séance du 2 juin 2016 : « L’université sous pression(s) »

L’université sous pression(s)

Fichiers audio de la séance : http://tinyurl.com/jawfezn

Autonomie, innovation, flexibilité, employabilité…le vocabulaire pour parler de l’université et de ses missions a connu en quelques années d’étonnantes métamorphoses. Serions-nous entrés dans un nouvel âge d’or fait de compétitivité et – donc –  de créativité ? Avons-nous enfin dit « adieu » à la vieille université et sa volonté archaïque de former des citoyens critiques avec une culture générale solide ? De quoi est réellement faite cette modernité dont on nous rebat les oreilles ?

            Car enfin on ne cesse de s’alarmer des déficits colossaux des universités, du nombre considérable de postes gelés, de l’accroissement exponentiel des précaires, de la course insensée au classement de Shanghai pourtant maintes et maintes fois critiqué. Où va donc l’université française ? Que deviennent sous nos yeux l’enseignement supérieur et la recherche français ?

 

Pour en parler, PDS vous invite à son séminaire du 2 juin 18h-21h / EHESS avec :

Des membres du Collectif des travailleurs et travailleuses précaires de l’ESR (http://precairesesr.fr/page/4/ )

Mailys Mangin et Julie Voldoire, pour l’ANCMSP (Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique) : « Actions pour visibiliser la précarité à l’université: réflexions autour de l’enquête précarité conduite par le CNU, l’AFSP et l’ANCMSP auprès de 25 établissements » (http://ancmsp.com/)

Aurélien Casta, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en sociologie au CERIES, Université de Lille 3 : « L’autonomie en mouvements. Revendications syndicales et mobilisations des étudiants »

Ouvrage : Aurélien Casta, Emmanuel Porte (coord.), L’autonomie en mouvements, Revendications syndicales et mobilisations étudiantes, Syllepses, 2015

Discutante : Pascale Gruson, sociologue, CNRS, CEMS-IMM

Christophe Granger, chercheur associé au CHS : « Précarisation générale : comment décrire l’état de l’université »

Ouvrage : La destruction de l’université française, La Fabrique, 2015

Discutant : Manuel Cervera-Marzal, philosophe, politiste, post-doctorant au CESPRA-EHESS

Modération : Romain Pudal, sociologue, CNRS, CURAPP-ESS

 

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées.

Les précédentes séances sont accessibles, en texte (pour les plus anciennes) ou en fichiers audio sur le site du séminaire : http://pds.hypotheses.org/

Séminaire Politiques des sciences du 12 mai 2016 : Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche

Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche.
Séminaire Politiques des sciences du 12 mai,2016, EHESS, 105 bd Raspail, 75006, attention, changement de salle : salle 7, 18h-21h

Les fichiers audio de la séance (avec les interventions de Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau seulement) sont disponibles via ce lien : http://tinyurl.com/zahczm2

Depuis plusieurs années, des missions et des dispositifs institutionnels mettent en avant l’importance des formes de participation des publics à la formulation de questions de recherche, à la production de données, à des processus d’innovation, à la confrontation des expertises ou encore à l’interprétation collaborative de phénomènes observables.
Au niveau européen, de multiples incitations visent l’engagement des citoyens dans des protocoles de recherche.
En France, plusieurs rapports ont été produits dans le but d’identifier les « bonnes pratiques » et de définir des cadres et des protocoles « acceptables » pour les recherches participatives. Entre autres  :
L’apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité, rapport coordonné par Gilles Boeuf, Yves-Marie Allain et Michel Bouvier pour le Ministère en charge de l’Ecologie (2012) ;
– La recherche participative comme mode de production des savoirs, par la Fondation Sciences Citoyennes (2013) ;
– Mission sur les Sciences citoyennes confiée à Marc Lipinski par la direction du CNRS (2014)
– et tout récemment, Les Sciences participatives en France. Etat des lieux, bonnes pratiques & recommandations, sous la direction de François Houllier, P-DG de l’INRA à la demande du MENESR (février 2016)

 

C’est l’examen de ce dernier rapport qui sera au coeur des dicussions du séminaire. Bien qu’ouverte à la diversité des approches, l’institutionnalisation des sciences participatives suscite des controverses voire des polémiques. Les critiques viennent souvent de scientifiques défendant bec et ongles le monopole des savants en titre concernant toute activité de recherche et de hiérarchisation des savoirs, généralement au nom d’un éthos rationaliste ; mais elles proviennent aussi, en sens inverse, de groupes d’acteurs engagés dans la production d’alertes et de contre-expertises, intervenant souvent en appui à des mouvements sociaux, explorant plusieurs dimensions de l' »intelligence collective » et de la « science ouverte », en refusant le cadrage officiel des programmes de recherche ;on trouve également des critiques du recours aux « publics profanes » ou aux « amateurs », comme au « crowd founding », qui y voient une manière de délester les organismes publics de coûts de main d’oeuvre, voire une stratégie pour délégitimer des pratiques de recherche professionnelles et autonomes au profit de transactions continues avec la « société civile » dont les limites sont de plus en plus floues.En même temps, on voit émerger des agencements hybrides qui tentent de surmonter les tensions et les critiques en produisant de véritables transformations épistémiques.
Pour y voir clair dans la fabrique des « normes de gouvernance » associées aux sciences participatives, et pour expliciter les points de friction ou les appuis de la critique, la séance donnera tour à tour la parole à quatre intervenant-e-s qui ont développé, à des titres divers, un regard aiguisé sur toutes sortes d’expériences de recherche participative.

 

Marie-Christine Bagnati, Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, a coordonné les programmes REPERE et Concertation, Décision Environnement dans lesquels ont fleuri une multiplicité de partenariats entre laboratoires de recherche et associations, offrant un plan d’expérience assez inédit en matière de recherches participatives.

 

Philippe Chamaret, Directeur de l’Institut Ecocitoyen.Implanté au coeur de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, cet institut associe les populations à des études environnementales des pollutions. Une longue expérience au coeur de différents processus de concertation et de débat public.

 

Jean-Michel Fourniau, Directeur de recherche à l’IFSTTAR, co-fondateur et Directeur du GIS Démocratie&Participation qui fédère de nombreux chercheurs autour des enjeux démocratiques, des procédures de consultation et des formes d’expertise « dialogiques », « citoyennes » ou « participatives ».

 

Isabelle Goldringer, Directrice de recherche à l’INRA (Génétique Quantitative et Évolution), également membre de la Fondation Sciences citoyennes, a particulièrement investi la question de la sélection participative qui a donné lieu à la production de savoirs alternatifs – en lien notamment avec les activités du Réseau Semences Paysannes.

 

Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), co-organisateur du séminaire Politiques des sciences depuis sa création (2009), qui développe une sociologie des processus d’alerte, de controverse et d’expertise, dans lesquels toutes les formes d’agencements entre sciences et citoyennetés sont convoquées, assurera la présentation de la séance et l’animation des discussions.