3. Dominique Vinck « Formation de communautés scientifiques : le cas de la Colombie » PDS8 100311

Je vais pour l’essentiel ne faire qu’illustrer les thèses défendues par Rigas Arvanitis. Il n’y a que sur quelques points que des nuances peuvent se faire jour. P.e., je suis étonné qu’il n’ait pas précisé, lorsqu’il a parlé du système de salaire au Mexique, qu’un problème se pose à son sujet. C’est le fait que maintenant que les professeurs arrivent à l’âge de la retraite, ils découvrent que les sursalaires parfois gigantesques qu’ils ont eus grâce à leurs publications, n’entrent pas dans le calcul de leur retraite. Celle-ci est calculée sur la base du salaire qui, lui, est devenu extrêmement faible. Et cela se transforme en une vraie crise, qui est très nette au Mexique et qui commence à faire des vagues dans d’autres pays d’Amérique latine qui ont instauré le même système.

En Colombie, on retrouve le même système avec des professeurs à l’université qui ont des salaires qui nous feraient rêver, nous, en France, et qui représentent en termes de pouvoir d’achat d’ici, cinq à six fois nos salaires. Mais cela représente des disparités énormes entre les salaires des enseignants selon leur université, leurs publications, etc.

Je vais juste donner quelques éléments d’information par rapport à la Colombie pour rendre quelque peu tangible cette réalité[1].

Par exemple, si on regarde la population des chercheurs en Colombie [planche 2], et des universités, qui regroupent l’essentiel des effectifs de chercheurs, on a seulement 3% des enseignants universitaires qui sont titulaires d’une thèse de doctorat. Ça fait un contraste radical par rapport à ce qui se passe chez nous où, en principe, le passage comme maître de conférences ou professeur est conditionné au fait d’avoir une thèse de doctorat. Or, là, le titulaire d’un doctorat est un cas un peu marginal. Pas dans toutes les universités. En effet, quelques universités concentrent la majorité des docteurs. Ce qui veut dire que bien des universités n’ont presque aucun enseignant ayant une thèse et même où fort peu d’enseignants ont un master.

Si on regarde les chercheurs inscrits dans le système national de la recherche, accessible via une base de données dans laquelle sont entrés les cv, les publications, etc., qualifiés en fonction d’une critériologie qui leur assure une reconnaissance officielle par le système national, on a seulement 9% des chercheurs reconnus en tant que tels dans le système qui ont une thèse de doctorat, 28% qui ont un master. L’immense majorité de ceux qui ont des thèses les ont faites à l’étranger.

Si on regarde le flux au cours des cinq dernières années, au niveau national, il y a en Colombie à peu près cinquante personnes qui reçoivent un diplôme de doctorat par an. A ce nombre, il faut ajouter trois cents Colombiens qui décrochent une thèse de doctorat à l’étranger. A nouveau, ces chiffres donnent une idée du flux, des proportions, mais aussi du fait que la formation doctorale est encore très fortement connectée au reste du monde. Les réseaux internationaux se font principalement avec l’Europe et les Etats-Unis. Pour l’instant le mouvement vers le Brésil, l’Argentine et la Corée, reste marginal, mais il pourrait devenir significatif à terme.

En termes de stock, il y a un total de cinq mille docteurs en Colombie. Pour faire une comparaison avec la France, p.e., à Grenoble il y a trois mille doctorants et je pense que l’on doit avoir pas loin de dix mille docteurs. Un tiers des docteurs provient des SHS.

Les chercheurs, comme je l’ai dit, sont essentiellement localisés dans l’université [planche 3]. C’est là que se fait la recherche. L’industrie ou les autres institutions publiques ne jouent qu’un rôle marginal en la matière. Ce qui est encore une situation qui n’est pas comparable à la France. En France, on a plusieurs institutions qui pèsent lourd sur la recherche : CNRS, CEA, INRA, INRIA…

On parle chez nous des changements qui s’opèrent, notamment via une déstructuration des organismes de recherche, une tendance à privatiser les universités. Si on regarde les créations d’universités en Colombie [planche 5], depuis la première, en 1580, jusqu’en gros au milieu des années quatre-vingt-dix. On note que de 1580 à 1825, ce sont essentiellement des universités privées, qui sont représentées en mauve sur le graphique du powerpoint. Privé, à cette époque, veut dire confessionnel. Ce sont les Jésuites, les Dominicains, les Franciscains. Certaines d’entre elles existent toujours ou ont disparu : Jésuites expulsés, Dominicains reconduits. Ils réapparaissent au XIX° ou au XX° siècle. Aujourd’hui ça ne pèse plus tellement.

On a ensuite, après l’indépendance de la Colombie, une phase fortement influencée par les Lumières en France, notamment par une phase de création d’universités publiques, entre 1826 et 1947. Toute cette phase-là est dominée par des universités publiques, y compris par des universités confessionnelles, qui se sont ou qui ont été converties, nationalisées, etc.

On a une petite période de création d’universités privées, en gros, libre-penseur, par des gens qui veulent favoriser une alternative par rapport aux établissements qui sont entre les mains des conservateurs. Si, au début, après l’indépendance, les universités publiques pouvaient être libérales, un siècle plus tard, elles sont devenues très conservatrices.

On a ensuite un processus de création d’universités qui va être continu. Il démarre de façon significative autour de 1943, 1948. Cette création d’universités publiques se fait essentiellement dans une logique de décentralisation territoriale. On crée des universités dans chaque département où se trouve une population significative de jeunes. Le phénomène est très net jusqu’en 1977. Il s’arrête à la fin des années soixante-dix. Par contre, à partir de 1948, et surtout après cette date, on assiste à la création d’universités privées à un rythme moyen de deux par an, et c’est encore le cas actuellement. Ça nous place dans un monde radicalement différent de celui que l’on connaît ici.

Si on regarde par périodes de dix ans, on a toujours plus de créations d’universités privées que d’universités publiques. Selon les statistiques, le nombre d’universités reconnues fluctue entre 110 et 270 établissements. J’ai retenu des critères plus stricts et sélectionné les établissements allant au moins jusqu’au niveau master. 40 universités publiques et 80 privées sont dans ce cas de figure.

Au niveau de l’institutionnalisation [planche 6], ce qui s’est passé en Colombie est assez similaire à ce qui s’est passé dans toute une série de pays d’Amérique latine et qui entre souvent en écho avec des choses qui se sont passées chez nous de façon plus ou moins décalée dans le temps, y compris la constitution d’agences publiques de recherche qui essaient de coordonner, de gérer des fonds, de gérer par projet, et d’autres choses du même ordre. On a souvent des créations institutionnelles là-bas qui sont un peu copiées sur ce qui se fait ici, sauf que le contexte étant très différent, les mêmes créations institutionnelles là-bas ont des effets très différents de ce qui se produit ici. Je rejoins exactement ce que Rigas Arvanitis a dit précédemment sur ce point. Par exemple, en ce qui concerne le fait d’avoir un système d’évaluation national des chercheurs ; alors que nous réagissons plus ou moins fortement ici contre lui, en Colombie au contraire beaucoup de chercheurs sont enchantés par l’existence d’un tel système. En tout cas, c’est le cas de ceux qui sont actifs parce que – enfin ! -, pensent-ils, il y a un système qui va reconnaître ce qu’ils font au niveau national. Ce qui a des répercussions symboliques fortes dans leurs établissements. Dans certains d’entre eux, cela se traduit par des évolutions de salaires qui vont parfois jusqu’à une augmentation de 100%, ou au moins par la possibilité nouvelle qui leur est faite d’entreprendre des choses au sein de l’établissement. Cela donne un label, une reconnaissance qui n’est pas négligeable. En Colombie, le système national désigne un système d’évaluation et de qualification des chercheurs, des groupes de recherche, des revues, et des filières de formation. Ce système a une critériologie explicite et transparente, qui aboutit à une classification A,B,C, à quoi s’ajoutent les qualifications « non actif » ou « non reconnu », « reconnu comme chercheur mais non actif » ou « pas reconnu comme chercheur ».

Ce système-là a des incidences, non seulement sur les individus, mais dans le cas de la Colombie, cela a des effets très marqués sur la constitution des groupes de recherche. Le laboratoire, ou UMR (Unité Mixte de Recherche), que l’on connaît en France était en Colombie une chose qui n’existait pas, ou que de façon marginale. Avec le système national de recherche et l’enregistrement des groupes de recherche, on a une création de groupes de recherche dans lesquels plusieurs chercheurs se regroupent pour pouvoir être reconnus dans le système national.

Le premier effet que ce système a eu, c’est d’avoir multiplié de façon considérable le nombre de groupes de recherche [planche 7]. Beaucoup d’entre eux sont complètement fictifs. Un tri s’est effectué au fil du temps. Mais là où cela correspondait soit à une réalité préexistante soit à une volonté de chercheurs qui se sont rapprochés pour gagner cette reconnaissance, ça a eu des effets réels. On observe de fait une croissance du nombre de groupes de recherche qui travaillent effectivement en tant que tels, qui développent des activités internes, des échanges entre eux, des séminaires, identifient des enjeux et des stratégies communs, gèrent des moyens de recherche communs, etc. En même temps, l’apprentissage est d’autant plus net que les évaluations se font aussi sur les publications issues des groupes de recherche et avec un système de classification A,B,C où les groupes visent à améliorer leur classement. De son côté, le système national est révisé tous les trois, quatre ans à peu près et les critères utilisés se durcissent au cours du temps. Par exemple, une petite réforme est intervenue récemment, avec pour résultat que 600 groupes de recherche ont été déclassés, simplement du fait d’un changement de critères d’évaluation. Ça remet de la pression. Mais ça a un effet très puissant au sens où les chercheurs et les universités s’en saisissent pour faire exister des entités intermédiaires que sont les groupes de recherche en tant qu’entités significatives de la recherche.

Un autre effet manifeste tient au fait que les universités sont de plus en plus en concurrence les unes avec les autres. Ce qui se mesure essentiellement par le nombre de groupes de recherche au sein de leurs établissements qui sont reconnus par le système national en catégorie A, B, C. Dans les universités, les gens me disent : « nous, on a tant de groupes de recherche A, tant en B ». Cela fait partie de la carte de visite des universités. Ce qui ressort de cela, c’est que les universités deviennent des acteurs de la politique de la recherche, comme si l’on partait d’une situation où c’était une affaire entre des individus et la politique nationale, les niveaux intermédiaires n’étant pas des acteurs. Or, de plus en plus, les acteurs de la recherche, ce sont les groupes de recherche, et une partie des établissements qui s’emparent du système et jouent avec le système.

On voit aussi des établissements qui disent ne pas être intéressés par la recherche, mais davantage par l’enseignement. On a donc une différenciation des établissements, y compris au niveau des discours. Toutes les universités ne mettent pas l’accent sur : enseignement, recherche, service pour la société ; il y a très clairement une différenciation entre les établissements.

Dans les années 2006-2007, avant la réforme des critères qui a fait fondre leur nombre, il y avait 5800 groupes de recherche enregistrés et reconnus, dont 3380 inactifs, c’est à dire qui ne publient pas, qu’il s’agisse de livres, de chapitres d’ouvrage ou d’articles. Il y a également une liste des productions qui sont considérées comme étant reconnues, chaque type de production ayant un poids spécifique.

Donc, 2300 groupes de recherche, 20 400 chercheurs reconnus dont 10 000 actifs, ça fait en gros 10 chercheurs actifs ou pas actifs par groupe de recherche. Ce qui veut dire que les groupes de recherche sont de taille modeste, comprenant de 5 à 20 chercheurs, et non pas des gros laboratoires de 100 ou 200 chercheurs, à quelques exceptions près. Les chercheurs actifs sont essentiellement dans les universités publiques. La recherche a tendance à se faire dans les établissements publics plutôt que dans les établissements privés. Il y a quelques exceptions, quelques grandes universités qui font payer très cher aux étudiants leurs droits d’inscription, qui disposent de moyens et sont capables de soutenir une activité de recherche très importante. Mais l’immense majorité des universités privées ne font que vendre des diplômes et construisent éventuellement de beaux bâtiments, ne rémunèrent pas bien les professeurs, ne leur dégagent pas de temps pour faire de la recherche, puisqu’il n’y a pas d’activité de recherche en leur sein. On voit donc se manifester une différence significative quant à la recherche, essentiellement soutenue par les universités publiques, plus quelques universités privées qui jouent la carte de l’excellence internationale en mettant à la disposition de leurs enseignants des moyens importants, en les déchargeant de leur activité d’enseignement de façon significative pour qu’ils puissent se consacrer à la recherche, en créant des conditions pour cela qui sont parfois très agréables.

La Colombie comprend un vivier de 5000 docteurs. La moitié sont actifs, c’est à dire publient un papier, ou livre, ou chapitre de livre tous les deux ans. Si on rapporte ce chiffre au nombre de groupes de recherches, cela veut dire qu’on a en moyenne un docteur actif par groupe de recherche. En gros, un groupe de recherche, c’est quelqu’un qui a fait sa thèse, qui continue son activité dans la recherche et qui s’est entouré d’une dizaine de professeurs qui sont plus ou moins actifs.

Je vais terminer mon exposé par la mention d’un des derniers changements parmi les plus récents et qui a des airs de ressemblance avec ce que l’on connaît ici. Une nouvelle loi a été adoptée en 2009 sur science, technique et innovation [planche 8], qui met beaucoup l’accent sur le dernier terme, avec une critique faite aux universités, qui allègue qu’elles sont déconnectées de la société et de l’industrie, qu’il faudrait que l’université se rapproche de la société pour favoriser l’innovation. Il y a donc un discours qui est le même que celui qu’on entend ici en France depuis quelques années, dont la traduction en Colombie a été l’adoption de cette loi. Le point intéressant de celle-ci est que, contrairement au discours que l’on entend en France depuis au moins une dizaine d’années, que distingue un centrage sur l’innovation – et en gros, innovation, cela veut dire : produits et services qui passent par le marché -, le motif principal de la nouvelle loi colombienne, c’est de mettre la science au service de la résolution des problèmes de la société colombienne. Quand on pense « Colombie », on ne pense pas nécessairement au développement des marchés, etc. On pense conflit, drogue, pauvreté… enfin, à des tas de problèmes. Et c’est intéressant que la loi sur l’innovation s’affiche comme étant orientée par la volonté de mettre la recherche au service de la résolution des problèmes de la société. Evidemment, il y a la compétition technico-économique. Cela en fait partie. Mais très clairement, la loi est délibérément définie autour de cette volonté. Du coup, cela se traduit par une mobilisation des ministères qui doivent afficher ce qu’ils vont mettre en œuvre pour que les choses puissent aller dans le sens de la loi. Ça se traduit par des objectifs, y compris chiffrés, sur un certain nombre de points [planche 9], comme p.e. : augmenter le nombre de gens en thèse, le pourcentage de professeurs qui à terme devraient avoir une thèse de doctorat, augmenter le nombre de docteurs dans l’industrie. Actuellement on compte à peu près une dizaine de docteurs dans l’industrie, et pratiquement aucun qui soit engagé dans la recherche dans cette branche. En général, ce sont des gens qui ont fait leur thèse et ont occupé par la suite un poste de management. Et encore, c’est une situation tout à fait rare. Pour l’instant, on a affaire à une déconnexion encore très forte entre la recherche et le monde industriel. Sauf que la plupart des enseignants sont tellement mal payés qu’ils survivent en faisant des activités complémentaires, qui sont souvent des activités de conseil. Dans les faits, beaucoup d’enseignants sont dans une situation de relation étroite avec des institutions publiques ou privées pour se faire des compléments de salaire. Mais ce qu’il y a d’assez frappant, c’est que les gens ne font pas le lien entre leur activité de conseil et la possibilité de développer une activité de recherche. Et ceci est le cas, que ce soit à titre individuel ou collectif, c’est à dire que dans les groupes de recherche on a des professeurs qui chacun font de l’activité de conseil et n’en parlent pas trop avec les autres, car ils sont un peu en concurrence entre eux. Du coup, ils n’explorent pas la possibilité de définir des stratégies collectives vis-à-vis des activités de conseil qui permettraient de nourrir une activité de recherche p.e. C’est une chose en tout cas qui n’apparaît pas encore.

En conclusion, je pense qu’une des leçons intéressantes à retenir de ça, c’est que les choses ne sont pas partout les mêmes sur la planète, même si l’on a des espèces de modes politiques et de modes managériales qui ont l’air d’être les mêmes. C’est à dire qu’en gros on a une circulation des mêmes discours, des mêmes institutions, des mêmes sortes d’agences, des mêmes pratiques des agences d’évaluation, etc., mais ça ne produit pas un effet d’homogénéisation. Et ceci parce que la situation est très différente et que les acteurs locaux s’en emparent de façon très différente. Les mêmes institutions produisent des effets complètement différents parce que les acteurs, localement, sont dans des situations différentes et s’en emparent pour des jeux différents de ceux que nous connaissons ici en France.


[1] Téléchargez Le fichier Powerpoint de l’intervention de Dominique Vinck à cette adresse :

http://tinyurl.com/4r8246p (cliquer sur la page à gauche HTTP:All Files, puis DominiqueVinck.pwt). Dans le texte les mentions [planche (numéro)] indiquent le numéro de la planche du powerpoint que le propos commente.