« L’évaluation de la « performance pédagogique » et l’injonction à sa professionnalisation : une analyse sociologique d’une construction politique » 1° juin 2017

École des Hautes études en sciences sociales

Séminaire « Politiques des sciences »

Séance du Jeudi 1° juin 2017 – 17 h – 19 h

EHESS, 96 Bd Raspail, salle Lombard, Paris 6e

le lien vers le fichier audio de la séance est accessible ici : http://tinyurl.com/ydeuegnh

En repartant d’un certain nombre de transformations qui ont affecté l’enseignement supérieur ces trente dernières années, il s’agit d’y inclure et de contextualiser le discours qui impute les taux d’échecs des étudiants au « manque de pédagogie » des universitaires et à leur « manque de formation » pédagogique.

Le but est de montrer, en s’appuyant sur des textes officiels récents dont la visée est essentiellement prescriptive, qu’à travers une « mise en culpabilité » des universitaires, il s’agit d’une part, de combattre l’adossement à la recherche de la pédagogie et, de l’autre, de déconnecter celle-ci d’un travail de transmission des savoirs disciplinaires. Un des enjeux de cette lutte est de rendre l’évaluation des performances académiques des étudiants moins dépendante de la maîtrise par les étudiants des savoirs disciplinaires, dont la transmission constitue l’objectif de la formation dispensée par les universitaires, pour que les taux de réussite aux examens puissent être modulés en fonction des attentes associées à un « gouvernement par les chiffres ». Il s’agit aussi de montrer que la constitution d’objectifs chiffrés à atteindre modifie profondément, comme dans d’autres domaines (hôpital, emploi, police, etc.) le contenu de ce dont les chiffres sont censés attester.
Cette contextualisation permet, selon nous, de poser en d’autres termes la question de la « démocratisation » de l’université en inscrivant les objectifs chiffrés dans le cadre d’un gouvernement par les chiffres lui même intégré dans les politiques de Nouvelle Gestion Publique et en particulier des enjeux de rationalisation des moyens à disposition des universités pour remplir leurs différentes missions.

 

Invitée : Sandrine Garcia, sociologue, professeure à l’université de Bourgogne
Afin de se faire une idée sur un mode humoristique mais cependant réaliste de ce dont il va être question, on se reportera aux billets suivants :
——
Cette séance est la dernière de l’année universitaire 2016-17. Le séminaire reprendra le 5 octobre 2017