séance spéciale du séminaire : « Commun, salaire à vie, anticapitalisme… : Les sciences sociales, témoin et ressource de la démocratie directe en train de se faire ? » 130616

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Séance spéciale du

Séminaire Politiques des Sciences

Séance du 13 juin 2016, #105 mars, 17h-21h

Amphi F. Furet, 105 Bd Raspail, Paris

Les fichiers audio de la séance sont accessibles via ce lien : http://tinyurl.com/z2vs983

Commun, salaire à vie, anticapitalisme… : Les sciences sociales, témoin et ressource de la démocratie directe en train de se faire ?

 

Dans une actualité nationale et au-delà, marquée par une nouvelle « trahison des clercs » que mesurent l’accroissement des inégalités sociales, la perte de sens au travail, la financiarisation de l’économie, de fréquentes révélations sur des faits de corruption des gouvernants, une évasion fiscale de grande ampleur de la part des entreprises et des classes sociales privilégiées, etc., des initiatives sont engagées pour faciliter le retour d’un acteur central mais à la visibilité publique sporadique sur la scène politique : le peuple. Avec lui surgit la problématique de la souveraineté au sein de systèmes politiques fondés sur la démocratie représentative par laquelle le registre du politique est redessiné pour être essentiellement l’affaire de professionnels. Né officiellement le 31 mars 2016 (https://www.convergence-des-luttes.org/communiques-de-presse/communique-31-mars-2016/ ), le mouvement « Nuit Debout » (https://nuitdebout.fr/) est la plus récente incarnation d’une telle mobilisation à l’initiative de membres de la société civile.

Afin d’interroger ce que l’irruption de ce mouvement réflexif sur ce que « faire société » veut dire, le séminaire Politiques des sciences propose de faire se rejoindre, dans le cadre d’une séance spéciale, le temps de l’action avec celui de la réflexion que la première impulse et que la seconde soutient. L’occasion est offerte d’examiner et de questionner des travaux des sciences sociales dans la perspective d’en dégager des chemins envisageables sur lesquels l’action publique démocratique originairement initiée place de la République à Paris pourrait s’engager. A cette fin nous avons fait appel à des chercheurs et des travaux qui sont porteurs d’un regard original et potentiellement transformateur de l’ordre social dominé par les impératifs capitalistes vers une forme d’organisation sociale davantage orientée vers la recherche d’une plus grande autonomie et solidarité. Cette séance vise à examiner si et de quelle manière la Nuit Debout pourrait s’approprier un certain nombre de perspectives, d’outils de pensée, de moyens et de ressources propices à favoriser des changements majeurs pour inscrire son action transformatrice de l’existant dans la durée. Ce qui implique d’impulser, en collaboration avec d’autres formations et groupes sociaux, la mise en œuvre d’un nouveau contrat social, qui mette en avant la primauté de la propriété sociale par rapport à la propriété lucrative, du commun et du droit d’usage sur la propriété privée ou publique, comme condition de cette transformation sociale concrète. En bref, il s’agit d’examiner les conditions d’émergence du peuple comme acteur politique majeur aux côtés d’autres qui, dans le système actuel, monopolisent les prérogatives, les tâches et les fonctions s’y référant.

Dans cette perspective, il s’agira plus particulièrement d’examiner si et à quelles conditions le rapprochement de ces deux notions que sont le droit au salaire et la propriété sociale, condition d’institution du commun, pourrait s’avérer fécond dans une perspective d’émancipation sociale. Afin de débattre de la manière dont ce rapprochement du politique et de l’économique pourrait renforcer la faisabilité du pari du mouvement citoyen en cours ici et là, et, au-delà de l’incarnation singulière et contingente d’une communauté politique citoyenne instituante d’elle-même, celle d’une activité constituante d’un ordre social et politique démocratique d’un nouveau genre auquel ce mouvement s’efforce précisément de donner vie, nous avons invité :

Bernard Friot, sociologue, Université Paris-X, Réseau Salariat ( http://www.reseau-salariat.info/?lang=fr ) interviendra sur le thème : Le droit politique au salaire comme pilier de l’auto-gouvernement. Dans cette approche, le salaire est envisagé en tant que source d’émancipation des travailleurs envers le rapport de subordination qui les lie à l’employeur et à l’actionnaire dans le système existant, mettant en avant la propriété sociale pour l’opposer à la propriété lucrative ;

Mathieu Grégoire, sociologue, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, auteur de Les intermittents du spectacle : enjeux d’un siècle de lutte, pour évoquer le statut des intermittents : un statut régulièrement décrié du fait de son régime d’indemnisation particulier peut-il être cependant un modèle viable pour une expérience émancipatrice généralisable du travail ?

Pierre Dardot, philosophe, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, et Christian Laval, sociologue, université de Paris Ouest Nanterre La Défense, qui dans leur avant-dernier ouvrage paru, Commun : essai sur la révolution au XXI° siècle, esquissent une conception de l’organisation des échelons locaux, nationaux et internationaux, fondée sur le commun (une ressource et une organisation sociale dédiée à sa préservation, se voulant horizontale quant à la nature de son gouvernement réalisé sous le régime de la coactivité et conçu dans la perspective de la poursuite de l’intérêt collectif prévenant toute appropriation individuelle).

Modération : Michel Barthélémy, sociologue, CNRS, CEMS-IMM, co-organisateur du séminaire.

Bibliographie indicative (librement accessible en ligne) :

– Pierre Dardot, Christian Laval, « Le principe du commun, principe d’un nouveau droit d’usage », Les Possibles, N°5, hiver 2015 https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-5-hiver-2015/dossier-les-biens-communs/article/le-principe-du-commun-principe-d ; Voir également le site : http://www.questionmarx.typepad.fr ; comment sortir de la nuit néolibérale : https://www.youtube.com/watch?v=3dTUM6uIyp

– Au sujet des travaux de Bernard Friot, voir : Comprendre facilement le travail de Bernard Friot en 10minutes. – YouTube ; Conférence Bernard Friot et Usul à Science-Po Rennes. | Vidéo | Réseau Salariat ; http://www.ies-salariat.org/lemploi-est-mort-vive-le-travail-seminaire-lemploi-a-tout-prix-bernard-friot-et-bernard-stiegler/

– au sujet de l’ouvrage de Mathieu Grégoire, lire : Didier Bastide, « Mathieu Grégoire, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 11 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/13913 ; voir également l’entretien : http://www.humanite.fr/mathieu-gregoire-sur-les-intermittents-il-existe-un-modele-alternatif-plus-juste-et-moins-couteux

Cette séance se tiendra le 13 juin 2016, #105 mars, de 17h à 21h, à l’EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 Bd Raspail, Paris.

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées.

Les interventions des différentes séances sont accessibles à partir de ce lien : http://pds.hypotheses.org/

 

séance du 2 juin 2016 : « L’université sous pression(s) »

L’université sous pression(s)

Fichiers audio de la séance : http://tinyurl.com/jawfezn

Autonomie, innovation, flexibilité, employabilité…le vocabulaire pour parler de l’université et de ses missions a connu en quelques années d’étonnantes métamorphoses. Serions-nous entrés dans un nouvel âge d’or fait de compétitivité et – donc –  de créativité ? Avons-nous enfin dit « adieu » à la vieille université et sa volonté archaïque de former des citoyens critiques avec une culture générale solide ? De quoi est réellement faite cette modernité dont on nous rebat les oreilles ?

            Car enfin on ne cesse de s’alarmer des déficits colossaux des universités, du nombre considérable de postes gelés, de l’accroissement exponentiel des précaires, de la course insensée au classement de Shanghai pourtant maintes et maintes fois critiqué. Où va donc l’université française ? Que deviennent sous nos yeux l’enseignement supérieur et la recherche français ?

 

Pour en parler, PDS vous invite à son séminaire du 2 juin 18h-21h / EHESS avec :

Des membres du Collectif des travailleurs et travailleuses précaires de l’ESR (http://precairesesr.fr/page/4/ )

Mailys Mangin et Julie Voldoire, pour l’ANCMSP (Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique) : « Actions pour visibiliser la précarité à l’université: réflexions autour de l’enquête précarité conduite par le CNU, l’AFSP et l’ANCMSP auprès de 25 établissements » (http://ancmsp.com/)

Aurélien Casta, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en sociologie au CERIES, Université de Lille 3 : « L’autonomie en mouvements. Revendications syndicales et mobilisations des étudiants »

Ouvrage : Aurélien Casta, Emmanuel Porte (coord.), L’autonomie en mouvements, Revendications syndicales et mobilisations étudiantes, Syllepses, 2015

Discutante : Pascale Gruson, sociologue, CNRS, CEMS-IMM

Christophe Granger, chercheur associé au CHS : « Précarisation générale : comment décrire l’état de l’université »

Ouvrage : La destruction de l’université française, La Fabrique, 2015

Discutant : Manuel Cervera-Marzal, philosophe, politiste, post-doctorant au CESPRA-EHESS

Modération : Romain Pudal, sociologue, CNRS, CURAPP-ESS

 

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées.

Les précédentes séances sont accessibles, en texte (pour les plus anciennes) ou en fichiers audio sur le site du séminaire : http://pds.hypotheses.org/

Séminaire Politiques des sciences du 12 mai 2016 : Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche

Les sciences participatives, entre engagements citoyens et recompositions managériales de la recherche.
Séminaire Politiques des sciences du 12 mai,2016, EHESS, 105 bd Raspail, 75006, attention, changement de salle : salle 7, 18h-21h

Les fichiers audio de la séance (avec les interventions de Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau seulement) sont disponibles via ce lien : http://tinyurl.com/zahczm2

Depuis plusieurs années, des missions et des dispositifs institutionnels mettent en avant l’importance des formes de participation des publics à la formulation de questions de recherche, à la production de données, à des processus d’innovation, à la confrontation des expertises ou encore à l’interprétation collaborative de phénomènes observables.
Au niveau européen, de multiples incitations visent l’engagement des citoyens dans des protocoles de recherche.
En France, plusieurs rapports ont été produits dans le but d’identifier les « bonnes pratiques » et de définir des cadres et des protocoles « acceptables » pour les recherches participatives. Entre autres  :
L’apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité, rapport coordonné par Gilles Boeuf, Yves-Marie Allain et Michel Bouvier pour le Ministère en charge de l’Ecologie (2012) ;
– La recherche participative comme mode de production des savoirs, par la Fondation Sciences Citoyennes (2013) ;
– Mission sur les Sciences citoyennes confiée à Marc Lipinski par la direction du CNRS (2014)
– et tout récemment, Les Sciences participatives en France. Etat des lieux, bonnes pratiques & recommandations, sous la direction de François Houllier, P-DG de l’INRA à la demande du MENESR (février 2016)

 

C’est l’examen de ce dernier rapport qui sera au coeur des dicussions du séminaire. Bien qu’ouverte à la diversité des approches, l’institutionnalisation des sciences participatives suscite des controverses voire des polémiques. Les critiques viennent souvent de scientifiques défendant bec et ongles le monopole des savants en titre concernant toute activité de recherche et de hiérarchisation des savoirs, généralement au nom d’un éthos rationaliste ; mais elles proviennent aussi, en sens inverse, de groupes d’acteurs engagés dans la production d’alertes et de contre-expertises, intervenant souvent en appui à des mouvements sociaux, explorant plusieurs dimensions de l' »intelligence collective » et de la « science ouverte », en refusant le cadrage officiel des programmes de recherche ;on trouve également des critiques du recours aux « publics profanes » ou aux « amateurs », comme au « crowd founding », qui y voient une manière de délester les organismes publics de coûts de main d’oeuvre, voire une stratégie pour délégitimer des pratiques de recherche professionnelles et autonomes au profit de transactions continues avec la « société civile » dont les limites sont de plus en plus floues.En même temps, on voit émerger des agencements hybrides qui tentent de surmonter les tensions et les critiques en produisant de véritables transformations épistémiques.
Pour y voir clair dans la fabrique des « normes de gouvernance » associées aux sciences participatives, et pour expliciter les points de friction ou les appuis de la critique, la séance donnera tour à tour la parole à quatre intervenant-e-s qui ont développé, à des titres divers, un regard aiguisé sur toutes sortes d’expériences de recherche participative.

 

Marie-Christine Bagnati, Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, a coordonné les programmes REPERE et Concertation, Décision Environnement dans lesquels ont fleuri une multiplicité de partenariats entre laboratoires de recherche et associations, offrant un plan d’expérience assez inédit en matière de recherches participatives.

 

Philippe Chamaret, Directeur de l’Institut Ecocitoyen.Implanté au coeur de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, cet institut associe les populations à des études environnementales des pollutions. Une longue expérience au coeur de différents processus de concertation et de débat public.

 

Jean-Michel Fourniau, Directeur de recherche à l’IFSTTAR, co-fondateur et Directeur du GIS Démocratie&Participation qui fédère de nombreux chercheurs autour des enjeux démocratiques, des procédures de consultation et des formes d’expertise « dialogiques », « citoyennes » ou « participatives ».

 

Isabelle Goldringer, Directrice de recherche à l’INRA (Génétique Quantitative et Évolution), également membre de la Fondation Sciences citoyennes, a particulièrement investi la question de la sélection participative qui a donné lieu à la production de savoirs alternatifs – en lien notamment avec les activités du Réseau Semences Paysannes.

 

Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), co-organisateur du séminaire Politiques des sciences depuis sa création (2009), qui développe une sociologie des processus d’alerte, de controverse et d’expertise, dans lesquels toutes les formes d’agencements entre sciences et citoyennetés sont convoquées, assurera la présentation de la séance et l’animation des discussions.

séance du 4 février 2016 – Les pratiques d’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche : méthodes, finalités, conflits

Séance du séminaire Politiques des sciences du 4 février 2016

Salle Lombard, 96 Bd Raspail, Paris

18h-21h

Fichiers audio de la séance : http://tinyurl.com/zaovgku

Les pratiques d’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche : méthodes, finalités, conflits

Les pratiques d’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche se présentent sous la légitimité de l’évaluation par les pairs, censée assurer un jugement juste et éclairé, sélectionner « l’excellence », et permettre de noter et classer les chercheurs, les laboratoires et les projets de recherche. Pour autant, derrière cette apparente homogénéité, l’évaluation prend des formes différentes et pose un certain nombre de problèmes qui font apparaître les difficultés à réguler une pratique pourtant au cœur du gouvernement de la science aujourd’hui. Cette séance du séminaire sera l’occasion d’interroger ces dispositifs d’évaluation à partir des pratiques elles-mêmes et des questions qu’elles soulèvent à celles et ceux qui ont été confrontés à l’organisation de ces évaluations en faisant varier les institutions (ANR, CoNRS, CNU) et les champs disciplinaires. Comment l’évaluation s’organise-t-elle effectivement dans ces différentes institutions ? Quelles en sont les finalités, les méthodes, les effets ? Quels sont les problèmes et les conflits aujourd’hui dans ce domaine ?

« L’évaluation à l’ANR » : Patrick Petitjean, président pendant trois ans du comité d’évaluation de l’ANR « Terre interne et Histoire de la Terre; physique sub-atomique; Astrophysique et planétologie », également ancien membre de la Section 17 du CoNRS.

« Les aléas de l’évaluation des unités au CNRS … et leur évolution » : Pascal Petit, directeur de recherche émérite au CNRS en économie, rattaché au Centre d’Economie de Paris Nord, président de la section 37 du CoNRS de 1992 à 1996 et de 2004 à 2008.

« Quelques réflexions sur les pratiques de l’évaluation. L’expérience du CNU19 » : Olivier Martin, professeur des universités à l’université Paris 5, président de la section 19 du CNU de 2011 à 2015.

« Qui organise l’évaluation dans les sciences humaines et sociales en France ? Morphologie, circulations et profils de carrière », Joël Laillier (Toulouse 3) et Christian Topalov (EHESS).

Christian Boix, PR à l’Université de Pau, Délégué scientifique au HCERES depuis 2010

Modérateur : Joël Laillier

Intervention – Le Capitalocène. La dynamique historique du « capitalisme fossile » – Armel Campagne, PDS 070116

Dans une dynamique de critique du concept d’Anthropocène et son « grand récit » anhistorique (crise environnementale actuelle découlant de la domestication du feu1), indifférencié (avec comme acteur l’ « Anthropos » et sa « nature humaine ») et issu d’un partisan de la géo-ingénierie (Paul Crutzen)2, des contre-récits marxiens de l’Anthropocène comme Capitalocène ont émergé récemment3. Je me concentrerais sur celui d’Andreas Malm, fondateur du concept de Capitalocène (dynamique du capitalisme et non l’Anthropos comme responsable de l’augmentation de concentration du CO2 dans l’atmosphère – même s’il ne faudrait pas éluder d’autres destructions environnementales inédites se rattachant également au Capitalocène : pollutions gigantesques, érosion exponentielle des sols4, déforestation massive, crise de la biodiversité…) et auteur d’une contre-histoire du basculement vers l’énergie fossile de l’industrie (textile) britannique dans Fossil Capital. The Rise of Steam-Power and the Roots of Global Warming.

Nous aurions pu également choisir d’aborder cette contre-histoire marxienne du Capitalocène au moyen des travaux de Jason Moore résumés dans Capitalism in the Web of Life. Ecology and the Accumulation of Capital, mais l’ouvrage de Malm présentait l’avantage d’offrir un prisme particulièrement capital, celui du « capitalisme fossile » responsable du dérèglement climatique (considéré comme marque de fabrique de l’Anthropocène, même si cette focalisation n’est pas exempte de critique), de pollutions inédites en quantité comme en qualité et de presque l’ensemble des atteintes environnementales actuelles. Son ouvrage présente également l’avantage d’inclure des considérations théoriques marxiennes rigoureuses (avec son concept de « capitalisme fossile », auquel il consacre un chapitre exclusivement théorique), et on pourra donc aisément l’hybrider avec l’armature analytique de la critique de la valeur5 – tout en historicisant et en matérialisant son approche essentiellement au niveau « logique » de la dynamique du capitalisme. On se centrera donc autour d’une généalogie historique, matériellement incarnée, du « capitalisme fossile », d’un capitalisme « historique » et non plus seulement « logique », tout en montrant en quoi ce « capitalisme fossile » représente une « matérialisation adéquate » du capitalisme pour paraphraser Postone6. L’approche présentée ici essayera ainsi d’allier une conceptualisation marxienne rigoureuse du capitalisme (archétypiquement celle de la critique de la valeur) et une histoire rematérialisée et incarnée, telle qu’esquissée dans L’événement Anthropocène et son chapitre « Capitalocène »7.

La logique historiquement incarnée du Capitalocène comme « capitalisme fossile » n’a pas émergée ex nihilo au début du 19ème siècle, rappelle Jason Moore dans Capitalism in the Web of Life. En effet, comme l’a montré Malm, un résultat direct de la dynamique d’émergence du capitalisme, en Angleterre [Wood8, Brenner 9, Žmolek10, Dimmock11] au cours du « Long 16ème siècle » (1450-1640) ; un résultat direct de sa logique de dépossession foncière [Harvey12, Marx13] et sa corollaire concentration urbaine des dépossédés (chassés des campagnes) fut l’explosion de l’extraction minière du charbon, d’une part pour chauffer une concentration urbaine socio-historiquement inédite et constituant un Marché gigantesque [Wood], et d’autre part pour alimenter une proto-industrialisation ferrière, extraction elle-même rendue possible par une dépossession des possesseurs de terrains miniers. Cette dynamique d’ « accumulation par dépossession » (Harvey), d’extraction et de combustion de charbon n’est cependant rattachable au Capitalocène comme « dérèglement climatique » que rétrospectivement, non-nécessairement et en raison d’une dynamique capitaliste ultérieure (pas de bifurcation sociale), puisque cette consommation de charbon n’était liée qu’aux seules consommations domestique et de l’industrie ferrière, et non aux machines-vapeur – et d’ailleurs l’augmentation (faible) des émissions de CO2 demeure principalement lié aux dynamiques capitalistes de déforestation jusqu’au 19ème siècle14.

L’émergence d’un véritable « capitalisme fossile », du dérèglement climatique et de pollutions industrielles de grande ampleur ne date en effet que du deuxième tiers du 19ème siècle (avec une dynamique s’enclenchant dès c. 1780-90). L’industrie textile étant considérée dans l’historiographie quasi-unanimement comme « fer de lance » de l’industrialisation capitaliste britannique, Malm se focalise sur elle dans Fossil Capital – même si, comme l’affirment Jean-Baptiste Fressoz, Christophe Bonneuil et Jason Moore, cette industrialisation britannique doit être replacée dans un « système-monde » capitaliste (matière première de l’industrie textile anglaise provenant du Sud esclavagiste des États-Unis p.e.). Le basculement d’une majorité de l’industrie textile des machines hydrauliques (non-émettrices de CO2 et non polluantes) vers l’énergie fossile au cours des années 1830 n’est pas, explique Malm, une « transition naturelle », due à une « pénurie énergétique » ayant limité « l’horizon de toute société » [Pomeranz15, Wrigley16], à une supériorité technologique des machines-vapeur ou même un moindre coût dans l’absolu (eau gratuite, charbon issu du travail-marchandise). Malm déboute en bon historien ces explications naturalisantes issues du « paradigme Malthusien-Ricardien » (Wrigley, Pomeranz), en rappelant que l’énergie hydraulique était encore disponible en abondance [Gordon17], que la puissance (en chevaux-vapeur) des moteurs hydrauliques était supérieure à celle des machines-vapeur, et que l’énergie hydraulique était très rentable – même plus que l’énergie fossile – jusqu’aux années 1820 (forts taux de profit des frères Arkwright). Le « décollage » de l’industrie phare du capitalisme britannique a ainsi été, des années 1780 aux années 1820, principalement alimenté par l’énergie hydraulique, et n’a basculé majoritairement vers l’énergie fossile qu’un demi-siècle après l’invention de Watt, dont on date pourtant l’entrée dans l’Anthropocène – comme si une invention était automatiquement adoptée massivement. [Et même si on remarquera que c’est au sein du capitalisme anglais que l’invention des différents modèles de machines-vapeur (celle de Savery, de Newcomen, puis de Watt) s’est effectuée].

Le basculement dans l’Anthropocène comme Capitalocène au cours des années 1830 s’opère plutôt pour des raisons éminemment capitalistiques. Le contexte, déterminant, est celui d’une crise de surproduction capitaliste (1825) – phénoménalement, une insuffisance structurelle d’achat de marchandises, plus profondément, une première manifestation de l’auto-contradiction du capitalisme – d’une part et d’une agitation massive des travailleurs d’autre part. Cette dernière, d’abord, entraîne l’affaiblissement relatif des industries utilisant l’énergie hydraulique, celles-ci étant situées dans des colonies en rase campagne (où il y a un flux hydraulique suffisant) et ne disposant donc ni d’une « armée de réserve » de travailleurs pour remplacer leurs travailleurs en cas de grève, ni de forces de répression gratuites et suffisantes pour y faire face, d’où un renchérissement des coûts et une moindre profitabilité. La capacité des machines-vapeur d’être placées n’importe où, de s’abstraire spatialement (dissociation entre source de l’énergie – mines de charbon – et lieu de son utilisation), i.e. d’être placées dans des centres urbains dotés d’une importante armée de réserve disciplinée et de forces de répression étatiques, se révèle alors capitale. Et ce, d’autant plus que cette lutte aboutit en 1833 à un Factory Act imposant des limitations du temps de travail et une interdiction du travail de nuit. Le capital ne s’en tire guère mal, de manière générale, mais en période de crise de surproduction, cette législation s’avère catastrophique du côté du « capitalisme hydraulique » : elle empêche de compenser des journées de flux insuffisant par des journées de 16-18 heures ou du travail de nuit, mettant ainsi fin au stade de « survaleur absolue » (survaleur au moyen d’une durée longue du (sur)travail). L’énergie hydraulique acquiert alors un autre désavantage compétitif lié à sa temporalité concrète [Thompson18], celui de ne plus pouvoir compenser sa dépendance à une énergie dont elle ne maîtrise ni le flux, ni même la puissance ; alors que l’énergie fossile – qui possède une temporalité abstraite [Postone], abstraite des déterminations non-humaines, d’une dépendance envers un flux naturel – permet de mettre en mouvement l’industrie quand le capital veut, pour autant de temps qu’il veut et – surtout – à la puissance qu’il veut, augmentant le rythme de la machine-vapeur et par-là du travail pour accroître la productivité du travail et ainsi compenser et même dépasser le volume de production d’avant 1833, inaugurant ainsi l’émergence du capitalisme au stade de « survaleur relative » (survaleur au moyen de l’intensification du travail). L’énergie hydraulique aurait pourtant pu s’en sortir au moyen d’immenses réservoirs capitalisant le flux hydraulique et relâchant celui-ci aux moments voulus et à la puissance voulue : mais ces immenses réservoirs impliquaient une gestion commune des flux et des investissements collectifs, impensables en raison du caractère concurrentiel du capitalisme – surtout en période de crise.

La machine-vapeur, au final, est matériellement adéquate au capitalisme au stade de « survaleur relative » (limitation de la durée du travail compensée par une augmentation du rythme et donc de la productivité du travail), alors que l’énergie hydraulique était davantage adaptée au capitalisme au stade de « survaleur absolue ». La machine-vapeur, de plus, offre une forme supérieure de subsomption, de subordination du travail au capital, elle va de pair avec un passage de la « subsomption formelle » (contrôle « formel » des travailleurs sur leur procès de travail) à la « subsomption réelle » (contrôle « réel » du procès de travail par le capital via sa machinerie), p.e. du « hand loom » (tissage manuel) au « power loom » (tissage quasi-automatique) qui déposséda de leur relatif « pouvoir » les tisserands anglais. D’où l’importance après 1825 de la « steam ideology » bourgeoise [Malm] (canonisation de James Watt, poèmes apologétiques…), puisque c’est la machine-vapeur qui a permis au capitalisme britannique de sortir de sa crise de surproduction et au capital d’être en position de force en passant au stade de survaleur relative (plus forte productivité du travail, donc moindre coûts salariaux, donc survaleur retrouvée) et de subsomption réelle (plus forte subordination des travailleurs) ; et d’où, réciproquement, une « steam demonology » du côté des travailleurs, se manifestant archétypiquement par des interruptions massives des machines-vapeur lors de la grève générale de 1842. Au final, les capitalistes utilisant des moteurs hydrauliques, incapables de s’entendre en raison du caractère structurellement concurrentiel du capitalisme, inadaptés au stade de subsomption réelle et de survaleur relative, firent faillite, ou changèrent (plus ou moins progressivement) de modèle énergétique : nous sommes ainsi sortis de l’énergie hydraulique pour des raisons essentiellement capitalistiques.

Le « capitalisme fossile », en outre, ne se restreignit évidemment pas au seul « fer de lance » de l’industrialisation britannique, à l’Angleterre et au charbon : il s’implanta massivement au sein des autres industries et moyens de transport des travailleurs et des marchandises (d’où l’actuelle dépendance quasi-universelle à l’énergie fossile), s’appuyant de plus en plus sur d’autres énergies fossiles que celle du charbon – pétrole19 et gaz –, incorporant de plus en plus d’espaces et formant ainsi un « système-monde » du capitalisme fossile en évolution et en expansion perpétuelle. Le passage au « capitalisme fossile », capitalisme au stade de subsomption réelle et de survaleur relative, marque ainsi l’entrée dans « l’Anthropocène » et dans notre « phase » actuelle du capitalisme, ce qui signifie que l’ensemble des analyses de la critique de la valeur au sujet de la crise du capitalisme [Ortlieb20, Kurz21, Lohoff et Trenkle22] s’insèrent dans un « capitalisme fossile » – et cela à des conséquences environnementales très importantes.

C’est dès lors à une structuration historique « fossile » du capitalisme, à un Capitalocène fossile que nous avons affaire, un capitalisme non plus seulement comme « sujet-automate23 » appréhendé « logiquement » mais matériellement incarné comme « capitalisme fossile » (Malm), i.e. comme capitalisme alimenté en énergie fossile, laquelle est « matériellement adéquate » (Postone) au capitalisme. Si, avec Postone24, on peut dire du capitalisme techno-industriel qu’il est une « matérialisation adéquate » du capitalisme au stade de survaleur relative et de subsomption réelle, c’est-à-dire en son stade suprême ; on peut dire avec Malm du capitalisme fossile qu’il est une matérialisation adéquate du capitalisme techno-industriel en son « stade suprême ». Et ce, même s’il est en même temps vrai que d’autres énergies sont plus ou moins « matériellement adéquates » au capitalisme : s’agissant du nucléaire, elle est théoriquement « matériellement adéquate » au capitalisme (comme source d’énergie présentée comme potentiellement infinie, et également spatio-temporellement abstraite, et possédant en plus un intérêt militaire énorme), mais concrètement moins « matériellement adéquate » en raison de ses coûts énormes, de ses risques d’accidents et de ses déchets – et on pourrait d’ailleurs aussi parler d’un Capitalocène nucléaire, puisqu’on retrouve également des traces des explosions nucléaires au sein des calottes glaciaires et que ses effets écologiques sont historiquement inédits.

La structuration « fossile » du capitalisme entraîne logiquement une impossibilité d’opérer une sortie des énergies fossiles au sein du capitalisme, en suivant Malm et la critique de la valeur. À un niveau général, l’actuelle crise structurelle du capitalisme pousse à une intensification technologique encore plus poussée du procès de production (dans l’optique d’une réduction des coûts salariaux et d’une augmentation des (sur)capacités productives), d’une part ; et à une surproduction-surexploitation encore plus massive (pour vendre chaque marchandise unitaire à un moindre prix) d’autre part, dynamique entraînant une accentuation de la crise environnementale (constat d’une augmentation plus que linéaire des émissions de CO2 depuis 1990, et des pollutions, et des déforestations de forêts primaires, etc.). Plus spécifiquement, Andreas Malm discute dans son ouvrage de quatre tendances : d’abord, celle du capital de se déplacer vers des espaces de « cheap labor » [Moore25] mais dotés d’une infrastructure relativement développée (et en l’occurrence inefficace énergétiquement et extrêmement polluante, comme en Chine), et donc l’expansion structurelle des émissions malgré une amélioration de l’efficacité énergétique des centres capitalistes occidentaux (réfutant ainsi l’idée d’une courbe de Kuznets environnementale) ; ensuite, celle d’un maintien de l’hégémonie du « capital fossile » et, plus généralement, du « capitalisme fossile » (ensemble de la technostructure capitaliste alimentée en énergie fossile) liée non seulement à des subventions plus importantes mais, plus structurellement, à une profitabilité plus importante du secteur « fossile » par rapport aux autres secteurs, conduisant des entreprises comme Shell et comme BP à se retirer des énergies renouvelables quelques années seulement après y avoir investi massivement en raison non seulement d’une concurrence entre énergie fossile et énergie renouvelable, mais plus encore en raison d’une profitabilité quasi-nulle des énergies renouvelables ; de plus, Malm rappelle qu’il y a eu des investissements massifs dans de nouveaux gisements d’énergie fossile (gaz et pétrole de schiste, plateformes, etc.) ces dernières années ; enfin, on a même assisté à une crise de surproduction au sein du secteur des panneaux solaires et des éoliennes, avec une quasi-faillite des entreprises productrices.

La « décarbonisation » du capitalisme serait donc, au final, anticapitaliste , puisqu’elle conduirait à une négation de la logique de déplacement du capital vers des espaces de « cheap labor » dotée d’une infrastructure suffisante et très polluante ; à une disparition des compagnies pétrolières et des secteurs capitalistes dépendants de l’énergie fossile (pétrochimie, agriculture pétro-industrielle, transports, complexe militaro-industriel, etc.), c’est-à-dire l’essentiel du capitalisme actuel ; à un sabordement d’investissements lourds (et récents, pour une partie) et rentables (quoique de moins en moins) ; et à une transition vers des énergies manifestement non-profitables. La « décarbonisation » du capitalisme paraît donc structurellement impossible en raison même de sa structuration historique comme « capitalisme fossile », elle-même liée au caractère « matériellement adéquat » au capitalisme des énergies fossiles ; et, contrairement à ce qu’écrit Andreas Malm, une intervention massive de l’État n’y changerait rien, puisque l’État ne dispose pas des capacités de paiement nécessaires à une transition énergétique, et surtout cela reviendrait à se saborder puisqu’il est lui-même dépendant de l’accumulation du capital fossile ou dépendant de l’énergie fossile (Équateur – Yatsuni comme exemple archétypique). Le capitalisme ne peut donc basculer majoritairement vers des énergies renouvelables, du moins avant une crise totale du « capitalisme fossile » (liée à une explosion des coûts d’extraction), c’est-à-dire lorsqu’il sera trop tard. Il pourrait éventuellement basculer partiellement vers des énergies renouvelables ou nucléaires, ce qui non seulement serait insuffisant pour enrayer l’actuel dérèglement climatique (et tutti quanti), mais en plus entraînerait d’autres problèmes intrinsèques à ces énergies matériellement structurées de manière capitaliste : problèmes déjà évoqués du nucléaire, dépendance vis-à-vis de terres rares polluantes, cancérigènes et en Chine, sans parler des « biocarburants » en concurrence avec l’alimentation, et de toute façon dépendants de l’agriculture pétro-industrielle… Le capitalisme, cependant, optera plus probablement pour une ultime fuite en avant techno-capitaliste comme pseudo-solution au seul réchauffement climatique, celle de la manipulation climatique ou « géo-ingénierie », aux origines militaires et aux conséquences désastreuses : stabilisation provisoire de la seule température au prix de pollutions massives, d’effets climatiques incontrôlés et d’un désastre ultérieur26.

Après ce survol de l’histoire du « capitalisme fossile », on peut provisoirement conclure que c’est la dynamique du capitalisme qui conduisit au début du 19ème siècle à l’entrée dans l’Anthropocène comme Capitalocène, puisque c’est de l’expansion du capitalisme fossile que résulte non seulement une explosion des émissions de CO2, mais également une pétro-industrialisation agricole source d’une érosion exponentielle [Moore], une déforestation pétro-alimentée des forêts primaires, des pollutions industrielles et de transport pétro-alimentées, etc.

Enfin, en guise d’ouverture méthodologique, on pourra objecter qu’il s’agit-là d’un nouveau « grand récit » ; mais soyons conscients qu’en refusant de construire des récits critiques de l’Anthropocène, on permet au grand récit anhistorique, indifférencié et issu des sciences « extra-sociales » de se maintenir – puisqu’il y a toujours un « grand récit » en-deçà des « micro-récits » postmodernes, et mieux vaut un contre-récit socio-historiquement spécifique, pluriel et non-dogmatique [critiques de Moore du récit de Malm, contres-récits de Moore].

Armel Campagne

—0

La pétro-industrialisation agricole capitaliste [Moore]

Ce « capitalisme fossile » débouche également au cours du dernier siècle sur une pétro-industrialisation de l’agriculture [Moore] basée sur une pétro-motorisation (agriculture polluante convertissant l’énergie fossile en calories), des engrais pétro-chimiques (émetteurs de CO2) et des pesticides pétro-chimiques (favorisant une érosion des sols – un milliard d’hectares désertifiés au 20ème siècle –, laquelle entraîne un relâchement de carbone [Visser27]), permettant une forte augmentation des rendements et une forte élimination de travail vivant, laquelle entraîne une forte « dépaysannisation », donc permet une forte prolétarisation, elle-même s’alimentant grâce à une « cheap food ». Cette pétro-industrie agricole nourrit une autre industrie capitaliste, celle des « productions animales », principale industrie émettrice de gaz à effet de serre (et plus une vache laitière est productive, plus elle émet, selon Etienne Mathias) et principale responsable des déforestations massives des 40 dernières années.

La crise structurelle du capitalisme à partir des années 1970, de pair avec une crise de ce modèle agricole au cours des années 1980 (stagnation des rendements), entraîne une fuite en avant pétro-industrielle au moyen de l’endettement comme accélérateur « positif » (inondation de « capital fictif » [Lohoff et Trenkle] permettant une pétro-industrialisation toujours plus poussée, au détriment des sols [Visser]) et « négatif » (endettement international des pays du Sud comme levier de forçage d’une fuite en avant productiviste) [Moore]. Cette fuite en avant capitaliste se manifeste également au travers des « biotechnologies », permettant aux firmes semencières et chimiques comme Monsanto d’entamer un nouveau cycle de valorisation en imposant sous forme d’un package aux agriculteurs leurs pesticides et leurs semences (Soja Round-Up Ready p.e.). Le problème est que ces biotechnologies qu’elles sont non seulement incapables d’empêcher une décélération tendancielle des rendements agricoles/hectare parce qu’elles utilisent autant (dans un premier temps) puis plus de pesticides, au fur et à mesure que des « superweeds » (herbes folles super-résistantes aux pesticides) se développent, d’où une mort encore accélérée des sols et une augmentation des émissions agricoles de CO2.

0—
1 Mark Lynas, The God Species: How the Planet Can Survive the Age of Humans, London, Fourth Estate, 2011.

2 Crutzen, P. J. (2002): ‘Geology of Mankind’, Nature, 415: 23 ; Crutzen, Paul J. et Steffen, Will (2003):‘How Long Have We Been in the Anthropocene Era ?’, Climatic Change, 61, pp. 251–257 ; Steffen, Will, Paul J. Crutzen et John R. McNeill (2007): ‘The Anthropocene: Are Humans Now Overwhelming the Great Forces of Nature?’, Ambio, 36, pp. 614–621 ; Steffen, Will, Jacques Grinevald, Paul Crutzen et John McNeill (2011a): ‘The Anthropocene: Conceptual and Historical Perspectives’, Philosophical Transactions of the Royal Society, 369, pp. 842–867.

3 Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2013 ; Andreas Malm et Alf Hornborg, « The geology of mankind ? A critique of the Anthropocene narrative », The Anthropocene Review, 2014 ; Andreas Malm, Fossil Capital: The Rise of Steam-Power and the Roots of Global Warming, Verso, London, 2015 ; Jason Moore, Capitalism in the Web of Life: Ecology and the Accumulation of Capital, Verso, New York, 2015. Les travaux de Bellamy Foster et de Clark sont dans une perspective distincte, mais relativement proche : John Bellamy Foster, Brett Clark et Richard York, The Ecological Rift. Capitalism’s War on the Earth, New York, Monthly Review Press, 2010 ; John Bellamy Foster, Marx écologiste, Paris, Editions Amsterdam, 2011.

4 Daniel Nahon, L’épuisement de la Terre, Paris, Odile Jacob, 2008.

5 Anselm Jappe, Les aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Denoël, 2003.

6 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, Mille et une nuits, 2009 [1993].

7 Bonneuil et Fressoz, L’événement anthropocène, op. cit.

8 Ellen Meiksins Wood, The Pristine Culture of Capitalism : A Historical Essay on Old Regimes and Modern States,Verso, London/New York, 1991 ; Ellen Meiksins Wood, L’origine du capitalisme, Lux, Québec, 2009.

9 Robert Brenner, « The Agrarian Roots of European Capitalism », Past & Present, N°97 (Nov., 1982).

10 Andrew Žmolek, Rethinking the Industrial Revolution. Five Centuries of Transition from Agrarian to Industrial Capitalism in England, Brill, 2013.

11 Spencer Dimmock, The Origin of Capitalism in England, 1400–1600, Brill, 2014.

12 David Harvey, Le Nouvel Impérialisme, Paris, Les prairies ordinaires, 2010.

13 Karl Marx, Le Capital, Livre 1. Le procès de production capitaliste, PUF, Paris, 1983.

14 Bonneuil et Fressoz, L’évènement Anthropocène, op. cit.

15 Kenneth Pomeranz, Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel, 2010.

16 E. A. Wrigley, Energy and the English Industrial Revolution, Cambridge: Cambridge University Press, 2010.

17 Robert B. Gordon (1983), ‘Cost and Use of Water Power during Industrialization in New England and Great Britain: A Geological Interpretation’, The Economic History Review, 36, pp. 240–59.

18 Edward Palmer Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 2005.

19 Timothy Mitchell, Carbon Democracy: Political Power in the Age of Oil, London, Verso, 2011.

20 Claus Peter Ortlieb, « Ein Widerspruch von Stoff und Form. Zur Bedeutung der Produktion des relativen Mehrwerts für die finale Krisendynamik », Exit !, n° 6, 2008 [« Une contradiction entre matière et forme », traduit en anglais « A Contradiction between Matter and Form: On the Significance of the Production of Relative Surplus Value in the Dynamic of Terminal Crisis » dans Marxism and the Critique of Value, MCM’, Chicago, 2014]

21 Robert Kurz, Vies et mort du capitalisme, Paris, Nouvelles éditions Lignes, 2011.

22 Ernst Lohoff et Norbert Trenkle, La Grande Dévalorisation, Post-éditions, Paris, 2014.

23 Karl Marx, Le Capital, op. cit.

24 Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale, op. cit.

25 Jason Moore, Capitalism in the Web of Life, op. cit.

26 Clive Hamilton, Les apprentis sorciers du climat, Paris, Seuil, 2013 ; James Rodger Fleming, Fixing the Sky. The checkered history of weather and climate control, Columbia University Press, New York, 2010.

27 Joost Visser, Down to Earth, Wageningen, Thesis, Wageningen University, 2010.

 

Séance du 7 janvier 2016 – Anthropocène, ou Capitalocène ?

Séminaire Politiques des sciences

Séance du 7/01/2016

18h-21h

Salle Lombard, 96, Bd Raspail, Paris

Anthropocène, ou Capitalocène ?

-0-

L’enregistrement audio de l’introduction de la séance par Armel Campagne et de l’intervention d’Anselm Jappe est disponible en suivant ce lien : http://tinyurl.com/jrr6ws2

L’enregistrement vidéo de l’intervention de Christophe Bonneuil et d’Armel Campagne est disponible à partir de ce lien : http://tinyurl.com/zosw375

–0–

Nous sommes entrés dans l’Anthropocène , nous sommes responsables d’un dérèglement climatique accéléré, d’une extinction massive des espèces et d’une destruction des environnements considérable, cela ne fait désormais plus de doute sérieux. Mais peut-on pour autant incriminer un Anthropos indifférencié, anhistorique, et en appeler à un « bon Anthropocène » techno-scientifique piloté en mode « business-as-usual » ? Et s’il s’agissait plutôt, comme l’affirment Jason Moore , John Bellamy Foster et des auteurs issus du courant dit de « critique de la valeur » , d’un Capitalocène, d’une dynamique socio-historiquement spécifique aux conséquences climatiques et environnementales également spécifiques ?

Les intervenants :

Christophe Bonneuil, « Anthropocène, ou Capitalocène ? Les récits de l’Anthropocène »
Armel Campagne, « Le Capitalocène comme dynamique historique du capitalisme fossile »
Anselm Jappe, « Crise écologique et critique de la valeur »

Modération : Armel Campagne
—–
Christophe Bonneuil est historien des sciences, chargé de recherche CNRS au Centre Koyré (EHESS), directeur de collection au Seuil (collection « L’Anthropocène ») et auteur notamment de L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous (Seuil, 2013) et Une autre histoire des ‘Trente glorieuses’. Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre (La Découverte, 2013). Il a récemment co-dirigé Histoire des sciences et des savoirs. Le siècle des technosciences (Seuil, 2015).

Anselm Jappe est docteur en philosophie, chargé de cours à l’Université de Sassari, et anime un séminaire au Collège International de Philosophie. C’est un membre historique du courant de « critique de la valeur », auteur notamment de Guy Debord (Denoël, 2001), Les aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur (Denoël, 2003), Crédit à mort, La décomposition du capitalisme et ses critiques (Lignes, 2011). Il a récemment publié avec Serge Latouche Pour en finir avec l’économie. Décroissance et critique de la valeur (Éditions Libre et solidaire, 2015).

Armel Campagne est étudiant du Master d’Histoire des sciences, technologies et sociétés de l’EHESS (Centre Koyré). Il participe depuis plusieurs années au courant dit de « critique de la valeur » et effectue des recherches sur le « Capitalocène » dans une perspective historique.

texte séance du 3 décembre 2015 – Les études post-coloniales en France: bilan et perspectives à l’aune de l’actualité_Farid Bennaï

Reprendre l’initiative contre les politiques de racialisation

Farid Bennaï, Front uni de l’immigration et des quartiers populaires/ FUIQP

Il faut savoir tirer les leçons de l’histoire. Pourtant, elles sont ambiguës. En 1945, le triomphe contre le nazisme coïncidait avec la répression coloniale. 70 ans après, nos démocraties restent travaillées par les contradictions dont elles ont hérité : nous n’en avons pas fini, hélas, avec les politiques de racialisation. L’actualité vient nous le rappeler tous les jours. Contre ces politiques, qu’elles émanent de figures ou de partis politiques, mais aussi des pouvoirs publics, depuis l’État jusqu’aux collectivités locales, le Forum que nous avons organisé le 9 mai 2015 à Gennevilliers, avec de nombreuses associations mais aussi avec d’autres compagnes et compagnons de lutte aujourd’hui, appelle à « Reprendre l’initiative ». Il s’appuie sur un certain nombre de textes et d’actes qui ont été portés par nous, comme l’appel http://reprenons.info/reprenons-linitiative/ et par d’autres auparavant. Et comme ils sont toujours d’actualité, nous avons décidé de poursuivre et de nous inscrire dans une continuité simple : celles de nos luttes passées, en particulier les luttes anticolonialistes, les luttes de l’immigration d’hier et d’aujourd’hui de toutes les luttes sociales, de classe pour l’égalité, la justice et la dignité et le développement des droits pour toutes et tous. Celles de nos anciens qui ont résisté en ne baissant pas la tête face à une politique d’État brutale, colonialiste, raciste et capitaliste. Et c’est dans ce sillon de l’émancipation creusé par beaucoup d’autres, ici et là-bas, que nous avons décidé de mettre nos pas pour continuer le combat.
« Reprendre l’initiative » bénéficie donc d’un héritage sur lequel nous voulons nous appuyer. Notre initiative n’est pas la négation des combats passés. Elle tente de tirer les leçons de ces luttes pour les combats d’aujourd’hui. Elle tente d’actualiser nos grilles de lecture, nos analyses, nos revendications, nos formes de luttes, etc., pour être en prise avec les nouvelles formes que prend le racisme aujourd’hui (racialisation d’État et municipal, islamophobie, rromophobie, etc.). L’idéologie raciste n’est pas statique. Elle change de visage pour poursuivre les mêmes objectifs – ou du moins avec des résultats comparables. Nous devons en tenir compte sous peine d’entrer en décalage avec la réalité sociale concrète et, plus grave encore, avec les cibles du racisme. Le racisme évolue ; l’antiracisme doit évoluer en conséquence.
Nous le disons et le redisons aujourd’hui : « Reprenons l’initiative ! » Nous continuons avec notre appel qui part de l’observation et du constat simple que de nombreuses citoyennes et nombreux citoyens s’organisent collectivement pour l’égalité des droits et contre le racisme, l’islamophobie, la rromophobie, la négrophobie et contre le traitement politique et policier des jeunes et moins jeunes, Noirs et Arabes habitant les quartiers populaires.

Et ce, en opposition à la violence de politiques publiques, de droite comme de « gauche », et des discours qui se livrent, comme à chaque élection, mais aussi entre les élections, à une surenchère dramatique, en ajoutant au racisme biologique le racisme culturel, sur le dos des Rroms, des musulmans, des immigrés, de leurs enfants et de leurs petits-enfants, à qui l’on enjoint de « s’intégrer » à une société dont ils sont pourtant déjà partie prenante, et qui les rejette.
Le traitement politique post 11 janvier ne fait qu’accélérer un processus mortifère que décrivait la phrase célèbre de Antonio Gramsci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».
L’existence d’une parole publique, politique, médiatique, stigmatisant telle ou telle partie de la population en raison de sa culture, de sa religion, de sa prétendue « non-intégrabilité » est une autorisation, voire un encouragement au passage à l’acte violent.
La loi sur le foulard, par exemple, a signifié une hausse des violences islamophobes.
De même, les discours de Manuel Valls sur la non-intégrabilité des Roms se sont traduits par des agressions concrètes, s’ajoutant au déploiement méthodique des politiques de racialisation menées par les gouvernements successifs, avec l’appui des collectivités locales. Elles se traduisent, par exemple, à jeter à la rue en plein hiver des familles pauvres (enfants en bas âges, personnes âgées souffrantes), et ce, malgré la volonté des premiers concernés pour s’insérer et le soutien de citoyens, d’associations et de collectifs.
Après l’esclavagisme, le colonialisme, le nazisme, l’Apartheid et la Palestine, comment et pourquoi en sommes-nous toujours là, et dans l’incapacité de construire un front de ceux qui devraient être unis pour en finir avec les politiques de racialisation, avec la gestion coloniale des quartiers populaires ? Que signifie les insuffisances, voir les l’absence des organisations de gauche de transformation qui continuent de parler de lutte contre le racisme de temps à autre sans jamais le nommer, ou bien en s’arrêtant à une posture morale qui nie les effets des politiques menées dans le même temps ?
Face à ce rouleau compresseur, cette machinerie infernale qu’est cette politique de la race, face aux réalités concrètes humaines qu’entraîne ce racisme d’État, ces mêmes collectifs militants se retrouvent, le plus souvent, dans l’impasse, et ils s’essoufflent.
L’offensive doit pouvoir s’organiser ; mais pour être à la mesure des réalités pour les transformer, encore faut-il les nommer.
Cela passe par rompre l’isolement à travers la constitution d’un réseau qui pourrait rassembler militants, associations, syndicats, partis politiques, pour mener des campagnes coordonnées nationales, par le décloisonnement des espaces organisés et la convergence de militant-e-s issu-e-s de trajectoires et de milieux sociaux divers.
Dans une perspective de renforcement et d’élargissement de la lutte, il est impératif, et il est urgent que les organisations s’inscrivent dans le même sillon, trouvent les formes de dépassement des périmètres d’action habituels. Il faut donc :
– poser à cet effet les premiers jalons, en vue de rendez-vous locaux et nationaux (d’autres forums contre les politiques de racialisation) dans le cadre d’un front uni, populaire, ouvert ;
– prendre appui sur la sensibilité et l’expérience militante des collectifs/associations, citoyen-e-s pour penser ensemble la question de la perspective politique.
Or, celle-ci est encore largement entravée par deux verrous de la pensée de gauche qui segmentent les classes populaires :
– la hiérarchisation des luttes conduisant à considérer le combat antiraciste comme subalterne,
– le refus de prendre en compte la question raciale comme mode de gestion du rapport de classes par la classe dominante.
Prendre en compte ces verrous de la pensée, c’est avancer vers la nécessaire coordination pour faire poids, relancer une dynamique nationale pour agir ensemble au travers de l’organisation de campagnes. Il s’agit de multiplier les espaces pour débattre et agir politiquement – cette socialisation permettant une appropriation et un renforcement les plus larges. Reprendre l’initiative, c’est d’abord imposer notre vocabulaire, et non plus accepter les termes qui nous sont imposés. Autrement dit, non plus répondre, mais poser nos propres questions avec nos mots propres. Et pour cela, il faut parler ensemble : c’est le sens de ce premier Forum, qui renoue des liens entre des citoyens engagés qui se battent sur des terrains différents, au risque de l’éparpillement, et donc de l’épuisement. Cet événement sera suivi d’autres – des forums décentralisés, un peu partout en France, en attendant un deuxième Forum dans un an. Nous en garderons les traces, pour encourager à prendre ou reprendre la parole.
Ce n’est qu’en rompant concrètement avec les restes persistants d’une idéologie coloniale, trop souvent drapée dans les atours du discours républicain, que l’on peut éviter une césure radicale de la population. Et ce n’est qu’en assumant concrètement la réalité du racisme, non seulement des idéologies ouvertement racistes, mais aussi des discriminations au quotidien, structurelles et systémiques, et encore du racisme institutionnel, autrement dit, de la responsabilité de l’Etat et des pouvoirs locaux dans les politiques de racialisation.
Les énergies de ces populations ne seront pas mobilisées pour la défense de politiques qui ne prennent pas en compte les revendications spécifiques de leurs luttes.
Il est temps de demander des comptes aux responsables politiques et de dire leur responsabilité. C’est poser les bases d’un antiracisme renouvelé, car repolitisé. Reprendre l’initiative contre les politiques de racialisation : ce travail a été engagé. Il se poursuivra avec les premiers intéressés, femmes et hommes qui en paient le prix. Et ce combat sera mené aussi avec nous toutes et tous qui rejetons ce fantasme politique cauchemardesque d’une France blanche. Il est grand temps, mais il est encore temps de répondre à la racialisation par la politisation. » Tel est notre programme : contre le découragement, mobiliser, c’est-à-dire agir pour ne plus subir.

texte séance du 3 décembre 2015 – Les études post-coloniales en France: bilan et perspectives à l’aune de l’actualité_Martine Boudet

 Politique éducative et didactique en matière de diversité et d’interculturel
Martine BOUDET professeure agrégée de Lettres modernes (académie de Toulouse), co-direction du Système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (PUM, 014)

En tant que services publics à vocation émancipatrice, Université et Ecole gagnent à réinterroger les savoirs et les cultures à édifier et à transmettre, en fonction des contextes dans lesquels elles sont amenées à évoluer. Ainsi, la Refondation a été mise en œuvre par la loi de juillet 2013, sous le ministère Peillon. Quels acquis et quels manques peut-on lister dans le domaine des études post-coloniales ?

I- Les termes du débat d’idées
Une clarification sémantique s’impose tout d’abord, plusieurs concepts se partageant la scène publique, ceux de « laïcité », de « lutte contre les discriminations et les racismes», d’ « intégration », d’ «inclusion », de «diversité», d’ «interculturel »…. Loin de s’opposer, ces idées-forces se complètent en fait tant sur un plan historique que logique.
Quels sont les termes en vigueur dans l’Education Nationale et pour quels publics? Les relations avec l’Islam étant un objet de cristallisation, le concept de laïcité est mis en exergue, notamment à travers la publication d’une charte du même nom apposée dans tous les établissements depuis 2014. Ce dispositif fait suite au vote de la loi sur l’interdiction du voile islamique et des signes religieux à l’Ecole (2004).
Les concepts de laïcité et de lutte contre les discriminations -de toute nature, dont celles qui ont trait à l’origine des publics- sont repris dans les programmes de l’enseignement moral et civique (EMC). Celui-ci a été mis en place à la rentrée 2015, de la maternelle à l’Université, et constitue l’une des bases de la culture professionnelle des personnels d’enseignement et d’éducation. Abdennour Bidar, chargé de mission pour cet enseignement, qui combat les dérives des deux côtés, les discriminations à l’égard des minorités et le fondamentalisme musulman, préconise de « prendre conscience qu’il faut maintenant changer d’ère : passer du “choc des civilisations” à celui de la fraternité des cœurs et des cultures. (…) Centrer la morale à l’Ecole sur la culture de la fraternité et (…) (d’) apprendre aux élèves à débattre sur les valeurs » (2015). Dans le « parcours citoyen » visant à promouvoir les valeurs républicaines et à renforcer le «sentiment d’appartenance» à la communauté nationale, le Conseil supérieur des programmes (CSP) a intégré certaines problématiques émergentes: Réflexions sur les différentes formes de racismes et de discriminations, Comprendre la diversité des sentiments d’appartenance civiques, sociaux, culturels, religieux, La francophonie, Connaître les principes, valeurs et symboles de la citoyenneté française et de la citoyenneté européenne…( Programme pour le cycle 4, juin 2015)
Le concept d’inclusion est inscrit depuis 2013 dans le code de l’Education, et valorisé car inscrit dans son article premier. Ce principe concerne en fait deux types de publics, les élèves handicapés et les enfants allophones nouvellement arrivés (EANA). Le principe directeur innovant réside dans le fait que l’apprentissage de la langue française gagne à s’effectuer par la mise en œuvre des compétences linguistiques d’ores et déjà acquises. L’on sort ainsi d’une conception purement assimilationniste qui ferait fi des expériences culturelles des apprenants. En amont, au niveau de la formation des enseignants, a été créée une option FLE-FLS (français langue étrangère-français langue seconde) au Capes de Lettres modernes en 2013 (Gruca, 2013).
Le concept de diversité a été officialisé suite aux révoltes juvéniles des quartiers populaires en 2005, révoltes que certains observateurs ont qualifiées de « mai 68 des banlieues » et qui ont fait l’objet d’une commémoration récemment, dans le cadre de la marche de la dignité. Suite à ces événements, une charte de la diversité en entreprise a été créée, et instituée l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) dont l’objectif est entre autres de favoriser l’expression culturelle des citoyens, communicants et artistes de la diversité. « En réponse à la crise des banlieues de l’automne 2005, la création en 2006 de l’Acsé, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances vise à renforcer l’efficacité de l’action de l’Etat en faveur des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville, de l’intégration des personnes immigrées et issues de l’immigration et de la lutte contre les discriminations.» (Acsé) L’Education Nationale est restée jusqu’à présent assez éloignée de ces problématiques, sur le plan programmatique ; par exemple, l’enseignement prioritaire est envisagé principalement sous l’angle des moyens et des ressources humaines.
A noter l’ajout de la référence à la culture à la liste des piliers du socle éducatif, constitué jusque-là de « savoirs » et de « compétences ». Polysémique par nature, ce concept ne peut être limité aux pratiques esthétiques liées à la création et à l’animation artistiques ; employé au pluriel comme il devrait l’être (comme les « savoirs » et les « compétences »), il inclut l’enracinement des courants d’idées et des systèmes de valeurs dans une langue-culture, un territoire, un patrimoine civilisationnel.
Pour conclure ce débat conceptuel, la laïcité offre un cadre adéquat pour l’harmonisation des relations intercommunautaires, en référence aux questions religieuses. Cela dit, en rester à ce cadre conduirait à se cristalliser sur les relations avec l’Islam et à ne pas prendre suffisamment en compte les questionnements identitaires qui sont en arrière-plan, et qui concernent tous les publics. Par ailleurs, les faits religieux sont des faits de culture comme le montre Régis Debray (2002).
Ainsi, le référentiel des compétences professionnelles du métier du professorat et de l’éducation offre une formation et un enseignement en matière de diversité et d’interculturel, par référence au « cadre européen commun pour les langues vivantes ». Il reste à élargir cette notion à d’autres champs de référence, non européens.
« Article 4. Prendre en compte la diversité des élèves- Adapter son enseignement et son action éducative à la diversité des élèves.
Article 8 (…) Participer au développement d’une compétence interculturelle chez les élèves. » (MEN, 2013).
La diversification programmatique est de tradition dans la didactique de l’espagnol et de l’anglais notamment, qui font référence aux cultures et littératures des pays hispanophones et anglophones. Ce principe validé pour l’apprentissage d’une langue étrangère est pertinent également pour la langue-culture française avec ses déclinaisons francophones.

II- Un acquis en matière d’expression culturelle de la diversité : la vie scolaire mise en scène au cinéma
L’émergence des médias et du numérique constitue un paramètre éducatif non négligeable ; les publics scolaires, immergés dans une société multiculturelle, utilisent des modes d’expression largement médiatisés: musiques du monde, poésie chantée… Le cinéma n’est pas en reste : dans la dernière décennie, des films, plébiscités par le public et primés, ont mis en scène la vie d’une classe, singulièrement des quartiers populaires et multi-ethniques.

A- Entre les murs, film de Laurent Cantet (2008)
Subventionné par un programme de France 2 et par l’Acsé, ce docu-fiction, adapté du roman éponyme de François Bégaudeau (2006) , souligne l’intérêt d’une recontextualisation. Portant sur la vie d’une classe de 4e en cours de français , il pose des questions pertinentes, celles des différences et des relations à cultiver entre individualité (à l’occidentale) et collectivité (propre aux cultures du Sud), entre laïcité à la française et patrimoines religieux, en particulier musulman, entre parité et sexo-séparatisme, entre moi et altérité, entre hétérosexualité et homosexualité… Pour motiver ses élèves, Esméralda, Souleymane, Khoumba… en dépit de ces décalages culturels, François le jeune professeur est amené à jouer les équilibristes.

B- La journée de la jupe, film de Jean-Paul Lilienfeld (2008)
La journée de la jupe est un autre film portant sur les difficultés de l’enseignement du français en collège. Son caractère dramatique résulte du dialogue de sourds entre les élèves et Sonia la professeure sur la question des humanités à enseigner, et du sentiment d’impuissance éprouvé dans un contexte de conflictualité non résorbée de cultures et de genres .
Dans ces deux scenarii, la vie en classe s’apparente à un psychodrame dont les suites sont peu prévisibles. Le métier d’enseignant y est exercé de manière empirique, sur le mode défensif ou du charisme personnel du professeur. La relation pédagogique est régie par une inter-subjectivité souvent anarchique et devenue obsessionnelle au fil de l’année scolaire et qui, selon les fluctuations du moment, est de l’ordre de la sympathie primaire, de la séduction ou de l’agression.

C- Les Héritiers, film de Marie-Castille Mention-Schaar (2014)
C’est de cette manière que démarre ce film, adapté de l’essai du lycéen Ahmed Dramé, Nous sommes tous des exceptions (Ed Fayard, 2014). Il met en scène « l’histoire vraie » d’une classe de 2e de banlieue à la dérive, qui participe à un concours national sur la Résistance et la déportation des Juifs. Sa sélection au final signe la réussite du projet pédagogique ; ce film résulte lui aussi d’un travail d’équipe, qui a mobilisé professeure d’histoire, lycéens (devenus respectivement auteur ou comédiens jouant leur propre rôle d’élève), metteure en scène. …

D- L’esquive, film d’Abdellatif Kechiche (2004)
Réussie également dans ce film , la mise en scène d’une pièce de Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard, pour le spectacle de fin d’année du lycée. Cette mise en abyme de la représentation, portée par des dialogues incandescents et de jeunes acteurs électrisés, permet de dialectiser la confrontation des cultures dans le temps (de l’histoire littéraire) et dans l’espace (géo-politique et urbain). Comme pour les autres films, l’effet sur le public est garanti. En fait, il s’agit du premier film réalisé sur l’école des quartiers, réalisé par ailleurs par un cinéaste de la diversité.
Ces oeuvres rendent compte de la complexité des tâches d’enseignement et d’apprentissage, renforcée par le multiculturalisme ambiant. Elles témoignent de l’urgence d’une adaptation à ce nouveau contexte, sachant que si la sinistrose scolaire est plus marquée dans les quartiers sensibles, la question de la transmission intergénérationnelle se pose de manière générale. Elles témoignent aussi de la créativité propre des quartiers populaires, fondée sur l’intelligence collective et le partage des meilleures expériences et valeurs communautaires. A ces titres, ce sont des outils précieux pour la formation initiale et continue des enseignants.

III- Points d’appui et déficits en matière de diversité à l’Ecole
Suite au vote de la loi Taubira sur l’esclavage crime contre l’humanité (en 2002), l’enseignement de cette période est effectif en cours d’histoire . En revanche, dans le cadre de la réforme de 2015, l’enseignement de l’histoire des empires africains a été supprimé des programmes du collège, suite à une campagne nationaliste orchestrée par le courant de Pierre Nora . Il reste à valoriser également l’histoire du colonialisme et de ses suites néo-coloniales.
En lycée, la littérature francophone, dont l’enseignement a été officialisé dans la réforme de 2001, ne bénéficie pas de documents d’accompagnement qui permettraient aux professeurs de l’enseigner dans de bonnes conditions. Or « la justification de l’entrée de ces corpus littéraires dans les classes de français semble aller de soi, à l’heure où ces classes sont composées d’une mosaïque d’élèves d’origines diverses. » (Chaulet-Achour) L’une des difficultés de cette mise en œuvre réside dans sa pluralité d’origines et de cultures ; de la nécessité d’une élaboration didactique dans le domaine de la littérature comparée.
L’enseignement de l’arabe reste très marginal. Dans la mesure où l’arabe est une langue internationale, la cinquième langue parlée dans le monde, pourquoi est-il si peu enseigné ? L’enseignement du chinois progresse de son côté au fur et à mesure de l’expansion économique de son pays d’origine et de ses partenariats à l’étranger. Face à la montée simultanée d’un radicalisme religieux réactionnel et des forces xénophobes dans le pays, l’Education nationale doit affirmer davantage son rôle, celui d’une force d’intégration et de laïcisation.
L’enseignement des langues régionales elles-mêmes n’est pas assuré, malgré l’inscription de leur pérennisation dans la loi de refondation de 2013 . Or, à l’heure de l’unification des régions dans des ensembles plus puissants et compétitifs, cette problématique du développement linguistico-culturel prend tout son sens. Car c’est notamment en se réenracinant dans les forces vives locales que le pays pourra affronter la crise systémique.
Les rapports ministériels sur la refondation de la politique d’intégration (2013) reprennent des travaux de la revue Diversité du CNDP-CANOPE et du réseau international Education et Diversité/RIED…. . Une trentaine de mesures ont été adoptées par le gouvernement, dont les premières concernent l’Education nationale et une autre la formation des enseignants, dans l’objectif de la « lutte contre les stéréotypes et en faveur de la diversité: former et accompagner les personnels éducatifs». La feuille de route interministérielle du 11 février 2014 est restée, cela dit, relativement confidentielle.

Une enquête PISA, commandée par l’OCDE, a montré récemment que l’Ecole française devenait l’un des systèmes éducatifs les plus inégalitaires. « Ce système est encore plus discriminant pour les jeunes issus de l’immigration (…) ; ces enfants issus de l’immigration subissent la plupart du temps une « sur-ségrégation ». Les quelques recherches disponibles montrent que, quelle que soit l’académie considérée, ces élèves se retrouvent particulièrement concentrés dans certains collèges. » (Merle, journal Le Monde, 2013). L’éducation prioritaire ne peut se suffire d’une politique de moyens, elle gagne à être assortie d’une politique de la diversité assumée. Dans un contexte de chômage endémique et de cycle guerrier dans lequel le pays est engagé par ailleurs, la recrudescence des discriminations à l’encontre de jeunes ou de citoyens issus de l’immigration est une réalité. Se pose aussi la question de l’accueil des migrants et des réfugiés.
Le progrès fait en matière d’inclusion des publics handicapés depuis la loi de Refondation (2013) est un bon exemple à suivre. Autre piste possible : les Conseils régionaux pourraient compléter l’action de l’Education nationale par la création de missions anti-discriminations et Diversité, comme il est fait pour la promotion des principes de mixité et de parité homme-femme, par exemple.

IV- Eléments de formation et d’éducation à une citoyenneté interculturelle

« Le pédagogue ne se résigne pas. Il pense même, contre toute attente, que la situation actuelle pourrait bien être une chance et qu’elle porte en germe de quoi se remettre au travail, bien au-delà de l’école, dans la société tout entière, pour honorer notre « responsabilité à l’égard du futur » dont parle Hans Jonas. Et « La journée de la jupe », justement, ouvre des pistes et devrait nous aider à avancer, à condition de prendre les questions que pose le film par le bon bout de la lorgnette, c’est-à-dire sous l’angle anthropologique. »
Des démarches et expériences novatrices existent dans ce domaine, il reste à les médiatiser et à les fédérer davantage. Un objectif souhaitable étant, en ces temps de confusion idéologique et de perte de valeurs, d’articuler davantage les paramètres socio-anthropologiques, juridiques et éducationnels, de manière à contribuer à renouveler le « logiciel » citoyen. Ainsi, les humanités gagnent à se projeter dans leur avenir, comme le montre la création en 2013 de l’option FLE au Capes de Lettres modernes : la didactique du français langue étrangère est fondée notamment sur le concept double de « langue-culture ». C’est ce même objectif dialogique qui guide les rencontres du Réseau international Education et Diversité (RIED) et le colloque « Anthropologie pour tous » organisé par le lycée Le Corbusier d’Aubervilliers (juin 2015), sur les mythologies transplantées dans les quartiers populaires:
« Aborder le répertoire des mythes (les manières dont l’humanité représente et explique le monde et la condition humaine) nous paraît une bonne manière de rendre effectif un enseignement laïc des cultures. (…) Mais, me dira-t-on, à quoi bon comparer des expériences culturelles dispersées dans le temps et dans l’espace ? Je réponds sans hésiter : parce qu’en les analysant les unes par rapport aux autres nous nous donnons les moyens de mieux comprendre les pulsions d’identité meurtrière qui habitent nos sociétés, celles d’aujourd’hui, celles d’hier et d’autres à venir. »
Il y a là des éléments d’une évolution possible, d’un mode de citoyenneté principalement individuel à une conscience collective renforcée, pour une Ecole dont l’universalisme sera moins abstrait ou franco-européo-centré. Le mal-être de la jeunesse, dont la version la plus sombre est le nihilisme désespéré et suicidaire des convertis et des djihadistes, incite à cette démarche, qui consiste à interroger les valeurs républicaines par référence à celles d’autres cultures. La transmission du patrimoine national doit être conjuguée à une démarche d’ouverture aux autres cultures, condition d’une dynamique salutaire et de leur pérennisation (Abdallah-Pretceille, 2004). Une démarche interculturelle pacifiée présente aussi l’intérêt d’intégrer la question complémentaire du genre et de réguler des violences internes à des communautés des suds, concernant le statut des femmes.
Enfin, face à la déferlante des marchés et des médias, seuls les patrimoines civilisationnels, ancrés dans des langues-cultures, des religions et sur des territoires, sont en capacité de sauvegarder et d’adapter les repères et valeurs constitutifs d’une société. Dans cette optique, la démarche de laïcité ouverte préconisée par le rapport de Régis Debray (2002) consiste à intégrer les faits cultuels comme des faits de culture à vocation universelle. L’Ile de la Réunion présente un exemple réussi de cohabitation inter-religieuse, à la base d’un dialogue précurseur dans ce domaine. La pédagogie de la décentralisation territoriale permet aux publics de construire des repères de proximité et des liens concrets avec l’environnement et l’entourage socio-culturel immédiat. Les déclinaisons de l’éducation à l’interculturel sont en fait multiples : promotion des langues-cultures des régions historiques et des DOM-TOM, défendues par les Conseils régionaux depuis la loi de décentralisation de 1982, éducation à la parité et au développement durable, à une francophonie des peuples et de progrès, à une coopération européenne et Nord-Sud, basée sur la solidarité internationale …
Ainsi, pourront se reconstituer par le haut une citoyenneté et une culture communes, fruits d’une identité nationale plurielle, en écho au concert mondialisé des nations et nationalités. Le sociologue Alain Touraine y voit l’aboutissement d’une troisième étape paradigmatique :
« Historiquement, le sujet moderne s’est incarné d’abord dans l’idée de citoyenneté, qui a imposé le respect des droits politiques universels par-delà toutes les appartenances communautaires.(…) Pendant la période dominée par le paradigme social, c’est la lutte pour les droits sociaux (et en particulier pour les droits des travailleurs, qui a été au centre de la vie sociale et politique. Aujourd’hui, l’installation du paradigme culturel met au premier plan la revendication de droits culturels. De tels droits s’expriment toujours par la défense d’attributs particuliers mais ils confèrent à cette défense un sens universel. » (Touraine, 2005, p.337)
Dans un contexte marqué par la médiatisation et la numérisation des échanges, contexte à la base de dynamiques interculturelles de différents ordres, il s’agit en fait de former à deux types de compétences, communicationnelle-sémiologique et cognitive-anthropologique. Et, pour ce faire en amont, de former les enseignants à une méthodologie de la diversité et de l’altérité, composée de fondamentaux des sciences humaines et sociales (SHS).

Pour conclure, deux modèles sociétaux, universaliste/assimilationniste et patrimonialiste/interculturaliste, se partagent la scène publique en France, l’Université et l’Ecole étant l’espace privilégié de leur confrontation. Une meilleure intégration de la deuxième approche permettrait de progresser vers une appréhension plus anthropologique du système et une harmonisation des dynamiques (inter)culturelles. Cette évolution est difficile et paradoxale pour un pays connu pour son centralisme, souvent autoritaire. Le défi est d’autant plus important à relever que, du fait de ses projections à l’échelle de l’hexagone puis du monde, le pays doit assumer et gérer une multiculturalité de plusieurs natures, celle qui résulte de l’héritage des régions historiques et d’outre-mer, et celle qui procède de l’histoire coloniale et des migrations.
L’inclusivité du système éducatif comme condition de la redynamisation de la vie scolaire et sociale : ce paramètre s’avère in fine nécessaire pour éduquer à une citoyenneté plus décentrée, complexe et évolutive. L’exercice méthodique de l‘intersubjectivité, le jeu des dynamiques dialogiques à deux ou plusieurs degrés d’appartenance est à même de diluer les stéréotypies ainsi que les systèmes de domination et de victimisation, intériorisés par les publics et de faire accéder ces derniers à un système de représentations émancipateur car pluri-référentiel, comparatiste et interactionniste (Abdallah-Pretceille, 1997).
————————–
Bibliographie-Sitographie
Abdallah-Pretceille, Martine. 1997. « Pour une éducation à l’altérité ». Dans Revue des sciences de l’éducation, vol. 23, n° 1, p. 123-132.
Abdallah-Pretceille Martine (1999). L’éducation interculturelle. PUF, Que sais-je ?
Abdallah-Pretceille Martine (2010), « La littérature comme espace d’apprentissage de l’altérité et du divers » (GERFLINT, Synergies, n° Brésil spécial 2, p 145-155) http://gerflint.fr/Base/Bresil_special2/abdallah_prectceille.pdf
Bergounioux Alain, Loeffel Laurence, Schwartz Rémy (2013), « Morale laïque : pour un enseignement laïque de la morale » (Rapport pour le ministère de l’Education nationale) http://multimedia.education.gouv.fr/2013_moralelaique_dossier_presentation/
Bidar Abdenour (2015), Lettre au monde musulman, Plaidoyer pour la fraternité (Albin Michel)
Boudet Martine (2014), Le système éducatif à l’heure de la société de la connaissance (PUM) http://w3.pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html

Chaulet-Achour Christiane, « Francophonies » dans Direction de l’enseignement scolaire, Perspectives actuelles de l’enseignement du français, CRDP, Versailles, 2001.
Clanet Claude (1993). L’interculturel (introduction aux approches interculturelles en éducation et en sciences humaines). Toulouse : Presses Universitaires du Mirail

Conseil supérieur des programmes/CSP (2014), Charte des programmes, p. 11-12.
Debray Régis (2002), « L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque » (rapport ministériel)
Direction de l’enseignement scolaire (2001), Perspectives actuelles de l’enseignement du français , CRDP-Académie de Versailles.
Ferréol Gilles, Jucquois Guy (2003), Le dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles (Armand Colin)

Kerlan Alain, « Egalité et Culture(s) à l’Ecole » dans Éducation & Devenir, Culture(s) à l’Ecole : un enjeu pour l’égalité, Cahiers d’Éducation & Devenir, n°17, 2013.

Lamarre Chantal, Maffesoli Muriel, « Connaissance – reconnaissance », dans Refonder la politique d’intégration, rapport au premier ministre, 2013.
Lorcerie Françoise (2003), L’Ecole et le défi ethnique –Education et intégration (INRP et ESF)
Merle Pierre, Enquête PISA : « Loin de réduire les différences de niveau, notre collège les accroît » (Le Monde, 4 12 2013)
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/12/04/loin-de-reduire-les-differences-de-niveau-notre-college-les-accroit_3524945_1473688.html

Revue Diversité, 40 ans de solidarité (décembre 2013)
http://www2.cndp.fr/lesScripts/bandeau/bandeau.asp?bas=http://www2.cndp.fr/revueVEI/accueil.htm
Touraine Alain (2005) Un nouveau paradigme pour construire le monde d’aujourd’hui (Fayard)
Wolton Dominique (entretien), « Francophonie et interculturel » http://educ-forblog.over-blog.com/article-13711424.html
Filmographie
Cantet Laurent, Entre les murs, 2008, à partir de l’ouvrage éponyme de François Bégaudeau, 2006.
Kechiche Abdellatif, L’esquive, 2004
Lilienfeld Jean- Paul, La Journée de la jupe, 2008
Mention-Schaar Marie-Castille, Les Héritiers, 2014. A partir de l’ouvrage d’Ahmed Dramé, Nous sommes tous des exceptions (Ed Fayard, 2014).

séance du 3 décembre 2015 – Les études post-coloniales en France: bilan et perspectives à l’aune de l’actualité

Séminaire Politiques des sciences

séance du 3 décembre 2015

18h à 21h

Salle Lombard, 96 Bd Raspail, Paris

     Les études post-coloniales en France: bilan et perspectives à l’aune de l’actualité 

              les fichiers audio de la séance sont accessibles via ce lien : http://tinyurl.com/zsq46c7

 

        Migrations de masse suite à des conflits armés ou à la crise économique, montée des populismes extrémistes en France et en Europe, attentats djihadistes, mobilisations anti-racistes à partir des quartiers populaires…: cette actualité multilatérale repose les termes du débat citoyen. Quelle part peut y prendre la communauté universitaire et éducative? Le séminaire du 3 décembre prochain fera un point sur des programmes de recherche et d’enseignement en vigueur ou souhaitables dans le secteur des études post-coloniales.

 

Reprendre l’initiative contre les politiques de racialisation Farid Bennaï représentant du Front uni de l’immigration et des quartiers populaires/ FUIQP

La décolonisation des savoirs  Seloua Luste Boulbina directrice de programme au Collège International de Philosophie, chercheuse associée (HDR) au LCSP Université Denis Diderot Paris VII

 Politique éducative et didactique en matière de diversité et d’interculturel  Martine Boudet  professeure agrégée de Lettres modernes (académie de Toulouse), co-direction du Système éducatif  à l’heure de la société de la connaissance (PUM, 2014)

 

Modération du débat : Martine Boudet