9° séance séminaire PDS_Jacques Lautman

Le premier rapport du Conseil pour le développement des humanités et Sciences sociales (CDHSS) créé pour un an par la ministre et présidé par Mme Maurel m’attriste au moins autant qu’il m’irrite.  Sa proposition phare : Une Alliance pour les SHS comme pour les sciences de la vie me semble bien peu fondée : Une usine a gaz de plus ! En biologie, que l’on soit d’accord ou non, on voit qu’il y a matière à coordonner des acteurs divers et puissants ; en SHS, c’est moins évident.Mon exposé ne traitera que des chapitres 3 et 4 du rapport, c’est à dire Recherche, Université, INSHS, évaluation et coordination. On verra que mon originalité est limitée, car je suis largement en accord avec la Motion des Présidents de Sections SHS du Comité National du CNRS au lendemain de la sortie du rapport[1] (10 janvier 2010).

Je suis attristé de voir un groupe de collègues, dont nombre sont éminents, accepter le slogan : Mettre la recherche au cœur des Universités – comme si « avant » elle était ailleurs- et écrire que le nouveau dispositif institutionnel « est une chance à saisir » pour les SHS.

Les auteurs ont beau avoir ci et là un ton compassionnel et dire qu’ils relaient certains soucis et incertitudes de la base ; en fait ils se situent dans l’approbation quasi inconditionnelle de la politique gouvernementale.

En clair ils semblent ignorer totalement, non seulement l’hostilité déclarée d’un  bon nombre d’universitaires, sans parler des chercheurs[2], mais aussi des textes aussi réfléchis et mesurés que ceux du C3N (bureau du Conseil scientifique du CNRS +Présidents des Conseils de département +bureau de la Conférence des Présidents de section du Comité National). Les membres du Conseil Maurel  auraient ils quelque défiance de principe à l’encontre des positions démocratiquement élues ?

Je vais essayer de montrer que ce rapport s’inscrit dans un mouvement ancien de dépréciation du CNRS, renforcé par la démagogie des présidents d’Université et le soutien politique plus récent qui se pense justifié par un emprunt culturel mal compris.

D’où  trois erreurs graves :

Sous estimation de la valeur, bien plus grande que seulement monétaire, des apports du CNRS à la recherche en SHS peut-être autant qu’en physique, quoi qu’en pensent nombres d’esprits qui se croient informés et ne le sont pas vraiment.

Surestimation des capacités internes des Universités à gérer les activités de recherche.

Ignorance de la nécessité, en matière de recherche, d’une médiation de Paris pour avoir localement des décisions raisonnables dans les Conseils scientifiques (et ailleurs, hors du champ de cette note).

J’ajouterai secondairement quelques remarques sur la place du CNU et de l’AERES.

L’hostilité anti CNRS n’était pas neuve lorsque, en 2002 l’UMP a retrouvé le pouvoir et elle n’est pas, dans la classe dirigeante, l’apanage exclusif de la droite, loin s’en faut. Le CNRS a, historiquement, eu tort de ne pas faire mieux sa communication externe, confiants qu’ont été les directeurs généraux dans la qualité, internationalement reconnue de ses succès scientifiques.

Trois accusations flottent dans la tête de nombre de nos politiques et hauts fonctionnaires.

1. Le CNRS est une copie de l’Académie des Sciences de feu l’URSS.  A ma surprise, je l’ai entendu y compris de membres de l’entourage Rocard alors premier ministre.

C’est historiquement sans aucun fondement. Cependant les Laboratoires propres du CNRS, souvent sans beaucoup de liens universitaires avant 1964, avaient quelque analogie avec les Instituts de L’Académie soviétique. Une décision capitale en 1964  a complètement changé le portage du CNRS. Le physicien Pierre Jacquinot, Directeur général entrant en fonctions, invente  l’association  au CNRS par contrat, de Laboratoires et des Equipes sises dans des Universités  qui peuvent se voir affecter du personnel CNRS, chercheurs aussi bien que Ingénieurs, techniciens et administratifs. Rapidement on peut dire que l’essentiel des groupes de recherche vraiment actifs en SHS se sont trouvés associés au CNRS. Plus que cela : l’association avec le CNRS a, sans le moindre doute, contribué à transformer de fausses équipes en vraies équipes et, par là même à faire sortir les français d’un individualisme nocif à la modernisation du travail scientifique.

Depuis  les années 1980, les formations associées sont progressivement presque toutes devenues des Unités mixtes, impliquant un partage de charges et de droit d’initiative plus également partagé entre SHS CNRS et les Universités. Le changement  est, je crois, heureux mais n’est pas capital. S’il est de fait que le CNRS pesait plus lourd et que nombre de collègues signaient plutôt Labo CNRS-Université N* que Université N*- CNRS comme écrit sur le contrat, il y a sans doute des raisons dans le vécu.

2. Deuxième critique : Au Comité National du CNRS, les syndicats qui contrôlent une bonne partie des membres élus ont du pouvoir (entendez : trop de pouvoir, bien sûr).

Une première mise au point s’impose : d’expérience d’observateur privilégié dans 12 sections du CN j’affirme que la distinction entre élus et nommés ne joue guère. Dans celles des disciplines scientifiques où le consensus sur la valeur des individus et des équipes s’établit avec une clarté cristalline, les mathématiques, la physique théorique ou celle des particules, on n’entend jamais parler de recrutement ou de promotion acquis par poids syndical excessif. En revanche, dans des disciplines ou des champs scientifiques moins clairs, en sciences de l’ingénieur, écologie, géographie, sociologie, il  est arrivé que certains recrutements, notamment d’étrangers, éventuellement réfugiés politiques même sans en avoir le statut officiel, aient bénéficié d’un appui syndical compassionnel. Il s’est trouvé aussi que des accords de circonstance douteux aient eu lieu entre élus sur liste syndicale et un petit groupe de mandarins, y compris membres nommés autant qu’élus, pour prolonger l’association  d’un Labo en déclin et donc la stabilité des personnels comme du directeur ou de son dauphin. Peu justifiés, agaçants parfois, ces manquements sont, j’affirme, rares[3].

S’agissant des carrières ITA qui ne sont pas de la compétence du Comité National, mais en assez grande partie de celle de Commissions paritaires et du Secrétaire Général ou Directeur des Ressources humaines, il est certain que les personnels affectés dans les services administratifs sont favorisés.

3. Troisième reproche : Les chercheurs sont libres de faire ce qu’ils veulent y compris rien. Il y a deux ans M. Belloc, conseiller à l’Elysée s’est permis de dire à un journaliste « Un tiers des chercheurs SHS n’ont jamais rien publié ». Affirmation pire que fausse et d’autant plus malvenue que son auteur a fait une thèse, bonne selon une source sûre, dans un des cinq Laboratoires mixtes Université-CNRS de science économique.

Les cas d’insuffisance professionnelle au CNRS sont très probablement inférieurs à quelque moyenne que l’on pourrait établir. Pour penser le contraire, il faut ne pas avoir compris que chercheur étant un métier angoissant, la plupart ajoutent le surtravail à un engagement qui, souvent, relève de la passion.

Derrière tout cela, il y a une  jalousie envieuse, fondée ou non, des enseignants d’Université et l’irritation de leurs Présidents à apprendre que le Comité National a mal classé un de leurs Laboratoires. L’argumentaire met en avant le slogan : « Le monde entier envie le CNRS mais personne ne le copie ». Et d’ajouter que pour les SHS un rapport OCDE célèbre, après une enquête bien légère, conseillait à ces français arriérés de s’inspirer des pratiques américaines, y compris la multiplicité des sources de financement, les évaluations croisées des Fondations et des Agences publiques.

Le message  entendu fut : Donner aux Universités. Caricature réductrice jusqu’à la fausseté et qui, de plus, fait fi des caractères propres, heureux ou malheureux, de la situation française.

Pour le dire vite,  le CNRS assure, outre un financement récurrent réduit :

1. Des postes de chercheurs CNRS très convoités ; le concours est très sélectif (sauf affichage mal pensé,  peu fréquent mais possible) et, que cela plaise ou non, il faut dire que le niveau général des chercheurs CNRS est au recrutement nettement supérieur au niveau moyen des Maîtres de conférences. Il en va de même des Ingénieurs CNRS comparés aux I (ingénieurs) des IATOS.

2. La présence de personnels permanents dans les Laboratoires. Peu nombreux dans les formations  SHS certes, mais s’il n’y en a qu’une, la personne pivot du Labo est d’importance capitale. A l’époque présente, partout dans le monde, la production de recherche académique se fait dans des collectifs  qui comprennent des chercheurs et des assistants à temps plein, pour des durées variables et non pas toujours  carrière entière. Partout les patrons comme les jeunes disent que le contrat de quatre ans n’est en fait que de trois car la 4° année est obérée par la chasse au nouveau contrat.

Le rapport Maurel a, en fin de chapitre 3, un passage embarrassé sur le  travail d’équipe à demi nié immédiatement par une affirmation en faveur  de l’écriture  individuelle.

3. Une insertion anti enfermement local de par le suivi des Sections du Comité National dont le travail est très différent de celui d’un comité ad hoc où les membres ne se rencontrent que ponctuellement et viennent  faire une descente sans disposer   d’une mémoire support pour projeter une évolution, favorable ou non.
Au demeurant on voit que l’AERES, tout au moins en SHS, a bien du mal à différencier les formations visitées.

L’appui sur les termes du contrat avec le CNRS est également une protection contre les tentations ou aberrations qui conduisent à accepter des commandes locales d’études sans réel apport scientifique ou la participation à tel ou tel colloque censé faire sortir la demande sociale, ou dorer le blason du Service Culture de la Mairie ou du Département.

4. Un Label de qualité enviable et envié car il a du prix. De fait, il ouvre l’accès aux financements régionaux (allocations de thèses  de la Région notamment) et il fait préjugé favorable dans nombre d’appels d’offre ici ou là.  Assurément on comprend l’hostilité à l’idée que le CNRS, fort de son prestige, se permette d’accorder ce label sans allonger le moindre financement.  Cependant vouloir refuser tout sens de Label à la reconnaissance par le CNRS, c’est, en fait, vouloir faire du nivellement par le bas et il est  agaçant de voir comment, au nom de l’excellence et de la compétitivité, on veut détruire un système d’évaluation CNRS reconnu bien au delà de nos frontières.

5. Quoi qu’on en dise, une certaine coordination avec les Universités, pour autant que ces dernières la souhaitent[4] et, en tout cas, avec les formations associées ou souhaitant l’être.

Or que peuvent faire intelligemment  des Conseils scientifiques d’Université  en SHS, sinon s’inspirer des messages du Comité National relayés par la direction SHS et agir à la marge, positivement ou négativement ? Il en va peut-être autrement dans les quelques Universités de mathématiques et physique où de très gros départements avec plusieurs personnalités de poids mondial peuvent donner le ton, mais, en SHS, l’idée est creuse qu’un Conseil puisse faire une politique autonome. Un vice-président en charge du Conseil scientifique préfèrera, bien normalement, invoquer l’autorité de la Section du C.N. pour appuyer un refus à un collègue qu’il croise au moins toutes les semaines, sinon quotidiennement.
Au demeurant, une des constantes qui ressortent le mieux des travaux de sociologie des organisations consacrés aux effets de la décentralisation est que tout projet d’initiative locale rencontre des oppositions et que la médiation d’une instance nationale, ou seulement parisienne, est  quasi nécessaire pour  sortir des limbes.[5]

6. Un éclairage prospectif, avec le rapport de conjoncture, qui n’est, sans doute pas, en SHS en tout cas, ce que le C.N. fait de mieux, parce que c’est un travail très difficile et qui demande un appui sur des professionnels de la chose qui n’existent à peu près pas en France.  Cependant ces Rapports ont la qualité de reposer sur une information des auteurs qui, de par leur mandat au C.N. ont une vue large au moins de l’existant et des tendances.

Voilà de quoi  font fi les princes qui nous gouvernent, soutenus au début, un peu moins maintenant, par une Conférence des Présidents d’Université passablement excessive dans ses prétentions. Et le pire est qu’ils croient s’inspirer des pratiques américaines. Avec le développement des Régions et le souci croissant chez les présidents de Conseil Régional d’avoir de la R et D chez eux qui contribue à l’emploi et à la croissance, les Présidents d’Université sont devenus, à partir de 1990, des notables importants dont les pouvoirs ont souci. Il n’en est que plus important d’assurer à l’activité universitaire et de recherche une indépendance par rapport à des sollicitations  locales et localistes qui peuvent être excessives.

Voyons maintenant rapidement les quelques points saillants du rapport Maurel.

Irénisme à bon marché et ton de sermon en fin du Chapitre 3. : « Il faut qu’au cours de leur carrière les enseignants chercheurs aient plus de mobilité d’activités ». A bon droit, le rapport mentionne les délégations au CNRS, mais fait silence sur la différence entre délégation qui ne coûte que 192 heures tarifées Cours complémentaire et détachement qui coûte un poste.

Quiconque a vécu dans un département sous encadré SHS sait que 192 heures ne remplacent pas vraiment le collègue, en délégation CNRS ou en Congé de recherche d’un semestre.

Beaucoup plus grave. Le rapport ne mentionne pas, ne préconise pas la disposition qui modifierait rapidement en bien la vie scientifique des Universités françaises en mettant fin aux abus évidents du localisme, ou, pour dire plus noblement, du campanilisme : Interdire le premier recrutement sur poste permanent dans l’Université ou au moins le département dans lequel la thèse a été soutenue. Interdire absolument la promotion sur place de MCF à Professeur.
En Allemagne c’est la loi, avec quelques possibilités de dérogation, restreintes. Aux Etats-Unis, dans les grandes Universités, c’est une coutume forte et peu transgressée, même si Harvard ou le MIT s’arrogent le privilège  de se réserver tel ou tel talent exceptionnel.

Rappelons-nous qu’en 1984, une forme adoucie de ce dispositif avait été promulguée et qu’elle fut abrogée dès l’alternance Chirac en 1986 sous les pressions convergentes des Syndicats autonomes et du SNESUP.

Plusieurs indices donnent à penser que les mœurs universitaires sont plus laxistes chez nous que dans les pays, disons de cultures chrétiennes réformées. De bonnes règles peuvent être salutaires et nécessaires. Ainsi, en leur absence, est-il très difficile de refuser à un  collègue reconnu le recrutement d’un(e) élève très convenable et attachant mais qui n’a jamais mis les pieds ailleurs, jamais été frotté à d’autres collectifs scientifiques.  La pratique du Post doc à l’étranger s’est imposée en sciences de la nature et plus ou moins de la vie ; elle est encore beaucoup trop rare en SHS.

Le chapitre IV du rapport, consacré à l’organisation de la recherche au plan national est parcouru de contradictions internes. Il nous est asséné que le dispositif nouveau est bon et qu’il faut l’accepter, mais il est fait état d’incertitudes largement partagées sur les missions de l’AERES et sa façon de les exercer. Les désaccords entre évaluations AERES et CNRS sont jugés regrettables, alors même que tout observateur informé voit vite pourquoi ils sont inévitables et pourquoi, à peine de se ridiculiser, l’AERES présente des résultats en demi teintes. Pourquoi l’AERES devrait elle faire double emploi avec le C.N du CNRS ? La question n’est pas posée.

Le rapport fait grief au C.N du CNRS de ne pas publier ses critères. Là derrière, il y a le songe creux de la transparence et l’acte de dévotion à cette mauvaise idée dans l’air du temps que toute évaluation doit pouvoir être rabattue sur une série normée réduite de mesures. Question annexe : Est il souhaitable que les rapports faits sur des Laboratoires soient  mis sur la place publique avec les risques différents mais évidents soit que des compétiteurs peu scrupuleux se fassent voleurs d’idées, plagiaires de démarches en cours, soit que des collègues soient voués aux gémonies pour trois phrases critiques sorties de leur contexte ? La C3N a, judicieusement dit ses réticences, auxquelles je souscris.

Au passage le rapport évoque l’augmentation de charge du CNU générée par les évaluations quadriennales de tous. Il  ne dit pas la monstruosité du temps qui va être passé par les évalués à écrire des rapports et les évaluateurs à les lire… pour un bénéfice global quasi nul. Un MCF qui  a un  déroulement de carrière  est évalué au moins 5 fois et plus s’il est candidat à une délégation CNRS, à l’IUF (Institut Universitaire de France), à la classe exceptionnelle des professeurs. Personne ne semble avoir réfléchi à la ponction sur le temps de production scientifique que l’obsession de l’évaluation opère dans une communauté scientifique qui n’est pas gigantesque. La conduite rationnelle de beaucoup parmi les meilleurs risque rapidement, si ce n’est déjà le cas, d’être le refus de participer et de laisser la place à des apparatchiks de Commissions peu légitimes.

L’INSHS est salué comme un progrès et « doit », est-il écrit, jouer un rôle important, mais pour autant, bordé et bridé de tous côtés comme si l’on s’en méfiait.

1. Les Unités mixtes Université-INSHS sont jugées positivement mais la réserve vient : cette qualité ne doit pas être Label d’excellence.

Les MSH (Maisons des Sciences de l’Homme) c’est bien, sans réserve. Soit, mais que sont d’autre les MSH sinon, pour l’essentiel, des Rassemblements d’UMR dans des bâtiments Recherche enfin convenables[6] avec quelques services communs  et quelques activités scientifico-relationnelles internationales induites ?

2. Belle incertitude : le rapport s’interroge sur le futur des UMR si le nombre des chercheurs CNRS (et ajoutons des ITA) continue de baisser. L’augmentation des délégations est évoquée comme une réponse possible, sans plus. Rien sur les postes ITA sans lesquels il n’y a plus d’UMR et rien sur le fait avéré que des programmes un peu lourds, même et peut-être surtout pour les SHS dans les disciplines d’érudition, ne peuvent pas progresser raisonnablement sans chercheurs et enseignants-chercheurs travaillant à temps plein pendant un nombre d’années supérieur aux deux ans d’une délégation.

On sait que la ministre n’aimait pas les UMR et n’a cédé sur leur maintien que contrainte et forcée. Elle peut les vider de sens en les asphyxiant faute de personnel et ce serait, j’en prends le pari, infliger un désastre en SHS autant qu’ailleurs, avec seulement moins de conséquences pour le transfert de l’innovation vers la production économique.

3. L’INSHS doit participer à la coordination au plan national mais surtout ne pas en avoir le monopole. Méfiance encore. Et que faut-il coordonner en SHS ? Les Universités, l’INSHS et les petits segments SHS de l’INRA, de l’IRD, deux Laboratoires INSERM-CNRS, les Centres de recherche français à l’étranger et les missions archéologiques sous tutelle Affaires étrangères, pour lesquelles une coordination spécifique, délicate et serrée avec les SHS CNRS existe depuis longtemps.  Qu’on ne me dise pas que la coordination pour les sciences cognitives se fera sous une bannière Sciences humaines ! L’idée de l’Alliance qui a peut-être un sens en Sciences de la Vie n’en a pas pour SHS et imaginer un coordinateur autre que INSHS c’est  répéter le double emploi déjà constaté avec l’AERES, cette dernière n’ayant au demeurant ni de mission de coordination ni, à ce jour, de base organisationnelle pour cela.

Ajoutons que coordonner est une visée dangereuse si, comme on peut le craindre, l’idée de derrière est la chasse aux doubles emplois.

Enfin, la dernière suggestion du rapport, inquiet du devenir des  docteurs et demandant la création d’un organisme statistique ad hoc, fait preuve d’une aimable ignorance, car le CEREQ (Centre d’études et de recherches sur las qualifications), EPA (Etablissement public administratif) et non EPST (établissement public à caractère scientifique et technologique) sous double tutelle Education nationale et ministère du Travail, a bel et bien cette tâche dans ses missions mais ne peut la remplir vraiment faute de financement pour représenter dans ses enquêtes les Bac +8  et au delà.

Que conclure ? Un rapport pour  rien ou une mauvaise action ?

Je me limiterai à deux observations.
Premièrement, la lettre de mission de Mme Pécresse ministre à Mme Maurel donnait pour premier objectif de «  dégager les enjeux scientifiques SHS pour les  années à venir ». Or il n’en est dit mot, alors que cette tâche, fort difficile, convient sûrement mieux que les débats d’organisation aux membres éminents de ce Conseil dont l’expérience gestionnaire, lourde en Université ou au CNRS, est faible.

Enfin, je tiens à saluer le courage de M. Laurioux, directeur INSH en exercice qui, sans avoir ma liberté de parole de retraité, a écrit, dès la sortie du rapport une mise au point[7] ferme à Mme Maurel présidente.


[1] Voir le texte : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3394

[2] Pour une sélection de ces réactions, voir : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3419 ; http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3348 ; http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3549 ; http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3139 ; http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3497 ; http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3487 ; http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3525

[3] J’ai exposé ce point plus à fond en 1989 dans le N°9 des Cahiers pour l’histoire du CNRS établis sous la direction d’Antoine Prost lors du cinquantenaire. Une partie des articles de cette revue sont accessibles ici : http://picardp1.mouchez.cnrs.fr/sommaire_cahiers.html

[4] En 5 ans (1986-91) à la direction SHS j’ai eu des relations suivies avec quatre présidents (deux parisiens, deux provinciaux) soucieux du devenir des Labos de leur Université devant le C.N. du CNRS. Aucun Président ne m’a jamais proposé de rencontrer son V.P. Conseil scientifique.

Deux Présidents sont venus dans mon bureau réclamer d’avoir plus de formations associées. Je leur ai, chaque fois, exposé la procédure. A ma surprise l’un et l’autre (en fait une et un) ont ouvert de grands yeux et avoué leur ignorance.

[5] Pour ce qui est de la R et D en Région, la thèse de Cécile Crespy centrée essentiellement sur la PACA soutenue à L’Université de Provence il y a deux ans  est démonstrative.

[6] Rappelons que, hormis la MSH Paris qui date de 1965, les 20 MSH sont issues à partir de 1985 d’abord d’initiatives régionales à Lyon, Lille, Nantes assez vite soutenues par les SHS du CNRS et ensuite d’une politique concertée entre SHS CNRS et initiatives locales universitaires, régionales et souvent les deux.

[7] Le contenu de cette lettre est consultable ici : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3346