme de critique dit du travail de recherche vis-à-vis d’une critique d’ensemble du monde social ? Implique-t-il un engagement des chercheur·ses dans les débats qui traversent la société et le monde politique et militant ?
De telles questions ne visent pas à reformuler de façon abstraite de grands principes sur l’engagement des chercheur·ses, mais s’ancrent dans une séquence politique et sociale particulière. La situation ouverte par la crise des subprimes en 2008 a plongé les peuples européens dans des politiques d’austérité drastiques mais les ont également confrontés à des crises politiques majeures et à un bouleversement des règles démocratiques dans certains pays, provoquant des résistances de grande ampleur, comme en Grèce ou en Espagne. Si la France n’a pas connu de tels mouvements, la mise en marché de l’enseignement supérieur et de la recherche et la précarisation des personnel·les amènent les universitaires à prendre position, comme salarié·es autant que comme intellectuel·les. L’économie est particulièrement concernée par ce double mouvement, ce qui se traduit en France par le fleurissement d’associations (Association Française d’Economie Politique – AFEP, économistes atterrés, étudiants pour le pluralisme – PEPS). Quels sont alors, au-delà même de la science économique, les effets de la crise de 2008 sur les milieux universitaires et de la recherche européens ? Quelles sont les expériences, au sein de l’université comme en dehors, de résistances universitaires, des chercheur·ses comme des étudiant·es, aux politiques actuelles ? Quels mots les chercheur·ses ont-ils et elles à dire sur la crise, sur ses causes comme sur ses conséquences ? Comment penser dans une perspective critique le moment dans lequel nous nous trouvons ? C’est à partir des réflexions menées depuis trois ans au sein du séminaire « Pensées Critiques contemporaines » à l’EHESS que nous proposons une journée d’études autour de ces questions.
Qu’en est-il des nouvelles théories critiques qui émergent et comment se saisissent-elles des enjeux contemporains ? Comment une réinscription des sciences et des scientifiques dans la vie de la cité se décline-t-elle suivant les disciplines, les contextes socio-historiques ? Comment articuler théories et pratiques à partir de différents champs d’études ? Nous souhaitons ainsi mettre en débat plusieurs approches qui se réclament de la critique dans différentes disciplines, et aussi questionner le rôle et les positions des enseignant·es et chercheur·ses face à la crise présente. Nous interrogerons donc l’apport des pensées critiques à la compréhension du contemporain, tout autant que l’agir politique des milieux universitaires dans la séquence actuelle.

Deuxième séance du séminaire Politiques des sciences 2014-15 : « Quelle(s) place(s) pour la critique à l’Ecole et à l’Université ? » 041214

 

Quelle(s) place(s) pour la critique à l’Ecole et à l’Université ?

Faut-il brûler les sciences humaines et sociales ?


Deuxième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi 4 décembre 2014, 17-21 heures

Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/qcq6r5w

EHESS, salle Maurice et Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

« Faut-il brûler les Humanités et les Sciences humaines et sociales » ? Telle fut libellée la question à laquelle l’université de Montpellier consacra un colloque en juin 2012 avant d’en publier les actes l’année suivante. Interdisciplinaire, le colloque explorait les ravages du néolibéralisme et de la culture managériale à l’Université qui, telle une lame de fond, ne cesse encore d’acculer à des politiques d’économie budgétaire et de dégraissage ; s’attaquant, en premier lieu, aux champs disciplinaires non directement utiles. La question ne concerne pas uniquement les Universités. Elle touche l’ensemble du système éducatif. Les politiques de déconcentrations et de rationalisations, les « pilotages » en tout genre, et plus spécifiquement « par l’évaluation » sont autant de procédés qui, sous couvert d’harmonisation européenne et de quête d’efficacité, dénaturent la vocation critique des enseignements, notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales. Face à des dispositifs de plus en plus contraignants, voire coercitifs, les lieux de la critique se raréfient, favorisant ainsi le maintien d’un ordre social dominant qu’il devient parfois difficile de contester. Quels sont donc les lieux et les formes d’une critique possibles dans les SHS dont on préfèrerait les braises aux cendres ?

 

Nous recevons:

 

Frédéric Rousseau, Professeur d’Histoire contemporaine, Centre de recherches interdisciplinaires en SHS, Université Paul Valéry, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier.

 « Faut-il brûler les humanités et les Sciences humaines et sociales ? »*

 

Marc Conesa, Maître de conférences en histoire moderne, laboratoire CRISES (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Sociales), Université Paul Valéry, Montpellier :

« Ce que les économies font aux SHS, petit voyage au pays de la LRU »

 

Laurence De Cock,* professeure agrégée en lycée, laboratoire ECP (Education, cultures et politique), Université Lyon 2:

« Esprit critique, es-tu là ? Réflexion sur une injonction paradoxale dans l’Ecole»

 

Julien Théry ,Professeur d’histoire médiévale à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, laboratoire CEMM Centre d’études médiévales de Montpellier :

« Les historiens et le mood anti-critique : retour sur la polémique autour de l’inauguration des Rendez-vous de l’histoire de Blois (août-novembre 2014) »

 

Annie Lacroix-Riz, Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris 7-Denis Diderot

« Peut-on faire à l’Université l’histoire du capital financier français ? »

 

Modérateur : Michel Barthélémy, CR CNRS

* http://aggiornamento.hypotheses.org/2235

Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années précédentes sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org

 

 

Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS (TH)

Cecilia d’Ercole, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Sophie Desrosiers, maître de conférences à l’EHESS

Mary Picone, maîtresse de conférences à l’EHESS

Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS(*)