Séance du 6 février 2020 : La « soumission » de projet. Bureaucratie, management et capital humain

Interroger les fondements et l’efficace des dispositifs de financement et de recrutement qui affectent la manière de travailler des scientifiques, tel est le propos de la seconde séance de Politiques des Sciences, en partenariat avec RogueESR. Si les managers de la recherche, et avec eux certains scientifiques, ne semblent plus avoir pour horizon favorable de la recherche que d’augmenter le taux de sélection de l’Agence Nationale de la Recherche (l’ANR), c’est le signe qu’il faut remettre sur le métier ce qui semble aller de soi dans cette manière de concevoir la dite excellence scientifique. 
A quel  moment est-il devenu évident que le projet devait être l’élément majeur de l’appréciation de la valeur des scientifiques, et la base légitime du financement de leurs recherches ? Comment peut-on accepter que notre métier soit le seul dans lequel, après de longue études et un processus de sélection étroit, on ne reçoive pas les moyens de l’exercer ?
Pour démêler ce que ces processus doivent aussi bien aux schèmes du New Public Management qu’à des théories qui se sont arrimées à autant de pratiques, on examinera à la fois une agence, l’ANR, des théories, celles du capital humain, des techniques de gestions et de contrôle, le management, et un processus, celui de la bureaucratisation néolibérale, qui tend à coloniser les subjectivités, dans la recherche et en dehors, avec parfois l’enthousiasme gourmand de ceux qui « soumissionnent ».
  • Johan Giry, Défaire ou refaire l’autonomie scientifique ? Retour sur un conflit d’interprétations à propos de la genèse de l’Agence nationale de la recherche
  • Béatrice Hibou, Chercher par projet: bureaucratisation néolibérale et liberté académique ?
  • Michel Feher, Facteur de production, entreprise, portefeuille : les métamorphoses du capital humain
  • Johann Chapoutot, « Celui qui attribue un chiffre à des lettres est un con », ou comment le management saisit l’Université
La séance est ouverte. Elle aura lieu à l’EHESS, de 17 à 21h, le 6 février, en salle 13, au 105 bd Raspail, à Paris. Elle sera  retransmise en direct sur notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCnTWR2yCIRn_Po8v3EzQJfg.

Programme de la séance Que faire ? (1) de Politiques des Sciences, 30 janvier

Jeudi 30 janvier, de 17 à 21h, en salle Lombard de l’EHESS (96 bd Raspail, à Paris), une séance exceptionnelle du séminaire “Politiques des Sciences” est organisée, qui sera consacrée à l’analyse stratégique de la situation. Vous trouverez les résumés des exposés ci-dessous.

Lien pour la retransmission vidéo en direct:

https://www.youtube.com/channel/UCnTWR2yCIRn_Po8v3EzQJfg/live

Lien pour la retransmission vidéo en différé:

https://www.youtube.com/channel/UCnTWR2yCIRn_Po8v3EzQJfg/videos

Que faire? Analyse, critique, stratégie et tactique

Comment nous ressaisir collectivement de nos métiers ? Comment engendrer des transformations des institutions de recherche et de formation conformes aux exigences de la pensée scientifique ? Comment mettre fin à une période de reprise en main du monde savant et de précarisation ? Nous avons donc convié plusieurs collectifs et associations (AFS, ASES, Facs et labos en lutte, Groupe Jean-Pierre Vernant, RogueESR, Sauvons l’Université), ainsi que des figures du mouvement syndical, pour mettre en commun analyses, critiques et propositions stratégiques. QSF a décliné notre invitation. Il sera question de rassembler nos connaissances sur le projet de loi programmation pluriannuelle pour la recherche (LPPR), son calendrier et ses modalités d’adoption (cavaliers législatifs, ordonnances, 49.3, loi). Par ailleurs, la question se pose de déployer une réflexion collective qui se saisisse des problèmes réels du système d’enseignement supérieur et de recherche.

Johanna Siméant introduira le principe du séminaire Politique des sciences (PdS) et l’objet de cette séance particulière.

I Analyses

Bruno Andreotti, Université Paris 7

Une perspective historique sur les problèmes de l’Université et de la recherche

L’histoire ne fonctionne pas seulement comme un réservoir de possibles ; elle structure le présent et l’avenir. L’histoire sociale, politique et institutionnelle de l’Université permet de mettre à jour quelques problèmes globaux qui se posent à notre époque, ainsi que quelques particularismes du système français. Les institutions d’enseignement et de recherche français sont à bien des égards marquées par le modèle napoléonien, fondé sur le Lycée, sur le concours, sur des écoles professionnelles et sur la concentration parisienne. Pendant le même temps, en Allemagne, s’inventait l’Université moderne, humboldtienne, fondée sur la création, la transmission, la conservation et la critique des savoirs, ainsi que sur l’autonomie du savant vis-à-vis de tous les pouvoirs dont l’exercice  de la science dépend. Jamais, au cours du XXème siècle, le système universitaire n’a pu être réformé pour en finir avec l’archaïsme hérité du XIXème siècle (1793-1896). A partir des évolutions globales pendant les ères fordiste et néolibérale, je ferai l’hypothèse selon laquelle la spécificité du système français tient à l’incapacité de la communauté savante à constituer un « Nous » susceptible d’instituer un système d’Université et de recherche conforme aux aspirations d’autonomie, d’exigence et de liberté qui fondent la démarche scientifique, et répondant en responsabilité aux grandes crises qui frappent la société contemporaine.

François Métivier, Université de Paris

Compétition scientifique internationale: on n’a que ce qu’on paye

Nous développons un modèle théorique simple, basé sur l’agrégation de fonctions individuelles de production de connaissances. Ce modèle prédit l’existence d’une loi de puissance stable, qui met en relation la part mondiale de la production scientifique d’un pays avec sa part mondiale d’investissement dans la recherche scientifique. Nous testons cette prédiction, en utilisant des données bibliométriques et financières pour les pays de l’OCDE, sur la période 1996-2015. Notre analyse montre que production et citation ne sont, au premier ordre, que le reflet de l’investissement financier qu’un pays consent à sa recherche.

 Annabelle Allouch, pour l’ASES et Cédric Lomba, pour l’AFS

Une perspective philosophique commune entre la LPPR et Parcoursup

Malgré sa technicité apparente, la nature des mesures préconisées dans les trois rapports préparatoires (fin du CNU, mise en place de la modulation de service sans accord préalable, des tenure tracks, de CDI de projets, etc.) souligne à quel point il ne s’agit pas d’une réforme isolée, propre au fonctionnement de la recherche ou relevant du seul statut des enseignants-chercheurs. Elle s’inscrit au contraire dans la continuité de toutes les lois précédentes (LRU et ORE en tête) qui ont visé depuis maintenant plus de dix ans à réorganiser l’enseignement supérieur et la recherche et à faire, selon les mots d’Antoine Petit, PDG du CNRS, du darwinisme social et de la compétition de tous contre tous, le principe d’organisation majeur de nos professions, mais aussi comme fil conducteur des parcours de nos étudiant.e.s.

Car dans le cas du réagencement des modes de financement de la recherche comme dans la loi ORE, ce sont les inégalités qui sont érigées non pas comme un dysfonctionnement des services publics ouverts à tous et toutes, mais comme un instrument acceptable et revendiqué de régulation de l’enseignement supérieur et de la recherche.

A partir d’éléments empiriques tirés de recherches en cours sur le fonctionnement et les effets de Parcoursup (notamment mises en œuvre par l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur (ASES) et présentés lors des Etats Généraux de l’Association Française de Sociologie (AFS) en Août 2019, mais aussi sur les filières dites sélectives dans le supérieur français et à l’étranger (Grande-Bretagne/USA), on souhaiterait remettre en perspective les logiques institutionnelles de la LPPR (et ses conséquences sociales) et leur lien évident avec la loi de 2018 Orientation et Réussite des Étudiants.

Elie Haddad, EHESS-CRH

Le calendrier de la LPPR

Il s’agira de faire le point sur ce que l’on sait du calendrier de la LPPR et sur les différents acteurs à l’oeuvre dans la préparation de cette réforme, sur leurs positions, tels qu’on peut les déterminer à travers les grandes orientations des rapports préliminaires à la LPPR remis en septembre à la ministre. Cela permettra de décrypter la stratégie de communication gouvernementale et les annonces faites par Frédérique Vidal ces derniers jours.

Échanges

II Stratégies

Pascal Maillard, Université de Strasbourg

Quelle stratégie et quelle tactique déployer pour éviter de reproduire les défaites passées ?

Après quelques rappels théoriques sur le couple notionnel stratégie/tactique et le paradigme oppositionnel dans lequel il s’inscrit (théorie/pratique, pensée/action, temporalité longue/courte), je ferai l’hypothèse que les logiques d’échec des mouvements de lutte dans l’ESR reposent principalement sur trois facteurs :

  1.   Des tactiques sans stratégie (spontanéisme, mouvementisme…) et des stratégies sans tactique (idéalisme naïf).
  2.   Une méconnaissance des stratégies politiques et des tactiques des différents pouvoirs que les acteurs en lutte doivent affronter (présidences, technostructures, instances universitaires, CPU, ministère, médias…).
  3.   Une hétérogénéité des acteurs de l’ESR en lutte (sociologie professionnelle), de leurs intérêts, de leurs objectifs  et de leurs modalités d’action.

Une brève analyse des forces et faiblesses du mouvement de 2009 soulignera le double écueil du refus de la radicalité et du syndrome syndical des fins de grève. Enfin quelques observations sur le mouvement en cours dans l’ESR (acteurs, nouveaux outils et nouvelles formes d’actions, diversité des objets de mobilisation, divergence des stratégies et des objectifs) se prolongeront par quelques questions ouvertes :

  1. Comment conduire une “guerre éclair” pour obtenir le retrait de réformes destructrices (mot d’ordre de 2009 : « L’Université s’arrête ») et œuvrer dans la durée à la reconception et à la (re)-construction de l’Université (exemple de L’Université volante)?
  2. Quelles stratégies et tactiques inventer pour combattre les inerties et les ravages provoqués par les années post-LRU (individualisme, dépolitisation, servitude volontaire, management autoritaire, crise de la pensée critique…) qui ont conduit à ceci que les premiers agents de la destruction de l’ESR ont été certainement les universitaires eux-mêmes ?
  3. Constatant que l’une des spécificités du mouvement naissant est l’écart qu’il y a entre d’un côté “Fac et Labos en luttes », collectif qui fait de la lutte contre la précarité un axe central des combats à mener, et d’autre part l’expression des sociétés savantes, de directeurs de labos et de certaines organisations syndicales qui soutiennent le principe d’une Loi de programmation pluriannuelle de la Recherche, une question qui se pose est de savoir comment fédérer des acteurs des mobilisations aussi hétérogènes et qui adoptent des formes d’action très différentes.
  4. Ce faisant, l’alternative Coordination nationale des universités / États généraux de l’ESR doit-elle déboucher sur une juxtaposition de ces formes hétérogènes ou bien être dépassée par l’invention d’un nouveau dispositif, à même de rassembler plus largement la communauté d’enseignement et de recherche ?

Jean-Louis Fournel, ENS de Lyon

Le précédent des « États-Généraux »: risques et enjeux

Les différents moments où furent organisés des “états généraux” ou des “assises” ont en commun plusieurs choses. J’en évoquerai au moins six :

a/ poser le fait que les décisions finales seront fondées sur une consultation, voire sur une mobilisation, de l’ensemble de la communauté universitaire et de recherche, en dépassant le cadre des traditionnelles négociations avec les syndicats comme représentants officiels des collègues et donc en remettant en cause en partie la logique des corps intermédiaires

b/ partir d’un constat partagé d’une nécessité de changements lourds dans l’ESR et donc d’une forme de crise ou d’insuffisance de l’existant

c/ faire à chaque fois le lien entre trois choses : des réformes d’ordre institutionnel, des revendications concernant le budget et l’emploi scientifique et, à un degré moindre, une réflexion plus large (ou plus vague) sur la place de la science et de la communauté scientifique dans la communauté nationale

d/ poser comme horizon des décisions réglementaires fortes (en 2004) ou encore le vote d’une nouvelle loi (en prétendant, ou en faisant semblant de vouloir corriger une loi considérée comme dépassée – la loi Faure par exemple ne répondant plus aux logiques de massification de l’ESR – ou comme (tout ou partie) discutable – la loi LRU dont la critique était au coeur de la revendication ou de l’acceptation des assises en 2012 (mais qui est un cas d’école de retournement radical de la perspective de départ, la loi finalement voté ne faisant que renforcer les logiques de la loi précédente et configurant comme nous avons été nombreux et nombreuses à le dire une LRU 2)

e/ s’inscrire soit dans une logique d’alternance politique, supposée ou réelle ce n’est pas mon propos ici, comme en 1981 et 2012 (donc sur une réaction et une prise de position par rapport à la politique des gouvernements précédents), soit sur un mouvement des universitaires (2004 – en l’occurrence l’initiative des DU scientifiques et de l’ultimatum posé en janvier 2004 annonçant les démissions massives à venir faut de décisions sur les budgets, la politique des emplois scientifiques et l’ouverture d’un débat global sur la recherche). On remarquera en passant que si l’autre grand mouvement de l’ESR, celui de 2009, n’a pas donné lieu immédiatement à de telles rencontres (ce n’était pas d’ailleurs pas alors une de nos revendications claires, à tort ou à raison), on peut considérer que, probablement, sans le mouvement de 2009, le lancement des assises de l’ESR en 2012 n’aurait pas été une priorité.

f/ last but not least, laisser au gouvernement le soin de trancher en dernière instance ce qui sera fait et ne sera pas fait (ce qui en soi n’est pas problématique sur le plan institutionnel mais qui pose quand même un double problème d’adéquation des décisions aux préconisations des débats et d’absence de discussion / retour a posteriori du gouvernement auprès de la communauté pour débattre de ce degré d’adéquation)

Cette situation complexe est à l’origine de la plupart des illusions et des manoeuvres associées à ces moments singuliers de mobilisation et d’échanges. Elle explique par exemple et pêle mêle sans hiérarchisation des questions :

  • une certaine confusion parfois entre positions institutionnelles (internes à l’ESR ou gouvernementales) et positions militantes – la constitution du comité d’initiatives et de propositions en 2004 en étant une illustration.
  • l’absence quasi totale de maîtrise par les mouvements de l’ESR du calendrier et du résultat final
  • la manipulation des revendications et des constats partageables conduisant à légitimer des décisions d’un autre ordre.
  • l’intervention, parallèlement aux travaux des rencontres citées, d’élaborations conçues dans d’autres espaces à savoir les cabinets ministériels (ce qui est attendu et même compréhensible) mais aussi et surtout la CPU qui dans les quinze dernières années a revendiqué, hélas avec succès, un statut différent, ce qui l’a conduit à inspirer et à co-porter les différentes réformes et a conduit la plupart des présidents à se présenter toujours moins comme des élus et donc des représentants d’une communauté universitaire et toujours plus comme des rouages d’un système de direction de l’ESR (ce que dans notre jargon nous nommons « managérial »).
  • le détournement de certaines propositions pour justifier des réformes systémiques dont les effets à long terme sont lourds pour l’ESR ; dans cette affaire, les deux exemples bien connus sont ceux de la création en 2006 des agences nationales dont la place et le rôle ne cessent de croître dans l’ESR (ce dont les textes préparatoires à la LPPR se font largement l’écho) : en effet, l’utilisation du discours sur l’intérêt d’une évaluation régulière de la recherche a étayé la création de l’AERES en 2006 et celui sur la nécessité d’une souplesse plus grande des financements pour la recherche a été utilisée pour la création de l’ANR, et donc pour légitimer le déséquilibre croissant entre crédits récurrents et crédits dépendant d’appels à projets ; mais on ne doit pas oublier l’acceptation voire la préconisation des pôles de recherche qui va déboucher sur les PRES, antichambre des COMUE et des fusions et de la logique des « masses critiques » et des classements internationaux. Ces détournements peuvent aussi prendre la forme d’une modification cosmétique et purement nominale pour faire semblant d’écouter les revendications les plus fortes (on pourrait citer le passage de l’AERES ou HCERES après les assises de 2012).

Laurence Giavarini, Université de Dijon

Une candidature collective à la présidence de l’HCERES, pour rompre la clôture du sens

Par son ampleur (5350 participants dont 1370 candidatures effectives) et son écho, la candidature collective à la présidence du HCERES a donné une visibilité et un sens remarquable à ce qui pouvait passer d’abord pour une “grosse blague” : réaffirmer les valeurs fondatrices du monde savant pour recréer un “Nous” et retourner humoristiquement ses propres armes contre la bureaucratie. Il s’agira d’expliciter la visée stratégique de cette action, en pointant les surprises et les bénéfices inattendus ou inespérés.

Comment poursuivre ce travail transpartisan de création et d’auto-institution d’un système d’enseignement et de recherche conforme non seulement aux aspirations de ceux qui exercent les métiers d’universitaires, de chercheurs comme des personnels techniques (Biatss, ITA, etc) mais capable de (re)politiser la profession et d’inventer les normes d’une recherche capable de répondre aux défis du présent et de l’avenir.

Gilles Martinet, Mina Kleiche et Hugo Harari-Kermadec

La coordination des 1 et 2 février

Il s’agira de relater les expériences de Facs et labos en lutte, puis d’expliquer le principe et la visée stratégique de la Coordination Nationale qui se tiendra à la bourse du travail de Saint-Denis, les 1 et 2 février.

https://universiteouverte.org/2020/01/21/coordination-nationale/

Échanges centrés sur les perspectives

Deux séances de Politiques des Sciences, 30 janvier et 6 février : Que faire ? (1) & La « soumission » de projet (2)

Nous avons conçu deux séances du séminaire en lien direct avec les mobilisations en cours. Ces séances sont ouvertes. La première aura lieu le jeudi 30 janvier (17-21h, en salle Lombard, 96 bd Raspail, à Paris) : « Que faire ? Analyse, critique, stratégie et tactique ». La seconde, qui aura lieu la semaine suivante (6 février, 17-21h, en salle 13, au 105 bd Raspail), envisagera la question lancinante de la « soumission » de/au projet.

La première de ces deux séances sera consacrée à l’analyse stratégique de la situation. Comment nous ressaisir collectivement de nos métiers ? Comment engendrer des transformations des institutions de recherche et de formation conformes aux exigences de la pensée scientifique ? Comment mettre fin à une période de reprise en main du monde savant et de précarisation ? Nous avons donc convié plusieurs collectifs et associations (AFS, ASES, Facs et labos en lutte, Groupe Jean-Pierre Vernant, RogueESR, Sauvons l’Université), ainsi que des figures du mouvement syndical, pour mettre en commun analyses, critiques et propositions stratégiques. Il sera question de rassembler nos connaissances sur le projet de loi programmation pluriannuelle pour la recherche (LPPR), son calendrier et ses modalités d’adoption (cavaliers législatifs, ordonnances, 49.3, loi). Par ailleurs, la question se pose de déployer une réflexion collective qui se saisisse des problèmes réels du système d’enseignement supérieur et de recherche.

Interviendront :

Bruno Andreotti : Une perspective historique sur les problèmes de l’Université et de la recherche.

    • Annabelle Allouch, pour l’ASES et Cédric Lomba, pour l’AFS: Une perspective philosophique commune entre la LPPR et Parcoursup.
    • Jean-Louis Fournel : Le précédent des « États-Généraux » : risques et enjeux.
    • Laurence Giavarini : Une candidature collective à la présidence de l’HCERES, pour rompre la clôture du sens.
    • Elie Haddad : Que sait-on du contenu, du calendrier et des modalités d’adoption de la LPPR ?
    • Pascal Maillard : Quelle stratégie et quelle tactique déployer pour éviter de reproduire les défaites passées ?
    • François Métivier : Compétition scientifique internationale: on n’a que ce qu’on paye.
    • Des représentants du collectif Facs et labos en lutte ainsi qu’une collègue de Sud Education feront également des présentations.

Deuxième séance, donc : La « soumission » de projet. Bureaucratie, management et capital humain. Interroger les fondements et l’efficace des dispositifs de financement et de recrutement qui affectent la manière de travailler des scientifiques, tel est le propos de la seconde séance de Politique des Sciences, en partenariat avec RogueESR. Si les managers de la recherche, et avec eux certains scientifiques, ne semblent plus avoir pour horizon favorable de la recherche que d’augmenter le taux de sélection de l’Agence Nationale de la Recherche (l’ANR), c’est le signe qu’il faut remettre sur le métier ce qui semble aller de soi dans cette manière de concevoir ladite excellence scientifique.

À quel moment est-il devenu évident que le projet devait être l’élément majeur de l’appréciation de la valeur des scientifiques, et la base légitime du financement de leurs recherches ? Comment peut-on accepter que notre métier soit le seul dans lequel, après de longue études et un processus de sélection étroit, on ne reçoive pas les moyens de l’exercer?

Pour démêler ce que ces processus doivent aussi bien aux schèmes du New Public Management qu’à des théories qui se sont arrimées à autant de pratiques, on examinera à la fois une agence, l’ANR, des théories, celles du capital humain, des techniques de gestions et de contrôle, le management, et un processus, celui de la bureaucratisation néolibérale, qui tend à coloniser les subjectivités, dans la recherche et en dehors, avec parfois l’enthousiasme gourmand de ceux qui « soumissionnent ».

    • Johan Giry, Défaire ou refaire l’autonomie scientifique ? Retour sur un conflit d’interprétations à propos de la genèse de l’Agence nationale de la recherche
    • Béatrice Hibou, Chercher par projet: bureaucratisation néolibérale et liberté académique ?
    • Michel Feher, Facteur de production, entreprise, portefeuille : les métamorphoses du capital humain
    • Johann Chapoutot, Le management, du nazisme à aujourd’hui.

19 décembre. La « soumission » de projet : des agences au capital humain

Interroger les fondements et l’efficace des dispositifs de financement et de recrutement qui affectent la manière de travailler des scientifiques, tel est le propos de cette deuxième séance de Politique des Sciences. Si les managers de la recherche, et avec eux certains scientifiques, ne semblent plus avoir pour horizon favorable de la recherche que d’augmenter le taux de sélection de l’Agence Nationale de la Recherche (l’ANR), c’est le signe qu’il faut remettre sur le métier ce qui semble aller de soi dans cette manière de concevoir la dite excellence scientifique. 
A quel  moment est-il devenu évident que le projet devait être l’élément majeur de l’appréciation de la valeur des scientifiques, et la base légitime du financement de leurs recherches ? Quand les grilles d’évaluation ont-ellesmélangé valeur scientifique, capacité à l’enrôlement de partenaires, diffusion, etc. (On pense notamment à la grille Excellence/Impact/Implémentation d’évaluation des projets européens, avec son mot de « Workpackages » WP1 WP2 WP3, son « Principal Investigator » et ses diagrammes de Gantt.)
Pour démêler ce que ces processus doivent aussi bien aux schèmes du New Public Management qu’à des théories qui se sont arrimées à autant de pratiques, on examinera à la fois une agence, l’ANR, des théories, celles du capital humain, et un processus, celui de la bureaucratisation néolibérale, qui tend à coloniser les subjectivités, dans la recherche et en dehors, avec parfois l’enthousiasme gourmand de ceux qui « soumissionnent ».
Trois exposés rythmeront cette séance :
  • Johan Giry, Défaire ou refaire l’autonomie scientifique ? Retour sur un conflit d’interprétations à propos de la genèse de l’Agence nationale de la recherche
  • Béatrice HibouChercher par projet: bureaucratisation néolibérale et liberté académique?
  • Michel FeherFacteur de production, entreprise, portefeuille : les métamorphoses du capital humain
La séance est ouverte. Elle aura lieu à l’EHESS, de 17 à 21h, le 19 décembre, en salle Lombart, 96 bd Raspail, à Paris.

21 novembre. La raison, la science, le clash et le doute : quand la fausse monnaie chasse la bonne

Politiques des Sciences, saison 11, c’est parti ! le programme est en cours de finalisation, mais il est d’ores et déjà indispensable de nous retrouver à l’occasion de la première séance, qui aura lieu le 21 novembre prochain à l’EHESS en salle Lombard (96 boulevard Raspail, Paris 6e), de 17 à 21h. Les autres seront annoncées très rapidement – sachant aussi que, comme l’année dernière, nous nous permettrons d’improviser quand c’est nécessaire. Les séances de ce séminaire collectif et d’enquête ne comporteront plus que trois présentations.

Et nous commencerons par une séance plus qu’engageante, qui nous servira de base de départ pour celles qui suivent. Pour donner une tonalité, nous aider à orienter la réflexion.

La désinformation, qui passait hier par la propagande, repose désormais sur la création de brumes de confusion et de heurts — de clashes — qui se succèdent à une vitesse accélérée sur les nouveaux marchés de l’opinion. Cette séparation avec le réel, avec l’expérience sensible, affecte frontalement le monde savant, qui a comme horizon commun la vérité partagée, la connaissance objective et le temps long de la recherche. Elle affecte doublement la science, puisque les pouvoirs managériaux dont son exercice dépend s’ingénient à produire des normes et des procédures qui valorisent le conformisme, l’insignifiance, et cette forme spécifique de novlangue qu’est le bullshit.

Comment résister à cette dérive et réaffirmer l’attachement du monde savant à dire le vrai sur le monde, de manière collective et désintéressée ? Comment poser les principes d’une éthique intellectuelle qui ne soit pas une morale ? Le rationalisme est-il un refuge de façade d’ores et déjà corrompu par les nouveaux marchands de doute ?

Interviendront successivement :

      • Philippe Huneman (CNRS-Paris 1), « L’Université ne doit pas laisser entrer les imposteurs » (à partir d’un texte paru sur son blog, 11 octobre 2019).
      • Maryvonne Holzem (Université de Rouen), « Redonner aux sciences le pouvoir de faire sens à l’ère de la post-vérité ».
      • Sylvain Laurens (EHESS), « Le lent alignement des astres entre mouvements proscience et industrie ».
      • Pascal Engel (EHESS), « Éthique intellectuelle : trop ou trop peu ? » (sous réserve)
      • Mathias Girel (ENS), titre à confirmer (sous réserve).

La séance sera animée par Bruno Andreotti, Johanna Siméant-Germanos et Arnaud Saint-Martin.

Vous pouvez d’ores et déjà noter sur vos agendas les dates des prochaines séances : 19 décembre 2019, 30 janvier 2020, 20 février, 19 mars, 30 avril, 7 mai, et 18 juin 2020, horaire habituel, toujours en salle Lombard.

Page sur le site de l’EHESS : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/964/.

16 mai : Désordre et régression au Brésil : sur les récentes attaques du président Bolsonaro contre la sociologie et la philosophie, et l’université publique en général

Cette dernière séance de l’année s’est imposée d’elle-même, dans l’urgence. La décision récente du président Bolsonaro et son ministre de l’éducation d’interrompre de façon brutale mais en même temps prévisible le financement des départements de sociologie et de philosophie dans les universités publiques fédérales, ainsi qu’une réduction de 30 % du budget de fonctionnement des universités fédérales, constituent une atteinte particulièrement grave à l’autonomie universitaire – et à la démocratie tout court. Sous prétexte d’un choix de très courte vue visant à favoriser les disciplines « utiles » à l’économie du pays, le régime met au pas, à sac et en péril des pans entiers du monde académique brésilien. Mais, fort heureusement, cela n’est pas resté sans réponse. Des mobilisations sont en cours contre cette politique destructrice, via des tribunes, des pétitions massivement relayées et des réseaux de solidarité internationaux – autant d’initiatives auxquelles cette séance s’associera. C’est donc « à chaud » qu’il s’agira d’analyser d’où vient et ce que signifie ce nouveau régime autoritaire, à partir de recherches, d’expériences et de réflexions engagées.
 
  • Michael Löwy, CNRS/EHESS, « Le phénomène Bolsonaro en perspective internationale ».
  • Maud Chirio, Université Paris-Est, « L’offensive contre l’école, l’université, les arts et le monde intellectuel par l’extrême-droite brésilienne : racines et logiques du bolsonarisme comme une guerre culturelle ».
  • Benoît de L’Estoile, CNRS, « Comment lire une actualité confuse? »
  • Afrânio Garcia, EHESS, « La brutalité contre les adversaires intellectuels de la présidence et la vigueur, jusqu’à présent, des sciences sociales (1960-2019) ».
  • Mariana Stelko, Université Paris Ouest & Nanterre, « Du devenir des mesures phares des gouvernements du PT concernant le travail et les travailleurs ».
  • Márcia Tiburi, philosophe professeure des universités et écrivaine, témoignera sur la situation, son expérience et son exil en France (sous réserve).
La séance aura lieu le 16 mai de 17h à 21h, dans l’amphithéâtre Furet, au 105 bd Raspail, Paris 6e.

« Le crédit impôt recherche est il encore crédible ? » Séance du 18 avril de Politiques des Sciences

Le séminaire « Politiques des sciences » se veut un lieu de rendez-vous pour tous ceux qui souhaitent réfléchir sur notre métier, ses conditions d’exercice et ses évolutions souhaitables. La prochaine séance aura lieu le jeudi 18 avril, de 17h à 20h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS, à Paris. Cette séance sera consacrée au Crédit d’Impôt Recherche.
Sont invités à exposer leurs vues sur la question :

François Métivier (IPGP), « Le Crédit d’Impôt Recherche (CIR) et l’évolution de la R&D (Recherche & Développement) en France »

 – Mohamed Harfi et Rémi Lallement (France Stratégie), « Le crédit d’impôt recherche atteint-il ses objectifs ? Les enseignements des études d’impact »

Le crédit d’impôt recherche (CIR) représente chaque année plus de 6 milliards d’euros de dépense fiscale pour l’Etat. Le dispositif, qualifié de très généreux par l’OCDE, a été plusieurs fois dans la ligne de mire de la Cour des Comptes et pourrait, dans un proche avenir, ne plus être défendu par Bercy. Est-il réellement comme le prétendent ses rares défenseurs un levier pour l’emploi scientifique dans le privé, ou bien s’agit-il purement et simplement d’un terrain de jeu pour l’optimisation fiscale ? Au moment où s’engagent les discussions sur la loi de programmation pluriannuelle du financement de la recherche, et où les universités et organismes de recherche peinent à survivre, cette séance du séminaire sera consacrée à un point factuel et critique sur ce dispositif, suivi d’une discussion sur le financement de la recherche.

Les intervenants s’appuieront, pour ce bilan, sur deux études publiées ces derniers mois sur le Crédit d’Impôt Recherche :

L’impact du crédit d’impôt recherche (rapport France Stratégie)

– Pierre Courtioux, Emmanuelle Deglaire, Francois Métivier, Antoine Rebérioux, Quel est le rendement du crédit impôt recherche pour les entreprises ?, EDHEC Business School, janvier 2019

« Intégrité scientifique » (deuxième partie). Séance du 21 mars à l’EHESS

Après la séance du 17 janvier, qui était déjà consacrée à la question, le séminaire remet sur le métier la question de l’intégrité scientifique. Si les atteintes à l’intégrité suscitent une légitime indignation, on essaiera de ne pas se limiter à une approche en termes de responsabilité individuelle, mais à comprendre les mécanismes par lesquels ces manquements peuvent se produire – ou être évités. C’est donc une séance sur l’intégrité au concret qui sera proposée. On réfléchira aux déclinaisons de ces questions selon les disciplines : certaines sont-elles plus que d’autres affectées par des manquements à l’intégrité et pourquoi ? On reviendra avec Pierre Corvol sur la façon dont il a réalisé le rapport français sur l’intégrité scientifique qui a contribué à la mise en place d’instances spécialisées sur la question. On écoutera Nicolas Chevassus-au-Louis souligner les dimensions structurelles de ces atteintes à l’intégrité. Florence Weber exposera ce que ces enjeux peuvent recouvrir en sciences sociales, en matière de sincérité des données ethnographiques en particulier. Claudine Cohen proposera un point de vue nourri de l’histoire des sciences sur les déclinaisons de cette question de l’intégrité.
Pierre Corvol (professeur honoraire au Collège de France), « genèse et développements d’un rapport ».

– Nicolas Chevassus-au-Louis (docteur en biologie et historien, journaliste, collaborateur régulier de Mediapart), « Pourquoi est-il (hélas) si facile de publier n’importe quoi ? »
Florence Weber (professeur à l’ENS), « Quels enjeux contemporains pour l’archivage des données d’enquête ethnographique? »
Claudine Cohen (directrice d’étude à l’EHESS), « Les sciences de la préhistoire : un domaine “privilégié” des faux ? »

21 mars, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Qu’est ce qu’une université de « rang mondial » ? Séance du 14 février

Depuis le début des années 2000, les universités françaises ont subi de profondes transformations : fusions, création de méta-établissements financés par les plans d’investissements d’avenir (PIA) : IDEX, LABEX, EQUIPEX, mais aussi primes d’excellence, encouragement à la création d’entreprise, etc. L’objectif affiché par les décideurs publics est, à travers ces transformations, d’amener un certain nombre d’établissements français à atteindre « un rang mondial », sur un supposé marché globalisé de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Université de « rang mondial », world class university en VO : à quoi renvoie cette expression qui fait désormais florès ?  Si Harvard, Stanford, Oxford ou Cambridge viennent immédiatement à l’esprit pour illustrer cette vue, quel sens lui donner dans le contexte français ? Pourquoi et comment la rhétorique de l’excellence internationale s’est-elle imposée dans les cénacles politiques de l’ESR ? Au-delà du rang dans le classement de Shangaï, régulièrement mis en avant, quels sont lignes directrices des réformes les plus récentes ?

Une douzaine d’années après la mise en place de la LRU, cette séance du séminaire Politique des Sciences propose, en faisant débattre chercheurs, acteurs de l’ESR et décideurs politiques, de questionner le développement des « universités de rang mondial ».

  • Christine Barats (Maître de conférences HDR, Université Paris Descartes, Céditec), « Construction médiatique du classement de Shanghai »
  • Hugo Harari-Kermadec et Romain Avouac (ENS Paris Saclay), « Classement de Shanghai et polarisation sociale du système universitaire français »
  • Christine Musselin (Directrice de recherche CNRS, Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po), « Se mettre à l’IDEX ou être mis à l’index. Conformations, appropriations et résistances aux instruments d’action publique dans trois sites d’enseignement supérieur »
  • Thierry Coulhon (Conseiller Education, Enseignement Supérieur, Recherche et Innovation à la Présidence de la République), « Peut-on construire en France des universités de rang mondial ? »

14 février, de 17h à 21h en salle Lombard, au 96 bd Raspail, EHESS.

Séance 3 « Intégrité scientifique ? », Politiques des Sciences, 17 janvier 2019, 17h30-21h, EHESS

La thématique de l’intégrité scientifique n’a cessé de se développer au cours des dernières années : que cela ait correspondu à des mises en cause de l’intégrité de certain·e·s chercheuses et chercheurs, au rôle accru de sites et lanceurs d’alerte comme PubPeer, ou à la mise en place progressive, aux niveaux national et international, d’instances et de textes spécialisés autour de cette question. Entre autres, on peut citer : Charte européenne du chercheur, en 2005 ; Singapore Statement in Research Integrity, en 2010 ; European code of conduct of research integrity, en 2011 ; Charte nationale de déontologie des métiers de la recherche, en 2015 ; rapport Corvol paru en 2016 ; sans oublier la mise en place de l’Office français de l’intégrité scientifique, le plan d’action du CNRS sur l’intégrité et divers comités d’intégrité dans les établissements de l’ESR, le réseaux de référents à l’intégrité scientifique, etc. Que recouvrent ces mouvements et dans quel contexte s’inscrivent-ils ? Que fait le Publish or Perish à l’intégrité scientifique ? Y a-t-il des risques que la régulation de l’intégrité et la mise en place formalisée de « bonnes pratiques » dépossède les chercheuses et chercheurs de leur autonomie ? Comment ces questions se déclinent-elles dans les différentes disciplines, et avec quelle histoire ?

– Olivier Le Gall (Office français de l’intégrité scientifique), « Intégrité Scientifique, au service d’une science responsable »

– Thibault Le Texier (chercheur associé à l’université de Nice), « Quelques enseignements à partir d’un cas de fraude (l’expérience de Stanford sur la prison) »

– Olivier Voinnet (Ecole polytechnique fédérale de Zurich), « Droits et devoirs des scientifiques et de leurs institutions face aux allégations de méconduite scientifique   »

– Boris Barbour (PubPeer), « Evaluation post-publication avec PubPeer et Peeriodicals »

La séance a été enregistrée et peut être (ré)écoutée sur la page en lien.

Attention, léger changement d’horaire : jeudi 17 janvier 2019, 17h30-21h, salle Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, 75006 Paris.