1- Michel Barthélémy Présentation 10° séance séminaire Politiques des sciences « les collectifs dans les mouvements de l’enseignement supérieur et de la recherche »_280411

Le mouvement universitaire du printemps 2009 a été considéré comme un événement marquant par son ampleur, par sa durée et parce qu’il a été le premier mouvement depuis longtemps à être le fait d’universitaires et de chercheurs et pas uniquement d’étudiants, comme c’est le plus souvent le cas des mouvements qui naissent périodiquement au sein de l’université. Les mots d’ordre du reste représentaient des préoccupations d’enseignants-chercheurs, qui se sentaient menacés dans leur statut et leur indépendance, et qui se souciaient également de la qualité de la formation donnée aux enseignants stagiaires de l’enseignement secondaire dont ils ont la tâche d’assurer la formation disciplinaire initiale.

Mais avant et après cette date particulière, d’autres mouvements ont eu lieu. Dans cette séance consacrée au thème de la mobilisation en milieu universitaire, nous avons choisi de revenir sur certaines d’entre elles. Elles présentent l’intérêt de former un moment particulier de réflexivité au sein de la communauté universitaire, entendue comme l’ensemble des personnes œuvrant dans le champ de la recherche et de l’enseignement supérieur – personnel non-enseignant et étudiants compris.

Une réflexivité qui porte sur l’examen des conditions concrètes d’exercice de l’activité de ses membres en relation avec les pressions qu’exercent sur celles-ci les initiatives les concernant qui sont prises par les pouvoirs, politiques ou économiques, en vue de les orienter et les transformer pour mieux les adapter à leurs propres attentes et besoins présentés comme légitimes en relation à l’intérêt général ou à un principe de justice.

La forme de réflexivité qui nous intéresse ici a ceci de particulier qu’elle n’est pas le fait d’instances constituées à cette fin, avec des domaines de compétence reconnus statutairement, comme peuvent l’être les conseils centraux des établissements de recherche et d’enseignement supérieur, les comités spécialisés, les organisations syndicales, à l’instar de tous les acteurs et structures en charge de la vie institutionnelle de ce secteur d’activités. Dans les faits, les  tâches relatives à la gestion de ce domaine sont considérées comme extérieures à l’activité proprement dite de recherche et d’enseignement. Pour ce qui nous concerne, nous nous intéresserons plus précisément à ces circonstances et modalités d’émergence d’une réflexivité pratique, située, émanant de la base, selon l’expression consacrée, par laquelle et un état de fait dont les effets non envisagés au préalable ou non reconnus après coup sont jugés problématiques voire potentiellement nuisibles, et un mode de mobilisation approprié naissent ensemble, pour cette occasion, c’est à dire dans la mise au jour et pour le traitement public du problème identifié dans les transformations projetées ou réalisées dans la situation en question. Ceci est le cas au sens où ces actions, généralement non concertées et influant sur les conditions d’exercice et la nature même des activités visées, seraient susceptibles de se traduire par une dégradation de ces mêmes conditions, c’est à dire in fine des moyens et des garanties dont les professionnels concernés disposent individuellement et collectivement pour accomplir les missions de service public qui leur ont été confiées. Ce qui est perçu en définitive comme une atteinte à la préservation de ce que la communauté considère être un « standard » de ce qui est attendu de l’activité de la profession par ses membres et à l’ égard de ses destinataires. Un débat peut alors potentiellement s’ouvrir sur les traits, principes et propriétés qui sont constitutifs d’une activité sociale et ceux qui peuvent être modifiés sans porter atteinte à l’identité même de cette forme d’activité, i.e. à sa place reconnaissable dans la société. Au cours de ces moments, la routine d’une activité professionnelle et la naturalité de son environnement se trouvent mis en suspens au profit de l’émergence d’une réflexion collective impromptue sur le sens même du métier, de ce qui est fait et de la manière même dont cela est effectué, par qui et comment, des principes, conditions et moyens divers qu’il exige pour espérer être à la hauteur des attentes dont il est l’objet, etc. Par là-même s’élabore la prise de conscience et la revendication que les questions de structures et de fonctionnement des instances de l’enseignement supérieur et de la recherche ne sont pas si détachées que cela des conditions d’exercice de ces activités au quotidien. Cette problématisation d’une situation, souvent associée à une indignation, à la prise de conscience d’une possible atteinte à une liberté professionnelle ou publique, à la démocratie, à un principe de justice, dont serait porteuse une initiative de la puissance publique, vient pointer de nouveau, pour cette occasion, le fait que la légitimité de l’action publique n’est pas une « propriété » d’une action définie en fonction de sa relation à une catégorie d’acteur, mais une caractéristique qui doit s’établir dans le débat local et la confrontation d’arguments, d’enjeux et d’intérêts pluriels. De tels moments se distinguent, depuis quelques années, par la création d’instances ad hoc, de collectifs de chercheurs, d’universitaires et de personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui se forment en-dehors des cadres institutionnels.

Ainsi en est-il du collectif Sauvons La Recherche ![1] (SLR) né en 2003 d’une initiative contre le projet de loi d’orientation et de programmation pour la recherche et l’innovation (LOPRI)[2] du gouvernement Raffarin. Ce collectif parti d’abord des laboratoires de recherche est à l’origine d’une large mobilisation du milieu académique souhaitant être associé à l’élaboration des réformes le concernant. Une exigence qui conduira aux Assises nationales des États généraux de la Recherche[3], qui se tiendront du 27 au 29 octobre 2004 à Grenoble et aboutiront à la rédaction d’un rapport de 100 pages sur les réformes attendues et proposées par les membres de la communauté académique pour amender et compléter le projet de loi gouvernemental sur le sujet. Nous recevons aujourd’hui Alain Trautmann, qui fut le porte-parole de ce collectif et qui à ce titre est particulièrement bien placé pour nous parler de ce moment précis et des premières années d’existence du collectif jusqu’à sa transformation en mouvement associatif.

Puisqu’il a été question plus tôt des syndicats, Annick Kieffer interviendra pour nous éclairer sur la manière dont un syndicat en particulier, celui dont elle était alors la secrétaire générale (SNTRS-CGT) a pu apprendre à travailler à cette occasion (c’est à dire dans la période 2004-2005) avec le collectif SLR et sur les débats qu’une telle collaboration a pu susciter au sein de l’organisation syndicale.

Le collectif Sauvons L’Université[4], quant à lui, est né, en 2007, suite à la mobilisation d’enseignants-chercheurs de Paris-8 contre la loi LRU (Libertés et Responsabilités des Universités)[5] plus couramment appelée « loi d’autonomie »[6], à la suite et en parallèle à la mobilisation étudiante démarrée un peu plus tôt. Le premier acte public précurseur de cette mobilisation est une tribune parue dans Le Monde, le 19 novembre 2007, et signée d’un groupe d’enseignants-chercheurs sous l’intitulé « Les présidents d’université ne parlent pas en notre nom ». Le texte[7] pointait l’absence de représentation dans la phase de préparation de la réforme de l’une des parties concernées au premier chef, à savoir : le personnel enseignant et non enseignant des universités. Jean-Louis Fournel, cosignataire du texte en question, évoquera les circonstances de la naissance de ce collectif. J’en profite pour rappeler que lors de la séance précédente[8], nous avions invité Etienne Boisserie, actuel président de SLU et successeur de Jean-Louis Fournel, pour venir évoquer les actions en justice menées à l’heure actuelle par SLU en particulier contre des dispositions issues de ces réformes et dont l’issue n’est toujours pas connue.

La coordination nationale des universités (CNU) est née plus tardivement, début 2009 d’une initiative partie de la coordination de Paris-1[9], elle-même constituée autour du projet de décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs. Jérôme Valluy, l’un des initiateurs de ce mouvement, évoquera le moment de constitution de la CNU et ses actions présentes. Il nous précisera à quoi répond le combat toujours d’actualité d’après lui contre la modification du statut des universitaires et quels en sont les enjeux  en relation notamment aux élections du Conseil National des Universités à l’automne 2011 ?

Enfin, nous devions terminer cette série d’exposés par l’évocation de la dernière initiative en date, celle d’un groupe de chercheurs et d’universitaires, regroupés dans une association, sous l’impulsion d’Alain Garrigou, dont le nom « Chercheurs Sans Frontière »[10] dit clairement ses intentions : défendre la liberté de chercher et de penser partout dans le monde où elle se trouve en butte à des intérêts privés puissants et à des interdits arbitrairement posés par les pouvoirs politiques, étatiques, économiques, religieux, mais aussi parfois est victime de la négligence des institutions d’enseignement et de recherche quant à leurs devoirs vis-à-vis de leurs membres dans ce domaine. L’association qui se veut internationale entend lutter contre tous ces manquements au droit et ces pressions de diverses natures qui se traduisent par des actes injustes, abusifs, illégaux et graves à l’encontre de personnes dont les travaux « dérangent » ou ne sont pas « dans la ligne », et ceci en vue de les dissuader de les poursuivre ou de les réduire au silence. Jean-François Bayart devait venir développer ici son analyse de la raison d’être et des objectifs que se donne cette association. Mais un problème d’information sur le changement de lieu ne lui a pas permis d’être parmi nous. On se reportera sur son blog où il consacre un billet à cette initiative[11].

La présentation de ces démarches inéluctablement collectives dans un souci de rendre compte de leur contexte d’émergence s’inscrit dans le prolongement de la séance précédente consacrée aux modalités de mobilisation et de résistance citoyennes face à des instances qui incarnent un pouvoir et une autorité reconnus, de droit comme de fait, mais dont les décisions qu’elles prennent présentent en l’occurrence des effets négatifs pour une partie plus ou moins large de ceux qu’elles concernent à un titre ou à un autre, et d’autre part, remettent parfois sérieusement en cause l’identité même de l’activité en question, ce sur quoi elle s’est bâtie, souvent de longue date, ce qui constitue sa mission, etc. Ces effets sont de deux ordres : d’une part, des décisions qui ont des conséquences problématiques pour les destinataires directement visés – p.e. la suppression de l’année de formation pour les enseignants stagiaires de l’enseignement secondaire – et qui sont parfois dans l’impossibilité de les contester et encore moins de les dénoncer publiquement – les précaires de l’enseignement supérieur et la recherche, p.e. D’autre part, les destinataires des mesures, actes ou décisions de la puissance publique notamment, peuvent être des professionnels du secteur d’activité concerné qui les prennent en retour pour objet d’investigation en vue de rechercher et de montrer en quoi leur mise en application met ou est susceptible de remettre en cause des éléments de garantie principiels de la profession et de ses conditions d’exercice. Ce travail peut se réaliser pour les membres de la communauté scientifique et notamment en SHS, par des conférences, des publications, numéros de revues spécialisées et ouvrages, consacrés à l’un de ces objets (l’évaluation gestionnaire, la gouvernance vs. La collégialité, la politique gouvernementale en matière d’enseignement supérieur et de recherche, etc.). Mais il peut également impliquer d’aller au-delà des canaux académiques et politiques classiques et de s’adresser à un public plus large, à partir du moment où la question traitée revêt elle-même des implications plus étendues en matière sociale, politique, économique, etc. Ce changement de scène suppose bien souvent d’engager un combat pour la reconnaissance du bien-fondé de cette analyse, et de la légitimité de ceux qui la portent, qui excède les limites du simple accord que donne un comité de rédaction à un manuscrit après évaluation pour lui permettre d’obtenir le statut de publication scientifique.

Cependant, la constitution de collectifs, les efforts déployés pour analyser la situation et tenter de problématiser la nature et les conséquences des mesures envisagées auprès des membres de la communauté directement affectée et du public en général, se heurtent souvent à une lecture institutionnelle de ladite situation, à ces catégories et oppositions toutes faites, que ce soit dans les médias ou le discours public plus généralement. Elle se caractérise par le fait d’accorder au projet porté par les autorités et à leurs actes un statut factuel et, inversement, de rapporter les arguments, analyses critiques voire contre-propositions – en l’espèce, celles de membres de la communauté universitaire – sous le jour d’interprétations orientées par des intérêts particuliers, plus ou moins entachées de préjugés, d’arrière-pensées politiques ou autres. Le discours publico-médiatique tend à resituer ces réactions et mobilisations de membres de la communauté universitaire pour faire entendre leurs analyses critiques sur le terrain qui lui est familier du conflit social et de la revendication, catégorielle et professionnelle notamment. Cette tendance à réduire la critique à l’opinion, marginale de préférence, semble devoir suffisamment justifier les tenants de cette position de ne pas présenter sérieusement les arguments détaillés qui donnent forme à cette critique dans le contexte qui est le sien.

Dans les situations qui nous intéressent, la critique présente souvent un caractère hybride. Liée à une actualité, qui provient de l’agenda politique et par conséquent médiatique, elle développe un argumentaire plus ou moins charpenté et nuancé, qui est l’œuvre d’une poignée d’individus ou de groupes jouant le rôle de « lanceurs d’alerte » et dont l’identité pratique est essentiellement liée à l’action locale en cours. Cet argumentaire appelle et reçoit le soutien d’une mobilisation ainsi que celui d’instances parfois constituées de manière ad hoc – collectifs, coordination, etc. – pour regrouper les ressources, les savoirs et savoir-faire qui sont nécessaires en vue d’accomplir cette tâche critique, coordonner les actions voire élaborer des contre-propositions et surtout pour faire exister un point de vue, un intérêt et des acteurs qui sans cela auraient tout simplement été omis des débats et de l’action publics dans lesquels d’autres sont déjà engagés.

Ainsi donc, à poser d’emblée, autour d’une controverse, comme ressources narratives inquestionnées, les catégories conventionnellement attendues d’opposants, de contestataires, de « pro » et d’« anti », le discours publico-médiatique présente le débat qui anime la sphère publique dans un cadre prédéterminé et quelque peu figé à l’avance (l’action des pouvoirs publics vs. la grogne des universitaires ; les réformes de l’université vs. Le corporatisme des enseignants-chercheurs…), prisonnier d’une manière de voir qui reproduit activement l’ordre social ; mais un ordre social institué, déployé dans les limites d’un rapport centre/périphérie, plutôt qu’instituant. D’autres approches sont possibles pour appréhender les controverses qui émaillent la vie publique d’un corps social comme des phénomènes dont les protagonistes, le contexte, les enjeux, etc., prennent sens dans l’activité collective qui leur donnent forme et leur façonnent une trajectoire observable et descriptible.

Nous souhaiterions ce soir, à travers les témoignages et les analyses qui vont nous être présentés, rendre à la réflexivité sociale un peu de ses couleurs et de sa vie, redonner à la démarche critique sa dimension d’expérience contingente qui se développe dans des parcours non écrits à l’avance et qui constitue la face rebelle du conformisme social qui nous fait si souvent prendre l’arbitraire de l’établi pour l’ordinaire indépassable de nos formes de vie.

Nous entendrons successivement : Alain Trautmann, Annick Kieffer, Jean-Louis Fournel, et Jérôme Valluy.


[1] http://sauvonslarecherche.fr/

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_programme_pour_la_recherche_de_2006

[3] http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article1513

[4] http://www.sauvonsluniversite.com/

[5] Le texte de la loi : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000824315 ; Une présentation succincte des principaux aspects de la loi : http://www.lemonde.fr/societe/article/2007/11/09/la-loi-sur-l-autonomie-des-universites-un-texte-qui-reforme-la-gouvernance-des-facultes_976753_3224.html

[6] Pour plus de détails : http://www.educpros.fr/detail-article/h/ee1e8f1c26/a/jean-louis-fournel-sauvons-luniversite-ensemble.html

[7] Lire : http://www.fabula.org/actualites/loi-lru-la-parole-des-pr-eacute-sidents_21109.php

[8] http://pds.hypotheses.org/1231

[9] http://www.shesp.lautre.net/

[10] http://www.csf-free-science.org/fr/start

[11] http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/080311/pourquoi-avoir-fonde-chercheurs-sans-frontieres