4-Débat séance « professionnalisation » PDS7 240211

Evelyne Perrin : En ayant une carrière de contractuelle dans l’administration publique, dans mon existence professionnelle j’ai tout le temps milité pour améliorer les droits des contractuels dans la Fonction publique. J’ai fait une enquête auprès des chômeurs et des précaires, notamment au moment des grandes grèves de précaires de la restauration rapide, etc., dans le commerce, dans les années 2001, 2003, 2004, date à laquelle est paru l’ouvrage que j’avais consacré à ce sujet[1]. Je continue à militer dans les associations de précaires, notamment dans un réseau qu’on a contribué à créer en 2001 qui s’appelle « Stop précarité »[2]. Je suis aussi en lien avec pas mal d’associations et de mouvements de précaires qui ont lancé notamment la grève des chômeurs, en 2010, surtout en Bretagne. Et par ailleurs, j’ai fait une grosse enquête, que j’essaye de publier, sur les luttes étudiantes depuis le CPE jusqu’à la LRU[3].

Effectivement, je trouve que votre enquête est extrêmement intéressante parce qu’elle met l’accent à la fois sur les aspects : conditions de travail des précaires, modes de vie des précaires, enfin ce stigmate et cette difficulté d’estime de soi, mais elle met aussi l’accent sur les effets que peut avoir cette précarisation grandissante sur les conditions même de production et de circulation du savoir. Justement, lorsque j’ai interviewé des étudiants, dans le mouvement du CPE et puis ensuite, deux années de suite, dans le mouvement contre la LRU, qu’ils ont lancé dès la rentrée 2007, et essayé de relancer en 2008, cette dimension m’est peut-être insuffisamment apparue. Sans doute parce que j’essayais de centrer mon étude sur leurs luttes et ce qu’ils dénonçaient dans la réforme, d’abord celle du CPE qui institutionnalisait la précarité, et ensuite dans la réforme de la LRU qui mettait en place un fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche totalement différent avec une logique managériale de privatisation, etc. Il ressort de mes enquêtes que cette dimension de précarité n’a pas été tellement soulignée par les étudiants. Je suis donc très heureuse qu’il y ait eu votre enquête pour la faire apparaître. Je pense que, à l’heure actuelle, on assiste à des tentatives d’émergence de mouvements de précaires dans différents secteurs. Par conséquent il est très important que les résultats de votre enquête puissent être largement diffusés et en particulier au sein de ces mouvements qui sont divers. P.e., il y a des collectifs qui se créent, comme le collectif « l’appel et la pioche »[4], qui a été créé par des jeunes du NPA, mais qui maintenant se détache du NPA et fait des actions un peu spectaculaires contre la précarité. Il y a le réseau « stop précarité », déjà cité, qui existe depuis 2001, qui donne des cours de droit du travail dans plusieurs villes de province et va essayer de mettre en place une revue électronique pour faire connaître les travaux des jeunes étudiants et des jeunes chercheurs qui portent justement sur la précarité.

Ludovic Garratini : Je suis actuellement doctorant à Paris-3. Je sors d’une période d’ATER, et je crois être passé par tous les statuts qu’un doctorant peut avoir dans un système tel que celui de l’université. Je suis donc certainement un précaire de la première heure. Vos différentes interventions me touchent beaucoup. Je pense que ce soir je peux me permettre de représenter deux groupes dont je vais un peu exprimer les positions : le premier étant la CJC, la Confédération des Jeunes Chercheurs[5] et le deuxième étant la même chose au niveau européen, et s’appelle Eurodoc[6]. J’aurai une demande de clarification au sujet de la première intervention et une question pour la deuxième. Donc, la première, pour M. Dubois. Je n’ai pas vraiment compris la séparation qu’il pourrait y avoir entre ce que vous appelez les IES et l’université. Est-ce que finalement cette distinction apporterait au niveau universitaire une orientation exclusive au niveau de la recherche. Est-ce que cela deviendrait une quinzaine de pôles de recherche qui n’auraient plus en charge l’enseignement ?

Pierre Dubois : Les universités telles que je les conçois, master et doctorat, ont bien une fonction d’enseignement, donc de formation aux diplômes de master et doctorat, et de recherche. Ça ne change pas par rapport aux universités actuelles, sauf que le cycle licence est sorti de leur périmètre.

Je reviens sur la question de la précarité. Je trouve que les IES assainissent une situation qui ne me plaît pas du tout actuellement. Il y a deux générations, on pouvait être enseignant-chercheur à 21 ans, assistant titulaire en sciences. Aujourd’hui l’âge moyen de recrutement des maîtres de conférences est de 32 ans et quelques mois. Ce n’est pas admissible. Dans le système des IES, où n’existe plus le corps des maîtres de conférences, puisqu’il n’existe plus qu’un corps de professeurs des universités, le vivier est composé des agrégés. On peut être agrégé à 23 ans, on enseigne, on est fonctionnaire titulaire, on a un salaire. Je change bien-sûr le concours d’agrégation qui doit mesurer une capacité à faire de la recherche. Sans quoi, mon système ne marche pas. C’est parmi les agrégés qui ont enseigné deux ou trois ans dans les IES que se trouve le vivier de docteurs. Ce qui revient à dire que l’on prépare le doctorat quand on est fonctionnaire. On n’a plus cette histoire de bourse doctorale, de contrats doctoraux, comme on les appelle maintenant, d’un post-doc, d’un deuxième post-doc, de manipulations pour permettre ensuite à quelqu’un de figurer sur un contrat de recherche tout en faisant des heures. Ce sont des agrégés qui sont détachés dans les laboratoires de recherche de l’université qui préparent leur doctorat. Il n’existerait plus non plus cette séparation entre doctorat et HDR. Ce qui permet aux agrégés devenus docteurs de postuler à un poste de professeur d’université. Donc, grosso modo, ils deviendraient professeurs des universités vers 32, 33 ans, l’âge moyen d’accès aujourd’hui aux postes de maîtres de conférences. Par conséquent, les IES sont également un système anti-précariat pour les fonctions de recherche et d’enseignement. Ce n’est pas acceptable que des jeunes chercheurs soient massacrés pendant toute leur période de formation. Je vous le dis parce que j’ai une fille et une belle-fille, dont l’une vient d’être recrutée comme maître de conférences à 32 ans, l’autre comme chercheur Inserm au même âge après un parcours d’excellence que vous ne pouvez pas imaginer. C’est scandaleux.

Ludovic Garratini : Si, j’imagine bien, j’ai eu de nombreux retours de différents profils. Pour la deuxième intervention, sur la précarité, je ne sais pas quelle masse représentent les doctorants ? Vous avez parlé des SHS. Cela me concerne car je suis moi-même en SHS. Je vois bien qu’il y a une énorme précarité qui est cependant relativement invisible du fait de la non-représentativité de ces jeunes chercheurs là dans les instances décisionnelles et consultatives de l’université. C’est pour cette raison que je m’intéresse au thème des Biatoss, professeurs et maîtres de conférences. Mais dans un fonctionnement universitaire où la représentativité est garantie par des collèges spécifiques, comment avez-vous vu cette précarité des doctorants, des jeunes chercheurs, sans avoir aucun matériau à traiter, puisqu’il n’existe pas de collège spécifique pour les jeunes chercheurs ? En d’autres termes, comment avez-vous pu accéder à ces profils qui sont difficiles à appréhender et sur lesquels il est donc difficile d’enquêter ?

Isabelle Clair : je suis allée trop vite, je n’ai pas du tout expliqué comment on a fait l’enquête. En fait on n’a pas contacté des gens en fonction de là où ils étaient parce que, justement, un des gros manques de la statistique institutionnelle, c’est qu’elle ne compte que les gens répertoriés, puisque c’est le travail des institutions. Nous avons procédé de la manière inverse. Lorsque les institutions comptent les précaires, elles ne comptent que les contractuels. C’est à dire que tous les vacataires, tous ceux qui font du travail gratuit, disparaissent de la statistique officielle. Nous avons donc fait le choix inverse. On est parti d’un formulaire d’enquête qu’on a largement diffusé dans le milieu et ce sont les gens qui se sont auto-définis comme précaires qui ont répondu à l’enquête. C’est donc une enquête pour laquelle on ne dispose pas au départ de la population de référence, puisque celle que l’on a, c’est celle qui est comptabilisée de façon institutionnelle, et de façons diverses d’un établissement à l’autre, parce qu’on ne compte pas forcément des gens dans les bilans sociaux, on compte des équivalents temps plein. Comme on n’avait pas de population de référence, l’enquête qu’on a faite n’est qu’une enquête exploratoire qui nous donne une photo de certaines conditions à un moment donné des personnes qui ont répondu, mais qui n’est représentative de rien dans le sens où elle n’est pas constituée par rapport à cette population de référence. En bref, on n’est pas allé chercher les gens. Du coup, il est très intéressant de voir qui, parmi les doctorants, se définit comme précaire ou pas. Lors de l’enquête locale sur le site Pouchet, dans la discussion préparatoire à la constitution de l’enquête, on avait très vite constaté qu’il fallait que l’on précise que celle-ci concernait bien les doctorants. Ceci parce que les doctorants les plus présents dans les équipes de recherche sont souvent ceux qui sont financés, comme les allocataires de recherche, etc. Ceux-là ne se considèrent pas forcément comme précaires, sauf lorsqu’ils arrivent en fin de contrat. Et c’est valable également dans l’enquête nationale s’agissant des doctorants de sciences dures. La prise de conscience de la précarité se réalise en fin de contrat lorsqu’il s’agit de penser à ce qui vient après. Parce que la précarité, c’est sur le moment, c’est le fait de produire quelque chose par son travail, car on n’est pas alors simplement en formation : on donne des cours, on organise des colloques, on fait du travail, au même titre que dans n’importe quelle autre forme de travail. Or il y a une prise de conscience que, non seulement, face à cette activité là on se trouve dans une situation précaire et que cela va s’arrêter et puis que derrière, cela va durer comme ça encore un bon moment pour beaucoup de gens. Du coup, on en vient à se considérer précaire car on sait que l’on va devenir précaire. Ce processus se retrouve très clairement dans les profils des gens qui ont répondu. Au niveau de leurs profils, les répondants sont soit des gens comme ceux que je viens de décrire, soit des gens qui ont galéré sans rien avoir, ce qui est souvent le cas des gens en sciences sociales, qui font autre chose dans la vie, qui bricolent, qui font tout sauf de la recherche, ou qui ne sont pas forcément prioritairement employés dans l’enseignement supérieur et la recherche. On a beaucoup de personnes ayant ce profil-là. Mais il faut dire qu’il y beaucoup de résistance dans de nombreux endroits à considérer les doctorants comme des précaires. Cela ne va pas de soi. Mais c’est vrai que ça ne va pas de soi. Ce n’est pas simple. Mais ce que l’on voit aussi dans l’enquête, c’est que dans le parcours de la thèse, particulièrement en sciences sociales, mais pas uniquement, se fait une formation à la précarité. Elle est intériorisée. Par exemple, dans les réponses « libres » en fin de questionnaire que j’ai pu étudier, tous les doctorants en sciences sociales qui ont un financement pour leur thèse, lorsqu’ils s’épanchent sur leur situation, expriment une certaine culpabilité quant à leur sort de privilégiés, tout en reconnaissant qu’il est difficile de vivre, de se loger et de manger, avec 1200 euros par mois, et en se projetant dans l’avenir sur le mode : « je crois que je vis mes années fastes maintenant et que c’est après que ça va être dur ». Et c’est intéressant sur ce que ça dit de la nature de la projection qui est faite de son avenir par des doctorants en SHS et de la valeur que l’on accorde aux SHS dans la société.

Ludovic Garratini : Au cas où vous envisageriez de compléter votre enquête ou de réaliser un suivi, vous pourriez peut-être contacter le tissu associatif, qui est très dense. Il y a à peu près une cinquantaine d’associations locales qui ont des moyens d’enquête et de nombreux membres.

Annick Kieffer : On les avait contactées pour la diffusion du questionnaire. Je pense que le questionnaire ne se serait pas diffusé comme ça s’il n’avait pas été pris en main par des collectifs, des associations. Il y a eu les syndicats, il y a eu Sauvons La Recherche, Sauvons l’Université. Enfin un vrai travail collectif de diffusion s’est réalisé qui explique que nous ayons reçu autant de réponses. On a eu très peur, d’ailleurs, parce qu’au début on voyait non seulement des réponses émanant de personnes travaillant dans le secteur des SHS, mais également essentiellement de la part de femmes. Progressivement, ça s’est inversé. C’est à dire que les réponses par la suite ont été le fait de biologistes, de physiciens, etc. Ce qui nous a permis d’avoir une image sans doute plus proche de la réalité avec des différences plus marquées. On a énormément de doctorants biologistes qui ont répondu. Ce qui est un fait intéressant dans la mesure où on ne peut pas faire de doctorat en biologie si l’on n’est pas allocataire, alors qu’en SHS on a énormément de doctorants qui ne sont pas allocataires. On pouvait par conséquent penser que la situation était tellement différente que finalement les doctorants biologistes ne se seraient pas sentis concernés justement pour les raisons indiquées par Isabelle. C’est vraiment dans les sciences physiques, les sciences de la matière que les réponses ont été les plus faibles, mais c’est sans doute que c’est là aussi que la précarité est la moins forte parce qu’il y a de grands équipements et il faut du personnel extrêmement qualifié, stable, etc. C’est sans doute une organisation du travail propre aux grands équipements de physique ou d’astrophysique qui fait qu’il y a moins de précarité dans ces secteurs.

Etienne Boisserie : Je suis président de Sauvons l’Université. Je ne parle pas au nom de SLU ici, mais c’était pour me présenter. J’aurai une série de questions à poser à Pierre Dubois concernant l’articulation entre les licences de l’IES et les masters et doctorats. Avez-vous évalué les effectifs d’enseignants, ayant donc le statut de professeurs d’université, qui seraient nécessaires en master et doctorat ? Pensez-vous, dans ce système-là, pouvoir faire l’économie de personnels non professeurs des universités pour intervenir en master et doctorat ? Autrement dit, est-ce que vous ne proposez pas quelque chose qui aurait tendance à renforcer le phénomène décrit par les deux collègues, à savoir une précarisation liée à l’encadrement nécessaire de ces niveaux d’études en ayant recours à du personnel non statutaire ? Et troisièmement, comment s’articuleraient le vivier issu des agrégés, qui seraient déjà intervenus au niveau licence, et le vivier issu des doctorats dans le cadre de la politique de recrutements ? C’est à dire que se passe-t-il en fait pour les docteurs qui ne sont pas passés par l’agrégation ?

Pierre Dubois : Ils n’existent plus

Etienne Boisserie : Ah, ils n’existent plus ?! Il n’y a plus de docteurs alors ?

Pierre Dubois : Si

Etienne Boisserie : Et juste une dernière précision, parce que comme l’honneur de SLU était en jeu et qu’il y a ici un dixième du CA de SLU, nous avons la réponse : alors, effectivement, la question du stage en deuxième année de licence est évoquée dans le discours du 17 décembre 2010 : « la deuxième année sera placée sous le signe de la professionnalisation. Un semestre de professionnalisation pourra être l’occasion d’effectuer un stage ». « Pourra être l’occasion », en langage pécressien et sarkozyste, cela veut dire que ça sera comme ça.

Pierre Dubois : Oui, vous avez raison pour le stage. Pour le reste, il est vrai que j’ai surtout réfléchi à l’organisation des IES, donc à l’organisation de la licence. Je n’ai pas amplement réfléchi à la structuration des masters et des doctorats, à ce qui serait changé par rapport à la situation actuelle, à l’exception du corps professoral. La première question que vous posez, c’est celle des effectifs nécessaires pour enseigner dans les masters et dans les doctorats ainsi que les écoles universitaires d’ingénieurs, de management, de sciences politiques, etc. La réponse est : certainement plus qu’il n’y en a actuellement. Alors maintenant comment gère-t-on le flux ? La réponse est peut-être un peu plus facile. Quelques-uns, parmi les professeurs d’université, partent dans le privé, et la plupart ne s’en va qu’à la retraite ou par décès. Donc l’estimation du nombre de postes à ouvrir dans les laboratoires de recherche pour les agrégés des IES, est une question relativement simple à résoudre. Sachant que, puisque ce serait des agrégés qui mèneraient leur doctorat avec leur salaire maintenu, le taux de non achèvement de la thèse serait marginal. Donc, estimer le flux de doctorants nécessaire n’est pas une chose très compliquée à faire. Le nombre d’enseignants-chercheurs, donc de professeurs des universités, nécessaire ne doit pas être trop compliqué non plus à établir, sachant qu’il faut un encadrement qui soit bien plus important que celui qui existe actuellement, y compris en master du fait des effectifs assez nombreux en master, surtout en M1. Les M1, tels qu’ils sont, sont complètement nuls. La réforme LMD a été un recul en arrière par rapport à l’année de maîtrise. On a conçu les M1 dans la perspective d’une réduction du nombre des spécialités par rapport à celles qui existaient du temps des DESS. Les DESS ont dû se regrouper et ont inventé une année de M1 qui n’a aucune espèce d’intérêt.  C’est un autre problème.

Bien entendu, dans les masters, il faudra qu’il y ait une progression du statut de ce que j’appelle le professeur associé à mi-temps. Il s’agit de professionnels qui, de par leur compétence professionnelle précisément, viennent enseigner leur savoir-faire à l’université. Ce statut de professeur associé est aujourd’hui brinquebalant depuis qu’il y a les responsabilités et compétences élargies. Avant, il y avait des supports budgétaires. C’était alors l’Etat qui donnait des supports budgétaires de professeurs associés. Maintenant, logiquement, il n’en donne plus. Et c’était bien-sûr réparti inéquitablement entre les universités. J’étais dans une université l’année dernière à Marne-la-vallée où il y avait 80 supports budgétaires de professeurs associés. Cela représentait un quart du corps professoral. Donc, il faut des professionnels dans les masters, pas seulement des enseignants-chercheurs professeurs des universités.

Pour le doctorat, maintenant, s’il y a un seul corps de professeurs, il est inutile d’avoir deux niveaux de thèse. Si l’agrégé a fait 3 ans en IES, il a donc entre 27 et 28 ans et il arrive pour faire son doctorat dans un laboratoire avec sa paye. C’est à dire sans que se pose le problème de l’après. Après il peut retourner dans l’IES ou, s’il a fait une bonne thèse, il a toutes les chances d’être recruté comme professeur après. Je vise des professeurs d’université à 30 ans. Ce qui m’insupporte profondément, ce sont les concours d’agrégation dans certaines disciplines du supérieur : les sciences politiques, l’économie et la gestion où des gens échouent sur des postes de maîtres de conférences et réussissent l’agrégation, donc sont professeurs à 30 ans. Je souhaite que ce soit généralisé. Les agrégés qui ont obtenu leur doctorat doivent pouvoir devenir professeurs dans la trentaine. Après, est-ce qu’ils doivent le rester toute leur vie ? Ça c’est une autre question. Je verrais bien des mouvements, en particulier dans les IES, entre des gens qui étaient Biatos et qui tout d’un coup ont commencé à donner des cours parce qu’ils avaient une spécialité professionnelle en finances, en comptabilité ou en informatique. J’envisagerai des échanges, c’est à dire qu’un Biatos puisse devenir un jour enseignant dans le supérieur après avoir passé l’agrégation interne et inversement qu’un enseignant-chercheur ou un professeur passe dans la fonction administrative permettant ainsi aux uns et aux autres de changer de carrière en cours de route sur des contrats de longue durée. Je crois qu’on ne va pas y couper. Je ne crois pas, quel que soit le gouvernement à venir, que la fonction publique ait beaucoup d’avenir. Il faut donc envisager des contrats de très longue durée, mais avec aussi des sortes de reconversions garanties.

Il y a aussi la question de l’égalité de traitement entre les enseignants. Si vous prenez les Lettres, Arts et Langues, un peu moins les sciences humaines et sociales, qui enseigne dans les universités ? ce sont des agrégés.

Du point de vue des carrières, j’abolis aussi cette chose stupide et qui énerve tout le monde, c’est le fait qu’il y ait des professeurs de deuxième classe, de 1° classe, de classe exceptionnelle 1° échelon, et classe exceptionnelle 2° échelon.

Si je fais un corps d’agrégés dans les IES, c’est que je ne supporte plus le CNU ni les comités de sélection. Je déplore leur anachronisme. En y réfléchissant, sur quarante ans, j’en suis venu à la conclusion que les syndicats ont pour mission de défendre les intérêts des gens et pas d’évaluer la qualité scientifique des gens au CNU. Qu’on soit élu sur liste syndicale au CNU témoigne du fait qu’il y a quelque chose qui ne va pas. On ne défend pas les gens de son syndicat pour la qualification aux fonctions de maître de conférences ou de professeurs. Il y a là quelque chose d’incongru. Au niveau des comités de sélection, regardez tous les concours. J’ai vu paraître aujourd’hui les concours de maître de conférences et de professeurs en sociologie, ma discipline. J’ai constaté que 75% des postes étaient profilés, c’est à dire qu’on peut mettre un nom dessus. Le concours d’agrégation est un concours national. Il n’y a pas de copinage. Les concours de la fonction publique pour le recrutement des enseignants-chercheurs ne sont plus des concours de la fonction publique. De même pour la qualification. Le CNU de sociologie comprend 36 membres. Il s’est tenu cette fois-ci sans que personne n’ait dit au vice-président qu’il était un plagiaire[7]. Le CNU a fonctionné comme si de rien n’était.

Etienne Boisserie : Oui, mais parce que chez vous, vous avez un problème manifestement. Ce n’est pas le cas dans toutes les sections.

Pierre Dubois : Oui je l’espère, mais le clientélisme, le copinage et le népotisme ne sont pas l’apanage de la sociologie.

Etienne Boisserie : Oui, mais comment faites-vous pour le passage à professeur d’université puisque vous critiquez le CNU et les comités de sélection de l’université   ?

Pierre Dubois : Comment on sélectionne les agrégés docteurs pour qu’ils deviennent professeurs dans un lieu donné ?

Etienne Boisserie : Oui.

Pierre Dubois : Je le confie quand même au local. Si l’on refait toute l’histoire du CNU, il y avait d’abord recrutement local puis c’est le CNU qui décidait et puis maintenant on a une situation inverse. Je fais partie d’une génération où l’on était d’abord classé par des commissions de spécialistes locales et ensuite, c’est le CNU qui vous nommait. Le jour où le CNU m’a nommé à Lille, ce n’était pas du tout ça que j’attendais, mais j’y suis quand même allé. Ce n’est pas simple. Est-ce qu’on recrute sur des postes locaux par le biais d’une instance nationale ? Si elle est à majorité d’élus syndicaux, je dis : non et non. Ce n’est pas la fonction des syndicats de qualifier, ce n’est pas la fonction des syndicats de recruter.

Au niveau local, les comités de sélection sont une régression par rapport aux commissions de spécialistes. Je le dis nettement. Les commissions de spécialistes regroupaient toute la communauté enseignante ; maintenant, on fait des commissions de sélection ad hoc, c’est à dire qu’on ne retrouve qu’une partie des enseignants et, en fonction de leur constitution, cela ajoute les questions de copinage et de clientélisme. Quand je vois, qu’un concours de professeurs dans une université a été retardé d’une année parce que la personne qui doit être nommée professeur n’est pas encore prête et que surtout elle doit écluser le contrat de recherche sur lequel elle est payée sinon l’argent est perdu. Qu’est-ce que ça veut dire sinon qu’un an avant de se tenir un concours de la fonction publique est déjà prévu pour une personne donnée ?!

Je suis également opposé aux recrutements au fil de l’eau qui ouvrent la voie à toutes les manipulations possibles et imaginables. Il n’y a pas de publicité sérieuse de faite au sujet du poste à pourvoir. On ne peut pas imaginer, dans un concours de recrutement, que le profil de poste soit le copié/collé du profil du candidat. A la limite, si un laboratoire ouvre des postes et si un candidat local a fait une bonne thèse, eh bien qu’il devienne professeur dans le laboratoire où il se trouve. Et ça simplifie les choses. Il n’est même plus besoin de recourir à un comité de sélection. C’est à dire que cela se fasse au niveau de l’appel à projets : on a besoin d’un enseignant-chercheur pour ce laboratoire-là dans les trois ans du fait d’un départ à retraite qu’il faut remplacer, pourquoi ne pas l’annoncer au départ si le candidat fait une très bonne thèse ?

Emmanuel de Lescure : Une question à Isabelle Clair et Annick Kieffer : Vous n’avez pas indiqué l’éditeur de l’ouvrage ? Et puis une question à Pierre Dubois : Que deviennent les formations qui sont régulées par les professions et qui n’ont pas forcément de doctorat, comme les formations du travail social, les formations d’infirmières ? Est-ce que ces formations rentrent dans les IES ? Et comment prépare-t-on l’agrégation ?

Isabelle Clair : L’ouvrage s’appellera : Recherche précarisée, recherche atomisée : production et transmission des savoirs à l’heure de la précarisation. L’auteur est le collectif PECRES. Le livre est édité par Raisons d’agir et sortira début avril.

Pierre Dubois : Si vous regardez les effectifs de l’enseignement supérieur, on voit que les effectifs qui sont hors classes supérieures des lycées et hors université comprenant les DUT, progressent. Y compris les formations faites par les IRTS (Instituts Régionaux du Travail Social) et les formations paramédicales. Pour les écoles d’infirmières, un processus de LMDisation est en cours. Il est clair que les formations de soins infirmiers constituent la voie professionnelle d’un domaine Santé des IES. Il y a une voie longue qui prépare au diplôme de médecine, d’odontologie, de pharmacie, etc. Mais il y a des formations paramédicales, comme les infirmiers, qui ont tout à fait leur place dans les IES. Il faut donc les intégrer dans ces instituts. Si vous prenez les écoles de soins infirmiers, il existe des écoles privées. Les grandes institutions, comme la Croix-Rouge p.e., ont leurs propres écoles et ces écoles privées et publiques se concurrencent à l’échelle nationale. La grande interrogation est : comment les IES, instituts publics, peuvent-ils avoir de l’attractivité pour les étudiants, de sorte que ces derniers les choisissent de préférence aux écoles privées ?

Pour les IRTS, à financement régional, le problème est qu’ils ont tellement de demandes qu’ils peuvent sélectionner des gens qui ont un niveau d’études bien après le bac. Ainsi, je l’ai vécu à Marne-la-vallée, où l’on a créé en sociologie une filière préparatoire au concours d’entrée dans les IRTS. Ce qui veut dire entre une année et deux ans de perdus pour les étudiants qui reculent le passage du concours d’autant d’années après le bac que le temps qu’ils auront mis à suivre cette préparation. Et c’est aussi de la dépense publique. Il en va de même pour les réorientations. C’est très bien que l’étudiant trouve enfin sa voie, mais ça a coûté une année d’impôt aux citoyens français. Par rapport à cela les IES seraient très coûteux, parce qu’ils reviendraient au contribuable à 13 ou 14 000 euros par an et par étudiant, mais les parcours d’étude y seraient aussi plus rapides. Ce qui équilibre la dépense. Sauf que l’on n’a pas évoqué le financement des IES : financement d’Etat ou avec la région ? Tout dépend si l’Etat transfère à la région non seulement les compétences mais le budget.

Par ailleurs, comme les IRTS sont des instituts publics, je les mets dans les IES.

Venons-en maintenant à la question des diplômes d’Etat. L’autre jour j’étais aux journées portes ouvertes du lycée Jean Rostand à Strasbourg. Comme je dirigeais à Marne-la-Vallée une licence professionnelle Management des organisations de l’économie sociale, on avait des gens qui venaient de STS « conseillers d’économie sociale et familiale ». Cette formation est un BTS, mais qui requiert d’avoir une troisième année pour avoir le diplôme d’Etat. Mais il n’y a presque plus de cours. On avait donc des étudiants venant d’un BTS économie sociale et familiale et qui, la même année que la licence professionnelle, passaient le diplôme d’Etat. Si vous voyez toute la filière STAPS, le même problème se pose. Pour exercer dans certains métiers, il faut le diplôme d’Etat du ministère de la jeunesse et des sports. Le fait qu’outre l’Education nationale, il y ait une série de ministères qui exigent des diplômes d’Etat pour exercer le métier de fonctionnaire, ou fonctionnaire national ou fonctionnaire territorial, c’est une vraie question, qu’il me reste à approfondir.

Emmanuel de Lescure : Et pour le fait qu’il n’y ait pas de doctorat dans ces disciplines ?

Pierre Dubois : Il faudrait ouvrir une agrégation de médecine pour pouvoir enseigner dans les IES. Il en manque. Les enseignants dans les IES sont agrégés sans doctorat. Alors la question se pose de savoir ce que l’on met à l’intérieur du concours. Je disais tout à l’heure qu’il faut qu’il y ait dans le concours une estimation de la capacité à faire de la recherche. Cela pose la question du mémoire de Master. Il faut que dans le concours d’agrégation on puisse prendre en compte la qualité du mémoire de master. Alors est-ce que cela veut dire réintroduire une distinction entre master professionnel et master recherche ? Je ne le souhaite pas. Il me semble préférable de ne pas isoler deux types de masters. On pourrait aussi imaginer un concours de l’agrégation qui ait aussi une partie de contrôle continu. Dans ce cas-là, le mémoire de master devrait être un mémoire de master recherche pour le concours de l’agrégation.


[1] Evelyne Perrin, Chômeurs et précaires, au cœur de la question sociale, La Dispute, 2004

[2] http://www.stop-precarite.fr/ ; voir également : Leila Chaibi, Simon Cottin-Marx, Evelyne Perrin, Désobéir à la précarité, Edition Le Passager Clandestin, 2011

[3] Le document est accessible ici : https://www.archive.org/details/AuCurDuneJeunesseRvolteDuMouvementCpeLaLutteContreLa

[4] http://lappeletlapioche.org/

[5] http://cjc.jeunes-chercheurs.org/

[6] http://www.eurodoc.net/

[7] http://archeologie-copier-coller.com/?p=3548 ; http://blog.educpros.fr/pierredubois/2010/12/06/copier-coller-sans-guillemets-2/ ;