1.Michel Barthélémy Introduction séance « professionnalisation » PDS7 240211

Sociologue, successivement chercheur Cnrs et universitaire, ayant exercé dans différentes universités, Pierre Dubois défend une conception d’une réforme des études supérieures distinguant nettement un cycle L des deux cycles suivants qu’il entend inscrire dans une perspective de démocratisation de l’enseignement supérieur. Dans cette configuration, le premier cycle d’enseignement supérieur est constitué autour de deux voies aux objectifs de formation différents. Il s’agit, d’un côté, d’un cycle préparatoire aux études supérieures longues (regroupant master, doctorat et GE) et, de l’autre, d’une filière de formation professionnelle conduisant à un emploi en 3 ans. Le regroupement projeté de l’ensemble de ces formations de 1° cycle au sein d’ « Instituts d’enseignement supérieur » (IES) marque une coupure avec l’université qui réitère celle qui s’est opérée au XIX° siècle entre le baccalauréat, premier grade universitaire dont la préparation a été confiée au lycée, et l’université.

Je n’en dirai pas plus sur le détail de l’organisation envisagée par Pierre Dubois dont il va nous entretenir et qu’il développe également sur son blog bien connu : Histoires d’universités[1]. Je soulignerai simplement, en guise d’introduction au débat de tout à l’heure, que cette question touche à un principe « structurant », à savoir, l’articulation de l’enseignement et de la recherche, qui sont les deux facettes qui définissent le métier d’enseignant-chercheur. De ce point de vue, le projet d’IES pourrait faire craindre à certains qu’il se traduise par une « secondarisation de l’enseignement supérieur »[2], du moins pour ce qui concerne la licence[3].

Plus généralement, je me demande s’il n’y a pas parfois des mots qui finissent par être en quelque sorte « minés » par les usages et mésusages réguliers que l’on a pu en faire. On peut ainsi s’interroger sur le fait de savoir si certaines acceptions possibles et inquestionnées de la notion de professionnalisation, n’ont pas constitué un facteur aggravant ayant contribué à la transformation du conflit né de ces réformes en une guerre de tranchée. Je veux parler ici de la « guerre » – le terme est sans doute excessif – que se livrent deux protagonistes. Il s’agit, d’un côté, du gouvernement et de ceux qui le soutiennent dans son effort de remodeler les universités françaises afin de les rapprocher, pensent-ils, des besoins de leurs usagers, partenaires, financeurs voire donneurs d’ordres, et du marché du travail, mais aussi de les « rendre visibles à l’international », selon la formule consacrée. De l’autre côté se situent les membres de la communauté académique. Plus exactement de la partie de cette communauté, sans doute minoritaire mais pas pour autant marginale, qui critique la pression à la « marchandisation » qui est exercée selon elle sur le contenu des formations dispensées, comme sur la recherche. De plus en plus appelée à se financer sur des projets finalisés à trois ans, via l’Agence Nationale de la Recherche, en particulier, on la presse également de s’inscrire dans des thématiques prioritaires et d’obtenir des résultats à court terme[4] et si possible, lorsque les domaines de recherche concernés s’y prêtent, qui puissent donner lieu à des applications économiquement rentables. Cette orientation étroitement utilitaire de l’activité scientifique donne l’impression, à tort ou à raison, de n’avoir aucune limite et de devoir s’imposer peu ou prou à tous les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche et à toutes les disciplines[5], sous l’influence des réformes de structure en cours menées sous la houlette, entre autres, du nouveau management public et de la stratégie nationale de la recherche et innovation (SNRI)[6].

Appréhendée sous ce jour, la « professionnalisation » peut être alors vue comme un cheval de Troie qui tend à transformer les universités en entreprises vendant de la connaissance, faisant de celle-ci un bien marchand comme un autre, l’ajustant au plus près des attentes du marché du travail et des entreprises et évaluant à cette seule aune la qualité et l’intérêt de ce qui se fait dans leurs murs.

Y-a-t-il une façon de réformer qui puisse respecter deux impératifs parfois difficiles à concilier ? Je veux parler tout d’abord des conditions d’une réforme qui se ferait sans inquiéter outre mesure les principaux intéressés, et respecterait les missions, savoirs, savoir-faire, instances et pratiques de décision collégiales[7] et formes de relations sociales qui forment la culture professionnelle du milieu concerné et organisent l’expérience vécue de ses membres. En second lieu, il s’agirait d’un processus qui s’efforcerait de concilier les points de vue et attentes parfois divergentes des chercheurs et enseignants-chercheurs et ceux des usagers et partenaires extérieurs de l’université ? C’est un peu la question qui, à mon sens, se pose en filigrane à tous les projets de réforme qui touchent à l’enseignement supérieur et la recherche.

En proposant un projet ambitieux, qu’il présente comme un objet intellectuel, un modèle en développement, l’initiative voire l’utopie de Pierre Dubois offre une tentative de dépassement à la confrontation stérile – la guerre de tranchée, donc – et par là-même un retour à la guerre de mouvement, ou plus justement la bataille d’idées, entre les « réformateurs » gouvernementaux et la communauté académique qui s’oppose aux mesures décidées et imposées par les premiers. Une réforme qui, en outre, laisse de côté un certain nombre d’enjeux qui comptent pour les acteurs de ce secteur d’activité. A commencer par les conditions de travail en situation de sous-effectif chronique mal compensé par une armée croissante d’emplois précaires.

Les « laissés-pour-compte » de la recherche et de l’enseignement supérieur publics sont précisément au cœur de l’étude conduite par un groupe de sociologues, démographes et statisticiens dont nous recevons deux représentantes, par ordre alphabétique, Isabelle Clair et Annick Kieffer, à l’occasion de la prochaine parution d’un ouvrage consacré à l’enquête sur la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche qui s’est déroulée au cours de l’hiver 2009-10[8]. Pour illustrer mon propos précédent sur les enjeux « oubliés », il importe de rappeler que cette enquête a été conduite à l’initiative, outre le groupe de chercheurs impliqués, non pas des organismes de recherche, ni du ministère de l’enseignement supérieur et la recherche ni de la CPU, mais de l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et la recherche[9]. En se focalisant sur les coulisses des réformes, soit la situation des personnels non statutaires de la recherche[10], cette étude livre un éclairage sur les « coolies » de ce milieu : docteurs, chercheurs, enseignants, mais aussi ITA. Toutes catégories de personnel en contrat temporaire[11] dont la situation forme un préoccupant contrepoint aux communiqués triomphants et tonitruants du ministère et du gouvernement sur les « efforts budgétaires sans précédent »[12] qui ont été consacrés, selon eux, à ce secteur par les pouvoirs publics. Il conviendrait sans doute d’ajouter à ce qui précède l’absence de prise en compte, dans une démarche corrective, des évaluations qui ont été faites sur les effets négatifs de leurs politiques sectorielles. L’échec du plan « Réussite en licence »[13], en est un exemple. Il convient toutefois de signaler l’exception que constitue, peut-être[14], la réforme de la formation des enseignants, que les pouvoirs publics s’apprêtent à réformer une nouvelle fois, au bout d’un an d’application. De mauvaise grâce[15] semble-t-il et après maintes mises en garde et critiques pourtant délivrées bien avant la mise en œuvre de cette mesure et dont il n’a été tenu aucun compte.


[1] http://blog.educpros.fr/pierredubois/

[2] Voir Sylvia Faure et Charles Soulié, avec Mathias Millet, Enquête exploratoire sur le travail des enseignants-chercheurs », http://www.documentation-pdf.com/affiche.php?p=http://droit.dentree.free.fr/hopfichiers/rapport%20final%20sur%20les%20enseignants%20chercheurs.pdf

[3] Frédéric Neyrat, p.e., propose plutôt une ouverture de l’université à tous les publics permettant une reprise des études tout au long de l’existence, et pas uniquement sur des formations ciblées sur l’acquisition de compétences et de savoirs liés au poste de travail ou à la fonction occupés. Cf. http://www.lautrecampagne.org/article.php?id=54#uref1 On lira également la présentation par SLU des propositions de l’UNEF sur la réforme de la licence et le commentaire critique qu’elle en fait : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4474

[4] Voir http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/100510/chercher-sans-finaliser-cest-fondamental

[5] http://blogs.mediapart.fr/blog/baudouin-jurdant/200211/haro-sur-les-sciences-sociales

[6] Voir le dernier rapport en date : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid20797/la-strategie-nationale-de-recherche-et-d-innovation.html

[7] Ces dernières ont été mises à mal par la manière dont ont été constituées les Idex (voir : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4426 ) et les investissements d’avenir en général ( voir : http://www.educpros.fr/dossiers/investissements-davenir-comment-les-consultants-ont-pris-place-dans-le-champ-universitaire/h/5ca7cd7f12/d/1122.html)

[8] Le rapport est ici : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article3439

[9] Le rapport final est consultable ici : http://www.precarite-esr.org/spip.php?article3

[10] Dont l’accroissement constant, accéléré depuis la mise en place de l’ANR (Agence Nationale de la Recherche), témoigne, pour ce secteur particulier, d’un mal endémique qui touche l’ensemble de la fonction publique, dont 16,5% des emplois sont occupés par des personnels en situation de précarité. Cf.  Michel Delberghe, « 873 000 précaires dans la fonction publique », Le Monde, 220211, Dossier Economie, p.4. On se reportera également au texte publié par  Alain Trautmann, Anne Saada et Didier Chatenay, « La RGPP menace la recherche comme les autres services publics », http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3399

[11] Denis Fougère,  » Le CDD n’est plus une période probatoire, mais une variable d’ajustement « , Le Monde, 220211, Dossier Economie, p.5

[12] Sur le budget de l’enseignement supérieur et la recherche, voir : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4453

[13] Le communiqué initial en 2007 : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20651/plan-pour-la-reussite-en-licence-730-millions-d-euros-d-ici-2012.html ; le rapport critique de l’IGAENR de 2010 : http://www.auboutduweb.com/poolp/index.php?post/2010/10/31/Premier-bilan-du-plan-Reussite-en-licence et le communiqué de l’UNEF, mentionné en note 1. Sylvestre Huet mentionne l’échec de cette réforme sur son blog : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/02/mast%C3%A9risation-%C3%A9pisode-3-.html ; Valérie Pécresse défend son point de vue dans une tribune du Monde : « Budget de l’enseignement supérieur et de la recherche : la réalité qui dérange », Le Monde, 240211 http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/24/budget-de-l-enseignement-superieur-et-de-la-recherche-la-realite-qui-derange_1484007_3232.html ; voir également la réponse de Bertrand Monthubert sur son blog : http://bertrand.monthubert.net/?p=703 et celle de Sauvons l’Université : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4481

[14] Ce n’est pas l’avis de l’association « Reconstruire l’école », dont Sylvestre Huet reproduit le communiqué : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/02/mast%C3%A9risation-%C3%A9pisode-3-.html

[15] Luc Cédelle, « Des propositions pour remettre en chantier la formation des enseignants », Le monde, 220211, p.12