7° séance séminaire PDS_Débat

Etudiant EHESS : Mon intervention va être un petit peu en décalage, c’est juste pour donner un exemple. J’ai entendu « processus de Bologne », « compétences », « profession », « université »… Moi, je suis étudiant à l’Ecole et par ailleurs je suis infirmier. Ce qui se passe en ce moment pour la profession «infirmier/infirmière » c’est qu’il y a le processus de Bologne qui s’est mis en place, il y a une intégration à l’université et on passe aussi à un référentiel de compétences. Donc, ce que je voulais soulever, c’est que moi ça me choque, parce que, au départ, c’est une formation professionnalisante, et là ça passe complètement à l’as. Et sur ce point on pourrait complètement faire le lien avec la question de la formation des enseignants, c’est que c’est avant tout une profession et donc c’est un processus particulier, ce n’est pas de l’université. Et donc le fait que l’université accepte toutes ces formations qui n’ont pas de base disciplinaire ou qui s’appuient sur différentes disciplines, je trouve que ça voile un petit peu les missions de l’université et ça dilue plein de choses. On peut mettre tout et n’importe quoi ; l’université devient un sac qu’on remplit. Les infirmiers, les infirmières, on ne les entend pas trop. Ils étaient très contents de rentrer à l’université, avec le fantasme d’une valorisation sociale. L’intégration au LMD, c’est avoir une licence, donc être catégorie A. C’est purement comme ça, ce n’est absolument pas pour développer une démarche disciplinaire. Je m’étonne que les universités qui vont signer des conventions avec les écoles d’infirmiers/infirmières d’ici le mois de juin 2010 acceptent d’intégrer cette formation et de lui donner un label universitaire alors qu’au départ, c’est une formation professionnalisante et qui était légitime dans ce cadre là. C’est un peu en décalage, mais je trouve que l’exemple infirmier – parce qu’on ne les entend pas – est assez pertinent, parce que ce qui se passe pour les enseignants, c’est ce qui s’est passé déjà pour les écoles d’infirmiers où désormais on n’apprend que des compétences, alors qu’il y avait certaines disciplines à acquérir au départ.

Isabelle Heullant-Donat : Deux remarques sur ce que vous venez de dire. D’abord, au sujet de l’idée que l’université serait un sac où l’on mettrait tout. Il faut savoir que l’université est née comme un sac où il y avait tout et que la spécificité du système français par rapport à ce que l’on observe ailleurs, en Europe mais aussi aux Etats-Unis, c’est justement d’avoir multiplié de manière tout à fait exponentielle des niches, les systèmes d’écoles qui sont en-dehors des universités tout en ayant vaguement un lien. Alors, en l’occurrence, pour les écoles d’infirmiers, ce n’est pas le cas. Enfin jusqu’à maintenant, pas tellement. Mais pour beaucoup d’autres formations, oui le lien existe. Mais en même temps, c’est une spécificité du système français et d’ailleurs l’universitas, c’est cette communauté de formations supérieures qui englobe à peu près tout et n’importe quoi. Donc, d’une certaine manière l’idée du sac que vous employez, qui me paraît juste au demeurant, c’est une espèce de retour à une structure unique qui aurait vocation à tout abriter. La question qui se pose évidemment, c’est alors de savoir comment on articule le passé proche, ou l’actualité même, c’est à dire l’existence d’écoles, avec l’université. Et puis, deuxième remarque, le lien connaissances / compétences. Moi, je vais vous dire mon sentiment là-dessus. J’en ai ras-le-bol, mais vraiment d’entendre : « oui, alors vous avez des connaissances, mais il faut valoriser ça en termes de compétences » ou « alors là vous acquis des compétences, mais vous êtes un peu juste en connaissances ». Cette rhétorique fondée sur une méconnaissance me semble-t-il ontologique de ce que sont nos formations en l’occurrence à l’université et en rapport avec le métier d’enseignant bien-sûr, est insupportable parce que qu’est-ce que ça veut dire avoir des compétences sans avoir des connaissances ? Alors je veux bien que l’on puisse avoir des connaissances et des difficultés à les communiquer. Je veux bien admettre aussi qu’il puisse y avoir un gap entre un certain type de connaissances acquises et des contextes de mise en œuvre qui pourraient sembler différents. Mais, en même temps, il y a des réflexes derrière. C’est à dire au-delà des savoirs disciplinaires, il y a des procédures intellectuelles qui sont mises en avant : lecture, analyse, recherche, toutes ces choses qui peuvent s’exercer sur des domaines extrêmement différents, me semble-t-il. Bien-sûr, en tant que médiéviste je serais bien en peine de pratiquer une opération du pied. Mais, à champs disciplinaires comparables on peut trouver des ponts et la connaissance et la compétence sont liées. Et cette idée de faire des bilans de compétence – Q : Est-ce que vous savez lire et écrire ? R : Oui ; Q : Est-ce que vous savez faire un résumé ? R : Oui ; Q : Est-ce que savez chercher une information ? R : Oui -, certes, c’est une manière d’appréhender le problème. Mais cette dissociation me paraît extrêmement pernicieuse. Parce que c’est comme ça que l’on arrive à exclure de certains recrutements, de certaines zones des personnes, c’est comme ça qu’on nous explique que les formations, chez nous, en lettres et sciences humaines, ne fabriqueraient que des chômeurs incompétents. Ce qui est totalement faux, car les taux d’insertion en l’occurrence sont les mêmes que les autres disciplines. Donc, c’est vraiment, pour le coup, politique et idéologique. C’est, me semble-t-il, cela a été dit par notre collègue, la volonté éminemment politique de fabriquer des individus qui savent résoudre des problèmes sans savoir les poser, qui est le truc du moment. Parce que effectivement, les gens qui savent poser des problèmes, ça les empêche de tourner en rond, quoi. Alors on vous dit : « mais vous n’êtes pas capable de produire du consensus, vous n’êtes pas constructif ». C’est à dire que l’idée du travail critique, on l’entend comme critique du genre : « il m’a critiqué madame ». Ce n’est pas ça le travail critique. C’est de dire, face à une situation, je mobilise des réflexes que j’ai acquis et qui s’acquièrent en effet pour dire ce qui peut poser problème dedans. Et après, trouver la solution, je dirai que, d’une certaine manière, c’est à la portée de n’importe quel imbécile. Ce qui est important c’est de savoir poser le problème.

Thierry Aprile : Juste une remarque sur le mot compétence. En fait dans le champ de la profession infirmière, c’est la question de l’interchangeabilité des agents et l’employabilité.

Isabelle Heullant-Donat : Chez nous c’est pareil.

Thierry Aprile : il y a plein de micro-disciplines. Il y a des gens qui vont faire psychiatrie, il y a des gens qui vont faire de la réanimation. La question de la compétence, c’est que l’on peut aller à un autre endroit du jour au lendemain, parce qu’il y a un besoin. Tout vient d’un fantasme, mais déjà ancien, dans l’économie, enfin c’est toute la différence entre ceux qui parlent du marché du travail et ceux qui parlent du marché de l’emploi. C’est aussi l’idée que la formation se fait un peu sous la forme d’une check-list. C’est comme quand on apprend la plongée au club méditerranée, il y a un type qui a une feuille. C’est une connaissance, on apprend avant et après on a la compétence, on a un certificat, c’est à dire au fond que tout passe par des procédures extrêmement normalisées. Mais tout ça fonctionne en amont de la question centrale de notre société qui est la question de l’évaluation. C’est à dire que tout ça se met en place autour de la question de l’évaluation. On peut évaluer les gens parce qu’on peut cocher des compétences et évidemment toute la question qui va se poser, à mon avis, assez rapidement, mais sur un plan politique, c’est : qui évalue les évaluateurs ?

Laurence De Kock : Je voudrais juste terminer sur une petite touche d’espoir qui est tombée dans ma boîte mail hier. Le programme de physique-chimie du lycée, vous savez que l’on est en train de revoir tous les programmes, nous aussi on est très mobilisé évidemment avec vous. D’ailleurs de ce point de vue là, il faut absolument que je lise le rapport dont vous parlez parce que la première année d’université comme propédeutique et l’année de terminale comme propédeutique à l’université, je pense qu’il y a peut-être une connexion à faire, parce que c’est ça aussi qui nous est présenté dans la réforme du lycée. Je vous lis juste par rapport à tout ce qui été dit une partie du préambule de physique-chimie : « La science a été élaborée par des hommes  et des femmes – nous on ne parle pas encore d’hommes et de femmes, nous on ne parle encore que des hommes dans les programmes scolaires en Histoire – vivant dans un contexte temporel, géographique et sociétal donné. En remettant en cause les conceptions du monde et de la place de l’homme, son progrès s’est souvent heurté au conservatisme, aux traditions, aux arguments d’autorité, aux obscurantismes de toutes sortes. En ce sens, faire connaître à l’élève l’histoire de la construction de la connaissance scientifique est source d’inspiration pour la liberté intellectuelle, l’esprit critique et la volonté de persévérer. Elle est également une école d’humilité et de patience dans la mesure où cette histoire s’est accompagnée d’un impressionnant cortège d’hypothèses fausses, de notions erronées, autant que de controverses passionnées. L’approche historique montre que la science moderne, qui transcende les différences culturelles, est universelle et qu’elle est désormais le bien de l’humanité tout entière ».  Ecoutez, franchement, si les préambules des programmes en Histoire pouvaient ressembler à ça, je peux vous garantir que l’on aurait fait un grand pas.

Hélène Conjeaud : Dire que la science moderne est un bien universel, je trouve que c’est vraiment grave et vous devriez lire le préambule de la Stratégie Nationale pour la Recherche et l’Innovation[1] pour voir que l’on est dans une période de retour du scientisme le plus primaire et que nos gouvernants sont en train de remplacer toute la politique par la science et donc ce préambule là va parfaitement là-dedans et je ne suis pas sûre que ce soit un bien.

Laurence De Kock : Sur la construction des savoirs, je ne suis pas d’accord avec vous. Sur votre dernière phrase, au regard de ce que vous citez, que je ne connais pas, ça d’accord. Mais sur la construction des savoirs et les bienfaits de l’erreur, etc., je suis désolée, mais ça ne se dit nulle part dans les sciences humaines et sociales

Hélène Conjeaud : ça d’accord, mais ça ne s’est jamais fait dans les sciences physiques.

Laurence De Kock : Ah c’est autre chose, la question de la transposition, c’est autre chose, effectivement. Mais au moins, c’est dit.

Hélène Conjeaud : Il y a effectivement quelques grands physiciens, comme Jean-Marc Lévy-Leblond qui n’ont pas arrêté de dire depuis quinze ans que l’on ne pouvait plus continuer à faire de la science sans faire un peu d’épistémologie et d’histoire des sciences. Mais ça c’est une belle phrase qui est contredite par la dernière phrase et c’est grave qu’il en soit ainsi.

Michel Barthélémy : Il y a une épreuve dans le concours de recrutement des enseignants qui s’intitule « agir en fonctionnaire éthique et responsable »[2]. Alors j’aurais aimé que vous nous éclairiez sur ce que recouvre cet intitulé

Thierry Aprile : L’idée c’est effectivement d’un certain côté, ce renforcement de la culture hiérarchique dont je parlais, c’est à dire que l’on prend au mot l’idée du fonctionnaire d’autorité. Il se trouve que pour nous, je parle sous l’autorité indirecte du nouveau président du Capes, pour nous en Histoire, cela ne va pas réellement changer. C’est à dire qu’on va bidouiller ça, parce que vous savez il y a une marge d’autonomie, en questionnement sur l’éducation civique, cette non matière dont parlait Laurence tout à l’heure. C’est à dire qu’au fond « agir de façon éthique » c’est connaître un petit peu les grandes notions qui sont dans ce programme : la citoyenneté, la laïcité, des choses comme ça. Et donc cela va être décliné selon les matières de façon très différentes. Pour l’historien, on est inquiet sur beaucoup de choses mais pas tellement sur ça parce que dans les compétences, ça peut se coordonner avec les programmes d’éducation civique et donc là il n’y a pas trop de danger. C’est vrai que pour les autres Capes, ou les autres disciplines, qui n’ont pas ce recours à l’éducation civique déjà un petit peu balisé, ça pose vraiment des problèmes. On ne sait pas s’il ne va pas y avoir des études de cas où il faudra dire que l’on est du côté de l’autorité, etc.

Laurence Giavarini : Est-ce que ça n’est pas justement aux historiens de refuser de bidouiller quoi que ce soit avec cette épreuve et de la refuser précisément parce que les historiens peuvent savoir ce qu’il en est de la signification d’un truc pareil.

Isabelle Heullant-Donat : Non seulement la formulation pose problème, mais le risque est de postuler que c’est un critère de recrutement, car si agir en fonctionnaire éthique et responsable cela consistait à s’assurer de donner dans le cadre de la formation, mais a posteriori, une fois qu’on a eu le concours, dans le cadre de la formation que tu dispenses à l’IUFM, un certain nombre d’outils aux étudiants pour répondre lorsqu’on est face à des cas difficiles, ou je suis en conflit avec le proviseur, j’ai pris une décision concernant un élève et le proviseur n’est pas d’accord, etc. Que l’on parle de ça dans le cadre de la formation, avec un autre titre en plus, parce qu’agir en fonctionnaire éthique et responsable, s’il s’agit de donner des pistes pour les relations avec les parents, pour les relations  avec je ne sais qui, pourquoi pas ? Mais, en amont, que cela devienne un critère de sélection, c’est vertigineux.

Thierry Aprile : Non mais évidemment. Je parlais du bidouillage parce que c’est comme ça que ça se passe les concours. C’est à dire qu’il y a une lecture centrale, par exemple en Histoire l’épreuve dont je parlais tout à l’heure est pratiquement seule dans notre discipline. C’est à dire qu’on a intégré l’épistémologie, cette fameuse idée de Lévy-Leblond évidemment aussi dans le cadre de l’Histoire. Non, je veux dire simplement qu’éthique et responsable ça veut dire des choses beaucoup plus spécifiques, beaucoup plus juridiques, c’est à dire le droit de l’internet, des choses comme ça. Cela ne concerne pas seulement les relations avec les parents, il y a un cadre qui est déjà fixé.

Laurence Giavarini : Enfin, il y a le verbe agir. On n’a pas de sujet, donc nécessairement le sujet du verbe agir, ce sont les étudiants qui sont examinés sur cette question. Les concours ce n’est pas du bidouillage. Moi je trouve que c’est une façon de considérer le rapport aux instructions, mais dont on crève y compris à l’université. On est compétent précisément, on sait un certain nombre de choses pour refuser un certain nombre d’instructions. Et cette épreuve est inadmissible. S’inscrire à un concours de fonctionnaire est suffisant en soi. Il y a des implications.

Laurence De Kock : Oui mais le problème c’est qu’on est dans un contexte où l’éthique du fonctionnaire est en train d’être retraduite politiquement dans l’espace public. C’est à dire qu’on nous bassine avec le « devoir de réserve » qui n’existe pas. Maintenant, on a reçu un nouveau document qui parle de « période de réserve ». On est dans un contexte où Guainot nous rappelle notre « devoir d’obéissance ». C’est pareil, ça n’a aucun fondement juridique. Etre fonctionnaire quand on est enseignant, ce n’est pas appliquer des ordres, être fonctionnaire c’est aussi participer au processus de négociation de l’institution à laquelle on appartient. Il y a des profs dans les commissions de programmes, par exemple. Il y a aussi des gens qui sont consultés sur les programmes. Donc, on est, en tant que citoyens, membres à part entière de processus de négociation, de délibération. Donc on est pris dans un processus démocratique. Or, aujourd’hui, les gens qui vont dès le mois de juin interroger sur l’éthique du fonctionnaire sont des gens qui n’auront pas travaillé la question, parce que c’est extrêmement difficile à travailler et que, pour le coup, personne n’a les compétences, sauf peut-être les juristes mais qui ne font pas passer de Capes, pour pouvoir la travailler. Et effectivement les étudiants, comme les stagiaires le sont déjà depuis deux ans, vont être interrogés selon des critères qui sont des critères de l’opinion publique. Ni plus, ni moins. Donc, des critères qui sont extrêmement autoritaires.


[1] Consultable ici : http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Defis_transverses_du_systeme_de_recherche,_innov./99/0/SNRI2009_rapport_groupe_de_travail_Rech-innov-soc_65990.pdf

[2] Voir titre 3 : http://www.education.gouv.fr/bo/2007/1/MENS0603181A.htm