Séminaire Politiques des Sciences du 2/11/17

 

17h-19h, attention, changement de salle : salle 13, 105 Bd Raspail, Paris

Le processus top-down de la réforme de l’enseignement supérieur et la recherche : des principes à la mise en œuvre sur le terrain

lien vers les fichiers audio de la séance : https://tinyurl.com/yapecpuj

(il manque les premières minutes de l’intervention)

Placées sous le mot d’ordre de l’« économie de la connaissance », les missions relatives à l’enseignement et à la recherche, l’organisation des établissements, l’évaluation des activités, les pratiques de gouvernement, entre autres, qui étaient celles de l’université ont été fortement affectées au début des années 2000, en France en particulier, par l’introduction de nouveaux préceptes de concurrence, de compétitivité, de professionnalisation, de gestion budgétaire importés du champ de l’entreprise privée. La question de la formation dispensée dans ces établissements est progressivement devenue l’affaire de nouveaux métiers, porteurs d’une nouvelle expertise fondée sur des critères et priorités autres qu’académiques. L’université s’est alors retrouvée prise au sein d’un mouvement de transformation transnational, et sommée de justifier de son activité et de ses résultats dans des termes et selon des procédures qui étaient étrangers à son mode de fonctionnement et à sa culture de lieu de production et de transmission des savoirs. Appréhender cette mutation de la place de l’université dans la société conduit à mettre l’accent sur les relations entre les acteurs, organisations, institutions qui conçoivent et mettent en œuvre continûment et souvent discrètement les instruments et les modalités de l’acculturation du monde académique aux nouvelles exigences d’ajustement de la formation supérieure aux besoins allégués de l’emploi et de l’économie.

S’intéresser à l’infrastructure organisationnelle qui s’est mise en place dans le sillage du mot d’ordre global de faire de l’université un élément crucial de l’économie de la connaissance, est le moyen de comprendre de quelle manière des principes politiques généraux se traduisent en l’énoncé et la mise en acte par une variété d’acteurs des consignes agissant au niveau de l’encadrement et de la réalisation de leurs activités professionnelles quotidiennes. L’occasion est donnée d’examiner la manière dont la coordination et la régulation des activités s’opèrent, via la mise en place de leviers d’action, d’incitation et d’influence adéquats, entre des acteurs œuvrant à des échelles (transnationale, nationale, locale) et dans des milieux différents (politiques, économiques, académiques), à des fins d’homogénéisation des dispositifs et des pratiques. Et de s’interroger sur ce qui reste du lien inconditionnel de l’université avec le savoir, en termes de prise autonome sur le réel, dans une université devenue l’instrument des politiques économiques nationales intriquées dans la mondialisation.

Pour évoquer ces questions, le séminaire politiques des sciences reçoit, en visioconférence depuis l’université de Chypre :

Sophia Stavrou, sociologue, université de Chypre. Plus d’informations + bibliographie : http://ucy.academia.edu/SophiaStavrou

Modération : Michel Barthélémy

Lecture conseillée pour préparer la séance :

Sophia Stavrou (2016): Pedagogising the university: on higher education policy implementation and its effects on social relations, Journal of Education Policy. http://dx.doi.org/10.1080/02680939.2016.1188216

publication récente :

Sophia Stavrou (2017), L’université au diapason du marché, Academia L’harmattan.

Ce séminaire est ouvert à toute personne intéressée.