séance du 5 janvier 2017 : « Quelles entraves à l’indépendance de la presse et au pluralisme ? »

Séminaire Politiques des Sciences- EHESS

séance du 5 janvier 2017, 17h-20h, salle Lombard, 96 Bd Raspail, Paris

Quelles entraves à l’indépendance de la presse et au pluralisme ?

Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/zhs5bfp

De nombreuses réalités structurelles encadrent et limitent la liberté d’informer, la plus visible restant la privatisation de la presse, qui se traduit par l’ingérence des actionnaires dans le contenu éditorial des titres, une ingérence pouvant aller jusqu’à la censure. Sous les radars, de nombreuses autres contraintes, plus sournoises, mettent à mal l’indépendance des médias et le pluralisme des idées. Au niveau local, les conflits d’intérêt, les chantages aux subventions (quand il s’agit d’associations), les pressions sur les sources (en particulier à l’encontre des citoyens fragilisés), la rétention d’information et les procès en diffamation verrouillent la parole et limitent l’accès des journalistes à l’information.

Et pour éviter toute sédition, le système médiatique exclut toutes celles et ceux qu’il ne peut assimiler. Le licenciement d’Aude Lancelin par les actionnaires est exemplaire du totalitarisme à l’oeuvre dans les médias, la soumission des pigistes et des rédacteurs précarisés n’est pas moins éclairante.

Devenir journaliste, c’est adhérer à un certain nombre de dogmes et de réflexes (appelons-les des carcans), enseignés en école de journalisme et entretenus dans les rédactions. (Par exemple : les morts kilométriques, être premier sur l’information… L’AFP est parfois tellement première sur l’information qu’elle a malencontreusement annoncé la mort de Martin Bouygues en 2015 …)

Ces carcans nous pouvons les nommer, à commencer par la langue journalistique. Cette langue a ses codes, ses agencements, ses éléments de langage, ses mots d’ordre. C’est une langue d’entre soi et de domination, éminemment politique. Une langue pour initiés, si bien que dans les médias, seuls les avertis (les experts et ceux bien sages, ayant suivi une session de “media training”) peuvent y prendre la parole sans risquer de s’y brûler la langue. Adhérer au journalisme, c’est adhérer à sa langue, à son vocabulaire. C’est adhérer à des sacro-saintes structures narratives, pour “accrocher le lecteur” et “ne pas perdre le public”. Une adhésion qui, poussée à bout sur les sites d’info en continu, de type Metronews, tend à l’automatisation de l’écriture (et donc du langage). Dans le jargon, on appelle ça le batonnage.

Plus que les censures, la course à la rentabilité empêche les journalistes de faire leur travail librement. Ils ont de moins en moins le temps d’enquêter, de vérifier leurs informations, c’est un journalisme d’approximation, diligenté par des managers issus des écoles de commerce et de marketing. Pas étonnant donc, que le journalisme cède chaque jour plus de place à la communication.

Un état des lieux désespérant !

Pourtant en 2016, plusieurs journalistes sont entré(e)s en résistance (grève à I-Télé, motion de défiance à L’Obs, publication du livre d’Aude Lancelin et du livre de Laurent Mauduit), laissant entrevoir la possibilité d’un changement.

Quelles seraient les pistes pour émanciper la presse de ces contraintes ?

Intervenant(e)s :
Les journalistes debout : Julien Bonnet, Sophie Eustache et Jessica Trochet (sous réserve)

Emmanuel Vire, journaliste, secrétaire général du SNJ-CGT
Aude Lancelin, journaliste, auteure de l’ouvrage Le Monde libre, Editions Les Liens qui Libèrent, 2016

séance animée par Jean-Marie Charon, sociologue, CEMS-IMM

le séminaire est ouvert à toute personne intéressée

—Prochaine séance : 260117 : L’avenir de l’homme et de son environnement: la contribution des SHS

Journée d’études 16/12/16 – Qualifier la contestation : Insurrection, violence politique, manifestations en 2016

Journée d’études organisée par le Laboratoire Théories du Politique
(LabTop- UMR CRESPPA) et le Centre d’Etudes Sociologiques et
Politiques Raymond Aron (UMR CESPRA)

Qualifier la contestation :
Insurrection, violence politique, manifestations en
2016

Vendredi 16 décembre 2016 (9h-18h)
EHESS – Amphithéâtre François Furet
Entrée au 105 boulevard Raspail (Paris 06)

A chaque époque ses soubresauts, ses ébranlements et ses critiques : zones à défendre, désobéissance civile,  cortège  de  tête  des  manifestations  contre  la  Loi  Travail,  Nuit  debout,  hacktivisme,  dissidence, insurrection,  etc.  Autant  d’objets  actuels  et  souvent  récents,  qui  ouvrent  des  questions  irrésolues  par  les sciences  sociales,  en  ce  qui  concerne  l’articulation  entre  social  et  politique  dans  ces  luttes,  ou  encore  le projet de transformation sociale qui y est énoncé. Ce sont les registres multiples de la contestation, et depuis des  prises  parfois  contradictoires  (entre  le  réalisme  et  l’impossible),  dont  il  s’agit  de  fournir  un  aperçu cartographique à travers cette journée d’étude. Ce faisant, il s’agira de préserver ouverte une double tension :
tension entre qualifications scientifiques et qualifications ordinaires ; et tension entre l’ambition taxinomique du sociologue et la résistance que les matériaux de son enquête opposent à toute entreprise taxinomique.
De  nombreuses  lignes  de  clivage,  de  nombreux  linéaments  traversent  l’espace  français  des mouvements  sociaux,  mais  une  attention  particulière  sera  accordée  aux  éléments  suivants  durant  toute  la journée :  la  configuration  actuelle  des  scènes  protestataires,  et  les  transformations  catégorielles  des contestations,  de  leurs  acteurs,  reprenant  ou  non  des  traditions  critiques  et  politiques  ;  la  polarisation violence / non-violence, mais également « citoyennisme » / insurrection  dans les grammaires contestataires, étant  entendu  que  ces  pôles  constituent  des  idéaux-types  entre  lesquels  se  dessine  une  vaste  palette  de nuances intermédiaires ; l’agir contestataire, déployant des formes d’action directe, d’occupations, de récits et  une  relation  spécifique  aux  ordres  politiques ;  la  mise  à  l’épreuve  de  l’Etat,  la  relation  aux  ordres judiciaires et politiques qu’induisent ces contestations.
Cette  journée  d’études  est  conçue  comme  un  espace  d’échange  où  sont  présentés  des  outils conceptuels  et  méthodologiques  pour  appréhender  des  enjeux  spécifiques  qui  font  l’objet  de  travaux  en cours portant sur les mouvements récents (contestations, occupations, assemblées, Zad). Elle est ouverte à tous les doctorants et chercheurs intéressés par cet objet.

Contacts :

Sylvaine Bulle (sbulle@club-internet)
Manuel Cervera-Marzal (manuelcerveramarzal@gmail.com)

Programme
8h45-9h :  Accueil  des  participants :  Sylvaine  Bulle  (LabTop-CRESPPA)  et  Manuel  Cervera-Marzal  (CESPRA-

EHESS)
–  Presidence :  Laurent  Jeanpierre  (LabTop-CRESPPA).  Discutante :  Paula  Vásquez  Lezama  (CESPRA-
EHESS)

9h-10h15 : Trajectoires, linéaments de la contestation et publics

– Julie Le Mazier (CESSP-Paris 1) : « Les militants étudiants sont-ils des jeunes comme les autres ? Regards
sur la mobilisation contre la loi travail à partir d’une sociologie des syndicalistes étudiants à la fin des années 2000 »
– Cyprien Tasset (IRIS-EHESS) : « Les investissements politiques du précariat culturel »
– Alexandra Bidet (CMH-CNRS) et Carole Gayet-Viaud (CESDIP-CNRS) : « Enquêter sur Nuit debout »
Enquête réalisée avec Stéphane Bacchioci, Pierre Blavier, Erwan Le Méner

10h15-11h30 : Réalités et ambiguïté de la démocratie radicale en 2016

– Albert Ogien (CEMS-EHESS) : « La démocratie radicale et ses ennemis »
– Michel Kokoreff (GTM-CRESPPA): « Des émeutes de 2005 à Nuit debout : continuités et discontinuités »
– Federico Tarragoni (LCSP-Paris 7) : « Nuit debout est-il un mouvement (véritablement) populaire ? »

11h30-11h50 : Pause
11h50-13h : Echanges animés par Laurent Jeanpierre et Paula Vasquez-Lezama

14-18h :  Présidence : Olivier Remaud (CESPRA-EHESS). Discutant : Lilian Mathieu (CMW-Lyon2-ENS)
14h-15h15 : Registres de traitement de la contestation et pensée de l’Etat
– Alessio Motta (CESSP-Paris 1) : « L’inévitable émeute. La violence collective comme institution »
– Pierre Douillard-Lefevre ( Université Nantes) : « Prendre la rue : réflexion sur la militarisation de l’ordre et
l’écologie de la résistance »
– Anthony Pregnolato (Centre Marc Bloch, ISP-Université Paris-Ouest) : « Les enjeux de la qualification de la
« violence  policière »  dans  le  mouvement  contre  la  loi  travail  :  conflits  et  alliances  contre  les  déviances  policières
violentes »

15h15-15h30 : Pause
15h30-16h45 : Ecologie sociale des luttes
– Emmanuel Ruzé (CRISSEA-Université de Picardie) : « Etude exploratoire du mouvement Nuit Debout »
–  Clement  Mabi  (COSTECH-Université  de  Compiègne) :  « Contester  par  Internet.  Radicalité  politique  et
circulation des discours autour du cas de l’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes »
– Bruno Frère (Université de Liège) : « Faire émerger la critique dans le monde »

16h45-17h45 : Echanges animés par Olivier Remaud et Lilian Mathieu
Pot final