1- Michel Barthélémy Présentation 10° séance séminaire Politiques des sciences « les collectifs dans les mouvements de l’enseignement supérieur et de la recherche »_280411

Le mouvement universitaire du printemps 2009 a été considéré comme un événement marquant par son ampleur, par sa durée et parce qu’il a été le premier mouvement depuis longtemps à être le fait d’universitaires et de chercheurs et pas uniquement d’étudiants, comme c’est le plus souvent le cas des mouvements qui naissent périodiquement au sein de l’université. Les mots d’ordre du reste représentaient des préoccupations d’enseignants-chercheurs, qui se sentaient menacés dans leur statut et leur indépendance, et qui se souciaient également de la qualité de la formation donnée aux enseignants stagiaires de l’enseignement secondaire dont ils ont la tâche d’assurer la formation disciplinaire initiale.

Mais avant et après cette date particulière, d’autres mouvements ont eu lieu. Dans cette séance consacrée au thème de la mobilisation en milieu universitaire, nous avons choisi de revenir sur certaines d’entre elles. Elles présentent l’intérêt de former un moment particulier de réflexivité au sein de la communauté universitaire, entendue comme l’ensemble des personnes œuvrant dans le champ de la recherche et de l’enseignement supérieur – personnel non-enseignant et étudiants compris.

Une réflexivité qui porte sur l’examen des conditions concrètes d’exercice de l’activité de ses membres en relation avec les pressions qu’exercent sur celles-ci les initiatives les concernant qui sont prises par les pouvoirs, politiques ou économiques, en vue de les orienter et les transformer pour mieux les adapter à leurs propres attentes et besoins présentés comme légitimes en relation à l’intérêt général ou à un principe de justice.

La forme de réflexivité qui nous intéresse ici a ceci de particulier qu’elle n’est pas le fait d’instances constituées à cette fin, avec des domaines de compétence reconnus statutairement, comme peuvent l’être les conseils centraux des établissements de recherche et d’enseignement supérieur, les comités spécialisés, les organisations syndicales, à l’instar de tous les acteurs et structures en charge de la vie institutionnelle de ce secteur d’activités. Dans les faits, les  tâches relatives à la gestion de ce domaine sont considérées comme extérieures à l’activité proprement dite de recherche et d’enseignement. Pour ce qui nous concerne, nous nous intéresserons plus précisément à ces circonstances et modalités d’émergence d’une réflexivité pratique, située, émanant de la base, selon l’expression consacrée, par laquelle et un état de fait dont les effets non envisagés au préalable ou non reconnus après coup sont jugés problématiques voire potentiellement nuisibles, et un mode de mobilisation approprié naissent ensemble, pour cette occasion, c’est à dire dans la mise au jour et pour le traitement public du problème identifié dans les transformations projetées ou réalisées dans la situation en question. Ceci est le cas au sens où ces actions, généralement non concertées et influant sur les conditions d’exercice et la nature même des activités visées, seraient susceptibles de se traduire par une dégradation de ces mêmes conditions, c’est à dire in fine des moyens et des garanties dont les professionnels concernés disposent individuellement et collectivement pour accomplir les missions de service public qui leur ont été confiées. Ce qui est perçu en définitive comme une atteinte à la préservation de ce que la communauté considère être un « standard » de ce qui est attendu de l’activité de la profession par ses membres et à l’ égard de ses destinataires. Un débat peut alors potentiellement s’ouvrir sur les traits, principes et propriétés qui sont constitutifs d’une activité sociale et ceux qui peuvent être modifiés sans porter atteinte à l’identité même de cette forme d’activité, i.e. à sa place reconnaissable dans la société. Au cours de ces moments, la routine d’une activité professionnelle et la naturalité de son environnement se trouvent mis en suspens au profit de l’émergence d’une réflexion collective impromptue sur le sens même du métier, de ce qui est fait et de la manière même dont cela est effectué, par qui et comment, des principes, conditions et moyens divers qu’il exige pour espérer être à la hauteur des attentes dont il est l’objet, etc. Par là-même s’élabore la prise de conscience et la revendication que les questions de structures et de fonctionnement des instances de l’enseignement supérieur et de la recherche ne sont pas si détachées que cela des conditions d’exercice de ces activités au quotidien. Cette problématisation d’une situation, souvent associée à une indignation, à la prise de conscience d’une possible atteinte à une liberté professionnelle ou publique, à la démocratie, à un principe de justice, dont serait porteuse une initiative de la puissance publique, vient pointer de nouveau, pour cette occasion, le fait que la légitimité de l’action publique n’est pas une « propriété » d’une action définie en fonction de sa relation à une catégorie d’acteur, mais une caractéristique qui doit