3- Lionel Larqué « Aux origines du processus de mondialisation néolibérale — la transformation de la nature de la connaissance » 11° séance 060511

Les propos de Jean-Michel Fourniau me donnent envie de vous lire deux extraits d’un livre de Matthieu Calame, directeur de la fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme. Cet ouvrage s’appelle Lettre ouverte aux scientistes[1] et aborde des thématiques soulevées dans l’exposé de Jean-Michel. Je vais vous lire des passages abordant le rapport qu’entretiennent des chercheurs avec des acteurs du monde économique, politique et de la société dite civile – sachant qu’au début de l’ouvrage, l’auteur distingue les scientifiques des scientistes. Voici l’extrait :

« Lorsque les scientistes présentent la recherche, ils prétendent simultanément que la qualité et les résultats de leur recherche ne sont pas affectés par les liens qu’ils nouent avec l’État, les industries ou le reste de la société, et dans le même temps que cette recherche apportera des remèdes à quasiment tous les problèmes de l’humanité. Ce faisant, ils réactivent l’un des plus vieux topos de l’imaginaire mystique européen : la mère vierge qui enfante un Sauveur. Or le savoir et la technologie ainsi produits doivent autant à la mère, la recherche, qu’au père, les acteurs sociaux, mais cette dernière filiation n’est pas assumée, elle est impure et, dans la mesure du possible, on l’escamote. Dans le grand récit du développement des sciences les dimensions sociales des recherches et des découvertes sont gommées. Que Pasteur ait travaillé activement dans un contexte d’expansion coloniale où la conservation des aliments était un enjeu stratégique des déplacements maritimes, que la trigonométrie doive beaucoup aux développements de l’artillerie, que l’astronomie soit née de l’astrologie et du souci de connaître le destin inscrit dans les astres, que la chimie doive aussi à la pierre philosophale et à ses promesses sonnantes et trébuchantes ; autant de contextes qui disparaissent de la légende dorée pour développer une conception parthénogénétique de la science qui s’engendrerait elle-même de génération en génération, la science ne devrait donc rien au monde mais elle lui apporterait tout. La science sauve ».

Voilà le regard sur le rapport moderne des sciences au social. Et sur l’irresponsabilité sociale des chercheurs, je vous lis le passage suivant :

« Pour les scientistes, la combinaison paradoxale de la promesse du salut et du fait d’être hors du monde présente une utilité sociale indéniable. Elle exonère a priori les chercheurs de leur échec ou des usages funestes de leurs travaux. Car il existe un risque, avec le temps, que les populations déçues s’aperçoivent que les promesses ne sont pas tenues ».

« Les guérisons attendues n’arrivent pas, le monde a toujours faim. Il est possible même que l’on considère que la situation du monde, malgré les progrès, tende dans certains domaines à se dégrader et que pour dire les choses en termes crus, le paradis scientiste, comme la ligne d’horizon, recule d’autant qu’on avance. Il se pourrait alors que l’on finisse par incriminer aussi une certaine forme de recherche, que la population en vienne à douter que les solutions soient à chercher du côté de la technique, voire encore qu’elle imagine que certaines techniques proposées comme panacée participent plus aux problèmes qu’à leurs résolutions, dès lors les scientistes seraient mis en demeure de se justifier. Pas de problème, ils ont une réponse toute prête : « tout cela est dû aux imperfections de la société ». La recherche nous promet de résoudre tous les maux de la société ; pourtant depuis cinquante ans nous n’avons pas atteint le paradis terrestre ? Mais c’est à cause de la société qui n’a pas su faire un bon usage des produits de la recherche ! La recherche du XIX° siècle a aussi contribué aux massacres de masse, mais c’est toujours la société. Demain, les biotechnologies ne résoudront pas le problème de la faim, voire contribueront à développer les pratiques agricoles délétères, ne cherchez pas le coupable : c’est l’imperfection de la société.

Cette attitude d’évitement de la responsabilité est tout à fait caractéristique d’une posture cléricaliste. Le clerc est toujours socialement irresponsable. Son statut d’homme voué à un idéal l’a mis en surplomb de la société et il se trouve d’avance absous. Il va sans dire que cette position n’est pas admissible dans nos sociétés modernes ».

Ce sont évidemment des questions excessivement tendues, qui portent sur le type de corporations de scientifiques dont la société a besoin aujourd’hui : quel statut, quelle éthique, quel type de responsabilité la société a besoin de conformer et de conforter dans le cadre du travail des chercheurs ? Il est évident que la société a besoin d’une corporation, et d’un statut clair, nous avons besoin de préserver cette communauté-là de quelques enjeux mais sans faire abstraction du fait que depuis trois siècles et demi cette corporation a généré en elle-même une domination, une certaine vision du rapport au savoir et à la science qui, elle-même, est excessivement délétère et explique en grande partie la montée en puissance d’une critique d’une certaine science, d’une certaine production de technologie.

Je vais revenir au thème que j’avais prévu d’aborder pour essayer de voir de quelle manière une partie des enjeux de la corporation des scientifiques, des techniciens et des ingénieurs, relève d’enjeux sociaux et relève d’enjeux qui sont aussi des enjeux des acteurs et des mouvements sociaux.

 

Les racines néolibérales de la LRU

À cette fin, je vais faire un petit retour en arrière de la fin des années 70 à aujourd’hui, afin d’examiner pourquoi y a-t-il eu la LRU (loi relative aux responsabilités et libertés des universités)[2] et d’où vient cette idée que ce type de management de la recherche produit de la richesse et intéresse les multinationales comme les États ?

Je ne pense pas que les multinationales soient intéressées à ce point par le monde de la recherche en soi. Si elles investissent dans ce secteur c’est qu’elles y voient de facto un intérêt en termes de production de richesse. Cet intérêt découle de la vision d’une certaine économie qui ne vient pas de n’importe où. Elle vient en gros d’une réflexion géostratégique des États-Unis qui, à la fin des années 70, constatent que sur les grands secteurs industriels, ils commencent à se faire tailler des croupières par les monstres asiatiques dans les secteurs de l’automobile, du cinéma, d’une partie des technologies du militaire, de l’électronique notamment, qui sont les vrais poumons de l’économie américaine de la fin des années 60-70. Ils commencent à perdre des parts de marché de façon dangereuse. Les Etats-Unis s’aperçoivent que s’ils laissent faire, en termes géostratégiques, cela se traduira par une perte d’influence incluant la définition des normes définissant ce que c’est que la richesse, ce que c’est que l’innovation et d’où elle provient, qui va leur faire perdre  de l’influence technologique et donc militaire, géostratégique et planétaire. C’est donc pour eux une situation absolument inadmissible.

 

Le Bayh-Dole Act et la modification du statut de la propriété industrielle

Par conséquent, cela génère des réflexions au plus haut niveau des appareils scientifiques, technologiques et de l’État fédéral américain. Elles aboutissent au Bayh-Dole Act de 1980[3] qui est signé au niveau de l’État fédéral et qui explique en grande partie la loi LRU puisque le Bayh-Dole Act modifie trois registres du statut de la propriété intellectuelle.

Le premier se présente comme une évolution de ce qui était jusque là un droit dérogatoire, lié au fait qu’une université pouvait accorder à des entreprises le droit d’utiliser un brevet développé dans le champ public. Le Bayh-Dole Act généralise cette pratique et autorise deux révolutions juridiques majeures : la première est qu’il est systématiquement conseillé aux universités publiques d’octroyer des licences exclusives aux entreprises par le biais de la constitution de joint-ventures. La seconde innovation, qui est beaucoup plus intéressante et difficile à mettre en œuvre au niveau international, c’est la préférence américaine. Il s’agit de ne pas donner ces brevets à n’importe quelle entreprise, il est question de voir de quelle manière, d’un point de vue juridique, il est possible de privilégier les entreprises capitalistes américaines en premier lieu. Un vaste combat juridique va s’engager qui va aboutir à la création de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Tout ce qui a échoué jusque-là va être permis par la création de cet organisme.

Ainsi, une puissante volonté politique et géostratégique a instauré une armada juridique qui met au centre ce qui est perçu par les États-Unis comme leur avantage comparatif au niveau international, et qui pourrait aboutir à une nouvelle division internationale du travail, pour le dire brièvement : l’intelligence au Nord et les ateliers au Sud. On parie sur le fait que la capacité à innover, à avoir toujours de nouvelles idées relève plutôt d’un avantage qui peut demeurer sur trente ou quarante ans. C’est une vraie vision de la division du travail qui est pensée à cette époque-là, mais tout n’est pas en ordre de marche. En effet, il y a toute une série de blocages théoriques et pratiques. Tous les outils permettant la mise en place de cette stratégie n’existaient pas en 1980. Ces dispositifs se mettent peu à peu en place, non pas de façon concertée et visionnaire, mais plutôt de façon aléatoire et conjoncturelle, dispositifs qui s’agencent les uns les autres pour générer des révolutions assez notables dans l’appareil capitaliste mondial.

 

La valorisation des actifs immatériels des entreprises dans la genèse de « l’économie de la connaissance »

Je vais donner l’exemple de deux innovations dont il faut préciser que, au moment où elles se produisent, ne sont pas perçues sous ce jour et que c’est seulement rétrospectivement qu’elles apparaissent ainsi.

La première innovation relève du fait que quand on décide de rompre avec une vision dite « open science » – terme par lequel on schématise les années 40 à 70, en les idéalisant quelque peu car ce qui ressort de cette période ce n’est pas vraiment une science épurée, éthérée, située hors des conflits, au service du bien public – et quand on décide qu’au cœur des avantages comparatifs des États-Unis, c’est le brevet, la capacité à innover, qui est le cœur de l’économie vers laquelle on tend, on s’aperçoit évidemment qu’il va y avoir des révolutions comptables : comment est-ce qu’on valorise un brevet ? comment est-ce qu’on le valorise dans les comptes d’actifs des multinationales ? quelle valeur ça a ? etc. En 1981 on ne sait pas intégrer dans une comptabilité, non pas le brevet innovation ancien, – ça on sait à peu près ce qu’il vaut, on sait l’évaluer par la patente et les royalties que l’on fait payer -, mais le type de brevet que l’on met en place à partir de 1981.

L’innovation du Bayh-Dole Act, ce n’est pas simplement le brevet déposé sur une innovation technologique, c’est la potentialité des brevets à venir, c’est la rupture entre la découverte et l’innovation. La capacité qu’a une idée, très en amont du dispositif de recherche, de générer peut-être plus tard d’autres brevets. Ça, c’est beaucoup plus compliqué à intégrer dans les actifs d’une entreprise multinationale. Pour remédier à ce problème va se mettre en place une innovation majeure, qui est le Nasdaq (National Association of Securities Dealers Automated Quotations)[4]. C’est une bourse d’échange de valeurs qui nait en 1984 et qui permet à des entreprises, du type de celles qui vont naître quelques années plus tard, Google ou AOL, d’être valorisées sur le marché des actions. Jusqu’en 1984, combien aurait valu Google, si elle avait existé, sachant que son capital est un algorithme couplé à un fichier ? Le capital de Google est un algorithme, aujourd’hui plusieurs, et un fichier. En 1981, on ne savait pas dire ce que valait cette entreprise sur « le » marché. Le Nasdaq va résoudre la question. Combien vaut AOL, combien vaut Google ? La valeur de l’entreprise est égale au prix auquel on voudra bien l’acheter, au prix de l’action sur le marché. Et on valorise Google, AOL, plus tard Facebook sur ce marché d’un nouveau type d’entreprises capitalistes d’une façon très simple : c’est le marché qui définit la valeur de l’entreprise. La question est résolue par un outil technique et ça ne marche pas trop mal. Le problème est qu’une bulle spéculative se met en place sur ce type de marché et explose en 2001. Mais le Nasdaq existe toujours et ces entreprises là sont toujours cotées en bourse.

Deuxième innovation. On a affaire à des entreprises qui n’ont pas de fonds capitalistiques. Google, Facebook ne sont pas des multinationales au départ. Ce sont des start-up sans beaucoup de fonds. Comment fait-on alors pour payer des vrais managers de la Silicon Valley qui aspirent à des salaires très importants quand on n’a pas de capitaux pour les rémunérer ? Il faut une nouvelle innovation pour cela. Et avant les années 80 on ne dispose pas de l’outil permettant de payer ces managers là. Qu’est-ce qui va être utilisé dans ce cadre même si elles n’ont pas été créées pour ça ? Ce sont les stock-options. Elles représentent une nouvelle forme d’anticipation de la rémunération future par rapport à la valeur d’une action à venir qui permet à des managers d’estimer que si la société marche, ils vont en retirer un avantage financier substantiel et seront motivés à rejoindre ladite société. Diffuser des stock-options dans les entreprises permet de résoudre une autre question très pratique pour ces entreprises, qui est de savoir comment est-ce que l’on paye une entreprise dont la valeur capitalistique est essentiellement du bien immatériel.

Et progressivement, dans les années 80, on voit monter une nouvelle forme de capitalisme, mais qui n’est pas simplement le capitalisme d’AOL ou de Google, qui sont vraiment les entreprises de ce marché spécifique, mais qui concerne toutes les entreprises : Peugeot, Renault, la métallurgie, etc. Un mouvement est lancé qui se caractérise par le fait d’intégrer de plus en plus de biens immatériels aux actifs des entreprises. On le voit aujourd’hui – pour le CAC40 c’est majoritaire, aux États-Unis je crois que ça l’est aussi depuis les années 2000-, plus de 50% des actifs des entreprises sont des biens immatériels, des biens qui jusqu’aux années 70 étaient moins valorisés. Ainsi donc, les années 80-90 ne sont donc pas simplement celles de la régulation financière néolibérale. Et c’est à mon avis une myopie de nos mouvements dans les années 90-2000, c’est qu’on ne voit dans la phase néolibérale que la partie concernant la dérégulation financière. Mais c’est seulement une partie du phénomène. La genèse d’un nouveau type d’économie, d’un nouveau type de richesse, de rapport à la production de richesse, est la seconde partie de l’économie néolibérale. Il n’y a pas de révolution néolibérale telle qu’on la connaît sans la révolution numérique et sans la valorisation de ces entreprises d’un nouveau type. Il faut bien intégrer dans l’analyse que l’on mène pour déterminer comment résister à l’emprise de ce système, que ce n’est pas seulement une régulation financière qui va résoudre le problème. C’est que le type d’entreprises et de capitalisme que l’on a face à nous est un capitalisme d’un nouveau genre qui a un rapport à la richesse et à la valeur tout à fait différent que celui du monde fordiste où l’industrie était quand même au cœur de la création de richesse d’une société. L’architecture que, aujourd’hui, on théorise et on pratique rétroactivement, n’est pas le fruit d’une histoire linéaire ; ça ne s’est fait jamais ici, comme je l’ai dit, de manière « naturelle ». C’est un agencement hasardeux d’innovations ici et là qui se réalise dans le temps au gré des intérêts des acteurs eux-mêmes.

De la Bayh-Dole à la LRU : une continuité logique

Donc, la LRU de 2007 est un enfant naturel, français, de la Bayh-Dole Act américaine de 1980 qui postule que la génération de nouvelles richesses économiques qui advient doit être structurée autour d’une alliance entre certaines institutions publiques (Université, laboratoires, organismes de recherche) et le monde capitaliste marchand classique. Cette articulation permet de dispenser les entreprises privées du coût financier que représente la R&D (recherche et développement). Les entreprises privées peuvent dès lors sous-traiter la recherche au public et utiliser les fruits de cette recherche pour le bien de ce type d’entreprises et la réalisation de produits marchands. Du point de vue de l’économie de la connaissance capitaliste ça se tient tout à fait. Il faut bien distinguer quels sont nos axes de lutte. Il y a les biais corporatistes académiques qui font qu’à force de ne penser que ce type de développement là, il y a toute une partie de la recherche qui est marginalisée, mise sous le tapis. Mais il faut se rendre compte qu’une grande partie de la recherche publique aujourd’hui vit très bien dans un tel modèle, un système d’économie de la connaissance allié à un capitalisme mondial. Exemple entre mille autres : le Minatec à Grenoble[5]. C’est une vision particulière des métiers de l’ingénierie, de la recherche.

 

Les avatars de la relation entre science et société : les politiques, les chercheurs et les acteurs sociaux

Les grandes  orientations de la recherche et les attentes des citoyens : une articulation difficile

Et ceci m’amène à la seconde partie de mon exposé. Si une majorité d’acteurs de la recherche vit bien dans ce système, il faut reconnaître qu’ils vivaient bien dans le précédent aussi. Et ce n’était pourtant pas mieux pour autant. L’idée que nos luttes d’aujourd’hui devraient s’employer à défendre le statut de chercheur public, en même temps que des moyens alloués à des instituts permettant aux acteurs de l’académie d’allouer eux-mêmes les fonds, selon des régulations purement corporatives serait à mon sens une erreur. Et je vais tenter de m’expliquer. Si l’on regarde la recherche française à partir des années 50 jusqu’aux années 80, en s’interrogeant sur son fonctionnement, les citoyens n’avaient rien à dire sur l’évolution de la recherche nucléaire, sur l’évolution de ce qu’on appelait en ce temps-là les champions nationaux (d’EDF au CNRS…). On concentre les moyens sur ce qui va produire la richesse, non pas au profit du pays et de la nation, mais de la puissance de l’État. Ainsi l’époque que l’on verrait comme l’archétype de la puissance de la science désintéressée, est une vue de l’esprit du point de vue des besoins sociaux et citoyens et du type de dialogue que nos sociétés doivent pouvoir générer avec le monde académique. Donc je pense qu’une partie du travail que nous avons à faire, notamment avec les syndicats, est de dire : « vos luttes (celles des acteurs du monde académique), pour une partie d’entre elles, sont les nôtres ». Il faut donc travailler pour savoir lesquelles sont l’objet d’accords voire d’alliances avec les acteurs sociaux. En revanche, il y a d’autres luttes du monde académique qui, à mon avis, sont très réactionnaires. Il faut donc en parallèle travailler avec les chercheurs pour estimer les actions qui vont dans un mauvais sens. Je pense que Matthieu Calame, dans son ouvrage cité, donne quelques pistes pour dire qu’il existe des luttes corporatistes qui, à notre sens, sont excessivement néfastes pour la société. Ce qui est bien pour l’Université et la recherche n’est pas forcément bon pour la société dans son ensemble. Il faut juste distinguer ce qui permet d’aller vers quelque chose de plus progressif, émancipateur, vers des savoirs produits dans des conditions satisfaisantes du point de vue des travailleurs et utiles du point de vue de la société.

 

La question d’un grand récit fédérateur

Je fais une autre incise sur la question nucléaire. Un autre ouvrage m’a beaucoup éclairé sur la mobilisation des forces sociales sur l’aventure nucléaire française : Le rayonnement de la France[6]. Ce livre explique les ressorts sociaux et politiques qui ont fait que tous les milieux : ouvriers, ingénieraux et de recherche, des affaires et de l’État ont été tellement portés par le discours de la puissance française, la fierté de la France dans les années 50-60, et que cette narration a servi de ressort à la mobilisation. Et lorsqu’on voit l’auteure décrire à quel point les ouvriers, les ingénieurs pleurent, mais de joie, le jour où a explosé la première bombe nucléaire française en plein air dans le Sahara, on voyait bien quels étaient les ressorts qui avaient permis de mobiliser les forces sociales derrière cette aventure là. Personnellement je n’y crache pas dessus. Mon père a participé à l’aventure de l’aéronautique française. Cela fait partie d’une époque marquée par une vision de la France qui avait fortement été secouée en 1940 et que je sache, le discours gaulliste consistait en un message clair : « on a été laminés en 1940 sur la  question technique et les capacités militaires, on ne va pas vivre cette expérience deux fois ». Le même De Gaulle qui avait perdu sur la bataille des idées développées dans son ouvrage, Vers l’armée de métier[7], paru en 1934. Pour le coup la fierté nationale est un des ressorts qui a permis, à cette époque là, de mettre en marche toutes les forces sociales et intellectuelles du pays vers une aventure qui les dépassait tous. Aujourd’hui, il s’agit de voir quelle est l’aventure autour de laquelle on peut se mettre d’accord ? Forces sociales, mouvements sociaux, société civile, chercheurs, ingénieurs, ouvriers, quelle est cette aventure qui fait sens ? Je pense qu’il s’agit de l’aventure/transition socio-écologique, l’aventure du bien-être pour nos enfants, l’aventure vers un type de société douce et non stressante : on en bave au travail, c’est de plus en plus dur, le management est de plus en plus stressant, y compris à l’Université. Si je peux bien cohabiter avec un certain type de patriotisme, à certaines conditions assez strictes – en tout cas cela construit un certain discours culturel sur le fondement duquel on peut ensuite mobiliser des forces sociales – je pense qu’il est aussi de notre responsabilité de contribuer à l’énonciation d’une nouvelle narration. Cela pourrait désamorcer en partie certaines incompréhensions persistantes entre acteurs sociaux et acteurs de la recherche.

 

La crise de la relation entre science et société : la longue histoire d’une incompréhension persistante

Tout cela pour vous dire que la crise de la recherche et des universités est, de mon point de vue, bien antérieure à la crise néolibérale. Et je pense qu’à force de se dire que c’est lutter contre le néolibéralisme qui va résoudre les questions de l’appareil de production de savoir scientifique, on entretient un véritable leurre. Le new public management, l’individualisation de l’évaluation des chercheurs, les indicateurs controversés avec les facteurs d’impact, la logorrhée sur l’excellence, etc. on sait que ce sont des luttes sur lesquelles on peut s’allier avec les chercheurs, mais il y en a d’autres où je pense qu’il faut encore désamorcer les problèmes.

Quand je dis que la crise est bien antérieure, je n’ai pas dit grand-chose. Mais je pense pour autant qu’il y a là quelque chose de sérieux, de difficile à traiter. Certains éléments utilisés par les chercheurs sur la façon de catégoriser leur métier n’est vraiment pas satisfaisante. La conception qui en ressort est elle-même le fruit de plusieurs décennies et siècles de cléricalisme scientifique qui explique que l’on produit un type d’enseignant-chercheur et de chercheur qui à mon avis ne sont pas en phase avec les types de progressisme qui adviennent. Je vais en évoquer plusieurs.

 

*Qui fait l’Université ?

Le premier problème relève du corporatisme le plus têtu, le plus bête. Deux années avant le début de la crise de 2009 de l’université et de la loi LRU, un ministre de la recherche et de l’Enseignement supérieur tenait un discours devant plusieurs mandarins de l’université. Il commença son discours en disant : « Vous qui êtes les employés de l’université… ». Là un mandarin lui coupa la parole et dit : « Monsieur le ministre, nous ne sommes pas les employés de l’université, nous sommes l’université ». D’un point de vue organique, c’était vrai. Ce sont les universitaires qui font l’université. Ce sont eux l’université. Mais il y a un petit problème historique, culturel et social. À l’origine de ce qui deviendra l’Université, on trouve des coopératives d’étudiants qui mutualisent leurs moyens financiers pour faire venir les Erasme[8] de leur temps, les faire circuler et voyager pour acquérir des savoirs auxquels leur naissance ne leur permettait pas d’accéder aisément. Au départ, l’université n’est pas une institution avec des bâtiments. Ce sont des étudiants mal-nés qui veulent franchir le plafond de verre de leur époque, et accéder aux métiers de la médecine, de la philosophie et de la théologie qui leur étaient fermés. Ce sont des étudiants qui payent le transport, la résidence, les émoluments des « Erasme » de ce temps-là. C’est une coopérative d’intérêts par rapport à des savoirs utilitaires. Ils avaient besoin d’avoir accès aux savoirs de la médecine, de la philosophie et de la théologie pour accéder à des métiers auxquels ils ne pouvaient pas prétendre du fait de leurs origines sociales. C’est un vrai besoin utilitaire associé à un type d’émancipation sociale. Aujourd’hui, ce n’est plus ça : l’université est vraiment devenue l’affaire des universitaires. Or, le problème de l’université au sens philologique du terme, c’est un lien, un logos. C’est un contrat moral entre des enseignants et des étudiants. Ce qui forme l’université, c’est le lien enseignant-étudiant. Et quand on a, à notre époque, ces universitaires qui disent au ministre qu’il a tort : « nous ne sommes pas les employés de l’université, nous sommes l’université », le nous est un nous d’universitaires. Et là on a un vrai problème : ce que j’appelle moi le corporatisme têtu, qui tient au fait que, historiquement, l’université ce n’est pas la somme des universitaires, c’est le lien affectif, intellectuel entre des enseignants et des étudiants. Je pense que l’un des axes stratégiques pour l’université à venir est bien celui-là : la perte du lien entre universitaires et étudiants. Cette rupture est tragique et explique, en grande partie, un des motifs des défaites successives de ces dernières décennies. Dans tous les mouvements universitaires depuis les années 60, on voit des mouvements étudiants et des mouvements d’enseignants-chercheurs, et très rarement des jonctions s’opérer entre les deux. Il est très rare d’avoir des discussions régulières où les étudiants vont vraiment se mobiliser aux côtés des universitaires et vice versa. En 2009, les étudiants ne sont pas là, à quelques exceptions près. Donc je pense que les corporatismes académique et étudiant doivent constituer un des axes stratégiques essentiels.

 

*Révolution et régression pédagogique à l’université

Sur la question pédagogique, maintenant, je dirai que l’on a assisté, dans les années 80-90, à une véritable régression sur ce plan dans l’éducation primaire, secondaire, dans les lycées et établissements d’enseignement supérieur. Il y a eu, dans les années 70 des expériences pédagogiques très émancipatrices, qui permettaient d’avoir des relations entre enseignants et étudiants nettement de meilleure qualité, avec des rapports au savoir et à l’apprentissage améliorés, qui ont été par la suite complètement occultées du paysage. On n’a jamais transmis cette histoire là des innovations pédagogiques à l’université. Et je connais beaucoup d’enseignants qui les ont vécues et qui souffrent de ne plus pouvoir aujourd’hui les mettre en œuvre dans leur enseignement sous prétexte qu’aujourd’hui ça n’est pas possible. Mais le « ça n’est pas possible », je pense qu’il faudrait peut-être qu’on le travaille, je pense que les enseignants ont une vraie marge de manœuvre et individuelle et collective pour revenir sur cette transmission des innovations pédagogiques. Un exemple, à l’ENSEMBLE (École Normale Supérieure). Dans le cadre de l’évaluation des étudiants, au lieu de poser, par examen sur table classique, des questions auxquelles il fallait répondre, on demandait à chacun : « dans mon cours, durant ces cinq derniers mois, qu’avez-vous appris ? ». Et l’étudiant, de son point de vue, essayait de formuler, par rapport au cours qu’il avait reçu, ce qu’il avait appris et en avait retenu. Et cela faisait l’objet de discussions à plusieurs. Dans le prolongement, on lui demandait de s’auto-évaluer : « quelle note te mets-tu ? ». L’inspection académique suivait ça horrifiée en disant : « comment ça, vous allez demander à un élève de s’évaluer lui-même ?! ». Je précise qu’il y avait parmi ces élèves de futurs enseignants. La réponse de l’enseignant fut : « s’ils ne sont pas capables de s’évaluer eux-mêmes, comment vont-ils être capables d’évaluer des élèves dans 2 ou 3 mois ? ». Or on touche ici à une fonction essentielle de l’enseignant, depuis les origines, l’aptitude exclusive à évaluer un élève, à valider la qualité de l’étudiant formé. Si cette fonction est essentielle et ne doit pas être remise en cause, on voit que les modalités d’évaluation modifient le rapport des élèves et des enseignants au savoir. Il est toujours surprenant de constater combien les enseignants-chercheurs et les chercheurs vivent douloureusement, voire contestent, les évaluations infantilisantes des nouvelles agences d’évaluation sans se questionner, au fond, sur ce qu’elles charrient, en définitive, de cette culture généralisée. C’est ceci qu’il faut modifier, au fond : des formes d’évaluation non castratrices, émancipatrices et bienveillantes et non « sanctionnantes ».

Or, quand on dit que l’on touche à la façon dont un enseignant note, dans la classe ou dans l’université, on touche à une des fonctions symboliques les plus essentielles des enseignants. Ce n’est pas facile à faire bouger parce que justement c’est toute une série de paysages, de façons que l’on a de se représenter le métier.

 

*L’élimination socialement instituée de la contribution des acteurs sociaux à la production de la connaissance et des savoirs scientifiques et techniques et ses conséquences actuelles

Le troisième élément de régression est beaucoup plus ancien. Il date de l’émergence des sciences modernes. On a enlevé du paysage tout ce qui n’était pas savoir académique. De toute la logorrhée, de toute la mythologie qu’on nous vend aujourd’hui sur le Panthéon des grands chercheurs, de Galilée à Newton, Einstein en passant par Marie Curie, on a enlevé de la photo tous les acteurs sociaux qui ont innové, et ils sont légion. Tous, sans exception ! Quand ce n’est pas une captation pure et simple par des académiciens des innovations des acteurs sociaux. La littérature sur ce sujet est gigantesque. Un exemple, qui porte sur l’émergence de la pisciculture en France, une monographie récente de Guillaume Carnino, élève de Dominique Pestre, est à cet égard édifiante mais archétypale de toute une série de captations par les académiciens d’innovations faites par des acteurs sociaux, essentiellement au XIX° siècle, qui a vu se solidifier la puissance des académies. La question examinée en l’occurrence était celle de la manière dont on pouvait conserver des œufs de poissons en milieu non naturel en évitant qu’ils se nécrosent au bout de deux ou trois mois, ce qui ouvrait la voie à la reproduction artificielle des poissons. Trente-cinq ans de travaux dans des laboratoires de recherche publics ont été consacrés à ce sujet. Les gens qui ont trouvé la solution sont un cabaretier et un pêcheur amateur des Vosges. Ce sont eux, après vingt ans de travail sur cette question qui les intéressait, qui ont trouvé la solution. Le président de la société de pêche des Vosges envoie une communication à l’académie des sciences sur ce sujet. Les quinze années qui vont suivre vont être une bataille visant à déterminer ce qui relève de l’innovation scientifique et ce qui est simplement un « accident » de l’histoire de praticiens. Et ce sont les académiciens, Coste[9] notamment, qui va faire fortune avec cette découverte, qui est membre de l’académie des sciences de l’époque, qui va envoyer les deux acteurs des Vosges hors de la photo et qui ne vont avoir que quelques milliers de francs de l’époque, lui ayant droit à la patente et au brevet. Vous avez des cas comme celui-là tout au long du XIX° siècle. Mais, plus loin que ça, avant l’émergence des sciences modernes, tous les artisans, les pêcheurs, les marchands, les marins, les verriers, les forgerons et tout un tas d’autres corps de métiers qui, depuis des millénaires, ont accumulé ce qu’aujourd’hui on appelle le capital primaire scientifique qui a permis de donner naissance à ce qu’il est convenu d’appeler la révolution des sciences modernes – concept tout à fait critiquable. À ce propos, je vous recommande la lecture d’un ouvrage intitulé Histoire populaire des sciences[10], qui raconte cette histoire là qui contrevient à l’idée que c’est du génie d’un scientifique dans son laboratoire que l’innovation naît. Or, non, l’innovation est toujours opérative, collective. Elle dépend toujours et sans exception de savoirs multiples qui circulent en permanence. L’articulation entre le monde académique et le social est permanente, quelles que soient les innovations auxquelles on s’intéresse, y compris en mathématique fondamentale qui serait a priori la discipline où le social n’a absolument rien à dire. Là encore l’ouvrage contrevient à cette légende.

On voit bien que ceci a une incidence sur les financements. Quand on parle aujourd’hui de financement de l’innovation, qui en sont les bénéficiaires ? Ce sont les grandes entreprises et les acteurs publics. Les acteurs sociaux, qui ont été enlevés de la photo depuis plusieurs siècles, dont on nous raconte qu’ils ne servent à rien, c’est tout à fait naturel qu’ils ne puissent pas ambitionner de se dire qu’ils sont peut-être un peu des acteurs de la circulation des savoirs sur un territoire, que peut-être sur la question de la pédologie des sols, les paysans ont quelque chose à dire, et qu’il serait peut-être intéressant dans la question du financement de l’innovation qu’on répartisse les fonds destinés à la recherche et innovation de façon équilibrée, sans pour autant déshabiller Pierre pour habiller Paul, parce que cela a une vraie incidence sur les politiques d’innovation. Ce combat doit être mené, ensemble.

Or cette façon qu’on a d’enlever les acteurs sociaux de la photo a des incidences sur les mouvements des chercheurs. J’ai parlé de 2009. Mais 2004 ? En 2004 SLR (Sauvons La Recherche ![11]) est né. SLR est sûrement le mouvement le plus corporatiste qu’on ait connu dans les années 2000 et beaucoup plus corporatiste que tous les syndicats avec lesquels on discute. Lors des États-généraux organisés par SLR, un seul atelier n’a pas abouti, c’est l’atelier science & société. Le monde académique est collectivement incapable de penser son rapport à la société. Ceci est véritablement un problème absolument central. L’idée qu’il y aurait une élite qui penserait pour le reste, avec une division sociale du travail entre ceux qui pensent et ceux qui exécutent, est une idée majoritairement partagée par les chercheurs de nos laboratoires. Ce ne sont pas eux qui l’ont voulu. C’est une histoire que l’on s’est racontée et qui, grosso modo, a nourri cette mythologie. L’incidence de ces écueils sur les mouvements sociaux de 2004 et 2009 est énorme, dans des registres différents. Au début du mouvement de 2009, il y a un vrai appui populaire dans les sondages. Plus de 83% de la population française soutient la mobilisation des enseignants-chercheurs. Au fur et à mesure que le mouvement s’ancre dans la durée, se fait jour une incompréhension croissante de la population au sujet des thèmes mis en avant : mastérisation des concours, suppression des IUFM, la loi LRU, le statut des enseignants-chercheurs, etc. La population ne s’est pas sentie concernée par ces questions, et ce à juste titre. En revanche, celles qui importaient, comme les rapports entre université et société, étaient totalement absentes. Dans les luttes à venir, si les enseignants-chercheurs et les chercheurs ne sont pas capables, non pas de générer un rapport à la société, parce qu’ils sont incapables de le faire entre eux, mais de créer des espaces où l’on peut discuter entre acteurs sociaux et chercheurs pour dire : de quelle université avons-nous besoin dans la société actuelle ? De quel type d’institutions avons-nous besoin ? En absence de travaux allant dans ce sens, de travaux ouverts à différentes catégories d’acteurs, on échouera fort probablement.

 

*Le monopole de l’exercice de la raison : l’entretien d’un clivage entre science et société et les moyens son dépassement

Pour finir, le dernier élément qui a un lien avec ce que je viens de dire, c’est évidemment en relation  avec un certain type de Raison. C’est une question qui taraude une grande partie des forces sociales à travers le monde qui étaient présentes lors des Forums sociaux mondiaux. En Occident en général, il y a un certain type de monopole de la raison exercée par une certaine catégorie d’acteurs : il y a l’irrationnel d’un côté, c’est la société qui ne sait pas quoi faire avec l’innovation et qui a très peur a priori de tout ce qui arrive. Forcément pour contenir cet irrationalisme potentiel par un travail d’alphabétisation, de propagande, de promotion, de pédagogie – et l’on dit que si vous n’avez pas bien compris nos technologies et que vous les refusez, c’est parce que vous voulez retourner à l’époque de la bougie, un type d’argumentaire qui est encore produit aujourd’hui dans les médias. C’est le même type de projet et de discours que l’on a vendu sur le TCE (Traité Constitutionnel Européen) : si vous avez mal voté sur le TCE, c’est que vous ne l’avez pas bien compris. Si vous avez voté « non » au référendum de 2005 sur le TCE, c’est que l’on n’a pas assez fait de pédagogie dessus. Si vous l’aviez bien compris, vous auriez évidemment voté « oui ». Si vous votez « non » pour les biotechnologies, la biologie de synthèse, l’homme augmenté ou les nanotechnologies, c’est que vous ne comprenez pas bien ce que c’est, donc on va faire de la pédagogie. Cette armada là sur laquelle toute une série d’acteurs se sont mobilisés pour dire qu’il fallait dire « oui », illustre vraiment le dispositif de propagande dans lequel on est. Le programme européen CIPAST (participation citoyenne en science et technologie)[12], qui a répertorié la quasi-totalité des expériences de débats sur les nanosciences et les nanotechnologies, a montré que ces dispositifs ne servent pas à grand chose du point de vue de la décision publique et encore moins du point de vue des choix d’orientation de la recherche. Sur ce point il va falloir passer à une étape supérieure par notamment une conscientisation des ONG et des acteurs de la société civile pour dire : nous, qu’avons-nous à dire aux chercheurs et à l’espace académique ? de quel type de science, de recherche, de statut, d’autonomie de la pensée, d’éthique de chercheur, avons-nous besoin et requérons de la part de la communauté scientifique ?

Pour finir, je dirai qu’à rebours des idées reçues, ce n’est pas la présence des acteurs sociaux dans les débats sur la gouvernance de la recherche qui pose problème et fragiliserait les chercheurs, c’est leur absence. Pour preuve les évolutions des politiques publiques depuis 40 ans se sont faites par le biais de la prise de pouvoir par les acteurs économiques transnationaux, sans aucun débats démocratiques et ouverts. Pour conforter des acteurs aussi essentiels que les chercheurs dans les nouveaux équilibres économiques de nos nations, on ne peut plus se contenter d’un pacte tacite entre élites scientifiques et politiques en passant par-dessus la tête des citoyens. Si nous opérons de la sorte, nous nous préparons des jours bien sombres.


[1] Mathieu Calame, Lettre ouverte aux scientistes : Alternatives démocratiques à une idéologie cléricale, Charles Léopold Mayer éditions, 2011

[6] Gabrielle Hecht, Le rayonnement de la France : Énergie nucléaire et identité nationale après la seconde guerre mondiale, La Découverte, 2004

[10] Clifford D. Conner et Alexandre Freiszmuth, Histoire populaire des sciences, Editions L’échappée, 2011